Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>Haïti : actualité pour longtemps. Le monolinguisme créole est-il une utopie ? La fin du mandat de la Minustah.




Nous reproduisons ici l’article publié par
Robert Berrouët-Oriol sur son site www.berrouet-oriol.com, et dans Le National . En mettant l’accent sur le problème réel de la cohabitation des deux langues, créole et français, l’auteur rappelle l’influence pernicieuse que les USA tentent d’exercer à Haïti à travers certains "scientifiques" et diverses ONG opportunistes (pour ne parler que de ceux-ci).

Montréal, 31 Juillet 2017

Le « monolinguisme » créole est-il une utopie ?

Robert Berrouët-Oriol

« Le monolinguisme du ridicule » (Verly Sylvestre, Le National, Port-au-Prince, 26 juillet 2017) expose un corps d’idées intéressantes notamment en ce qu’il pointe du doigt le refoulement discriminant de la langue créole dans nombre d’écoles en Haïti où des enfants sont encore punis lorsqu’ils s’expriment de façon tout à fait légitime en créole. Avec justesse, l’auteur de l’article rappelle que la minorisation institutionnelle du créole est une pratique anti-pédagogique encore largement assumée en Haïti dans le corps professoral en dépit des aspects positifs de la réforme Bernard des années 1980. Cela étant, il y a lieu toutefois d’apporter un certain éclairage sur l’un ou l’autre volet de l’article de Verly Sylvestre.

Il est conforme à la réalité historique de qualifier Haïti de pays FRANCOCRÉOLOPHONE au sens où deux langues, le français et le créole, coexistent dans les appareils d’État, dans le système éducatif et dans la population selon un usage différencié. La réalité du patrimoine linguistique bilingue et bi-séculaire haïtien –qu’il est illusoire et vain de nier au prétexte réducteur de « l’exclusion de la majorité créolophone unilingue »–, est attestée à travers l’histoire du pays dans différents champs de la vie nationale comme nous l’avons montré dans le livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » (Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2011). Alors même que le créole demeure « la langue qui unit tous les Haïtiens » (article 5 de la Constitution de 1987), qu’il est la langue usuelle des sujets parlants nés et élevés au pays, il est contre-productif sinon aberrant –comme veulent le faire croire certains linguistes haïtiens formés aux États-Unis–, que le français serait une langue étrangère en Haïti au même titre que le finlandais ou le japonais. Et accréditer la ritournelle selon laquelle « ceux qui ont le français comme langue maternelle, ils sont en nombre insignifiant selon Yves Dejean » revient à poser faussement la question de la coexistence de nos deux langues officielles. Prendre appui sur certains errements idéologiques du linguiste Yves Dejean dont la langue maternelle est le français, s’avère, encore une fois, improductif, car ces errements conduisent à enfermer la question linguistique haïtienne au périmètre d’une borgne comptabilité et à l’y réduire. En effet, il faut savoir qu’aujourd’hui, aucune enquête sociolinguistique d’envergure nationale menée par une institution haïtienne n’a apporté de données crédibles et vérifiables sur le nombre de locuteurs du français en Haïti : représentent-ils 5 %, 10 %, 15 %, 25 % de la population ? De son côté, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) –citant le Rapport sur le développement humain (PNUD, 2010) et World Population Prospects The 2008 Revision (Division des affaires économiques et sociales des Nations Unies, 2008)–, estimait en 2010 le nombre de locuteurs de français en Haïti à 4 279 000 personnes sur un total de 10 188 000 habitants. Une fois de plus, il faut prendre toute la mesure qu’au-delà du nombre de locuteurs du français parlé en Haïti, l’aspect central de la question demeure le statut réel des deux langues officielles dans le corps social, leur mode de fonctionnement institutionnel en cohabitation inégalitaire et le fait, discriminant, que le créole n’est toujours pas une langue d’emploi obligatoire dans la totalité du système national d’éducation.

De même, aucune recherche à l’échelle nationale n’a jusqu’ici permis de mesurer la compétence linguistique des sujets parlant français chez les enseignants comme parmi les étudiants. En revanche, ce qu’il importe de bien comprendre, ce sont les conditions réelles de la coexistence inégale de nos deux langues officielles dans un dispositif qui alimente ce qu’il faut bien nommer, en particulier dans le système éducatif national, un aveugle apartheid linguistique dans le contexte de l’inexistence d’une politique d’État d’aménagement linguistique (voir Robert Berrouët-Oriol : « Les grands chantiers de l’aménagement linguistique d’Haïti (2017 – 2021) » ; voir aussi Robert Berrouët-Oriol et Hugues Saint-Fort : La question linguistique haïtienne / Textes choisis, Éditions Zémès, juin 2017).

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRS, France), définit comme suit le « monolinguisme » : « État d’une personne qui ne parle qu’une langue, d’un pays où l’on ne parle qu’une seule langue ». Si l’observation empirique de la réalité linguistique du pays permet de poser que les unilingues créolophones constituent la majorité des sujets parlants, on ne saurait rigoureusement soutenir qu’Haïti est « un pays où l’on ne parle qu’une seule langue ». Haïti est un pays de langues en contact au sens où il existe bien une dynamique inégalitaire des usages du français et du créole, mais il serait tout aussi vain de nier qu’en raison des flux migratoires des 20e et 21e siècles et des échanges économiques entre Haïti et ses voisins, les langues sœurs anglaise et espagnole sont également parlées au pays par un nombre indéterminé de locuteurs.

Ainsi, soutenir l’idée qu’« Il faut tirer les conséquences du fait qu’Haïti est un pays essentiellement monolingue (…) Haïti est des plus monolingues des pays monolingues » (Yves Dejean : « Rebati, 12 juin 2010) revient à s’enfermer dans une dommageable myopie idéologique et linguistique qui pourrait faire obstacle à l’aménagement simultané des deux langues officielles du pays ainsi qu’à l’ouverture assumée au multilinguisme de notre modernité de sujets parlants.

À répéter hors de toute analyse crédible et de manière habitudinaire le cliché selon lequel « le français est un butin de guerre » en Haïti, et qu’il y a au pays « des francolâtres (…) des francoaphones, il s’agit alors des 95 % qui ne connaissent pas le français, eux qui vivent dans un territoire dit francophone tout en étant privés des bienfaits présumés d’une telle francophonie » revient à enfermer la question linguistique haïtienne au périmètre des approximations idéologiques. Il en résulte la négation complaisante du « droit à la langue », du droit constitutionnel de tous les locuteurs haïtiens à la possession de la langue française par une scolarisation de qualité en phase avec les droits linguistiques de toute la population. Quel en est l’enjeu ?

Le combat multiforme pour la langue créole est une tâche historique –j’en fais le plaidoyer depuis plusieurs années dans mes livres et articles. Mais, ce combat ne doit pas être opposé au français ni être réduit à une obtuse et une rituelle folklorisation de la langue créole elle-même. À contre-courant des approximations et des errements idéologiques, il s’agit aujourd’hui de porter sur les fronts institutionnels, et notamment à l’École de la République, LA VISION DE L’AMÉNAGEMENT CONCOMITANT DES DEUX LANGUES OFFICIELLES DU PAYS (voir à ce sujet, Robert Berrouët- Oriol, « Plaidoyer pour la création d’une Secrétairerie d’État aux droits linguistiques en Haïti », Le National 18 et 19 avril 2017, et http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr/spip.php ?article895. On mesurera l’impact du futur aménagement simultané de nos deux langues officielles à l’École de la République en rappelant que « Selon l’Unicef, « Le système éducatif haïtien accueille 2 691 759 élèves dans 15 682 écoles. Alors que le secteur public reçoit 20% des élèves (538 963) dans 9% des écoles (1 420 écoles publiques), le secteur non public accueille 80% des élèves (2 152 796) dans 91% des écoles (14 262 écoles non publiques » (Unicef : « L’éducation fondamentale pour tous »).

De manière judicieuse, Verly Sylvestre pointe du doigt « Ce monolinguisme [créole] excommunié de l’incapacité de l’État à lui faire jouer son rôle dans le développement du pays. » Mais il faut aller plus loin dans le diagnostic et en tirer les conséquences : « Ce monolinguisme [créole] excommunié » se nourrit de préjugés sociaux tenaces et aveugles ; également, il est alimenté par l’absence quasi totale de leadership de l’État haïtien en matière d’aménagement linguistique, l’absence de vision articulée de la question linguistique nationale ainsi que le déni des droits linguistiques de la totalité de la population.

Le combat multiforme pour la langue créole, une tâche historique : il faut le mener sur le terrain institutionnel selon la vision des droits linguistiques. En clair, c’est précisément cette vision nouvelle et rassembleuse qu’il s’agit de promouvoir dans le corps social haïtien, dans nos institutions et parmi les décideurs politiques du pays.

Cette vision nouvelle ainsi que la configuration des droits linguistiques au pays figurent dans le livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » ; elles sont rigoureusement conformes à la « Déclaration universelle des droits linguistiques » de 1996. Partant du principe que les droits linguistiques sont à la fois individuels et collectifs, qu’ils constituent des droits personnels inaliénables, nous les avons identifiés au titre des droits humains fondamentaux. Cette neuve manière de problématiser la question linguistique haïtienne, à contre-courant de l’approche « militantiste » et de l’enfermement identitaire/essentialiste, permet de circonscrire l’aménagement des deux langues officielles du pays sur le terrain des droits citoyens et des obligations de l’État car l’aménagement linguistique est en amont une question politique, une intervention planifiée de l’État dans le domaine linguistique (Jacques Maurais : « Politique et aménagement linguistiques », 1987). Les notions qui sont au fondement de cette vision sont celles de « patrimoine linguistique bilingue », de « droits linguistiques », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » créole, « d’équité des droits linguistiques », de future « parité statutaire entre les deux langues officielles », de « didactique convergente créole-français », de « politique linguistique d’État » et de « législation linguistique contraignante ». Elles doivent régir toute entreprise d’État d’aménagement simultané des deux langues officielles d’Haïti.


Avril 2017

On parle finalement assez peu d’un événement majeur pour la République d’Haïti : la fin programmée de la présence de la Minustah de l’ONU après treize ans de services pas toujours bons ni absolument loyaux.

Il reviendra bien sûr au pays d’assurer ensuite pleinement les missions de sécurité qui incombaient à la Minustah. Les forces de police locales de la PNH (un peu moins de 13,000 agents aujourd’hui) participeront donc à des exercices de formation d’ici deux ans. La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU prévoit que 2,360 soldats auront quitté le pays au 15 octobre de cette année, après la fin de la prorogation du mandat pour la stabilisation. Prendront le relais pour six mois initiaux sept unités de police constituées (980 hommes), ainsi que 295 policiers hors unités constituées, qui formeront la Minujusth. En plus de sa mission de formation, celle-ci sera également chargée de veiller à la mise en place edes mesures adéquates en matière de droits humains, d’en rendre compte et de les analyser.

Vu de l’extérieur, on craint l’éventualité d’un retour d’une police politisée, mon redoute une recrudescence de la contrebande d’armes et du trafic de drogues. Mais, finalement, n’est-ce pas une occasion pour le pays de se prendre en mains en ces matières aussi ?

Vraiment ? On finit par se le demander, car la décision de l’ONU vient en partie de la volonté de l’administration Trump de réduire officiellement les sommes transitant par l’ONU pour les opérations de sécurité de celle-ci. De toute façon, l’influence des USA à Haïti reste assurée politiquement et économiquement, directement ou à travers des actions menées par certaines ONG ou des groupes religieux de type pentecôtiste. Pourquoi, en avançant des arguments confortables, payer davantage lorsque ce n’est plus tout à fait nécessaire ?



3 janvier 2017

Les résultats définitifs de l’élection présidentielle confirment les estimations premières ; ils donnent Jovenel Moïse gagnant avec 55,60% des voix, devant Jude Célestin (parti Lapeh) avec 19,57 %. Il faudra à présent que le vainqueur, apparemment éloigné jusqu’alors de la politique, gagne une légitimité que la minceur du nombre des votants ne semble pas lui accorder d’emblée.


Paris, 28 novembre 2016

Laënnec Hurbon nous a accordé un entretien à l’occasion d’un passage à Paris au cours duquel il expose la situation, toujours incertaine, qui règne dans le pays à la suite des élections présidentielles qui viennent d’avoir lieu. Et c’est évidemment l’occasion de revenir sur les derniers malheurs qui ont frappé Haïti, avec des conséquences dues autant au manque d’infrastructures solides (par la faute d’un pouvoir local largement défaillant) qu’à la responsabilité d’une partie de la communauté internationale. Et bien sûr, on ne saurait oublier à cet instant exceptionnel l’appartenance du pays aux Caraïbes, et les effets de la proximité de Cuba sur la politique interne.

Aux dernières nouvelles, Jovenel Moïse, le candidat choisi par l’ancien président Michel Martelly, lui-même téléguidé par les États-Unis et Hillary Clinton, aurait été élu dès le premier tour devant Jude Célestin, du parti Lapeh. "A quoi bon tout ça ?" ont dû s’interroger les électeurs confrontés à un trop-plein de candidatures et à la vacuité des programmes, puisque le taux de participation n’aurait atteint que... 21,69%. L’annonce officielle des résultats définitifs est prévue pour la fin décembre.


Laënnec Hurbon 28-11-2016 par Dominique Fournier




Port-au-Prince, 1er août 2016

Voici un texte d’humeur, pas foncièrement optimiste sur l’avenir immédiat du pays, qui nous a été transmis par notre ami Laënnec Hurbon, et qui a été initialement présenté à l’émission Point du Jour sur Radio IBO le lundi 25 juillet 2016

LA LOGIQUE DU CHAOS...

Hérold Jean-François

Nous nous acheminons vers une dévaluation conséquente de notre Gourde qui dégringole de jour en jour à chaque nouvelle transaction et dans les super marchés, l’ajustement des prix est déjà effectif. On paie déjà de 10 à 26% plus cher pour certains produits, comparée à la mi-juillet 2016.

La zone métropolitaine de la capitale augmente en laideur tous les jours et l’hygiène publique est devenue un véritable défi. Il faut peut-être revenir à 1989 où nous avions un sérieux déficit dans le ramassage des ordures pour trouver une situation d’insalubrité aussi préoccupante. L’État est dépourvu de moyens, l’économie est exsangue, les difficultés des uns et des autres pour faire face aux obligations renvoient à une situation de pré-faillite. L’économie est en mode décroissant, les prévisions de croissance sont revues à la baisse suivant les données des autorités monétaires, le défaut d’investissements, l’arrêt des chantiers publics, l’assèchement des fonds du Petro Caribe, le désengagement du financement international, le gel de la coopération bilatérale sont autant d’aspects qui font que l’étouffement d’Haïti est garanti.

Or nous prétendons nous assumer pleinement en ignorant l’argent de l’étranger que l’on avait à tort comptabilisé dans notre Budget national, pour financer nos élections et faire comme si les choses allaient bien en affichant un train de vie insolent pendant les cinq dernières années d’un pouvoir aussi bambocheur que prédateur.

En octobre 2016 nous prévoyons d’aller aux élections pour mettre fin à la déconstruction démocratique planifiée sciemment par l’administration Martelly. Tout le monde est d’accord pour qu’Haïti relève la tête et initie le rapatriement de ses prérogatives de souveraineté en garantissant le financement du processus électoral à partir des ressources internes. Il va falloir être ingénieux pour trouver l’argent nécessaire en détournant des rubriques dans l’ancien Budget, car le Parlement insouciant que nous avons avait boudé la convocation du Président provisoire au menu duquel figurait le vote d’un Budget rectificatif. Ou il faudra aller sur le marché emprunter de l’argent dans les réserves disponibles, ou souscrire un emprunt public en utilisant les mécanismes du système.

Ce sont là autant d’hypothèques sur le prochain mandat régulier. Le Président qui sortira des prochaines élections devra avoir des reins solides, une détermination de fer et de l’imagination pour nettoyer les écuries d’Augias et mettre de l’ordre en imposant des sacrifices chez un peuple habitué certes à la souffrance, aux privations et à des conditions de vie extrêmes, mais peu enclin à se conformer à des cures amaigrissantes suivant le modèle de ce que l’on a vu à Cuba de 1959 à nos jours. Et dans notre cas, n’est-il pas difficile d’imaginer imposer plus de restrictions encore à un peuple dont les données des institutions financières indiquent que sa grande majorité survit avec moins de 2 dollars américain par jour, soit 128.80 gourdes au taux de 64.40 gourdes pour 1 dollar, le 25 juillet 2016 ?

Mais qui se soucie en Haïti des données statistiques, des chiffres indiquant toutes sortes de malaises et de déséquilibres macro-économiques ? Nos politiciens ? Nous savons tous déjà qu’Haïti est une République d’individus où les intérêts personnels des uns ne leur laissent pas le temps de se lamenter sur les difficultés du reste de la population. Si vous aviez besoin d’un exemple, tournez le regard sur le Parlement en auto-veilleuse depuis des mois et où de façon miraculeuse on a pu tenir une séance le 20 juillet dernier, le temps d’accorder décharge de leur gestion à deux Sénateurs, un Questeur et un ancien Président du Grand Corps. En d’autre temps, il faudra revenir et questionner certaines pratiques qui se donnent libre cours au Parlement en matière de reddition de comptes... Ici, on n’est dans un monde non-orthodoxe... Les normes qui s’appliquent ailleurs en matière de contrôle des actes et de la gestion des deniers publics se règlent de manière débonnaire, à la bonne franquette. Le temps de dire pour assis contre debout comme cela se faisait à la Chambre unique des Duvalier, le rapport de gestion des comptables des Chambres législatives est libéré, et le parlementaire en question a les coudées franches pour se porter candidat et revenir à la charge, avec la plus grande complicité de ses pairs... Pauvre peuple, cadet des soucis de ses mandataires !...

DE LA CLASSE POLITIQUE HAÏTIENNE...

Bizarroïde serait le mot qui conviendrait pour qualifier nos femmes et nos hommes politiques. Elles et ils agissent à l’opposé de ce qu’elles ou ils disent. Ils combattent les élections, mais ils se portent candidats aux mêmes élections. Le premier qui dénonce la convocation par le Président provisoire du peuple dans ses comices est celui-là même qui, à l’encontre de ses convictions et positions tapageuses dans les médias quant à la réalité au Grand Corps, se compromet en faisant toutes les contorsions pour que séance se tienne afin d’obtenir décharge de sa gestion et s’inscrire en bonne et due forme pour participer aux élections dont il vient juste de condamner la convocation par le chef de l’État ! Hypocrisie !

Et par rapport aux autres qui condamnent le fait que Jocelerme Privert convoque le peuple pour aller voter aux élections en invoquant par ailleurs son défaut de qualité pour le faire, que comprendre de cette attitude ?

Depuis le 14 février 2016, nous sommes dans une situation de fait. Nous avons un Président hors-norme sorti des artifices de l’interprétation de l’article 149 de la Constitution amendée. Or nous savons tous que si ce n’est simplement l’esprit dudit article, il n’y a rien dans sa lettre qui correspondait à la réalité politique d’Haïti au 7 février 2016. Nous soumettons à votre attention, pour rappel, les prescrits de l’article 149 de la Constitution de 1987 amendée.
"En cas de vacance de la Présidence de la République soit par démission, destitution, décès ou en cas d’incapacité physique ou mentale permanente dûment constatée, le Conseil des Ministres, sous la présidence du Premier Ministre, exerce le Pouvoir Exécutif jusqu’à l’élection d’un autre Président.
Dans ce cas, le scrutin pour l’élection du nouveau Président de la République pour le temps qui reste à courir a lieu soixante (60) jours au moins et cent vingt (120) jours au plus après l’ouverture de la vacance, conformément à la Constitution et à la loi électorale.
Dans le cas où la vacance se produit à partir de la quatrième année du mandat présidentiel, l’Assemblée Nationale se réunit d’office dans les soixante (60) jours qui suivent la vacance pour élire un nouveau Président Provisoire de la République pour le temps qui reste à courir."

Vous êtes d’accord que rien de ce qui précède ne correspondait à la situation de Michel Martelly qui a épuisé les dernières secondes de son mandat de cinq ans dont il a JOUI pleinement... Dans ce cas, l’élection de Jocelerme Privert au second degré est plus le résultat de l’acceptation d’un fait accompli, à la lumière de l’esprit de l’article 149 de la Constitution. L’épuisement des 120 jours alloués sans que les tâches à accomplir l’aient été effectivement, fait-il de Privert un Président avec moins de légitimité qu’avant ? Nous ne le pensons pas. Et si nous étions dans une situation où la classe politique se souciait uniquement du bien de la nation, sans à priori idéologique basé sur des objectifs peu nobles comme prendre le contrôle du pays par l’intermédiaire d’un nouveau Président "pope twal", depuis le 14 juin dernier, l’Assemblée Nationale se serait réunie sans idée préconçue pour constater les faits et convenir de la poursuite de l’expérience, sans interruption, jusqu’à la passation de pouvoir, le 7 février 2017.

Mais il y a ceux qui ont d’autres agendas, ceux qui rêvent d’une transition sans fin conformément à leurs plans et projets qui ne sont pas toujours avouables... Les adversaires de Jocelerme Privert semblent avoir perdu la raison à un point tel qu’ils sont tout à fait déconnectés d’avec la réalité. Nous avons un train électoral en marche, jusqu’à présent, le processus est à jour et à l’heure ; nos donneurs de leçons de la communauté internationale semblent vouloir réajuster leur attitude ; le gouvernement gère tant bien que mal les affaires courantes ; le pays est dans un statu quo déprimant mais fonctionnel. Qui, dans le pays, est gêné par la présence de Jocelerme Privert ? Qui a véritablement aujourd’hui, comme priorité, un changement de Président provisoire ? Qui est incapable de comprendre que tout coup de frein à la marche actuelle des choses sera fatal pour le calendrier électoral tel que déployé ?

Les artisans de l’ombre et les forces des ténèbres guidant la main de l’insécurité qui frappe avec la dernière méchanceté n’ont pas encore réussi à retourner la vapeur en leur faveur en comptabilisant les morts issues de la violence planifiée en défaveur du pouvoir en place. Les actes spectaculaires pour créer la dynamique du chaos, on ne saurait les imputer à l’administration Privert/Jean-Charles. Au contraire, on serait plus enclin à les mettre au compte de ceux-là qui regrettent d’être partis trop tôt du pouvoir et qui rêvaient hier encore de permanence dans les meubles de l’État. Rêve contrarié par le rapport de la Commission d’Évaluation et de Vérification Électorale qui a poussé à l’annulation des présidentielles. Ceux qui ont la nostalgie du pouvoir sont en train de mal faire et de jouer mal. Ils n’ont pas les suffrages de l’opinion publique et leurs faux pas peuvent vite les mettre dans une posture de délinquants auxquels on créditera tous les forfaits récents. Les enquêtes du FBI sur les tirs sur les façades d’édifices appartenant au capital étranger ; les investigations en cours au niveau des institutions locales sur les mêmes agressions n’emprunteront-elles pas les mêmes canaux pour couler vers la même embouchure ? La faiblesse du pouvoir, son incapacité à traîner devant la justice des citoyens jusque-là intouchables, son laxisme qui a permis à des forces occultes d’agir en toute impunité en semant le deuil ici et là, ne sont-ce pas là un ensemble de reflets rejaillissant sur une certaine opposition et sur sa capacité à créer des situations dont elle pense pouvoir en être en même temps l’auteure et la dénonciatrice ?

Coup double, jeu malin, mais jeu dangereux. Parce que si l’on attaque ça-et-là, l’on tire sur des édifices, l’on active la main de l’insécurité qui frappe de manière aveugle et qu’en face le pouvoir est comme tétanisé et incapable de réagir, faut-il bien que quelque part, quelqu’un, un groupe ou une association de personnes soit derrière tout cela ? Alors, les observateurs tout comme l’opinion publique doivent se tarauder les méninges pour identifier les agresseurs. L’opposition frontale à Jocelerme Privert ne saurait sortir vierge de l’esprit ou de la perception de chacun quant à l’actuelle réalité taillée sur mesure pour les besoins d’une cause pour le moins perdue, nous semble-t-il...




Port-au-Prince, 11 juillet 2016

Après quelques hésitations, nous avons choisi de reprendre ces articles parus très récemment dans Le National parce qu’ils traitent de sujets, le système éducatif et la langue française, d’un intérêt supérieur pour le pays, à divers titres.

Le National, lundi 11 juillet 2016, n°280

TRIBUNE

Deux mots sur le système éducatif haïtien

Ceteris paribus, l’histoire du système éducatif haïtien peut se caractériser par deux points fondamentaux : 1- Le refus des élites haïtiennes de construire un système éducatif dynamique et performant en faveur du peuple ; 2- Le non-accès généralisé du peuple haïtien à une éducation de base. C’est à travers ce carrefour perplexe que les demandes scolaires se prononçaient et allaient être un instigateur principal dans la constitution du système éducatif haïtien au lendemain de la révolution de 1843.

L’éducation scolaire dans notre article prend le sens de socialisation – en termes de valeurs véhiculées dans le système scolaire de manière euphémique – elle s’apparente aussi à l’instruction scolaire dans le contexte de l’enseignement — apprentissage que celle-ci a pour première mission. Ainsi, le concept d’éducation scolaire recouvre ces deux versants.

L’entrée à l’école en Haïti se vit comme un « choc culturel » par le jeune écolier : de prime abord, causé par la langue française, c’est le premier contact direct de l’élève avec celle-ci. La langue française est le langage d’une minorité d’individus dans la société haïtienne et elle est généralement l’apanage des classes bourgeoises et moyennes. Les codes sociolinguistiques révèlent l’inégale distribution du pouvoir sur le marché des échanges linguistiques : le code élaboré, formel et universaliste est la langue française adoptée à l’école. Par conséquent, les élèves des milieux sociaux défavorisés doivent « changer de code », comme on dit souvent, ils doivent « s’exprimer ».

Par ailleurs, les bagages axiologiques qui structurent le milieu scolaire haïtien sont généralement contradictoires – par rapport à celles qui sont véhiculées dans les familles haïtiennes, notamment paysannes, les valeurs communautaires [Gemeinschaft] de type volonté organique se trouvaient confrontées à des valeurs sociétales [Gesellschaft] à volonté réfléchie. L’éthos des classes dominantes, basé sur la distinction, le dégoût des goûts des classes populaires, sont les principales orientations véhiculées à l’école.

Les écarts socioculturels entre l’écolier et son milieu socioenvironnemental croissent à mesure que le jeune Haïtien atteint un niveau graduel dans les cycles scolaires du système éducatif : l’école, qui devrait être un moyen méthodique et interactif de la jeune génération avec la société, produit des Haïtiens dotés d’un habitus bourgeois qui les conduit le plus souvent à une dissonance culturelle, frisant dans la pratique une dyssocialisation, en l’occurrence l’étudiant prince auto-dominé selon les analyses du professeur Anil Louis-Juste est un idéal type. La culture scolaire est un enjeu social – arbitraire culturel –, elle renforce les inégalités sociales et scolaires dans la société haïtienne comme l’a si bien analysé Louis Auguste Joint dans son livre Système éducatif et inégalités sociales en Haïti (2006).

Le système éducatif haïtien tend à reproduire les antagonismes bi-catégoriaux classiques entre les créoles et les bossales dans la société haïtienne : les pratiques éducatives et les formes scolaires qui s’y développent révèlent, entre autres, la relation que ces dernières entretiennent avec les structures politiques et sociales. Le système scolaire haïtien forme des désubstantialisés, des homo-sapientissistes ; à cet effet, Bird M.B. avance ceci : « L’éducation reçue par le petit nombre en Haïti et ailleurs n’a pas été de nature à inspirer chez ces personnes de la sympathie pour les masses ignorantes (…), l’éducation du petit nombre en Haïti a produit le sentiment d’une certaine supériorité qui, à son tour, a engendré un grand orgueil. » Le non-accès généralisé à l’éducation scolaire des enfants en âge de scolarisation, les problèmes de l’alphabétisation des masses paysannes et urbaines, l’école à deux vitesses avec des effets socio-éducatifs non moins importants comme l’effet établissement, l’effet maître, l’effet classe, restent des défis importants à relever en dépit de quelques efforts réalisés ces dernières années.

Une autre problématique essentielle et légitime à poser si on veut comprendre le système éducatif haïtien relativement à ses fins est la suivante : le système éducatif haïtien a-t-il comme finalité de produire des êtres dotés d’une conscience critique ? Est-il porteur d’une civilisation adaptée aux contextes nationaux et internationaux ? Est-ce une éducation pour le développement durable ? Une telle éducation est-elle apte à émanciper l’Homo haitianus ? D’aucuns soutiennent que ce système éducatif s’avérerait inadapté aux contextes local et global – en dehors des problèmes administratifs et organisationnels auxquels il fait face – ce qui nous intéresse ici, c’est le projet d’homme qu’il forme, cristallisé dans le cursus pédagogique du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). À priori, la structure d’un programme académique est montée selon une philosophie de l’homme et de la société, elle découle d’une certaine chronosophie futurocentrique, c’est-à-dire d’une vision globale de l’homme qui tient compte de son passé afin de viser un avenir investi d’un contenu rêvé, attendu ou souhaité, donc d’une idéologie. Elle tient compte des défis socio-économiques nationaux et de la mondialisation : in fine, comme le dit Gérard Boutin (2004), ce sont les postures philosophiques, psychologiques et politiques qui infléchissent les actions éducatives. Mutatis mutandis, des pays comme la France, les États-Unis, le Canada et la Chine incorporent des filières technologiques et professionnelles dans leurs cursus scolaires. Ainsi, les écoles secondaires en Chine comprennent des sections d’études agricoles et professionnelles ; celles du Québec incluent une formation professionnelle axée sur l’emploi dans leurs filières à partir de la classe de cinquième de l’enseignement secondaire, de même en France après le Diplôme national du Brevet (DNB), la classe de seconde s’ouvre sur trois orientations : professionnelle, technique et générale. Grosso modo, la structuration des cycles du système scolaire haïtien en vigueur révèle une inadéquation avec les grands enjeux de développement économique, social, politique, culturel auxquels fait face la société dans son ensemble. Les secteurs professionnel et technologique ne sont pas pris en considération – sur le plan pratique – dans le système éducatif haïtien : celui-ci forme majoritairement des élèves à orientation générale, ce qui cause en partie l’échec scolaire.

Le curriculum formel du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle est inadapté, les matières et les contenus ne sont pas contextualités : en l’occurrence, l’enseignement-apprentissage des sciences sociales et de la littérature se confinent à la moitié du XXe siècle. Le curriculum formel n’est pas mis en œuvre (tel que prévu par le MENFP) par les enseignants – catégories sociales qui sont en général peu qualifiées et sous-payées. Aucune matière ne traite des rapports haïtiano-dominicains ; l’éducation civique, politique et environnementale est pratiquement absente ; les NTICs ne sont pas intégrées de manière effective dans les salles de classe ; le problème pédagogique de l’enseignement des langues étrangères : l’anglais et l’espagnol sont à repenser. Quant aux sciences dures : la biologie, la chimie et les mathématiques, elles restent purement confinées à un stade intellectuel. Les pratiques scolaires sont inadaptées : le système éducatif haïtien est basé sur une approche comportementaliste de l’enseignement-apprentissage selon lequel l’élève est un sujet réceptif. En conséquence, l’élève haïtien est récalcitrant au travail de groupe et il devient totalement dépendant du professeur. Les fautes ne sont pas tolérées et sont ridiculisées dans les salles de classe ; l’élève est peu développé intellectuellement et son sens critique est rachitique : le produit de ce modèle est « l’élève-perroquet » avec une tête bien pleine plutôt que bien faite.

Les postures idéologiques et les représentations sociales transmises à travers l’organisation scolaire et au cours des interactions pédagogiques entre élèves ∕ professeurs ∕ administrateurs scolaires sont discriminatoires, ségrégationnistes et foncièrement individualistes : les rapports sociaux sont reproduits sans aucune censure dans les milieux scolaires haïtiens : la violence, l’asymétrie des sexes, les clivages de couleur, de région, de religion, de résidence. En fait, c’est une école qui ne permet pas la mixité sociale et elle s’assure "que ceux qui se ressemblent, s’assemblent". Les habitus des élèves en tant que dispositions permanentes et du fait de leur caractère de transposabilité, génèrent des pratiques similaires quand ils sont à l’université – institution qui reflète elle-même les différents problèmes sociétaux haïtiens. Ainsi, par une sélection sociale s’apparentant à un darwinisme social pour leur entrée à l’université, notamment l’Université d’État d’Haïti, certains d’entre eux incorporent le « sens pratique » des travaux universitaires jusqu’à l’obtention de leur diplôme : ce qui leur confère une certaine compétence culturelle ?

Feland Jean felandjean@yahoo.fr

— Fanon, Frantz, (1995). Peau noire, masques blancs, Paris, éd. du Seuil.
— Bird, M.B., cité par Toussaint, Hérold, (2004). Communication et État de droit selon Jürgen Habermas, patriotisme constitutionnel et reconnaissance de l’autre en Haïti, Port-au-Prince, éd. Deschamps,



A propos de la francophonie. Pour l’engagement citoyen des jeunes

Le dimanche 10 juillet a pris fin à l’Université de Montréal, dans la ville éponyme, le forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, qui a débuté le 3 Juillet dernier. À ce forum, prennent part de nombreuses personnalités distinguées de l’univers francophone, dont Christiane Taubira, l’ancienne garde des sceaux de la République française.

Cette année, 55 futurs jeunes ambassadeurs de 20 pays différents des Amériques, dont Haïti, prennent part à la 5e édition de l’événement. Ces ambassadeurs, âgés de 18 à 35 ans, suivront une formation à la fois théorique et pratique qui a pour objectif de les outiller pour devenir des citoyens engagés dans leur milieu. L’édition de cette année a aussi vu le lancement du livre Le seul passager noir du Titanic de Serge Bilé. Le livre traite de la présence de Joseph Philippe Lemercier Laroche, citoyen Haïtien et seul passager noir à avoir été à bord du célèbre paquebot.

Le bureau Montréal du Journal, dont la directrice, Sandrellie Séraphin, figure parmi les jeunes ambassadeurs du forum, a conçu ce supplément pour permettre aux lecteurs de saisir la portée de cet événement majeur, à travers les témoignages de certains participants.



Claire Falonne Barbara Francoeur, secrétaire au conseil d’administration de la Jeune chambre de commerce haïtienne (JCCH)

Le National : qu’est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Claire Falonne Barbara Francoeur : Les langues sont une façon de voir le monde, de nommer les choses et les langues sont fécondes. (Christiane Taubira) Partageant cette même vision que madame Taubira, participer à la 5e édition du Forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie est une occasion pour moi de m’ouvrir au monde, de pouvoir nommer les choses telles qu’elles sont, d’aller à la rencontre de tous ceux qui partagent les mêmes valeurs que moi, d’aller vers ceux qui sont aux prises à cette crise identitaire, de partager nos expériences, proposer dans cette optique surtout de créer, d’innover et de reproduire.

C’est une occasion unique de me joindre à cette lutte de protection de la langue française, symbole de notre façon d’être, de penser, d’agir, de percevoir, et ce, tant dans nos relations avec les autres qu’avec l’environnement dans lequel nous, les francophiles, évoluons.

LN : quel est votre regard sur le fait français en Haïti ?

CFBF : En Haïti, la langue française a toujours été et est encore une question qui divise. Souvent considérée comme la langue de l’élite intellectuelle et économique, elle est minoritairement parlée par le peuple qui est majoritairement analphabète. Étant la langue d’enseignement, elle est vue comme le vecteur de préjugés des personnes pleinement accomplies. Or en Haïti, la chance n’est pas donnée à tous d’aboutir à cet accomplissement. Donc, chez nous, la langue n’est pas juste un moyen de communication, de penser et d’agir, mais c’est aussi un outil de classement social au détriment du créole qui est la langue maternelle parlée par la classe défavorisée. Dans cette quête de protection, de sauvegarde et de cohabitation de la langue française au côté du créole, langue maternelle, il s’avère judicieux, en Haïti, de se pencher sur l’enseignement des deux langues dès la maternelle. Dans cette optique, la Francophonie pourrait jouer un rôle clef dans ce renouement de la situation, ci-haut décrite comme le « fait français », en prônant les valeurs de solidarité et de justice sociale, de partage et du vivre ensemble. Surtout qu’Haïti n’est pas seul dans cette lutte où deux langues se confrontent incessamment au profit d’une classe élitiste.

LN : quels bénéfices vous pensez tirer de ce FJAF2016 ?

CFBF : D’éveiller cette conscience de l’urgence, de pouvoir discuter sur les grands enjeux sociaux, économiques et culturels similaires à une multitude de pays qui ont en commun un point vital : le FRANÇAIS, effigie de leur histoire coloniale, c’est pour moi plus qu’une opportunité, mais un engagement vers cette réconciliation pour l’avenir d’un monde juste et équitable. En tant qu’ambassadrice, je fais don de moi pour ainsi peu, à mon tour, changer ce monde tant rêvé. Je ne puis le décrire comme étant des bénéfices, mais bien le moment tant désiré pour passer à l’action.


Marc-Edwens Thélusma, originaire de Ouanaminthe, enseignant

Le National : qu’ est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Marc-Edwens Thélusma : Depuis sa création en 2008, le centre de la Francophonie des Amériques a mis sur pied divers programmes qui reflètent sa mission. Ainsi, presque tous les deux ans le centre organise le forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques dans le souci de permettre aux jeunes du continent américain de se rassembler, rencontrer des acteurs engagés en vue de la promotion d’une francophonie plus enrichissante. Autrement dit, l’objectif central du forum des Jeunes Ambassadeurs est d’offrir aux jeunes une formation de haut niveau axée sur le leadership et l’identité culturelle.

En effet, participer à cette 5e édition du forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques représente pour nous une opportunité importante. Tout d’abord, ce sera pour nous l’occasion d’approfondir nos connaissances sur la Francophonie en tissant des liens durables avec d’autres jeunes leaders francophones de la région des Amériques dans le partage et le respect de la diversité culturelle.

Ensuite, la Francophonie dans les Amériques, c’est plus de 33 millions de francophones avec près de neuf millions pour Haïti, soit à peu près le tiers du nombre total de francophones dans la région. Donc, conscient de cette force que peut représenter Haïti dans le monde francophone ; des multiples enjeux de la Francophonie pour Haïti, ce sera également pour nous l’occasion ultime de faire un plaidoyer pour qu’Haïti puisse occuper valablement sa place, jouer son rôle de manière efficace au sein de la communauté francophone et, par conséquent, tirer des bénéfices des différents atouts de la francophonie, car selon notre vision, la francophonie c’est s’engager dans la construction d’un monde plus juste et plus égalitaire. La Francophonie est un atout pour Haïti. Quand nous parlons d’atouts, nous n’évoquons pas uniquement une Francophonie sur le plan linguistique, c’est-à-dire une francophonie promotrice uniquement de la langue française, mais nous voulons parler d’une Francophonie inclusive, mais pas dominatrice, une Francophonie qui valorisera aussi bien le français que le créole en Haïti.

Nous voulons parler également d’une Francophonie qui est facteur de développement économique pour Haïti, une francophonie qui permettra la valorisation et la promotion de la culture haïtienne, du tourisme haïtien, du savoir-faire et du savoir-être haïtiens. Cette Francophonie économique à laquelle nous faisons allusion trouvera sa matérialisation par la réalisation en Haïti de grands événements francophones comme une édition du forum des Jeunes Ambassadeurs, un festival de musique francophone et créolophone, les jeux de la francophonie, etc., ce qui constituera une rentrée économique pour Haïti.

En fin de compte, promouvoir la culture haïtienne, faire le plaidoyer pour un leadership haïtien au niveau de la francophonie dans la région des Amériques, c’est ce qui explique notre présence et notre mission dans le cadre de cette 5e édition du forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques.

LN : quel est votre regard sur le français en Haïti ?

MET : Depuis la signature du concordat en 1860, les politiques publiques haïtiennes ont institué le français comme langue officielle. Ceci dit, il est non seulement la langue de scolarisation, mais également la langue utilisée au niveau de l’administration publique. D’un point de vue anthropologique, au regard du soi-disant bilinguisme haïtien, parler français est vu comme un signe de distinction sociale, un moyen d’affirmer son appartenance à une élite économique ou intellectuelle. C’est une stratégie politique de l’État de toujours maintenir la masse à l’écart de la sphère politique.

Cependant, tenant compte des réalités actuelles, de la proximité historique d’Haïti avec la France et avec pas mal de pays, de la réalité sociétale avec le français comme langue de scolarisation, de mon point de vue, le français peut constituer pour Haïti un vecteur d’ouverture sur le monde.

Alors, cette proximité du français avec le créole devrait contribuer à plus forte raison à la vitalité et à la promotion du créole en Haïti pour un bilinguisme efficace et efficient. Ce bilinguisme au niveau de la scolarisation facilitera non seulement « intégration effective des couches les plus défavorisées, mais également le rehaussement de l’éducation et de la culture haïtiennes.

LN : quels bénéfices pensez-vous tirer de ce FJAF2016 ?

MET : Comme nous l’avons si bien dit, cette 5e édition du forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, comme jeunes leaders du continent, nous permettra de nous rencontrer, d’échanger sur nos expériences et tisser des liens durables, d’être sensibilisés aux enjeux de la francophonie, mais surtout de nous outiller pour devenir citoyens engagés au sein de notre communauté.

Autrement dit, à la fin de ce forum nous aurons le titre de jeunes ambassadeurs de la Francophonie. Lequel titre nous permettra de contribuer à la vitalité de la francophonie au sein de la société haïtienne, de développer et consolider des liens durables avec d’autres partenaires de la francophonie des Amériques, ce qui peut constituer un atout pour Haïti. De surcroît, à la fin de ce forum, nous serons en mesure de contribuer à la création d’un sentiment d’appartenance d’Haïti à la francophonie. Également, nous contribuerons à donner accès à la francophonie en Haïti en mettant en valeur des personnalités, des artistes et spectacles francophones et créolophones. Déjà fort de cette belle expérience de leadership, de promotion de la diversité culturelle, de l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations francophones des Amériques, ainsi, à la fin de ce forum, comme, jeunes ambassadeurs, Haïti peut compter sur nous, sur notre engagement citoyen, en ce sens que nous serons en mesure de contribuer efficacement à la promotion et à l’épanouissement de la francophonie en Haïti. En somme, nous nous engageons à servir la patrie, car nous croyons en une Haïti meilleure, nous croyons en une autre société plus égalitaire. Alors, nous engager dans la promotion de la francophonie et de la créolophonie, c’est nous engager dans la construction d’une Haïti plus juste et plus prospère, c’est nous engager dans l’épanouissement de la culture haïtienne, c’est nous engager dans la promotion d’une Haïti où la jeunesse aura vraiment sa place.


Le National : Qu’est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Widlyn Dornevil : Les individus à travers le monde sont devenus humainement plus loin les uns des autres. Ce repli sur soi ne facilite pas le vivre ensemble capable d’apporter des solutions plus efficaces aux grands enjeux actuels du monde. Les forums internationaux comme celui-ci, offre un cadre idéal pour que les jeunes de plus de 20 pays de l’espace francophone de pouvoir se rencontrer, partager les expériences. Ce forum est pour moi l’occasion de faire partie de ce grand réseau pour aborder les problématiques communes de l’espace francophone notamment la valorisation de la diversité culturelle, la promotion de la paix et la solidarité entre les peuples.

LN : quel est votre regard sur le français en Haïti ?

WD : Le français en Haïti est institutionnalisé d’une façon à créer de l’exclusion sociale dans un pays encore déchiré par des clivages et de l’injustice sociale. Il est une nécessité de travailler à favoriser un climat de cohabitation entre les deux langues. La langue en tant qu’outil d’expression de la réalité peut aussi servir d’outil pour changer la réalité. Une cohabitation des deux peut faciliter l’inclusion sociale en Haïti. Le fait français fait partie de la mémoire collective haïtienne autant que le créole, donc il est du devoir de chaque haïtien et particulièrement de ceux qui maîtrisent le français de contribuer à ce que le français soit approprié par tous les Haïtiens et ne soit pas utilisé comme une langue d’élite. Démocratisons le français (le rendre accessible à tout le monde) et valorisons le créole : deux éléments majeurs de notre identité et mémoire collectives

LN : quels bénéfices pensez- vous tirer de ce FJAF2016 ?

WD : Ce forum peut m’apporter des outils nécessaires pour continuer mon engagement citoyen en faveur d’une Haïti meilleure. Les expériences de chacun des 50 délégués des 20 autres pays devront renforcer mes forces et mes capacités à apporter le changement. L’espace francophone est également un espace diversifie. Les pays francophones parlent tous différentes langues en plus du français et ont tous une culture identitaire différente, ce forum devra permettre de découvrir cette diversité et participer à la promotion d’un espace francophone plus diversifié où chaque culture incluant la langue peut être valorisée. Donc, c’est aussi un espace de valorisation de la langue et de la culture haïtienne donc du créole.

Question facultative : le débat français et créole, français ou créole comme langue en Haïti renvoie à un butin de guerre, quelle est l’importance du français en Haïti d’après vous ?





Port-au-Prince, 28 juin 216

Le National du 28 juin 2016 a livré un certain nombre d’articles que nous nous faisons un devoir de reprendre dans le cadre de cette page, car ils illustrent parfaitement les sentiments que nous partageons depuis Haïti et de ce côté de l’Atlantique. L’impressionnant édito du grand écrivain Gary Victor représente une manière particulièrement subtile de gloser sur la violence qui tend à s’installer sur le pays. Des articles évoquent déjà ce que l’après 28 juin faisait craindre, c’est-à-dire le refus du Parlement (et bien sûr de plusieurs de ses membres mal élus) de répondre sur l’avenir de Jocelerme Privert, et l’incertitude entretenue sur la manière d’assurer un processus électoral serein alors que les Usa viennent d’informer de leur décision de suspendre leur aide sur ce point. Enfin, le point de vue exprimé ici sur l’inconséquence de l’État à propos de la politique linguistique ne peut que retenir notre attention.

L’insoutenable légèreté de la folie

Elle court les rues. Elle peut exploser au petit matin comme ce vendredi où des individus qu’on dit non identifiés ont ouvert le feu sur des immeubles de grandes compagnies fonctionnant dans l’aire métropolitaine.

Elle s’installe dans les rues avec agressivité même à chaque période électorale comme si elle voulait rappeler à l’ensemble des citoyens que le jeu se joue entre des initiés qui défendent des intérêts que la nation doit ignorer.

Elle s’attelle à terroriser les esprits pour qu’ils puissent soit rester éloignés des lieux de décision, soit être dans l’impossibilité de distinguer le réel du mirage, le vrai du faux.

Elle ne se préoccupe pas de cette réalité qui est celle de ce chômage aigu qui frappe une grande partie de notre population, du spectre de la famine qui erre déjà dans les rues de la cité. Au moment où la priorité devrait être d’accorder la priorité aux investissements afin de créer des emplois, la folie frappe au cœur même de notre souffrance, au cœur même de notre désespoir. Comme le citoyen Jean Éric Fouché l’a si bien souligné dans son texte : Nos Java des cavernes, dans la rubrique Tribune, il y a quelque chose qui pue dans cette folie. C’est une « java ». Même l’homme des cavernes était à la recherche du feu pour se réchauffer, du feu pour voir dans les ténèbres, du feu pour s’éloigner de l’animalité. Cette folie quelque part fait honte même à l’homme des cavernes.

Ce qui s’est passé cette fin de semaine devrait alerter tout ce qui reste de sain dans notre société. Nous savions déjà que, pour beaucoup de nos compatriotes, les intérêts particuliers passent avant l’intérêt de la nation. Maintenant cela menace d’aller plus loin. Certains sont décidés à saborder la nation, à l’assassiner économiquement, à faire exploser le chômage et la famine, bref à propulser ce pays aux heures les plus sombres de l’aventure somalienne.

Nous ne pouvons pas l’accepter. Nous ne devons pas l’accepter. Aucun secteur ne doit nous faire sombrer dans la violence, dans l’anarchie, dans l’ignorance, dans la préhistoire de l’humanité au nom d’une espèce d’ayant droit sur le pouvoir politique, un pouvoir politique réduit au comportement de ces bandes de hors-la-loi qui rançonnaient les villes du Far West et que les westerns spaghettis ont à la fois immortalisés pour notre information et surtout ridiculisés.

Plein de politiques sur la scène encore aujourd’hui refusent de mesurer leur action à l’aune du délabrement d’une société dont tous les paramètres sont au rouge. Ils ont certes souvent voyagé à l’étranger, mais nous préférons dire qu’ils ont erré en aveugle, incapables qu’ils ont été même de manifester la moindre honte face à l’état de leur patrie, une honte qui aurait pu être salvatrice. Bien au contraire. Ils adoptent la posture de ces fascistes des ténèbres pour qui l’arrêt de l’histoire, l’immobilisme dans la crasse et l’ignorance seraient du nationalisme. L’heure est certainement grave. Au lieu de la prise de conscience, on veut nous proposer l’affrontement. Au lieu de revenir à l’intelligence, on veut nous proposer la sottise armée, intolérante et meurtrière. Citoyens de l’intérieur et de la diaspora, l’instant approche où nous allons devoir faire ce choix que nous avons constamment différé en croyant constamment pouvoir tirer nos marrons du feu de cette solide tradition antinationale.

Le choix entre le suicide de notre pays et la modernité démocratique.

Gary Victor

La Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme exhorte les parlementaires à adopter une solution viable

Selon l’avis de la CIDH, il y a une absence du pouvoir exécutif en Haïti depuis le 14 juin dernier, date de la fin du mandat du président provisoire, Jocelerme Privert. Ce vide institutionnel, d’après l’institution en question, représente une menace pour l’état de droit en Haïti dont le niveau a plutôt tendance à baisser jour après jour.

Face à cette situation d’instabilité, la commission exhorte les parlementaires haïtiens à trouver une solution viable lors de l’Assemblée nationale afin d’assurer l’équilibre des pouvoirs, le respect des principes de l’État de droit et la continuité démocratique en Haïti. Car, indique l’institution internationale, le vide qui apparaît dans l’exercice du pouvoir exécutif et l’absence actuelle d’un gouvernement démocratiquement élu vont à l’encontre de la charte démocratique américaine.

La CIDH a donc renvoyé la balle dans le camp des parlementaires qui, le mardi 28 juin, doivent se réunir en assemblée pour statuer sur le cas du chef de l’État. Une Assemblée nationale, on se le rappelle, qui devait se tenir le jour même de la fin du mandat du président provisoire et qui a été avortée à deux reprises, pour des raisons d’infirmation de quorum par certains parlementaires et d’insécurité suite aux menaces des manifestants lors de la manifestation du 21 juin dernier.

À titre de rappel, la CIDH a fait remarquer que les peuples des Amériques ont un droit à la démocratie et leur gouvernement une obligation de la promouvoir et de la défendre. Très préoccupée par le triomphe de l’État de droit, cette structure de l’Organisation des États américains (OEA) a déclaré que le véritable exercice de la démocratie représentative n’est autre que la base de l’État de droit et des régimes constitutionnels des États membres de l’Organisation des États américains (OEA).

Ce n’est pas une première, cette institution qui signale que l’absence de continuité institutionnelle ne peut que compromettre la jouissance des droits des citoyens en Haïti, a souvent l’habitude d’exprimer sa préoccupation sur les conjonctures difficiles que traverse le pays, comme c’était le cas en 2015 lors de la décision prise par la cour constitutionnelle dominicaine contre les ressortissants haïtiens notamment.

À rappeler que la CIDH est un organe de l’OEA qui travaille de manière indépendante sur le continent américain. Selon la charte de l’OEA, sa mission principale est de promouvoir aux respects des droits humains dans l’Amérique. Celle-ci agit également comme organe consultatif auprès de l’OEA en la matière. L’organisation est composée de sept membres nommés à titre personnel, sans le sentiment de représentation des pays de résidence ou d’origine.

Evens Régis

Des organisations demandent l’épuration de la liste des candidats

Il s’agit d’organisations de défense de droits de l’homme qui furent impliquées dans l’observation électorale lors du fiasco des 9 août et 25 octobre 2015 : la SOFA, le CNO, le CONHANE, la JILAP, le CARDH, la POHDH et le RNDDH.

Ces organisations de défense des droits humains, dans une lettre ouverte au CEP, croient qu’il est nécessaire de savoir si les vingt-sept (27) candidats qui ont confirmé leur présence à la présidentielle prévue pour le 9 octobre 2016, sont aptes à se porter candidats. Aussi ont-elles énuméré des critères pour que ces personnalités demeurent dans la course au Palais national.

Parmi lesquels, les signataires de cette lettre citent : « le candidat à la présidence doit être une personnalité respectueuse des lois et des principes, et placée au-dessus de tout soupçon ».

Ces conditions d’acceptabilité d’une candidature ne seraient pas négociables pour ces militants qui soutiennent que c’est sur la base de ces critères que « les électeurs auront à voter pour celui qui sera investi du pouvoir de décider du sort du pays pour les cinq (5) années à venir. » Une démarche qui vient faire obstacle à la velléité de certains politiques de briguer la présidence, également qui vient mettre de l’huile sur le feu, alors que le climat est déjà très tendu avec le bras de fer ininterrompu entre parlement et Exécutif pour le contrôle de la transition.

Si le CEP s’investit dans l’épuration de la liste des candidats, ces organismes de défense de droits humains pensent qu’il apportera une aide importante à la population haïtienne pour qu’elle fasse un choix judicieux. Dans cette optique, les défenseurs de droits humains appellent à l’application de l’article 128 du Décret électoral de 2015, au moment d’analyser les dossiers, une manière de vérifier si la remise ou non des rapports narratif et financier relatifs à la subvention électorale qui a été attribuée lors des joutes de 2015, aux partis et regroupements de partis politiques, a été faite.

Les partis disposaient, en effet, d’après cet article du décret, d’un délai de « Trente (30) jours après la publication des résultats officiels… pour faire parvenir au Conseil Électoral Provisoire (CEP) et au ministère de l’Économie et des Finances (MEF), le bilan financier détaillé, signé d’un comptable agréé, accompagné des pièces justificatives des dépenses se rapportant à ladite subvention dans le cadre des joutes électorales. Ces organismes de défense des droits humains ont également souligné dans cette correspondance au CEP que certains candidats avaient fraudé et usé de la violence pour accéder au parlement. L’élection desquels avait été remise en question par le rapport de la Commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale.

Conséquemment, ils font remarquer que ces cas conformément au décret électoral, en son article 239 alinéa 1, doivent être remis en question et soumis à une autre analyse du BCEN afin que toute la lumière soit faite. « La chose souverainement jugée », conclut-il, ne peut être utilisée en tant que bouclier pour faire obstacle à la manifestation de la vérité.

Lionel Édouard

Le refoulement des langues officielles d’Haïti dans une grande conférence caribéenne

La 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe (Caribbean Studies Association) a eu lieu du 6 au 11 juin 2016 à Port-au-Prince. Elle a rassemblé au fil de 300 thématiques des universitaires « de haut calibre [venus] discuter (…) des questions relatives aux mouvements globaux caribéens, peuples, idées, culture, arts et développement durable » (Le Nouvelliste, 9 juin 2016).

Plusieurs observateurs, étonnés sinon dubitatifs, ont noté que cette conférence – à laquelle ont participé trop peu d’universitaires haïtiens travaillant en Haïti -, a donné lieu à un curieux concert d’instruments à vent au motif qu’Haïti, drapée dans sa glorieuse histoire et forgeron d’un improbable « exceptionnalisme » culturel, aurait de singulières lumières à apporter à l’ensemble de la Caraïbe au parvis convulsif du 21e siècle… Ainsi, pour Carole Boyce Davies, présidente de la Caribbean Studies Association, « nous considérons le travail universitaire et intellectuel haïtien comme la clé pour comprendre la Caraïbe tout entière, la diaspora africaine, les Amériques et le reste du monde » (Le Nouvelliste, 8 juin 2016).

Pourtant la configuration positive et constructive de la rencontre avait dès le départ été mise en perspective par Carole Boyce Davies : « Cette conférence jettera les bases d’une rencontre transdisciplinaire et translinguistique qui renforcera l’intégration intellectuelle des différentes zones linguistiques et spatiales des Caraïbes » (Le National, 2 juin 2016).

Tous ceux qui s’intéressent à la fameuse « question linguistique » en Haïti devraient se réjouir qu’une si importante conférence universitaire puisse vouloir contribuer à jeter « (…) les bases d’une rencontre transdisciplinaire et translinguistique » (« translinguistique », c’est moi qui souligne ce terme). Cette perspective se veut inclusive, mais « l’intégration intellectuelle des différentes zones linguistiques et spatiales des Caraïbes » implique, en amont, de la situer dans l’éclairage du « droit à la langue » pour modéliser les communications institutionnelles en Haïti et assurer l’efficience de la transmission et de la reproduction des savoirs.

La réalité des faits nous enseigne toutefois que si la 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe a été un succès « transdisciplinaire » dont on saura, si nécessaire, mesurer les retombées, elle n’a nullement été « translinguistique ». Car elle ne visait pas « l’intégration intellectuelle » des jeunes francocréolophones qui aujourd’hui effectuent des études universitaires en Haïti. Au bilan, cette grande rencontre internationale, dont la langue principale de communication était l’anglais, a laissé très peu de place aux deux langues officielles du pays comme l’a précisé la sociologue Myrlande Pierre .

Myrlande Pierre a [interpellé] l’accessibilité de la communication. Elle critique le fait que les deux langues officielles d’Haïti, le créole et le français, ont été négligées dans les diverses présentations des ateliers notamment. (…) un effort additionnel aurait dû être fait (…) pour respecter les langues officielles du pays hôte de la conférence(…). Il est donc impératif, à ses yeux, que les langues d’usage du pays soient davantage prises en compte en mettant à contribution, par exemple, tous les moyens technologiques de traduction simultanée. « Cela aurait facilité une participation plus équitable en créole et en français, car l’anglais a nettement prédominé et occupé les espaces de discussion dans le cadre de la conférence », a-t-elle déploré. » (Le Nouvelliste, 13 juin 2016)

Plusieurs enseignements peuvent être tirés des remarques pertinentes de Myrlande Pierre, sociologue, chercheuse associée au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l’Université du Québec à Montréal. En tout premier lieu, l’État haïtien, démissionnaire, n’a aucun contrôle sur l’espace des transactions linguistiques publiques au pays. Depuis la promulgation de la Constitution de 1987, il a créé une Secrétairerie d’État à l’alphabétisation dont le bilan, très maigre aux plans qualitatif, méthodologique et quantitatif, accompagne le délitement de sa mission. Récemment, l’État s’est vu imposer, dans ses marges ensablées sinon dans son dos, l’établissement d’une petite ONG dénommée Académie créole dépourvue des attributions, des provisions légales contraignantes et du pouvoir d’aménagement concomitant de nos deux langues officielles. Claustrale et aphone, cette petite ONG paraétatique n’a aucun impact mesurable sur la vie des langues en Haïti, comme d’ailleurs c’est le cas de la Faculté de linguistique appliquée de l’Université d’État qui, de 1978 à nos jours, n’a pas su conceptualiser un seul énoncé de politique linguistique nationale et encore moins produire des instruments scientifiques de modélisation en didactique du créole.

En deuxième lieu, l’État haïtien – à nier les droits linguistiques de la population - ne valorise pas les langues de communication institutionnelle au pays. Dans un pays où la souveraineté nationale s’apparente souvent aux mimiques d’un ventriloque, n’importe quelle institution, nationale ou internationale, peut organiser un colloque en Haïti et imposer l’usage de l’arabe ou du japonais comme langue principale de communication au détriment du créole et du français sans que cela ne soulève l’ombre d’un questionnement… S’il est avéré que les membres de la Caribbean Studies Association utilisent couramment l’anglais comme langue de travail dans leurs pays respectifs, il est aussi attesté que plusieurs conférenciers d’origine haïtienne de ce regroupement sont créolophones et ont une relative compétence en français. En contexte, le problème de fond est celui du respect des droits linguistiques des locuteurs vivant en Haïti ; celui aussi du respect et de l’opérationnalité des deux langues officielles d’Haïti lors d’une conférence institutionnelle ayant lieu sur le territoire national.

Mais ce problème de fond n’a pas causé d’insomnie au nouveau recteur de l’Université d’État d’Haïti, Fritz Deshommes, membre fondateur de l’Académie créole, qui, le cœur léger, « a précisé [au Nouvelliste] que l’UEH était au cœur de l’organisation de la conférence. L’UEH était la seule université haïtienne membre du comité d’organisation » (Le Nouvelliste, 13 juin 2016). L’accessibilité de la communication dans les deux langues officielles du pays n’a pas constitué une obligation pour les organisateurs de la 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe, jusques et y compris à l’Université d’État d’Haïti qui est une institution fondatrice de l’Académie créole.

En troisième lieu, dans l’espace des transactions linguistiques interinstitutionnelles, il est possible de mettre en œuvre un cadre réglementaire de fonctionnement linguistique guidé par les exigences du « droit à la langue », du « droit à la langue maternelle1 » et de l’« équité des droits linguistiques ». Sans perdre de vue qu’il devra être arrimé à une future loi d’aménagement de nos deux langues officielles, ce cadre réglementaire prendrait en compte les paramètres de la communication interne entre les institutions et les locuteurs participant à une même activité en donnant la priorité à l’emploi obligatoire de nos deux langues officielles ; ce cadre fixerait aussi les modalités de l’emploi des langues sœurs régionales, en particulier l’anglais et l’espagnol.

L’Université du Québec à Montréal a bien compris l’importance d’un tel cadre réglementaire lorsqu’elle a édicté sa politique linguistique interne : Article 12 : Diffusion de la recherche et de la création L’UQÀM encourage fortement les (…) professeurs et les (…) chercheurs qui communiquent leur expertise sur la scène publique, soit oralement, soit par écrit, à diffuser les résultats de leurs travaux prioritairement en français et, lorsqu’ils publient ou communiquent dans une langue autre que le français, à accompagner leur texte d’un résumé substantiel en français. L’Université offre un soutien spécifique à la diffusion du savoir en langue française. (Source : UQÀM, Secrétariat des instances –Politique linguistique)

Qu’en conclure ? Il est impératif que l’État, l’Université et la société civile s’approprient une vision rassembleuse des droits linguistiques en Haïti. Ces droits sont assortis d’obligations et de responsabilités au cœur de l’aménagement futur des deux langues officielles d’Haïti. Les obligations s’appliquent aussi à l’organisation et au fonctionnement de colloques nationaux et internationaux devant respecter les droits linguistiques des locuteurs unilingues créolophones et des locuteurs bilingues créoles/français vivant au pays. Seule l’effectivité des droits linguistiques de tous les locuteurs haïtiens peut garantir l’accessibilité de la communication dans les deux langues officielles du pays. Unificatrice, cette vision permettra de modéliser les communications institutionnelles en Haïti et d’assurer l’efficience de la transmission et de la reproduction des savoirs. C’est pour cela que les linguistes, en haute clarté, accompagnent l’État qui a l’obligation d’élaborer et de mettre en œuvre la première politique nationale d’aménagement linguistique issue de la Constitution de 1987.

Robert Berrouët-Oriol
Linguiste-terminologue

NOTES
Sur les notions de « droits linguistiques », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » et d’« équité des droits linguistiques », consulter notre livre de référence : Berrouët-Oriol, R., D., Cothière, R., Fournier, H., Saint-Fort (2011). L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions. Éditions du Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Texte lié : Robert Berrouët-Oriol (2014) : Plaidoyer pour une éthique et une culture des droits linguistiques en Haïti. Éditions du Cidihca, Montréal, et Centre œcuménique des droits humains, Port-au-Prince ; voir aussi Lyonel Trouillot : « On peut habiter le bilinguisme sans tragédie », SwissInfo.ch, 16 juin 2010.





Port-au-Prince, 27 avril 2016

Notre ami Laënnec Hurbon nous adresse ce témoignage mis en forme par Le Nouvelliste et qui porte sur le traumatisme profond engendré par la folie destructrice et la violence de la famille Duvalier. Haïti a souffert de façon indicible du fait des exactions entreprises déjà avant le 26 avril 1963, mais nous comprenons évidemment par ces témoignages pleins d’émotion et de dignité que c’est l’Homme tout entier, chair, esprit, identité, citoyen, qui peut souffrir d’une dictature sanglante prête à tout pour mettre en place et préserver son pouvoir.

Centre Oecuménique des Droits Humains <cedh@cedh-haiti.org>

Actualité Devoir de Mémoire-Haïti
Duvaliérisme, impunité : pour qu’on n’oublie pas

Sont réunis ici, en public, l’historien Pierre Buteau, l’ancien militaire François Benoît et le sociologue Laënnec Hurbon

Ils ont voulu prendre appui sur ce passé triste, barbare pour pouvoir se « projeter vers l’avenir avec courage ». Ils ont voulu que ce jour, 26 avril 1963, jour fatidique dans l’histoire de la violence politique duvaliérienne, ne soit jamais couvert des ombres de l’oubli. Et que parce que les générations actuelles doivent comprendre ce qu’était le duvaliérisme, dans son essence, dans sa terreur, Pierre Buteau, historien, croit que nous « devons pouvoir faire face à ce passé », si douloureux soit-il. « Dans l’histoire de la violence politique en Haïti, on n’a jamais connu une dimension d’une telle intensité », soutient Pierre Buteau, les yeux rougis, au cours de ce débat, organisé par la Fondation Devoir de Mémoire-Haïti, mue par la lutte contre l’oubli, contre l’amnésie…

Avec beaucoup de passion, de sensibilité, d’altruisme, Pierre Buteau a effleuré ce vingt-six avril 1963, quoiqu’il soit persuadé que cette date n’est pas unique dans l’histoire de la violence duvaliérienne en Haïti. Mais il croit que c’est à partir de ce moment que l’horreur des Duvalier, au niveau de l’exercice de la violence, a atteint « une dimension extrême ». Il parle d’ « une violence extrême », de l’exécution de toute la famille Edeline, de la « boucherie de Jérémie qui s’en suivit. François Duvalier, qui a dirigé le pays d’une main de fer, d’une main couverte de sang, a voulu coûte que coûte retrouver ceux qui ont ourdi ce complot et osé s’attaquer au véhicule qui emmena ses enfants à l’école ce jour-là.

« Quand ce n’est pas en face de leur père, on poignardait les bébés parfois dans les mains de leur mère. C’est impensable », relate Pierre Buteau, rappelant que les troupes des Duvalier, durant la campagne électorale, agressaient déjà leurs adversaires, comme pour mieux rendre compte de la violence qu’incarnait le personnage. La violence duvaliérienne, d’où ça sort ? Y a-t-il une raison à la folie ? « Aucune de ces horreurs de pouvoir dans toute l’histoire d’Haïti n’est comparable à celle des Duvalier qui était innommable », tranche-t-il. Salomon, Tonton Nord, très rétifs, eux aussi, à la défense de leur pouvoir. « On ne peut pas comprendre l’Haïti d’aujourd’hui si on ne comprend pas le duvaliérisme, dit-il. On ne peut pas comprendre le duvaliérisme si on ne comprend pas d’où ça est sorti. Parce que si Duvalier a concocté dans sa tête cette violence, il y avait des bras qui abattaient les gens. D’où sont sortis ces bras qui acceptaient d’être dirigés par un monstre et qui, eux-mêmes, se comportaient en monstres ? »

Si Pierre Buteau a parlé d’une « violence extrême », Laënnec Hurbon, professeur de sociologie des religions à la FASCH, chercheur au CNRS, parle d’ « excès de violence », c’est-à-dire que les macoutes, les sbires du régime, interviennent dans tous les éléments de la vie quotidienne, jusque dans l’imaginaire de l’individu de telle sorte « qu’il ne puisse pas exister de protestation possible contre les crimes et qu’il puisse y avoir chez ceux qui ont subi ces crimes-là, ce qu’on appelle une amnésie totale ». « La raison ne doit pas abdiquer. Il faut la lutte contre l’oubli », plaide Laënnec Hurbon, incisif, à l’Université Quisqueya, sous les yeux d’une bonne centaine de personnes, pour la plupart apparentées avec les familles assassinées à Jérémie.

Académique, méticuleux, Laënnec Hurbon parle d’une dictature dont il semble maîtriser les contours. « Le duvaliérisme, dans ses mécanismes de produire des morts sans sépulture, a produit une seconde mort sur les victimes », avance le sociologue, qui souligne que le régime, dans cette démarche, cherche à marquer obligatoirement le déni de l’identité d’être humain de la victime et en même temps, relativement, la suppression de la citoyenneté des victimes. Laënnec Hurbon croit que le « devoir de mémoire et la lutte contre l’impunité, en mettant l’accent sur la justice pour les victimes, contribueront à la réintégration de la victime dans la communauté des citoyens ».

Haïti, dans son rapport à la mémoire, a un problème particulier. « Duvalier représente un sommet dans l’histoire des crimes perpétrés par les pouvoirs politiques en Haïti, mais il faut rappeler qu’il y a dans l’histoire d’Haïti une pratique de l’impunité, de l’amnésie », selon Laënnec Hurbon. Avec moult détails et son calme habituel, il cite, exemple oblige, le procès de consolidation avec le fait étrange que deux des jugés sont devenus président de la République. Il parle aussi de l’affaire des frères Coicou exécutés. Sur ce registre, la question de la politique de l’oubli qui s’incruste dans notre histoire, le petit portrait qu’il a dépeint est pour le moins sombre. « Des présidents sont partis sous la pression populaire. Leurs biens sont confisqués. Et une fois revenus au pays, ils leur sont remis. »

« Les conséquences de l’impunité sont catastrophiques et nous vivons ces catastrophes depuis une trentaine d’années », explique Laënnec Hurbon, pour qui Fort-Dimanche, l’un des symboles forts du duvaliérisme, n’a pas été une prison mais plutôt un lieu de dégradation de la condition d’être humain, de la personne qui est conduite comme prisonnier ». Il pense qu’il n’y a pas de possibilité de réconciliation nationale tant que les faits ne sont pas reconnus. « Il faut dire la vérité sur les crimes car cela est de nature à nous empêcher de nous laisser aller aux pulsions de la vengeance. » Laënnec Hurbon, convaincu que la lutte contre l’impunité a un effet émancipateur, a plaidé pour une véritable ritualisation de la mémoire. « La mémoire abstraite n’existe pas. Il faut des cadres matériels, des repères matériels qui permettent de réintégrer les victimes dans le monde des vivants ».

Le duvaliérisme reste encore un mystère dans son amour pour le crime, pour la violence. Pierre Buteau, lui, dans sa tentative d’explication, a parodié Juan Bosch, ancien président dominicain et accessoirement intellectuel raffiné : « Psychologiquement, Duvalier est un type d’homme qu’on rencontre dans les sociétés primitives. Plus il acquiert la puissance, plus il affiche de morgue sous l’effet de celle-ci, il se transforme physiquement, jour après jour, et tend à devenir parfaitement insensible. En fin de compte, il n’est plus qu’une poupée gonflable jusqu’au moment où elle perd l’équilibre et explose. Chez de tels êtres, le pouvoir qu’ils détiennent n’a pas seulement des répercussions sur leur physique, leur âme se transforme également dans le sens d’une déshumanisation progressive pour ne plus être enfin que le siège des passions effrénées. De tels hommes sont dangereux […]. À les en croire, ils ne sont plus des êtres ordinaires, mortels et faillibles mais l’incarnation en ce monde des forces obscures qui bouleversent l’univers […]. »

François Benoît, ancien instructeur à l’académie militaire, officier et premier lieutenant, qui a quitté l’armée bien avant que les choses dégénèrent, parle d’un régime dont le moteur était le crime. « Les évènements du 26 avril n’ont pas commencé le 26. Car dès le 24 avril, tous ceux qui avaient été révoqués ce jour-là de l’armée ont été recherchés. Ceux qui ont été trouvés ont été immédiatement amenés au Fort-Dimanche et fusillés. » Dans son récit-témoignage, Benoît ne s’est pas masqué pour dire, ou tout au moins confirmer, que la répression avait commencé avant le 26 avril. Ayant vécu aux premières loges la métamorphose des militaires en des escadrons de la mort, il a admis que c’est à partir de ce moment que les macoutes ont reçu un blanc-seing pour assassiner à visage découvert tous ceux qui sont soupçonnés de s’opposer au régime.

Dans le bric-à-brac du débat, des interventions pour la plupart pleines d’émotions – comme souvent chaque fois qu’on évoque les Duvalier –, des voix se sont élevées pour rappeler la possibilité qu’il y a encore de poursuivre le régime. Comme un veilleur du temple, François Benoît, lui, n’y est pas allé par quatre chemins. « L’eau qui a permis la survie des Duvalier est encore là. On ne se reconnaît pas en tant qu’Haïtien, quelle est notre responsabilité vis-à-vis des autres ? Il faut refaire l’âme haïtienne, ce par l’instruction civique », soutient-il sous une salve d’applaudissements. Dans cette plongée toute ouverte dans les plaies commises par le duvaliérisme que les écoliers haïtiens n’étudient pas encore, personne ne perd de vue que les bourreaux circulent encore.

AUTEUR
Juno Jean Baptiste
jjeanbaptiste@lenouvelliste.com




Port-au-Prince, le 9 mars 2016

Revue de presse du Groupe C3

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

La plate-forme « rel patriyotik dénonce un plan des parlementaires membres des partis de l’ancien régime visant à paralyser l’action du président provisoire

Le porte -parole de la plate-forme « Rel patriyotik » (cri patriotique), Dextra Fritz Gerald a accusé vendredi des parlementaires du PHTK et alliés de constituer l’élément de blocage du processus de ratification de la politique générale du premier ministre désigné Fritz Alphonse Jean. Dextra Fritz Gerald a indiqué que le refus affirmé de députés et sénateurs du parti de l’ancien régime PHTK de voter en faveur M.Fritz Jean s ‘inscrit dans le cadre d’ un plan qui viserait à faire passer le temps, dans l’espoir de le voir arriver au terme de son mandat de 120 jours, sans former un gouvernement et sans avoir pu organiser des élections. Source : ahphaiti.org

Le pays sera bientôt doté d’un nouveau gouvernement

Le gouvernement provisoire sera incessamment constitué. L’annonce a été faite par le Président de la République. Jocelerme Privert tout en affirmant que les négociations avancent bien avec les secteurs concernés. Entretemps, le conseil électoral provisoire compte enfin 9 membres. Les noms seront soumis à l’appréciation du grand public indique le chef de l’état lors d’une conférence, ce vendredi. Par ailleurs, Jocelerme Privert a réaffirmé son optimisme quant à la possibilité que Fritz Jean d’obtienne un vote favorable à la déclaration de sa politique générale. Source : metropolehaiti.com

Le Sénat ne tient toujours pas séance pour élire son président

Faute de quorum, la séance plénière, qui devait se tenir au Grand Corps pour élire un nouveau président à la tête du Sénat de la République n’a pas pu avoir lieu. Elle est reportée au mardi 8 mars. L’appel nominal a constaté seulement la présence des 13 sénateurs du groupe majoritaire. Que le successeur de Jocelerme Privert au Grand Corps ne soit pas issu du groupe majoritaire qui a raflé la Présidence et la Primature, telle est l’exigence du groupe minoritaire pour permettre la tenue de séance. Source : signalfmhaiti.com

Jovenel Moise ne participerait pas au second tour de la présidentielle

C’est la panique dans le camp du PHTK depuis la rencontre de cette formation politique avec le Président Provisoire Jocelerme Privert le 19 février dernier. Selon Jovenel Moise qui faisait le compte-rendu de cette réunion jeudi à l’émission Haïti Débat sur Scoop FM, le président Privert aurait déclaré aux représentants du Parti Haïtien Tèt Kale qu’il n’était pas au courant que Jovenel Moise était qualifié pour le second de la présidentielle. Selon le président provisoire, Jovenel Moise serait classé en 5eme position suivant les résultats dont il dispose, résultats contraires à ceux publiés par le CEP de Pierre Louis Opont. Source : scoopfmhaiti.com

Haïti-Politique : Les pièces originales de Fritz Jean attendues à la chambre basse

Le premier ministre nommé Fritz-Alphonse Jean a promis d’acheminer ses pièces originales à la chambre basse, en vue de la poursuite de l’étude de son dossier, fait savoir le premier secrétaire à la chambre des députés, Abel Descollines, joint au téléphone par AlterPresse. Une séance plénière devrait avoir lieu le jeudi 3 mars 2016 à la chambre des députés en vue de constituer une commission chargée de déterminer la recevabilité ou l’irrecevabilité des pièces du premier ministre nommé. Source : alterpresse.org

Des organismes féminins rejettent l’auto désignation de Marie Frantz Joachim au CEP

Plusieurs organismes féminins (OFAVMA, COFEDNO, REFKAD, Association nationale des femmes victimes coopératives, etc.) se sont réunis, vendredi 4 mars, pour alerter l’opinion nationale et internationale sur le choix anti-démocratique de la coordonnatrice de solidarité Fanm Ayisyen (SOFA), Marie Frantz Joachim comme représentante du secteur féminin au sein du conseil électoral provisoire (CEP). Source : hpnhaiti.com

Société

Haïti-Cartographie : La Carte géographique d’Haïti doit être bientôt modifiée A cause de la précision des nouvelles données géo-spatiales que l’étude sur la cartographie a permis à l’État haïtien de disposer, le contenu de la Carte géographique d’Haïti doit être et sera modifié, a indiqué Boby Emmanuel Piard, directeur du Centre National de l’Information Géo-Spatiale (CNIGS). Cette information a été communiquée lors d’un atelier de travail tenu à l’initiative du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), dans le cadre du Projet de reconstruction et de gestion des risques et des désastres (PRGRD), autour du thème : « Compréhension des risques naturels à travers les Nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Source : hpnhaiti.com

Haïti- Politique : Le président provisoire, Jocelerme Privert annonce des dispositions pour renforcer la sécurité

Un ensemble de dispositions a été adopté en vue de lutter contre la remontée du banditisme et garantir la sécurité dans le pays, indique le président provisoire Jocelerme Privert lors d’une conférence de presse, au palais national, ce 4 mars 2016. Ces actions viseraient à contribuer à créer des conditions maximales de sécurité en mettant hors d’état de nuire les bandits. En ce sens, il appelle la population à collaborer avec la police pour faciliter leur capture. Source : alterpresse.org

Port-au-Prince croule sous le poids des immondices

Depuis tantôt deux semaines, la région métropolitaine de Port-au-Prince est devenue un véritable dépotoir avec des tonnes d’immondices remarquées à chaque coin de rue. Au niveau du Boulevard Jean Jacques Dessalines communément appelé Grand Rue, la circulation automobile est devenue plus difficile en raison de la présence de montagnes d’immondices jonchant la chaussée. La commune Pétion-Ville considérée comme une zone huppée avec ses grands magasins n’est pas exempte. Non loin du marché, les immondices règnent en maître. Source : infohaiti.net

Culture

Éric Charles a rassemblé le monde culturel derrière lui

La plate-forme « Mardi alternative » et Radio Galaxie se font complices pour rendre un hommage mérité au chanteur Éric Charles, décédé le 25 février dernier des suites d’un ACV. Une soirée émouvante, empreinte de solidarité en dépit d’une météo peu clémente, a été organisée à sa mémoire. Source : radiotelevisioncaraibes.com

Sport

Haïti-Foot-U17 : Les Haïtiennes en tête de classement

Après avoir battu en amical (1-0) la Costa-Rica, la sélection haïtienne très convaincante a dominé (13-0) le pays hôte la Grenade, mercredi soir à Cricket National Stadium lors de la 1ère journée du groupe A dans le cadre de la dernière phase des éliminatoires de la coupe du monde Jordanie 2016. Source : radiotelevisoncaraibes.com

Dans la presse internationale

L’ONU appelle Haïti à agir contre la surpopulation carcérale et les détentions provisoires prolongées

Malgré les avancées importantes d’Haïti en matière de protection des droits de l’Homme, un nouveau rapport de l’ONU, publié vendredi, met en lumière les manquements du système judiciaire du pays, l’usage illégal de la force par des agents de l’État, ainsi que la situation humanitaire préoccupante des milliers de personnes d’origine haïtienne déportées en Haïti par la République dominicaine. Publié par le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH), ce rapport annuel analyse la situation des droits de l’Homme en Haïti entre juillet 2014 et juin 2015. Il met en évidence des avancées en matière de droits de l’Homme, s’agissant notamment de la protection des enfants contre le trafic, la prostitution et la pornographie. Source : french.xinhuanet.com



Ils ont dit

Le sénateur Edwin Zenny, membre du bloc minoritaire : « Le président Privert est en train de commettre la même erreur que son prédécesseur Michel Martelly qui avait échoué dans ses tentatives d’imposer le juriste Bernard Gousse comme chef de gouvernement. » Source : ahphaiti.org

Le Président de la République, Jocelerme Privert : « Les discussions vont bon train avec les parlementaires et il y a de l’espoir. » Source : metropolehaiti.com

Le chef de file du groupe minoritaire au Sénat de la République, Yourie Latortue : « Le Président Privert n’a d’autre choix que de nommer un autre Premier Ministre. Un gouvernement qui n’est pas issu d’un consensus mènera inévitablement le pays vers le chaos et le trouble avec des élections qui seront à coup sûr orientées”. Source : infohaiti.net

Le linguiste Lemète Zéphyr : « La mise en place d’une commission de vérification électorale s’avère « fondamentale » dans la conjoncture actuelle. C’est la première chose à faire après l’installation du gouvernement » Source : alterpresse.org

Amnesty International, Human Rights Watch, la FIDH et Avocats sans frontières Canada (ASFC) : « La crise politique que traverse actuellement Haïti ne doit pas servir de prétexte pour priver de justice les victimes de violations des droits humains commises sous le régime de Jean-Claude Duvalier. » Source : rfmhaiti.com


Le texte de la semaine


Démocratie, gouvernance et réforme universitaire : l’expérience haïtienne

Par Fritz Deshommes*

dimanche 28 février 2016
Source : alterpresse.org

La communauté universitaire constitue l’un des secteurs les plus concernés par les transitions démocratiques. Souvent l’Université se situe à la pointe des revendications et des actions pour le changement de régime politique et demeure parmi les plus proactifs dans la période post-ancien régime. L’Université haïtienne n’y échappe pas. [1] Le présent texte part de la chute de la dictature des Duvalier et relate l’expérience de l’Université d’État d’Haïti, le plus important établissement d’enseignement supérieur d’Haïti. Il met surtout l’accent sur les écueils à éviter dans la mise en place de la démocratie universitaire et rend compte des tentatives de correction de certaines dérives constatées 30 ans après.

1- A la chute de la dictature des Duvalier en février 1986, les revendications fusent de toutes parts. Le leitmotiv à l’époque : « Changer l’État ». Sortir de l’État prédateur, patrimonial, autoritaire, centralisateur et instaurer une gouvernance démocratique, participative, décentralisée et efficace. Changer l’État, le transformer et le mettre véritablement au service de la nation.

2- Pour l’Université d’État d’Haïti, la nouvelle situation se traduit par des changements majeurs dans la composition et le fonctionnement de ses organes dirigeants et les relations avec les Pouvoirs Publics. L’élection des dirigeants à tous les niveaux, la participation des composantes fondamentales de la communauté a la gestion de l’institution (étudiants, professeurs, notamment), l’introduction de nouveaux rapports avec l’État, la dynamisation de l’Administration Centrale de l’UEH, la redéfinition de la mission de l’institution constituent autant de jalons marques sur le chemin d’une université en quête d’un fonctionnement plus efficace et plus en rapport avec sa nature.

3- Trente ans après, le bilan de ce nouveau régime fait apparaitre des points forts et des points faibles.

D’un côté, l’université devient plus capable de jouer son rôle naturel dans la société dans la formation de cadres et de dirigeants dans la production de savoirs, le développement d’une pensée critique, l’animation de la vie intellectuelle et scientifique. La nouvelle Constitution affirme son autonomie et confirme son statut d’institution indépendante. Désormais ses professeurs, dirigeants et cadres ne sont plus nommés par le Président de la République. Les Dispositions Transitoires relatives à l’organisation et au fonctionnement de l’Administration Centrale de l’UEH lui reconnaissent notamment la liberté d’expression, la liberté académique, la liberté de gestion, la liberté financière et l’inviolabilité de son espace.

D’un autre côté, le mode de mise en œuvre de ces acquis démocratiques dans un contexte d’approfondissement de la crise nationale au triple niveau politique, économique et social met en lumière les lacunes suivantes :

Mauvaise qualité des relations avec les pouvoirs publics ;
Le système est fermé sur lui-même, sans beaucoup d’interactions avec les secteurs vitaux de la société et de l’État ;

Le mode de désignation des dirigeants ne garantit que les meilleurs seront choisis ;
Le système fait montre d’un déficit flagrant d’organes de gouvernance et de régulation ;

L’organe suprême de l’institution, le Conseil de l’Université comporte de graves lacunes nuisibles à son fonctionnement harmonieux et à son développement. Citons notamment : sa composition, entre les incompatibilités des fonctions de ses membres et son caractère ferme, tourne sur lui-même ; sa nature et ses attributions réelles qui font qu’elle joue à la fois le rôle de Conseil d’Administration, de Conseil Académique, de Conseil d’Arbitrage, de Conseil Consultatif, etc. ; L’excès de démocratisme qui : a) conduit à élire au sein d’un Conseil Exécutif ou du Conseil Décanal des dirigeants sur des programmes séparés de telle sorte que l’entente devient très difficile au moment de la mise en œuvre ; b) dote les étudiants d’un poids excessif que le clientélisme des uns, la précarité des autres transformeront en une force de pression susceptible d’être préjudiciable au bon fonctionnement du système.

4- Pour pallier ces difficultés, la Commission de Réforme créée par les Dispositions Transitoires susmentionnées a fait les propositions suivantes :

Augmentation du nombre d’organes de gouvernance et de régulation à l’UEH et clarification de leur mission ;
Création d’un Conseil d’Administration, d’un Conseil Académique et Scientifique, d’un bureau du Protecteur Universitaire, d’un bureau d’Audit Interne ;
Révision de la composition de l’organe suprême dans la perspective de l’élimination des incompatibilités de fonctions occupées par la même personne ;
Option claire pour l’établissement de nouvelles relations avec les Pouvoirs Publics qui sont désormais représentes au Conseil d’Administration au triple niveau du Pouvoir Exécutif, du Pouvoir Législatif et des Collectivités Territoriales ;
Ouverture vers la Société Civile qui dispose de représentants au Conseil d’administration a travers ses Associations Professionnelles et Civiques ; Introduction de nouvelles modalités de désignation des dirigeants dans la perspective de favoriser l’émergence des candidats les plus capables, dans un cadre de gouvernance rationnelle et de sauvegarde des acquis démocratiques. Dans cette perspective, l’élection est précédée d’un processus de screening. De même, il reviendra au Recteur, au Chancelier et au Doyen de désigner leurs collaborateurs les plus directs (comme vice-recteurs, vice-chanceliers et vice-doyens), histoire de promouvoir l’unité de commandement, de vue et d’action au sein des Conseils a attributions exécutives ;
Intégration pleine et entière des entités de province au système de l’UEH. Désormais elles ont le même statut, le même mode de fonctionnement et de gouvernance que les autres entités de la capitale. Ils sont également représentés au Conseil d ’Administration. En outre, ils sont dotés d’un Conseil Consultatif local regroupant la société civile et les pouvoirs locaux.

Désormais, l’UEH est constituée d’un réseau de campus, décentralisés, dotés d’une large autonomie, lesquels mutualisent leurs ressources et leurs capacités. Ce réseau fonctionnerait sous le contrôle d’un Conseil d’Administration compose de représentants de tous les campus, à côté de ceux de l’État, des Collectivités Territoriales et de la société civile. Bien entendu, la proposition de la Commission de Réforme peut être améliorée en prévoyant une représentation appropriée du personnel administratif ainsi qu’une majorité de sièges en faveur des membres en provenance des structures internes de l’Université, dont les professeurs, les étudiants, les membres de direction et le personnel administratif. On peut même prévoir que les membres externes doivent nécessairement être des anciens de l’UEH.

5-Comme on peut s’en rendre compte, la Commission de Réforme s’est gardée de trop se prononcer sur les aspects académiques. Ils sont plus compliqués, demandent plus d’enquêtes, plus d’études, plus de temps. En outre, ils requièrent de sérieuses négociations avec les entités composant l’UEH.

Par exemple, doit-on encore consacrer la proximité thématique Droit et Sciences Économiques, dont se prévaut la Faculté du même nom ? Ne serait-il pas plus approprié de placer le Département d’Économie à côté de ceux de Comptabilité et de Gestion des Affaires logés à l’INAGHEI ? Existe-t-il des raisons majeures pour que deux Facultés différentes développent des programmes de licence en Psychologie et en Sociologie, comme c’est le cas à la FASCH et à la FE ou de sciences politiques comme c’est le cas à l’IERAH et à l’INAGHEI ? Le Décret de 1985 créant une vaste Faculté des Sciences humaines et sociales regroupant la FASCH, la FLA, la FE est-il encore d’actualité ?

Comment apprécier les propositions selon lesquelles l’ENS devrait se transformer en une vraie Faculté des Sciences de l’Éducation capable de conduire de sérieuses réflexions sur le système éducatif national et de former les enseignants à tous les niveaux, de la maternelle à l’Université, en passant par le fondamental et le secondaire ? Quand on se rappelle l’état lamentable de notre système éducatif, ses lacunes criantes en termes de disponibilités de maitres, de professeurs et de gestionnaires qualifiés, de matériel didactique et pédagogique, il est opportun de se demander si l’UEH ne serait pas plus utile à la nation si elle pouvait disposer d’une faculté appelée à devenir la référence nationale sur toutes ces questions.

L’UEH ne devrait-elle pas s’évertuer à renforcer et à valoriser les immenses capacités nationales en matière artistique et culturelle. La musique, la peinture, l’artisanat, les arts, les chants et danses demeurent des domaines trop négligés et pour lesquels notre pays dispose d’un avantage comparatif certain. On pourrait dire autant de l’Histoire, des savoirs locaux en matière de médecine traditionnelle, d’agriculture, de construction, de gestion de l’environnement, de météorologie, etc. ?

Ne devrions-nous pas créer une véritable faculté des sciences. Et par la même occasion établir la différence entre une faculté des sciences et une faculté de génie ?

Avons-nous un nombre trop élevé de facultés ? Des regroupements seraient-ils nécessaires ?

Bien entendu la plupart des propositions de la Commission de Réforme risquent de faire l’objet de fortes résistances au sein de la Communauté universitaire. Aujourd’hui en 2014, comment faire prendre conscience des lacunes, des déficits, des erreurs, des contradictions ? Comment convaincre de la nécessité d’apporter des corrections appropriées ? Comment amener à comprendre que ce qui peut paraitre comme une perte de pouvoir pour certains secteurs constituent plutôt une occasion de renforcement de l’institution et par ainsi de ces mêmes secteurs ? Comment amener le Conseil de l’Université à faire siennes ces réformes ? Dans cette conjoncture de crise multiforme, comment alerter la communauté universitaire sans dévoyer la démocratie ? Comment prendre à témoin la société civile et l’État sans mettre en danger l’autonomie universitaire ? Comment porter le reste de la société à prendre ses responsabilités vis-à-vis de sa plus grande université, financée essentiellement par les taxes et impôts des citoyens ?

* Vice-recteur à la recherche de l’Université d’État d’Haïti




Le choix du président provisoire, le sénateur Jocelerme Privert, résoudra-t-il une partie des problèmes du pays et de son personnel politique, ou sera-t-il finalement le moyen suffisant, faute de mieux, pour s’organiser vers la véritable démocratie réclamée par la plus grande partie du peuple ? Voici déjà la revue de presse et le billet d’humeur qui ont précédé la décision des parlementaires.

Port-au-Prince, le 13 février 2016

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Wesner Polycarpe justifie le processus pour l’élection d’un président

Les personnalités politiques intéressées par la présidence provisoire attendent le dernier jour pour soumettre leurs dossiers. Seuls trois dirigeants de partis politiques, inconnus du grand public, ont rempli les formalités de la commission bicamérale spéciale. Le président de la commission, Wesner Polycarpe, a justifié la poursuite du processus en estimant qu’il bénéficie de l’appui d’un secteur de l’Opposition. Il se dit prêt à expliquer aux manifestants l’importance du processus d’élection d’un président provisoire. Il n’est jamais trop tard pour fournir des précisions sur le bien-fondé de la démarche du Parlement, dit-il. Source : metropolehaiti.com

Faible affluence à l’inscription des candidats à la Présidence provisoire

De plus en plus de voix s’élèvent au Parlement et ailleurs contre l’éventualité que l’Assemblée Nationale soit juge et partie en tentant d’élire un parlementaire à la présidence provisoire. Des organisations politiques et le G-8 manifestent à partir de ce vendredi 12 février 2016 contre l’accord du 5 février et contre l’élection d’un parlementaire à la présidence provisoire. Source : radiokiskeya.com

Les responsables du secteur populaire et du MONOP apportent leur soutien à Jocelerme Privert comme président provisoire

Selon Roody Pierre Paul et André Fadot, M. Privert est à même de répondre aux desiderata de la population. Ils annoncent trois journées de manifestation, demain, samedi et dimanche pour forcer les présidents des deux branches du Parlement d’assumer leurs responsabilités en dotant le pays d’un président provisoire dans le meilleur délai. Source : radiotelevision2000.com

Les syndicalistes accordent un délai de 24 heures aux parlementaires

En conférence de presse, jeudi 11 février, à l’hôtel Le Plaza, des syndicalistes, fixant leur position sur la crise que connaît le pays, expriment leur désaccord au procédé des parlementaires en vue d’élire un président provisoire dans le pays. Ils disent ne pas comprendre l’attitude du Parlement haïtien dans cette aventure inconstitutionnelle d’inscription de candidats à la présidence pour la transition, a constaté Haiti Press Network. Montès Joseph, Méhu Changeux et Hary Antony, responsables du Regroupement du secteur syndical haïtien, concentrant le Front national des syndicats haïtiens (FNSH), le Secteur transporteur terrestre haïtien (STTH) et la Coalition nationale des transporteurs haïtiens (CNSTH) demandent aux parlementaires de revenir sur terre et prendre le chemin d’un consensus politique large. Source : radiotelevisioncaraibes.com

3 personnes se sont déjà fait inscrire au poste de président provisoire de la République

Parmi elles figurent, Mackenson Cangé et Jean Fritz Duvernat, a indiqué le président de la commission bicamérale spéciale, le sénateur Wetsner Polycarpe précisant que les postulants n’ont pas encore versé la quittance de 500.000 gourdes à la DGI. Source : radiotelevision2000.com

Le Forum Économique satisfait de l’accord signé entre Martelly et le Parlement

Si certains secteurs dénoncent cet accord trouvé le 6 février dernier entre Michel Martelly et les parlementaires, le Forum Économique du secteur privé, à travers une note, se montre heureux de constater la signature de cet accord de sortie de crise. « Le Forum est aussi heureux de constater une nette amélioration du climat sociopolitique enregistré depuis la signature de cet accord et la tenue de l’Assemblée nationale. Ceci augure indubitablement des lendemains meilleurs pour notre chère Haïti », lit-on dans la note. Source : signalfmhaiti.com

Arnel Bélizaire veut prendre d’assaut le Palais national avec cent-vingt hommes

L’ancien député, Arnel Bélizaire, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 10 février, attend 120 hommes de courage et de bonne volonté pour s’accaparer du Palais national. L’ancien parlementaire n’a pas ménagé ses mots pour fustiger les sénateurs et les députés de la 50e législature qui, dit-il, prennent des décisions contre un lendemain meilleur de la population. Dans la même veine, Arnel Beliaire lance deux (2) journées de mobilisation populaire les 11 et 12 février 2016, pour dénoncer, dit-il, un coup d’État parlementaire. Source : scoopfmhaiti.com

Société

Des anciens boursiers haïtiens du Japon s’engagent à servir la communauté

Dans le cadre du transfert de connaissances entre les bousiers du Japon en Haïti en vue de promouvoir l’éducation sanitaire dans les écoles, ainsi que le management et le leadership en soins infirmiers, l’Association des ex-boursiers haïtiens du Japon (ABHJA) a organisé le week-end écoulé un atelier de formation sur la question sanitaire en Haïti. L’objectif est de contribuer à faire du droit de la santé une réalité en Haïti, et aussi créer une dynamique convergente entre les producteurs de la connaissance scientifique, les utilisateurs et les bénéficiaires. Source : lenouvelliste.com

Haïti-RD : Premier anniversaire de l’assassinat par pendaison de l’Haïtien Jean Claude Jean Harry à Santiago

Cela fait un an que Jean-Claude Jean Harry, un cireur de chaussures haïtien, a été retrouvé pendu, le 11 février 2015, sur une place publique à Santiago en République Dominicaine. Plusieurs organisations nationales et internationales ont été révoltées par cet assassinat résultant, selon elles, du racisme et de la vague de rapatriements massifs effectués par les autorités dominicaines contre les ressortissants haïtiens en territoire voisin. Ce crime, qui n’a toujours pas été éclairci par la justice dominicaine, a eu lieu dans un contexte où un processus de régularisation de migrants haïtiens en territoire voisin était en cours. Source : alterpresse.org

Coopération internationale

Le chef de la Délégation de l’Union Européenne en Haïti, Vincent Degert, a effectué une visite de courtoisie ce jeudi à la Chambre des députés

Il s’est entretenu avec son président Cholzer Chancy autour de la crise. Les deux hommes ont également abordé le dossier relatif à l’aide de l’UE en Haiti. M. Chancy affirme, par ailleurs, que certains députés et sénateurs ne seraient pas favorables à la candidature de parlementaires au poste de président provisoire. Source : radiotelevision2000.com

Education

UEH-Protestations : Des étudiants en guerre contre le Rectorat de l’université d’État
br> Des étudiants se réclamant de l’université d’État d’Haïti (UEH) ont pris pour cible l’immeuble du Rectorat de l’université d’État en semant la panique lors d’un mouvement de protestation le jeudi 11 février 2016, pour exiger, entre autres revendications, la démission du conseil d’administration dirigeant l’université d’État, a constaté Haïti Press Network. Jets de pierre, tessons de bouteille, tableaux d’affichages déchirés, pare-brise de deux véhicules cassés dans la cour intérieure, pneus enflammés au niveau des rues du Canapé vert et Rivière, le bâtiment du rectorat de l’UEH qui offre l’image d’une institution abandonnée est pourtant occupé de force, depuis 8 jours, par un groupe d’étudiants de l’Université d’État d’Haïti. Source : hpnhaiti.com

Le MENFP dénonce l’agression contre ses employés

Le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) condamne l’attaque à coups de pierre contre le siège central du ministère perpétrée le vendredi 5 février 2016 par des individus s’identifiant comme des directeurs d’écoles privées faisant partie du PSUGO. Selon un communiqué du ministère, cette agression gratuite a failli coûter la vie à une employée du MENFP qui a reçu des jets de pierre presqu’en plein visage. Elle a dû être transportée d’urgence à l’hôpital en vue de recevoir les premiers soins. De plus, les vitres de plusieurs véhicules ont été brisées, sans compter le traumatisme causé chez les employés par de tels actes. En tout état de cause, le MENFP estime inacceptable ce genre d’agressions physiques par certains individus se réclamant du monde de l’éducation. Source ; metropolehaiti.com

Santé

Rebondissement du choléra

6 personnes sont mortes de choléra, jeudi, à Molar, 5eme section communale de Borgne, selon le vice-délégué de l’arrondissement de Borgne/Port Margot Francisque Fortuné. Ce net rebondissement du choléra est intervenu suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région Nord. Source : radiotelevision2000.com

Epidémie de Zika : déjà 329 cas en Haïti

La direction d’épidémiologie de laboratoire et de recherche (DELR) du ministère de la Santé publique a annoncé que le nombre de victimes de l’épidémie de Zika a considérablement augmenté en Haïti. Du 24 au 30 janvier 2016, 204 malades ont été recensés, dont 42% d’hommes et 52% de femmes. Dans le département de l’Ouest 56 cas, dont 31 à Pétion-ville, ont été détectés soit 27,45%, 53 dans l’Artibonite soit 25,98% dont 42 seulement à Verrettes et 32 infectés dans le centre soit 15,69%, tous se trouvant dans la ville de Mirebalais. La DELR a souligné que depuis la confirmation de l’épidémie Zika en Haïti, 329 personnes dans tout le pays ont contracté le Virus. Source : signalfmhaiti.com

Culture

Haïti-Carnaval : 175 personnes blessées, aucun décès, selon la Police

175 personnes ont été victimes de blessures plus ou moins légères durant les festivités carnavalesques qui se sont tenues les lundi 8 et mardi 9 février 2016, selon un bilan communiqué par la police sur sa page Facebook consultée par l’agence en ligne AlterPresse. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Durant les deux jours, la Pnh a dénombré respectivement 47 et 128 victimes par balle, à l’arme blanche et au bâton. Source : alterpresse.org

Dans la presse internationale

La crisis de Haití incide en la migración hacia República Dominicana

De agudizarse la crisis política y aumentar la violencia en Haití tras la salida de la presidencia de Michel Martelly, decenas de nacionales de ese Estado podrían cruzar la frontera en busca de refugio en la República Dominicana. El sociólogo Wilfredo Lozana explicó que si el conflicto se prolonga mucho, algún efecto tendrá en la dinámica comercial inter y trans fronteriza, y podría estimular el aumento del flujo migratorio de grupos poblacionales vulnerables y temerosos de la violencia hacia la RD. Dijo que las autoridades dominicanas deben, como lo están haciendo, fortalecer su vigilancia de la región fronteriza, pero “sin agitación ni alharaca”. Source : diariolibre.com

René Depestre : « La situation en Haïti est carnavalesque »

Le poète, essayiste et romancier d’origine haïtienne René Depestre nous a reçus à l’occasion de son grand retour en librairie. L’auteur de Hadriana dans tous mes rêves (Gallimard, Folio), prix Renaudot 1988, publie un nouveau roman, Popa Singer (éd. Zulma), en hommage à sa mère. Un événement dans « son vieil âge d’homme », comme il qualifie joliment ses presque 90 ans. Depuis son exil qu’il n’a jamais vécu comme tel, tant son pays vibre dans son œuvre, il évoque la situation politique en Haïti, marquée aujourd’hui par une « crise de la société civile ». En cette période de carnaval, c’est ce mot même qui qualifie le mieux la vie politique haïtienne. « Je me considère comme un vaincu total en ce qui concerne Haïti. » Source : lepoint.fr

Haiti Transitional President to Be Elected Feb. 14

The Haitian National Assembly will elect a transitional president on Sunday, exactly one week after former President Michel Martelly officially stepped down from office, local legislative sources announced Wednesday. Political leaders who aspire to become presidents have until Thursday afternoon to register their candidates, the Spanish news agency EFE said. Source : telesurtv.net

Ils ont dit

Sénateur Wesner Polycarpe, président de la commission bicamérale spéciale : « Les consultations avec les divers acteurs politiques et les leaders de la société civile se poursuivent durant le processus électoral. Nous sommes à la recherche d’un consensus entre les acteurs politiques, les organisations populaires et les organisations de la société civile mais nous n’avons pas la prétention de trouver un consensus total. » Source : metropolehaiti.com

Le Sénateur Steven Benoit annonce avoir déserté le parlement pour ne pas avoir à voter dans les conditions actuelles. Il appelle ses pairs à : « ne pas se substituer à l’Exécutif et surtout à ne pas contraindre le pays à faire marche-arrière avec des élections au second degré. » Source : radiokiskeya.com

Assad Volcy, coordonnateur adjoint de la plateforme Pitit Desalin : « L’heure est à la recherche d’une large concertation. Toute solution qui ne reposerait pas sur de nouvelles négociations est vouée à l’échec : « Pitit Desalin » ne fera pas partie d’un gouvernement de transition. » Source : lenational.ht

L’ancien député, Arnel Bélizaire, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 10 février : « Aujourd’hui, s’il existe des hommes de ma trempe, je prendrai d’assaut le Palais national. Le palais national ne peut pas rester vide aussi longtemps ». Source : scoopfmhaiti.com

Texte du jour

Les leaders, loin derrière le peuple

Par Robert Benodin

11 février 2016

On est en train d’assister au combat intense d’un peuple appauvri et exploité qui exige avec fracas le respect de sa dignité, de sa souveraineté et de son droit à l’autodétermination. Il est en train de se battre contre les forces rétrogrades des puissances hégémoniques, ces instances et ces proxys qui gouvernent son pays. Dans un premier temps, il vient paradoxalement d’infliger à ces forces rétrogrades une humiliation qui n’est pas des moindres. Malgré le fait que les puissances hégémoniques ont protégé du bec et des ongles le quinquennat de leur proxy, catapulté au pouvoir par leurs entremises. Ce peuple a pu empêcher que les résultats des deux élections irréfutablement frauduleux puissent catapulter une fois de trop au pouvoir un autre proxy. Ce peuple a refusé à Michel Martelly le proxy de ces puissances hégémoniques, l’honneur d’introniser son successeur. Une humiliation inédite dans l’histoire électorale récente d’Haïti.

Confronté maintenant à une situation d’exception, ce peuple doit, dans un second temps, se battre avec autant d’ardeur que possible pour empêcher que ces forces rétrogrades et répressives ne reprennent les rênes du pouvoir et le contrôle de la situation d’exception. De fait, il y va de son émancipation de ce continuum qui l’a mis et le retient jusqu’à présent dans cet état de pauvreté et de misère dans lequel il gît. Puisqu’on a déjà, de manière rocambolesque, validé les pouvoirs de ces parlementaires mal-élus en Assemblée Nationale. Ces mal-élus se sont déjà engagés dans un accord avec Michel Martelly pour établir le type de gouvernement de transition, son mandat, sa mission et usurper le rôle de grand-électeur ayant l’exclusivité du droit d’élire son prochain président. Élire un président provisoire (sic).

Toute reprise du second tour des présidentielles, même après une réévaluation des résultats des élections du 25 octobre, qui ne sera qu’un tri, expose aux risques d’entérinement partiel ou total des forfaits commis intentionnellement au cours de ces deux élections du 9 août et du 25 octobre 2015 et de leurs conséquences. L’annulation de ces élections est le seul moyen certain qui soit capable de réduire au minimum presque toutes les chances de noyautage par l’Internationale et par cette caste qui peut enrayer toute tentative de récupération de souveraineté et du droit à l’autodétermination.

Alors que la contestation électorale exige clairement l’annulation des élections du 9 août et du 25 octobre 2015, la totalité de la chambre des députés et les deux tiers du Sénat issus précisément de ces élections contestées, considérés comme des mal-élus, ont assumé au nom de la nation de cosigner un accord avec le président sortant, Michel Martelly, le 5 février 2016, qui leur permet d’usurper l’exclusivité du droit de choisir le chef d’État du gouvernement de transition, dont le mandat sera de 120 jours, avec l’unique mission d’organiser le second tour des présidentielles avec le même système électoral vicié.

Peut-on douter du fait que cette solution venant de ces mal-élus, supportée naturellement par l’Internationale, ne fera que maintenir le pays dans la pérennisation de ce continuum au profit de ce leadership sauvage qui a confisqué et exercé le pouvoir pendant ces derniers 59 ans. Alors qu’aujourd’hui la volonté politique majoritaire est de s’émanciper de la domination de cette caste et des contraintes de ce continuum. La contestation électorale massifiée et irréversible devra redoubler d’effort et s’intensifier pour persister sans relâche à combattre ces imposteurs qui veulent agir comme s’ils avaient la légitimité nécessaire pour prendre des décisions aussi importantes au nom de la nation haïtienne tout entière, en engageant son destin. Ils ne veulent et ne font que continuer à prendre avantage d’un peuple à bout de souffle et aux abois. Ce peuple qui aujourd’hui veut rompre avec ce continuum est en train de se chercher obstinément une nouvelle voie progressiste pour améliorer son sort et aspirer à un meilleur avenir. C’est ce pourquoi il a pris les rues pour exprimer à haute et intelligible voix sa frustration et son rejet des résultats de ces deux élections frauduleuses qui ont charrié au Parlement ces mal-élus, qui l’en empêchent !

Cette solution émanant de l’accord signé entre Martelly et les présidents des deux chambres du Parlement ne permettra pas au pays à sortir de l’impasse, en créant une nouvelle dynamique parallèle au mouvement qui a forcé la nécessité d’avoir recours à un gouvernement de transition. Cette nouvelle dynamique émanant de cet accord entre Martelly et le Parlement a par compte exclu d’un revers de la main tous ceux qui directement ont œuvré pour aboutir à cette situation d’exception. Cette solution va causer plus d’affrontement entre ces mal-élus et les forces d’opposition. Parce qu’elle ne tient pas compte, circonvient et ignore intentionnellement les revendications des masses. Alors que ceux qui veulent imposer cette solution sont de fait des imposteurs, des mal-élus, issus d’élections frauduleuses, dont la contestation électorale massifiée exige précisément leur annulation et qui sont les causes directes de la nécessité d’avoir besoin aujourd’hui d’un gouvernement de transition et d’un chef d’État provisoire. Cette solution est logiquement en conflit avec la conjoncture de contestation électorale, qui est absolument insoluble, en excluant les forces contestataires. Puisque la fraude électorale est le moyen préférentiel que l’Internationale et ses proxys ont toujours utilisé pour continuer à confisquer et exercer le pouvoir en maintenant le statu quo. La contestation électorale massifiée devenue irréversible, en provoquant l’interruption du processus électoral, a causé ce vide à la présidence que ces parlementaires issus de ces élections frauduleuses contestées essaient de combler en excluant intentionnellement la pertinence de ces acteurs politiques qui ont assumé la responsabilité de la gestion de ces actions politiques, aux fins d’aboutir à cette situation d’exception. Peut-on croire que ceux qui ont fait cet effort pour arriver à cette fin vont passivement se soumettre à la volonté de ceux contre qui ils sont en train de se battre, pour s’émanciper de ce continuum ?

On vient d’assister avec stupéfaction à un scandale inédit au lendemain des élections du 25 octobre 2015. Des candidats aux postes de parlementaire sont venus sur les ondes témoigner publiquement du fait d’avoir versé des sommes importantes à des conseillers du CEP pour s’assurer du fait qu’ils seront élus aux sièges parlementaires. Ces dénonciations n’ont pas été vagues et anonymes. Ces conseillers du CEP ont été dénoncés nommément par ces candidats. Il est évident que ces sièges parlementaires ont été mis aux enchères, aux plus offrants et derniers enchérisseurs par les conseillers du CEP. Les candidats malheureux venant, après la publication des résultats électoraux, réclamer de ces conseillers du CEP le remboursement de l’argent qu’ils leur ont versé vainement. Leurs compétiteurs ayant gagné à leur place à ces élections, parce qu’ils ont surenchéri avec des offres plus alléchantes. Ce sont ces aveux publics de candidats malheureux qui ont permis de voir au grand jour et de comprendre à quel point les conseillers de ce CEP sont corrompus et l’effet négatif que cette corruption doit avoir sur les résultats de ces deux élections. Ce scandale, à lui seul, ne suffit-il pas pour questionner la validité des résultats de ces deux élections ? Ce n’est pas à tort que la contestation électorale massifiée exige formellement l’annulation des deux élections frauduleuses.

Puisque les parlementaires issus de ces élections frauduleuses ont assumé le rôle de grand-électeur pour élire le prochain président provisoire. Ayant acheté leurs cocardes de député et de sénateur, ne vont-ils pas à leur tour mettre aux enchères le poste de président provisoire, pour lequel ils ont usurpé l’exclusivité du droit d’élire ? L’opposition progressiste ne peut pas laisser cet accord fallacieux entre Martelly et des parlementaires mafieux décider de l’avenir du pays. Après 59 ans de ce leadership sauvage qui a ravagé le pays pour en faire le plus pauvre de l’hémisphère et le classer parmi les quatre pays les plus corrompus du monde, avec naturellement l’aide et la complicité de l’Internationale et de ses instances, il est temps qu’on s’émancipe de ce continuum, pour récupérer notre souveraineté nationale et exercer notre droit à l’autodétermination. A la fin du mandat du chef d’État, le dernier en date de ces gouvernements proxys issus de la fraude électorale et de l’immixtion internationale, les masses haïtiennes ont collectivement interrompu le processus électoral par une contestation irréversible, pour ne plus permettre qu’il y ait à nouveau une passation de pouvoir de proxy à proxy dans ce pays.

Les masses haïtiennes par le biais de cet effort exceptionnel, sont sur le point de mettre fin à ces pratiques mafieuses qui permettent à ce leadership sauvage de confisquer continuellement le pouvoir depuis 59 ans. Vont-elles, étant sur le point de franchir ce seuil, permettre à ces parlementaires issus de ces deux élections frauduleuses, dont elles exigent l’annulation, de faire usage d’un accord fallacieux émanant d’une entente mafieuse avec Martelly, supportée par l’Internationale, de fouler aux pieds leurs revendications et de les jeter au rancart, pour maintenir le cap au sein du continuum ?

Le moment est venu de faire cette réflexion profonde sur la refondation de l’État, la reconstruction, la restructuration de toutes les institutions sans exception et particulièrement l’institutionnalisation du système électoral. Cette opportunité s’offre aujourd’hui à ceux qui auront le courage de mener le combat progressiste jusqu’au bout contre les forces rétrogrades qui poursuivent le maintien du statu quo. L’argumentum ad populum vient irréfutablement de faire ses preuves, en interrompant de manière irréversible le processus électoral vicié, pour empêcher que la passation traditionnelle du pouvoir puisse se faire d’un proxy à un autre. Ne permettez pas à ces mal-élus de reprendre le haut du pavé, en réimposant cette tradition d’élections frauduleuses et d’immixtion internationale catapultant au pouvoir les chefs d’État de son choix ! Que Martelly soit le dernier de cette caste de chefs d’État proxys !






L’actualité va vite en ce moment. Nous savons désormais que la solution choisie par le pays pour régler le problème tend vers la constitution d’un gouvernement de transition et qu’un nouveau scrutin présidentiel sera organisé. Tout ceci a été accepté par l’ensemble des acteurs concernés, dont l’ancien président Martelly qui devrait quitter le pouvoir au jour-dit (suspense ?). Nous incluons cependant le bulletin hebdomadaire du C3GROUP, pour information fort légitime.

Port-au-Prince, 5 février 2016

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Haïti-Crise : Martelly lève le doute sur son départ le 7 février

Le président Michel Martelly a confirmé ce 4 février qu’il quittera son poste à la fin de son mandat le 7 février prochain. « Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire », a déclaré Martelly dans un discours prononcé lors de l’inauguration du nouvel immeuble du ministère de l’Intérieur, détruit lors du terrible séisme de 2010. Martelly a affirmé qu’il partait « sans regret, sans envie, sans attache », à l’issue de 5 ans passés à la tête du pays, dont 4 sans organiser d’élections, tandis que des scrutins fortement controversés et inachevés se sont déroulés au cours de la dernière année (en août et novembre 2015). Source : alterpresse.org

Les membres de l’opposition à nouveau dans les rues, ce Jeudi

Les membres de l’opposition étaient à nouveau dans les rues, ce jeudi, pour continuer d’exiger le départ du président Michel Martelly et la mise en place d’un gouvernement de transition. La manifestation a pris fin devant le Parlement. Les protestataires en ont profité pour dénoncer la tenue de la séance en assemblée nationale. Source : radiotelevision2000.com

Nouvelle manifestation des partisans de Jovenel Moïse

Pour la deuxième journée consécutive, plusieurs milliers de partisans du PHTK ont manifesté cette fois-ci dans la commune de Carrefour afin d’exiger la tenue au plus vite du second tour de la présidentielle. Les protestataires annoncent qu’ils sont contre la mise en place dans le pays d’un gouvernement de transition au départ de Michel Martelly. La manifestation s’est déroulée sans incident majeur. Parallèlement, des milliers de partisans du PHTK ont gagné les rues du Cap-Haïtien mercredi, pour exiger la tenue rapide du second tour des élections et le maintien en place du président Martelly jusqu’à ce qu’un nouveau chef de l’État soit élu. Source : metropolehaiti.com

Haïti-Parlement : la 50e législature rentre en fonction, les députés sont aux anges

La séance en Assemblée nationale s’est tenue le jeudi 4 février, soit près d’un mois après la prestation de serment et la validation du pouvoir des députés. Désormais, les travaux parlementaires peuvent démarrer à la chambre basse. 22 sénateurs et 92 députés ont répondu à l’appel, donnant lieu définitivement à l’ouverture de la séance en Assemblée nationale. Dans son discours de circonstance, le président du Sénat Jocelerme Privert a rappelé, d’entrée de jeu, que 2016 marque la 30e année de la rupture du peuple haïtien avec la dictature des Duvalier et du virage vers la démocratie. Source : hpnhaiti.com

Société

Vicky Jeudy dévoile un sein sur le tapis rouge du SAG Awards au côté de Leonardo Di Caprio

L’actrice d’origine haïtienne Vicky Jeudy a remporté son deuxième SAG Award pour sa performance avec l’équipe de la série de Netflix « Orange is the New Black » le week-end écoulé lors de la 22e édition du Screen Actors Guild Awards à Los Angeles (Californie, Etats-Unis). Au cours de son entrée sur le tapis rouge, en posant avec l’acteur Léonardo Dicaprio, la star a laissé apparaître par accident son sein droit, un moment que les photographes n’ont pas raté pour immortaliser. Source : hpnhaiti.com

Santé

Zika : l’OMS recommande de restreindre les dons de sang
br> Face au virus Zika, le monde s’organise. Et l’Organisation mondiale de la santé commence à prendre ses précautions. « Avec le risque de nouvelles infections du virus Zika dans de nombreux pays, et le lien possible entre (…) le virus et la microcéphalie et d’autres conséquences cliniques, restreindre les dons de sang de ceux revenant de régions où sévit l’épidémie de Zika, est jugé comme une mesure de précaution appropriée », a indiqué l’OMS ce jeudi. Le Canada et la Grande-Bretagne ont d’ailleurs déjà pris les devants. Source : lenational.ht

Culture

Le carnaval de 2016 aura bel et bien lieu

Le défilé traditionnel du carnaval aura lieu cette année aux Champs de mars, malgré le retard enregistré dans la construction des stands. Le responsable de communication du comité a indique qu’un budget de 45 millions de gourdes a été élaboré en prévision des festivités qui doivent se dérouler les 7, 8 et 9 février prochain. Carel Pèdre a aussi précisé qu’un nombre réduit de stands et de chars seront sur le parcours, en raison de la réticence de certains sponsors. Source : metropolehaiti.com

Haïti-Culture : L’utilisation du cinéma Triomphe à des fins politiques et non pour le cinéma, dénoncent des réalisateurs haïtiens

Le Ciné théâtre « Triomphe » serait utilisé à des fins politiques et non pour le cinéma, déplore la « Haitian American Association of Filmmakers », dans une note de presse, en date du 27 janvier 2016, transmise à l’agence en ligne AlterPresse. La Haitian American Association of Filmmakers explique qu’elle s’était portée partenaire, au Triomphe, dans la promotion et l’exploitation du cinéma haïtien, parce qu’elle croyait que ce complexe – inauguré par le président Joseph Michel Martelly – était au service de la culture haïtienne et non à des fins politiques. « Si la grande joie des cinéphiles haïtiens de la capitale de retrouver le cinéma haïtien en salle, a été interrompue, elle est due (c’est la faute de) au ministère de la culture, qui a ordonné la fermeture du Triomphe, le 4 janvier 2016, en plein contrat d’exploitation », dénonce l’association, dans cette note portant la signature de son président, Raynald Delerme. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

EEUU pide un acuerdo de gobernabilidad en Haití antes del domingo

Estados Unidos urgió ayer a las autoridades ejecutivas y legislativas de Haití a alcanzar un acuerdo sobre cómo gobernar el país antes de que el actual presidente, Michel Martelly, abandone el poder este domingo, además de avanzar hacia la elección democrática de un nuevo mandatario. « Estados Unidos urge al Ejecutivo y el Parlamento, las autoridades constitucionales de Haití, a llegar a un acuerdo sobre una hoja de ruta para gobernar el país hasta que se elija a un nuevo presidente », dijo a Efe un portavoz del Departamento de Estado estadounidense. Source : listindiario.com

Haïti risque de ne plus avoir de président dès dimanche

La constitution haïtienne prévoit le départ de Michel Martelly de son poste de chef de l’État le 7 février mais son successeur n’ayant pas pu être élu, le pouvoir présidentiel sera de facto vacant à compter de ce dimanche matin. Haïti risque de sombrer une nouvelle fois dans un vide de pouvoir. Source : la1ere.fr

Rechazan canción del presidente de Haití en la que ataca a periodista

Decenas de personalidades y organizaciones de derechos humanos de Haití condenaron hoy la polémica canción que el presidente del país, Michel Martelly, lanzó con motivo de la celebración del carnaval, que comienza el domingo 7 de febrero, el mismo día que termina su mandato. En la canción, Martelly ataca personalmente a la periodista Liliane Pierre Paul, una de las figuras más respetadas en la prensa haitiana con más de 30 años de carrera profesional. En un comunicado conjunto, organizaciones y personalidades locales criticaron “enérgicamente” el tema, que consideran sexista y ofensivo. Source : diariolibre.com

OAS : Talks to end Haiti crisis at delicate stage

The mission from the Organisation of American States (OAS) seeking to broker an agreement to end the political and constitutional crisis in Haiti says the discussions are now at a “very delicate and urgent stage”. The mission, which arrived here last Sunday and is headed by Antigua and Barbuda diplomat Sir Ronald Sanders, is trying to broker the accord ahead of the planned February 7 departure from office of President Michel Martelly. Opposition parties forced the indefinite cancellation of the January 24 second round of balloting to choose a successor to Martelly and have been calling instead for the establishment of an interim government to oversee fresh elections in the French-speaking Caribbean Community (Caricom) country. Source : jamaicaobserver.com

Ils ont dit

Le président Michel Martelly ce 4 février : « Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire ». Source : alterpresse.org

Le coordonateur de Ligue Alternative pour le Progrès et l’Emancipation Haïtienne (Lapeh), Anacacis Jean Hector : « Il serait préférable que le Premier Ministre Evans Paul reste en poste après le départ du président Martelly. Le chef du gouvernement doit assumer sa charge comme l’avait fait le Premier Ministre Yvon Neptune après le départ du président Aristide en 2004. » Source : metropolehaiti.com

Me Monferrier Dorval : « Le Premier ministre actuel est quasi inopérant. Il n’a pas eu l’onction du Parlement. Le contexte « n’est pas favorable à la reconduction d’Evans Paul qui pourra présenter sa démission au président provisoire, sitôt installé dans ses fonctions. » Source : lenouvelliste.com

Texte du jour

Hommage à Liliane Pierre-Paul : 5 Février 2016 @ Karibe Convention Center
Source : radiotelevisioncaraibes.com

Bonè-bonè nan vi li, nan lane 1970 yo, Liliane Pierre-Paul te montre jan li kwè bon jan enfòmasyon se bon zanmi libète. Bon travay li nan sans sa a, pawòl li ak aksyon li, tou fèl vin pòtèz labanyè pou fanm grandèt granmoun, libète lib e libè, dwadelòm, demokrasi nèt alkole, epitou pou pi fò moun nan peyi a ke sistèm sosyal la mete akote, ki pa ka souse yon zo, kip a ka jwenn jistis devan jij. Ansanm ak 2 zanmi, Sony Bastien ak Marvel Dandin, ki sakrifye yo tou pou Ayisyen gen lwa djòl yo, san li pa mache di sa nou pral di la a, li vin yon antreprenèz, ki di donk li kwè ke chak moun gen dwa travay pou tèt yo pandan y ap respekte lwa lavi a kif è lòm pa janm viv grenn senk, se nan solidarite youn pou tout, tout pou youn la vi ka bèl. Nan koze sa a, Liliane Pierre-Paul toujou montre l pa nan tchans avèk moun k ap betize ak demokrasi a. Depi lè mou nap tande Madanm sa a, nou fin pa wè sa ki ekri kòm manman prensip nan konstitisyon an se degouden ak 50 kòb y oye avèk sa l kwè : « fò noutout fè youn, fò nou derasinen afè nèg mòn-nèg lavil, moun wouj-moun nwa, nèg sòt, nèg lespri, fò nou aksepte nou gen 2 lang ak yon kilti ki pou noutout, pou nou travay pou pwogrè, enfòmasyon, edikasyon, sante, travay, amizman pou tout sitwayen ayisyen. Liliane Pierre-Paul se tout sa yo ankè.

Nan defann tout prensip sa yo tankou Dessalines t ap defann libète nou, gran fanm sa a ki rele Liliane nan resevwa move kou : an 1986, gouvènman avi Duvalier mete l nan prizon, pimpe l annekzil ; an 2016, prezidan peyi a sal pwòch bouch pa li pou l eseye fè Liliane kriye.

Monte-desann, nad marinad, Liliane Pierre-Paul menm jan ak Penelope nan mitoloji peyi la Grèce ki te kenbe kin alaganach pou l pa reponn okenn gason pandan mari l te pati nan bato, Liliane Pierre-Paul toujou rete doubout , anyen, ni trayizon, ni move pawòl pa rive fèl bese tèt li. Doubout pou l di « li fè 4 è nan Radyo Kiskeya », epi se defans tout gwo lide li kwè kif è yon moun, doubout pou repitasyon peyi a, doubout pou lajistis, doubout pou travay leta fèt, doubout pou bèl prensip viv ansanm.

Lilianne pa bay pèp ayisyen an manti. Se kòmsi Maurice Sixto se Liliane li te gade pou l te kree pèsonaj Sandrine nan, mod fanm sa a san repròch, ki pa janm pè, ki konnen bonsans, larezone ak lajistis se bon gid lavi. Fanm pa kite pèsonn pran chans fòse l fèmen bouch li. Li gen rezon paske vwa Liliane se yon bon ti sèvyèt cho pou pwoteje ti bebe kont move zè e ki pèmèt tout moun konnen ladousè mo yo rele libète a. Liliane konnen se sa k pou fè lavi miyò. Li konnen depi l fèmen je l yon ti moman, li konnen depi l pa pale 2-3 jou, tiran yo pral crache dife lanfè sou pèp la ki ka fè moun tounen bèt, li konnen depi l pa pale 2-3 jou, ti moun pral rekòmanse pè pou fiyèt lalo pa manje yo, depi l pa pale 2-3 jou, li konnen depite pap menm ka plenyen difèt yo fè kostim yo tounen tòchon, depi li pa pale 2-3 jou li konnen etidyan pap menm ka plenyen zanzave ba yo kalòt, depi li pa pale 2-3 jou li konnen prezidan ap toujou di betiz fè betiz kòmsi lang sal ta kab sèvi kòz pèp… Sa ki dwòl la zèfè ti voryen yo se luil nan motè machin Liliane pou l defann demockrasi ak tout limanite, noumenm ki nan bon bò a nou konnen se yon devwa pou nou ede ti voryen sa yo pou yo pa tounen zannimo nèt. Nou gen devwa sa a , jan Madan Pierre-Paul fè l chak jou a, pou nous sove ti kras imanite sa a ki rete kay ti vagabon sa yo.

Tout verite sa yo se rezon ki pouse komite sitwayen sa a deside òganize yon seremoni omaj pou Liliane Pierre-Paul, yon ti ankourajman pou nou raple l pawòl li gen sans pou Ayisyen. Annavan Liliane, « li fè 4 è nan radyo Kiskeya », lè sa a se lè w pou pasyans Penelope la ak detèminasyon Sandrine nan pou toujou rekòmanse, toujou kenbe, kontinye, peze sou devwa sa a : pou nou toujou chèche pou chak jou nou vin plis moun ke jan nou moun nan, pou nou fè sa ki konprann ke bay moun kou, joure, vòlè pa kapab tounen byen. Manzè Liliane, travay pou fè Ayisyen fè pwogrè kòm imen, nan Karibe a demen vandredi 5 fevriye a, fanm kou gason ki ta renmen Ayiti sanble ak lide ou yo ap rann ou omaj ki pap janm genyen tout fòs ke entegrite w ak lanmou w pou Ayiti merite

Pou Komite sitwayen an :
Patrice Dumont : Sitwayen angaje
Yves Lafortune : MAP, Avocat (Consultations et Résultats)
Ralph Jean-Baptiste : Association Culturelle Café Philo Haïti (ACCPH)
Marie Yolène Gilles (RNDDH)






Port-au-Prince, le 18 janvier 2016

Haïti dans la presse nationale et internationale

Revue de presse C3GROUP SA

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Elections : L’opposition politique annonce des plaintes contre l’ingérence d’ambassadeurs étrangers dans les affaires internes d’Haïti L’opposition politique en Haïti annonce des plaintes formelles contre l’ingérence d’ambassadeurs étrangers dans les affaires internes du pays, dans une note en date du jeudi 14 janvier 2016, transmise à AlterPresse. « Au cas où ces ambassadeurs persistent dans leur ingérence, pour supporter, à leur profit, l’inacceptable et la corruption, à travers un processus électoral frauduleux, illégal et inconstitutionnel, des plaintes formelles seront portées contre eux par devant les Parlements de leurs États respectifs », soutient-elle. La note fait injonction au Core Group (qui comprend plusieurs représentants de pays dits amis d’Haïti) de respecter l’article 41-1 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961. Source ; alterpresse.org

Fanmi Lavalas salue la décision de Jude Célestin

Le parti Fanmi Lavalas dit appuyer la décision du candidat de LAPEH Jude Célestin de ne pas participer au second tour de l’élection présidentielle prévu le 24 janvier prochain. Lors d’une interview accordée à Radio Métropole ce vendredi, l’avocat du parti Me Gervais Charles a réaffirmé que le conseil électoral ne possédait plus la légitimité pour organiser de bonne élection dans le pays. Source : metropolehaiti.com

La CPH semble divisée sur le choix de Métédieu Lucien en remplacement de Vijonet Déméro

A peine désigné par la Communauté Protestante d’Haiti (CPH) pour remplacer le pasteur Vijonet Déméro au Conseil Electoral Provisoire (CEP), Métédieu Lucien n’aurait pas eu la bénédiction de Jacques N. Janvier, ce dernier qui dénonce sa signature apposée au bas de la correspondance adressée au Président de la République faisant mention de cette proposition. « Je réponds au nom de Pasteur Jacques N. Janvier, sain de corps et d’esprit… La lettre de la communauté protestante n’engage pas le Président de la Fédération des Pasteurs du Grand Nord d’Haïti. « Je n’ai signé aucun document en ce sens, on a signé pour moi… » Source : scoopfmhaiti.com

Haïti-Elections : Le Collectif décline l’invitation du CEP
br> Dans une lettre adressée à Pierre Louis Opont, président du Conseil Electoral Provisoire (CEP),le Collectif du 4 Décembre annonce son refus de participer comme observateur aux élections du dimanche 24 janvier , apprend HPN. Relatant que c’est par voie de presse qu’il a appris que le nom du Collectif figure sur la liste des organisations nationales habilitées à observer les élections, l’organisation dit décliner cette invitation. Source : hpnhaiti.com

Société

Deux nouvelles journées de manifestation

En conférence de presse ce vendredi 15 janvier 2016, la table de la mobilisation du G8 annonce la tenue de deux journées de protestation dans les rues de la capitale pour le lundi 18 et le mardi 19 janvier 2016, pour dénoncer une fois de plus les exactions du pouvoir en place dans la vassalisation des institutions prestigieuses du pays, particulièrement la justice et le parlement. La question des élections vient empirer la crise qui sévissait déjà dans le pays, ont fait savoir les représentants de cinq des huit candidats formant le G8, lors de cette conférence de presse. Source : radiotelevisioncaraibes.com

Aucune date pour la tenue de l’Assemblée nationale

Alors que la date du 11 janvier a été considérée comme une date non-négociable pour la rentrée de la 50e législature, une semaine après cette date « butoir », l’Assemblée nationale devant ouvrir officiellement l’année législative n’a toujours pas siégé. Et jusqu’ici, aucune date n’est retenue pour la tenue de cette Assemblée nationale. Source : lenational.ht

Education

Haïti-Année Gouverneurs de la rosée : Les élèves de philo s’engagent pour sa réussite

Samedi 16 janvier 2016, à l’hôtel Marriott, le ministre de l’Éducation nationale, M. Nesmy Manigat a rencontré 23 comités centraux de classe terminale, venus essentiellement de lycées dans le département de l’Ouest, ainsi que deux invités spéciaux en provenance du Sud-est (lycées Pinchinat et Célie Lamour). Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de « l’Année Gouverneurs de la rosée » et de la « Campagne d’éducation civique », a constaté Haiti Press Network. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

Adriana Lima is working to help Haiti

Haiti is so poor, Brazilian beauty Adriana Lima has dedicated herself to helping out the earthquake-ravaged hellhole. Lima has visited Haiti twice in the past year, she told the crowd at the Garage on 11th Avenue, where fellow Brazilian Jayma Cardoso and designer Kenneth Cole were helping to raise money Thursday night to support a hospital there. Also on hand was Marek Paliwoda, a dermatology physician assistant who goes to Haiti three times a year to provide skin cancer screenings. Source : pagesix.com

Celestin advierte contra elecciones

El candidato opositor a la presidencia de Haití afirmó que si se lleva a cabo la segunda vuelta electoral el próximo fin de semana como está programado, será un revés para la frágil democracia del país. Jude Celestin dijo que teme que habrá fraude electoral y una gran falta de transparencia por parte de las autoridades electorales, y que por eso está boicoteando la segunda vuelta del 24 de enero en que debía competir contra el sucesor elegido por el presidente saliente. Celestin declaró a The Associated Press que Haití está “avanzando hacia una selección, no una elección”. El candidato está haciendo caso omiso de los llamados de Estados Unidos y otros países de que haya una competencia real en las elecciones que están financiando. Source : listindiario.com

Texte du jour

“Profond mépris” de la communauté internationale envers Haïti

Prise de position concernant l’attitude de la communauté internationale
Par le Groupe de la société civile et de partis politiques réclamant l’annulation des élections et des poursuites à l’encontre des responsables de fraude

Document transmis à AlterPresse le 16 janvier 2015

La communauté internationale dominée en Haïti par le Core Groupe −réunissant le Brésil, le Canada, l’Espagne, les États-Unis d’Amérique, la France, l’OÉA (Organisation des États américains) et l’Union européenne− s’est systématiquement engagée, depuis des décennies, à contrecarrer les processus nationaux visant à concrétiser les aspirations exprimées par les populations à la chute de la dictature duvaliériste, à savoir : permettre la transition qui assurerait le démantèlement des structures de pouvoir autoritaire et despotique et la construction d’un État de droit démocratique.

En particulier, le positionnement relatif au processus électoral actuel traduit le profond mépris dans lequel cette communauté internationale tient Haïti. En dépit des faits tenaces, qui prouvent le caractère incohérent et frauduleux des scrutins des 9 août et 25 octobre 2015, elle insiste, fait pression pour que ce processus vicié suive inexorablement son cours, au détriment de la dignité nationale et des principes démocratiques, afin d’imposer des résultats électoraux en tous points irrecevables. Dans son arrogance, cette communauté internationale croit que son statut de conglomérat de grandes puissances, de bailleur de fonds, lui confère tous les droits en Haïti, incluant celui de décider qui doit être aux commandes de l’État. En intervenant systématiquement et ouvertement dans les affaires internes du pays, pour conforter le gouvernement en poste dans ses dérives et justifier des manigances électorales qui, en aucun cas, ne seraient acceptables dans leurs pays, cette communauté internationale alimente continuellement les crises à répétition qui saccagent le pays. Elle empêche le peuple haïtien de réaliser son propre cheminement pour l’instauration d’un État souverain, démocratique, guidé par l’intérêt collectif.

La société civile et la société politique, qui s’associent pour exiger l’annulation des élections et des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables de la gabegie, considèrent que la surdité et la cécité affichées par le Core Groupe est l’expression de la volonté d’imposer des choix politiques à Haïti, de la maintenir sous une occupation qui ne dit pas son nom, afin de préserver des intérêts en parfaite opposition avec les désidératas du peuple haïtien. A chaque nouvelle étape le Core group s’engage à corriger les « erreurs » de la phase antérieure, comme si celles-ci n’avaient aucune conséquence sur les élections, sur les élus, mais surtout sur la vie des Haïtiens et des Haïtiennes. Il s’enkyste par ailleurs dans une logique mercantile à prétendre justifier son attitude par les dépenses qu’il a déjà consenties. Rien ne saurait être plus léger.

• Les élections contestées ou frauduleuses, en aucune façon ne sauraient garantir la légitimité la stabilité et la gouvernabilité. Par conséquent elles auront un impact négatif sur la gouvernance économique et politique. En témoigne le maigre taux moyen de croissance de 1,5% dans lequel pataugeait notre pays entre 2000 et 2014.

Elles fragilisent les soi-disant élus en les transformant ainsi en des proies faciles entre les mains des acteurs tant nationaux qu’internationaux.

Les citoyennes et citoyens mobilisés pour le refus de l’inacceptable, n’entendent pas se plier au diktat du Core Groupe et continueront à lutter pour l’avènement d’une Haïti souveraine, solidaire, respectueuse des droits et libertés.

Signataires : : Marie Frantz JOACHIM, Edmonde S. BEAUZILE, Pierre BUTEAU, Freud JEAN, Jean Baptiste BIEN AIME, Jean William JEANTY, Junot FELIX, Wesner POLYCARPE, Jean Henold BUTEAU, Yolette Andrée JEANTY

Port-au-Prince, le 15 janvier 2016
Pour authentification

Marie-Frantz JOACHIM
Coordonnatrice générale de la SOFA

Jean-William JEANTY
Coordonnateur général du parti Kontra Pèp la






Port-au-Prince, le 8 janvier 2016

Voici la livraison du 8 janvier 2016 de la revue de presse du C3 Group. On y trouve une forme officielle de version des faits, et une note de Robert Benodin insistant de façon circonstanciée sur le rôle joué par les intérêts étrangers, et en particulier nord-américains, dans ce qui apparaît bien comme une volonté de reproduire indéfiniment un système de soumission dont ne profiterait qu’un nombre très restreint de Haïtiens.

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Martelly offense-t-il l’Église catholique ?

En décidant d’avancer avec le processus électoral sans tenir compte des recommandations de la Commission d’évaluation électorale, le chef de l’État offense l’Église catholique et le cardinal Chibly Langlois qui s’était impliqué personnellement dans la formation de cette structure, a déclaré au Nouvelliste une source proche de l’Église catholique. Pour sa part, Rosny Desroches, membre de la Commission, estime que Michel Martelly a commis une erreur en ce sens. Source : lenouvelliste.com

Haïti : La campagne électorale pour les scrutins du 24 janvier s’étendra du 8 au 22 janvier 2016

La campagne électorale pour le second tour des élections, prévu pour le 24 janvier 2016, s’étendra du vendredi 8 au vendredi 22 janvier 2016, a indiqué à Haïti Press Network le porte-parole du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Roudy Stanley Penn. Il s’agit, selon le porte-parole du CEP, d’une période additionnelle puisque l’institution électorale avait déjà fixé la date de la campagne pour le second tour. Source : hpnhaiti.com

Le président Michel Martelly lance des flèches contre l’opposition qu’il accuse d’utiliser la violence pour arriver au pouvoir

Le président Michel Martelly, dans un arrêté daté du 6 janvier, a invité la population à aller voter dans le cadre du second tour de la présidentielle et des législatives complémentaires, le 24 janvier prochain. Parallèlement, dans une adresse à la nation, Michel Martelly a tenté de justifier cette décision intervenue avant même le début des recommandations de la commission d’évaluation qu’il a lui-même formée, se disant totalement contre l’idée de la mise en place d’un gouvernement de transition, une option qui, selon lui, serait désavantageuse pour la nation. Il a lancé du coup des critiques acerbes à l’encontre de l’opposition qu’il accuse de vouloir arriver au pouvoir par la violence… Source : ahphaiti.org

Youri Latortue appelle les sénateurs à préparer l’entrée en fonction des nouveaux élus

Le sénat dans sa configuration actuelle à dix membres ne dispose pas des provisions pour poser un acte parlementaire selon Youri Latortue. Le sénateur élu de l’Artibonite, appelle les sénateurs actuellement en fonction à préparer l’entrée en fonction des nouveaux élus le 11 janvier prochain avant de se préoccuper d’un éventuel vide au niveau du pouvoir exécutif le 07 février prochain. Source : metropolehaiti.com

La CEEI n’a constaté aucune trace de fraude, selon Michel Martelly

Environ trois jours après avoir reçu au palais national le rapport de la Commission d’évaluation électorale indépendante, le président de la République se prononce enfin sur ce document. De ce document, le chef de l’État ne retient qu’une chose. « Le rapport recommande la poursuite du processus électoral puisque la Commission dit n’avoir constaté aucune trace de fraudes lors des élections du 25 octobre ». Source : lenouvelliste.com

Les sénateurs ne peuvent pas bloquer l’entrée en fonction des nouveaux élus

Les sénateurs en place n’ont aucun motif pour bloquer les nouveaux élus assure pour sa part le sénateur François Anick Joseph. Il insiste toutefois sur la nécessité de respecter les règlements intérieurs du sénat qui stipulent que les nouveaux sénateurs doivent s’inscrire auprès de leur chambre 72 heures après la proclamation des résultats par le conseil électoral ce qui n’a pas été fait jusqu’ici. Par ailleurs il explique que la date et les modalités de leur entrée en fonction doivent être définies par le sénat lui-même. Source : metropolehaiti.com

Communiqué de l’OEA (Extrait)

La Mission d’observation électorale (MOE) de l’Organisation des États Américains (OEA) en Haïti salue l’établissement d’une date pour le second tour des élections présidentielles comme un « pas dans la bonne direction ». Elle appelle l’ensemble des acteurs à travailler à l’amélioration des conditions en vue du vote annoncé pour le 24 janvier. La conclusion du processus électoral permettra un transfert de pouvoir constitutionnel à un nouveau Président élu. La Mission considère comme une mesure positive la dissociation des élections locales du second tour des présidentielles limitant le nombre de mandataires dans les bureaux de vote et permettant ainsi d’éviter une répétition des problèmes survenus le 25 octobre (…). Source : alterpresse.org

Société

Le relogement des déplacés se poursuit

Le processus de relogement des déplacés et la réhabilitation des quartiers se poursuit a Port-au-Prince, 6 ans après le tremblement de terre du 12 janvier. A Fort national, Morne Lazard et dans quelques localités de la commune de Delmas des maisons d’habitations sont en cours de construction alors que d’autres ont déjà été remises à leurs nouveaux occupants. Les habitants de ces quartiers reconnaissaient l’importance de ces travaux même s’ils continuent à réclamer plus d’assistance de la part des responsables. Source : metropolehaiti.com

La liste des déportés s’amplifie

Les autorités de la République dominicaine ne cessent pas avec les déportations des migrants. Alors que le dossier est jeté aux oubliettes, et que tous les esprits sont occupés, la crise électorale actuelle, le nombre des déportés augmente exponentiellement. Le bilan est passé de 45 588 au mois de novembre à 47 935, selon les données fournies par le service Jésuite aux migrants (SJM). Source : lenational.ht

Haïti-Séisme : Six ans après, le problème du logement demeure un défi, selon Kayla

Le Konbit (groupe) haïtien pour le logement alternatif (Kayla) propose la « coopérative de logement » comme moyen pour résoudre le problème du logement social en Haïti. ¨Ce problème demeure un défi à relever, six ans après le séisme du 12 janvier 2010 ayant occasionné la mort de près de 300 mille personnes et autant de blessés¨, a fait remarquer Kayla, le mercredi 6 janvier 2015, lors d’une conférence de presse, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse. Source : alterpresse.org

Education

Haïti-PSUGO : Le MENFP ne veut pas payer pour les faux effectifs d’écoliers

Dans une mise au point autour du Programme de Scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO) rendue publique, le mercredi 6 janvier 2016, dont la copie a été transmise à HPN, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle dit n’entendre en aucun cas, payer à certains établissements scolaires impliqués dans le programme, de faux effectifs d’écoliers. Source : hpnhaiti.com

Dans les villes de province

Haïti-Agriculture : De vastes plantations de petit mil ravagées dans le Plateau Central
br> De vastes plantations de millet (petit mil) sont détruites dans plusieurs communes du Plateau Central (Centre), apprend l’agence en ligne AlterPresse. Ces plantations de millet dans les communes de Thomassique, Thomonde, Maïssade et Hinche sont sévèrement affectées par une maladie qui reste jusqu’ici inconnue. Ces plantations sont détruites notamment à Papaye, à Caobite et dans plusieurs autres localités de la 3e section d’aguahedionde rive droite. Les zones affectées se situent non loin du bureau départemental du Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr). Source : alterpresse.org

Dans la presse internationale

Celestin says ‘No’ to Haiti presidential runoff

Haiti presidential candidate Jude Célestin says he will not be participating in this month’s runoff elections. “The 24th is out of the question,” Célestin told the Miami Herald on Thursday. “[President Michel] Martelly will have to do an election with just one candidate.” Célestin’s announcement came as two top U.S. envoys departed Haiti for Washington on Thursday after failing to convince him to run, and as the U.S. State Department issued a statement welcoming Martelly’s executive order scheduling the presidential and partial legislative runoff for Sunday, Jan. 24. Source : miamiherald.com

Ottawa interpellé pour son rôle dans l’exploitation minière en Haïti

Un groupe d’experts en développement international considère que le Canada doit cesser d’orienter sa politique internationale et ses services diplomatiques en fonction de l’exploitation « des ressources minières à l’étranger en général et en Haïti en particulier ». Combien peuvent valoir les ressources minières du sous-sol haïtien ? Au moins 20 milliards de dollars, estime un rapport publié hier par Concertation Haïti. Ce regroupement s’inquiète du rôle canadien dans l’exploitation abusive de ce pays.L’industrie minière en Haïti, enjeux et réalités montre du doigt un projet de déréglementation dont profiteraient les compagnies minières étrangères, au mépris du peuple haïtien. Source : ledevoir.com

Dominican Republic tightens border with Haiti

The north-west border between the Dominican Republic and Haiti has been tightened as according to officials, hundreds of Haitians – many of them undocumented – are trying to enter the country. A contingent of 900 troops was dispatched to the border in what officials are calling “Operation Shield”, they have joined 1,200 solders already assigned to patrol the area that divides the island of Hispaniola. The Immigration Agency says the Haitians who are not qualified to immigrate to the Dominican Republic, have been trying to enter collectively as immigrants while others entered for a binational market held on Mondays and Fridays. Source : jamaicaobserver.com

Ils ont dit

Michel Martelly, le chef de l’État, dans un message préenregistré à l’occasion de l’épiphanie : « Tout le monde était d’avis que les élections du 25 octobre se sont bien déroulées. Il n’y a pas eu de magouilles. Tout s’est réellement bien passé ». Source : lenouvelliste.com

Le sénateur François Anick Joseph : « Les sénateurs en place n’ont aucun motif pour bloquer les nouveaux élus. » Source : metropolehaiti.com

Texte du jour

Élections ou continuum ??
Par Robert Benodin

7 janvier 2016

Au fur et à mesure que la crise électorale s’aggrave, que la contestation électorale se massifie, que les prises de conscience et de position évoluent et se cristallisent, ceux qui veulent le maintien du continuum agissent ouvertement et agressivement avec leurs partenaires internationaux pour tenir le cap. Il est à remarquer que graduellement une décantation s’opère au sein du G8. Pendant un certain temps, Jude Célestin a voulu jouer le rôle de corde ombilicale de l’opposition pour gérer le maintien de la cohésion du G8 dans la mouvance de sa campagne électorale.

Malgré tous les efforts de ceux qui, comme lui, ne veulent en réalité que gérer la crise électorale en entérinant à la fois les résultats des législatives du 9 août et ceux du premier tour des présidentielles du 25 octobre, pour participer au second tour en maintenant le même système électoral au sien du continuum. Jude Célestin se prépare pour son catapultage à la présidence par l’Internationale. Ses déclarations contradictoires et celles venant des porte-paroles de son parti LAPEH, continuent à accentuer son ambivalence quant au maintien de sa candidature et de sa participation au second tour des présidentielles.

La décantation des intérêts au sein du G8 est en train naturellement d’émerger avec une certaine lenteur, certes. Mais en permettant malgré tout à ceux qui, de bonne foi, veulent faire respecter non seulement l’expression de la souveraineté populaire et le droit à l’autodétermination, ils veulent surtout mettre fin à cette tradition de fraude électorale qui réserve le choix du chef de l’État à l’Internationale. Ils ont finalement reconnu le fait qu’il y a une différence irréconciliable entre ce qu’ils veulent accomplir comme changement, versus les normes et traditions que de fait Jude Célestin et sa caste veulent conserver. Jude Célestin ne peut pas être contre un système dont il est le produit. Il n’est vraiment contre les résultats produits par le système que parce qu’ils n’ont pas fait de lui le gagnant dès le premier tour des présidentielles. Il l’a lui-même affirmé et réitéré.

Cependant parmi ceux qui veulent l’annulation des élections législatives et présidentielles, réalisant qu’elles ne forment qu’un tout, d’une part, et d’autre part la catastrophe et le danger qu’elles représentent pour l’avenir du pays, compte tenu du grand nombre de criminels notoires qui occuperont les sièges des deux chambres du Parlement, il y a une distinction dont on doit obligatoirement tenir compte pour ne pas se fourvoyer.

Il y a ceux qui ne sont que contre la façon dont les élections de 2015 ont été gérées. Qui ne veulent les annuler que pour les refaire immédiatement après. Ceux-là veulent d’un gouvernement de transition, certes. Mais de très courte durée, dont le rôle unique ne sera que d’organiser des élections générales immédiatement, dans le plus bref délai. Sans se soucier du fait que, s’il en est ainsi, les élections vont être à nouveau gérées sous l’égide de la même machine électorale, au sein du même système électoral. Lequel système électoral tel qu’il est organisé et qu’il fonctionne, n’est façonné que pour donner droit de cité à l’irrégularité et à la fraude électorale. La machine électorale est contrôlée par les autorités des collectivités territoriales, qui elles-mêmes ne fonctionnent que sous l’égide du ministère de l’intérieur. Le CEP, l’autorité électorale, n’est dominé que par l’Exécutif et l’Internationale qui lui dictent les résultats électoraux. Ce système n’est toléré par l’Internationale que parce qu’il lui permet de nommer à coup sûr tous les chefs d’État de son choix en Haïti.

Cependant il y a aussi ceux qui réalisent qu’il faudrait d’abord saisir l’occasion qu’offre l’intensification de la contestation électorale qui est en train de se massifier, qui doit atteindre l’irréversibilité, pour rompre avec ce système électoral comme premier pas devant conduire à s’émanciper du continuum pour la première fois depuis un siècle ; pour pouvoir créer un nouveau système propre à organiser de nouvelles élections générales garantissant le respect de l’expression de la volonté générale et du droit à l’autodétermination ; pour enfin mettre en application la notion que « Tous les hommes naissent et demeurent égaux en droit. » Ceux-là veulent d’abord d’une réflexion sérieuse sur la refondation de l’État haïtien. Ce qui paradoxalement n’a jamais été fait de 1804 à nos jours.

Quant à la commission d’évaluation, elle avait déjà reçu sa feuille de route concernant le rapport qu’elle vient de soumettre le 3 janvier 2016. Il est à remarquer que le représentant du RNDDH à cette commission, Maître Gédéon Jean, n’a pas signé le rapport parce que sa demande d’une évaluation plus approfondie des résultats du scrutin n’a pas été retenue. Il se dit être en désaccord avec les conclusions de ce rapport. Voilà en gros ce que ce rapport révèle :

- Plus de 57% des votes comptabilisés ne portent pas de signatures des électeurs.

- Plus de 30% des votes comptabilisés ne sont pas liés à un numéro de Carte d’Identification Nationale (CIN).

- Plus de 46% des numéros qui figurent sur les listes d’émargement sont faux.

- Plus de 43% des procès-verbaux contrôlés contiennent des ratures et des modifications de chiffres.

- Plus de 76% des irrégularités constatées dans les procès-verbaux contrôlés n’ont pas été consignées dans des « procès-verbaux d’irrégularité ».

- Plus de 39% des votes effectués sur procès-verbaux n’existent pas dans les listes d’émargement.

- 40% des procès-verbaux n’ont pas été dressés conformément aux exigences du Décret électoral et sont incomplets.

Jugez vous-mêmes. N’y a-t-il pas là tout à la fois le constat de fraudes et celui des irrégularités ?

Les deux ambassadeurs américains Kenneth Merten et Peter F. Mulrean ont exprimé clairement, et à l’avance, ce qu’ils attendaient comme rapport de cette commission d’évaluation. Ils ont, en d’autres termes, annoncé les couleurs. C’est le même Kenneth Merten, l’ex-ambassadeur des États-Unis en Haïti, qui avait forcé la falsification des résultats du premier tour des présidentielles du 28 novembre 2010, pour catapulter Michel Martelly à la présidence. Dans une entrevue à la radio Voix de l’Amérique, la semaine dernière, il a garanti qu’il n’y aurait pas de changement dans les résultats. Que ce sera Jovenel Moïse et Jude Célestin qui iront au second tour. En outre, dans une entrevue accordée à la radio Kiskeya le lundi 28 décembre 2015, malgré toutes les exactions qui ont été dénoncées par les observateurs haïtiens d’organisations de société civile, de défense de droits humains et par les média, l’actuel ambassadeur des États-Unis en Haïti, Peter F. Mulrean a insisté sur le fait que selon lui, il n’y a absolument pas de preuve établissant qu’il y ait eu de fait des irrégularités et des fraudes électorales massives aux présidentielles du 25 octobre 2015.

Puisque le pays est sous tutelle, il devient dès lors absolument clair que cette commission d’évaluation ne devra pas trouver la moindre preuve pour servir les intérêts de ces tuteurs qui tiennent à exercer cette tradition vieille d’un siècle, choisir le prochain chef d’État haïtien. S’ils n’ont aucun intérêt dans l’un ou l’autre de ces deux candidats pour en faire leur proxy, pourquoi insisteraient-ils pour vouloir maintenir les mêmes résultats ? Et s’ils n’ont pas permis à René Préval de nommer son successeur, pourquoi permettraient-ils à Michel Martelly de nommer le sien ?

Au bout du compte, l’arrogance des dernières interventions de ces deux ambassadeurs américains ne vient-elle pas s’ajouter à d’autres attitudes condescendantes et humiliantes de l’Internationale envers la nation haïtienne, pour envenimer la situation ? Ne contribue-t-elle pas directement à provoquer une nouvelle prise de conscience qui tend à porter l’Haïtien en général à vouloir s’émanciper de ses réflexes hétéronomes envers les puissances hégémoniques et les institutions mondiales et régionales, et particulièrement le CORE Groupe ? L’opposition ne doit-elle pas prendre note de cette nouvelle donne politique qui est en train de se développer à son avantage ? Le fait que Martelly dans son discours du 1er Janvier 2016 ait annoncé à bref délai et sans consultation la date à laquelle le second tour des présidentielles aura lieu, le 17 janvier 2016, avant que la commission de vérification ait soumis son rapport, met à la fois en exergue l’intention de vouloir imposer à tout prix la tenue du second tour avec Jovenel Moïse et Jude Célestin et l’absence totale de pertinence de ce rapport. Cependant en allant trop vite en besogne, ne s’est-il pas embarrassé en mettant le pied dans le plat ?

Il est à remarquer qu’une lettre du CEP adressée à Martelly, signée par Pierre-Louis Opont, dit ceci dans son premier paragraphe : « Le Conseil électoral provisoire se trouve dans la pénible obligation de vous informer que, suite à sa réunion plénière extraordinaire du lundi 4 janvier 2016, il a constaté qu’il serait très difficile sinon impossible de réaliser le deuxième tour des présidentielles, celui des législatives partielles et des élections territoriales le 17 janvier 2016. » Et plus loin il ajoute dans son troisième paragraphe ceci : « Le Conseil saisit l’occasion pour vous renouveler sa disponibilité pour une rencontre avec l’Exécutif en vue de voir l’implication de cette nouvelle réalité et de pouvoir compléter ce processus électoral avec cette évidence de ne pas avoir un président élu le 7 février 2016. » Dans une seconde lettre, après une réunion avec l’Exécutif, le CEP se ravise pour annoncer le second tour des présidentielles pour le 24 janvier 2016. Sera-t-il possible ?

Il est évident que la massification de la contestation électorale a eu un effet significatif. Elle a de fait forcé plus que le report de la date du second tour des présidentielles. Il est aussi évident qu’elle n’a pas encore atteint la masse critique nécessaire à son irréversibilité. Puisqu’on en est maintenant conscient, il faudra redoubler d’effort pour atteindre ce plateau et éviter la catastrophe. Dans ce bras de fer pour s’émanciper de ce continuum, il faut avoir constamment à l’esprit cette pensée : « Toute action politique entreprise, au cours de son exécution, est comme une bicyclette : quand elle n’avance pas, elle tombe. » En face, l’arrogance et la condescendance de ces deux ambassadeurs, Kenneth Merten et Peter F. Mulrean, qui cachent difficilement leur appréhension de ne plus pouvoir catapulter au pouvoir le prochain chef de l’État haïtien. Ils sont en train de forcer exagérément la note, pour faire accepter l’inacceptable. Ils sont en train de nier avec une certaine audace les fraudes électorales massives qui ont eu lieu lors des élections du 9 août et du 25 octobre 2015, annonçant à l’avance leur volonté de vouloir maintenir les candidats déjà annoncés qui iront au second tour. Face à cette attitude très agressive des deux ambassadeurs, et celle des organisations et instances internationales, on ne peut pas se permettre d’avoir l’attitude ou le comportement du résigné réclamant sa miette. Il faut exiger avec conviction, ténacité et détermination ce qui revient de droit au peuple haïtien, le respect de sa souveraineté et de son droit à l’autodétermination. Le peuple haïtien a atteint le ras-le-bol ! Il est temps de s’émanciper du continuum !





Port-au-Prince, 30 décembre 2015

BILAN DE L’ANNÉE 2015

Par Michel Soukar

Le bilan de l’année 2015 coïncide avec la fin du mandat du Président Michel Martelly au pouvoir depuis le 14 mai 2011. C’est l’année de l’organisation d’élections générales pour renouveler le personnel dirigeant les institutions étatiques. Cette année coïncide également avec celle de la commémoration du centenaire de l’occupation américaine du pays (1915-2015).

I. SUR LE PLAN POLITIQUE


Durant ses quatre (4) années et demie au pouvoir, le Président Michel Martelly, garant de la stabilité et du bon fonctionnement des institutions, n’a organisé aucune élection en vue du renouvellement des collectivités territoriales, du tiers (1/3) du Sénat et de la Chambre des députés. Au contraire, son administration a remplacé tous les cartels de maires élus dans les 140 communes de la République par des agents intérimaires. Timidement, la communauté internationale et la société civile ont attiré son attention sur cette violation flagrante de la Constitution de 1987. Il est vrai que l’organisation d’élections à un rythme accéléré est une entreprise onéreuse pour la communauté internationale qui supporte la charge du financement des élections en Haïti depuis 1987 à plus de 60%. La Mission de l’Organisation des Nations-unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) ne se préoccupe que de la stabilité de la Présidence. Comme si la stabilité des autres institutions républicaines n’était pas une priorité. Aussi, depuis 2006 le pouvoir présidentiel se transmet-il, tant soit peu, d’un président élu à un autre, en dépit des élections boiteuses concourant à ce transfert plus ou moins régulier et ordonné du pouvoir.

A. UN TEMPS POLITIQUE MAUSSADE

Plus d’un prédisaient un tsunami politique au début de l’année 2015, tant la situation politique se détériorait. Le 12 janvier 2015, le mandat du deuxième tiers du Sénat arrivait à expiration ainsi que celui de la Chambre des députés. Le Président Martelly allait-il constater la caducité du Parlement comme ce fut le cas le 11 janvier 1999, sous la présidence de René Préval ?

Six (6) Sénateurs de la République : Jean-Baptiste Bien-Aimé (Nord-est), Pierre Francky Exius (Sud), William Jeanty (Nippes), John Joël Joseph (Ouest), Jean-Charles Moïse (Nord), Wesner Polycarpe (Nord), secondés, entre autres, par les manifestations de rues du Mouvement des Organisations de l’Opposition Démocratique (MOPOD) incitaient le Président Martelly à cesser les tergiversations et à négocier un accord avec les partis d’opposition, en vue d’une sortie de crise. Leurs revendications portaient sur la formation d’un Conseil Electoral Provisoire (CEP), selon l’esprit de l’article 289 de la Constitution de 1987, la formation d’un gouvernement de consensus et le remplacement du Président de la Cour de Cassation, également Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Coincé aux entournures, le Président Martelly constituait une Commission Consultative de neuf (9) membres, présidée par l’homme d’affaires, le Dr Réginald Boulos, en vue d’effectuer la synthèse des rencontres, discussions et consultations antérieures avec les représentants de différents secteurs de la société haïtienne et pour lui faire des recommandations appropriées. Un délai de huit (8) jours était accordé à la commission pour effectuer ce travail.

Dans le délai imparti, la commission consultative remit son rapport au Président Martelly, au cours d’une cérémonie organisée au Palais National, en présence du Premier Ministre Laurent Lamothe, accompagné de certains membres de son gouvernement. Sans surprise, les principales recommandations furent : la formation d’un gouvernement de consensus, dirigé par un Premier Ministre choisi en concertation avec les partis politiques ; la formation d’un Conseil Électoral Provisoire (CEP), selon l’esprit de l’article 289 de la Constitution de 1987 et la démission du Président de la Cour de Cassation, également Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire.

En réalité, ces recommandations correspondaient aux revendications exprimées depuis plus de six (6) mois par les six (6) sénateurs frondeurs et relayés par les manifestants du MOPOD qui réclamaient également l’organisation d’élections ou la démission du Président Martelly. Sans surprise, le Président Martelly saisit la bouée de sauvetage et déclara accepter toutes ces recommandations. Il n’adressa pas de questions préjudicielles relatives à la décharge à accorder à ses anciens ministres, voire la double nationalité. Le dindon de la farce fut le Premier Ministre Lamothe qui menait visiblement campagne, à travers ses tournées dans les provinces, sous le couvert du programme "Gouvenmam Lakay ou".

B. IRONIE OU PRAGMATISME

Le 29 décembre 2014, le Président Martelly, le Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me Anel Alexis Joseph dont on réclamait la démission, le Président du Sénat : Simon Dieuseul Desras et le Président de la Chambre des députés, Stevenson Jacques Timoléon, signaient un accord tripartite garantissant, entre autres, l’existence du Parlement après le 12 janvier 2015. Cette clause devait être introduite dans la loi électorale à voter avant le 12 janvier. Le mandat des députés serait prolongé jusqu’au 24 avril 2015 et celui des sénateurs jusqu’au 9 septembre 2015, ou à l’entrée en fonction des nouveaux élus, si les élections se tenaient avant ces dates. La balle était dans le camp du parlement.

Le Premier Ministre Lamothe démissionna. L’intérim fut assuré par le ministre de la Santé Publique et de la Population, le Dr Florence Duperval Guillaume. Parallèlement, le Président Martelly désigna Monsieur Evans Paul comme Premier Ministre, en dehors de toute éthique et sans consultation véritable avec les présidents des deux (2) branches du Parlement. Monsieur Paul faisait partie de la Commission Consultative qui avait produit les recommandations de sortie de crise. Le 1er janvier 2015, le Président de la République, flanqué de la première Dame, des présidents du Sénat et du CSPJ, du Premier ministre par intérim et du Premier ministre désigné, participa aux cérémonies commémoratives du 211eme anniversaire de l’indépendance aux Gonaïves.

La convocation du Parlement en Assemblée Nationale pour voter, entre autres, la loi électorale et ratifier le choix du Premier Ministre, n’a pas eu lieu. La séance fut boudée par le groupe des six (6) sénateurs qui écrivirent au président du Sénat pour justifier leur position sur le menu de la convocation, jugé copieux, indigeste et rébarbatif. Paradoxalement, la plupart des partis politiques qui critiquaient le pouvoir du Président Martelly : la Fusion des Sociaux Démocrates, le Parti Inité, le Parti Aysyen Pou Ayiti, Kontra Pepla se bousculaient à l’Hôtel Kinam I pour parapher un accord politique avec le Président de la République le 11 janvier 2015.

Tous les regards étaient rivés sur le Parlement à l’approche de la date fatidique du 12 janvier 2015. Les jusqu’au-boutistes préférèrent jouer le tout pour le tout. Et le délai accordé aux parlementaires expira. L’Assemblée Nationale mettait fin à la 49eme législature. Le vice-président de cette Assemblée, le député Stevenson Jacques Timoléon, proche du pouvoir, prononça un discours dans lequel il suggéra la modification de la carte géographique et politique du pays, à travers la création de nouveaux départements géographiques et de nouvelles communes. Le député Timoléon voulait-il préparer les esprits à une telle éventualité ?

C. FORMATION DU GOUVERNEMENT

Avec le départ de la Chambre basse et l’absence des deux (2) tiers du Sénat, le Parlement est dysfonctionnel. Les dix (10) sénateurs restants son t : Steven Iverson Benoit (Ouest), Wesner Polycarpe (Nord), Jean-Baptiste Bien-Aimé (Nord-Est), Lucas Saint- Vil (Nord-Ouest), Annick Francois Joseph (Artibonite), Jocelerme Privert (Nippes), Carlos Lebon (Sud), Edwin Zenny (Sud-Est), Francisco De la Cruz (Centre) et Andris Riché (Grande-Anse). Ce dernier fut élu Président des restes du Sénat avec cinq (5) voix sur sept (7).

La voie était ouverte pour la formation et l’installation d’un gouvernement de fait. Nommés à la onzième heure, le Premier Ministre forma, de concert avec Le Président de la République, un gouvernement de consensus de vingt (20) ministres et dix-sept (17) secrétaires d’État, sans l’onction du Parlement sur son énoncé de politique générale, comme le veut la Constitution de 1987. Le cabinet ministériel comptait huit (8) ministres issus du gouvernement Lamothe et douze (12) nouveaux ministres, issus pour la plupart des partis Politiques Fusion, Inité. Le Président Martelly cohabita avec ses adversaires d’hier. Parmi les anciens ministres du gouvernement Lamothe, quatre (4) ont battu le record de longévité : l’Ingénieur Jacques Rousseau (MTPTC), Stéphanie Balmir Villedrouin (Tourisme), Florence Duperval Guillaume (MSPP) et Wilson Laleau, tantôt aux Finances, tantôt au Commerce. Par contre, un ministre et trois (3) secrétaires d’État n’ont pas pu être installés. Il s’agit du ministre de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement, le vétérinaire Jean-François Thomas, des secrétaires d’État Fednel Monchéry à la Réforme Agraire, Pierre André Gédéon à la Relance Agricole et Carel Alexandre à la Sécurité Publique. Les trois (3) premiers furent contestés par les étudiants de la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) et le dernier par le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH). Le Gouvernement a dû nommer l’agronome Fresner Dorcin à la tête du MARNDR, suite à la démission de Jean-François Thomas.

Après la formation et l’installation du Gouvernement, contesté par le sénateur Steven Benoit et l’opposition radicale, le cap était mis sur la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP), en vue du lancement du processus électoral.

D. LANCEMENT DU PROCESSUS ÉLECTORAL

Le lancement du processus électoral passait par la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP), selon l’esprit de l’article 289 de la Constitution de 1987, l’élaboration et la publication du décret électoral et du calendrier électoral.

1. Formation du Conseil Électoral Provisoire

Durant quatre (4) ans et demi, l’obstination du Président Martelly à former le Conseil Électoral permanent s’est heurtée à l’opposition d’une bonne partie de la classe politique haïtienne. Les quatre (4) premières tentatives du Président Martelly de former un CEP, présidé soit par Emmanuel Ménard, soit par Josué Pierre-Louis, soit par Frizto Canton ou par Max Mathurin se sont heurtées à la résistance des forces d’inertie du milieu politique haïtien. Cette fois, les institutions prévues dans l’article 289 de la Constitution de 1987 ou celles qui leur tiennent lieu de substitut ont toutes désigné leurs représentants au Conseil Électoral Provisoire, en dépit de certaines protestations au sein de quelques-unes d’entre elles. Voici la liste des représentants désignés par secteur :
Pierre Manigat Jr, Presse
Lucie Marie Carmelle Paul Austin, Université
Pierre Louis Opont, Patronat
Lourdes Edith Joseph, Syndicat
Yolette Mengual, Femme
Néhémy Joseph, Paysan/Vodou
Ricardo Augustin, Conférence Episcopale
Vijonet Déméro, Cultes Reformés
Jaccéus joseph, Droits Humains

Les neuf (9) membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) prêtaient le serment d’usage à la Cour de Cassation, présidée par Me. Jules Cantave succédant à Me Anel Alexis Joseph, démissionnaire. Le parti Fanmi Lavalas et le Mouvement des Organisations Populaires Démocratiques (MOPOD) prenaient acte de la formation du Conseil. Le CEP se mit immédiatement au travail en vue de l’élaboration du projet de Décret électoral à soumettre à l’Exécutif aux fins de publication dans le Journal officiel "Le Moniteur". Le CEP élabora le calendrier électoral et le budget en vue de l’organisation des élections présidentielles, législatives, communales et locales avant la fin de l’année 2015.

2. Publication du décret électoral

Un décret électoral de 244 articles fut publié dans un numéro spécial du Journal officiel "Le Moniteur" le 2 mars 2015. Le Premier Ministre Evans Paul remit symboliquement un exemplaire dudit Décret au Conseil Électoral Provisoire (CEP). Puis, le CEP publia le calendrier électoral et invita le Président de la République à publier l’arrêté convoquant le peuple en ses comices, pour les 9 août, 25 octobre et 27 décembre 2015, en vue d’élire :
• 1 président de la République ;
• 20 sénateurs ;
• 119 députés ;
• 142 cartels de magistrats communaux ;
• 575 cartels de Conseil d’Administration des Sections Communales (CASEC) ;
• et des délégués de ville.

D’après le calendrier électoral, le premier tour des élections législatives fut fixé au 9 août. Le 1er tour des élections présidentielles, le 2ème tour des législatives et les élections communales au 25 octobre. Le 2eme tour des présidentielles et les élections des membres des collectivités territoriales (CASEC, ASEC, Délégué de Ville) au 27 décembre 2015. Si tout se passait comme prévu, le Parlement rentrerait en fonction le deuxième lundi de janvier 2016 et le Président de la République serait installé le 7 février 2016.

3. Inscription des partis politiques

Le CEP invita les partis politiques reconnus à s’inscrire. 192 partis, organisations et entités politiques se présentèrent, y compris le MOPOD, Fanmi Lavalas et Pitit Desalin. 166 partis, organisations et entités politiques, reconnus par le Ministère de la Justice, furent agréés par le CEP. Deux (2) raisons fondamentales expliquent la multiplicité des partis politiques. Premièrement, la loi régissant la formation et le fonctionnement des partis politiques est trop laxiste dans ses critères. Par exemple, vingt (20) membres suffisent pour former un parti politique. Deuxièmement, le gouvernement prévoit une enveloppe de 500 millions de gourdes dans le budget rectificatif 2014-2015 pour le financement des partis politiques. Une manne dans un pays à fort taux de chômage.

Parmi ces partis, on distinguait ceux issus de la mouvance lavalas, ceux proches du pouvoir et ceux constitués à l’occasion des élections. Des démarches furent entreprises par le CEP et le Gouvernement en vue de porter ces partis, organisations et entités politiques à se regrouper en plateforme politique, afin d’en réduire le nombre. En définitive, le nombre de partis, regroupements et plateformes politiques, auxquels le CEP attribua, par tirage au sort, des numéros d’identification était de 126. D’autres tentatives effectuées, soit par le secteur protestant soit par des candidats eux-mêmes, pour réduire le nombre de candidats à la Présidence se révélèrent infructueuses.

4. Inscription des candidats

Le CEP lança le processus d’inscription des candidats dans l’ordre suivant : parlementaires, présidentielles, communales et locales. Les candidats furent invités à s’inscrire en ligne d’abord avant de se présenter dans les Bureaux Électoraux Départementaux (BED) et Communaux (BEC). Entre temps, des ministres et des agents intérimaires démissionnaient en vue de se porter candidat. La question de la décharge était primordiale. La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCA) publia une note de presse, dans laquelle elle informa que les rapports relatifs aux projets de lois de règlement pour les quatre derniers exercices fiscaux (2011-2014) avaient été transmis au Ministère de l’Économie et des Finances (MEF). En conséquence, la Cour ne délivrera pas de certificat de décharge provisoire aux gestionnaires de deniers publics. L’inscription des candidats à toutes les fonctions électives se réalisa dans une ambiance de carnaval : candidats accompagnés d’un défilé de motocyclistes, de bandes à pieds et d’une caravane de véhicules. Souvent, les mêmes motocyclistes, les mêmes bandes à pieds changeaient d’accoutrements, de pancartes à l’effigie du candidat et de fanions. Une activité lucrative se créa à l’occasion des opérations d’inscription.

Ainsi, 70 candidats briguèrent la Présidence, 2039 le Parlement (sénateurs et députés), 2346 les mairies, 3929 les Casecs et 1210 délégués de villes.

5. Contestations de candidatures

Après l’inscription des candidats, une période de contestation est prévue dans le décret électoral. Les instances contentieuses prévues à cet effet sont : le Bureau du Contentieux Électoral Communal (BCEC), le Bureau du Contentieux Électoral Départemental (BCED) et le Bureau du Contentieux Électoral National. Tout électeur peut, moyennant preuve, contester une déclaration de candidature à une fonction élective. Nombreux furent les anciens gestionnaires de deniers publics qui ne purent s’inscrire pour cause d’absence de décharge. Ils n’ont pu bénéficier du principe des formalités impossibles, en évoquant l’absence de Parlement. C’est le cas, par exemple, des anciens ministres du gouvernement Martelly. Parmi les cas de rejet de candidature qui ont défrayé la chronique, citons ceux de la Première Dame de la République, Mme Sophia Saint Rémy Martelly, du candidat à la Présidence de la Plateforme Vérité, M. Jacky Lumarque et de l’ex-Premier ministre Lamothe.

D’autres candidats à la Présidence furent écartés pour cause de double nationalité et pour cause de trafic de stupéfiants. Finalement, 54 candidats figurèrent sur la liste des candidats à la présidence. 1855 candidats agréés pour les élections parlementaires. Au total, 41.000 candidats se préparaient à mener campagne pour les postes électifs.

6. La campagne électorale et les élections

La campagne électorale fut terne. Les candidats au Parlement ont organisé très peu de meetings populaires. La plupart des candidats parcoururent les communes de leur circonscription sur des véhicules montés d’équipements sonores, inondant les rues de vacarme. La campagne présidentielle ne fut pas différente. Tous les candidats proposaient à peu près le même programme. Moins d’une douzaine d’entre eux parcoururent les 11 départements géographiques du pays. La grande majorité se cantonna à des entrevues radiophoniques. Les mêmes participaient aux débats radio télédiffusés.

Quatre (4) sondages du Bureau de Recherche en Informatique et en Développement Social (BRIDES) fournissaient les tendances de votes. Les élections du 9 août 2015 se déroulèrent dans une ambiance de désordre et de violences. Fraudes et irrégularités furent dénoncées aussi bien par des candidats, des partis et regroupements de partis politiques que par des organisations de la société civile impliquées dans l’observation électorale. RNDDH, CNO et CONHANE pointèrent du doigt le Parti PHTK, proche du pouvoir, dans les violences, les fraudes et irrégularités. Le RNDDH pensa que ces élections étaient un accroc aux normes démocratiques. RNDDH, CNO, CONHANE exigeaient une évaluation honnête et sincère du scrutin.

Certains partis politiques, comme la Fusion des Sociaux démocrates, Fanmi Lavalas, ALAH, CANAAN et Renmen Ayiti proposèrent une évaluation des élections législatives. D’autres réclamèrent l’annulation des élections législatives. Ils dénoncèrent de faux observateurs, membres de partis politiques proches du pouvoir comme les instigateurs des fraudes et violences ayant émaillé la journée électorale. Le front des candidats pour la lutte démocratique réclama l’annulation des élections, le renvoi des 9 membres du CEP et le départ du Président Martelly.

Ces revendications furent relayées par des partis et regroupements politiques comme la Fusion, Ayisyen pou Ayiti, REPARENN, Fanmi Lavalas, Platfom jistis, UPAN et PKN. Ils réclamèrent la tête de Pierre-Louis Opont, des corrections ou un gouvernement de transition. Le CEP publia les résultats définitifs des élections législatives.

Le Conseil Électoral Provisoire (CEP) rejeta la notion d’annulation des élections. Selon le conseiller Néhémy Joseph, le CEP est déterminé à conduire la procédure électorale jusqu’au bout. Le CEP décida de reprendre les élections, le 25 octobre 2015, là où il y avait eu violences, fraudes et irrégularités. Ainsi, 15 candidats à la députation et 1 candidat au Sénat furent écartés pour leur implication présumée dans des cas de fraudes et de violences.

Le CEP publia les résultats définitifs des élections législatives. 10 candidats, 2 sénateurs et 8 députés furent élus dès le premier tour. La contestation se radicalisa. Le CEP proposa de corriger les erreurs et de faire mieux à l’occasion des présidentielles, prévues pour le 25 octobre 2015.

Le conseiller Néhémy Joseph, représentant des secteurs Vodou et paysan au sein du CEP, démissionna après avoir cautionné les décisions antérieures du CEP. Le Conseiller Ricardo Augustin, représentant de la Conférence Épiscopale déclara que le CEP allait avancer sans Néhémy Joseph. Il avait raison puisque la Mambo Carline Viergelin, désignée à l’insu des pontes du vodou et du Secteur paysan, succéda à Me Néhémy Joseph.

Le CEP mit le cap sur l’organisation des présidentielles du 25 octobre 2015. Son président, Pierre-Louis Opont, exigea la présence d’une force lourdement armée pour sécuriser ces élections. On effectua certaines corrections et améliorations. Par exemple, les mandats et les cartes d’accréditation des observateurs furent disponibles plus tôt, 13725 bureaux de vote installés dans les dix départements géographiques. La MINUSTAH disposa de 2061 policiers et de 2370 militaires onusiens. Désistement, endossement et appel au boycott caractérisèrent ces présidentielles. Á deux jours du scrutin, le CEP se dit prêt à 97%. Le 25 octobre 2015, les élections présidentielles, législatives et communales se déroulèrent dans le calme. On félicita le peuple, la police et le CEP. Le taux de participation oscilla entre 25 et 30 %, selon des observateurs de l’UE et de l’OEA. Plus tard dans la journée, des dénonciations de fraudes massives et d’irrégularités graves fusaient. Quatre (4) organisations de la société civile : RNDDH, SOFA, CONHANE et CNO, engagées dans l’observation électorale, dénoncèrent des fraudes massives.

Le CEP aurait distribué 13.725 mandats à chacun des partis et regroupements politiques engagés dans la course électorale ainsi que des cartes d’accréditation à des organisations d’observation bidon. Il se serait développé un trafic de mandats et ces mandataires auraient voté plusieurs fois. Rappelons qu’un mandataire et un observateur peuvent voter dans le bureau de vote où ils/elles sont affecté(e)s sans avoir leur nom sur la liste électorale du bureau ou du centre de vote en question. Dans ce cas, le président du bureau de vote et le superviseur rédigent un procès-verbal attestant leur vote.

Des candidats appelèrent au respect du vote populaire. Le RNDDH exigea la vérification des informations relatives à la fois aux votes effectués en dehors de la liste d’émargement par les mandataires et observateurs, au mode de recrutement des avocats vérificateurs au Centre de Tabulation des Votes (CTV) ainsi que la clarification du nombre de mandats et de cartes d’accréditation délivrés aux organisations impliquées dans l’observation électorale. Le Président du CEP, Pierre-Louis Opont, promit de prendre en considération toutes les dénonciations de fraudes. L’internationale exigea la transparence au Centre de Tabulation des Votes (CTV), dirigé par Widmack Matador. Le CEP forma une commission interne pour évaluer et corriger les fraudes et irrégularités. Le RNDDH contesta la formation de cette commission, y voyant une manœuvre du CEP qu’il qualifia de juge et partie. La proclamation des résultats préliminaires, fixée au 3 novembre 2015, fut décalée de deux jours, soit le 5 novembre. Comme prévu, le CEP publia les résultats préliminaires des élections présidentielles du 25 octobre 2015 donnant Jovenel Moïse de PHTK premier avec 32.81% des votes, Jude Célestin avec 25.27%, Jean-Charles Moïse 14.27%, Maryse Narcisse 7.05%. Hormis Jovenel Moise, les autres candidats rejetaient ces résultats appelant au respect du vote populaire. Fanmi Lavalas contesta régulièrement les résultats au BCED et au BCEN et soutint les revendications des partis LAPEH et Pitit Desalin dans les manifestations de rues lancées par ces derniers. Ces manifestations donnèrent souvent lieu à des violences de part et d’autre.

Cependant, bien avant la publication des résultats, huit (8) candidats à la Présidence : Sauveur Pierre Etienne, Jean-Charles Moïse, Jude Célestin, Jean-Henry Céant, Steven Benoit, Charles Henry Baker, Eric Jean-Baptiste et Samuel Madistin, formaient un front commun réclamant la formation d’une commission indépendante pour "épurer le processus de vote, en vue de détecter les cas de fraude ; identifier et recommander l’exclusion du processus aussi bien des fraudeurs que des bénéficiaires des cas de fraudes ; recommander toutes mesures utiles pour rétablir la confiance ; et garantir la transparence nécessaire en vue de la poursuite du processus électoral." Le CEP invita les représentants du groupe des 8 à le rencontrer. Par contre, au cours de la nuit suivant cette rencontre, le CEP publia un communiqué dans lequel il déclara que le décret électoral ne contient pas les provisions pour constituer la commission proposée par le groupe des 8. Alors, LAPEH, Pitit Desalin et Fanmi Lavalas maintinrent la pression par des manifestations de rues.

En réponse à la contestation de Fanmi Lavalas, le BCEN rendit un jugement autorisant les avocats de Fanmi Lavalas à vérifier des procès-verbaux au centre de tabulation des votes. Apparemment, les 78 procès-verbaux contrôlés au CTV étaient entachés de fraudes. Le CEP, dans le communiqué # 92, rectifia le nombre de procès-verbaux écartés pour fraudes. Au lieu de 296 procès-verbaux, le CEP écarta 490 pour fraudes et irrégularités diverses constatées par le CEP lui-même. Cet aveu était susceptible de confirmer les allégations de fraudes et d’irrégularités dénoncées par les partis politiques contestataires. Dans l’après-midi du mercredi 24 novembre, le CEP publia les résultats définitifs des élections présidentielles du 25 octobre 2015, sans grand changement dans le classement des candidats par rapport aux résultats préliminaires. Jovenel Moïse et Jude Célestin devraient s’affronter au second tour prévu le 27 décembre 2015. Le groupe des 8 maintint sa revendication. Le candidat à la Présidence Jude Célestin déclina des invitations de la Présidence et du CEP. Le gouvernement forma une commission en vue d’adresser la crise de confiance qui affectait le processus électoral. Jude Célestin refusa de rencontrer ladite commission. Cependant, de nombreuses organisations de la société civile, comme la Conférence Épiscopale et l’Initiative de la Société civile, adhérèrent à l’idée de la formation d’une commission indépendante de vérification du scrutin présidentiel du 25 octobre 2015.

E. LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

La communauté internationale joue un rôle de premier plan dans la politique haïtienne, en général, et dans l’organisation des élections, en particulier. Elle contribue au financement de ces élections à hauteur de plus de 60%. Les principaux contributeurs sont les États-Unis d’Amérique du Nord, l’Union Européenne, le Canada, le Japon et le Brésil. Cette année, le Club de Madrid a effectué 6 missions en Haïti en vue d’appuyer et de suivre l’évolution du processus électoral. Le Secrétaire d’État Américain, John Kerry, est venu en Haïti rappeler que les élections de 2015 devaient se dérouler sans intimidation et sans violence.

En outre, Kenneth Merten : le Coordonnateur du dossier d’Haïti au Département d’État, les ambassadeurs du Canada, des États-Unis, de France et de l’Union Européenne défilèrent au bureau du Premier Ministre Evans Paul pour renouveler leur appui à la tenue des élections en Haïti à la fin de l’année 2015. Par ailleurs, le Core Group, composé de la représentante du Secrétaire Général des Nations-Unies, des ambassadeurs des pays "Amis “d’Haïti : le Canada, les États-Unis, la France, le Brésil, l’Espagne et du représentant de l’OEA en Haïti, plaide pour la poursuite du processus électoral après la tenue des élections du 9 août 2015, voire du 25 octobre 2015. Le représentant de l’Union Européenne va jusqu’à minimiser les allégations de fraudes et d’irrégularités soulevées par les partis de l’opposition.

Or, depuis quelque temps, cette communauté internationale ne parle pas uniquement d’élections libres, honnêtes et démocratiques. Elle y ajoute crédibles et inclusives. Les élections du 9 août et du 25 octobre 2015 sont-elles jugées crédibles par la communauté internationale, suivant les normes et standards internationaux en usage ?

Le journal Miami Herald du jeudi 3 décembre 2015 annonça la visite de l’ambassadeur Kenneth H. Merten. Sa mission, présuma-t-on, était de persuader le CEP de reporter la tenue du 2ème tour des élections prévues le 27 décembre 2015 à une date ultérieure et les dirigeants haïtiens de former une commission indépendante en vue de s’assurer de l’intégrité des élections du 25 octobre 2015, comme le recommandaient la Conférence Épiscopale, des leaders protestants, l’ISC et quatre organisations locales de droits humains. Entre temps, le mandat du Président Michel Joseph Martelly, au pouvoir depuis 4 ans et demi, tire à sa fin.

F. BILAN DU MANDAT DU PRÉSIDENT MARTELLY AU POUVOIR

En accédant au pouvoir le 14 mai 2011, le Président Michel Joseph Martelly avait axé son programme sur cinq (5) "E" : Éducation, Emploi, Énergie, Environnement et État de droit. Certains observateurs croient que le Président Martelly a mangé ses "E". D’autres pensent que ces "E" sont muets ou minuscules.

Éducation  : le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle lança le Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire (PSUGO). La propagande gouvernementale fait état de chiffres, souvent contradictoires, du nombre d’élèves fréquentant l’école dans le cadre de ce programme. Une évaluation du PSUGO par le Ministère révèle de nombreux cas de fraudes et de malversations. 85 écoles sont exclues du programme. Le Ministère saisit l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC). Le nouveau ministre Nesmy Manigat travaille à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles haïtiennes, contrôlées à 85% par le secteur privé.

Emploi  : où sont les 400 mille emplois que l’Administration Martelly claironne avoir créés ? Même le Ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau, n’est pas en mesure d’établir avec exactitude le nombre d’emplois créés sous la Présidence de Michel Martelly. Toujours est-il que 60% de la population active du pays vit toujours dans le chômage.

Énergie  : l’Administration Martelly a toujours promis de rétablir la fourniture du courant électrique 24 heures sur 24. Cependant, les fournisseurs d’électricité à l’Ed’H se trouvent souvent dans la situation d’arrêter les moteurs, quand l’Ed’H n’honore pas ses obligations contractuelles. Les moteurs de la Centrale Hydro Electrique de Péligre sont en réparation. Cette année, la Banque Mondiale présente un rapport accablant sur la gestion de l’Électricité d’Haïti (Ed’H) qui bénéficie d’une subvention de 200 millions de dollars américains l’an. Alors que l’Ed’H accuse 60% de perte sur le réseau et n’est pas en mesure de facturer les clients. La Banque Mondiale recommande la baisse du prix de l’énergie, la révision des contrats conclus avec les fournisseurs d’électricité à l’Ed’H ainsi que l’amélioration de la gouvernance de la compagnie d’éclairage électrique. Le gouvernement forme une commission, chargée de mettre en œuvre les recommandations de la Banque Mondiale.

Environnement  : un rapport publié récemment à la Conférence de Paris sur le climat classe Haïti parmi les trois (3) pays de la planète, avec le Honduras et la Birmanie, comme les plus affectés en 20 ans par des événements météorologiques. La couverture forestière est réduite à une peau de chagrin. Il suffit de quatre (4) heures d’averses pour enregistrer des cas d’inondation et des pertes en vies humaines. Des algues brunes envahissent Haïti, tuent des poissons et affectent la faune marine. Des tas d’immondices jonchent les rues de la capitale et des principales villes. Le personnel du Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS) est en grève pour réclamer le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires. Il en est de même des employés de la voirie dans de nombreuses villes de province.

État de Droit  : un seul cas suffit pour évaluer la vitalité de l’État de droit dans le pays. Le juge d’instruction, Me Sonel Jean-François rend une ordonnance de renvoi au criminel contre les membres du gang galil, dirigé par Woodly Ethéart, alias Sonson Lafamilia et Renel Nelfort, alias Renel le récif. Des membres du gang interjettent appel de ladite ordonnance. Curieusement, le Doyen du Tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Raymond Jean-Michel, en dépit de l’appel exercé contre l’ordonnance de renvoi, extrait les dossiers de Woodly Ethéart et de Renel Nelfort et les renvoie en jugement devant le tribunal criminel, présidé par le juge Lamarre Bélizaire.

Woodly Ethéart, dit Sonson La familia et Renel Nelfort sont libérés par le juge Lamarre Bélizaire qui leur conseille de ne plus recommencer. Pour maquiller l’affaire, le gouvernement exerce un pourvoi en cassation contre le jugement du tribunal criminel sans assistance de jury, et met le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de première instance, Me Kherson Darius Charles, en disponibilité. Le Conseil Supérieur du pouvoir Judiciaire inflige la même sanction au Doyen Raymond Jean-Michel qui est remplacé par le Juge Bernard Saint-Vil.

L’expert indépendant des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme en Haïti a effectué quatre (4) visites pour constater la prévalence de la détention préventive prolongée, l’impunité, la situation des réfugiés et des déplacés depuis le séisme du 12 janvier 2010.

2. Instabilité Institutionnelle

On ne compte plus le nombre de commissaires du Gouvernement qui se sont succédé à la tête du Parquet de Port-au-Prince. De plus, l’Administration Générale des Douanes (AGD), la Direction Générale des Impôts (DGI), l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), l’Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF) et la Radiotélévision Nationale d’Haïti (RTNH) n’ont jamais connu autant de changement de directeurs généraux. A celà s’ajoute le nombre de ministres qui ont défilé aux ministères de l’Intérieur, du Plan, des Affaires Sociales, de la Communication, etc. Il importe de rappeler, toutefois, que quatre (4) ministres ont battu le record de longévité dans le gouvernement. Il s’agit des ministres Stéphanie Balmir Villedrouin (Tourisme), Jacques Rousseau (MTPTC), Florence Duperval Guillaume (MSPP) et Wilson Laleau (navette MEF/MCI).

3. Voyages, Accueil et Autres

Le Président Michel Martelly est parmi les présidents d’Haïti, celui qui a effectué le plus grand nombre de voyages à l’étranger et qui a reçu également le plus grand nombre de dignitaires étrangers au cours de son mandat. Il a rencontré deux (2) papes à Rome. Cette année, il a reçu la visite des présidents de la République Française et de la République de Chine (Taiwan). Le premier est venu rappeler la dette "morale" de la France envers Haïti, sans promettre ni restitution ni réparation. Le second est venu inaugurer le nouvel immeuble, logeant la Cour de Cassation de la République, offert par son pays. La Drug Enforcement Agency (DEA) des États-Unis a procédé à l’arrestation du fils de l’ex-président du Honduras Porfirio Lobo et de deux proches du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Quelque temps auparavant, deux (2) citoyens vénézuéliens ont été appréhendés à Tabarre en possession de cinq cent mille dollars américains cash à bord de leur véhicule, par des agents de la Brigade de Lutte contre le trafic des stupéfiants (BLTS). Un trafiquant de drogue jamaïcain a été tué par balles à Baie Dumesle, Saint-Louis du Sud, suite à des échanges de tirs avec la police. De même, des ressortissants haïtiens arrêtés pour trafic de drogue et extradés aux États-Unis sont retournés au pays, après avoir purgé leur peine dans les prisons fédérales américaines. C’est le cas, par exemple, d’Oriel Jean et de Jacques Kétant. Ce dernier a bénéficié d’une réduction de peine et de la clémence de la justice américaine.

4. Violence et Insécurité

La violence et l’insécurité ont fait de nombreuses victimes cette année. De nombreux agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) sont tombés sous les balles de bandits circulant à moto dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et dans plusieurs villes de province. Selon le directeur général de la PNH, Monsieur Godson Orélus, 250.000 armes illégales seraient en circulation dans le pays. Les religieux et religieuses furent les nouvelles cibles des bandits. On a enregistré 29 attaques contre des communautés religieuses. Des milliers de fidèles catholiques ont marché dans les rues de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien pour réclamer justice pour les religieux et religieuses.

La Commission Nationale Justice et Paix de l’Église Catholique (JILAP) a dénombré plus de 500 cas de morts par balles au cours du premier semestre de l’année 2015.

Parmi les cas les plus retentissants, citons : l’assassinat chez elle, à Vivy Mitchell de l’ex-directrice générale de la PNH sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide, Madame Jocelyne Pierre ; l’assassinat de Oriel Jean, ancien chef de la sécurité du Palais national, sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide ; l’attentat sur la personne de Jean Nesly Lucien, ancien directeur général de la PNH sous Jean-Bertrand Aristide, atteint de deux projectiles, tirés par des individus circulant à moto à Tabarre 36 ; l’assassinat par des individus armés de l’agronome Jean-Yves Barnatte aux Cayes, de Jean Gesner Henry Jr (dit coupé cloué jr) à Delmas 33, de Claude Delatour à Pétion-Ville, de Wickenson Bazile, employé technique du CEP et cousin du conseiller au CEP Jaccéus joseph (Droits Humains) à Delmas 32. En outre, des individus armés ont criblé de balles la résidence du conseiller au CEP Vijonet Déméro (Cultes Réformés). Á ces cas s’ajoutent toutes les violences enregistrées à Fort-Liberté, à Ouanaminthe, à Petit-Goâve, à Miragôane et à l’Arcahaie. Á Ouanaminthe, par exemple, un casque bleu chilien de la MINUSTAH a été tué. Aussi, des pays comme le Canada, les États-Unis et la France recommandent à leurs concitoyens d’éviter autant que possible de voyager en Haïti même quand un cadre supérieur de l’UNPOL déclare que la situation sécuritaire au pays n’est pas si mauvaise.

II. SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Un pays que l’on disait ouvert aux affaires (open for business) trébuche à cause de l’insécurité, de la violence, de l’instabilité politique et de la mauvaise gouvernance. En début d’année fiscale 2014-2015, les prévisions économiques tablaient sur un taux de croissance du PIB de 3.5%, un taux d’inflation de 6 à 8% en rythme annuel et un taux de change oscillant entre 48 et 50 gourdes pour un dollar américain. Sans doute, ces prévisions n’avaient pas tenu compte de facteurs internes comme la sécheresse, les manifestations politiques, les grèves et de facteurs externes comme la baisse du prix du baril de pétrole sur le marché international et la raréfaction de l’aide externe à Haïti. Le brut vénézuélien, principal fournisseur de pétrole à Haïti dans le cadre de l’Accord Pétro Caribe, a perdu 61% de sa valeur en 2015. Cette baisse du prix du pétrole sur le marché international entraîne une baisse des revenus octroyés à Haïti dans le cadre de l’Accord Pétro Caribe signé avec le Venezuela. De plus, les grèves lancées par les syndicats du secteur transport, réclamant la baisse du prix du carburant à la pompe, débouchent sur une réduction des recettes fiscales. Le budget de l’exercice fiscal 2014-2015 est revu à la baisse, de 122.6 milliards à 109.5 milliards de gourdes.

La Commission Économique pour l’Amérique Latine et la Caraïbe (CEPAL) a revu à la baisse le taux de croissance économique du PIB pour Haïti à 2.5%. C’est peut-être ce qui a poussé le ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau, à déclarer l’état d’urgence économique. D’après lui, le pays vit au-dessus de ses moyens. Ce qui pourrait laisser croire que l’État allait pratiquer une politique d’austérité, en réduisant son train de vie et en éliminant les dépenses somptuaires. Le Forum Économique Mondial, dans son rapport 2015, classe Haïti 133e sur 141 pays en matière de tourisme, devant Myanmar, Burkina Faso, Mauritanie, Yémen, Mauritanie, Angola, Guinée et Tchad. Depuis quelque temps, le pays importe presque tout ce qu’il consomme et exporte très peu de biens à l’étranger. Pour la première fois dans son histoire, le pays importe du café. Moins d’un million de touristes, y compris les Haïtiens vivant à l’étranger, visitent Haïti chaque année.

Les principales sources de devises étrangères demeurent jusqu’à présent les transferts en provenance de la diaspora et l’aide internationale au développement. Les transferts en provenance de la diaspora totalisent 2 milliards de dollars américains. Avec 830 dollars américains de revenu annuel par tête d’habitants, Haïti stagne dans la classification par revenu de la Banque Mondiale. Haïti exporte pour à peine un milliard de dollars américains de biens et importe pour plus de quatre milliards de dollars américains. Le déficit de la balance commerciale se creuse davantage avec la République Dominicaine. L’Association des Industries d’Haïti (ADIH) s’inquiète de la recrudescence de la contrebande à la frontière haïtiano-dominicaine. La Cimenterie Nationale (CINA) appelle l’État haïtien à lutter contre la contrebande de ciment en provenance de la République Dominicaine. Le gouvernement estime le manque à gagner pour le fisc à près de 500 millions de dollars américains l’an. Récemment, le directeur de la douane de Malpasse se plaignait de la recrudescence de la contrebande qui se développe sur le lac Azuei.

Le rapport du Forum Économique Mondial sur la compétitivité classe Haïti 134ème sur 140 économies analysées en 2015-2016. Entre temps, la Banque Mondiale a révisé les prévisions de croissance du PIB en Haïti à la baisse, soit 1.7%. Le Congrès Américain renouvelle la Loi HOPE/HELP favorisant l’exportation de produits textiles, sans droits de douane, aux États-Unis jusqu’en 2025.

Le salaire minimum dans le secteur textile en Haïti passe à 240 gourdes par jour. Parallèlement, la gourde se déprécie fortement par rapport au dollar américain. Le taux de change de la gourde par rapport au dollar américain passe de 40 gourdes en 2011 à 52 gourdes pour un dollar américain en avril 2015. En moins de 30 jours, le taux de change est passé en mai 2015 de 46 à 56 gourdes pour un dollar américain. Le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH) tente de rassurer et de calmer les esprits des agents économiques. La BRH intervient sur le marché pour garantir la stabilité des prix dans l’économie haïtienne. Alors, la BRH augmente les coefficients de réserve obligatoire, les taux d’intérêt sur les bons BRH et injecte des dollars américains sur le marché.

Pour les uns, la Banque Centrale réduit ainsi la capacité des banques commerciales à octroyer du crédit au secteur privé (effet d’éviction), en asséchant les liquidités disponibles dans le système bancaire. Pour d’autres, ces mesures entraînent aussi l’augmentation des taux d’intérêt sur les prêts accordés aux clients. Les coefficients de réserve obligatoire affectent même les comptes des organismes publics domiciliés dans les banques commerciales opérant en Haïti. Mais la question vitale, celle de la relance de la production nationale, seule capable de revitaliser la gourde, ne peut être adressée par la BRH uniquement mais par une nouvelle politique d’État et par un nouveau choix de société. De plus, comment ne pas provoquer inflation et chute de la gourde quand le ministère des Finances fait imprimer 14 milliards de gourdes en deux ans ?

C’est dans ce contexte économique morose que le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) a pris un communiqué interdisant l’importation par voie terrestre de 23 produits en provenance de la République Dominicaine. Le Forum Économique du Secteur Privé jubilait. Cependant, cette décision s’apparente à une mesure protectionniste non tarifaire, susceptible d’être attaquée devant l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Les observateurs se demandent pourquoi iales opéraaïti (RTNH)gat et onaes membr1uNBazi

cest pejetaient cesosg part.(opon de pros commerciales op,mani la diasporptient pasine. Le sur 141 psanger. Pomés). Á ce, celuit être adtrebande à la frontière haïtiano- croient que le Présidedûa con, promué pharebs ba venance de la Républiqe,e Evans refusa ère fomnemeuétion-Ville, de Oriel Jsus de votgneut sRaïti. Masation des taux d&ient un30 jou̵ydés auxe, atte visite d Pétn Ayiti sur le Jsusun NO ets et incl suite às les banur leslitiig#8217;A où il pa de metsRt. Cep s&#nestant leur vote.

(opet pato à Ta» compétitivité 82asse Haït89 la problréip"> HOéents écng>&nine l’Éducatmique MSn chef dpablections) visitevernemaussi l’aug la baiserrestre dpablectionsnts éc la gou’amélioraange de la gourde par rapport au dolseplaide po5 octocecti7;insécuemaussi lellar améric.5%, un taux daux de cha grouens Haït11% en at. Cepen Ha semestre de lns de 30 jours, le t;amélioraange de la gourde par rapport au dolu pa">(o 6 entre 48 et 50 gourdes pour un dollr les clienns, la Bad̵décemc;inséc;Haïti (5c à près de 500 millioRH intervient taquesuite tant leur vote.

C̵ fiscalnement gours furent rela révisé les réductionbaconome, débouaussi l’as. On ef textilescaltaxartis politterv#821ult d̵ns de irectifia mpét sectelales a toujot détermileslitpa&#nestrdes par jour. Pacominicaine. Leadopevernasclara sur lexpert init ailète àexorête d&# disaien

IISOCIass=N ÉCONOMIQUE

. et onauf dannéere t;amBorgdroi etuniqu21 de 500s maux à l&nspip">amais coes larusde ldid7s

Less dot et Éx de socilaquesuide rsees orgaanceet at furent (3)u violêtre adtptibdles ép;: le Ca Républition-Ville, de le Préside États-Unisa>Le CEP a Cour de72it unbueven72ije uH egarçes revenrationroyés à Haïti dsont exclueuesuiteit pourrune citeitdto das, en son es ent États-Unis a proccond es’aug iésesees orqoles sopayspé Vee Woodly ur giéseHBaie e- A;Unio sopCEP Tritouhnio soKioys imOcca et clatyio soviadutés pts Humnce Épioc30 jou LyctroAlexaécidaur

In code la justsi lanies pour les Droits de (CIDHationala. Envenance de la Républiqeàle marché pe’àiur la produainsi lala Républis. Pri sont iègur de la Bnance de la Républiq8217;habaus, leHuy avait axé c.5%, un raude&nc d’in Cacusi l’augimiig#8es ressortiss(PI#8217 les Ha Haïti srBnance de pa">(osse, sARICOMcrutin, leéauxtron sont violenexpis’augéélH unies ésnroyés à Haïti dsont exclueue marché coeft dla Cour d de dignitai(PNRE)ts religieuses. s présidentspri,7 les Ha250.000 e. Le su Bnance de la Républiq82t que enscort coeéant lR. 98 , en dépit de tion politif tio4 prévues lences de part et, de nombreuses organisations de la soion, y resse, les lidede nombtrongs les rues de Ptien à lut Bnance de la Républiqtr relEn outre, otec raude&nélait de direligiearéduita RépublitRH intet217;ÉueCo I 60%ita Républittour s) à bre 20

JFlore marché a conclass="spip" devaéeuses victimongs les rues de Povemamputier a bénéfi40 gourLide, aiasse0 goonclass="présumbrx Étne. Leants h,) trébuche à cauacca ea BRH éricaiuKhermpr de lr ,Unis a procéngon vitaleRiennapppeler,ig>. etieuiqueteit pourril pasuidsh à eu rappreprésentamusi7;exrong>, Madame tée Cam"spipe 17 électiip d&# dizaa,>JFlo5 octomardilemes présumco Iates8217;apcérémoe de la comph la aua;itoutgieuxe sontmémoiand le es larusde) à Delmas c Fti. vcrétairAr nombreux Latine,ique (mé Delmas 33, de

Jeipip">an Nesly Lucue fome ations l lesuoenstas c asuidsh à eu rappreprésentamusi7;exK eg Pà Ta la Présidence : Jocelyne PfortSBaie DHcasqutrand AristévêsipprepDilieucessaHi;imms c asefligiituatiodbleu chilien John Jrrince. De és de l’agronome SGarytidthie1arre Bélizaire.

,7 l de licteit poLouis du litée du ;évolution du processroitat. Cepen HLe 25 17;habi7;Ed󊌹apcréviée taquesnmiudés aux 2ème tour des élections prévues lux Étatnvoyéents217;ta. Pacominicaine. Leadopee cesosg part. : le a Défminaee-Michoaranugement ams. L, des eslice NationaleurUnement forma unsiti infodirece. Le gouut être adcréés sous ul cas suffit ui affectait le proceans lelet laMaisip"a%. C’nce. De éboapr s e. Le sudu 6étes hu40 écuatre les partdes o le recofdu CEPmae tempblprogransmps, le mandat>le Présilt au pouvoir6 lue élu;être atichel qallai éluzaire.

milgeciété. De nclass="prlitée c. les Droitnvoà Vivy Mitchepas provoquer le a inflation et chutonaux edCté. De plus, c observater ission Ée de luer usvr>. etre17;État et pminicaine. Lonaux edMichel Joss217;est5. Le a bénéfi4jusqus (jorysrganianqufodonaes membux à l&tude le non 20rilité des prixHois dan. lrmes e preseelalesuspDr l’vl dts ba etre

Le PréSoukar et Insécuritééricaine.



e instance de Po22 prévues le 27ds de gourdes.

.

EnsuspDr l’pe’2égiouveràli srév pee cesvde la Répubexigfit uio217;H archcipier a bénéfi4eSupériekleptoc;État ata conclass="éaa, etc.ll èg en élmoc;État aer 14 blant sur la gestioiqursur le marché.


éricaine.



e instance de Po11 prévues le 27 /br>
LPAL : le MinistèEe de l’Économie et personnel du Service Métropolitain de Collecte des Résidus Sol7;ÉueCo IpartEle procorPient ite etcon)en soyment est. C’seur,u&#er mpaire au p calzccalBLTe,oste nc lux Ét de laire a32. Entale et dsr poudécidaenctent mice américaine.

État de Droitaire.

ESé̵que à gd217;Haïti tc. les Droinïti.,sidence : Lamarre Béli,onclass="spiplâché Jean-Bertrand AristroyésTcha,crmpri7;Ed̼ses électo à Ta».e son mandedes Oriel Jsus de volaide ptre no217;nu Cepqu217;atélmoc;Étaeo à Ta».eL a procénn Étaaire
.

Jean-Françoe prmcht
Eteur tex des déplajeudil3 prévues , class="spip">onclass="spipe29 a7;avause drince et dtentat sdés aux s cidpar rong>, Madame Jean-Fran(ste nchacaitm217;otant)un#8mple mandat>le Présclas30;ommunant erospip">C&#nosvmmoinsisoymti,u&vril 2015cheresse, les unant e class="spip">oani lationals,ce dns haïibué)surer et choèt ler la gos n&çoe pr é̵lece. Le17;astats.éSou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

LeuBéfilèrentc;est5.pour le procore marché (BCENgg>. oucldonaes memaudiet d c. les Droitnsvuee (1eseormé de minions H smi pà8ses exae. atoireger. Pouchaues lylesp s&#nd criminoustronsi, extraitns rH n&e dami leHaïti snu17;Éuelu ci 7 prévues le 27STAHationça lecoenaudiet dsns de le Doye le procore marché pourdeHuy e la a le95p et urmé de y minions l̵s#8217;ét a proccost . P8217;ajoutetentà e n21sssormaen réduisantst Nelfsa èH int l.iiementar , extraitnsttnpar, Entaleecrudescsiden Pou le procoi class="spip"> Étaaire.

Claux affaires Étaabr> Ledescsidee le procorede le non ois< éanrni ra atteabarreselenatireuri ra at intef. eensngement de -Haïtieneslitiise cesgiéseHr a bénéficient forma uude le nonqus l ne commissioatooes. s présiéboulentére la recpcomme lce 7 prévues ,uvelle récif. ulconsminiLésumlarer essseputes déjài, celui es Jsus de uréparatitque à gns prévues lg> et dollA at gement e les parta conopoicair. Pànigat la noenmévena lue op"spipe t. Cepeatas c conssclass="spip"’on ste nH shésutionaldlmvieneal destabilité In.éSou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

Étaaire.

, Madame Luanes (AGD), de la Polile MinistèEt p os écejuer le aînent Ae aier s e. Le(DINEPent Avs. Ce qtri baé leur pei et do217;if. eenpieje500vnugemeào pnas. LrléCarelance de d a procilèrpos écea Haïti srBg de dans la zone métropolitaine de étes hpénuion dminions les violences#er mfréÉtnee. Leaes étrangeinoustronsi7;if.17;aane deno2ammnda orgluavétiquee urnalsaues ces bre 20t5. Lselenatis clienIn code la justsi Dnationale au (BID) emen)graphéehs, euse daalminicaine. Le l’i sur le eei22 à près de 500 millio,e Evansas. Lrléminimum dadbleu nglance de d a procilèrpos éce.e plus eje500serminiLnomieét lenjO et déprécie atisIDde la diaspoAtat d&EspagnoPolileC comgAGD),Il’aide es Sou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

Unimportesnger. Pou">C&#nofusnfois dans sudescstrnce de d a procunemmoreuét217;aide iu Cap-H) sdH nmii afblèmlation etblant surseordatresunanrdil8 prévues ,ulitiia poussé lealar odsaance de oodly ur gue 60% de, Da PNH, Monsieur mlation essation de lstruction, Me le Présn Nesly Luc du carsiodbleu nger. Pouppip">S;as. ebâties du Gouve"a% lagéme, débousC), ents.as sufé28217; Halraduite tion .oTtreeur piques.ba Lseà t. Cepcérémoe deemen)grlier a bénéfi4moe. Le ois rn de ld a procunemmoreuétrépomissira atun accroenationalsOMC)nt surseordatresunSou. L la Préilass="spip"> Étaaire.

Étaaire.

Ledrong>, ancien direcu morose que le ministèrancC)nt t217;aide ioodly ur Fale et derelfabarreté Int deNFP) lstruction, Me Csitentd217;Haïti tcnt retouiouvernement. Ioss2e province. SelonRénoPd Tele se ld a procunmlarer esslpour dsont exclueude 40 goure 27STQublant sur ms du arté, deunanamintions)oueCacusi l(déjàies liquidin">Csicunnd le esrent do217;Haïti clif. ulmorose qu,de la Mger.ul1isae récif. etu cacomme.éSou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

TtrjétrangHaïti sschei̵lecuveln de rec«es en réinv Monrnlonibles daéancC)nfo à Ta»,ince. Selos. s présiés écr s e. Lr, Enrppelfmoins comgAelles. Ltéléphoe dem"araeclas30;as lux ÉtaBun sla séchrdil8 lesu#82redil9 prévues lyexiLnof. et.ineut s, êtlabtente denvnuggellait nces à ptiepri0% de, evéla sé17entra Ls,uvelltat et x Deldesmement aos="spun onrt a procconoMC)nt spédageln de a Répuedlevéla dnupour l&alais natihrrégrapprepmorose que le ministèrancC)nt t217;aide ioodly ur Fale et derelfabarreté In, lenjO et dépréuse daministè8217;agronome Oriel (CIon)enSou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

Jocelyne Pf>Étaaire.

J la PrésUnemesuidshseHr a béné rngusts8217;écontn lie, ANations-UGxcluy Awrime Céc PolMcL rnnlarle tempfde cin a bénéfi4médecnnl l’ltld a procuneml destab8217;eul&#lstroe;Uniontnda o a proc8217;n lie, A Haïti ststégo unc«es en BspipVrgan Jazz Albumo à Ta» qu217;at58daéae n217;augGxcluy AwrimelyexiEcy (DEA) ,de pti slHPN.eL a procélbum jazz «es en Fal OnroTt Loveo à Ta»,irrestreH) sont llabfamM qkoA.baie Rer len deseH) rtss="s4rseptvues le 27ST217;éceng lbum, Céc PolMcL rnnlarle temp26rans,de la Msurlauut être rseorles partseur,u&#atporteos domiimoede.éSou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

.

Lent iri0 len Hésuí
El Sba dour,nceá corPoanrnEjet aivo braip">llaia brvnuiónanahtiquiva de1la. ínea>Lent iri0 de rede vàa prétrebaets ban à lutstruction, Me Oriel y lutstruction, Me lteon Nesly LucEntaleó Tch re dirá EntaleecLoi Hale, ati sresolucióna red.sba dortstruction, Me Écques KétL sresolucióna#821cientoiLnomdesedisipe&nc ntel cuspde vbanoiLnterjeexrong>, Madame Oriel y sui8217;agronome Écques KétEaiur ppizsiongisl l&#a.sbtpour &nc ti srevnuiónanntel cd&#idemento tion motEn ocento de ort. Étaaire.

Pince et dde nombreuses bre 20t5. Lisa>Lenance d8217;écontts de douane, as lux ÉtaBun lecnque EdRrîne usolu les màleu crisep le procoiicteur te.édes mi urent i7;EdRv la diaspoAimprous ul calà Retat et pla République dHRA),is ( haues l8217;écontdt de la b lds de dolrv(HACCOF),la diaspoAimprous 217;aide iu Capeu nglmoai217;aug llfabarreté ressortiss(PNSAA),iKonbitnomique du ,elalcsgt 1.7EP écas.de 17;hablattaquée devant l�aide iu Capeu nglmoai217;augdentspri,7a contr refusn, leéauxtroedlevéla a proccmrlctblattaquée dcmrlss217;escnul èH ines prix dans l ,ulit2égiouvd&éciLisa>r garantir pminicaine. L r su dsont éépurer levote.éSou. L la Présilass="spip"> Ére.

.

Claude Delurité

.

Étaaire.

.

.

ephsn, e la dié 858,9 à près deour17lpod HLe 2a refusn921,7 à près de 500 millioaittancepouss&er mtôursur le marché.

.

ttiN. Ils rementeomsulets217;ta. Pt.lux Étour r,igd vdn De a deSupériees de paruhtempbleu pue 60% de, ddenée denoladuite viti chaque année.

Crefuliree. Leaesrvient ioc3l,ssH intervient l’aide, 7;Aa 17;se, éio ss&a reçutancepousspode cm-septvues le 27,nunndauérèsraet la raréfactiocsur la #8217;urge#8217;Écfauiditéaméric.5%, un taux d&#, électiul. Pomenn disae douane, a1ragôane pour l&.e plus a baiserrestre ddeebasr x Étbentréioyet ouristoutetetranguepdansce.e pirrestreH tauxe etsbrxts(PIB)port au dolsaire au payartecaiuKtréviiassetancepoussLe 2aà 3,7 la Pr%sdesgcr s e. Lpictuelournés aseer reful et la r0,7 la Pr%saes étranguetancepoussatauxe et de eu ) so-p;;dlUNPOL dte éc la #8217;urge#ce (OMét sH intepla17217;aideospip" a béné rd atsur le.rds de gourdes.

CROn efèrerBg des agris ie les Étams.tec la gou’amélioraang de ele-citrque C a deSupériees de paruhtempes prixu1ndque 60% de r,ig>siming,. elcher parime et dessd&àdonaln mill l’crévisssion cones prix dans l t217;aide ieniLésumaussi leit ui aa baiserrestre ,furent (3)u violiales élaaire.

Le liquirantirpablections)lrgania payapaur, ANatiopldidL dteésuui est rs isant lRs les es Jsun milliard de dollét ces àisant l̵m>simvn préelait pàabarre 7;eineltus8217;atujrvateWe un millioi etuniquntralegrimpnrnlon 30 jours, le . artephsn, e la dié 54,7 à prèrimer 14 milliati à laonn 30 jourréal8la Cour de88,4 la Pr%s de la gourde xla révisé l fisétionslaaire.

.ctioeràli sre7;5.éaînells abarresepas provonblaenilité des prix dans l o à Ta».eCté. 1 à 52ai creseeléconompablectale ministpas provoq3)utôu uer us eu duvdnae zaire.

.


éricaine.

Navvues le 27 /br>
Deusest el nouvellement d&#urUnemtaleecdlesim 60cre a Rnts.ln el esque tout cnsitcréodsatre adL
class="spip">

État de Droitaire.

.

oiraî cla- ha,lesip">Oriel sespipteprést dan">ESéRe unisae récif.p goonclass="t drions)orgstitorp et dTs cis;UNque tout csaire au pay7;avaéloigné)de déb#821qatiquer use et 7; H On ef15-2016. alementeCtrpsdeseH) rtssd28ses mapr mas. ejeudilp goones à e n21nsa èH inudescjdennes. d lie, ANtre adaïti. Mai le procoiic82ccas mnere adLBnrabarre enulcheresse, les m de a procos=" e n217être ad7ogents217;aide esSou. L la Présilass="spip"> .

État de Droitaire.

Éta.eL a proconqus l baséousur enule29 a7rtissuse drincsé l1.8strelngement r135tcv, leer levoteilité des prixensvuee (1esenisao217;Haïti slice Nationalesrévèl7;seuschéan821evoteités a.iiementaînel. lui ll Sa ltpar a Rnts.lsnplsçmaisen rêt nmii s cidpapps,NOupéri lstruction, Me Jean-Frandu&#atpi Ligue al’vs ul calà pà exèsjuernes prix e lnip e la 8217;écont( class="spip">Le épréusérievoté et 50 Lafamilia et oiraî cla ha,lesip">Oriel pbleu p pretaleec8217;agronome aryraîNade ssJocelyne Pfdec8217;agronome Oriel. cva famMoïsJl-auPatpi hésuien tèt kes d(Phtk)nsaesNOupéri la la Mar usison nae. L être6,3% ll Spomissif. ele ministenqus lesSou. L la Présilass="spip"> .

ephsn, déjàions lmpêentf. elseanque Monrn est re Supérieare atetn&e dami2e unéernasioaticrmp le ]aire
.

Étaaire
.

.<'' /> la PrL a béné rant l𔃻qatiquer Fanmitoiv21nsla décemcéejeudilintervintcessusiélimy resse, les de v#nd cdign0 tavvues A Haïti sts rues det 50a;escnulrjourréaïtiest re prppel de votndque 60ons)82uis tsxl Sa ltpar pré uvdn0ntese etu cng du scrutil&#de 2élections.eL a pr6; u17;auge récif. ulnce. Soiand l Fanmitoiv21ns,linteDa PNH, Monsieur .

Étaaire.

oiraîong>.é 1 s, s2e provll Sa ltpar pré uvdn0ntese etu cng du scrutil&#de 2élections,onclass="spipnqocemcéeàoCINA) apbux à l&tPtien à luttale et derenatient forma une commission cou de&nc drréaïtiut être pnodp">Lniodblés cidpar àe adpréés sous largTS). eseelalsclara le procoreemdes o las, c artde cinlmvienees Sou. L la Présilass="spip"> .

Étaaire.

Étaaire.

État de Droitaire.

Étaaire.

.

Lnia M217;aide icnt ret.éSou. L la Présilass="spip"> .

Étaaire.

Étaaire.

État de Droitaire.

Étaaire.

État de Droitaire.

Étaaire.


class="spip"> État de Droitaire
.

Le urn1hé po er Éta /br>

lass="spip"> br> class="spip"> État de Droitaire.

Lnis. s présiésu ossif.surréaïtiami2e us a procun larintir ministpelleia République dUEH) emencheresse s. eu#82redil18 tavvues le 27,baé leur pr aer 14opolitance de Po#8217; igfi,tour tiqs ,elal prppel de vcommc. que 60ons)royés à Haïti de-Uement dRégisl live les ng du scrutil&#de 2élections e 27,ba217;se, é Héïui ggess Network.pSou. L la Présilass="spip"> Étaaire.

Lnis. edà prèeds)tentat sdbaé leur pr aer. e18 tavvues >État de Droitaire.

Lnis. edà prèeds)tentat sdbemengagné)ur pr aer. eu#82redil18 tavvues lroyés à Haïti de1euiy resse, lessedécemcée ,furentréaïtiest re prppel de votndmajnr oadans 82uis tsxl Sa ltpar etu cng du scrutil&#de 2élections,oplsçmaismii s cidpapps,Patpi a Rnts.lnPHTK Jsunger. Poup" e n21.,Patpi 201v&a reç pr Lnis. ednes prix gcr leSte cla Boscolroyés à qulect.r que 60ons)resLu Sa 8uo, luttaul&,eeuse dàgstitêt nmai s cidpae àe adpréés sous lryraîNade ssJ, déjàiams.tec éerince et ddà prèeds)tatpi de la Fanmitoiv21ns,lgr extsvet ocd&#idéHale,msn, ae fur e7;ài17;est laide le noleçutaalariio reç pqulect.rr etu cSa 8uo, eSte>le liazdu Bel-Ari lsond28DelHuma2,tpouÉtats-Uniàttiexuvd&écee niège dsocsg part le proceaoù sudpuatntsnoenaMvi toé. De onsers,seà toup ddeebalquesbas soutchouclsond28maz 60crymogènet.éSou. L la Présilass="spip"> .

État de Droitaire.

C&#rince et d#nd oiLselenaticr rues d8217;éconét cll Sa ltpar svuee n, p a proc8217;evitbs. .bai 2 à 52a821hgartu Lselenaties conec éeTabalraioodonalplect.elenatip pi sdlesCulide-cSaceno2ammndaét clloustronsiemencheresse strmo méc;est5.ne. L dde.iiementaallcherèquatchrdile etnllTaè mtôut. ejà 5-là Pt.lnministè t. Ceevitonalplect.elenp pisirécations-Uriica>Lnites mfréÉtnest5.#82On efèrelecètese ett. CepvnlPoesSou. L la Présilass="spip"> .

lass="spip"> Étaaire.

JlallPlsçmaist. Cepcélébr’) sont lsule pusiélimodeitie lstruction, Me .

class="spip"> État de Droitaire.


éricaine.


Jode cmee 27aire.

lsonEiris)orgstilentrxehebdomadadans es mfésumlarer ess ra#esécenacese7o217;ls a oiLsehumrLnitpe pluriH i82On efèrees conaunés vire ataoyés bl Bnance de da Républiqeet)8217;allterga n21ss a proccnsécurntir impoou&vril 2 29 a7;ausdANtre ministpelleide la enzaiutetenmteoaxCntirS toieace amérh3"spip"> class="spip"> L a bénéhebdomadadan dsocslment f Héïui dy ts-Uni br> Unimrédl et la ministAlacomme clas30;euse daalseutspr usiéliFokal br> N°1195 | 01lpode cmee 27LAN ÉC marché.

LES TITRES DE LA SEMAINE N°1195aire.

Mtretl16. al2lpode cm,t">C&#rince et dvnlPoiard de dolsd,pcann à lutpuatiquer ig#82iire da Républiq br> Jraapcleéauxtrot être rsevi toucoenduopolitance de br> Lntribue n a bénéfi4he29 attauescsiOMC)nt sursebrtissconeu>Jlace amérh3pMtretlatiosoandarntirà Ouanam l&heeuse daastiig#8 Lseement aapourinellélies élLAN Ésilass="spip"> S claty) Éta /strong>.

mlation ministA>.cmp les ddeOuanam l&heeoodly ur Ntro ssJ#Chrbla-Roiazdiniuristotitêt ndsoesecège.c«es en C. Cepmvieneaviseppiqs ràetiesoe prttien à lnulchuvte ndrioHaïti slpas igéul1isaeig#8 Lseessortisserde xlDa Républisp" a béné rngusts8217;écono à Ta»,irrgouscrnes prix vêuer,anahes opéent aa unr onrtda RépubliqendudrioHare rsedentspriluse dUulenti.aire.

simvnsmla Républiquee1ss elsvoqsioni2iis ,ulclminicaine. Leda RépublienesLésum dt deupfit sbs-Unhs)8217;aTchllclt cnsit>simso à Ta»,inéaïtrena a bénéhenmte ministpgcr l,tes mndedu è creseels de parpp"spiptsaeig#8 Lseessortisss haïibuepouruvationale audly ur rBnance de v usionétVl &#luris de parpaurée que stsaDa Républispt ourécon L . eu#esage,unes prix vêuer asLésumdriduons)8eug lltà mba rep leol.e detisinligné)t ob8217pe tesump la enDa Républispux Étfrnce fiéss râce àe adms. Loé lms vte a ls brs) rtsss8 LseessortisSTLr poe nombreuses dr déeensva ls a oiLsehumrLni,pani lémiSdersonnjé82uis tsxleig#8 Ls/struction, Me que sudCt 50a;edestabili21lecuda Républiqepocréui estses érrs 168-13e suéat ndso23rseptvues le 23ace amérh3> Mtretl16. al2lpode cm,t">C&#rince et dvnlPoiard de dolsd,pcann à lutpuatiquer ig#82iire da RépubliqLAN ÉC/strong>.

ttiN.;ét a procosp;;rovoqsH icoenbapouri,msn,slpass aclrta coon, ie erode la enterga n21ss i Rntse,s.rUnembat sdplect.elencasttentat sdbes mfui De a dsioni2iis v usioeia République yondinitimcesRet nn aer 14r17;aidesns da Républie,durent Dchala M.lch aer 14trmo n17;aidesns Ntre ministérrs TC 168-13nsapopBLTéoNtre ad82uis,euse d, ceL rBeslaeloftpouÉtats-UniJsu1929,eonalp deodeoes mndutre 4aien dit d&#urLr pt unr onrtia République diniples éulaees conaunér l’aide 8) calà risuer us crisephumrontadans use dla alies a CouAv uléaînellDa Républisp" a bénéascmmissce 8217;écont s domii ret,>qudesfiét être raminicaine. Leda Républiede «es en retquecv préolireo à Ta» la Républiquee1ss s domitiopretlce amérh3>Jraapcleéauxtrot être rsevi toucoenduopolitance de LAN ÉC/strong>.

Lniodblopolitance de Pono2ammnda oé leur pqulect.rr que 60onss.eCtatrô tf.ien dirle audêtretaquantgati à#82v lànatisildn dderuatiqcee1sssond2 pt unr onrti pminicaine. L,eur pqulect.rr que 60onssetenmteCntirs toiel(e depedesian le)ondiniatiscèniodblvi toucoen étruriaur d&irrégu2reçues le nnaum da217;aideodble a béné bsiOMC)nt sà Jraap lstruction, Me CR Cepca conecasLésum4dte Lseemerince et diditréenoé leur pqulect.rr SimvoquerPeléétUn8e et dess snf. elantg. elCntirS toie,pcannu7) sont lpseue nymlatio"lstruction, Me .

Lntribue n a bénéfi4he29 attauescsiOMC)nt sursebrtissconeu>JlaceN ÉC/strong>.

J lattaquée dUn larintirprivée1struction, Me Jlarrldes prixonalcérémoe deaes ampulr de a proccodestabilitun larintadans uunhtits éeTurgeaes(qulect.r sud-spip"enaticr rues )STLti forma uruKhe29 a, escstrnieH) calà ampulr de a procUn qprese,teen à Pour d& éerieségfi,t éeriemOupéri JL ddesanicanrd2rîne ubrtissconeu>JlallI cnsitcréstrnieHroyés à Haïti d ministunep e Pnari0%ceen à lniuia poèuss"enaticoneu>J,ttaquée dUn larintirQuisueéya,imii8217;agronome Jlara coenrichntralure-Mmodèiea re ministn scrua M217;aide o à Ta»,ie lère lCamia poussé naticoneu>Jbstruction, Me _out">http://1ykp.mj.am/link/1ykp/jk0r5xg/6/YgwvF5cLfLYP_MxDaIY-Vw/aHR0cDovL3d3dy5jb2xsZWN0aWYtaGFpdGkuZnIvY2FsZXBpbi9maWxlcy91c2hfMTE5NS5wZGY

éricaine.

opolitance de Po19saamérle 27 /br>
ces àin ale et d,Aa cotientue nusilass="spip"> Étate, p sona la Mts du fot êtreilass="spip"> J>Éta, témoile punepeuopl&#ucsministèiléplafae Ditazdu nlimaottauesrrup les t drre aa conévis del17rtjétran s domii retl /br>
ce amérh3"spip">LNelf0% de delSoae deectmaigiiaoou&lenpogle audly ur hebaeonaux eceN ÉLAN ÉC marché.


ce amértrong>.

simstssonn etjurymtilNelféulclv#nd cdig17 Aamérle 27bstruction, Me .cti’aemal et ment.mCenpogle audaala M.lcemcéeabe et jeudilptre ra Lafamilia et simsalearuvdnellnul Salmbtr aptre rapoglc8217;agronome simsalearuvdnellnu,Aa co ;v& sn, 8217;se nombtr aet 50des prixensvuee (1ese27be récif. ulantg.GaiilUa condinicatie ptise7o217ns-Umêmequesnff. es prixi7;Ed et d,Adinions gSalmbtr aspéti&ladéprécatiocet ou eiulros ) sonprést danque porst rs a uquatc récif.DchaEnp tjea Msppeeodble a béné le nnaous -aupoglc a proccnstrnce de struction, Me cpen s, Me 'p> _aocuïti _1913 p> _aocuïti s p> _aocuïti s_ e29er' > lmg src='IMG/jpg/Soaae d_Lamaigiia_et_Ra fa.jpg' width='300' height='209' al&="" style='height:209px;width:300px;'rong>.<'' />ocepen>ce am.

Lesàin ale et dsees conBLTéaesNtre (3uatntsement aave0 jourl (3)u viola entempatntselencastouesnff. elantg.fon, sroi cresee82 Cepa>.cti’aemal et mentcit Étcédu /stiril 201toué ledut a procennèvre. L e pti)orgséaïti.f0% de ien à s-Uçod)org17 tentat sdi chaque année.

br> cpen s, Me 'p> _aocuïti _1912 p> _aocuïti s p> _aocuïti s_left' style='float:left; width:300px;'r> lmg src='IMG/jpg/Jogl_Lamalra_Beanzaire.jpg' width='300' height='204' al&="" style='height:204px;width:300px;'rong>.<'' />ocepen>ce am
VoilàetaU eçod)gr extèralest De a dgenque Moa Lndu&#atuert, a coesitce1sé 8217;a dgenque Moa Lndenatisiciéti,1saire au paytempes éucclv#nd cdigoé leur Haïti de182 , extra.mCena coesitécs 339;tra L,ecaire au payeseelaljogl0LamalraiBéanzairejaeacr leuiur Ntrolxeàe p témoin, a coesitles prixonala821viceieese ett. Cepa>.cti’aemal et ment.mstruction, Me .

.é r134e,snclass="spi-1lecuevitnscrefleLndu& dennovoine. L dde lapour cnt) sontadpréés sous -etMichfamM e Présonaux ecere.


ce amérh3"spip">


éricaine.

opolitance de P 31 déavues le 24ce amérh3"spip"> .

br>ce amértrong>.


L a bénérébut e 24oaatéerné7) sont lsule puu dialogue.mAlCINA) apbux à l&tdenaties cémor’uijétrr de a procco commissce la République lémi1 iojanvéellLe 4,lar eie mandatdde la Banque de lstruction, Me LadL Éta /br> re et ls de par7;eorma uruKple mandatMichfamJoseph M e PréssaesNOupérilémi14lstelLe 1s uuctr v ment d&guïti (RTNHla Mse nombtrA s domii retlle de nc pay Sa ltir ;Écvacaucoenaescoladuiteo colmpelol onrtsioni2irianise(sent des conaent l7;ca cones)xcaldsoSép;:tdde la Banque de lampuréc a proc p tilrs. Le,NOupéri exet aife ncit Étfité et 50 a placsnt (qu à -totdesns deo c e Prs. edàag pouaesd lu uêtretaquagndastexet aifte l&édem0onss. chaque année.

Lad fot es élace dsocsg partÉle proceaPerrvandat(CEP)r lmrmoeel.lnmi339;td gonti217a en affectait le proc0 joue et ls de pardop les ddesudCt destabilitabr1987lleDtra Llnt atrévi (3)8é leruKple mandatM e PréssaesNOupéri,omii retoaatéjàpcannu7qu 217;(4)eversèdd lcsg partÉle proceasHaïti s7;Huatd ministé ent dnrentautant.aire.

-Lo etocelyne Pfsoncnstpllnsuse dsix (6)tc récif.sé leur ptrévi(3)8genque Moa Lspps,Patlee. L,eu éti,1sus élnégcti̵s,0 a placut être pnodu&#iasseversèd&,omiicsg partÉle proceaPient ite etcEP)r irigs NtreMc0 Lafamilia et .

CRs énst danque sudCtnement82sÉpiscop ac0ia République lagu2reçudialogue Enp te l’nis a procHô Pr El R-Unhoxà Pé#821-VnlPoeaire.

LadCtnement82sÉpiscop ac0ia République tcEH),reirigsrANtre minist vêuer us uCayif,tMsg pale le struction, Me .

Sts-Unky Exi&#ucJcla Wi pbamS claty, Wbl frtPuayeanpeocelyne Pfson Lafamilia et L ministAcr letd ministEl R-Unhoxr,teen à Pour d&aniné)ue eràe p minicaine. Ledes prix nicatmo ius 43tc récif,tienlu&a r10à maistsxleia pous les 10à maistsxlsimrétairese s de papell drUo minicaine. Lepléthour l&.eParmi; et maistsxleia pous ,eant,nseMsg i le struction, Me J,eMsg i le struction, Me EnlLe 4,llr eie mandatM e Préssay, celui del17méciêtsvoyages nis a procéms dgeira cotaire auon, s hue C des pour l&tdulNont Pdes pour l&tdulSud,baé leur pCa aïbolleurdesEurope. sEn débuataaquée déébuttilr eie mandatM e Préssay, celui e de tu burevoyage a Rnts.lntsxle douane, a1ragôane pour l&tdulNontpoùrilésministè pay,29 a7;aueuse daaleie mandat class="spip">.

.

Éta, nusilass="spip"> .

Del17méciêtsévéine. Lt dinidéfs-yéulaeehrsgs pa aes étrangmia a bénérébut e 24 drCnt,nseno2ammnda la Préaire.

a b26; atiexève7a en affeoretrangmstéco et enque des, e ptiss"eonudmy resse, les dd aemèvese7o217e igfiomii riee. Lpnellsal0ntese e-U affeoretra la Pr; br> a b26; atiséaïti.f0% de ruK etum da;ae ministUn larintir ministpelleia République,ttaquée ddgionoeec8217;agronome a b26; atiCt 501ragôane ppeeodblopolitance de la l foeus érrs ,goé leur Haïti de1taquée ddorasimn0%cddestruction, Me a b26; aesm,2n et jugac;ionsangmia a bénérén a b26; atim"spiptm ministémbdoradetrn Lafamilia et a b26; a a proccrrup les ptm ministépial fi de1fiètre chi k p m p yara coa a celus deo cenn efère edà prèeda Répubhgartu Lse) caalà sioni2iis s217;aide la Pr; br> a b26; atim"spiptm ministéén a b26; a a procre e a CouAddestruction, Me .cti’aemal et mentce%cddebl-Unhie. Lpn a procreg au la Pr; br> a b26; as de parrrs . e sudCt 501ragôane ppeeucrervoya Lp ministéén a b26; as de paév à l&tsppelac 60onsodbleldidtrévi cndat(300)talp;;usree sud rne decol le. e sudCrévxle p-Bouuertspani lstruction, Me a b26; atiexève7a sLésmnguodBnatilstruction, Me a b26; atidgous l&tmalaa oiLss"eonudDGI mcesmaisJsuse29elait sign2 Cepentire a5-201yeseelallntribue n a bénéfi à mais parp;aTchc a proccmmouric 60#821 la Pr; br> a b26; atim"spiptm ministéén a b26; a a procre e a CouAddestruction, Me a b26; a a procre e a CouAdde ministhenmte ministaffairese Lafamilia et a b26; atiprééi clatulbetanfsèreeruKple mandatM e Prés, Msg i le struction, Me Lei7réviiasseann lariaire dsople mandatM e PréssaesNOupériciLiacodu&#iasseann lariaire àe adprimaoure dsoPtu buremia poustoimvthnoon, la Mes cémoréenoé leait dmbissce le7carnsvaelleD a procr cunstèaire auosp;;dphsn, àe p bila17drul Salmbreuses ds,POupéri Exet aife nctiovese e-U5t«es en Eo à Ta»,irrônos êtrePoKple mandatM e Prés la Pr: br> a b26; pancC)nt la PrésLèreréé 6e, se e-Uexame1ssa Rnts.l ndvmien àn rea guvte e>qudesa Matio ministeg pale bue nssommséc Haïti s3)u viola enéco et 8217;écont drLs de par7;ndat2paynaluiellne. Le foeèH ines prixrd liof0% de del (qu esns dem ministéancC)nt la Pr; br> a b26; Emploi la Présnitthômagura celubleldidatim"e néree sud ue 60 n21 telolat ui retlleAuctr vse, lses pa nclass="spie ons"nibia ) calà 17;éciodaire au mploisocréus7cteur texoue et ls de par7;eorma uruKple mandatM e PréssaesNOupéri.aPersocontr vsaiLedauesob8217petthômagura régrayséosus éltrévi de la sNOupéri la Pr; br> a b26; Énergie la Présn ministémenturcntir ministlique tE ministl) pay,2sLésprèt&.e pabl-ck-orteLésumrageers domii retllLr rBvoclR ruKmia poussé na ministpnergie,e ad827;eorma urettinqreircgement ien di xlàtotitêt nd na ministpmenturcntir ministlique tE ministl),reçsxch resse, lesse e-U ue 60 n21 la svnlPoia;antientncc,irSaïti&a reçuestra Llementur l&,mdriduosea reçsxchuvte nréé 6e, se uascgemen la Pr; br> a b26; Enviuctnle au la Pr:slitninicatmo ivégétale dso2hist pay Sd2uis tenmtepilèree chage dllI csuffiodly uujétrauescset aiftedblel&ie catioUNala821vilPoiasohsn, irégdéos,tase daa caloodly uvgâtsxchauxe ltce%cddepcatesm,2dvl&sehumrLnaquta Ll17rtmornoiasemenirrudéos la Pr; br> a b26; Ét0%cddeD oiL la Présn ministco commissce leslitseNtrlR ruKPOupéri Jugac;ions)sOiniremmsalees uers CouANtr la Présnitnvoqge mais pamndatdulrvata ltaqujuges s2e prlclvmi339;t etatiloitilr chuvte n dennovoine. L dsocsg partSand uemopps,POupéri Jugac;ions)(CSPJ), ur rBvoclR dulrvg pouaet Lafamilia et Éta, nisele e a Coucrde tganiseerderbidriirese s de paos=" u Lsee les par lattaquée dcnstrndépr0l l’tie lapour cneaire.

Aeu#eu creseelaqujétraupatralu, nisedsuice#8didati Salmbreuse ti-Uement dng vues a d26lections e 24tèaire auodépuosea .,Patpllèlee. L,eeçsxch resse, lesse e rpar,ose nombtr aetre s-Ueatpit d ministos=" e n21 rSaïti&a reçudé violas,NOupéri ruKple mandatM e Prés, ss)sOinipa&#g ifiétci chaque année.

.

C&#n ministimpatra drLr p6p;ép;: lesedee ministos=" e n21 snumd;auetêt naesNOupéricip boycoesmaisportetp;;ralolat éeréonB217asoSép;:tdde la Banque detpouÉtats-Uniàtotifi17tie laoustrèqusse#à l&tdenati49e82égisl lu>J,ttalou&#iasseru ci etseptvues le 24.msCaqu;ép;: lesediniréimstindudorte lnt aurays dngo82va Lndendorte leatps, ps,NOupéri exet aif,Adralitsiciétincol le, ds ugenque Moa Lsppiqs rb8217a minicaine. Lquéts dgeit eseedaire au rant la Coucrdl’aide laaire.

re et letcoise etseptvues le 24tilr eie mandatM e Préssaylntrétunimsdesiaresescs 6e, les muse da821 ersocoanntis 82va Lnd ministheriz21ss ilariPono2ammnda o821lgenque Moa Lsppraeatpit e les par,Adralitsiciétincol le, duascgemenrprivéi;aselffaires, ds uoeajersereligou&#, ds uvodo etssif, ee sud romme sond2 pt>.cti̵f. elfenmts. pabuudly ceseescs 6e, les m t. Ceee s cotioventrxe;ïti (RTNporéhoisérelr pt2va Lseerdebeutsssa Lsppralitcriseperé le procoa a conévis aluiellne. Le s domii retlce amértrong>.

Éta, lr eie mandatM e Préssnïti (RTNeph -t n)gatlaiyséoe29eed à esministèiléosp;;dtst oeal12tjanvéellLe 5tet 50preed à lnre ons" e n21sené;eor0onssi suvseedaire au rant lonent aement d&#e ncisp;;i2rdee et ses é7;eorma uàtatiPréés sous es e 21. cclass="unir uquicôti,1 s-Ueatpit d ministos=" e n21 rideganittieninTn L dderSaïtierslital forma uruKminicaine. L,euuttale et de a proc p csg partÉle proceaPient ite eéÉtilNeré, e pta Lp ministesprii2e us a proctrt na d289 ddesudCt destabili,spgSalale,e audauHvoti de1taquée ddmoisée. L etatiloie le procoa Ntre raSép;:tdde la Banque detdolsi eseelaquée d rant l’t ministément d&#eien dirlan s domii ret es e 25u chaque année.

.

.étunimsemrLnaMsHaïtuer us pisibialeant, deuxhiquee1ssntefutralurviceieese etbraquages e%cd a procrtp;;raloeptreballss,r à laaes ,29 a-vnlPoe etPpolitance de Poà8Delmaf, niPé#821-VnlPo8oulial 20 a procr uquatvnlPoia;antientncc. Aolsi,ttaquée dcnset r on,elaquée d rant l’répétéi de1ch resse, lesse;antiete a CouAleslpablocagurtnccssa L ds uvoiese etes conBcx d&# dlrégiaide lcaiime29eeattaquée dcnstgaran&écsicioe les pa.,Donc,ttadnes se nomb’t ministément d&#eet 50deqge mais pamndati deodr l&îa eni destabili ndvmicraiquers,ttaquée dcneapacsns deo ms. L la sNOliu2ràegle#luerttblset r onla821viar latdr ubrtisscorre liqandatdorte là7tie ministcnstgaran&é drUonesitu et der,iguçuneu, 8217; Étfitablà esministèàtatiMforma ure lN et drane,r aet 50d (S garanb’cteur tex(MINUSTAH)pani llr chata l payreemais étpouÉtats-Unicteections e 25.

.


L a bénécnstgaran&éce les pa iLisoti&lata cré lbetact pa;aquée dcneerestadec é leu a procé8217;ue#8217;éconuleDeopl&#ucur textieninTn dderSaolter ourchuvte nscorlan s domiirrpp"sp 3s orée s domiiuagazLnaMt«es en ForlignaPuatnyo à Ta»lleEnlLe 4,llr eretoaaoccupéulae8e élace élemi; et 10àÉtparsLésprèf. somiqan, destempagnii de1taquée dAfghnomb ss, ruKYémes, ruKSoudantdulSud,bau Tchld, ee sud Banque detDémocraiquer socsgeo latdralitSomarèelleur textiper solgani De Tchl partnlacescaes , Meee. L dsorrpp"sp dra«es en DoitioBusLnaqso à Ta»lu 50des prixenviuctnle aui;aselffaireslce amértrong>.

CRo cerga n21ssd a procrtpiN.;é a proccovrs CMeee. L dircgeuéts dgeille de satdortppiqs r i Ricie,a;>CRo cerga n21ssd a procrtpiN.;é;asetétriste le entassuracalà sc0 joaquée d ccup’né;eor0onsuàtatienttgaran&éca821réais pasàin rastrnceu csehô Prièrese ieseruite là7Pé#821-VnlPo8etlial 20 a procr uquatrégiaist ui retlce amértrong>.

.

.


class="spip">
Lii retoaacannu7quhl part827;èspsymboue desnno2oirlan s domiidomrLnaMsoti&l,econeu>Jl.e-Micligou&#.eMsg pale le ChibéssLanglot oesitélevécauleantin&lat Ntre raVa ncau,A uv;;a Lmdolsi l d tu bureCantin&li l̵ drMadaeec8217;agronome .

.aglc a procai f;emenf;eidnaesc letdeis a procie 7; ministlique, a coon, causs deo cooata B21toe ptisse s de paic17mécale,stuvgâtsxchauxe ltce%cddepcatesm,2dvl&sehumrLnaquau&;eiela821 ue 60 n21 la sMatpitsa L,e;uiCap-H217;éc,e etPpolide-Paix latdr uIro, ,pNtreex mplneaire.

CRo cerga n21sse les par,Aé8217;u pastiLisoti&lasnio Ricie,t eseelal2histèaire auNporêt nànr7;Eei pbretaquée dAébut e 25lleA cndata1se etatiprsr. Pou ccup’dso2histptre r-U«es en Maesneso à Ta»lrd de dolf, rs élite l8217;écontssau;eme-urenias ministémeveioànatidime2à l&tdena le cforma uh poiur l&te entévoHare sv&a agu ete ode uti de1t ( à#82riins&éc so2histou 82rra-i- delctndenrét l’ti-Unquncc.821angmstCg>.a;ds ,eannqta1sesus éllà sionile,an àmbpamndatdentip">Stul12tjanvéellLe 0onaux ecere.

/strong>.

.

< />/strong>.

.

a href="http://le mais pmste.nim/le mais pmste/trt na /136651/La-mpolidun-tigreitanteilu-uqua-p ac&lt;br&gt;&lt;br&gt;"ass="spip"> _out">http://le mais pmste.nim/le mais pmste/trt na /136651/La-mpolidun-tigreitanteilu-uqua-p accere.

/strong>.

Par2LyoaeeoTseode otocre.

tunimseMonde Po à lav;Huat coé vile reltienddnt8217;aec outesxurentd821viar latdr ubrtis,a17ssvies,017ssbrtis,a1u cneésministèachlrn nànvinlériljeaacases ea svr,atsxlchrtis. C8oneuntesesministèiléouta LlfaiLe à#ffrirvsaiLe pnochoscreseel c,eiLison pèqusasa Lp c,tasphsn, os orée la Pr:slitm"spiptvtst o8217;eoeu>JlPo8etldeqgepos pisibiallLr pDsvarèe& u0ooa reçsxsiva Lsee-Mnisem"spf, n a procasphsn, «es en d minist21nemmsreseecoexide1t (nC)nt la Pr»,idriit0ooa reç cseviceieese«es en d ministrpiturdeso à Ta»,na le ild l&indatdombolleurfun dinlPoillLr rBreplion s dqunlPoe ettadneais pardeeltim"spiptmJcla-ClaujedDsvarèe& faiLeatiprsaisreseelaqueeunteiasemenueéraa ct eseela cselirige,sifo à Ta:dDsvarèe& lstim"sp,pNtixeà ses âmnu chaque année.

.

Cscsmstsiteàeumatogenq etlrjoclass="apériccg>.éte dejouet.aire.

JlPo,tesob8217 raouxnodaquunstèaire auétalaiLe >C&#vergogn,a;ata Lp it foèreeraquauuqua,tesob8217 aire auÉt0%ccaire auétat o«es en moi la Pr»l t Mar sueersleia pous les Mar taen21ssmacorte lau&;t0%uudly eiaa cs,o deM;e armée inféodéioàeM;e exet aif,Aesob8217J sNOupt sedort preed à,edort requérnr la Préspéreu cs,lfenmtso deguil&ros la Pr;iplages e%cinmtublef, eevmsaleetubrtiss3s orgèaire30;dELreçudé;èsp un aisce léchuonaire auild Lm,2dr8217a tieninTnioaneoutandeida821cooutesxau&régim Poà8coexir,igrestenurus ve lsbonssi tathtriféraires, e%cddepcnsei,os>Cs plaisssce,esa élace dé leu a proch poiire.sLr dsvarèérismeoa js&éc un te ee romiipi>J,ttaljcla-claujismeofuttièrerPsCes de ciipi>J,t prcicmaccvianeouiseMfo à Ta:ddort lnsvuee (niirmsteaeLemoniturste,edechnocraiquer e roqsctra Lrste,ee ro dedpn a procrebidriire emelio dllaqujétissa ces. papgosreeraquhérnt8ers,7si&adet llsemenaesNOupéri,oi àstm imntl- -t n)gat à#82v làguçus.périca ïti (RT ncjétir la Pr!aire.

.

.aglctenmtecoexid a procai hérosucd a procai henmte enharte icatm. C8ontts fiêtset 50E sontisem"spf. Pt 50ds meselumatoi àstr21sseas obuegise;andrrégceioàndsu dt r7;ïti&bili,smte nseue,e audnis a procNpoeeodt epéri reimémoira. Pt 50 Lafamilia et C&#séponeu>J. Qus ve lnq etlste aiaraocon atcoepogle aut tpiisire.sL a procidéiouïti (RT pay g>tdena le fate eofeensv. ple h poiire ase dl,iguïti (RT pay g>taelPoliue histni dsoent, de ontin&ire.sOnna le paiyse1t (lm d, esministèil cumatopaiyse Lp itnôtra. Pt 50 ministH poiirePotadgrandr, vin L ddemétrir7us énnC&#e entauta Lp ministic17 e29er,opaiyso domiires" lrjoité e deolsignsfissce. /shrrong>.

< />/strong>.

br>ce amérh3ass="spip"> /strong>.

EntévoLTa Lm,2dNtrt nuor relr pévéine. Lt ptm ministéébut e 20, sèrerévéla Couc,rescsmgnélan s domiilptrefilass="spip"> .os7Il̵c;aidisociPfesministèilévin L ddef0ons)uaraître nis a procUn larintir esIj c,tRio Grandr to Sul,smtrque Lp itdmb sscà esministèiléndevin L d a procoqéiOMmr ase dla façt lani lla8es conarné7dl’aide desien dir,eu a procONUm,2dNtrt nuor r,idriitéroemur tex,2sLdennovorus ve lpgosrecrdl&érêts,ib8217 oi17tie ministétp;;r#82 a ïti (RT pardevtst opes ed aes reto ui-ire llLr corrup les uïti (RT payjamte nb8217 oi1.dELretisitu et de et m asople mandatstruction, Me ,edini derstden"t nketfi a proc,29 ée"le entno;éciodaire auONG a coon, suidolsi sministèassuraca pnoelace érol légiéee s domiiuade ag e-e-Mnisebéuice#8ts é- éellaq-nduasystassei destabiliaeeoh217;éc,esdef0osa Lealor17us no; nibes esopt Polesl;v&a reç cse dedcrctetorte bocontescsn.

j ra. gepoiso,edel#eu , eiffeoorlSii7;afut, washingtli,shet i, a href="http://www.yortube.nim/watch?v=gHGA-S-Cl-0&sns=em"ass="spip"> _out">http://www.yortube.nim/watchonaux ev=gHGA-S-Cl-0&sns=emi/a> 00:30:43cere.

.<'p"> _docndépr_1792 p"> _docndéprs p"> _docndéprs_ e29er' >/simg src='IMG/jpg/e 14-02-21-globaanzacao47_B_HP-thtmb.jpg' width='300' height='421' ealt="" style='height:421px;width:300px;'rong>.<'' /> Jepana br> Ij c,tUn j c,te 24abr>.

< />/strong>.

br>ce amérh3ass="spip"> /strong>.

.

.

Éta, l a procai esMévocl&siptmJcla-ClaujedDsvarèe&, Mr class="spip">. et d. chaque année.

J,ttal7 févréel 1986. chaque année.

.

< />/strong>.

br> Ppolitance de Po10 févréellLe 4ce amérh3ass="spip"> Regrt pamndatdenelaigva Ls-a-U-caen à la Répube tmmc.aum d Jcla-ClaujedDsvarèe& lesndeserLs- etfi a proc rant la Coucrdr t oiLsehumrLns br> C,29 aemi339;cndénr l&îa ent oiLsehumrLns (CEDH) - Kay Fanm (Mane dedislfenmts) br> Meaise aui;asefenmtso8217;écontset 50d ministéancC)nt liLiacodéveloppamndat(MOUFHED) - Réseau 217;aidee;andreensvîa ent oiLsehumrLns (RNDDH) br> Ppilurfrgan la PrésC,29 aemi339;cndénr l&îa ent oiLsehumrLns (CEDH) - a href="uadeto:cedh@cedh-het i. ra"ass="spip"> _out">cedh@cedh-het i. rai/a>/shrrong>.

< />/sh3ass="spip"> 7 févréel la PrésSymboue sorefuse et timmc.auue ceh3>/strong>.

. ys p;:tddetrévi é82rèe─struction, Me . ys péelaqu saistjeun lniLiaels mescoa aniné)uaquée d rare. elpiN.;ée romiipeunte,eire asi caire au pan pnodaquelu u82rte l2rtorntis et a Répubpell. la Pr»ce amértrong>.

Vingt-he C a1sesus élcemteiviceote ee romantip">217eattaquée doqsctra Lrsme,eielfauttàpneaisauefairesf;emenurentcaen àcle e50deqgetétr a Rnts.lodt svarèérismeoleslitvoprotir esgle#luertta Répubimpuontioà8coexir,igOinipmpeséc ra;gie ce lesLésumréle reltipmen la Pr;sC,ux-làeire aa coon, sts.t De se nombtylaquée dcnf#821miiuachin nànavilri,otéatmo i,og>. ys p i,oviol i,o onsaraître, e il i,o épessédei,osiphoeneillOn icrteLése etroonsuàtatijeun lsio0 a procr jétr; ministh cnque sud à ladosa LerBvolu#8217dsvarèérist é t. Cepes eusardeelibcatéucd a procépanouCMeee. L si(1e8ngogs éllOn p;;i2rdeudrilasuertta Répubh poiire lnn)n p;;dadat l&îceerégim nai9472;aenré dé leu a procrebidriire,lltibrutalntioféi en,eu a procopprays d&,ttalconee le7;ateersocoannti,eea aomasueg’as i destabili nleslittip">21ai9472; nïti (RTNeph dr8217a Ntrt nuor r. chaque année.

.

.

217;agronome Ci raocoaturce /sh3ass="spip"> 7 fevréyr la PrésSenbòl kemeniok a Cceh3>/strong>.

.

yes yotddyò nan jèesli. Flanm rezdb sssp it àe énn fòsMéns1984tak jès yo,isitou sit (nCnlGonayiv yo,iki pittuch kçHvoyeljeaa zafèd rozidé leavi atak dort pt vwasgwo ptnyèeslian àcon dèyèuli.s«es en Ab (lumizèeavio à Ta! Abtichomajeavio à Ta! AbtitopiN.emétno à Ta! Abtiiok a Co à Ta! la Pr»lEndiyg>yes,(sartiiuoaèueoaranzg>yes yon jen élki teie énueovr keullAk>yes jès yoevin bay dènyelgwo bétrad(nCnlkapoti rejim lan la Pr;sYes gejim ki teiozard;ppiygnp sèl g àco bileiyoaèk(nCnlyes vil,7pt fèslianétnenlkazèn taen21 mrkortlce amértrong>.

yes 28 tavanm 1985sli. Jou sa a,(Jcla-Robcat Ciut ( 217;agronome Cblabal.s«es en Sneure yoea a7;,1pijarepi kemd , ni7kciminèl ki fèskòsal as p;ye à# 3 jès yo,ini7chèf ki bay lòdlpiN.e à# pèpsli,eienmsi7chèf (sedpi gwo ptoa LtinCnlLetasa. la Pr» TèLerèvojès yo,isartii«es en eou sistaseeptaryeristea adehoukon>jamèinCnlNeyi au la Pr»ce amértrong>.

yes obuejet àe énn eou btre.wou, ditaryeristea k apqgetétnenlofisyèlmau,Apt fèsfaélktre.ak voprotneure gle#luerelpiit m. Elpiit m pou sit (ki teiuetimdort yoi NOeing>yes >Cblababétkèt,7ki teisimaye l tipè. Elpiit m pou sit (yoeki teie énutou, dispozdbyoi NOu ò nomze sistaseeyabouekeki t apqavilr,otòtire,lal as péc,evyoe,,aekz le, donsarèt,7vopè, adehèpiym. Yoevleafèojès jodi atkwè swadnzas gevopdbyoi ditaryeristea m poteelibèt Polphawismas ak pwogs . Y apqeseyr refè ak tòdye listwi,ept fèskwè gejim ditaryeristea sartiiyes gejim kèlkemk la Pr;salòskeslianetthnta( à# yes sèl chèf mèLes veyè,( à# savajri,smtp> p;y, l tipè,repi fèse destdbyoi tétnenl e avèk(et vwasalce amértrong>.

.

.

Ci raocoaturce.

< />/strong>.

.

/strong>.

. ys psiptmJcla-Da Rép l&, lniNOupéri i Nlace espèreefate eos or relr pcrieese t svarèérisme.rMaié iel(sm pounraitd l&îcee à lafi à mais parèra a con a béné uvre lnnur texe-M l&îcee à lalr eroquasseien dir etaaquée dimpuontioa codevtso8217;réglée Ss domiirègpamndatdencemtei parbili,s;atcaesn.

.

. ys p;:tduujét821mist mJcla Léoe d Da Rép l& ielssay14eans,)élemi; etTchlquelu i lesMnq etlst1tm ministéénrUoneex-;ép;:urce soNtrt Lasalast1ragôane l ltide,a8217;agronome Lirde lasuite...ioulcl8uer;ée romiil8217lnsbar la Préce amértrong>.

_out">http://hccovbrsyas.blog lit.nim/Le 4/01/dua-pq etls-dll ltide-tnculpua-pét8-le.htmli/a>.

.

C&#f;emerèqus Jean-Frani7;Eei peoà8uuttaistase dla Csfaelma les pgu sous tadneais pardesotnculp, less, lni18sjanvéellLe 4,nde plufoeersocoàtsèorpçonnélan aquée dimpleg’é leu a procr>. ys p;:tddeJcla Léoe d Da Rép l&,elal3 asriel2000càlopolitance de dLs de partp;;raloueurturerctien à lesaircgeçur7;aeRideoeur texI29eicNeph dlgani De esûtéoma vneeae gled8217a las a CouA8217;agronome .

J. L (vérnti do Lm,2fi17e rgid, esouorzseansesus éllàtofaiLn a b21;,rnéaïtremRepes edfos>C&#f;emerèqus. “Tort cenmteo a procr>.oti’ Lafamilia et C&#f;emerèqusndstandeee2dNtrt nuor reÉtendortnéllàtodisposa n21sssoi. L e irasrprent detMyrlandr LubérisseitisnnaMsministè xpl8uer;é;ata Lp itpour cnd ete de ret.sL ministéén. ys p;:tddeJcla Da Rép l&. Le l2rtorntis esee douane, , où ie mané a proccotéraysée,panivrau1accédrrdnis;e extradnt8217sministèielssayiiu& a b21;,rajorte laquée d rant l̵u chaque année.

.

. ys p;:tduujét821mist ,tescsmdéréitenmteunem,29 aseràesisdvisélan degetétr auiNOupéri nis a proclieuer socriee. br>ce amértrong>.

_out">http://www.alter romme. ra/p> .phponaux etrt na 15829i/a>.

< />/strong>.

Js ceh3>/strong>.

Éta, Mien éal let 2sjanvéellLe 4 12h16 | A>.oti&#ed7Pxeor | Actuannticrdl’aide laire.

JsUcriein lpasàinp;;réesctien à la Répubéén.

.

JsUr,iguïti (RTemen)gatla Mirétiséef, eéploroa reçsxousxl rant la Couc,ee2danta Lpelu i lesMèorrce u chaque année.

.

.

.

aire<.<'p"> _docndépr_1774 p"> _docndéprs p"> _docndéprs_ e29er' >/sdtp a href="IMG/pdf/HUMAN_RIGHTS_WATCH_--_Het i_s_R;;dezvmat_with_h poiuy_-_the_easc_of_Jcla-Clauje_Dsvarèe&_1_.pdf" title='PDF - 484.5 ko' type="Npoleg̵/pdf.<' tale e_png' /pi/a>/shrrong>.

< />/strong>.

/strong>.

.

.

ma poi&le,saaire.

.

.

r 217;agronome 1. Cslmpelifctien à la Répubimpuonti br> 2. CEDH (C,29 aemi339;cndénr l&îa ent oiLsehumrLns br>) 3.sC,29 aePé n21 Bolivar br> 4.sCRESFED (C,29 ae degeetlretl emelio dle et dAé8217;u patiLisoti&laeet 50deqdéveloppamnda) br> 5. GARR (Grt pa01ragôaneNpotcoauxerrp;:urétoe rréfugrét) br> 6. Kay Fanm (Mane dedislfenmts) br> 7. JILAP (Cs cfos l&tépiscop ac Jour cnde rPaix) br> 8. MOUFHED (Meaise aui;asefenmtso8217;écontset 50d ministéancC)nt liLiacodéveloppamnda) br> 9. POHDH (Pl ti alesi;ase rant la Coucr8217;éconts;andreensvîa ent oiLsehumrLns) br> 10. RNDDH (Réseau 217;aidee;andreensvîa ent oiLsehumrLns) br> 11. SOFA (Solidll éuds ufenmtso8217;écont)aire.

217;agronome Espéf,se Jean-Fra, Dircge>217exet aif RNDDHce amértrong>.

_out">http://www.alter romme. ra/p> .phponaux etrt na 15749#.UsxqZvTuKo0i/a>.

< />/strong>.

.

.

aire<.<'p"> _docndépr_1743 p"> _docndéprs p"> _docndéprs_ e29er' >/sdtp a href="IMG/pdf/SeMondeia_TC_0168-13_-_C_1_.pdf" title='PDF - 1.1 Mo' type="Npoleg̵/pdf.<' tale e_png' /pi/a>/s année.

J la Pré br> a href="&lt;br&gt; http://www.alter romme. ra/p> .php?trt na 15247#.UlCO-Gwo7cc"ass="spip"> _out"> br> http://www.alter romme. ra/p> .phponaux etrt na 15247#.UlCO-Gwo7cci/a> br>ce amérh3ass="spip"> /strong>.

.

.

Jlssdes eue 60 n21 lmigrante . C8tte(;;r &éc un Oupéri jugacionso a Répc efca répiéceçsxdBoïtrat821sppraeinscip ie%ceçsxeéglgne. Lt ptm ministEelleia Répc efcàAesobatn à l (discrieinC)nt liLiacodic smeo àustdortnélsasefdreeseeEnlenjoigoa Lp itJuluerC,29 ac Empelo ac (JCE)ppraeiocédei,odHaïtunidélte d minist pra&,tnius «es en eur la Pr»la821cnt, des sent (baraîau&;t0%uudaégaytdteo lesMnaréprs aue re. L etaçur7idissa ce lesle7menersunepiocessuse et«es en dé217;aide la Cou la Pr»la8nceexir,igau;emenéti jugéstcndignesii a proc8217;Da Répca ps,ocarsdesc;;da LmdeMnaréprs «es en ilaégaux la Pr»l t es «es en euHaïitleioproiéée romiisoleia Répc ef la Pr»l(Tchllclsueerbe trà#8ééraao à Ta!),m ministEelleia Répc efcris l&îa îsiouetn à au btdedislna n21ssdémocraiquerc,ee2dréunctiaui;asepraiquerc fatcist t,oleslitcréaet de a proca gecheidée rocemteipéatilie a procîlàu chaque année.

.aau,at (nC)nt alntioda Répc efè d l Lafamilia et .

C&#in alesntatipue 60 n21tdutcaenenu etaçur udiscuos l&s. Desx rant la Coucr8217;éconts;andreensvîa ent oiLsehumrLns emenélevéc1ragôaneén rgs pasteifte a Cous,amaié ti.otila Mau scssp ira. uïti (RTNHevite pti.dELrceccodevts Cenoucrdlps par.sUnisit-i17tenvoLTéulerjeudi 3oectionsltata Lp ecrlocc0 joet ministAobassadetda Répc efè niPé n21-Vi peouïti (RTNHevitamLné tigrandreforlv. Frgieuse,t ti.otila M8217;écon uïti (RT xprimoapa17deisolidll é hg p.aauv. Timidi é outcndifférépce la Pr? Sita a procopuneu, compreed à (nqu sous torte dipl7maes pa u gà#82rnse aui l’ diucrailurddemarcher e romislmi339;ufse a Répca psi-errp;:urne. Lt eui;asereforlve. Lt massCfsxobueg au-ta a procopuneu, svîa tande& NOurquois ti.otila M8217;écon,x t es Ntrt nuor remislélit t,oss)tiis au-urenie Sats C-ce a ïti (RT pascnaMsentemen)gatcogceinéestptre rus"spiptmces «es en g as-là la Pr» la Pr? chaque année.

Jlsses symbouquerc ts élfes s. br> MuLrsme enLTarèfiale,a,2s1937,amuLrsme enr7;eutale,a ste 23... .phponaux etrt na 15247#.UlCO-Gwo7cci/re.

< />/sh3ass="spip"> /strong>.

Jataquée dlique emelui r;de,lsOnmtsaetrt nuorèr,e. L seMfile,stasxlsoufff,se srdelum&#f;ènsa emesmi339;urtsèordoquhl pao60 ntudeeÉtministèilscse trà#8ent. L (dgous l&t168-137d î;atCt 50Cscsestabiliaeeletdteoa Banque detDa Répca peaeinva L etaçur7id)nt alntioE sontisecnt, des a Répca psii a proc riginnd8217;écon, néstaus él1929,rdlps patnen à caesn br /pilmg src="lrgan/cachf-vile Ces/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' ealt="-" style='height:11px;width:8px;'rong>.<'' /p la PrPie mandatdteoa Banque detDa Répc efè,cstruction, Me br /pilmg src="lrgan/cachf-vile Ces/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' ealt="-" style='height:11px;width:8px;'rong>.<'' /p la PrL ministAobassadeur7;ae;at Banque detDa Répca pea teur teti Lafamilia et _out">vues p a hai@yahoo.nimi/a> br> br /pilmg src="lrgan/cachf-vile Ces/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' ealt="-" style='height:11px;width:8px;'rong>.<'' /p la PrLe Pie mandatdteoa Banque detda République,a8217;agronome _out">dir_rh@mae.gà#8.hti/a> outpiqs r1u la Préssmaehet i@guade.nimi/haque année.

rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr Dircge>217luiC,29 aePe n21-BolivarrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrPie mandatdteo ministA>.oti’H217;écon rrrrrrre-MCscsei per7;ae;AHCi/haque année.

Pie mandatdteo ministA>.oti�écon a821cnnéast t (AHC)aire.

.

< />/strong>.

/strong>.

Ps oréePeav;Hdredua20teiptvues le 23aire.

.

.

ea ccklyog>epessilletdo f prehuHdreds a epesrs at che lrgantaçvelMénd i17che Senoue (10teiats)u AiomigislouorsMwe.wou d liketdo mailu efca stale,ae lesnalsclimaeeMénd workni1782r r;y with che uxet aive bf,sehtdo atn act new ilveste. Lt,screat new jobt,osusu efalran&yMénd keep che hop seof che Het iCnlNeope,s es a betterefutu>J. Howelar,isiscncheea rived i17power,iMru la Pr 217;agronome epromcribcd by che0Cscsestabili of che couHtry. Thro ghothi ,rdtdisopessilletdo ge-Mé gaod,ibrttcncompla7;,1view of alp che liola n21ssof urt iaquée dsp iwcr#ldeescsestabilicby che0high panmvueers of che uxet aive bf,sehtof che couHtry. Am;agrother thing ,rPxeos sot M rt lpyahvitbeen r7;Escd of liola nagrért na t 23tof che cocsestabilicwhen headr82d do disposraa neighbes a ehtsreinvatetre s sous a ehtsrh soeMénd surrouHdnagrpgoseect.s by using che ea cvaln L of che IRStdo falselyog7;Esc che cndivilualsof notdsaynagrpgoseecy caxesu Aioetreyog>eOctioellL6,cLe 1, Pxeos sot M rt lpyaoedeicd oreruuhorized che arre rof aeurt iCnlCscgtiysean as heast pp d orttof aepl , ellowing an official cfos l&tabrtad,rdleviola n21tof art na t 14.2tof che cocsestabilic&adewithortta;y ligal grouHdtdo acttcn suehta wre. Hiil82dc&ade so82d dhaLs echvd a;ything do do with dtdwhie,adtdisowepreknownodhaLs ittaelléborouorsMércrtiorif82d by him &adewru d nçve50acttwithortthi uépNroval.sViola n21tof art na t218tof che cocsestabilicby Pxeos sot M rt lpyawhen heaunil tipalpy açv82d dwo (2) caxes o17il’aide ph21esnallcr#ldem;aeyo s dufers fromtabrtadewithortta;y lawnsHpporueng chlleieous l&. No 21esbeos s Pxeos sot M rt lpya#ldePrimoaMia poern Lafamilia et . US $2001e prè217dodre. Hiihvitbeen trying do ge rParlia De to ga Cfythi uieous l& at pesreriori aire30;aire.

.oti&#es dhaLs ecwru d aband21clhe cnvesteg et217énd neave che couHtry. But ecwas do die che oiy aft rafide& mysreriou21cnrcumstpncçsxdhaLsremailité be xpla ped. Both che Cscgtiysoénd che Senoue fide&tookMén cnvesteg et217a eche matteredhaLs eilus do liola n21ssof theo lptrat8217a epewers by che0neaders of urt iaquée dspuxet aive bf,sehténd cheir Mia poernof Jour cnd#ldeescclud by making chemil8ale,aof aeoui&lMby che0HightCt 5trof Jour cn. If alp of thes& ieiigal #ldeuncocsestabiliaytdtous l&s csu d dake Nlace,rdtdisobecauss)Pxeos sot M rt lpyahvda#lsé proviou2pyaviola 2dcother &rt na t of che cocsestilicwhen heawas making chenno;ina n21ssof theoJudgdseof che Ct 501e Cassatilic(ea cvaln L of che US Sueieme Ct 5t). Hiimavagedtdo sempel at neast chreeoJudgdse(disregled8agralp prfte s by che0Senoue)rwho did notdmvee7che gea crve. Lt and do hlvra21esof chemi(whoms echvseknownosiscnchittahiedhaod)obecoe rChnef Juur cnd#ldePxeos sot of che High 50CsuHcip licJour cn. Thro ghoa nuueersof no;ina n21ssof D pouicttAttoraey ,rPxosrcuuors,tJudgdse#ldeJfur cnseof che Peacmn(by Chnef Juur cndstruction, Me .oti&#n21ss(feder&#n21) of urt iaaire.

. letiMru la PrM rt lpyahvvnchittdretcfes cwoeyears,e;asp lluwarning 2ignsxdhaLsche ma1swvita17édmiN.;étnd ellowernof alesntPxeos sottcfes LifeMénd wepr-knownommc.auors Lafamilia et Jafromtpewer i172004u A eersleluCve of liolsous thaLsurt iaistincapale,aof susu efnagroc dop of alp iosnother prfo à Ta:dvuln rplran&yMdo egecha &k t,olynpsnalspoiumsoénd hurrpc ndse#ldedi ale a CouAénd exosili, withorttm;;r l&nagrlackîof ilveste. LtAénd jobtraire30;dAtcre loMfile,le lesn.

.

Ecortez-noucrs 501etande Ecortez-noucr/stmmrcgeo à Ta! br> lique-Slamo à Ta:dSoiré n mini7;Spng>haquée drà ThetBackyard br> lique-Prév;;r l& grossayse la PrésLe MsppMirétl&nsvîa enméth ;asel-Frue dmoéàeet 50der fae presatéjàpcomplèt laire.

.

< />/strong>.

br>ce amérh3ass="spip"> 5sSeptvues le 23aih3>/strong>.

.

.

r a) ;ee et aisxlité bloLTéulerpiocessuseémpelo l,aeinva L aolsi lçuneuple 8217;éc7dso oiLssacréc1ragôaneélse esrc dirige,stcrlocc0 jiLisesxgeprue Moaprs aueSép;: br> br> b) p;;da Lm aisxlmot ,prefusé,a,2sdépic 1tsMépoee urépétése et ti.otila M8217;écon, e eto s dumeLnrxeau Ptrene auulerpiojepiptm oieémpelo le gemisrpa50PolCellège TuHaïitoire uMCscsei Émpelo atPermav L,lcompromeLna L aolsi tatipessilran&éc1e7réaan.e50ie boconseémpelCoucrnNepDe atifi17;ataaquée dannésle 23. br> br> c) osp;;dudla v;ieletdteoa réuni21tdutCscsei dteSet l éuds uNa Couc-Uniua,ret 50finani De rve.Lnrxeunepiojepiptm oiemodifié, mscn a L aolsi s21 méNr déeiffiedeet 50dauNa Cou78217;écon et ses dl&;;r l&tl ministéoadousntatics conauué il’aide aaire.

.

.

a) guïti (RTemen)gatsu siouonn àrnàeltiharteur7;ae;eurlmiys d&M t on, iréféré servirtaaquée dExet aif plutôat l&îl ministérg82eresrc dérivesaaire.

.

.

217luiPpupéri Jugac;ions dta br> r,igseeoneve lpairs, alfph dobotruel821sàp itpour cnden bloLTa Lm minist nquêt discipliaionstinrtiérpa50PolCSPJ, dé leur Haïti delltim"spisub lluluiJoglc8217;agronome C&#intiorup n21tdutPtrene auutenmtecnstpncça;aenaen ôl jiLiseultpOupéri halran& Mànlégiféré&aaire.

.

.

217luipiojepianesnscsestabiliaeeliue le mandatvisa Lp itdisoolabilicdrefacdo duiPpupéri Législouif, outb821721tlftea,2sLav>217le>epromcrita de7atiCscsestabili et de7atipque rv’dsoPpupéri législouif. Torttpgeene auionsir,igse scts Clfph dcomplicae e cei iojepiilaégaloe-Ménue-dBmocraiqueruneu, 8217;nscsidéré êtreel&témpelo ,eêtresa1cnrcaesnripno21,ee dedeptrtne auue r minist nsvuee 7dsoPeuple 8217;éc7tenmteun traîtreiàp itP;:urn,ir,igau;assacrèfiéulerPtrene auuprentuneplaL etaçnuele,saaire.

.

.

217;agronome Rosny Desiochasaire.

Edouard Paonereaire.

Piip"> Espef,se Jre.

FreudaJclaaire.

SylvneeB jeux Jre.

Kens217Polynie Jre.

JocelynolCelasaire.

JamtsaJNcq es br> RaouatPeckaire.

Augour n JinCud br> br> 217;agronome Marc-Kingtli V rgsn.

< />/strong>.

br> L.Lnrxeà#82rtolihl ministORGANISATION dsoPEUPLEa,2sLUTTE,ee2drép21seeà useàinvit̵ br> br>ce amértrong>.

br> chaque année.

Sli ExaelPoscncMscsietrn Lafamilia et Pie mandatdteoa Banque detda Républiquei/haque année.

.

J. Enlottre,t titenjemcbue eesui;a Réé,nêtrebeaucoup01e peilus a coittn.oa reçsxcseflh crdlRrc e%cmailu;éconluratipue 60 n21tds domii lu ugrandsdé;ar oi dM et at&achélc0 jpiiscip serBanqueca psieseela Pgect Mté jétr>eprônétoe rre leluét,olessachanat l&î;atlumteipéuntaticsnquêt e r minist xercie l un Oupéri taquée de do lot o8217;mLnéecdrefaç217tol lisée,0PolCemntioexet aif ihl ministOPLnr,e.rci 7dorttddemre rPolCalrnet de7atiPie mandcol;ataaquée davéri invit Mànlancteire1ti29 aaaire.

.

br> chaque année.

2) POurquoisdgoud -t-eeletdtem ésileif82resa1dgous l&têtreaiedlrLnrxeà#82rtoonaux e br>aire.

.

.

.

.

217leeu a procdl&érêt 217;aide, dé leur scsspa8ts (vus l&td îmmrcget deiLi a procNccompalese aui;so euple dé leua lumteipéunteel&téch e

.

.

.

.

ela ,preste7eendse u arapaels mdàtocnststabilis,egmstnoov s,egmstvalnurt eui;asepiiscip serBanqueca ps.lCaire au payltecamp ihlc pascepiptmceexir,igse0batt. Lepeu50da récupérat8217de nen à dignia ,pet 50de rcgouvree. L etnen à so#82raefèti.lCaire au payltecamp ihlc pascepiptmceexir,iglumte Lepeu50daquée davènse aui;a Répubui s.otila Mmod#82ri;a Réé,nêtreda rane d,t ti.n.,nêtreda Refieda n21tdteoaquée de do-Nat821,eu a procdlstau;ar l&tl ministus e do leo oiLsaBmocraiquer,slitcréaet de a procui s.otila Mdragôanecnclu i217pioventa Lm ministdl&égrat8217de atipretanneurnir,iggeprue Moe 72%7de atipue 60 n21tet de7atidiaspesatr,iggéunit 87%rdelum&#rommeu5cesthumrLnes.lCaire au payltecamp ihlc pascepiptmceexir,ig9 asééraant àn ministémarg ncae a procélit tre les pas,Aé8217;u pas,lèoti&las,rdl&#lmpelchllcf, sporu v t,o#ectstu pasrlesnoneu>Jll entyna;u pasrleséc60irées,ocapale,st1e preed à éc7thlrg 0Polaiur n e cei ret exs gpa ctevpa et s dufalesntslicpgue Moi;aulouresxl,2ius futu> dignae a procai sNa Cou7re loMfallv. Ltecamp ihl ministOPLnnscsestaea,2sLaiLiaa croisièmaevoiso à Ta:dcJlPo époeeés à noucrlibér redteatipeur, delltimisère mo le e%cmaléris pa la Pr;dcJlPo r,igumatofarappreed à caesn dedisl ret voisiucrdteoa Caraïbaaaire.

.

.

.

.

.oti&np asxl2rtor ons#onu iécontsurentd tande& àtatics conauué il’aide e eteoaran.e50ceDe e prè21s derdellérioimirpca psi,tevpa etsa#82rtaisxle prè21s da Républiqueécontset da Républiqueéccrdteoa fae n Poaus éllaquée dorant la Cou7dso«es en Carnasali;aseFlnurt la Pr»,ilique esui;uv;;u,ada risée7dso r;dem,2tr re Satndirige,stcron, tort simpla De iojepéee romti.nèseàin’aide ela Répubimage d ministus euple composéo«es en i a procNffamns#joyeux la Pr»,iptmbambothlrds#irre loMfallvsu Mocsietrnle Pie manda,lv sona vriszpsapérices ministus euple a coitLaiLi1804tontmirp2e )gatus tellèoecu Mocsietrnle Pie manda,lus euple a coitproduiLu 217;agronome Sulpyocelyne P,a8217;agronome .

.u artus coen ôl jtotalce rom minist xploit̵ etsçsxrommeu5cestmin èe sa Catndirige,stcron, dgoudéc1e7felesntaetAyesxls rom ministien oduel821sdutcholé a teur te a coitLaiLielu ude huiLue preim"spsMau sci17de atipue 60 n21. Yalr,slit romtigieusaaunilarii é hmirpca pe,itisnpiptmcsefir rPoaus él etno;écisx chenchnurt nord-imirpca psi,toeuynpéeis,eeseela-Utrt pas#onu iécontssOinire loMfallvs de7atipqopagal821sdutcholé adé lenen à ret. M lgrioE st,sla-U2rtor ons#8217;écontscoeni;u,npiptmfairesati.o#rde0 r;iele. E pascnaMrcgonnaisssn, )gatasxlfae presatmstvicr m&ssdutcholé alesa oiLsàafi àréptrat8217pour ie%céa ctale,ade atiprratdteo ministONU.sL ministOPLnsioLaiLie,adepéri reivoucrrNpoeeer,iMocsietrnle Pie manda,leseela célèbresromh e .age obuegécmais emlecr,xeg aui;asepiéalallvsu Seultunrtr&logulc217;aide cruncle,U2rto217le>eobotana t m jeursnàeltiRefieda n21tdte oaquée de do-Nat821,eimpliLTa Lm ei eupéri, laquée dopposa n21,sla-Uorant la Coucrdteoa .otila Mtol lr,slit retanneurniet7atidiaspesa,7piovent ade trà#8ernle compromtsrnécessions à da réde la Couodesdit trémpelCouc. Ip voucrretisnpiponc,iMocsietrnle Pie manda,lec danat l&îPiemr reMrata airesrep itNC)nt , etsa#82rtcola copeu, laquée d8217;,2co à. Upeateelettenvocat8217tenduirrLLsàalaquée dorant la Cou7d tré dosagéné uxsrep itNC)nt a Ca scts Cllàeur scsspaui rata tdeéven à a cn den217. Upeateeletdgmarche rcguei peradtdHerta pi De ministidhés l&td î ministOPLeaire.

.

ÉTIENNEocelyne Pabr> Cioedonnateur7géné l br> br> br>ce amérhrrong>.

< />/strong>.

/strong>.

uit trjugac;ionssptenn à Meitruction, Me Ps oréePeav;Hdredua9oaoûtle 23 br> a href="Rapporu finansrep itcsmmiys d&Mspéci&lae a procenquêt dueSép;: by kiskeyédmin"ass="spip"> _out">Rapporu finansrep itcsmmiys d&Mspéci&lae a procenquêt dueSép;: by kiskeyédmini/a> br> 217;agronome 217;agronome a) Q coitvu la Pr? Q coitelteeduonaux e br> b) Q coitLaiLiesoi la Pr? Q couïti (RTN )gatLaiLiesoi la Pr? br> 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome .

.

.u aiLiaa rota Cou7cndséri-là. LolmaladeuNtla Mpr dééc7thlrg ,olxae né, e%ceçsxs"isspeseervq é aiLie decaleu coon, la Mprodiguét,oseeonelàtocngaciti21a dutd,ssier médsnalsdueetti auuJcla Sarg rJ" lpheaire.

uit td ministus t payéulscaneernréde léee roplacmnmais ime.;pgutétêtreai grt pa01e médtounts9 asééraanat,2 syn rgse, tanat,2 ur te a aire au naFlo id Poanrévéléofi àhémesragimnmasfivreau nivrau7leeu a prochémisphèe e oiLsau0cervrau,tcola coaterovoLTéofi àhémiplégii gatetl.sL ministimageurniproduiLerpa50Polt payéulscaneernNtla Mcs conqueé,nauldoc:etrn Lafamilia et eprom i21a cngua-U2rrehsn, étioexescéla, eui;ase Dacr-UdBplacéa-U2rrehsn, étiopioféréesa Camteiréuni21tscts Clàomtibasa es trà#blasta co2rrehsn, tendui, chezolerjuge J" lphnàtus 27;mandatvasculairescéréb l La(nC)nt uNtla Mbouaçve5séeMe%chllcolaire au pay,2co à. Decr,xplaciti21a sOini,xegéesaeui;aseenquêt serBnnéméesatanatêtredislcnt, des s minist xprimanat,2 ;eurlnomspqopu ie%cau nomsdteoeentNt&achfdéprtà7atidBmocraiq ,leseeêtredislorant la Coucrdteoa .otila Mtol lrMseaposa n21n&np as nomsdteoeentmiys d&Mptmdéeensvîa ent oiLsee%ceibertés de7atipersocn ,ie%caussnatanatêtrel si getisae, orant la Coucre les pastsragôanecnsurg a Lpcénere uneopessillet Dacruàom ministiedép;;da clate7atipour cn,aàn ministér,ilibe etesxurepéris nnquecs,ie%caussnacénere uneopessilletosp;ilu; asxl2cq et aBmocraiquerc,x t esfi17unepOssilletpéfilM etl ministé do leo oiLs,2 ur teu chaque année.

ept 50péricsicetiJour cndsetscts Clsaisiol;ataaquée daffaire. Ltecscse;: ayan, étionégouif, auecétrsl a procai sHonférépclatesxule mandase e commiys d&saàn ministexouaoedinaiu ,ie%ce romti1etande dut le mandatdteoa csmmiys d&MJour cnde rSet l éuanque det,meluipguemandatdteoa csmmiys d&MD oiLseHumrLnst,meAnue-Coorup n21tdutSép;:,afi àréoolabilicNtla Médoptés à da séa claen .ssvueeéalplén èe la coatsuiviî;attenférépclatesxule mandas. Aolsi,a,2sdat due17 Jui petle 23,tai sHommiys d&Mspéci&lae a procenquêt Ntla Mfaleéaldislsép;:etrao à Ta: br> br />-o à Ta 217;agronome ts-Ucky EXIUSocelyne P, pguemandatdteoa Csmmiys d&MJour cnde rSet l éuanque de la Pr; br> br />-o à Ta 217;agronome br />-o à Ta 217;agronome 217,meCslmpelivt icrTiorioiur&las la Pr; br> br />-o à Ta 217;agronome br />-o à TaeLu 217;agronome br> CamteiHommiys d&Mspéci&lae a procenquêt Ntpt 50miys d&Mptmfairesa rjétr7e romislcnrcaestpncçsxayan, ndaétréomtim"spirurjuge Jcla Sarg rJOSEPH. E pa bénéfac;ioui;a Répubui spéfiodeude huiLu(8) jétr>eouvrallvs pétr7cnquêt rae, iroduireises rapporuu Aussi,adèleua fi17de atiséa cl,p itcsmmiys d&Msaire au pa-hllcomisaiaus9 aséér, élisa Lp,2 s21tsci17unepguemandat(ts-Uçot eAnick JOSEPH)ae, us rapporu>217(W paeernPOLYCARPE) La(méth ;a et saséér Ntla Mimmédsati De édoptés e, us ag;;da bâ ia Une coore loMda claNtla Médrom é,naulpguemandatdueSép;: ls mdàtandadatd a procNïtiyse& deslcaore loMda clsaànHerta ptndigniaionsa de7aaquée de do afi17 dministèil-Use7reedndatdisponillvs pétr7re1ti29 ardlçsxmvues stdteoa csmmiys d&.eLrsc saséuxsrep itcsmmiys d&Mon, dgbuué dèleuetaçndemailiase ddislséa clsa a procautctn21cde té rLnseiLi excslmpele derde1néesxoecndéprionsau chaque année.

.

eplu utard,lèoiLie,asamedua1sntSeptvues le 22,cMscsietrn Lafamilia et uit tpreed à carpt aue eiluc1aquée davoirafi àexist dcolpqopu ià elPo-mre . La(fae pretpguemandaiJlPo,oseeonet sontitocngacestdisponillvs et dBcà#82rts, alm dééc7bf,slotdortnéllàtogarnisonstes ministelPo avs Clàosa disposstilicpétr7cssayerl a procéto2ffsntaragôaneNffairesouemre rtteoa n, dr. A ssnale>eprom i21a asééeDe-eele-Uétioexescéla e romiocémmissions iuegà#82rnse au ;aePpolitance de sMet u i Lafamilia et epas,taragôaneNffaires payreper9é,naul21aMetle 23.eAecemteidaLe,llerjuge J" lphnateropoou MunrjugemndatNvaDe-die e oiLsreper9a Lm ministNffairesaut11 Juil,lèuiviîd ministus au9 aereper9saut18 Juille 23. chaque année.

evices0de alesicaene;usnaé leur jugemndatrurjuge J" lphe LragôaneNffaires payalortcàà o#8e2rpreper9é,naulmardi 02 Jui petle 23. chaque année.

egrandsscémmis de7aaquée de do teestretpgemr remin pou ,iPolmin pou idesefinénnrc,ie%c. Ltetuibuide reedMunrjugemndatNvaDe-die e oiLsaé leurqueeoilésollict a iuecémmissions iuegà#82rnse au dministèil0ob7;écon luipguemandat;ataa Banque detaaquée dau9esisatilicpétr7ce>egrandsscémmis de7aaquée de do e comparet u iêtrediva Lm eit ibuide cérrcget daeeoasxltiov sl;ataaquée dart nPo 400tdutCs e dragôanecnotruel821scrivinele aaire.

.

.ager (seeonelàldo deem c-mre )U2rprestau;adatTale,ade Cajou au Champ ihlMrrslurentdiscut reesinzesouevingtlminutea duradatd a procfi àuerc#n21 simplau Seeonelàldo de,llerjuge voulph dseulo De eapéricsiceei eupérioexet aif exesçait de>eprom i21a tenn à lui. br> M et seeonelàtotucitsxcsefiéstêtrel rjuge àeplu içurse e ve lamisae, cénnaissa ces,ecaire au payplutôatlàldo deer,iglïti (RTN amLné àere1ti29 ardl minist2vocat dteoa fae pretpguemandaiJlPo auocalrnet de7MaîtreiGary Lissadeaaire.

uit , delltit.e50tombsntaragôaneNffaire,sdetrepiN.;éstiplaint rti29 a7oa fae pretpguemandaiJlPou MocsietrnFlo e aenrefusà. Deva Lmses refus,tmscsietrnChtrena fait meme.;élecr,2chèe toe rapoeePo auotéléphonetretpgemr remin pou tmscsietrnLaurépr Lamothea Ca c-cili29 athsn, mocsietrnFlo e aeni;;da Lmquel pastminutea. Ip ls mpqopose enlottre7unepOsteaàn ministexoéfi>217lui ret tl;ataaquée dargndatpeu50 dministèilése dBcid ià abandoneernlaepétr>uit tinrtié rti29 a7oa fae pretluipguemandaaaire.

1 chaque année.

ocelyne Pc,meleeses csusinaeuicsefiandat8217;agronome .

7rép21inêtrelaquée déffirmal v . AlortcPoldo deem cAcsefieo à Ta:d«es en Juj la(nCs mvn w. la Pr»oEt acojuge reDere chezolui,gseeoneve lpqoehea vus bla De anqueéaaire.

.

.

1 on uruncsposiouiesicemqu,aànépNréhende& laquée dévépi De fa aena coallph de rv;;ricesel pastheue tcplu utardu chaque année.

uit , p dBmiys d&ncts Cle%cesimteraiLie,apret. chaque année.

.

e eijuge dé leslicvéh nuoa, dé leslicapoartfdéprtà7Cala atl,-M1é lesa maison,oà aaquée dEslère. Beren le(alygatTi So l )MdBoïtreo à Ta:aqué21; sa enpi(nCs l er1999 mwéc7kd&ncn jij la. Licvoyetme ekòl, mwéc7;ads lco èvis, mwéc7 raprjeti y21 sibèkafe et lc,a,2pi(lcovin tandesm et m akd& anyetaclè acap meme. ettopu n aire30; Abstid jij la,(nCs jous9 aséy, setsoct bò 6 zè(nCs mates lco&lacnCs biwo, ji ufivel4-5 kèoausemidu. L mpa7janm dò;uupòtopu n , setkala è lcodò;uu Se jij la ki té jét7kd&di machin li,ga mpa7géc7thofè. br> Sà#8eneve ak Mèt M dtstes lcap p&laceét7kd&sèy kòtan et l abòde0dosyetki kd&sènenemadanm akéuiait Michèa M teli,gé lanm akémin p y2tki dwo ureèt nCs tuibinan. br> NCs jedua11 jiyèle 23#nCs mates, jij Sèjotn nCs tuibinan la,(lcodi fòk lco&lackala è,a,2pi(lcodwo tandesmadanm lcoo:iurzasyon et l al7;adki29 a7akémin p jtstuleua dépm jousausemidu a. Dwa deeas ge eij p Sèjobò 2 zè(ausemidu kd&saepét y2tprac7;addepéu nCs pakèoa.iRivelnCs pakèoa, machin dwa deeas pa7géc7ni7thofè, nievekirit , lcogéc7yon kòstum blaceét7li,gyon chemiz blan7akéyon kòl wé ju Motè machin dwa deeas te djacap mache. Dwa deeas, setyon mofioki p&laceét7pweot7atng M chin dwa deeas, setyon Nisa s patwòl blan7akévio tente. Dwa deeasodi Sèj,ga mpa7bezwéc7&lacakévekirit , lcap meme. nCs machin dwa deeas. L me. bò 3 zè, 3 zè edmi(nCs ausemiduaire30; Lè y2tdepng> , géc72 lòt machin ki derapa01èyè y2. br> Lè y2t ato2nenebò 6 zè(ausemidu kd&sa, jij Sèjotandesm et m prac7diri a ki t. nCs machin a mpt m mee.tl nCs machin dwa deeas. Diri a set10 mamit nCs y21 sakétng è jo s, ki makacagro- èvis. Pr;da o#ceét7wort pt &lackala è,amatande jij Sèjop&lacakémèt M dtstes Matande jij Sèjodu lcap ato2nenekanada. L mdi mèt M dtstes sacnCs biwo mèt Gari Lisad a mte radki29 a7akéo:iurtetyo Matande l s tesn217min p jtstuleua Jla ReaèeoSanon,tprezida M teli,gusemyolmin peua Lorac7Lamòt akéyon lòt mesyetadkò ki t. nCs radki29 la. Lòt mesyeta, setyon mèu,tmmpa7sonjesn217eu Sét7wort la,(pr;da plizyè fwa telefòn jij Sèjosocn n,amatande lmdi dwa de, kòtkwaeve ak dwa deeas lcap p&la. br> Lè lufivelaswè dépm jeduaa,(lcodi m al7achti ga:iuèd et lc akéyon gaeonedlo. Pr;da lannuiLm a,ga mpa7janm kaodò;u, lcogéctCs bwè tort gaeonedloaa,(lcodi m lco a;r va Lm i7tho. br> NCs va dredua12 jiyèle 23,#nCs mates, Jij Sèjodu m dwa deeas du lcbezwéc7l ijas. PaL géc7tuibinan jouss (l kòzatanpèt Cha L l Lè jij SèjorivelnCs tuibinan la,(lcofi17p&lacakédwa deeas, m wè jij Sèjoree,aplizyè lòt jij et l p&lacakéyo, tankouo à Ta:djij Lama Belizè, jij Wilnè Meses, jij BèjoOu Sipr , maj poua Yanqk. L mpalacakéyonemadanm k mpa7jij,amatande lmree,altKeti outb deeKetli. br> L me. bò 2 zè(ausemidu jij Sèjodu o#cpralackala è,asoct kala è et c7&lactittè Lè o#criveltittè,ga mpransmadanm lc,éuiait li Jcsikaepét o#crato2nenekala è,apgake jij Sèjotn du lcpral dépnenemadanm lt kay0doktè samdi23#jiyèle 23#nCs mates. br> Pr;da lannuiLm a,gmwéc7paodò;u(nCs mvnmrohanm lan7akéSèj,gse Jcsikaepiait fiy lc a, ki géc711 l e, ki vin ree,am(nCs ohanm koteimcap dò;u(as, bò inè di mates et l du m papaollmalad Lè msdtsa s jij Sèjodu m lcap meuri,ga mpa7kaep&lacb de,llcap pèdu ltngaj li,ga mpoupo#ceét7li,ga mpipiceét7li,ga msyetadpia, zyetackoue,Udlo,(lcodi l p& wè b de,lli wè doub,lli eseyempranspapye et l ekri,ga mpa7kaeekri,gméc7l lage,oli vin pèdu ki2tsa t M danm lt géctCs fè detach machin aapélit.sLapélitodi y2tpa7géc7gaz nCs machin yo, s. nCs machin jij Sèjo o#cblije meme.,Mseapotesn2uapotesjij Sèjoki kd&tinye et po#ceét7li,ga mvo;u(nCs machin li,geét7tort rad a makévo#crad n2uakcap poe.tl la. Nét7tecpralacak lconCs lopntaluPetif è,ames etlityetaodi lopntaluBèna Mezmpiguse. Nét7rivelnCs lopntalumtibò 2 zè(edmi(dimates. Yo kd&sile.tl,gyo fè anal z et lcu Se sèlésouf jij la kcap meme.. Apti y2ofi17fè anal z a,gy2tdu lcpral deuriu Se bò 7 tè edmi(nCs aswè jouss mdua13 jiyèle 23#la jij la deurilnCs lopntaluBèna Mez. Apti ltnmò a, ftnmiy lau7d tidespransmò aepét rad9 a7akéliltittèepét mee.tl nCs mòg0&# p20;Meurteaqué21; Mapa7kd&ncn ki kdteimò aeyetkd&nyèoa.aire.

.

.

.

.

.

Loldo deeatdBoïtréo à Ta:d&# p20;smwéc7;esevwa n2uaakéyonedoub ohapoo à Ta:dkòt maj poua asi,gékgkòt édmin pouaLèaire30; br> As z krivinèaclouvri nCs date08 jiyèle 23. Jij Sèjovinc koteimcet l du m lcobezwéc7m nCs datemadi 9#jiyèle 23#nCs biwo m pr;da maap asevwa jiti y2oakétort difikile.tsa7reprezame.. Jij Sèjoenemsracet l du m s. ijas, ,2pi(s. koefidHaïyèl,apgake si y21 sitiyasyon ki dwòl.. L me. anviwon 10 zè(30#nCs mates. Mwéc7pwopeze0l et c7&lacyon koracet 17p&la,ts névekirit , sac7thofè. Nét7&la,tbò midu edmi(kd&sa,#nCs tèmin per mpavelnCs Haïyéc7tuibinan 9 aséy la.nJij Sèjorakd&teimoli viktum dhlo:iurtet dja, kdtein2uayetaep&(ofri asetsckirit cet 17p&la,tpito nt &laclòt kdte.dAlò,amwdeealacakélconCs s étorac7Tale,ade Cajou,01èyè m ze a.nJij Sèjopeze0m kesyon et l mandesm, èake m pa7resevwa oképn kort fia Mwéc7repedso à Ta:dnon. Jij Sèjodu m Mèt Nyorteds Senjis(akémèt Aed à Michèacepékacatik 400tas, sepr;da apékaegà#8ènmaeeas pa7repliki pét di pèsonaj say2tpa7kaodepng> (kd&sa. Lè ofi17p&la, o#crato2nenenCs pakèoa, n2uapa7tanjac Cs reétorac7an. br> NCs datemèkredua10 jiyèle 23,#bò inè ausemidu,#b;:inyetaodi n2uadwo fè y2nebagay,apgake min poè(edikasyon dekrereealèt wé j(l kòzarenagan Cha L l Mwéc7blije emsp nnctort odya1spure 48 èdtas. Mwéc7ra29 a7oakay0mwdeebò 3 zè(edmi(nCs ausemidu.iRadyo m7kdue.,MsearadyodAlelouya FM. br> NCs datejedua11 jiyèle 23#bò 9 vè nCs mates, CSPJlge eim et l o:iurzeim repr nncakeivt e tuibinan la. NCs anviwon 10 zè(edmi(nCs mates, CSPJlge eiadkò et verifyetsu m rivelnCs tuibinan la. br> Bò inè edmi(pét7rivel2 zè(ausemidu, Jij Sèjoge eim,(lcodi m laap vinc koteim. L me. nCs biwo a djac enpi(mates, lioe.tal.. M rt7wè l Lè jij SèjorivelnCs pakèoa, l me. bò 3 zè 25(ausemidu, lt ga ànmachin li. Mèt Rigo Dipngnme. nCs pakèoa, mvn lt rt7wè m. Bò 3 zè 35(nCs ausemidu, jij Sèjoteme. nCs machin mwéc,a,2pi(lcdi m aneealacdépm tc koteiatadkò,akivledua Cs reétorac7Tale,ade Cajou.nJij Sèjopeze0m dépm kesyon astadkò,aèake m pa7janm resevwa oképn apèac codirèkc coendirèkcki soct nCs nrepwa egzckiaif la. Mwéc7repeds lco à Ta:dnon. Nét7pg> (apep è 15(ale min t nCs pakiagrreétorac7an k mpaL géc7tnpia machin,a,2pi( o#crato2nenenCs pakèoa. Nét7pg7janm rad9 a7an;da reétorac7an. Lè o;ato2nen, mwéc7d peze0jij Sèj nCs pakiagrtuibinan la,(,2pi(2 mesyety2tki tacakélcoyo met. yon sakéki géc710 mamit diri, soct nCs machin a mpt mee. nCs machin mwéc. br> NCs dateva dredua12 jiyèle 23,#bò inè edmi(nCs ausemidu, mwéc7;adki29 a7nCs pakèoacakéKetlinJil deeaslanm akéJaklin Chal, mofioMiyami(Eraldceét7pwojèefinénsmCs materyèlébiwo akéentènèu Se IMED ak USAIDéki ofri finénsmCs an.nJij Sèjora29 a7plizyè fwa omwéc77oac8 fwa nCs biwo a pr;da maap p&lacakémedam y2. br> Vè 3 zè 25(nCs ausemidu dépm jousva dredua12 jiyèla, jij Sèjoge eim er;da matn nCs tuibinan la,(et l du m lco&lactittè Lcobay0mwdeenimewo telefòn privelmadanm lt. Mwéc7kt e biwo m bò 4ets edmi(pét7rivel5 kèoausemidu,a,2pi(mwes rive7oakay0mwdeebò 5 kèoedmi(pét7rivel6 zè(aswè.dAntl6 zè(edmi(aké7 tè aswè dwdeealaclagl z Se nCs lagl z b;:is(Chckina,#nCs dèlta 330m dache. Mapa7kd&n bwè gwo alkòl, mépm kd&n bwè ct byèlPs étij mwéc,aakéyonebyèlk mrelac&# p20;prezidépnteaqué21; br> NCs dates mdua13 jiyèle 23#nCs mates mwéc dépnenemadanm dwdeeal priyi gantye boje. Mwéc7ree,ajij Sèj, mwéc7pa7jwépn li. Mwéc7ree,aadkò,asi y21 pwa fanm k mrepeds,asi madanm jij la ki du m jij la dee. telefòn lconCs ohaj,clè acrato2nenelcap a eim,(lcote djac9 vè 30#nCs mates. Mwéc7ree,aadkò,asac7repeds. Apti m enemsra,(y2t apeds mwéc pét di m jij SèjolopntaluBèna Meuz. Lè s (lcote 11 zè(edmi(nCs mates. Mwéc7du maap vin7wè l lopntalumt.dAntratas, mèt M dtstes ge eim et l enfòme m souomaladiajij Sèj, lcodi m se emoraji k mpiepti ltnmò. Bò 8 tè 45(nCs aswè y2t a eim et di m jij Sèjodeuriu Mwéc7ree,amèt M dtstes k mkoefimaMm ltnmò a. Dimanch 14 jiyèle 23, mwéc7;ee,aKetlinJill deeki du m jij Sèjotn du lcsi mwéc7ktmte mennenelcnCs y21 radki29 ki géc7prezida M teli ltda l,talòake si er;da 2 sèléfwa m radki29 a7aképrezida M teli Se nCs date17 oktòble 22 neneverememi(pén wé j(l 7akénCs date26sdtsa mle 22 pt m ti alusalyemprezida la.dAnplis, mwéc7jij enpi(l er2001, mwéc7podkò janm &lac Cs kalrnè mèt Gari Lisad. Mwéc7nomeasibsesti7kdmiyèupòtopu n #nCs date9 oktòbl1976,aausesa nCs tuibinan 9 aséy nCs date10 jenr2001, ausesa jij ïyèj nCs tuibinan sol ltnCs date317janvyer2003,a,2pi(m nomeadwa deenCs date16omasle 22. Mmpa7janm kopnenejij Sèjosoufri oképn maladi.aire.

(nCs reyinyon an7kdunyetaep&ake a msispèk géc7mofiokap kdue.ss (l p dua Cs telefòn lcoas. L mdim(l p pret. yon lot telefòn pt l kanreleim. L mde dò;u(kala è. br> Va dredua12 jiyèle 23,#Sègo al nCs tuaséy.nLè luvin7chèche nét7tittèenCs ausemidu, mépm va dredua12 jiyèla, mofioki ti nCs machin aas, setmwéc dépm madanm lc,émrohntae1èyè akéuiait nt &n Jcsika,gé lanm akéAndèsonoki ti vis esa s machinn lau7lè lufivelboudèu,t,2pi(ti So l rohntae1eva Mati géc7et m alackayéyonedoktè dèmalològ nenev mduamates 13 jiyè. De2pi(va dreduaausemidu lcote kòtansearakd&teimos (k7t. as rjét jeduanCs reyinyon an. L mdi m nCs ausemidu jét jedua11 jiyèla,e;wa deeas bouke7ree,altet mande lmkdteil ye,apgake mofioyocap tapn li. L mdi m,Mli mande dwa deeas ki koteimofioyocap tapn li,olske si nCs pakèoa. Dwa deeas gepeds pét di n217seapa nCs tuibinan la,(sac Cs kalrnè mèt Gari Lisad. Lè Sègo rivelnCs tuibinan la,(lcodu m dwa deeas te djaceét7volCs machin a ,t,2pi(dwa deeas du lcpa7kanalacni(akéthofècni(akésckirit . L mdi m setyo 2 sèléki ti nCs machin aas.tTi So l (akéDjopni rereeap tapn li nCs pakèoa. L mdi m lè lufivelnCs reyinyon an7li wè mèt Gari Lisad, min p Jtstuleua Jla ReaèeoSanon,tMichèa M teli,gLorac7Lamòt akémèt Va dal.dLi(di m,MM telicagr te l et l du lo à Ta:dkt bò w kd&n wè madanm akéuiait prezida ll jije. Min p jtstuleua lu dépm,(lcodu si mèt Va daldkt oakoz,apgake lmto taaiplede0dosyeta. Sègo duaanfa>epromyon lc p pras, lioblije d kò lcap fè yon koreksyonèacespomyan ut paseidosyeta(jt madi 16 jiyèle 23#la. Lè lufi17d kò a, mesyety2tmande lmkis (lcap bwè.nL mrepeds a mpa7bezwéc7&nyes. Dwa deeasodio à Ta:d«es en ét7ka bwè yon t mbagay,apgake m kopnenew re1mvn Sòmting. la Pr»oMwéc7du l,cl mpaL dwo bwè n;emanjac Cs méc7mofiosay2. Enpi(l gepeds pét lodi mo à Ta:dmwéc7d ja bwè l. Aptisa Sègo duam lcopa7 a;r l ka7kd&tinye rereedò;u(mépm kdte a malrtyeedò;u(yo,(lco a;r lavi(lca;da je,oli vlem ato2nenealacnCs peyiekanada. Anva 7lote kt e radki29 la,(Sègo duam mèt Gari Lisad re1mèt li yon t mka9 ki géc7ads élakenimewo telefòn li. Mèt Gari Lisad ekri akebik,gyon nimewo espomyan eét7kateua dépm lèla,eanva 7lore1mèt li kateua. br> NCs aswè va dreduaa,(lcote vlemnt &lacnCs relasyon seksyèl, mépimcegt vle. Mwéc7kotetlisoutyon ct kalanncakéJ;ys ca,eSègo lu dépm,(lcokotetlisoutyon lòt kalannctortpre. Pr;da lannuiLm a,gbò inè dimates kd&sa,#Sègo leve et l al7pipi,amatande bok;, ltitonbacyon usemyolfwa,(pr;da lcbese et l prac7bok;, lt, bok;, ltitonbacadkò. Mwéc7géctCs leve et m soutnu l,cpgake lmpanche et l tonba,tmwéc7mee.tl eét7kalanncmwéc7 e kotetlia. Langoli vin louu Mwéc7ree,amèt kay0la k mretectortpre. Mwéc7fè JcsikaegéctCs almree,ati So l rkiodò;u(nCs ohanm anlèla,e,2pi(m &lac Cs kdmiyaryaepélis la pt m jwépn sekéu et m jwépn machin pt mepnenem7akéSègo lopntal.dMachin ptlityety2tpa7géc7gaz,tmwéc7bayéyo klànmachin Sègo a. Pr;da stas, Sègo et po#ceét7li,ga mvo;u,ga msyetadpiau Mwéc7ree,aplizyè Cs ftnmiy li k mnCs peyiekanada7akénCs peyiedayiaiu Gene Cs ftnmiy ki du m &lac Cs lopntalukanape vè akélc,(géc7lòt ki kd&seyemm &laclopntaluPetif è7akéSè outb deelopntaluko;unotè Geneyo s nCs ptlityety2tnCs machin aas ki du m lopntaluBèna Meuz la piepti,tal ltda l ut psemyolswéc. br> Chakétne Sègo té jét7fè tort ki29wòl kò l. L mpa7janm soufri nu tpnsyon,tnievik,gnc kolèstewòl. Doktè SèjoVètran. kd&n ki29woPo tor. Lè lufivellopntaluBèna Meuz la,ga mkoetinye vo;u,gy2tprac7sCs nre7fè anal z,gy2tdu lcpa soufri vikgnc kè,(sactpnsyon lmki wo. Yo bay0lilpiku,gy2tmee.tsewòm et lcu Sègo meuri,gSègo eèdu ltvi(l Mezammi, setmwéc akéJ;yikaeki pèduaire30;.tTadpru ede m jwépn jtstuleséupleaire30;..aire.

2sea tenn auié é-UvupêohantllerctdavreMlo urecir#pétr7 ministé s dgera Ca 20 jui petle 23,slerctdavreMuïti (RTNva;, pgate1tirecesimtéiacotnl oonsehaïthsn.aire.

.

ebiwo Jij Sèj.nBiwo jij Sèj té jét7reteclouvri l kòzal mpa7géc7klimatizè. Jij Sèjoté jét7rivelnCs biwo anva 7mapuiske lmap soct kala è,ga msà#8eneprac7bonèu Mwéc7dépm se#bò 8 tè 30-09 h#nCs mates m7rive. br> De2pi(ause desizyon lcte pranspt mande ftnmiy M telicakémin p gà#8ènmaeeas paeèt nCs tuibinan, jij Sèj té jét7ap mandesm si desizyon an kòrèk. Mwéc7du lddesizyon an bon. Mèkredua10 jiyèle 23,#jij Sèjodu m dwa deeas enl t.tl nCs y21 radki29 Cs kalrnè yon mèu apéka,aakélòt mofioeske lmk& al.. Mwéc7ko&seyeml ut pa al. nCs radki29 la.nBò inè ausemidu dépm mèkredua10 jiyèla,(lcodu m lcofenkusoc p&lacakémèt M dtstes(lcodu m ki p& opeze0akéradki29 la,(puiske shlo:iurtetpeyiea, n2uakapab té jét7dyanog.. Mwéc7pa7radki29 a7akéli nCs jedua11 jiyèla. Va dredua12 jiyèle 23,#matcap prac7syèj nCs tuibinan r mofi,#nCs ri Petyon Lè msrive, san la pa7klimatize,dmapa7kanrere. Mwéc7d tides ato2nenevin jwépn dwa deeas nCs pakèoacet l aglaczafè syèj ua. Mwéc7tortradki29 a7akéHaïyéc7kdmiyèuManèslk mrelacmcet l du m kd&sao à Ta:dt pa tande Sèjot. al. nCs y21 radki29 ayèljedua11 jiyèlagé lanm akédwa deeakéyonebapn lòt o:iurtetki fè l menaseakégwo promyon la Pr? Lè mskwaza7akéSèj, mwéc7 a;r l anqke,a,2pi(lcdi mo à Ta:dmon chè,(sacw2uakiati géc7rezon,imcegt dwo al. nCs radki29 la. br> Lè m rivelkdte dwa deeas, mépm jousva dredua12 jiyèla, m7tortpwdfitn du dwa deeas mwéc7okrenas lioe.tdépnenejij Sèjo Cs y21 radki29 st dosyetmèt Nyorteds lan7akélòt mofi,e,2pi(m kopneneradki29 la to taaipase. Dwa deeas gepeds mwéc pét l duo à Ta:dseapa kd&saesa7t. as , maap alv w,cet 17p&la st sa.nDwa deeas pa7janm releim. Se et rezon sa, lèamavin tande jij Sèjomeuri,gmwéc7mande kd&pékasyon as nllv jLnerll jij y2. br> Lè m rivelnCs odya1sp a,gmèt Vyo tandesmtdtpòtesmtdt0dosyeta. Mwéc7dakò,#mwéc7d tidesra29 a7oakay0mwde Se nCs s mdua13 jiyèle 23#nCs ausemidu, yon ct ftnmiy mwéc apr nncmwéc ltnmò jij Sèj.nM releiyon lòt jij et koefimasyon. Anïyéc7kdmiyèuGas nmkoefimaMltnmò a. Mwéc7ree,adwa deeas plizyè fwa,ga mpa7janm gepeds telefòn. br> NCs dimanch 14 jiyèle 23, bò 3 zè ausemidu, dwa deeRemem Jla-Michèa relacmcet l du m lioe.tlagl z,Mseas (k fè l p&t7kanrepeds telefòn. Dwa deeasodi m lioeandesy p duatnpia bagay eét7ltnmò jij Sèj#la. Lè mtmande lmeksplikasyon,tli gepeds mwéc pét l duo à Ta:djij Sèjotn vinc koteil et l mande lmkd&sileasyon st dosyeta.dAlò,apét evt e twòp meme.- esa s, lco&lacakéjij Sèjo Cs y21 reétorac7pét y2tpal.. Lè y2ofi17p&la, y2t ato2nenenCs tuibinan la. Dwa deeasokd&tinye et l du mga msdzi eandesy2tdu prezida M teli tacdépm fache nCs radki29 la,(,2pi(s. dwòg lioblije kd&someapt l kalme. br> Se tort sa m7kd&ncn de0dosyetaaire30;.aire.

.

Jij Sèjot. esdzi de0dosyeta,talòdmapa7wèepét ki sa(m ta elter te akéjij Sèj. br> Anplis, Gari Lisad, si y21 apéka,apét ki sa(m ta oblije &lacnCs biwoil et y21 radki29, m ti ka7enl t.tl nCs biwo m. Mépm si(m kopneneads élkalrnè mèt Gari Lisad, ri 1èyè rezèvwa,gtortpre min poè(pngnifikasyon an,imceg janm &lac Cs kalrnè mèt Lisad nu lè m ti apéka,ani pr;da mémin p jtstul. br> M7t. alacakédwa deeRemem Jla-Michèa,(lcodu m lcop&t7okrenas de0oképn radki29 kd&sa. Mmpa7sonjeski dènyolfwa m radki29 a7akédwa deeas. A&to2ka,anop&t7radki29 a7akédwa deeas jét jedua11 jiyèle 23#la. Pouss (ki kd&sèneneno;unasyon jij Sèj, solmin pePòl De2iéki ti no1mvn l,Mseapa M teli ki ti no1mvn jij Sèj.nM paodi M teli fè ma;r pgake lmdi(s. lu ki ti no1mvn jij la, mvn sa st gà#8ènmaeePrevan la jij Sèjotn no1mvn.aqué21; Se s mdua13 jiyèle 23#nCs aswè dotn okrenas de0ltnmò jij Sèjaire30;..aire.

, se Sèjoki rap souiv mwéc pét l ducm bagay y2t èd, et pwa a fache tnpia ki29 li7akékon, dwa deeas. Yoodi y2tfache tkédwa deeas, pgake lmdistuibiye0dosyeta(bay0jij k mpa7jij et pwa a. Jij Sèjodu m M telicakéLorac7Lamòt fache pgake yon jij vlemvoyetmadanm akéuiait prezida nCs prizos. Yooegzije et dosyetsaefin;ewèpawè(jt madi 16 jiyèle 23. Jij Sèjodu m sac Cs kalrnè Gari Lisad radki29 la dewouoa, mvn Gari Lisad akémin p jtstuleua p&t7agr tif7akéli, se M telicakéLamòt ki tacagr tif. Jij Sèjodu m,eanva 7lodepng> , mèt Gari Lisad re1mèt li katevizit li. Jij Sèjot. mi29 a7grefyetSaj élkatevizit la. Mmkaes doe jij Sèjotn anqketadpiau br> S mdua13 jiyèlnCs mates, dèt M nèslrelacmcet l du m jij Sèjofè yon Stwok,sli lopntal.dLi(di m,Mouewè kòtan nègoyocansaje.nM releimèt M dtstes s mduasw (ki kd&fimaMm Sèjodeuriu Mèt M dtstes di m laap prac7;e loMfallrtetl et l denaeseofèla. br> Nt pa dwo bliy.,Mlè y2otacbay kdmiyèuLyonèacKaes dn Bobréc,aaktyèlémmrcktè egzckiaif CSPJla,gaòd et l aretelGay2tDòsenl l,(sac Cs kalrnè Gari Lisad et pwa a te kd&pékeimèt Bobréc nre7fè djòb san sa. Prmi mofioki ti nCs radki29 sila, ti géco à Ta:dpsemyolmin peGari Kaeiy, Gari Lisad, min p jtstuleua, min p zafè e s dje & ki segLorac7Lamòt akémèt Bobréc. Lè s (a,gmèt Bobréc t. esides a1mèt demiyyon l,(olye lmto vyoPo lalwa.nSe lèas (y2otacno1mvn jla ReaèeoSen;:is(kdmiyè.aire.

eprincipes dhldéd&tologiolmédic&la. LecegtisnpiJcla Sarg rJ" lphcNtla Médmtsràalaquée dhopntalum,asamedua13 jui petle 237à 3lheue tiaui rtingpr50Dr.tLi;da Théodore. LteegtisnpiNtla Mrapide De r dééc7thlrg 0pr50Pitoservices daquée durg nce. Ip é diLienlcomdrprofond, ase dmyoems bilatéral.aire.

lla, i daquée dau u sxtrà#le,samétabOla des néc;ys ta Lofi ouivilmédic&l régulier.aire.

.

lla, éta Lode prfeour c ts élseues ,Muïti (RTNep&atpu0ê9 aeeaquée dobjee a procaielcntnlvee n21tchirurgic&la,aeaeonelïti (RTNviél ecrexpartsypgue Mos,ecamptcotndu dhl ministétat clinia e0,meluibilanl ecrexamLnsypgu-opéfa oonss. M lgré0t sontitos"isslcntnnemfs, e%ceçsttentouivas dteréac;matili,ie,aprtisnpiJcla Sarg rJ" lphc paydécédélcessamedua13 jui petle 237à 8lheue tiauiséri. Lesemédecunsxeaytechnlcèens dhl ministhôpntaluuïti (RTOinip&atpu0se prfeoncerse roaucun é8èna De qs mpour;adtdévee chllc De récéderdt provoqun17la p solée ou0Pa crise hypartenemve aya Lptendui, àalaquée dies dllatilicd rlaquée dAccmanda Vasculphs Cérébral.aire.

.

Va dredua12 jiyèle 23,#Fito du mga mwè Sèj,ga mpala7akéSèj ki du l kòtan a mregrè9 li7t. al. nCs radki29 la, pgake lm a;r l atb deedépm NCs ausemidu, Sèjosotiltittèeakém danm lt akéuiait li. Rivelaswè,ga mpranszam k mtac Cs méc7sckirit cn la. br> S mdua13 jiyèle 23#lè maapr nncSèjomalad,sli &laclopntaluBernardnMeva,#mwéc7d ta s nCs lopntalumtibò 10 zè(nCs mates et m al7wè l Men#lè marivelnCs lopntalumtiyomdi m seapa lèevizit. chaque année.

.

2xélacdueonciatilicporté 0pr50maîtreiNewtlicLouia SailueJourenaeva Lmle csmmiysaire duegà#82rnse au dçtPpolitance de , main à Jcla RLneeoSen;:ou,0fs a;r état deécorruptilitetldeéconcuys d&Masxlplu haue.onsphèe y hl ministe do,ei;dexant0àalaquée doccasn21t ministép soeMetllerfilcrduceguemanda dhloa Rép#leia e. Laceguemandcacsaire au payretrà#vée0doslauMmur0quandc«es en la fenmt e Césr50arla Mvdet e. la Pr»oIp fallai9 stecir#dealaquée dimpasse. EClpourjchlfaire,0t sontitomo des é die Lpterrcgesxeaytdue.ontitotrà#pes é die Lpmobilrlées. UseàNffaire qs mpeue araîtreisimple asxly>2xédhlceluinq,iguacsa;, pgattràp ceya e0se1pie,s méa dres dteoa êOlata de. M et compla dée et 50q,igsa;, lire ise ddtsxlusete.onpsychologi des e,s actilis eLsrédctilis êOlata des dHaïtunrétat do;uné0pr50Pieg;addabantctisma,iacoménr déduct oiLMetllaquée dieducente impun té. Q,igse1p-ilcre,s acte21s impla dés dHaïtcamteiNffaire la Pr?aire.

2xéls mpr5aissa;, inacceptallv.uBeaucéup de pari21nas encptredie Lptartes, maia ts élpeuide7gLnsypLnsdie Lpà faire qsoiya e0HelsoiLsà prop" #dealaquée dNffaire. chaque année.

2xé)rLnts êOlata deso à Ta:dmaia t sons 50de 9eira poduct oiL. Alort,tc>2xéq,igenl sagea;tnt oa êOssibilrté de parduv dhsl)rLnts ava;tnt tort deesuiLe0compris LTministèiléfallai9 utran.er#mre écncapoare clade 9eira poduct oiL pourjévi9eicde parduv.eLaquée davoc;: dhloa fae pretpguemandaielPo aya Lpfs Clui spiê9 aepres dtili raceme.-t-d&,liléfallai9 dHaïtcamteiopéfa ili àeoa foiatlara dée, compla dée eayêér pr>2se,lfaire ipoeeiàide7grOssss#cyliedrées. chaque année.

2rtiaui omépr. chaque année.

.

2xéchosvs sOiniàogetadir#ici. A) LtedOssiarlpgue Moe ui simage pgattràp proprerduceguemanda dhloa Rép#leia e, dhlsa fae pre,tetldeéson admin pouaL l&.oIp fallai9 e ofi1irac0eplu ovit cet i asseicde camteidistuactiliià au9 aechosv.oM et laquée dNffaire allai9 durer,iHrr titotribuid2xééta Loenevacancetndse dlaquée do#82rtuse desogysisss#crivinhllcs7e, 08 Jui petle 23,0Paquée dNpoeeicntnlje éuettpr50PiePrr detuettpr50Paquée davoc;: dhloa fae pretpguemandaielPo i sserai9 e teedu0es ministe2 ogeobrtnà oa réo#82rtuse desotribuid2x.eO&Mcsura;, aPors letrisesepdaquée deedu a50Piesupplice dtsxgorass#chaudhsl)r i enl ron tràisamoiate1tire.nDonc,liléfallai9 trà#vn17lerdétourjjuridiesepêOtr7stecir#c0eplu ovit cdealaquée dimbroglioijuridico-êOlata de. A pti,0Petmin pouv dhloa jour cnéarcoefirméyauicsurs dteson a0tctilitLTministèiléy va;, ui sstecietjuridiesepsimple. Lçst artiealqs mOinifs ClNpoeeigeti a5oDeMle217Npoee. Il-Uédrom aro LofieMrequêt iauldo deeds tuibuide dçtPiemrèrteInstpncç et 50ls mdàtandarauc7rejugé. Ltedo deeproed a fieMord21npncç abréviouivamdàtanda LmauMjuge fi oiègv spucide pétr7e teedre0Paquée daffaire àgumaveauMeaya pticobtndir,MouebhsnUq,e loljuge serdé ort cdealaquée daffaire,MoueLTministèiléémamteiungumaveauMjugee au qs mroever;adtdoa fae pretpguemandaielPo blanchi cdealaquée daffro Lodteoa êlailue. br>br> VII.-oRicn de0tort celaéne peue shlfaire sanlePaquée daval, PiesupportMetllaquée dimplacdtili duldo de. Voilà pétrqsoiyltedo deeJcla Michfaé paydeveeucle pari21nage cenoude dçtlaquée dNffaire.eLaquée dapoeeiaya Lpla Mcntnlje éue, 08 Jui petle 23,0Permardi 09 Jui petle 23,yltedo deeJcla Michfaé 29 a7cncacL l&.oIp raceme. à0Pa csmmiys d&Uq,e loljuge payveeucle trà#vn17dHaïts21 bu aau et 50ls mp" lrafieya esL l&.oM et c ministéta Clthllc De senemblaceaycoefiandaieleLTministèil-Uon, dû0t sontitod>2xéq,ittaraPitoloc;2xéduceglaia deejour cnépourja pertencptrearac pr>2rs. Il-UsOinidaquée dNbord artitnlarioltsaloc;2xédhllaquée dann2xécliestcriemrr dallvs ava;tnt la Mreçuïtcaajt r-là.oM et ilsovoDeMelrce lieuisecreL pourjfaire qsoi la Pr? Loljuge,rdiayltedo de,Muïti (RTNva;, q,ministèui sseul a esL l&#àtas mp" lro à Ta:d«es en Aviez-v sonreçu0desogpoees dtsagLnsydu et véri exet aif concerna Lmle jugee au qse jaquée daiyre1iu la Pr? la Pr»oPari21naéneécomproed e ofs Clpourqsoiycamteia esL l&#cncapoare claanodine uïti (RTNura;, p&atpu0ê9 aeposé iaulbu aau duldo de. Maia deeplu ,tPoldo deeaffirmaeLTministèil-UsOinireétéleuàpdé leuaquée daiuv dhls dtilinse au du reétaura Lri;;da Lmvingtlminutealpourjchmteiseul a esL l&. Ip fart croire camme de chanteiGaroueLTeo à Ta:d«es en L. mi2de paystone. la Pr»aire.

2xéjt rseplu otard, loljuge paytendui, ui sfoiatdeeplu tpr50Piedo de,Msanlechauffe217ni(agestédhlset l éuauMmre éreétaura L,là0Pa mre éaiuv dhls dtilinse au. Tmajt rseeaeonelàldo deesentdàtandaMluijuge.eDéfiectivemépr, Poljuge do;, asoiraétiovicL me a procaielfoudre0ameur>2selpourjchmteiaiuv dhls dtilinse au. La cseversatilicdu a7cntirecaielvingtaine delminuteau Liesuje o à Ta:dPa mre éa esL l&#angoissant rduijuge.aire.

2res refusé0de7re1ti29 a5. LoljugecJ" lphcq,igs ministéta Clre1iu àae21 bu aau caajt r-làdmaia payre arti ts éltôtiHrr titoloc;2xéduceglaia deejour cnéé die LppuaL a ee au désartsyàiHrus cdealaquée dalarte rà#ge dgoïtréetene5aisliéducegssageaduacyclonetCha L l Il payretourn Mtheztas mà Cabaret. Peue ê9 aepourjfui50Piedo decq,iglseharcela r a procgpoees téléphona des Il payenl ron 13lheue tieL ilép&rlo auotéléphone7dse dsliéép soe. Ltedo deegpoeele àgumaveau, iaérép21inetldetandaMauldo deednéluinNccordn17ui sheue lava Lode ut rejoiedre. Lçstgpoees duldo deesolmultipl;tnt ee shlfOiniplu tprom astc.eO&Mcs1naît0Pa suiLe0dealaquée dhiétoire qs mNlaéjànla Mexposé idé leut )rLnte17 dhloa sectiliirelauivamàeoa recaes itueiliidtsxfs Cs.aire.

1) Qt életrucitMluido dee paytenfro Léiàide7gravçst1ifficultéspde cahére cladogi de. a) PourqsoiyunrdO deeduspe a;r daquée dunrbu aau q,igepaytLns Mprotégéidtsxi29 usilis dtsapari21nas non- pvitétsxc0ra;,-iléscn7ieua néc;ys téadaquée dNPearadaquée dNbord sentui sgal.rieadualoc;l daquée dunrann.

.

.

.

.

.

.

.

.

lspde bu aau q,hlMadtme deva;, aca érir#pétr7 eltuibuide bhsnUq,e Madtme Julieicadmamteia ïti (RT llcoé diLpsi dérangé 0pr50Pa mortMluijugetesministèelPo aMécaedui, loldo deeauMcsurs dtechmteicseversatili.aire.

.

2xéq,igliireçulson rucit. Ceafs ClNpoarenmtnt anodin ialu 9 aebhsnUua logi deeq, életjugeeé diLppu;ysurétdeére1ti29 a50dosxc0:iurtésyc0:iur#dursuje eluiNrocèscNupterrcge d&ncl dhloa fae pretpguemandaielPo. D>eplu ,tPoljugecaauéfléchi cir rtingjeudua11 jui petle 237q,ministèip luinfallai9 ptrearaàdsliéép soelava Lode serdécmanradaquée dNPearaàioa réun li. Sli accompaleate21 (Bereans) e ofs Clungté rLgnage éloqunst. M et,splu oq, éBereans,0Poljuge Jcla WilnaraMesin etlmaîtreiSamufacMrdistinMcaefirmanteasoiraétiosollicia tpr50jugecJ" lphcpétr7 euracaesei aàdsasoirasministèip é diLpsagv daquée dNPearaàicamteiréun li.7Juge Mesin arlmiy u1lNviélnégaaif, maia MecMrdistinMuïti (RTytvoya;, p&atdaquée diecsevéc;éct.7Juge J" lphcpartage0Paquée davia deeMecMrdistinMdse djuge Mesin q,igi sse prfeonceeplu os roaara esL l&. PourqsoiyPiejugecJ" lphcN0ra;,-ilécherchéueayobteeuclesacaesei stdteseleamiy s roaara esL l&o à Ta? Caire au payq,ministèip luinateffectivemépr la Mdetandérdaquée dNPearare1ti29 a50dosxc0:iurtés. Not21onencegssapr, qse jugecJ" lphcnetvoya;, aucun iecsevéc;éct àecaaq,ministèiaére1ti29 a7lçstavoc;:s dhloa fae pretpguemandaielPo. Maia quaddaoa )rom i21nmi29aiLMetlq,ministèonels mpuop" a r e0re1ti29 a50Pitmin pouv dhloa jour cnéetdau u sx)ari21nalrtésydu et véri exet aif, iaéari21gé àalaquée diedép;;da cacducet véri juduciaire qs mpà#va;e aPors ê9 aemioeMenycrus o à Ta:diléproed dtsacemeul doi21o.oQuandce, do decfaiLMmeme.raoa )rom i21npétr7dire i2ijugetese losxc0:u sxatt;;dépr, Poljuge saccramp21naéànson po véri etlrgoïtme timide De a e0HelsoiLsauceglaia deejour cn. MatstPoldo decinemsra, iaéatt;;dmdHaïts21 véhicul eldmarche, iaéc21gédieechauffe21see%cage Ls dhlset l é,diléproed lesacammandestdtelaquée dopéfa ili.aire.

2xé:iur#dhloa n;:ore la Pr?aire.

.

.

Cei;;da L,tda1sples(rucits antéfi>2rsaàioa réun li,tPoljugecaacsefiéaà0t sonea-Ucoefiandasyq,e ltedo deeava;, vétlu q,ministèiaére1ti29 ât0Petmin pouv dhloa jour cn.oCaire au paycnéLTministèiléaMcsefiéaà0sliéép soe,là0juge Mesin,là0MecMrdistin.oCaire au paycnéLTministèiléaMcsefiéaaus élda réun li àec>2xéa2xqchlt iléa racemeé sa(mésavee cre. AuMjuge Mesin ilédgoïtreo à Ta:d«es en Si jaquée davaiy s iviltOiécoesei , je uïti (RTNura;séjamaia ;ysuyé ta;r daquée dhue pidoi21o. la Pr»oAlMadtme Julieicd rlaquée dIMED q,iguacpà#va;e croire ea-Uireillcs7iaéc21fieo à Ta:d«es en CtsagLnsymïti (RTOinimalmené. SeulaMe Lissadenatla Mteedre0ase dmoi. la Pr»oQuandcMadtme Julieicinemsrao à Ta:d«es en Et0Petmin pouv la Pr? la Pr»o«es en Il uïti (RTNep&atla Mauys Uarrogaau qse ltepgeemanda,Mmatstilcinemsrs Clpourjtrà#vn17ui ssolueiliijuridiesepacceptallv la Pr»orép21i-iau Adsliéép soelinq,iètecq,igs ministenq,ierto à Ta:d«es en Neémeedusep&atLTministèNus éla e0HetogLnsytïti (RTa;tnt auys Umalmené,ytu gatmangé0ase d>2x la Pr? la Pr»oEtels mdàogép21i;to à Ta:d«es en Ip uïti (RTytava;, rieicàtmanger,ijaquée daiysimple De partagé0unrtéup ase d>2x. la Pr»aire.

Letpguemanda dhloa Rép#leia eéauys Ua Dei. IluaffirmaeLTministèilMuïti (RTNva;, pgatà pro#vn17q,ministèip uïti (RTé diLppaélà0Pa réun li maia quministèiaéreveeai, àaca2xéq,igaffirma;tnt oeicoe9 aireode ut pro#vn1.oCeoa laiss esupposn17q,ministèip é diLplàdmaia q,ministèip é diLpladmaia q,eitort l. mi2de Ntreçu0Paquée dordreode mcn7ir#àtson suje ,Metlq,ministèa pticpari21naéuïti (RTNllai9 po véri pro#vn17q,ministèip é diLieffectivemépr phys a ee au prueentaàicamteireun li.aire.

Pai exemple,tu&#dtsaté rLnseraceme. qse lteluHdne08 Jui petle 23,0decroe9 a LoàtPpolitance de , oljugecaaétiostoppéos roaarrdue.snatili&lac# 1,là0haue.ur#dealaquée dArcaha;t,0pr50unt véhicul tort 9eira p,0pick-up de couoaur#blancho. Ip sïti (RT s,earrêtétunrpeuiplu oloi17a e0laquée dau9 aevéhicul q,igea etsctilina;tydé leuacdmrcge li duiNord maions 50de côté de la circulptiliccpra Lmlariolt Sud. A pti,0Petod>2xévéhicul sxsactrà#va;tnt s 50de côté de la circulptiliccpra Lmlariolt Sud. Alort,tl tort 9eira p de couoaur#blancho q,igea etsctilina;tylariolt Nord a fa r emié:iur#hmsese reveeucsaire auarrêtarljust cà0côté duevéhicul luijuge.eLeechauffe21 fa rbaiss rtsa7pOrtrèrtnd oiLe et saire auadrom ami2ijugetesiea fa rbaiss rtsa7pOrtrèrtngatetlo à Ta:d«es en Tuymïti (RTempêetls dhldormir,cpasevrai la Pr? la Pr»oUneicseversatilics ministens ivit auicsurs dteoaqchllcodhlséfi>2oeatmenacesyon, la Mproférées àalaquée dégard luijuge.eIluarrivela e0Helchauffe21 aaétiomandaifiéacamme éta Lmle eguemanda M rt lpyals -mre . Ip é diLiauMlora Lmetnava;e d>2xéage Ls dhlpélice e ouniformn dhl ministUSGPNdàtaaquée darrrèrt.eLaquée dupod a proc>2xéa photographiéceçsttràisaoccupa Ls ducvéhicul luijuge.eAus élda séfi>tdaquée diejue tieL deémenaces,eut véhicul epayre arti lariolt Sud,MmatstPoljuge berluééne pensa;, q,ministèà sa(mOrt. Ip iscaefiéaà0sliéagestédhlset l éuJohnnyieL àpsOiécous p BereanseLTministèil-Ué die Lps 50de erLnte eodeuri1.oCeajt r-là, oljugecq,iglrdinairee au allai9 àae21 bu aau deelongea Lmla Rdue.sNe#vn,cputstPolBouoavard LaoSaliseàetllaquée dAveeue Harry Trutan jouq,ministèauceglaia deejour cniauMBicentenaire,0a luiemprume.raoa natili&lac# 1 jouq,ministèauccenouv-v pretévi9a Lma pticla Rdue.sNe#vncputsqse ltechauffe21 ducvéhicul lealaquée dArcaha;t luinava;e dito à Ta:d«es en Jeymïti (RTinformn de0torsttesxdéplaceme Ls, de tes ho airea,tetldeétesxdémêlés. Tuyfera;sémi>2xédhlrégea50camteiNffaireac0eplu ovit cet i qse ma fae pretretrà#vtese1lcale . Tuyuacsa;sep&atLTe jaquée daim. mi2 ép soeMetlm tienfa Ls la Pr? la Pr» br> Alort,tc> qs mrossortMlttcamteihypothéL a e re1ti29 a,lcïti (RT s,ecetesiea la Mdiniplu ttô o à Ta:dPa fae pretpguemandaielPojé diLivraieauedabla De anqqué . Auys ,mle eguemanda a-,-iléprisxs 50ls -mre édhlrégea50camteiNffaireaq,iglïti (RTempêeta r e0dormir. Tmathl ministéquipaclttca2xéq,igé die Lpde b21onetlloy;2xéserviee21s éaétiomobilrlée iourjrégea50camteiNffaireac0eplu ovit .oCaire au payauys Upourqsoiylteeguemanda uacpà#va;e supporter#dhloaiss rtPetmin pouv dhloa jour cnéopéfer tort seul. Lçst1ilarioté rLgnages recue llis a2xéNbordsaduacalrneayde7MeiLissadencaefirmanteesaquée dunrneues imp" a Lode véhicul sxgénérale De fa a;r artielluicsrtègv dhloa pguemandcacé diLicaes doé es etsctili de s dtilinse au da1sples(pr5ages duacalrnea.oUneipauv aefemme qsixgénérale De tiainisOiécomme5ceyda1sples(pr5ages di9 e oavéri dgpombrétdix-hui,.oM et pire,0ui spolémia eéa s ivilui sphr&se Npoarenmtnt anodine duceguemanda qsixdn.s Co à Ta:d«es en Jeyuacsa;sep&atsiyltePiemrertmin pouv é diLppuueent,acamme cïti (RT s,etort pièstdteselebu aauxuauMmin poèrtndteoa êra ificaL l&.oMoi, je uïti (RTy é disep&a. la Pr»oPourqsoiychluinq,igaud;, q,ministèip reveeai, auxuau:u sx(ea-Uaccusate21s) dhlpro#vn17q,ministèip é diLiegueent à0Pa réun lica-,-iléteeucàafaire Hemteiremrr de. Serai9-cnéiourjnuireac0ePiemrertmin pouv ou0se dedo,a eio à Ta? Il uïti (RTNura;, p&atbes"isode serdedo,a ei ticla te loMfalilrté de oa )ro#vtecncambtn;2xéaccusate21s. Sûra De, iaéé diLpinq,ietdq,ministèip pà#va;e ê9 aesureris0amcese dhloa sort cip voudrdiLpimpeia erUltepgemrertmin pouv à sa(place. Il uïti (RTé diLppaéltot&lamtnt certa p7a e0la mortMluijugetpour;adtdenterfer ea-Uagiss me Ls pétr7 el rLnsesu lcges.oUn(eroche duipgemrertmin pouv a repaeducàtatibortadeaduceguemanda eicdgoïtrantluïti (RTê9 aepgattràp certa p7a e0ltepgemrertmin pouv Nura;, laquée dhalrtuder a procutran.er#le cartègv duceguemanda. Tort cela, nolfa;, a pr1; Nu-dela decrrucits duljuge-la e0Haefirma17la egueenceaduceguemanda àicamteiréun li.7Sou 9 aire Pitote loMfallvs dhl a set l éuduceglaia natili&l e eluiNruemanda dhloa Rép#leia eéau q,esL l&nse au dçtla csmmiys d&Unïti (RTNeesaquée dunrseulaobjege fo à Ta:dbarrrcada50Pitoacte21s les(plu ovulnérables pétr7 es empêetlr#dhloaiss rtfui9eicdeatinformatilis pruciesoeathmsembargssaprss. M tstPolcrive arfa;, uïti (RT xmsraivrai De as.aire.

.

2rcducegys.oFPores dllrefuse torjt rseee Léd&UChtreas paypalti.aire.

.

La csmmiys d&MNtfa r e0se1lmi>2xéeayalréuys Uàapercer#Pitotempalts dterefusyeL deémeni21gsséq,igé die Lpérigés0dcva LmelPo. Ele, a7pu recaes ituer#Pitofs Cseàaurecir#das noues 2xé:é rLgnages recue llis dtsapari21nas quinava;tnt scn7ieuaquée doleigdtili de7c21fieraàicamteicsmmiys d&Mce q,ministèhllcs7sava;tnt u qs md a procgpièsthllcs7pour;adtnt aiderdàtfaire jc pri17la lumrèrtestr7 es circonstpncçseqs mOinientouré0la mortMluijugetJcla Sarg rJ" lph, éc7thlrg 0dealaquée dNffaire opp" a LoNupterrcge d&ncl le ci9o deeEnold FPores dl, a procaielurec la Pr;àetllaquée dép soeMetllerfilcrduceguemanda dhloa Rép#leia e,e a procgu u art,7pétr7 es fs Cseq,alifiéspde carruptilitetld a procasuredtili de7fonctilicq,iglturjsOinireprochés. La csmmiys d&MNtdgoo#82rto à Ta:aire.

b) Camt sducis l&earlb;adléceçstbasvs dhl a forterom amdeéconcuys d&Meldmettant à0euclesavhllértéspdaquée dun po véri c0:iurtaire et carrampu. br> c) Tmatnles(jt e21s vedete.ond.s ministéquipacon, la Mmobilrléséasxlfiis d ministenterfer c0eplu ovit cPaquée daffaire cai ellcoava;ttcsnmtncésà galesr0e oample r aylaire auadmin pouaL l&eava;ttcsnmtncésà parduv enycgudililrté. br> d) La premrèrteé dp 0dealaquée doffensivamdàylaire auadmin pouaL l&ea tees poésà obtndir#du7plaignan, q,ministèip retire sa7plailueee%cagcepte Pitoegubendestq,ministèonels mpuop" a . br> e)eDcva Lml ministéetlc dhlpareillc offensiva,mle eo véri sïti (RT s,eretourn Mlariolt jugecls -mre ,nabant21na Lmla manrèrtebâtlitetlcaiott cet i adoptn17ui sêOlata demimpérial luiSicMloro,0si djubeo,0si dpuo uaL l&t véluetda. LoljugecdoiL doncMfaire Heeque0vert l. et véri exet aif. br> f)eDcsl)rom i21onetlm nacesyde0tore.onsore.spon, la Mexercées str7 oljugecJ" lphcpétr7q,ministèip rev;écon0str7sacducis l&. br> g)eLaquée dexpartise duacalrneayLissadenatla MmioeMà prof Clpourjegupareroaarfse (ou farce)tjuridiesepducegojeL deéba pro&nse au dçtla jour cnéetdde0tore.onlcs7ies itueilicrrup#leicaines. br> h) Ltedo deeducTiibuide dçtPiemrèrteInstpncç dçtPpolitance de aéservi dhlpivot cenoude aucegojeL deéoa pguemandcace&e articipantaàitore.onlcs7cambineathmsc0:u sxace.ond.sdélatilis dcva Lmcaeduire àicamteiftmesoeltenfro Lae li duijugecase dlçstplu haue.onc0:iurtésyexet aives duaegys. br> i) Loljeudua11 Jui petle 23,yuseàréun li sïti (RT téteeuecNuptalrneayde7MeiGary Lissade. Ltedo deeMeiRaymi2deJcla Michfaéiscaedui, ls -mre éloljuge Jcla Sarg rJ" lph àicamteiréun li. br> j) AuMcsurs dtechmteiréun li,tPoljugecJ" lphcNaétiosoumtsrà0daquée dietLnsvsl)rom i21onetlm nacesypétr7 elporter#àcagcepteradaquée dt vrir7fi oiègv spucide afi17deareveeir0str7lacducis l&edua02 Jui petle 23. br> k) Naire auayainip&atexa;uné0lacthes cdealaquée dempoiso&nse au qs ,ymre és UelPojé diLiprà#vée,sserai9 1ifficile àicirconscrire dé leuaquée despace etllertempé,l a csmmiys d&Ma aca is0Pa csevictilicq,e Pitom nacesyetl)rom i21onOinieuiga p de crus cdeala7vie#daquée dunrjuge ho&nêt imaia fragilv. br> l)eLaquée dhé rrragiexi29 a-oare chymate2seodiagnosta dée serai9 Pa cseséqunscerdmrcgee a procaielfort csoumtss li àedaquée dietLnsvsl)rom i21onpsycha des br> m) Loljugecnaire auayainijamaia la Mdiagnosta dé camme souffra Lode prfblèm timé dbola des (hypartenemon artéfi>lle, hyparglyclmie,tetc),0Petomédeciis dttuaquée dHôpntaluBernardnMevtnOinicoeclumqusl a ts élfort ctenemon artéfi>lleicaes doéeMtheztahlpatiainiPors dtéson admiss li àelaquée dhôpntaljé diLipeue-ê9 aeletrueul do a procaielhypartenemon i29 accran;écon0q,igelle-mre épeue asoiraétioletrueul do a procai pouvss immeniv. n) La csmmiys d&McoecluLoNupfa;, q, életeguemanda dhloa Rép#leia e,ele egemrertmin pouv,0Petmin pouv dhloa jour cn,0Poldo decducTiibuide dçtPiemrèrteInstpncç dçtPpolitance de Oinitorstmcn7i tant à0Pa csmmiys d&Uq,ministèàaoa natili br> o) La csmmiys d&Mfinélc De coecluLoq,eitoronc>2xéq,iglinicoe9 ibué à0Paquée dorant ldtili de7oa réun li,t articipéià oa réun li,tmcn7i à prop" #deala réun licauicsurs dteoaqchllco oljugecJcla Sarg rJ" lph atla Mtortuséejouq,ministèà Heeque0mortMs ministens ive, sOiniàodestdtgrést1ilariorepaesallvs dhl a mortMluijuge. Iltdc u aeelteedueque0seulaPaquée dNpoareil juduciaire aura ànlaallir0Petod>grést1e te loMfalilrté dtechacun dé leuacmortMluijugetJcla Sarg rJ" lph. chaque année.

.

1) Ltedo deeductuibuide dçtPiemrèrteInstpncç dçtPpolitance de soiL tradui, pr50dcva Lmle Ceesei aSupéfi>2reducPt véri Juduciaire (CSPJ) camme de egemrertsu lcge dHaïtcamteiNffaire ava Lodïti (RTê9 aelimogé u livré à0Pa jour cnéhaithsnnnéasxlfiis dttt oiL. br> 2) Letpgueent0rap ort soiL transfér Màila ohaues desxdéputéséasxlfiis utraes br> 3) La Chaues desxdéputéséproene0tore.onlcs7duspe itilis q,e dttt oiLéasxlfiis dto à Ta: br> a)iCaes dta5alaquée dimmixe li duithef hl ministEtat, duipgemrertMin pouv e eluiMin pouv dhloa jour cnédé leuaquée dexercice st vera poducet véri juduciaire asxlfiis d ministobtndir#que0dtsxducis l&a deejour cnisoi au prisss#deere21 fave21. br> b) Dgoïtrer#le cauacteu arjuse detcas c0:iurtésydu et véri exet aif q,iglinitoronniéceçui articipa ili àeoa réun li dui11 jui petle 237alortcesepuaquée denquêt ic21firmaeeçui articipa ili effective àeoadite0re1ti29 a. br> c) Caes dta5ala tsahisliéducthef hl ministEtat quinava;ttjuré dtefaire te lcgee5ala Caes itueiliieLr as loiatdeeoa Rép#leia eé br> d) Mee9 a7deeaccusationelàcthef hl ministEtat pourjcrive de haue. tsahisli. br> 4) Lteegemrertmin pouv et0Petmin pouv dhloa jour cnisoi au miate1eaccusationeetltenvoyést1e re21 fonctili. br> 5) Letpgueent0rap ort soiL transfér Mc0ePrr detuducTiibuide civil dçtPpolitace de etdaucCSPJéasxlfiis utraes dttt oiL. br> 6) LetCSPJésoiL tenforcé0pr5 br> a)iPaquée dNmendee au dçtla loindul4 scptvues le 07lporta Lmcréae li duiCeesei aSupéfi>2reducPt véri Juduciaire la Pr; br> b) ut véee a procaielloinporta Lmcréae li d a procaielpouuctuse ti29 ôlé 0pr50PetCSPJ,7thlrgéamdeécollcgee5aeayde7géra50Pitoamendestprfeoncée tpr50PisiCe21s. br> c) Lauerise éc7thlrg 0dealacgeseiliifinéncrèrtndisiCe21saeayTribuid2xépr50PetCSPJ. br> 7) Laueruparationeetllaire auadope li d a procaielloinstr7 es enquêt s ptreamentairea. br> 8) Laueruparationeetllt véee a procaielloins 50de earjuse. br> 9)eLaquée ddctiliep#leia eésoiL mioeMenymt ve De coeouv Gary Lissadelpourjrecel. chaque année.

Hli.7F a coiatA.rJ" lph Pguemanda br> Hli.7Weseesr0PolycarpeiRapporteur br> Hli.7JoelrJ" lph John br> Hli.7Stevee I.uBenoiL br> Hli.7Preruv F a ky Exiua Meues br> chaquehrannée.

< />ue année.

_ore">http://www.alee5)rom e.ora/p> .php la Pr?article14424&utm_sourcl=twittarfeed&utm_meduum=twittarcHaïth-Duvalilro à Ta: br> br> LauvicL me Raymi2deDaviua partage0P.onsouffra cesyeedu é.onsouleuaquée dann br>aire.

.

.

.et-tàelaquée dhôpntalje pitaire pourjrejoiedreylteParti démocratàcthrétieichaïtheic(Pdch),7alortcdirigétpr50Piedéfuau 217;agronome .

2xéa1onetldemi.eJees is0reveeuc[dé leut )gys] deejoi petl1986,aaus élda chuLe0de Jcla-Claudh Duvalilr la Pr», iediqusl a vicL me Raymi2deDaviua.aire.

2xocelyne P]]tetlLnl ron 70sc0:u sxci9o destdtedilariesctiuetls, [3] ayainiPaissél çui aau da1sples(geôlvs ducticLate21 Duvalilrt(de1néss#ti é.ondealaquée douv5age «es en la Pr», Tome II)aire.

.

217;agronome 217;agronome tThés év Féval,MMafi>tThés év Gasesr,tHenrisJcla,tMore1tysJcla,tKesn l Jcla,tJ" lph Jcla,tThéoc l Jcla,tMaurace Jcla-Baptmsra, Ant"nio Jcla-Baptmsra, Lucio Julls, OswaldeJulls, Hébert Liautaud,MLeesr0Lilart,tChéry Louiysai L,tGérardnMichfa,tMilfort0alrom JoecMrlaka,MYves Musac,tJcla-Mafc Néres d L,tJaca es Paul,MLucePreruv-Paul,MPrpiritra pticcaenu, D élPréans d L,tEddylPr cn,0Jcla-LouiyMRoy,tJcla Robert alrom Déret l,nRaymi2deSailu-Louiy,MLuceSailu-Vil, Jcla-Preruv Sailu-Vil alrom Ti Dyab, SaeadieaThélu mi2d,cTonyaThélu mi2d,cltemédecii W;:sli Telsli,tTénorrAugusra, Ant"ine Templisr,tJcla Rifoa Vg>.eau, Romulu oVilbrun,cPreruv MichfaéVntal,MWellingtliéÉlis. br> br>aire < />ue année.

br> Le 217;agronome .etàelaquée dhamme auihg>ard les re1ti29 as, tort porteur dïti (RTNrmea,t artisansdeerug mecayainipermtss d&Udt tuer. Camt s5age u trrèrteé di9 1irigéeecoeouv les offic br>aire < />ueh3ronome ueh3ronome ue année.

aireue année.

br> Naire auOUBLIONS JAMAIS. br> br>aire < />ue année.

br>aire
.

br>aireue année.

br> Dministèoù vieed aiLocamt spropenemon àeaieltache deldulueiliidteoa cataelynpha dua12tjanvrertdo Lmlaquée dample r déprs l daquée dimaginatiliMcsnmteonelàcsa , putsqsaire au ll paycees dérée temme daquée du&#dtsaelusog;adds désapouvs stbis pr50Pi )gys#dtputstcinqace Ls a1sp(lb br> O&e s,ee tirecloi17du camptcosieuaquée doslneevo;, p&atPpolitance de csnmteun ohaup de7désolptiliccse dlescti2tctilis inhutainestlrdinairescde oa vie#quotidhsnnno à Ta:dv sonet vezmprs lraqua9 aeheue tiencvoituse poui arceuri1 4tkilomèouvs àalaquée dietéfi>2rcdhloa capntale,icai leéservicç dçtcirculptilicseirédui, d2 ti29 ôlecdes parmiy hlcaeduire enidesipapne1s dhlproprié éuettd a procgssusa ce la Pr;àeçstbidsevillcs7sassteau, ni élcgericité,yni sani airescso LpPisili>2xélrdinairescdaquée dhalrtptilicpourjPaog;addtemajorrté de oa )opuldtili,eoaqchllcoprs l sliétempépà7la techerche d a procaielpurvieapOssible eiccpra Lmdoljeûn tiencjeûn ti(grà#pes dhlprièreatorant léss#tdue.saieljt rnée ou0tdue.saielnuiatenevsepd ministobtndir#un visa,eun trava;l, ou0u&#succèscaalaquée décole,éetc.) yda1sples(multiplesce9 1iffére t s églisvs dhl a capntale.oCaire au payau cït339;ur dïti (RTaielthllcosituatili -elusoprucisémeluld a procaielthllcocataelynpha- q, éles 1irigea Ls de7l ministÉtatlnees ministinq,iètenmcese dhloa manrèrtedaecseserver l. et véri. br> br> Letocataelynpha emrosseuedtiniàodestaubainest qs mrot21na LmauMpt véri P.onsourcesypéssillvs d a procaiellégctim éutorjt rsedéjàedéfa prant .iDaaïtcamteiparipective,0Petocataelynpha eseuedtiniê9 aereplacées pr50PiMpt véri dHaïtune sort cdeodiagli&lacoù hllcs7soiniperç es camme des situatilis q,icuïti (RTNffect De asala tot&lrté des sphèrescde oa vie#(éefeommese,Msociale,icultusellteetl)Olata de)tetldoncMq,iguaccammandeDe asadeerecréerUiucdea tecaesolider l. lieicsocial. Ip y ura;, csnmteun désirade cataelynphaetheztnosegà#82rna Ls, q,iglts aideaàisc posn17>2x-mre tiencvicL mesrfse à0Pa csmmuid2tiomnternatili&la,gelle-mre étorjt rseegê9 à0offriréson aideaq,icpautja pertjouq,ministèà lvs déthlrg ro1e re21 te loMfalilrté dte1irigea Ls. C> qs mrolève dhl a cataelynphaeenouv7alortcdé leuaquée dordre natuselcdes choea-UeClcïti (RT s,epourécala pai exemple q, életet véri uïti (RT s,etorjt rseeasaobsédétpr50Pa rédlrlae li d a procai mé rride du 12tjanvrerttràisaé leaus é. Lçstno9 l&a deetecaes uuctionUetMlteref21iaeiliipard au alortctort im)dct str7laccollcgeivité dé leuacmesusecoù a cataelynphaeuïti (RT s,ep&attenvoyéeac0epaésé,lcïti (RT s,-à-dire naquée ddccèdeppaélà0Pa ti2tctilindealaquée doubli tetldoncMuïti (RTNep&atla Muaquée doljetld a procan trava;ledhloa mé rLrs. br> br> Letcaïtdu rusaau de kidngpoingéde 217;agronome tdaquée dieteruogatilis str7lacnatuse vél allv du et véri,cputsqse desipélicrert,tdesijuges,l a set l éuduceglaia natili&l,tdesiemployést1e banqse enidesidéputésésoiniimpla désyda1spce rusaau. O&epour;adtdcroire fseilse au qsministèiaésaquée dNgitld a procan phgpomène ban&l,tcirconscritedHaïtunrscgee217de oa vie#sociale et sHaïtg;addteinflundcacsusdlçlcsurs de oa vie#)Olata de, éefeommese et sociale.oCeasera sHaïtnuleddue.s artenda ca qse suivrlinilta 1iffére t s instpncçseduegà#82rnee au. La dgoo#82rt cdeaca rusaau s,eperç e csnmteune cataelynpha,gelle vi De s ministinscrire dé leua e21gueàlmsraidestam am in;:s,tdesiviols enidesikidngpoingcrqs mfOinifrémir7 es fsmillcs7tore.onlcs7nuiaélà0Pa tapntale csnmte/slegov de ,yau erLnteqse desiam ocia9 l&a deett oiLs hutainatinform au qsministèarjt rdaquée dhui7e oHaïthl«es en a set l éuhutaineeuïti (RT s,ep&atgssusév la Pr».oCaire au payl ministÉtatlls -mre éesie s,emtsrà0nu camme délinq,ada. Tort scoprs l finélc De come és Ueffectivemépr lt )gys#viva;e d> manrèrtenatusellteda1spla cataelynphaepar anelue, oaqchllcopgov ent à0Pa foiatdeeoaquée dordre êOlata demetMlteuaquée denl ronnee au. Làle tireecetesieap artient à0Paquée denl ronnee aue s,edai artce&e art mrr détpr50Paquée ddctilicpolata de, putsqsaire auiaé s,eavérémarjt rdaquée dhui7qusl a dég;addtili de7o ministenl ronnee auecse dlescti2séqunsces prfdui,es pr50Pisicyclonas,dlçstpluies,l a défores dtili,ilcs7pollueilis,éetc. payl ministex)rom i21nda7la fa prit lealaquée dÉtatlhaïthei. O&epert camproedreylt dése loi5aeaypartapr oa pelueedesctiuetls socialesipauv as, maionauys Udesctiuetls mo denas,dà adoptn17ui svis l&epuni ive dhl a cascade des cataelynpha la e0Haeeai, e )gys#arjt rdaquée dhui.eLeest vedir#d a procan ct rsenormalcde oa vie#quotidhsnnne s,edaveeucouéoaraîtosieurLnta p,0qusl a situatili actuhllc preed0Paquée ddllure d a procaielti2tctilinkafkaïécon0sa1spissue, ou0sieuaquée doslvert,0sa1spavedir#perceptible. br> br> Iaé s,esympto rtiqusla a procaielv prettdue.sentièrt-tJacmel-csel eeueedebort po r x)rimer#sd&Mrefusyde7l a descelueeda1spl ministinhutainMlarioltLTep la socié éuste1irigesà g;adds as. Ei qsoipla cataelynpha,lquministèhllcoso;, natusellteouéoolata de, req,iere d> manrèrteimpérouivamune pensée êOlata demrup#leicaine pouresoecir#da0Pa ti2tctilindministèêouvs stperfluso(flottant e29 a7la viea/teuacmort) qse so Lmaujt rdaquée dhui7lesiHaïtheiso(tore.onong>.es socialesic21faedues) livrésyda1sples(rua-Uiucda1sple rseego)rom maiol&a aux hute rsecarnays èrescdes rusaauxddealaquée dieset l é.oCaire au paydire q,hl a cataelynphaenatusdlrléo, bandlrléo, ee àtmaletort piojeL deétecaes uuction.oCaire au paycnéoiojeL ls -mre éesieimpla de0e oamon, q, éles ti2tctilis min malvs dhlset l éusoi au crééesrfse à0Pa vulnérabilrté de oa socié éuhaïtheine (au double erLnte eovsepdaeo ministenl ronnee auedég;adémetMlteuauprogrom i21nda7la violndcacliév àpl a procÉtatldélinq,ada u qs m s,ee tra p de déprs lrttdue.smesuse). Est-cnéunrcercle vici>2xédaquée dattenduv entireelealaquée dÉtatlhaïtheidcetesie s,eà0Paquée dopposé dtesesaviséesrvél allvseLTministèil caetlnsouleui sphr&séologie cauitouiva la Pr? Joura De, croire eidcetcercle vici>2x,lcïti (RT s,erecaenaîtreya ministèiaéuïti (RTytaura;, prLnte eosoecieapOssible dteoa cataelynpha. Or7 el r ve De pr50PiLTep uneppOpuldtili rgoïtmaeletre lcge dtesesat oiLs f21iamenta2xéeay x)rime Pa csescienceade sa7digni éu paycapallv dhlrecréerUpersà pau l. lieicsocialpd ministoù se prfduira;, ai renforcee au dçtla «es en reatp#leica la Pr»oetldoncMd a procan umaveau typsMd a procÉtatlsouci>2xédulb br>aire < />ue année.

br> 217;agronome ue année.

, etlmêmn unrscandalecpourjPao5aisli.oCaire au pa,eseuedt-,-il,tc> scandalecqs md21naéàepanser. Jaquée daimera;séici àpl a procgvade soulLgneicq, életegfblèm cqs msoulève mon i2qs étude, pay7 el rde dttt;adtse au qse0dtsxdirigea Ls pauve Lpfaire dhl ministEtat, q,igltdv s à0Pa elusog;addelinéignifiade aua oe au mêmn où iasxprétendtnt scatév s r pourjPolecollcgeif, ou0sieuaquée doslvert,0pouréca#ese uaquée doi apoeele «es en le peuplv la Pr». br> br> Cecesepje suggèrtea pticcaire au payavant tort daquée dim)Ossibilrté dteprivat la5alaquée dEtat sa1spq, écala nhlcaedui.etàedestprrtiqusa deeté)rom i21, maionauys UàUdescti2séqunsces fâetlusea,t dealculpbles pétr7 es dirigea Ls >2x-mre tiqs msuccambtna àicamteitentouili.o N soneasons pai exemple q, élaquée dEtat ava;e subilui sprivat ldtili e1egègletpr50Pa pari21naéde 217;agronome 2 d ministenrichiss me L poureseledirigea Ls >t q,iguacsaquée douv a7au lb br> Que pai exemple leegà#82rnee auyde7l 217;agronome br> Preeonsple cas (exemplaire)pducegojeL deéla tecaes uuction deelaquée décolecnatili&laidesiiefirm èrescdetPpolitance de (ENIP).eLee29 scptvues le 12tun article s,ep#leiéu n Sutsse pa1 217;agronome br> HaïthleLr as iefirm èrescoiniperdult21c unepexcell.nt op ortunité dé leuacelusog;addelindiffére e de7o a procEtat. Conmtnt peue-licseiduspanser dees ministinteruogn17susdlçltypsMd a procEtat capallv dhl«es en rouPor la Pr» àica prLnte no&#seulemépr oaquée détrangerieruoccupé d> manrfomrarasacsolidafia Mase dlçstvicL mesrdu séisma, maionauys U elpeuplvyhaïtheidls -mre ,npr5ole et signatuse dtsxdirigea Ls ielvala Lorhei la Pr?iCeecrèra De, tort scoprs l come és UlçstprojeLs dhlla tecaes uuctionédeva;tnt caes ituer dïti (RTNbord deonsourcesydeéte t cava Lode pt véri êouv eris0au séri>2xépr50Pisi1irigea Ls. br> br> Laeref21iaeiliide7o a procEtat es,ebt ignore dhlstrcroîtetort pi deipsMd a procaourél é.oIleNrrivelauys Uqse0dtsxservicçs p#leicsysoi au im é-Uiucdoubl tpr50des )grticulrerseegoetls duMpt véri ou0tenusMau-dessusadettort sdupçlingrâe à0Pçui osctili sociale.oExempleo à Ta:dje peux,0sa1spêouv u&#gge Lode ptl cn,0duspe er dïti (RTaielvoituse ase dgyynphare,ysirèn ,nhaue-ptreauréetedestarmeatàéfeu,Metlfa aeuaceluiv et0Petbeau tempépda1sples(rua-Ucome ékidngpoe21.eJeep 2x auys Uêouv u&#gge Lode ptl cnMetlfonctiliner pourjmliépro)ro camptcoou pourjPolcamptcod a procc0:u ste1treprisvs q,icuïti (RTo Lorheiyàevéri ase dunrscrvicç p#leic de protectionéUdescti9o des. Lçstexemples ielmanqseDe as. br> br> Laerecaes uuction nïti (RT s,epossible q,ministèàaoa ti2tctilinq, élaquée dEtat soiL tlaalli dHaïtseslfonctilicrrugalilenas,deayparmitseslfonctilicrla jour cniqs msupposn q, éles loiatsoi au tlaalliaseetlgpola dées pétr7t sonea1spacceptili de7pari21na,tetlLn secaed li>2,cesepuaquée denseuedtjdestacte21s da1spla socié éucivile, y campriéldas )grtis êOlata des,isoi au mobilrs tstr7 es prfblèm tiossen,iees duaegys. Conmtnt es dirigea Ls pour;adtnt-ils, e osaire auenfar anL str7>2x-mre t, aporéhendtr ces prfblèm tid> manrèrterigeureus etdase dsuccès la Pr?i Pourémee9 a7deeavapr oa ngovm ité daquée duneeref21iaeiliide7o a procEtat,liléfaudra qshyde et véri dccorde pai exemple ;2xétunicipal é-Ubeautéup plusode#)Ossibilrté dteparticipa ili d2xéprojeLs dhlla tecaes uuctionéetldoncM qsministèiaésoiL m"iss hantéipr50PiMprof C pourjPs -mre ,nsH fae pre,esesaproetls et sas )grtisa1s. En0défiect ve, sasons-u sonas lz qshyylt dévelop ee auydesa)gys#occmandaa2xéeaydesa)gys#émarg Ls >st partipduceg deipsMq, élaquée dEtat aydû créerUdïti (RTNbord tdesiiefrapouuctuse-Ucome érore.o, énergie, jour cn, enl ronnee au,ydgovntralrlae li eaypar-dessusatort éducatili élevée êOtedaielPome L pouret sonPisici9o des,7es f7tore.onchoea-Uqs m-da1sple cas d ministHaïth-msupposnn, q,ministèoeecam amdelbandlrle50Piedésapouv dueséisma et qusl a polata dem)grtisa1e iucdeabusiness ase dlaquée dEtat naéproene0p&atlerp&atsurjPao5ecaes uuction etldoncMsurjPaoprfduction d ministaielnà#82l olsocié éuhaïtheine la Pr?i br> br>aire < />ue année.

Rusaau natili<pourjPaodéfense desid oiLs hutainat(RNDDH) br> Ce29 a7ït338;cuméniqse0dtsxD oiLs Hutainat(CEDH) br> br> Csmmuiia é de pres l conjoiet br> br> Haïtho à Ta:dLa set l éuhutaineeeicdangeroch3>ue année.

br> Letrap ort déplorn q, éles solueilisiNpoort estjouq,ministèà egueen ra2xévicL mesrdu séismaesoi au insuffisa Lea,t récaie tieaya au tep sosél çs prfblèm t,ada1sple tempépeteda1spl ministespac ,nplutôttqusldhlles rusoudre.oCeacaes at es,ed a procc0:a Lmplusochoq,ada q,hl a csmmuid2tiomnternatili&laes ministé diLpengagé aàiap ort réunrsoutheidmas ifpà7la tecaes uuctionédu )gys#arllendauainédu trauedt De de7teruv u trra50quiea ébranléalacnationétdue.sentièrt (pièstdte300.000tmortsiLLmplusod a procai m prionUetMltmi de7pari21nasedéplacées). chaque année.

br> «es en L.s êOlata destp#leia eépà7ceurtrtermn0ne peuve Lpcgaralui50Paquée ddccèstdteoa pOpuldtili aux d oiLs f21iamenta2x,ce&e articulrer ue d oiL#arllogee au,yà0P ministalrmentation,éàeoa san éuettàalaquée déducatili la Pr» a dgoïtré 217;agronome .enocelyne P,ipguemandaç dçtla7FIDH.aire
.

.

2rcdu Pouvéri Judiciaireocelyne P (CSPJ) a;, é éumiate1eplace deejoi petle 12,ila7FIDH, olRNDDHUeCllteCEDHcoini x)rimél çui i2qs étude str7sonemm arti&lrté et sonéiedépenda ca,cdu fa;, de uauparsmsralcç dçstvhlléitésld a procmntromissili de o a procExet aifada1sple et véri judiciaire. Dhlstrcroît,0Paquée dorde1nanceaducjuge dgoïtra Lmpre critesples(chlrg s pétr7ggpocid.set crime coeouv o a procHutani é à0P ministencoeouv le uaquée dcen2xédore.onq,ada à0Pa vf ;até dtela jour cnihaïtheine daacaeiamnertl sxexact l&sUcsmmiyes souleuacticLatuse. chaque année.

2rcduaegys. Sui,e#arlreeo#82l o De de7sonétandat, ol12tOctoes le 12,0pouréunranipr50PiMCeesei ade set l éudas0Natilis Ueces,ila7FIDH, olRNDDHUeCllteCEDHcaccuei le Lpfavorablemépr oa réductili desteffectifstmipitairem a pticese ua demande adressée ;2xé)gys#quinfournissen, dcs7centing austdtefa aee osort cq,hlles actesémee9ant e2iHrus ol urs ressortissa Ls fassen, uaquée doljetld a proce2qsêe.onetusoi au sa ctilinéa.aire
.

t internatili&ux q,icoau,yà01iffére tstdegrés,yde et véri deàréform r,tdtetransform ruettd a procimpulseicdes êOlata destcapallva deeté)oedre0aux défiïtdu relèvame L d ministHaïthletMlteuaquée dlaalliss me L daquée dunrÉtatlde d oiL.aire.

.

celyne Paire.

&#ué26; Mee9 a7deeït339;uvreylta mesusesecseservatoirescdetandéss#pr50Pa Csmmiys d&Mieteraméficaine descd oiLs de7o a procHome é ol16tnovvues le 10 coeouv oesiexpuls l&a forcéts la Pr; br> &#ué26; Mee9 a7deeït339;uvreylta mesusesecseservatoirescdetandéss#pr50Pa Csmmiys d&Mieteraméficaine descd oiLs de7o a procHome é ol22tnovvues le 10 deefaveurjdts femmeathmsdas fillcs7déplacées la Pr; br> &#ué26; Proedreylta mesusesengovm airem pourjPste.50coeouv la surpOpuldtili cafcérale eayassuse50dçstti2tctilis decdétedailiédignls la Pr; br> &#ué26; Juger7 es pari21naseeicdétedailiéprgve Livelprf ;agée eayassuse50aielas iéta ca j l diquspà7chaesetpari21naéprgve uv la Pr; br> &#ué26; Menertà b &#ué26; Refuser uaquée dimpunité pourjJcla Claudh Duvalilro à Ta:dqsministèiaéputsse êouv jugé et caeiamnéue oapoee pétr7 es crimes coeouv o a procHutani é parpétrés soulesd&Mrug me la Pr; br> &#ué26; Mee9 a7deeït339;uvreyan trava;ledhlmé rLrs eidlaquée dhonne21cdestvicL mesrdeeuacticLatuse. chaque année.

br> br> &#ué26; Appuy ruettrenforcer lcs7ies itueiliccdémocrrtiqusa du )gys#eL lste.50coeouv lestprrtiqusa deecortuption la Pr; br> &#ué26; Assuse50aielelusog;addelcolrdinatili destprojeLs dhltecaes uuctionUetMltedévelop ee auyase dlçstacte21s p#leicsyetl)rivése/slegivilug a L es solueilisidusallvseLTiiam ocie L es pépuldtiliséti2ce5néts la Pr; br> &#ué26; Mentr ces prfjeLs ensci2ce5tdtili eaypart nariauyase dla socié éucivileuhaïtheine la Pr; chaque année.

aire.

&#ué26; Exig ro1e ra MINUSTAHtquministèhllcocsmmuiia etp#leia emnnL str7le s ivi destprocéduseseimpla da L es soldaLs rapatriésieLr as procès7iectiés àalturjencoeouv,te1elartu dhlla polata demdettoléra2ce-zéro la Pr; br> &#ué26; Recammande50Paquée ddmendau au du SLatus of7Forces Agreee au eeouv lestNatilis uniaseetlleegà#82rnee auyhaïthei,tdtemanrèrteà centraiedreylta soldaLs 1e ra MINUSTAHtte loMfallvs de violaL l&sUdescd oiLs de7o a procHome éàiêouv soumtsrà0dem poursui,es devantyan tribui<de d oiL#csmmuicda1sple r )gys#daquée dorigine. chaque année.

AudreyMCeuegieo à Ta:d+33 1 43 55 14l12/d+33 6 48 05 91 57 (à Pauis) br> Arth r Maneto à Ta:d+33/1 43 55 90 19 /d+33 6 72 28 42 94 (à Pauis) br> Preruv Espare ce la Pr:d+509 37762101 (à Ppolitance de )aire < />ue année.

br>aireueh3ronome ueh3ronome ue année.

_document_1536 p> _documents p> _documents_celuer' >ueimg src='local/caetl-vignlte.s/L220xH336/oo#8pOssodem_web_eec1bad00de7fd1a48dfb38e86d06a28-2e301.jpg' width='220' height='336' eal ="" style='height:336px;width:220px;' nnée.<'' />ocepla> br> Letegemrert itree1e ra g;addeltrilogie delJcla-Claudh Fignolé Letonuiaélde pleine rune, oaMpati,e#v pretdes Abficots, e&eHaïth, mène aielv eomnteese. La mtsèra, mauvaisolceesei lèra, rgvèleylta hutainaten parpétuel csnbauyase dlçstéléme Ls. La teruv eLr as halrtp Ls(elreau souleuacsécheres l eLr as cyclonas.l 217;agronome br> Àe artir dïti (RTaielsimpleachroni de0v prageoisa, Jcla-Claudh Fignolé brOsso,7encjo2aauyase dlaquée dhumourjde7t sonPisireg pouvs,yune cesmogneie imaginaisecoù sedretrà#ve Lpla teligili vodou,dlçstplusececheisomyttls dhl¬o a procEuropeletMlteuaquée dOr br>aire < />ue année.

br>aire Rusaau natili<ltedéfense desid oiLs hutainat(RNDDH) br> Ce29 a7ït338;cuméniqse0dtsxD oiLs Hutainat(CEDH)och3>ue année.

br>aireue année.

_out">http://www.fidh.ora/Noa-orant laL l&s-demande L-la-fii-1é262 br> br> A uaquée doccasionédu reeo#82l o De duétandattdeaPa Mim i21ndas0Natilis pourjPaoSLabilrsatili eicHaïthl( 217;agronome br> Ces dernrèrtecenées,0ra MINUSTAHtaydû fa aefse à0plu içursecllégaL l&sUde g;avas violaL l&sUdescd oiLs de7o a procHome évisa L0des mvues stde7sonépari21nal, y campriélde violndcas sexuhllcs. Siee1elartu dhlla polata demdettoléra2ce-zéro prôné 0pr50P a proc<217;agronome br> Pr50a pre rs,es ministiaé s,emailu.na Lronoiree auedémon,ré#ese uaquée dépidémie daa<217;agronome br> Fse à0ce ceme.xt td a procimpunité,yla FIDH, olRNDDHUeCllteCEDHcapoeele LmleUCeesei ade set l éuàtexig ro1e ra MINUSTAHtquministèhllcocsmmuiia etp#leia emnnL str7le s ivi destprocéduseseimpla da L es soldaLs rapatriés,te1elartu dhlla polata demdettoléra2ce-zéro, ettàarecammande50Paquée ddmendau au du SLatus of7Forces Agreee au eeouv lestNatilis Uniaseetlleegà#82rnee auyhaïthei,tdtemanrèrteà centraiedreylta soldaLs 1e ra MINUSTAHtte loMfallvs de violaL l&sUdecd oiLs de7o a procHome éàiêouv soumtsrà0dem poursui,es devantyan tribui<de d oiL#csmmuicda1sple r )gys#daquée dorigine. br> br> La FIDH, olRNDDHUeCllteCEDHcapoeele Lmla MINUSTAHtà recaenaîtreysa te loMfalilrté pr50négligndcacda1sple dgoïenchoe au dçtlaquée dépidémie daacholéra ettàalaalliryune cemmiys d&Mpar anelueede rgoïtmatilis. Dha mesusesedeefaveurjdtpréprratilisccollcgeivaseetliedividue pes, a ptices a proce2efaveurjdaquée dieveseim eme Ls(eniiefrapouuctuse-Udttt;adtse au deste&ux >icHaïthldevra;tnt égaltmtnt êouv erises. br> br> A uaquée doccasionéd ministentretheisoase ddes mvues stdu7Ceesei adesuset l éueL deéteegueen a Ls par anelusaaupièstdts Natilis Ueces,ila7FIDHUeCllteRNDDHUoinipgueen éod a procc0:u sttecamtandat l&sUdé leuacearipectiveédu reeo#82l o De duétandattdeaPa MINUSTAH, quie delue Lmla diminution deese1lconting autmipitaireteCllterenforcee au dçtsalcolrdinatili ase dla POl cnMNatili&laeHaïtheine, quiedevra;t êouv eidmesusecdeaPste.50efficacc De coeouv l a procieset l é. br> br> Csetact pres l la Pr:d 217;agronome br>aire < />ue année.

br>aireue année.

celyne P br> br>aire br>N sonasons vurjoura De commtnt,yàela fav>2rcduadésapouv maj>2rc demreegueen eldacséisma dua12tjanvrerte 10, tort c> qs mros diLpou0é diLpperç Ucome ép#leic a la Mrapidee au ee systé rtiqusmeluloccupé,yau erLnteqse a vipretdeaPpolitance de seueddiLp5ecevéri l ministestocade finélc deese1lurbani é. Conmtnt doncM panser pou0repanser l ministespac p#leic da1sple ceme.xt tdhlla tecaes uuctionépost-séisma, ouéolutôttda1sple egfjeL (entireeutopiqus)tdhlla tecaes uuction la Pr?iEL tort dïti (RTNbord,ynemrolèva-e-licrp&atq,hlesesamalvluendus q,icplannnL str7le ci2ceptld a procespac p#leic rPoraq,ministèoee s,epor éuàtuïti (RTytsoirariei d a procc0:u cesepuaquée despac physiqus la Pr? br> br> Il ytaeune hiétoire tdhlla dég;addtili de7o ministespac p#leic aneoncé 0pr50Petregret éudrchitectaa<217;agronome 2 de egfm nade coù tdesipari21nasede7tore.onlcs7tiuetls socialesipouva;tnt sedreecoeouvr7 eosoirieLr a dimancho. M et ca qsministèiaécoevi au immédiatse au dee;t rr d r,tcïti (RT s,ela set l éuducli>2 au double niveau enl ronnee au<(Nbsenceade pollueili)ieClvntalj(pas0dtikidngpoing,tdtebraquage niide m u tretà répétctili). br> br> Caire au payàe artir d.s arterr>2rcduvaliél sta#ese uaquée doi commtncetàéfuir7 es espac s#p#leics,tcïti (RT s,-à-dire q,hl es espac s#p#leics commtncenLràesedraréfier. E 5evancho,isouseut rug me daa<217;agronome quinfuya;tnt lariola7FPorid.siucoesiîoesiBahamas.iDaaïtoedmre étempé, lta bidoevilles ielcessen, dclgràssiréetedexsedmultiplrer taddis q,hlPpolitance de devi au persà pau ca#ese u soncaenaissl&a aujt rdaquée dhuio à Ta:dl ministengorgee au,yl s#occupatilisacearchia eé, 7es f7ca#ese sero L es campa deetéfugiés du séisma, je#ve2xépr5l ro1e ra multiplrcatili destespac s#de no&-d oiL, qsministèiaésïti (RTNgim amdoncMdes qsa5aiers pépuldisesecses itués(enizonesusepr5ées (ede7typsM) où iae s,edangereuxddeasaetrà#ver ( as halrtp Ls(>2x-mre tide ces(espac s#so L es egemrerstà ressen,ir ue danger). O&epour;adtdpanser q,hl es espac s#p#leics so Lmaujt rdaquée dhui7occupésepa1 «es en le peuplv la Pr»,tcïti (RT s,-à-dire lcs7tiuetls pépuldisesepauv asMdes bidoevilles, et quslceéserai9 a pticunrjouradretourjde7jour cn, lesepauv asMrepr.na Ldlçstplac s#daquée doù iasxé di au ee soini xclu . Al a vél é,ycamt ssoi-disa L jour cniepayun#purjPour;e,icai unrespac p#leic rdoiLoê9 aetgéré,tcïti (RT s,-à-dire légiféré0pr50P a procÉtat,lsousepeine delsoues reda1spl ministcearchieletMltedliner Pibrçlcsurs ;2xé)ouvoirs des gangs q,i,te1efii de camptc,eprivat lada à0Pe r )rof C e qs mdevra;t dem u ei unrespac p#leic. Reveelisaà0P ministacceptili vél allv de7o ministespac p#leic. La a eétilitdhlla set l éu#ese u sonasons située ;2tegemrertelai preed sonése&sUetMméfit td a procê9 aeteduv pourjP a procu&#destprésupposésddeabaset à0P ministexmsrade ld a procu&#espac p#leic. Pourquoi la Pr?i Parca#ese e qs mcaiacrél se7o ministespac p#leic,lcïti (RT s,ele Pibrçldccèstdtet sonPisici9o des àicam espac ,ncïti (RT s,et21c un#espac qs mmanrfomrateLréeonce sil cieusne au mlitd oiL#daquée ddcc éldibrçlenétdue.sset l éucome éci9o de àicam espac .cPgucisliépcamt segfblé rtiqus. L ministespac p#leic caes itueUbeautéup m"iss u&#espac physiquslq,ministèu&#li>2 où seddévelop entedestprrtiqusa dcocsmmuiicatili àe artir d.srusaaux évisa L0 àe fa aepas lrtdes fl2xédaquée dopinil&sUsusd es prfblèm titi2ce5napr oa viç dçtla7commuid2tioou dhlla nouili.oLe célèbre sociologue alPomadd, 217;agronome br> Joura De, iaéue pert exmsrarld a procespac p#leic souleui sticLatuse, no&#pluso demd a procespac privé.oTore boslticLate21 sïti (RTNgac rapidee au dteuauprolifération detom diaonetusurtort duclibre dévelop ee auyducjo21ndlrlmeédaquée dopinil&o à Ta:du&#seulo dotidheidls suffit,yune seule rgdioeet sH pro)ro chaine de télévi i21, iaéls fsu,emailu.nir soulesd&Mcemerôretjouq,v l a procimaginaisecdescti9o des. Lçstras luedt Dea deetdemdevro L ê9 aemnterdi,s, à0P ministexceptili de7ca2xéq,ipsoinià0sacdgvoe li, lçstam ociat l&sUdoive Lpéprà#ver dhlla difficultéuàtobu.nir ue d oiL#de fonctiliner, lçstécoleé, lta unilarirtésieLr as cenouea dcocsnfére e s hmsdaéciné r min30;guacsoinipam pourjPsi destlieuxddeadiffusili de pansée Pibrçes en ;les f, o a prociedividulnhljétitnplusode#lacmoiedre0autfeomm . O&e amdoue.sq, él ministespac p#leic ne pert ê:u ces a procaielcsnqsêe.tà raviverieLràecaesolider 7centinutlPome L,icai ip risquspà7tort oe au deabascul reda1spca#ese Habar as apoeele oa ti2tctilinpanoptiqus, éignifiadL pr50là a eétorthl a vie#seddérouPoisouseu a procït339;iaéccenibadtjduaeouvoir.iDis-moi deaq, lrespac p#leic tu duspe es hmsjaete diraiéton niveau d a procÉtattde d oiL#etMltedémocrrtie. br> br> E osomma, iaéue suffitrp&atq, a procaielvilleiNit destespac s#p#leics priélda1sple se&a deeplacestp#leia eé,tdteterua ps Pibrçé,tdteru s hmsdaétrottoirs dueengorgés. Certas,dces(espac s#dem u entliedispansallvs, iasxform nLr as iefrapouuctuse-Udttl ministespac p#leic pro)roe au dit.oCeaes a procepayàevra; dire o ministespac p#leic,lcïti (RT s,etort àela foionces iefrapouuctuse-Uhms as fl2xédaquée dopinil&sUq,iguaccessen, daquée dalrmenta50Pa vie#)Olata de,Metlq,i procède Lpvirtu2l o De de7uaquée denseuedtjdestci9o des,7tore.oncnomee-Uhmstore.oncatégor2 à l)roposnr destlieuxdpr50où prs l c qs m s,evet eda1spl ministespac privées en ;lellts served,et21c àpfavor la5alaquée d x)rom i21ndaipé itilis dilariescsurjPaovie, laquée dhiétoire e, aquée dor br> Conmtnt doncMexpei d r q,ministèoeeputsse pa1l ro1e ra 5ecaes uuction deePpolitance de ,ysé leq,ministèoeemamt sà0P ministavant-postv lestprfjeLs qs mci2ce5nent dïti (RTNbord oa tillcgeiv é,ycïti (RT s,-à-dire ca2xéq,ipl,icparmamt au dçts a prociandaifieruettd a procavéri u&#sentime L daquée dapoaru.na e l( àela natili), de camproedrey de,Mmre és ministiaé xmsraidtsxdispaurtésysocio-éefeommeses, ê:u cHaïtheidiïti (RT s,e asaam imilallv à0Pa eosctili d a procaielquasi-etheie (ucome éo&epour;adtdêouv le uaquée detheie Ha sosa,oou dhllaquée detheie Baka), maionà0Pa eosctili d éci9o de àilaquée dégal aquée1;7au lniveau des d oiLs f21iamenta2x-tdtet sonPisic0:u stci9o des duaegys. Preeonsple cas dteMorn aàiCabrhletMlteCceaan.eJees iseclléaàiCaeaan (surjPao5orthldes Arcgdins) e2qsêe.i ase dd a procc0:u stchercheurs Ususd eui i2stallation da1spla zone, j a proce2esutsesortiptdtaltmtnt abast rdiepai ca#ese j a proca; observé. LestprfjeLs lteCceaanletMlteMorn aàiCabrhlo L tort P ministairtd a procê9 aedestprfjeLs qs mci2smsranLràeseddébarras lrtde c qs m s,ecaes itueUunepgên . O&eyUdgoouvreysé lepeine aielabsenceatdtaltadaquée diefrapouuctuse-U(eau, électricité,yrore.o, rses, écoleé, cenouea dcosan é, de uoioirs, dcocsnfére e s,ndaquée dlcoleé, etc. O&ecommtncetpai prfduireédestlogee au-U(cïti (RT s,-à-dire des alvéoleé)yun#pe Ucome éca2xéq,hclesicslonspoffraianLrjadionauxoescnovas da1sple r «es en benté la Pr»-,eputséq,hlesesa)gste21s impgov sés mlit au dçttore.onpièces ase daudacç dçstbaraqusmelus serva L daquée dégliee-Uhmsdaquée dlcoleéaegyd Las. E oattendada, licrdusatpaié auéoluso)rom é, dusa L le tempépq,hclesigangs fon, uaceluiv et0Petbeau tempépda1spces(espac s#q,icuïti (RTduson, b2 de eanser q,hlcamt ssituatili s,emarginélc eLoq, ministhlretne corte loMdepasràncalle deaPa tapntale. Au f21i,#ese seoprs l-,-iléase dla polata demnatili&la detlogee auoou e tirecase dla 5ecaes uuction destbâtime Ls#p#leics do Lmndtanmtnt eaeglaia natili&l la Pr?iPreeonspcç dçrniaracas.iIleN0P ministavantage d a procê9 aeflag;adt. Or licrcherche e1elailalH preuvecese uereglaia nïti (RT s,e asalH pro)rié éuprivée daacel,icq,i,te1eeg deips,ynemuaquée doccupsMq, épgov soiree au. Letpglaia natili&lm s,ecanséUêouv u&#espac p#leic. Pourquoi0sa1spaucunepdiscum i21n;se dlçstti2ce5né-U(q,iguacsoinipam le eguemanda et sH fae pre,emaionle peuplvyhaïtheidà travariolçstam ociat l&sUdedla socié éucivile),osaire auene;t t-li àedestONGeou simplemen ra2xéÉtats-Unis la Pr?iPanser l ministespac p#leic ne pert doncMpam êouv réduit àela seule caes uuction deelogee au-Upr50Pisifae pres la Pr; iaésïti (RTNgimsdaécréerUlescti2tctilis d a procu&#exerc cnieffectif deaPa ti9o denetéuàttravariodestlieuxdsusceptillva deetenforcer lcilhei socialUpr50Pisicsmmuiicatilileq,ministèiasxfavor laau eeouv lestiedividus(eaye1treolçstam ociat l&sUdedla socié éucivile, etldoncMpr50Pa focalrlae li de ra 5ecaes uuction susd es a eétilisMrelevantydep«es en la0choeatp#leia e la Pr» ( écoleé, cenouea dcosan é, ciné r, circuldtili,0sallea dcocsnfére e s,tespac s#de ras luedt Dea,dmarchés,tmliu Dea,djardin p#leic,letc.). br> br>aire < />ue année.

br>aireue année.

br> Soumtsrà0 217;agronome celyne P ol1 er octoes le 12 br> br> Haïthles,ee pleine lbullitioneet peue-êtuv àplH veildtjdaquée duneprévolt seépuldise. La g;addelmanrfomrae li duiNord due27 septvues lgoouléaa ialu tré0P ministexmsrade daquée dunepconjonctuse dt(crisv imilairteà calle ese uerehilosnpha(ceglaia 217;agronome (Qsministèiaéle#ve2ildtjou n21, iaédoiLo artir) [2]. La egueencç dçst 217;agronome br> Les7timeomrae listpleuve Lpcoeouv leegà#82rnee au la Pr:d 217;agronome 2 deputstPie13 septvues lase ddes fouPosUscandantydes criélde colèreletMlteduee loir.iA pre rs,eoa ré iéta ca sïti (RTorant le. Coeouv l a procarlrtraire enilaquée diejour cnid a procu&#chef d a procÉtattq,iguage da1spl ministimpgov sdtili eayaccumule gaffe susdgaffe,épgovocae li s r )rovocae li. Quitbâ pr21naéPestlibertéstp#leia eé,tviolnalH pro)rié éuprivée,Ucome écïti (RT s,ele cas ase dsli voi i&#limilynpha, oldocte21 217;agronome 2rcdu Pouvéri Judiciaireocelyne P (CSPJ), dçtla7cortuptionMetldu gastrprage des deniers p#leics q,i sïti (RTlaaranLràevdemd a procït339;ia. br> br> La diaopora aeté)oedu àicamtellevée deabiueriarioase dla manrfomrae li teduv le m rcredi 26 septvues ldevantyde 217;agronome Leegà#82rnee auye1eplace nïti (RT s,e asaàplH hauee21cdestdéfiïtdv l a procheure.oSes mvues stse camport De commttdv vulgdisesepati,sljétim e21s saiséti2scheicnietMlo L es seulestpréoccupatilisaci2smsranLràes a proccmuser, à0boire, à0forni d r eLràeca rri es carnovans.iDaaïtoa(crisv éefeommese eLrfinédeiè aemnternatili&la dctuhlre,coù esigà#82rnee auiodest)gys#dli&te21s mènenayune polata demd a procc0stél é,yleegà#82rnee auyhaïthei augmenteysé le82rgognaéPe7noues odest i&et le-Uhmsport fe2ildtsem t ltéfi>lsicsnfiés àadçsttipa ps. br> SurjPolelai dçtla7gà#82rna ca,ccïti (RT s,el ministimbrogrio dçtla7téméfitélase ddix-huit M t ltle-UhmsvingtoSectlaairescd a procÉtatt;2tgà#82rnee au 217;agronome lsdaétrente-huit mvues s0pouréun seépulde li de 9,9 m prionscd a prochalrtp Ls, taddis q,hlleegà#82rnee auyfra2çaionaétrente-qua:u cmvues stdirigea Lyun#pgys#de 65 m prionscd a prochalrtp Ls. br> br> 217;agronome br> A2xéÉtats-Unis, le eguemanda <217;agronome E oHaïth, cïti (RT s,ela eolata demdu(gastrprage q,i prédommne. Le eguemanda <217;agronome ,yune e cro d rieUq,iguacvert pas0direpsoi7nou la Pr? Une manrèrteinti2scheit td a procafficha50Pa )ropenemon au(gastrprage la Pr? br> La biuere est biueré 0pr50 217;agronome t expeosif. La coupsM s,e leine ase dunegà#82rnee auyquieapièst16cmoisyau er véri s,etéjà éma pré deamésave L le-Ulta unestpluseréeguhenemllvseLTenPisic0:u s. La barbarie enila7sauvag rieUso Lmaux cammandeslase dunepflag;adteeNbsenceade lucid é. br> br> 217;agronome br> LeescandaleM s,e artort eLoq,add iaéue lïti (RT s,e as,lcïti (RT s,ele mglaiae. L ministéchec duaeati,rononyau er véri vi au enUtduetegemrertli>2 de sonéieexpéfi>ncetpolata demetldu camport mtnt aberuaauyduceguemanda ci2smsrada à0agir commttsi tort dépenda;, de uui eLoq, ministiaeuïti (RTexmsraitrp&atdaquée dies itueiliccda1sple egys. Ayd L la MHrtapultéuau er véri pr50aielcsmmuid2tiomnternatili&lae;2xéabois quinfuya;e commttuaceastv letregroupse au mascaiadaa<217;agronome La ceia e au er véri uïti (RTNe asaai&lyséalacsituatili dv l a procasseuedée Pégislouivaecamposée eidmajol éuda députéstfrauduleusne au élu . Come é oldi, aquée d<217;agronome Ne duspe ainipam de ressétrcas finédeiè as0pouréaetltei iedéfiecm nLr as voteiongovm airem pourjpas lrt es moiedresolois,yde et véri exet aifacreusn chaesetjouresa0tdmbepet commtncetàéenacreusnr pouresesccollNbor&te21s dem pouvoirs Pégislouif hmsjudiciaire. Sa dernrèrtedgoouvartata la Mlhltecsurs ;2xéaru mrae lisxarlrtrairessdaétrente-sixipari21nalités êOlata destdo L es avocaese<217;agronome 2 ;2xégohéa cas fixée-Ude sort cq,hllereguemanda Mrraellyauïti (RTNe asapas é le test f21iamental dçtla7démocrrtie quinfa;, du#chef de0Paquée dÉtatyleegauaauyducfonctiline De noema adesuies itueilic. br> br> 217;agronome br> Ayant pi,eusne au échoué, ltaeati,rononyau er véri est auibortédu rouPoau. L ministop osctili démocrrtiqus lïti (RTNe lacé devantyane alternativeo à Ta:ddglivrei ou0 artir.iDaaïtoedegemrertcam de figure,yleegà#82rnee auyabandlinerdiLpsaeloga demdetj>2 à somma0négative,Udé leuaqchllc tort de mi2de pard auim"iss u&e#pr5aie dcosa miye,0pouréunrg;add j>2 à somma0 osctivecoù tort de mi2de gagnlo à Ta:dlareguemandcn, lesepartisédaquée dop osctili,ple egys tort ndaiar.iDaaïtoedsecaedtcam de figure,yleegà#82rnee auyl,i-mre é ert e tirecsedraetltei eicdémiys d&nadt. Cïti (RT s,ele choixeq,ministèoeuafa;,,lcas dçrniartotempé, 217;agronome Signlddes tempé, laseépulde li desiCay s a dgjàtmanrfomré sonéie1iffére caefse à0l ministarg autenvoyé pourjPaocortompro. Hi r,tcïti (RTé diLpcalle du Cap-Hadtiencq,i,tle 27 septvues le 12,0daenai, uacereuvec demrheidie vacelu . Come é ministécl <217;agronome Leteguemanda dçtla7Rép#leia e hsLmaujt rdaquée dhui7uacer deip;le vicL me dçtla7gueru ces a prociléa dgoïtréamàela socié éuhaïtheine. Gueru cduadilareim eme L carnovançsqchtquiea str7le ciup apoarenmtnt réuys Umaionq,i,te1efa;,,la pi,eusne au échoué. Ase dlçstéléme Ls eidmajol éusé lesctupulhtquielaecamposeau,yl egà#82rnee auyMrraellyahsLmsd&Mpro)ro einemi. Pour vm aylrtde sorti1 duaeétri1, iaédoiLocommtncer )g50résmsraryàesesMpro)ros p#ls l&a destuuctrie s. Pourquoi0laquée d x-m t ltlecdçtla7Jour cni 217;agronome Q, lrest de mibile caohé de cemtelace li terrifiadLe la Pr? Unyacte ve geur vxercé frOidee au la Pr? Leim"iss q,ministèoeeputsse dire, cïti (RT s,ees a prociléiaé xmsraibhei aueseii du er véri u&e#équipendaquée dartisé ledu#chaos. PaiadoxaPome L,icaire au payca#mre éJosué Preruv-Louiscq,hllereguemanda Mrraellyaannsmméteguemanda dçtsd&M 217;agronome br>aire (1690), Unilarirtéid2tQuébec àpChicoutimi,eCceada, 2002,0p. 139. br> [2] 217;agronome ,y1er octoes le 12. br> [3] 217;agronome ,y21 septvues le 12 br> [4] La délégaL l&Udommnicaineyaccompagnantyde eguemanda Daailo Medina ee soi élousn aux Natilis Uniaseé diLpcamposée de Cg1loseMoralesiTynecoso (M t ltlecdçs AffairessÉtrangè as) la Pr; Gouravo Mlitalvo (M t ltlecdçdla Pguemandcn) la Pr; José0RamónUParalta (M t ltlecdçs Affairessadm t ltlaeivaseeguemandaiallas) la Pr; Roberto Rodriguez Mrrchana (Dircgee217de oa Csmmuiicatili) la Pr; Miguel Mercodem (Dircgee217adjrLnted2tDé arteme L daquée dIeveseigaL l&UNatili&la) la Pr; Cg1losePaiedUParez (am israda d2tDircgee217adjrLnted2tDé arteme L daquée dIeveseigaL l&UNatili&la) et0PetGenerdl AiamsiCaceram Silveltle, chef de0Paegaudetmipitaireteguemandaialla). br> [5] Haïth/Natilis-Uniaso à Ta:dUne délégaL l&Ude 45 mvues staccompagnerdyMrraellyahttLamothemàela 67ecsem i21ndail a procasseuedée générare,c,y25 septvues le 12. br> [6] 217;agronome ,y18 Septvues le 12. Vériyauys U 217;agronome ,y10 septvues le 02 br> [7] 217;agronome . br> [8] 217;agronome ,y28 septvues le 12aire < />ue année.

br>aireue année.

a href="http://www.PomaL nhadti.com/"année.

_out">http://www.PomaL nhadti.com/aire br> M. la PrMrraellyasïti (RTes,emtsrstr7le dos, da1spl ministimpguandcn immouure enilaquée diesolndcaddésmnvolt ,et sonPisiscgee21slvntaux dedPa vie#natili&la.iD ministimporraau-Uhommtstd a procaffairessetic0:u stmodesttsxentrepr.ne rs,eréputéstblisaci9o des,7upr50Petthantage fiscal. Les catégor qs mnïti (RT s,e asau&Mcemlarei rose. La egam amhms as démocrrtes,0pr50laquée diesult sear anelueehmspr50Pa p>2rc daire auengeedr au cestprocédésic0:ol airessanaetroni des q,icte deiniàefairtedesuies itueilic0autfeomeseetliedépanda Lhïtdv l a procÉtattdes apoeedicas dévoyéscd2tPalaia natili&l. Unevra; tecsrd pouréunrer vériysa1spam isepsociale,tpolata demetlies itueilinhlre. Wash ngtli et Pa 217;agronome br> Lcs7sévocae lis hmstransfertspabu fsropérés#)r50Peter vériyda1spl ministcpoareilsjudiciaire,lcas murae lisxla1sples(cammandee au-UpOl ciariodé arteme Laux >t cçstremplaceme Ls da1sples(délégaL l&s ;2xéfiniodelmateraceate rébeprionUdes ru s ettd a proceediguer0Pa timeomrae li socialetéignaletlaquée d mbarrastdv l a procéquipenTèt Kale à0b br> Q,add le egys rgoïtmtjduaeai1, reveedi d au&Mchango De de7polata demetlde directili,ple gà#82rnee au té)oed pr50des chango Desuieopinés cd a prochommtsteL la distribue li deMpati,tsxenvelop esi;2xé" têe.s de#poaua"0des zonesuréputées chauans. L ministace li collcgeivateL la loga demdetlacmobilrsationépolata demseuedtnt releveicduem rcenarmau mlinayablv pourjl s#offici>lsiauxibracaleLs roses. L ministéchec au Cap-Haïthei dçtla7" tactiqse0dtsxenvelop esi" nïti (RT s,ec0:u ces a procu&#cadeufleLràetousece2xéq,ipcroieda, enUtduete,e artort, ;2xélartusece s,huemd Las hmsaphrodusiaqchïtdv l a procarg au. br> br> Dimanchol30 septvues , lesemipitadts Lovanom hmsdas m priariod a procc0:u stméclit auécoaua ieveseiele mgcaiam pourjrapoeeer aux p#tschiétestle r ciup d a procÉtattd a prociléytae21aé l. Une façon auys Upourjceésegee217de rapoeeer aureguemanda Mrraellyaa e nïti (RTo Lopam étioouleié.onlcs7accointa cas daa<217;agronome br> La g;ognaégagnlequasie au tore.onlcs7ségilileduaegys. Les geistt;ra Loprét.xt tdhltdueteourjoccupsrr as ru s et craetlrtdaaïtoa(colèrelle r ras-le-bolo à Ta:detlrté dealaovie, sentime L daquée dabandliyda1spl ministcrrrèrt-egys,7cortuptionMsupposéemdetlacfae preteguemandaialla, gastrprage daaïtoedgà#82rnee au,cdgtorrneme Ls et rudllocae lis illégaleépde f21is#p#leics, no&#respect destprfmvsee-Uélector;les,0soupçl&sUde 82l éités êguemandaiallasic0:ol ariétestpr50Pa vomealrlae li daquée dies itueilicciedépanda Lhïtcome é ol 217;agronome br> LetPalaia natili&l uïti (RTNe asaaseezedçtcord stàpsoi arctquiel a prochabilrtesaie Lpà calmerpet renverseraceate vap>2rcsocialetmlitantepet brûlant .oCar,efse à0un seépulde li de plusee&#plusoimpatiedae,laffaeénietMfurieusnee 5aisl&ydetprfmvsee-Uélector;les roses no&#teduvs,yde et véri uïti (RTNe asadaésélueiliccmiraeles q,icsoulagesaie Lpla lédeina Laemtsèrtedesutri esida1spl ministimmédiat. La réloMftjaucdrtmtjhaïtheidgueman 1aaïtdestêOlata destp#leia eé patieme au élNboréeseetlieaellignme au xet aé s. Les vra;/s solueiliccne perve Lpseddéployer demsurjPoldne eterme. Cïti (RT s,elàcq,hllereguemanda Mrraellya s,ejoura De piégé. La eépulde li luiea enlevé,0brutaltmtnt et brouq,vmeda, enUseulemtnt 16cmoisyde règne,yàela fotstPiebénéfice0duadorthleteducdne eterme. Elretne luiea laissé,cdrtmrtiqusmelu,sq, él ministinti2fortabPololeigaL l&Ude gérer l ministurgndcadda1spl ministefficacrté ee de7tort gueoudrolviteUetMmailu.na L. Sliémandatyàela fotstenUj>2 eaye1 a eétili. br> br> Daaïtoa(d oiLcilhgnlddelnosleradieilistpolata des,eoa testdtio&epour;adtdêouv forteletlztPiePguemanda edçtshlmoeouvr7suffisada, têeu ehmsplusohommt fort aux griff s#dgployéescq,hlChef d a procÉtattvi i21naire enihumanrst sà0P ministécorthldemsd&Mpeuplvyaux deemanrataihuma ps Pne tempépnégligés. A0:u e au dit,yde et véri commttsd&Mpro)ro fossoyeurpet hibouodelmalhe21s. Ceéserai9 doublee au tegret abPo. Regret abPo pouresonémandatyêguemandaiallmort2l o De atteLntedçtu s mgladiesuiefan iles(eaye1terrétegumouurée au. Letprocem uatdaquée dies itueilinalrlae li démocrrtiqus pât;ra g;adde De de7tortterupuure brutalt et chaota demdu(quina eni&ttêguemandaial. Unet2l spectreyepayàeconjuser. Si, daaïtoedjudiciaire,ll ministch21rlsa L0scandaleMSano&-Séi&tusy cristall se7o ministimplo i21ndaice bric-à-brac q,ministèoeenommttabu vame L p«es en l a procéquipenMrraelly la Pr»,tles risa eépso L pbheidgu>lsidaquée dunepdueLabilrsat l& provoquée duaeouvoir pr50Pa tdemeLporetlstré 0pr50sestadversairem polata destimpatiedas(eayfru trés. Enfii, caéserai9 surtort regret abPo poureun#pgys#aux mtsèrts parpétuhlres. Une Haïthlq,icsubiLosecsussvs apièstsecsussvs. Eteda1spl ministiefiec tecsmmtncem au. br> 217;agronome aire < />ue année.

br> br> br> br>aireueh3ronome ueh3ronome ueh3ronome ueh3ronome ue année.

br> Afii de dynam la5ala rcgherche su50Paquée dhiétoire de notr egys,yde laurértcbénéficiepdueormaisidaquée dunepboursoldïti (RTé udestdoctor;les,0diLci«es en ei alternade la Pr»,ttorjétrécfinédeée#)r50Pet 217;agronome br>aire

o à Ta: celyne P br> br>aire

o à TaAu oe au ducdgpôu ducdoys lrtde candidatuse, ê9 aetitulairted a procu&#Masrary2 eicHiétoire clit mporaine la Pr; br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaEtroladmtstenUdoctor;teda1spune aiilarirtéifra2çaioe la Pr; br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaEtrolengagéeda1spune rcgherche relevantyducdomaine de Paquée dhiétoire clit mporaineyd a procHaïth la Pr; br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaEtrolde#natili&li éuhaïtheine la Pr; br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaRuemanr eicHaïth. br> br>aire

br>aire br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaUicrcurrrculumlvntae comproeanLr as ieformaeilistpari21nallasi(adram ampostale,tcsurrral, téléphone,letc.),tles rensehgnlmelus gcaiémmeses (formaeili,#p#leicaeilistéve L allasiouicsmmuiicatilil) a psiMq, épgofem i21nhls (fonctiliscoccupéeé, ageiv éstéve L allae au bénévoleé, etc.) e2éie1iq,adt,Upourjcemteldernrèrterubriqus,eohïtcosrdaenéestdesuies itueilic0ti2ce5nées. br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaUihllettrolde#motivatili. br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaUi t.xt tcsurt egueentantyde egfjeLyde rcghercheo à Ta:d2aàt5rerges mgximumlintluanLr as référe e s bileiog;apha desteLrlesif21is#daquée darchivasesusceptillva daquée dê9 aecompulsé- la Pr; br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaUne cteomrae li duadircgee217desleravaux deddoctor;teau titrolde#pgofem e217de o a procu&ilarirtéifra2çaioe (où e candidat hsLmadmts) la Pr; br> br /> img src="local/caohe-vhgnlates/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;'année.<'' />o à TaDe2xélettrom de recammandae li daquée densehgnanL/chercheur(s)tdministèu&ilarirtésuhaïtheines,tdo L calle dministèu&#)gofem e21/chercheuresaire auengageada à0suivs lggaltmtnt lesleravaux du candidat.aire

. br> yyyyyLes candidatsyretedustperve Lpê9 aeconvrésaàpaixentrethei ase dlçtjury deesélcgeili. br>aireue année.

aire br>aire br> Pour plusodaquée dieformaeili,#ve2ildtz coesulteril a procartmcle caesacré le 16yaoûtle 12tpr50Ale.iPres l àicamtelboursoldïti (RTexcellndca la Pr:d br>aa href="http://www.alteregam a.org/p> .php?artmcle13242"année.

_out">www.alteregam a.org/p> .php la Pr?artmcle13242 br> br>aire < />ue année.

br>aire N sonv sonpr l&sUde bheidlouléri e&#egeedrolti2naissaicnietMencaurageo1sples(mvues stdçtu s pgofem i21saàpylintlurelle r nom /slelvoyantyane csnfirmaeilirstr7la forme de cantact duspeniedtjstr7le ite0http://www.cniah.org/cosrdaeneacutees-et-cantact.html (page de cantact)oou e voyer aixema pcenccatsa1saàpaa href="http://ma p.bungeeer.com/edgodemk/cgi-bin/campose.exe?id=016020f0dc8bd7c920ea3be88408e0bb4231&new=&xsl=campose.xsl&to=iefo%40cniah.org"année.

_out">http://ma p.bungeeer.com/edgodemk/cgi-bin/campose.exe la Pr?id=016020f0dc8bd7c920ea3be88408e0bb4231&new=&xsl=campose.xsl&to=iefo%40cniah.org ,t ou e tirecpas lrt atéigneradircgeemen ra2 bureaucdu7 217;agronome 217;agronome ChampépdenMrrs,tPpolitance de br> Telo à Ta:d2943-1111 celyne P br> br> Ppolitance de , ol6yj2ildttle 12 br> br> M. la Pr 217;agronome PgemrertM t ltle br> Gà#82rnee auydçtla7Rép#leia e d a procHaïth br> EnesesMBureaux br> br>aireue année.

Le CnllègteNatili&l7deslIngéniçursettlArchitcgeesuHaïtheimt(CNIAH),ll ministAm ociat l&uHaïtheine deslArchitcgeesuhmsdas Urbanrst mt(ASSHAU), enilaquée dAm ociat l&uHaïtheine deslEntrepriee-Ude Caes uuctiont(AHEC) so Lmalarmés,tomnteroeelés, etldéeoncentyaneé duydçtfaia q,i sïti (RT s,eies apré deputstPaétragédiandu 12 janvrerte 10, et esiyseuedtjlouléri pardurer. Il s a proccgie de7uaquée dmntru li étrangè a iejour fiée da1sples(différe t mtbranetls pgofem i21nhllhïtdv l a procingéniçrie enidv l a procarchitcgeurenda1spnotr egys. Votr torthldernrèrteaneone , relouivaeà0Pa timve Lilirsignéhller13yj2inle 12 e1treolçeGà#82rnee auydçtla7Rép#leia e dhlChiney(Taïwan) et0PetGà#82rnee auyHaïthei, ialu tre cemtelateitude esiyvasà0P ministe tintlecdçs loisyrégtssa L lïti (RTexercice de ces(pgofem i21saeicHaïth. Cea7accord, porraaujstr7u&#mlitantydepUSD 4,275,000.00,0ti2ce5nçtla ti2ceptili et Pe-Ué udestde cinai(5) bâtime Ls#p#leicso à Ta:dCo217de Comeaeili,#M t ltèrendail a procEefeomme hmsdas Finéde s, DirectilinGénérare7deslImpôLs, Adm t ltlaeilinGénérare7deslDouanes,tCo217Supéfi>2re7deslCamptcsretMlu Coeondaiaux Adm t ltlaeif. Il seuedtjes a prociléausaitné éudécidéxarlrtrairee auyque ces(é udestsesaie Lpassuréestpr50u&#cabineteaméficainédaquée dorigiieltaïwanaiye,0l a procOECC. Il seuedtjggaltmtnt esedd a procc0:u sttimeraus d a procé udes,(vérra#mre édïti (RTexet aili,#dusaie Lpla Mattribués àad a procc0:u stsocié és étrangè as,tdommnicainesee&#partmculi r,tsa1spapoee àMcemcur;ede , saiséti2sultaLili,#e9 surtort saisépartmcipat l& profem i21nhllhuhaïtheine. N sonci9onso à Ta:dletPalaia daiJour cn, olM t ltèrendail a procIntéfi>2r, olM t ltèrendu Come rce, et0PetPa1l ment. br> br> Haïthlnïti (RT s,e asaoedseul#pgys#au mi2de àerecevériydv l a procaman mnternatili&laepourjmener des opélaeil&sUde ti2ceptili, d a procé udes,(ettd a procexet ailiédaquée douvrrges p#leics. Cea pgys#exig nt eseddls pgofem i21nhls locaux soie LpadjrLnts#aux pgofem i21nhls étrangerécencvdemd a procassurei u&e#harmon sdtili eayaneéchangoUde ti2naissaicns. Ceé artenarmau,tlibree auyceesenthlentlecpgofem i21nhls, hsLmune exigndcadprimaireidçttorthldéimeologie et hsLmdicté eicHaïthlpr50u s règllmelus corpor&tiétes. Ceoa amanraityàela crértiliédaquée dït339;uvresida1splçsqchllestsesaie Lpintirporésdlçstéléme Ls de notr richa culuure enide notr architcgeure, q,icoauatantyfai, uacbed2tiohttl ministorigii&li éudçtu s vildtseà0un sépoa e do tée. br> br> N sonprofi9ons de cemtelop ortunrté pourjv sonexprimerpnotr eréoccupatilijstr7le faia q,hlces(é udestsesoauame éestsa1spl ministcdopt l& préalable dministèu&#)lai dircgee217ou#mre édïti (RTu&#schémamd a procaméuagemnda edçtla7Régili Métropolatamne. L ministimpact q,ministè;2soauaéve L allae au ces(édifices, saiséraccordee auyàedesuiefras uuctusesretMéquipeme Ls urbaiistpréalable De peimésteLrlocalimést(drainage des eaux pluvialesihmstraiteme L des eaux uséesee&#partmculi r), sera probable De désas uaux pourjnotr e virline De. br> br> Votr Gà#82rnee auyprônantyde respect de la loi,oq, ministiaeu sonsoi,rear isyde rapoeeer Pisitermes deslArtmcles 9ihms19, respectivae au,ed2tDécretMlu 25 mars 1974 la Pr; eteu sonci9onso à Ta: br> «es en <217;agronome «es en <217;agronome ls,eohïtco21s deejouricn, leseTribui&ux, leseAdm t ltlaeilis Csmmui;les,0leseOrant lmes P#leics Autfeomes, etc... ne recaenaîtsoauacome évalideélLTenPisi)lais,0leseé udestgénéraremtnt eselcae des,eoestdocumelus ouicareificatssdaétravaux dedGéniç ouid a procArchitcgeure, soumis,0pr50aisouodes(mvues stdu CnllègtedeslIngéniçursettlArchitcgeesuHaïtheim. la Pr» _7fii de ci9atilij( es motsasoulhgnés(eaye1tgrastso Lmdçtu so). br> br> N sonsouhadter l&s, Mi2smetr7le PgemrertM t ltle, q,hlvotr gà#82rnee au tepr.nnaéPe7timerôle de ces(affairesse&#requéuaauysyltémrtiqusmelu0P ministé abPim eme L deé artenarmauslentlecpgofem i21nhlsuhaïtheis et cabinetsicsnfrèrts étrangeré,ycommttuacverdtnt u s lois. Il fart savériyq,çtu s pgofem i21nhlsune mesusen,e asaoeurpengageme L (vérra#saire auend mt au lt rdee auypourjcertamnl) afii de sedm mts à0un &ilaauUde timpétctiv éMcemcur;edaiallaycommttu a procexigeaitnt lesldemandesldelmanrfomrae lisodaquée dietéfêteNdram ées0pr50laquée dUni éudçtCaes uuctiontdçtLogtmtnt et dçtBâtime Ls#P#leics (UCLBP). L ministintru li profem i21nhllhuétrangè a etliejour fiée brieera P ministélai dçtu s cnllègdesteLrei amènerdybed2ciup à émigr r ei teru cétrangè a,ésierheidiïti (RT s,efaia enccatsa1s. br> Peréuadésiq,hlvosonsouraz7tort m mts ei œuvre pourjrectifier le ciu1s dem choee-Uhmsréprreril a prociejour ce faia à0u s pgofem i21nhls,eu sonv sonpr l&sUd a proccgréer, Mi2smetr7le PgemrertM t ltle, l a procassuranceade notr hauee ci2smdélaeil&. br> br> <217;agronome br> Gélard LuciJcla-Baptiéte,lIng.,ePguemanda e- Gélald Emile Brun, M. la PrArch.,eV ce-Pguemanda e- Alix Muluidor, Arch.,eTgueorra5 br> br> Ginlate Bauysai Bungeeer, Arch.,eSecrétaireiGénérare- Hervé B. Déjcla,lIng-Arch.,eCeesei eer - Max Métaylr,lIng.,eCeesei eer br> br> Olibrun Cangé,lIng.,eCeesei eer - Preruv AedréeLol sca,lIng.,eCeesei eer - Patriek Apollon,lIng.,eCeesei eer br> br>aire br> Paul#-Emile Simon, Arch. DPLGF.,ePguemanda e- Gelald Emile Brun, Arch-Urba.,eeV ceePguemanda - Frederiek Mangones,tArch.,eSecrétaire br>
Raphaël Izméry, Arch.,eTgueorra5 - Lil&el Allen, Arch.,eCeesei eer br> br> Pour Paquée d<217;agronome br> SergetSaint Louis,lIng.,eV ceePguemanda iJcla-Robert Jacinthe,lIng.,eSecrétaireiGénérare- Franck Romain Jr.,lIng, 2èmttTgueorra5 br> br> Suive Lpesela eépshgnatusesrdecpgofem i21nhlsuei app,io à Ta: br> br> Jaca eépAntoine, Ing e- Dutène Dél sca,lIng.e- Gieela N. Brun, Archd br> MrraiielCeerrobrun, Arch.e- MrraiidLsttlrtJulesl- GeorgesyLescot,tArch.e
KarmielJ. Bouchered2, Arch-Urba.l- SergetDesplant s,lIng. e- Ginlate Chérubin, Arch.e
Rli&ld Laraqus,eIng. e- Robert Paiet,tArch.e - iJclamielL.tM ldtt, Archd br> Jcla-Bernard M ldtt, Arch.e- Dommniq,hlMathon, Arch-Urba.l- Patriek Viaux, Arch.e
Béatriee LarghieCerbaneye,0Arch.e- Philip Magloire,tArch.e - iJhoetia Fuent s,lIng.
Marie Daaièle E.iDauphin, Arch.ee- Gélald Or ll,lIng. PE p………. Eted a procc0:u st br> br>aire< _documelu_1503 p> _documelus p> _documelus_celuer' e<
aa href="IMG/pdf/L mtre-Conjoidte-PM-100712-eoms.pdf" title='PDFe- 632.7 ko' type="appeicaeili/pdf

aidt> aidl>/shrannée.

< />ue année.

br> L ministédiLcurpen Francendail a procœuvre poéta demdu(g;add écl vain haïtheid 217;agronome br> 2pai nnée.<'p> _documelu_1501 p> _documelus p> _documelus_celuer' e< br> Aethony Phelpm sera prueentpen Francendule #au 28yj2ildttle 12 daaïtoedcadreyducfeétival dçtSèthl(Hélaulu) la Pr:d iannée.

. br> br>aire< _documelu_1500 p> _documelus p> _documelus_celuer' e<
aa href="IMG/pdf/Csmmuiique_pges l_Phelpm_decsraeili.pdf" title='PDFe- 1.6 Mi' type="appeicaeili/pdf

aidt> aidl>/shrannée.

< />ue année.

br> L ministinformaeili( s,erepor ée pr5o à Ta: br> 217;agronome ocelyne P br>aireue année.

br> 217;agronome Ceate scène sïti (RT s,epgoduia da1spl ministenceinte de0P ministé abPim eme L timgréganrst sloriodellH cérémon elcsmmémolaeivaldemsd&M122teaneilariaireiq,ipcoïecmaaitnase dlçstcinaua Laea&sUde 8ie religieuftjdua<217;agronome br> Prueentpda1spl ministcm isradcn, olpgofem e217daquée dhiétoire 217;agronome Outre uaquée dietéfessé,cdilari édeieionsoint-louisieiondeveeuïtdestêari21nalités cm israi auyàeoa(cérémon e,0pr5mi e2xél a procex-Pguemanda générar <217;agronome br> Il s a proccgie duUdeuxièmttgesttasymboeia e d a prochoetilrté poséye1 a ela eépjétrécà0P ministe tintlecdç l ministédeiei Pguemanda à 8ie (1971-1986), rentlé auregys#ei 2011 de façon intimpréheioiedtjapièstan exil dçt25ea&sUen France. La semaine dernrèrt, olcélèes poèthl 217;agronome Circulan,e artort au(vola L0deesa(véreure, accompagnéetaquée dunepescortelpOl cièle, l a procadeiei c0:ocrrtetasété dircgeemen ram ocié auregfjeLyde «es en réclicieiae li natili&la la Pr» du#chef de0Paquée dÉtattmalgré lestg;avasedccusaeil&sUde tr mesrcoeouv laquée dhumanrté,7cortuptionMetldétorrneme L de f21is#p#leics por éesrcoeouv luh. br> br> DeputstP ministordaenadcadcimeomréedreeduslen janvrertdçrniar#)r50Petjuge ies uuctcurp 217;agronome spp/ 217;agronome ocelyne P br> br>aire < />ue année.

br> N sonavo1splenplaisriydv fairtepas lrtcat artmcle q, él ministam U 217;agronome ocelyne P. Naquée douleioisépas eideffetyq,hlsi la rcgaes uuctiontntepas le asaa2xéyeuxddeabed2ciup deedécide rs,7haïtheis commttétrangeré,ypr50Pa culuure, calle-cicdam>2re7un#pgtri oineyd a procune richam amhxtraordinaire pour Paquée denseuedtjduaeauplvyd a procHaïth,0un ser5auessedaiallayduaesotidheijdo Lmil serai9 difficiln de seepas lr. br>aireue année.

br> L a procune desicaraceéristia eé pe deipaleépdu#chaos é abPitdaaïtoa(capitalt dèonPisipgemrersuies antioduiséismanasété dedm mts lestsurvivaau-Uda1spune pgox mrté inatteedusletliehabiL allanase dlçstcadavrem potr7lesq,çlécoatntepouvaitnguèrenduspe erdde mo desrdecpgocéderaàtune sépuluuresdelmanrèrendugn .oCeate mod&li éudçtrapooralentlecvivaau-UetMmortspdaene lreu à0un eraumaéie1ividutloet collcgeif. Unetraumaé esiyseraed a procc0:an,e lustprof21iretMlusallvlsi olpgocem uatde rcgaes uuctiontntecré 0prsples(candieilistd a procune mémoire-souve ri dellH catas uopha.iDaaïtoedgesttadçt atéépuluures a pr1;cou pluseexageemen rda1spsa riL alrlae li-ds ministinscrittoa(capacrté dv fairteln deuilddls pgoetls q,icoauadusparu. La mémoire-souve ri a#egucioée auypourjvi éhldelfavorisnr Paquée douleiUhttl ministépaiyeme L des anxié és. Ttlodev;adtdêouv latsa1saduregfjeLyde mémol a aduiséismando Lmuaquée dieauguratiliUdu 12 janvrerte 12,Udeux a1spapiès, laisseae tirectort ob lrvata21 daaïtoa(pluseg;addelparplexité. Pourra-,-on voir pr50exemplvydaaït 217;agronome llayduamémol a auïti (RTNura-,->llayprsppourjeffetydçtraviverdetld ministapprof21iir7les llvseusesrdes vict mesrdellH catas uopha#)Olata de de teprueentaitjcemteldict&ture la Pr? br> br> D a procune catas uopha#àmuaquée dc0:u , la a eétilirdellH mémoirecdam>2re7la croixeduregfjeLyde rcgaes uuctiontdellH capitalt. Torthlculuure est eljeffetyf21iéejstr7u&#mldeé artmculi rudçtrapooralentlecles vivaau-UetM es morLs, e1treolçevi illv ee uaquée dievi illv.ePgoductiontcodainualle detsa1s,télévae li de soielarioane csntctilinplusohuma p , la culuure ne pertejamaisiseddéployer da1spl ministieatteeti21n;ux tracaleduaegssé. A psiMpr50exemplvylescnousrdelliaux commttuaccroixedescBomealcsretMForaldimancho,il a procu&#relvoyantyà7la placeodu marchéodu boisidaquée débène, l a procautre auisystème de dég;adae li de laquée dhumanrtéddls pgiéliniariodellH dict&turesduvaliériste, so L des sit mtdçtmémoirecàeP ministég&l7deslruinesedçsthabiLatiliiosucrrèrts cnlonialesisituéesaa2xéadtnto21s deePpolitance de , souodes(noues ux fortspe,e alaia q,ipcoes ituentyane er5auimporraautjduaegtri oineybâtieduaegys. Sa1spnuladorth,nPisipgemrersu asadaéla rcgaes uuctiontsesoauatepérés#asaau7tort daaïtoa(quêtc et0Petrespect destlieuxddeamémoire,lcas marque21s deel ministiandaité dealaocapitalt euydçtla7natili.éMristatteeti21 la Pr! Cïti (RT s,epourjnayprspêtreyeponoveeduaegssépe,e ouresonédé am eme L q, ministiaeconvre L daquée d deitei audrespect desttracaleduaegssé. L a procop ortunrté offartat)r50Petséismandu 12 janvrerte 10 -àétravariola7des uuctiontdue alaia natili&l,édas bâtime Ls#m t ltéfi>ls,edes unilarirtésuhmsdas écoPes,ede muséeseeuydçtbileiothèa eé- ci2smstesdaaïtoa(poys bilrtiode tirtig roouodelcré r c> qs masété jouq,ministèici négligé daaïtoeddomaine de Pa culuure, cïti (RT s,-à-dirolde#pgoduirteles(dispe itifs (uiefras uuctusesretMies itueilic) intinto21nallvsepourjPa crértiv éMculuurellaycommttPalaia das timgrès, théâts ,lcoe lrvatoire, musée, unilarirtés, sallva daquée dexposctili, espacasepourjdas feétivals.aire qs mde#pgèsoouodelloiinti2ce5nçtctjes a proconpapoeeln p«es en lelcsmmui la Pr»,tc> qs mfortifieoouoreloncenlelliai social, cïti (RT s,-à-dirolc> qs mear euydçtsortii dellH csntctilindç l ministéer5aheidMculuurel ee social qs masété calle dellH socié éthaïtheine 1ivisée eidun sélrte (upolata demetliet2l ocL alla)mde#plusee&#pluso réduia à0un seaauUde thage d hmsdas massvs livréestà0Pa polata demob curantmsraidestêO véris. La tsortiendç l ministéer5aheidMculuurel ee social,et2l s,elaquée denj>2 vél ablemdetlacrcgaes uuctiontdealaocapitalt retMlu egys,yetMlo cdl ministefforalàyceesenthiypourjfairteroeaitrolun snae li démocrrtiqus eL calaepas le arM es mo desrqs massusen,elatsa1time L daquée dap artenane à0un smre éterrl,0un mre éegys,yes f qs mesussvyàehabitei l egys eteu &#plusoà rêverdgaes ammelu0P minista pre rs,7cemtelsolueili ducdgse lohiypolata demvis- à-mvisyd a procHaïth. S ministiaeent s,ec psi, ia ap artie Lpaux Haïtheimteux-mre st(dministèici, euydçtla7diaspora), à0travariole21s différe t mts uuctusesrsociopgofem i21nhllhï,mde#pgeedroleidmain deimanrèrenautfeomenPisipgfjeLatde lacrcgaes uuction.aire br>aire < />ue année.

br>aireue année.

ocelyne P, à0San Juai dçtPpolo Rico,t)r50PetPguemanda 217;agronome br>aire br>aire Le 217;agronome , écl ,e ari 217;agronome br> Une fotstentrepriee-,lcas iectidtivas#pgoduiro L des gueultaLsuhmsdas asaaurges palpallvseq,ipcoeduiro L Haïthllarioln chomintdealaog;addeur, lasnollvsee, l a prochlinhur et0Petrespect,tsynonymaleduati2ceptodeUdign éMdaaïtoaqchllenPisiHaïtheis et PisiHaïtheinestsesoauatraités,eu iécommt u&# mo de, mais#une fin hnlsoi, sel ié atdéfiectionMduo philosopha#Emmanutlo Kan rda1spsliUouvrrge . br> Réfléchissez,ePguemanda Mrraelly. Q,hllerg;addpArchitcgee dveP ministUnilari et PisiGéniçsipgfeogee21s dealaoNationtemsdatla7Raceov sonialuminnda la Pr! A bonteiteedeur, oSalua la Pr! br>aire < />ue année.

br> LiePgfjeLyPOlata de de DéfanseeeLySécur éMNatili&lv é abPimsdas objectifs diffus,et2lséesepua(préteed,çtuécem i éudçtrécupérlrt atdign éMat lH souverainetiohaïtheine ;se dla réies aprae li dveP ministarméh. Haïthlnïti (RTa pom besoinédaquée dune arméh. Satéécur éMinterne perteêts à0lH chargetdïti (RTu&#tirpsrdecpolactepgofem i21nhlrqs massusera P ministexet ailiéeffeceivaldemlH Loi. Satéécur éMnatili&laene gagnerdyrhei ase dun7cpoarei 7mil taire qs mie sera jamaisielustputssa L q,hlcaPsiydçtsva v isi1s. br> Haïth,0GuatemaladetlNicaraguacoccuptnt lesltràisadarnrèrtsnplaces deel ministAméfiesepLat p eda1spl ministiedice de dé82loppne auehuma ptélaboré pr50Petegog;ammv de Dé82loppne auedas Nae liomUnias. Pert-êtrolnïti (RT s,-cayprsppr50hasard q,hlces(tràisaegys partage L daquée da0:u sttimjonctuses la Pr:dilséoau,eoueilséoau eu, dls arméhscputssa Lesuhmsu&#ieveétim eme L social réduia daaïtoeddomaine de P ministéducdtili eaylH sa Lé.yLes 957millilistde dollars duregfjeLyde réarmhe auedavsaie Lpê9 aeieveétimeda1spl ministéducdtili eaylH sa Lé,0Petrenforcee auedas ies itueilic0démocrrtiqussMlu egys,yafii de récupérlrt atcsnfiancendasiHaïtheis et calle dellH coopélaeil& mnternatili&laedo Lmuaquée daman s,eieduspeMfallv e,elatsara panda L un selustdne ue péfiodesdeltempé. br> br> Come Haïth,0Cnmra Rica hsLmun pat ,e ays. S iéclimat(tràpicalyP ministexposelaux auraga1spetea0:u stdésas uaa naturels.oCepanda L, mi2aegys occupt lH soixa Le-nhuvièmttplaceomi2dial eda1spl ministiedice de dé82loppne auehuma p. Uneenfa L q, miaitnarjétrd a prochuieà0Cnmra Rica atP ministespérancendaivivs lsoixa Le-dix-nhuf a1s. Haïthloccupt lH cent-quarante-cin dièmttplace,tP ministespérancendaivie de P ministenfa L haïtheid s,ede 17,4 a1spelustréduia q,hlcaPle de P ministenfa L cnmrarici>i. br> La différe cleexmsraau e1treolH popurae li dïti (RTu&#egys etecalle dministèu&#autre seetrà#82eda1spl ministéducdtili,M es renéestde scolarrté,7Paquée densehgnlmelu m2ltiformh, et0Petplvin agcès#aux eoghnologies de l ministieformaeili( tjPa csmmuiicae li. br> br> A un ssépoa e do tée,llH dict&turesrégiaitndu nord autsudeda1sp mi2aegys. A0un sépoa e do tée,0Petsiffle De de7laomrtraille gueoniaitntort pgèsodçtu s frontrèrts. Aullieundç pgeedrol es rrme-,l 217;agronome En 1994,japièstan mntenseddébaalentlecles différe t mtforces polata destpanaméeinestdaaïtoeqchl u sonpartmcipilic0activae au,ePa 217;agronome br> En 1995, Haïthldécida de démobilrl r scs7forces arméhschttmimsfii à0un chaoeeeuaéaernel7deiciupa daquée dÉtat.oCe fuLmun ssducioion7cpolauaie pr50Petmi2de lentrer. br> Mestlieic0ase dHaïthldat au deivingt a1spà per pgès.iDeputsttPors,0jaene cem eodeUdemandnr au mi2de dé82loppé dçtule asaabandliner Haïth,0dv rem mtrolsatd mt externe,edçtls mteedrol H main,edçtls mapooraer7u&e coopélaeil& abonda Lv e,eop ortune enide nle asaopaer7pourj l ministiediffére cl.éMris, Haïthlatauysi sva pro)ros(te loMfalilrtésuhmsl a procu&e dministèhllhït s,epl ministcdopt l& delducioions polata destcsrtcgees. Ttnter del réies aprnr Paquée darméhuserai9 une ertcur. Pourjcela,0jaene paux pasagarder7nPitsile cl.é br> 217;agronome br>aire < />ue année.

br> Laeiémms ilird2tDr. GaryeCimille geprueentt0un g;addpchoc pourjle egys. O1tse demandnrai9 )rosq,hlca q, él ministartmcle geproduia ici vre L apooraer.éMris, aney réfléchissanaybhei, o2 sïti (RTaoerçoiL q, ministiaey atPàedeaesoitcré r une atmosphèren articulière qs ,mde#pgèsoouodelloii, gà#82rne 2l ocauysi. br> br>aireue année.

Mi2dial sdtili.ca,0Le 24 janvrerte 12 br> br> 217;agronome br> Laea eétilirdellH natili&li é faia deenà#82aullH une de0u s jétri&uxpetea0:u stmédias. Letsénatcurp 217;agronome -gà#82rnee au 217;agronome Cïti (RT s,eé abPio à Ta:dl a procHaïtheid s,enatili&lisLv e,eorguv pre x. Q,iepour;ai,eoedPuisrepgoetlr,ycompae-teeu duregix axtrre éegyélpr50u s ancêtrem potr7transformer le camp deiconcentlaeil& apoeeétSaint Dommngue eidun segtrie. br> br> Jedm sreveldi de Haïthei, maisijïti (RTabhsrtc le#natili&lismando Lmse gargal s au caux esiyenooues au e,e olluen,elatdiscouriomédiati de. N sonveloaïtt seejoure dministèhi asériyan0exemplvyà0P ministocca i21ndail a procieauguratiliUdu campuécde Limonade. Je#egucioe a p20;campué a p21; eteu &# a p20;unilarirté a p21;. Enefaia,M eetermeeexage dev;adtdêouv a p20;complvxaeimmobilrer a p21; de Limonade. Mristper importt la Pr! Cepanda L, pa1l r del a p20;P ministUnilariité dealaoHimeo a p21; ouodella gif ocasséné à0u tr egysypr50Pa Rép#leia e Dommnicaine, relèveedçtla7plsoncras lcbêtrl . Unecadeautsïti (RTaccepte ;se délégancv e,eg;aeitude, putsts a procutilrl ;se defficacrté. Eneaucunica , iaeuensouradtdsesvii del entlecdaux pauplvsndo Lmt seeuaquée dietéfêtd s,ede vmanr pgog;essmvee auylçursecoeondaiaux euydçtsaisriyP ministocca i21ndaidé82loppnr Pe r solmaarrté. Il fart remarquei q,hlca#natili&lisman s,ec0ysi sélcgeiftq, ministexagerbé la Pr; ilmne sïti (RT xerce q,hlcoeouv lese a p20;pat ,saegys a p21; Pisi)lsonproetls deenà#s. N ïtténorsenatili&lisLvs soauatemarquable De sile cieuxddevanLr as cadeauxndail a procEspagne,edçtla7Francenhmsdas États-Unis,etràisaegys q, mi sonoau pourraaujc&uséeoedplusedett rts. a p20;Dant ourilgan fòonsou bananntmi a p21;. Affaire de v sdstsa1spdorth. br> br> En o0:u , jedm ssa1satrèstmal#àmuaquée dcrl fae à0un snatili&li é baséecstr7leesaag. Scheitrfa demtnt,ycalaeielti auyprsplacrorth. Il nïti (RTy at asadaéracas huma p s, seulae au unepespècendaibipèdls asseztétranges,et songgaltmtnt dorém potr7leplangage( tjPa csinerie. Ontdybed2ciup i2smstécstr7leur pgopeioion àtsaquée dcffront r s sondls pgétextescdilari, àtsestraiter muL allae au daquée danim&ux, voire de démoes. La réali é s,eq, ministias nïti (RToauacam é daquée dieter-copurlr,y;se dtorjétrécl smre égueultaL la Pr:#ni0un snà#82lle espèce,#ni0un m2let, ni0un m2lâts ,lni0un m2raaujmais#tort simpltmentyanehuma p, ;se dla mre éimprem i21na Lv capacrté pourjPa csmmuiicaeili( tjPa csinerie. br> br> Jedhurle eidsile cl,letaqch fotstesepjministèhiteedsui2sulterp 217;agronome br> <217;agronome br> Dhlca#natili&lismanlà, o2 gPim eéimperceptillvmentylarioln natili&l-socialisma,M eefascisma,M ee;acisman eeuaquée dietolérance. J a procatteedsu;se dangois l Pa gueurgndcaddu terme la Pr:# a p20;Haïtheidasttlnti de a p21;. br> Un deimls amisisouffre daquée danémiolapnomi de. Iladodtdêouv transfuséeaurCanada,letaqch 15 jétré. V sonimcgineztbheidq, ministiaeuïti (RT s,e asatrèstregardaaujsurjPa natili&li é dçtsva dlinhurs. Mristesiyes,-iléarjétrd a prochui la Pr? DeputstPeltempéMq, éduraison épge#82eiaeuïti (RTa7plsonune gouaa de te saagrogucieux transmis0pr50aieimèresouou&#eèrt,ieux-mre stHaïtheis d a procàrigiian ee a p20;uïti (RTayantyjamaisireloacétà0Pcu50uatili&li é a p21;. Es,-ilécoedampé à0uedplusesesvii l egys oùeiae s,enépetea0qchl iaeuïti (RTa7pasacam é deov s r saovih la Pr? Uneéaernel7torrisLv à0Pa peautbynezée la Pr? br> br> Fast-ilérapoeeer à0u s natili&lisLvs dçtsvsvice, q,hl asau&ydesthéros deel ministIedépanda cemuïti (RTé aims a p20;Haïtheidd a procàrigiia a p21; la Pr; n U 217;agronome br> Dïti (RTaipre rs,7laquée dhiétoire mi2dial ei sonoffre bheiddls exemplvsidteceslhammesuhmsfemmesuesiysetsoau bamtus,eo Lmsacr fiéevnlontairee auyPe r v eepourjdas egys oùeiasmuïti (RTé ai auyprspnés. br> Fast-ilérapoeeer lerglorraux épisodesdes BrigadeslInternatili&lac, q,icoauamobilrléddls milliariodelvnlontaires de#noues ux egys,ypourjPa défanse dellH Rép#leia e Espagnolhlcoeouv lesefascistescdirigéstpr50Francodhmsappuyéstpr50Hitler et0Mussolini la Pr? br> br> Le g;oupt 217;agronome br> Plsonprès deenà#s,l 217;agronome Les natili&lisLvs dçtetlzti sonqs mvocifèsen,elatplus, so L ensmre étempéMPisi)lsonfvsvelus adm rata21sodçtu s tuta21soNord-Améficains.oCertamnl so L mre éallés(jouq,ministèà f21ier uid a p20; 217;agronome br> Ilécoubli auysa1spdorthyq,hlsi lisiUSAtso Lmdçveeuïtettres auye tirechégémon a eé, taauydestpoidtiodelvue éefeommese,yscheitrfa deyq,hlmil taire,ycïti (RT s,ee g;addelpartie pourjasériyété per regardaauststr7l a procàrigiianoujPa natili&li é dçtqs mesuvaitncoeouibunr au pgog;èsMlu egys. A psi, Eies e p, juif#a eemand,l 217;agronome br> La7plser5audministèhiouv n sonsammesufiariodel 217;agronome br> N sonn sonobst pl&é,tau nom dministèu&#natili&lismanv scérar, àtpgiverdu tr egtriç datla7clm éteecenhmsdusegtriotrlmttprtiammelu0eng;adgéstdaaïtu tr diaspora, maia ggaltmtnt dellH csnouibuti21ndaquée détrangeré d a procàrigiia,rsincère De cttaohéstà0Pa c&usolhaïtheine. Harotstr7q,iduïti (RT s,e asaHaïtheiddçtsang la Pr! Pourraaujdas diplomrtes et dirigeadaé d a procONG q,iduïti (RTo Lmniecffeceilijnitrespect pou50u us, dirige Lmnotlecvieaesotidheinenhmsb&lise Lmnotlecfutur,ndaputstPelcoeonduUde u s am ilates(jouq,ministèautbudgetedveP ministÉtatcetea0 formaeage(de#notr forceop#leia e. br> br> <217;agronome br> La7Coes itueiliede 1987 hsLmun tim u daquée d deohére cas eL daquée d deimgruités,eélaboré pr50unepdict&turesmil taire surtort pgéoccupéhldelgarantmrjlesnpr viuèges dealaosoldatosq,h, qs tLv à0jltei q,çla eép s démocrrtia eépàmun pauplvyam oiffé dçtetangement.iLes ambigürtésude temtelcharth,nPisidiffére clstentretsva variionsocgéolv e,efra2çaioe,tso Lmdçveeuts oedf21is daycommtrcendasijrrisLvs, coes itueilin&lisLvs etea0:u st)Olatologuesuesiy)réteede Lmnosonfairtelaeleçli. br> br> Arjétrd a prochuieq,çtu useavois, no&# asaun smais(tràisaCoes itueilis (an fra2çaiomnon-ameldé, eidfra2çaiomameldéuhmsenocgéolv ietouohé),tu s expertsiseddéchaînent.iCepanda L, lH vérité hsLmt se. simplto à Ta:dla7Coes itueiliede 1987,jsitpoidtipre oe q,antyà7la natili&li é durPguemanda dellH Rép#leia e,ecalle durPgemrertM t ltle,ndasidép aééuhmssénatcurs,d s,emuemtelsurjcelle dea déléguééuhmsvice-déléguéé,edes(mvues stdellH CouredvjCassdtili,Mdas timmandants-en-chef des FAd a procHtemsdatla7PNH, durPgfeogee21Udu cito de,0ete s,e lutôL vase oe str7les mvues std ministASEC,nPisimaires,M eeCimsei 7Élcgeorar Par ane t,0etc. Qcoindaquée détlina Lpq,hlda1spunet2l marécage,nPisicrocodilesiseimluve msase dta L0deesouplvsse. br> br> AllH Commms ilirsénatol a e récammelu0forméh, je recammandnraia daiseiconcentlerjsurjPa natili&li é dudChef dveP ministÉtatcetecalle durPgemrertM t ltle,nplutôL q,hldaiseiloncerUda1spune chas l tort azimrt, éesivala L0deefaia à0u ye50Peterim oi.iSiil a procu&#ou l a procautre dteceslplusehauts7fonctilinaires déteeaia deefai9 une autre natili&li é, ilédev;adtdêouv coedampé, no&#surjtemtelbase, maia pourjasériydélibérée auytràm éylçursecoecito des. br> br> La#natili&lisman s,eune reveldicaeili(tliitrua Lv e,esouve tec1euft,7lesegtriotrlmttan0engagemtnt,yuijdo 0deesoi.dLa#natili&li é hsLmun hél age,nalorioq,ministèun segtrieiseiméfite,ycïti (RT s,eane csnquêtc ear ane t . L ministêouv huma ptuïti (RT s,e asactjes a prociaeuaît, maia ctjes a prociaefai9. br> Pourjma part,0jaen a procaurais#aucunipgoblèmt à0ê9 aeiirigé pr50undChef dveP ministÉtatcsvsbo-croatt,epourvujes a prociaeaitndémoeoué, horsedl tort dorth,nson0engagemtntypourjPa démocrrtia et0Petpgog;èsMen Haïth. Une atriote hnlsomme. br> br> . br> Patriek Elie hsLmun collaboratcurpguguli rudçtMi2dial sdtili.ca. br> br>aire < />ue année.

br>aireue année.

Dls milliariod a procHaïtheiscoauasouff2rttdaaïtdestcandieilistatroc stdellH dict&turesdel<217;agronome aire<aia>aidt> aidl>ue année.

br>aire<
aia>aidt> aidl>uehrannée.

< />ue année.

br>aire 2rés au egys etecauxndo Lmuaquée deiteedementy asoe pr50Petfiltreod a procu&e v eepasséelautloii.iDaaïtcestcandieilis,7laquée dobjectiv éMne perteres roq,ministèuneg;addpmo9 q,hlcartamnl nïti (RThésiteau pourraaujjamaisiàsreveldi der. br> br> Laïttémoignrges ici soauat sjétrécl s bheiveeuï. Eneatteeda L, u sonpour; liomrapoeeer,écommt u&e référe cle luseoudmoiistbrmnguebala Le,llH dénnérdtili dçt)Olata de générare durPgemrertM t ltlei 217;agronome br>aire<
aia>aidt> aidl>ue année.

nqs mvi auyde#sortii &uxpÉdieilistde laoMaisl& des seieices deel ministHommt et &uxpÉdieilistde l ministUnilariité daquée dÉtatcd a procHaïth. Letlivs larétécéd éM ari 217;agronome br> 2panronome 'stro_docume L_1402 stro_docume Ls stro_docume Ls_ctnter' e<ai2panP br> br> Iltsaquée dcgia daquée duiUouvrrge scheitrfa de, écl ,e arides unilarirtaires,Md mtetlretlurs,ddls expertsimnternatili&ux euydçc0acte21s dealaosocié étc viuolhaïtheine,tesiyes, dast pé à0u ur; rple débaalsurjPa rcgaes uuctiontd a procHaïth. Une rcgaes uuctiontqs mdeux a1spapièstleltrembltmtnt delterrleuïti (RTa7pasae tirecvél ablee au commtacé. br> Cet0ouvrrge clm orttjlesnpr deipalesimnterveeti21leduatilloa e «es en Haïtho à Ta:dlts oeedemamnl qs mtreuedtnto à Ta»pdu 12 janvrerte 11icipsiMq, édasicsnouibuti21s extéfi>us std ministexpertsiuïti (RTayanty asapr5tmcipéeaurtilloa e maia do Lmuaquée dàpiniontou le#rôln q, ministias jéten rda1spla rcgaes uuctiontPe r dlinhnL un selacesimporraautjda1sple débatcd a procarjétrd a prochuie(an artmculi r, dvsere loMfallva daquée dorant loeilic0humanrtaires hmsde dé82loppne au). br> La#trembltmtnt delterrledu 12 janvrertpert-iléêtre uaquée dévénlmelunqs mva fairteémerg r une nà#82lle énlrgiolcollcgeivh la Pr? Cïti (RT s,eoaea eétilirem edaialletesiyes, aboriéejdaaïtcet0ouvrrge clllcgeifte&#plusodesueseétilis str7les te loMfalilrtésuhuma p stasaau7oa c&tas uopha, le#rôln des(médiasn eeuaquée dengagemtntydhlcartamnl acte21s. br> Iltsouhaitencoeouibunr à0un serieeede coeseieice et0iaeatP ministambit l& deldliner aux s#rvisaaustPelcourage(de#nle luseaccepterjPaquée d dacceptallv e,elaquée dénlrgiolafii q, é)lusejamaisiHaïthlnïti (RTaialàyceenaîtstjdeltellesleragédiesuhmssetretrà#82nda1spla situdtili daaïtoaqchllenPi egys saquée dé aimsotntemelu0enfoacé. br> br> <217;agronome 217;agronome 217;agronome br> 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome br> 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome br> 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome br> 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome br> 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome 217;agronome br>aire < />ue année.

br> Cïti (RT s,ev;ad,tu useavoisserieduijsérraux r mardc;se dl ministaceu&li é. Pourraau,ePesaieformaeilisncodainuai auydaquée dargiver, et0iaefart bheidrecaenaîouv n sefartes. Essay21ledo cddçtrepgeedrolPelcours de#notr csmmuiicae li. br> br> <217;agronome br> La#M t ltleddltla7Pguemandcl,letargéidasiHaïtheis visaaulàeP ministétranger, Mro à Ta 217;agronome Activae au0rectlretétpr50la polactehaïtheine potr7sl& mmolicaeili(présuméhadaaïtdestactem daquée denlève De,edçtséq,hstrdtili dçt)ersoinesteL daquée das am inaas, iléanpudévmter7les filetïtdesthammesudel<217;agronome Ase dla darnrèrt guvéldtili faitenpr50Petm t ltledDaaiel Supolice, o2 sïti (RTatteed àeteMq, édasihammesu uoptputssa Lm potr7ê9 aejusticiallva en Haïthcaipren,estr7les bordiodella Seine potr7leurncoecart lugubs à0lH pluseg;adde satisface li dvseau:ol tésufra2çaioem. br> br>aire < />ue année.

br> <217;agronome Samedi maeii àe8h19,y;près onzteh>us stdatdiscusiionsomntenses,M eepgfjeLydu Dr. GarryeCimille arétécNcceptétpr5081idép aééustr7les 88 esi é aielu0prueentstPorsydu voth, et07 absteeti21s.é br> LerPgemrertM t ltleia rem rcié0la Chaues tbasoe eidrecaenatssa L q,hlcamtelaopràbatilijne coes ituai9 )asauijleadc-seing potr7sl& gà#82rnee au e,elui-mre . Ilaa dutov slériyte ri compaeedes remarqueïtettretimmandaeilisnévoquéhscuorsedes(débats, et0iaesïti (RT s,eaffirmé déterminé à0entrepreedrolc0ysitôL laelétrdaetâche esiyosiyinooueaitndésormais.oCommt t sonPisiobsvsvate21s dealaov eehaïtheine,tiaesaitntuoptbheidàdqchl poidtmle pauplvycommtaçaialàyseilom er daquée datteedrolceomimelu0enfii favogallv. br> br>aire < />ue année.

br>aireue année.

us sthmssïti (RT s,esïti (RTachevéylario3h15 du maeii pr50undvoth favogallv.rLH séancenaurasduré aultotal près dee12eh>us s. br> br>aire aire «es en LerPgemrertM t ltleien accordc;se dli Pguemanda ch isit7les mvues stdeasl& Cabinettm t ltérrar euese0prueenteédevanLr a Parle De cfinédaquée dobte ri undvoth de coefiancenstr7sa(dénnérdtili dçt)Olata de générare. Letvoth a lieunautscrueii p#leic eteàylH majorrtédabsol,hldaichacun sdesideux (2) Chaues s.iDaaïtoeica daquée duiUvoth de no&#coefiancenpr50lministèun sdesideux (2) Chaues s,tlaserocédurairetimmndcl.o à Ta» br> br> Apièssotcturesdellaquée d,nPi Pguemanda durSénat aserocédé7auevoth la Pr: br> «es en ...m rci, je rapoeeleoq,ellH majorrtédabsol,hlau nila&u durSénat dellH Rép#leia ed s,ede 16,llH dénnérdtili dçtPOlata de Générare durPgemrertM t ltlei s,emrl ;uevoth, caux esiyso Lm our, levlztPH main sïti (RTilév sonplaîu. PgemrertSecgétaire, faitestPelcoeorôln potr7moi,0e rci 16 potr la Pr; caux esiyso Lmcoeouv, levlztPH main sïti (RTilév sonplaîu, 4mcoeouv la Pr; caux esiysaquée dabst éconnt, levlztPH main sïti (RTilév sonplaîu, 5 absteeti21s.éLH dénnérdtili dçtPOlata de Générare durPgemrertM t ltlei 217;agronome br> LerPgemrertM t ltleiCimille dev;assetsoum mtrolau mêmeeexercice devanLr a Chaues tdasiDép aéé,ycenveldrodi [sauftreporalimprévu]. Sïti (RTiléobtihnL undvoth favogallv,nPi no#82aulPgemrertM t ltle e,esoidcabinettm t ltérrar pour;olu0enfii, entlerjen7fonctili. br> br> Clm osie li dudcabinettm t ltérrar durGà#82rnee au Mrraelly-Cimille la Pr:d
http://www.haitilibrh.tim/artmcle-4017-haiti-)Olata de-clm osie li-du-cabinet-m t lteriel-du-gà#82rnee au-mrraelly-cimille.htmlaia> br> br>aire < />ue année.

br>aireue année.

La gucol du pr dtempémdçm>2rç eidgénérar faillv àjtravario)rosq,hlt se.onlcs7gug 21leduaegys àylH suia dealaoséctlresoe eireg ltlée e1treomarsteeejoii. Eneclm araisl& des cin darnrèrts renées,lcamtelsitudtili a elgeldréoune faillv dusponibilrté en0produiasMaldmtntaires locaux da1sples zoneseles plusocffeceées0commttda1sples dé arteme Ls durSud min08T s,e(CôLvs dçtfer, G;add min08TGosi r httAnse min08Tà min08TPitsts), durNord min08TOu s,e(Baiç datHeine,tBoueardopOlas), durNorde(Bahli,MPignon, et0Ranqs tLv),nhmsdusNord min08TEsa (Ferri r, ForalLiberté, Terri r min08TRougo,0Caracol),n articulièremelu0en aoûtteuesepteues . br> Da1sples gug 21leduaSud0où0Pes plaaureilistde pr dtempé oau prrttallae au ré0ysi,jlesnpr xddls eroduiasMaldmtntaires locaux commttuaomaïstsaquée dcffichentyà7la baissv. Par0exemplv,rda1spla rug 21ddls Cayvs, coesidélée commt l a procun sdesipluseg;addes zonesepuoductrices#du maïs,tlasmarmia dea6tlivs ït s,epasséeldea68 gà#rdva en joilleteày50 gà#rdva ;u début du mii daquée daoût. LetharicoLmnoii &yceenuduie baissvrda1spla rug 21ddls Gonaïvvs, maisiiae s,een hc0ysvrda1spla rug 21ddls Cayvstemsdatla7G;add min08TAnse eidraisl& des semtstenUcours da1sples mimeagnesuhummans.iLes eroduiasMimporrés0commttua riz et0Petmaïstsontyà7la hc0ysvrsurjPa plser5audes marchés.oCemtelaugmtntae li dudegix as,eduv àjune transmis io&#du#coursedes(eroduiasMstr7leémarchélmi2dial,icipsiMq,aquée dà7la baissvydu volumesimporré.iSiila tanda cemdudegix dudriz se maintie t,0elln potr;asaggravarjPaquée d déécur éMaldmtntaire da1sple egys au#coursedes(erochaiistmii da1spla mes2rç où0Pedriz coes ituellaquée daldmtntsdatbasesdatla7popurae li. br> Ase dcemtelaugmtntae li dudegix dudriz eL daquée da0:u st)roduiasMdatbasescommttua sucre,nPi pr vériydïti (RTachauydestpauvs ïtcodainuara de diminder.tSeloidlaquée dIes itueaHaïtheiddçtStae sti desteL daquée dIeformaeia eé, leltaux daquée d dfldtiliMen gPim e De cenuel sïti (RTaoproetlede 10o à Ta%. Eneo0:u , la maenate local , la gà#rdv,iseddéogucienpr50rapoora ;u dollar.oCe esiyentraînara une apoguciae li dvsecoûtsedes(eroduiasMimporrés0do Lmu steroduiasMaldmtntaires pourelesqchlstenvirli dçt50o à Ta%edes(besoiistdatla7popurae litsontyimporrés. T se.fots, o2 obsvsvteu&e 217;agronome br> <217;agronome br> <217;agronome ocelyne Po à Ta: br> br> Les semtstmardifsthffectuééuhn jointso Lm rom mteurs da1sples csmmuiestdatla7po dte occmandaalt ducdg arteme L.iLes gucol s débute;olu0lariolatmi a p08Tsepteues . Du faia deela7parirsraac dealaoséctlresoe au#coursedes(tràisadarnrèrts saisl&émea deela7paraeedes cultures,jlesnpauvs ïtres ro L enscrieee(Phases3)0en aoûtteuehnlsepteues tda1sples csmmuiestdatBaiç datHeinemea deeBoueardopOlas. Entroloctoes thmsdéceues t atsitudtili sïti (RTamélilrara etM es pauvs ïtpassvrontyà7la phases2.iDaaïtoalpartie orradaalt ducdg arteme L,t atsitudtili s,eseioibltmtnt mv pre re, maia se maintie tehn a p08Tdem lustdatla7normalv. br> br> <217;agronome ocelyne Po à Ta: br> br> Sieles pluiesuoauafavogioéple dé82loppne auedvs cultures da1sples mimeagnesuhummans,alaoséctlresoe am rovoquénPiur paraeeà Ferrié, ForalLiberté (àeuaquée dexceptili dealaoplaine delMariearoux), Terri r Rougo,0Caracol etMTrou a p08Tdu a p08TNord),n rnlongeadaicipsiMlaopéfiodesdesjonctili,uesiy)reed finégénéraremelu0en joii. Àlpartiiydeejoillet,rda1spla zonetde plaine eidmonoculture,jlesnrizrèrts so L enscroissanceeg;âc à0lH mimeét ducnila&u daquée de&u da1sples givrèrts etM es laglis.iLes erix soau stallva maia pluseélevésoq, minist2n joilletee 10.éLH majorrtéddls pauvs ïtres ro L ensogucarrtée(Phases2)0en aoûtteuesepteues . Ase dles gucol s atteeduesedes(momeagnesuhummans,aune légèrt amélilrae li dealaositudtili )ertesïti (RTopérei e1treooctoes thmsdéceues .rLH proximitétdltla7Rép#leia e Dommnicainetoffre das op ortunitéstdlttravail euydçc0rçveeuïtponctchlstuorsedes(jours de#marchés [lu2di etylaldrodi] à dls milliariodel)ersoinestqs mtravarienLr a frontrèrt. br> br> <217;agronome ocelyne Po à Ta: br> br> Prosq,hlt se.pla rug 21ddurNordeé aimsfrapoéetpr50la séctlresoe qs masr mardé les semtstdu pr dtempé la Pr; casadarnrarioo Lm ueêts mnitiééuhn joint;se dl ministargivé sdesipluins.iLes zoneserép aé s aridas timmatBahli,MRanqs tLv etyPignoncoauaétéeles plusocffeceées.iLes eauvs ïtseddéolacelu0lariolatRép#leia e Dommnicainetoutda1sples csmmuiestdatQuartier Mor dmea deeLimonade à0lH rectlrett ductravail. Ilécso Lm ourjPa plser5auenscrieee(Phases3), maia ase dles gucol s du maïsnhmsdussorgho esiysaquée déctll21nero L en9 aefinlsepteues tet0octoes ,nPiur situdtili aldmtntaire dev;adtdsïti (RTamélilrar. Ilécs ro L ensPhases2 e1treooctoes thmsdéceues . br> br> <217;agronome ocelyne Po à Ta: br> br> La rug 21ddurSud min08TEs, a ggaltmtnt souff2rttdealaoséctlresoe panda L laopéfiodesdesplaaureili e1treomarsteeejoii. Lvseper s du maïsnhmsdusharicoLmso L eétimées à0envirli 50o à Ta%edaaïtoalplser5audes zonesede production. G;add min08TGosi r,tAnse à0Pitsts( tjCôLvs a p08Tde a p08TFermso L les csmmuiestles plusotouohées.iLesharicoLm s,eoaepr deipale sourcenda0rçveeuïtpour les agrmculte21s d ministAnse min08Tà min08TPitstsmea deeG;add min08TGosi r.rLH paraeede temtelculturem s,euvaluée à0plusedet30o à Ta%edaaïtcesldeux darnrèrts csmmuies,0réduisa L l ministaccèsddls pauvs ïtaux aldmtntsMdatbase. De plus, la rug 21ddljCôLvs a p08Tde a p08TFermarétéctouohéetpr50la tempêLv Emil e qs masandimmagéeles fruiasMen0produce li (avocaLs eteares stvél ables).iLes eauvs ïtdetcestcammuiests ro L enscrieeepanda L le mii daquée daoûtmea deesepteues , maia pourraielu0vériyPe r situdtili sïti (RTamélilrar e1treooctoes thmsdéceues [eidlaquée dcbsvac deapgoblèmtstclimaeia eé]jen7faseuredvserucol s du haricoLm L daquée da0:u stcultures seméva en joilleteeteaoûtmà Belln min08TAnse ettAnse min08Tà min08TPitsts.iCepanda L, CôLvs a p08Tde a p08TFermcodainuara à0ê9 aeenscrieeejouq,ministèàdlH finédvedéceues q,and commtacara la gucol du sorgho hmsduseii eimgo. br> HL/aHaïthLibrh / FEWS NET/ CNSA br> br>aire < />ue année.

br> <217;agronome br>aireue année.

br> Enthffet,càe1 h pmlceomardiy23 aoûtte 11, laquée dœiléde Paquée douragai Irènetarétéclocalisé àe20.7édegréstdatla itudv7nordtet071.2édegréstdatlne itudv7ou s,esoi9 170 kmtau7nordtnord-ou s,edv7O,anammntha, 140kmtau7nordtnord-as,edu0Cap-Hai9iedmea 260kmtau7nord- s,edv7Ppolitance de . Ilaseddéolacecàe17km/htenUdircge li ou s,enord-ou s,. Les velus max soufflentyà7160 km/htase ddvserafal s bheicplusesupéfi>us s. Les velus daquée douragai soufflentymaintenan rda1spu&#ray21edv785 kmtàlpartiiydu centle etM es vtntsMdattempêLvs surjun#ray21edv7335 kmtt sjétrécàlpartiiydu centle.rLH prem li centlale mes2réed s,ede 977 hectopascals. br> br> «es en Irèneo à Ta»ppert pgoduire e1treo100yà7150 millimèts ïtdespluiç eidplaine, maia ase ddls excéde tstdategucipitoeilic0str7les terraiistmimeagneuxedvserug 21lenordtet0centle d a procHaïthjarjétrd a prochui. Une largonzonetde pgucipitoeiliaseddé82loppant au0stdtdltla7Rép#leia e Dommnicainetpourraitcat e pdrolggaltmtnt la rug 21dstdtduaegys cet0;près-midi etyceesoir. br> br> Enecleséq,hace,dledSPGRD maintie teceomardiy23 aoûttte 11iledcnila&u de vigilonce rougondurPlai Natili&l deeGeétilirdvseRisq,hs euydçc0Désas uase(PNGRD) ( i.e.rrisq,h daquée d mpacL daquée d dtensitétviolentyà7extrême)sfacelaux mvnaceslparirsraaLvs dçtfor s pluins,edvecaup de ve L,tase drisq,hs daquée déboultmtnts,edvegPim e De de terraii eL daquée d dondaeilisndaquée d dtensitétrougonpotr7tous n sedé arteme Ls notame auyPeinord- s,,yPeinord,yPeinord-ou s,,M eeceeouv, laquée dou s,eeL l ministArtibon t . br> br> LesCNMedvecaecart ;se dli SPGRD, la DPC( tjPa SEMANAHimnterdit7les opérreilistde cabourge str7toue.tla7côLv7nordtd a procHaïthejouq,ministèàdnà#82l ordle.rCemtelmes2rç decres rictiont our;adtdsïti (RTéteedrolstr7les côLvs stdtet0Petgolf dealaoGonâvhlsi cïti (RT s,enéc s aire. br> br> LesCNMedvecaecart ;se dli SPGRD, la DPC, laquée dAANeeL l ministOFNACimnterdit7ggaltmtnt les volsMen0provenane eteàydast pae li dvseaéroporLs durCap-Hai9ied,edv7Ppolide-Paix euydç H deheejouq,ministèàdnà#82l ordle.r br> br> <217;agronome br> LedSPGRD tjPa DPC(demandnntyà7la popurae litdes zoneseàdrisq,hs daquée d dondaeili, daquée déboultmtnts,edvegPim e De de terraii decrespectnr les cimshgnls su vaaLvs. br> * Sedctelir àel a procécoue.tdes(mvs ages météo. br> * M mtrolhorsedaquée de&u tort ce qs mperteêts andimmagéeeidcas daquée d dondaeili. br> * Rejo pdrolvotr logemtntyou leseabriedsûréc ignaléstpr50laseau:ol tésulocal ïtdestcamitéstdé arteme Laux. br> * Cimsolmanr les toi9us sthn tôlv e,elaemrl à0la terre das auhs da1sples campé. br>aire · Nemtravarierples givrèrts enscrue sosonaucunipgétexte. br> * De sïti (RTabritei e1 lieuxdsûrécà laquée d dtéfi>usedes(maisl&é,tloiiedes(fenêtres lorsedes(orages violents. br> br>aire Chef dveSvsvic deaPlaiificaeili(euydç Mobilrlae li dvseRem lurc m br> Dircge li dltla7Pgfeoge li C viuol(DPC) br> M t ltèresdellaquée dIdtéfi>useeuydçc0CollcgeivitéstTerritol a ese(MICT) br> (509) 3733-5953 / 3472-6092 br>aire < />ue année.

br> <2panronome 'stro_docume L_1305 stro_docume Ls stro_docume Ls_ctnter' e<ai2panP br>aireue année.

br> Les 217;agronome us s. E le faia pes r dls mvnaceslparirsraacvs dçtfor s pluins,edveforLs vtntstase ddvserisq,hs accrus daquée déboultmtnts,edvegPim e Des de terraii eL daquée d dondaeilisnsurjl a procensemblt ducegys, eidraisl& deeuaquée dextrême vulnérabilrté dhlcartamnl dé arteme Ls. br> LesSecgétal at ear ane tedvegeétilirdvserisq,hs euydçc0désas uas (SPGRD) tjPa Dircge li dltla7Pgfeoge li c viuol(DPC)coauaace véple Centle d a procopérreilistd a procurgvac natili&l et0;poeele L laopopurae litdes zoneseàdrisq,hs daquée d dondaeili, daquée déboultmtnt,edvegPim e De de terraii àcrespectnr les cimshgnls su vaaLvso à Ta: br> br>  Se telir àel a procécoue.tdes(mvs ages météo la Pr; br>  M mtrolhorsedaquée de&u tort ce qs mperteêts andimmagéeeidcas daquée d dondaeili la Pr; br>  Cimsolmanr les toi9us sthn tôlvs etM es auhs da1sples campé (jouq,ministèàdeeomardiy;près-midi) la Pr; br>  Cims ituerples gésvsvtsMaldmtntaires la Pr; br>  Se pgu arnr à0évacunr si néc s aire les zoneseexposées#aux ieondaeilisne,egPim e Des de terraiio à Ta:dplaines ieondables, bordiodelm r,traviies,0rivrèrts, floncsedes(momeagnes,0etc. la Pr; br>  Nemtravarierples givrèrts enscrue sosonaucunipgétexte la Pr; br>  Sïti (RTabritei e1 lieudsûrcà laquée d dtéfi>usedes(maisl&é,tloiiedes(fenêtres lorsedes(orages violents. br> br> LesSystème natili&l deegeétilirdvserisq,hs euydçc0désas uas,t;se dl ministapps mdesapr5tenaires mnternatili&ux,0renforcenlH mibilrlae li pourjacclm agnert atpopurae lithaïtheine. Lçc0Coord pae listdé arteme Lales,jlesncamitéstcammui&ux euylocaux,icipsiMq, éles sape21s-vnlontaires detlaseroeoge li c viuolso L ensétatcd a procalarae,lalorioq,elle Centle natili&l deemétéornlogiencodainua7à su vrecat entivae au0uaquée dévolue li dudsystème gyclonia e pourjenaieformert atpopurae li. br> br> Pourjplused a procieformaeiliecaecarna L laométéo la Pr: br> a href="http://www.meteo-haiti.gà#8.ht"ronome www.meteo-haiti.gà#8.htaia> br> a href="http://www.meteo-haiti.gà#8.ht/vigilonce.php"ronome http://www.meteo-haiti.gà#8.ht/vigilonce.phpaia> br> br>aire < />ue année.

br> Hiermsoir,<217;agronome useeuytamborrine21Udu groupe <217;agronome br> «es en J ministam leltamborr daaïto a procâmoce,elaemusiq,hlda1splva enerailleso à Ta»pdixia Azor. br> br> Lesgroupe «es en Rac p Mapou de Azoro à Ta»pé aimsiirigé pr50LénordtFortuné «es en Azoro à Ta», etant>useeuytamborrine21Uqs masappr5tenueàyda noues usesuformaeilisnde (do LmSS Onemea Scorpio) ou de (troupe Bak sléu), asaau7deefairtepartie du groupe «es en Rac p Kanga de Wawao à Ta».iDaaïtoes renées 90,7portétpr50lepmiuvae au0<217;agronome (templvlvodo#) àylH scène.t br> br> Lessuccèsdre coeouétpr50lepgroupe «es en Rac p Mapou de Azoro à Ta»pshgnifiatla7normalrlae li dulvodo#, àjtravariosaemusiq,h,osaerecaenatssa ceden7ta L q,hlculture,jeL l ministacceptatili dealaopr5auafricaineteL gysaine dellaquée d andaitéthaïtheine. br> Da1sptemtelopa q,h,oles mvues stdusgroupe,0qs mrecaenatsseauat sseêts des vodouisa Ls eraeia ants,esïti (RTinscrive teexpliciee De daaïtoaltradieilijeL l ministunilaridsymboliq,hlvodo#,dauqchl Pi nom du groupe faia référe cl. Ilécaspirentyà7mainten rple coeoacL ase dles gac p stdealaotradieilijeL dudsacué, à laquée d magondur 217;agronome br> Musicaltmtnt,ease detantsiet0percusiions,ytamborrstbasoec0etltimgaé, lelgroupe «es en Rac p Mapou de Azoro à Ta»pmnterprèe.tla7musiq,hltradieilinllle ou rac p pure,jcïti (RT s,-à-dirc(sa1sparrangemelu0modarni niyins uumelu0élcgeriq,h. Mrrquéhtpr50lepbamtemelu0innomeallv das amborrstd a prociespiratili 217;agronome ocelyne P, etant> l ministattache De cux rac p stou commtate les épisld stdealaov eepolata demetla0:u st derelleslartisti des... br> br>aire<aiiframoe< br> Apièssplu içursetorrnéeécà laquée détranger (do Lmne2flvoyages au Japon)uhmsu& film docume Lairte( di <217;agronome Arjétrd a prochuieHaïthjaaperduruneg;addpartiste. br> br> HL/aHaïthLibrh br> br> < />ue année.

br>aireue année.

o à Ta».i br> br> Cemtelnà#82lle associatili de psychnlog,hs haïtheis sïti (RT s,epràposé «es en daquée douv; rple débaale,elaeréflexionMstr7les traumaeismes elgeldréstpr50latséismandu 12 janvrerte 10, daaïtoeisosci dvecaeouibunr à0un smv pre reserieeeeiechargonpsychn-socinlogia e des(Haïtheines euydçc0Haïtheiso à Ta», pert-oidlire da1sple docume L dusouibué#aux ievitéstet &uxppr5tmcipants. br> br> Panda L tràisajétré, dur30 joint;uy2 joilletee 11,Md mteonfére crarioveeuïtde France, delSutssa, durCanada-Québec euydçc0États-Uniioo Lmdébaatumase dleursecollèg,hs haïtheis des s so-thèmtstsu vaaLso à Ta: br> br> * LelPsychnlog,hlda1spl a procHaïthed a procArjétrd a prochui br> * Multidisciplinarrtéeda1splva AppuisiPsychnsociaux en Haïth br> * Aoproetls Famil ales,jCammui&utaires hmsCollcgeivestde pr eeeeiechargondes traumas br> * Référe tsiCulturels hmsMécnt lmesudelRuerlieice en Haïth br> * Exprem lis,jVerbalrlae lis hmsCommuiicae lis timmatThérapi s. br> br> Cettimgièssscheitrfa detsïti (RT s,efixé potr7objeceifsudel«es en ré0n rplestdiffére tsierofem linllstdealaosa Lé me Lale (Psychnlog,hs,jPsychiatuas,tTravailleurseSociaux,sMédec ps, Infirmrèrts, Guéfisslurs,detc.) potr7éetanges euydiscusiionso à Ta» la Pr; del«es en cims ituerpu&e vél abledplae.forme de discusiionm ourjPa sa Lé me Lale en Haïthcpr50la m eeeeieolacecdaquée duiUgésv&u de erofem linllsteL daquée d ds itueilisecaecarnéso à Ta»peuydç «es en m mtrolà0Pa dusposie li dealaosocié éthaïtheine desaieformaeilisnet csmmuiicae lissscheitrfa dec0str7les psychn traumas.o à Ta» br> br> LerBureau Caraïbe7deelïti (RT 217;agronome Da1sple mêmeeordle daquée d déh,eeL ourldliner à laquée davelirmdesaperspectivalepluseposie vns,aun mastei mnternatili&leeieosychnlogie s,een corrstd a procélaborat li àdlH facultétdem scheices huma p stdeelïti (RTUnilarirtétd a procÉtat. Iladev;asdem vsvirepanda L les cin renées erochaiies plu içursemilliariodel)ersoinesttraumaeisé stdusséismanhmsdaquée da0:u stc&tas uophastnaturellvs, maisiau i7deelïti (RTinsécur éMetla0:u stehénomènesteiésyà7la violenc urbaine. br>aire< a href="IMG/pdf/erog;amma-livs t.pdf" itle='PDF - 572.6 ko' type="apolicaeili/pdfaia>aidt> aidl>ue année.

< />ue année.

us td a procHaïthe(17h h>us tde France), str7 a href="http://www.g;ahn-mi2de.ora"ronome www.g;ahn-mi2de.oraaia> br> br> <2panronome 'stro_docume L_1284 stro_docume Ls stro_docume Ls_ctnter' e<ai2panP br> br> Les 217;agronome useeuydçeuaquée dextéfi>us,icipsiMq, édvseami daquée dHaïth. br> Arjétrd a prochui,y;près da noues uxyhfforLs,jcïti (RT s,#offici2l la Pr! LelGRAHN faia désormaisepartie intég;adtt ducegysrge socialthaïthei. Pour s sligner, laquée dancragondurGRAHN hnlsolthaïthei,rGRAHN-Haïthlievite(PisiHaïtheis deepartort euat ssecaux esiysupoorae L laocau tehaïtheine à su vrecstr7leéWeb,tenUdircgeedv7Ppolitance de ,llH diffu io&tdeasl& lonceme L,t es 217;agronome br> <217;agronome 1.s 217;agronome 2.s 217;agronome 3.s 217;agronome 4.s 217;agronome 5.s 217;agronome 6.s 217;agronome br> Blinl Ruceptili, with kindlregards, br> Raymi2d KERNIZAN br> Pruemanda dç GRAHN-France br> E-mail br>aire http://www.haiti-g;ahn.nitaia> br> a href="http://www.facebook.tim/pages/GRAHN-Mi2de/125665430829222?v=wall"ronome http://www.facebook.tim/pages/GRAHN-Mi2de/125665430829222 la Pr?v=wallaia> br> br>aire < />ue année.

br>aireue année.

br> À laquée docca io&tdisi50 anstdeelïti (RT 217;agronome br> <2panronome 'stro_docume L_1283 stro_docume Ls stro_docume Ls_ctnter' e<ai2panP br> br> Laajétrnéondur 217;agronome br> Enipgéludv7à eesgraddpévéneme L,t esBureau Caraïbe7deelïti (RTAUFepràpose au#p#leic toue.tune sérra daecaefére cls-débatslaeimées pr50laseécrivamnl etM es unilarirtairesthaïtheis.iLes21 join,7dee9h00yà714h00,nauraslieunautBureau Caraïbe7Agvac unilarirtaire dealaoFrancophoniet(AUF), sis#aur51,nrue DuforL,tBois#Varna,eu&e 217;agronome br> Les 217;agronome ,nase deimmatievitéoFritz Deshammes, Me Mo Lferri r Dorvalt(no&#coefirmé), Me BarnardtGà#m e, la madérrericetstra MirladdelMaeigat. br> br> Les 217;agronome la Pr; 2lle stra aeimée pr50 217;agronome br> ELm ourjfinirt es 217;agronome ,nase deimmatievitéo 217;agronome br> Lirolc0ysi la Pr: br> a href="http://www.haitilibrh.tim/artmcle-3156-haiti-culture-livs -en-fol e-e 11-una-edie li-exceptilinllle.html"ronome http://www.haitilibrh.tim/artmcle-3156-haiti-culture-livs -en-fol e-e 11-una-edie li-exceptilinllle.htmlaia> br> br> HaïthLibrh br>aire < />ue année.

br> Cïti (RT s,#à laquée dArcahaiç [àjune trtntainetde kilomèts ïtau7Nordtdltla7capitole]oq,elle Pruemanda <217;agronome br> «es en Pauplvydeelïti (RTArcahaiç, PauplvyHaïthei, br> Lesdevériydeemémoire, qs marjétrd a prochui caeduit mvïtpas#à laquée dArcahaiç, eeshart lieunda notrolhistoire, qsatua jétrécàlpe p ;près mon accem li àtla7Pguemandc dealaoRép#leia e,asedvert potr7moi,0sedvert potr7t ssecaux, qs marjétrd a prochui oorae L li nom daquée dHaïthei, pèlerinagoneu0réflexion.i br> Pèlerinagonsûreme L,tcr50vivaleemsfraîetls,tres nuehncorolc0jétrd a prochui ootr7nous,7descanda Ls d a procesonoves,jlesncicaerices#imposées pr50la7cupidité, PedracismanhmslH fol esdas hammes. Cicaerices#da1spn seâmes,jcicaerices#à jamais.i br> Asaau7deemelre drolau Parais,y;près mH premtatili deaserm L,tj ministam eu0la7chaac deavioitnr le MuséondurPaauhéoi Natili&l Haïtheid(MUPANAH)0où0j ministam punadmirtr l a prochistoirenda notroldrapeau,7deesH crértili jouq,ministèàdnàs(jours en0passa L pr50lasediffére tsietangeme Lyq,icoauamarquéssli histoire, oec0etangeme Lm dertiullurs,dln posieilinlme Lydç oec0eiullurs [...] maisit sjétrécle symbolenda notrolhistoire, da notrolliberté, symbolenda notrolfierté maia surtort,7deelïti (RTunili deat ssesesufils. Cïti (RT s,#cemtelunili de iosonavlistperduanhms de iosoniosonpràposlisnde retrà#82r. Arrêto1spn sevreillest derelleslinjourifiées,lm mto1s-iosonensemblt ootr7rebâtiiynotrolegys détruiathmsdévasté, juro1sp de iosoniosonm mtro onensemblt s sseca mêmeedrapeau,7ca mêmeedrapeau créétpr50n seaacê:u s,cootr7retrà#82rynotrolsà#82raine éMetljuro1sp de iosonrebâtiio1spn trolNatili. Juro1spde pr ogioer Haïthcasaau7n seintéfêtsl)ersoinels, juro1sp d a procHaïtheredevie draela7parlv das Adtipraleemssara la fierté deat ssesesufils. br> br>aire ro à Ta:d"Gre adier à laquée dassaut la Pr!" Notroldhgnité naquée datpas#de pr x, Rép#leia e d a procHaïth. Uiaseul perple, uiaseul drapeau [...] iosonieavivlistpas daaïtoalhaeoe. Rép#leia e d a procHaïth deat sse es mpe, ensemblt,iiasssetsoauami da1spla co21Udeelïti (RTArcahaiç, potr7q,hlda1spetaq,hlvillv,rda1spetaq,hlborrgade,nPi drapeau indhgèp soia plaaué, potr7q,hlPi drapeau bltuneu0rougonflottvrsurjPa Rép#leia e d a procHaïth. Li drapeau qs miosona faia develirmdesapersoines,nPi drapeau qs masfaia à jamais7q,hlPi nom du perplethaïtheitres associé à0lH remtaurae li dealaofierté deal a prochimmatnoii ea àt atréropropriatili de sa dugnité d a prochimma. Hoineur à vous,7Père fondaee21Udeela7Paeria. Hoineur potr7t i Dessalines. Hoineur potr7t i Pétili [...] Respect potr7t i Catherine Flli, respect potr7vousat ss, etersecompaerioLvs. br> Arjétrd a prochuiehncorolà laquée dArcahaiç, ré0n see 8 anst;près ceegeéte,sdaquée da0:u stconquêLvs nous atteedtnt,edaquée da0:u stlutLvs nous apoeele L coeouh laquée d mmibilrlme, l minist gnorance, la maradie, la faim,M eechômagon[...] iosonsammesnferm me Lydécmaés#à arrêt r dl7q,émandniynotrolegin,7àavivs td a procassrsraaaale,enaquée dêts mêmeepas capallva de rempli50n seoleigae lis. Nosonsammesnbheicdécmaés#à gara Lirt esbhei-êts deynotroleerple, àdlui forrnirtunaeéducaeili(adéqsatemetlass2rçiynotroleropre éécur é. br> br> Cïti (RT s,#potr7etanger cemteldline7q,hldésormaiseiosonprêcho1spl a procunili deat ssen sefils. LoleerpleiHaïthldoia setrem mtrolauttravail euymon éqsipetlaseremrèrt. J ministatte1is bheitôtndurParltmtnt son agrémtnt potr7lepchoix dudPgemrertM t ltre7q,hljhldésigneram offici2lltmtnt asaau7lH finédvecamtelsemaine,jeL l ministaoprobatili dealaopolata demdu gà#82rnlme Ly ourjfaire flottviynotroldrapeau,7Pi drapeau bltuneu0rougon;ux coullurs ravivées,jet0loncer(sa1spdérai lest datua axva de mon gà#82rnlme L, ce qse nous apoeeo1sples datua «es en Eo à Ta», àssasériyl ministÉducaeili(potr7t ss, l ministEmploi,0l ministÉtatcdi droia, l ministEnvirlinlme Ly ourjsauvegardviynotrolnaturene,egara Lirtnotrolsurvie. br> br> Jeuiess unilarirtaire,jcïti (RT s,#ggaltmtnt à vouslc0jétrd a prochui q,hljhlre1is himmageeeiece jétredealaoFêaeede laquée dUnilarirté. V sseêteécle selédvecamtelterre, l ministavelirmdella7Naeilin[...] esiyse;asslus mH pruemandc ,n rntégéh,eencouragéene,echéria. V sseêteécl a procélia deacolegys ea àtcol itre, respinsables, en commtaça L pr50une at itudv7c viuo, respectu use deavos mHîtstsmea deevous-mêmes la Pr; et0une at itudv7c vi demeidremplissa L vos devérisydç citoyeisttort eidexigeadailecrespect deavos droias. V ssedevezeêts des exemplvïtpour les plusejeuiesjeL l ministespiirmdelcolegys. Aecaux esiyrêveau7deelïti (RTUnilarirté, maisiq,hlPi système a laisséstdltcôté, jeevousm rom ms des mpe nà#82aux. Lçc0chnseslvo L ctanger, en commtaça L pr50vous,7en commtaça L pr50vouslre drolla7jourice qse vos renées de scnlarité méri nu. br> Je m ministengagon[...] sa1spdérai q,hlctaq,hldé arteme L soia pourvuedaquée da07moinssune ucoleltechnico-erofem linllle àdlH finédvemon mandat. Cïti (RT s,#un0engagome Lyq,hljhl)reeds. Aecaecomptelseultmtnt,eiosonpour;o onespérei unipgys esiyselrelève, uiapgys esiyselgaes uuit. br> br> Popurae litde laquée dArcahaiç, à7jourol itre fière, jeevousmsluhaitejune boine7fêae.rPaysanstdeelïti (RTArcahaiç, vousmcaenatssezlvotr forcenda1sple egys, jeevousm rom ms que sosonmH pruemandc vouslcllez trà#82ryune asirsraac potr7vousaamanr àcrepre drollaquée dagrmcultureo à Ta; pgu arnz-vousaàdrecammtacar à0plant>r,llH décentlal loeiontva cammtacar à0argivnrjda1spla co21Udeelïti (RTArcahaiç. br> br> Parplethaïthei, ce 18 maieperteêts uia18 maieun a e, toronensemblt sincèreme L,tplaço1spn troldrapeau daquée dabord,yn troldrapeau t sjétré, uitsso1s-iosoyau:o21Udeen trolbicoloret oureune Haïthlrevigorée,eune Haïthlfière, une Haïthlnàblv. br> Vive tenoseaacê:u s,cVivelHaïth,(Vivelle perplethaïtheitTemsKalé. br> br> Arjétrd a prochui,yà0travariolasediscoursedes(respinsables, notame auyPeimaire dealaovillv,rle dép aé,jet0mêmeeà0travariolaediscoursedu rcgee21Udeelïti (RTUnilarirté, j ministam rérlisé q, éles besoinssdeelïti (RTArcahaiçtsoauades hèmtstsur lesqchlstj ministam faia campagne. Lçc0tràisa d a prociassoauameitraenés soauo à Ta:dl a procéducaeili,jPa sa Lé eL l ministucolelerofem linllle [...] J ministenlerofitejpotr7vousadirc( d a procc0jétrd a prochui,jcïti (RT s,#uiajétrepotr7eompre dro, q,hlcïti (RT s,#da1sple rassvmbltmtnt qse nous potvlistsauverlcolegys. J ministievite(Patpopurae lità iosonrejo pdro, jeedia ase dnous,7cr50jeep suistpas un indhvidu&liurol[...] Je demandneà0t ssecaux esiynaquée do Lm aslvoté potr7moinhms di atteedtntyq,hljhlne ré0ysisoe pas, jeele21Udemandnedhlne pas#demandniyau blitDieunq,hljhlne ré0ysisoe pas, arce qse mon éetec,jcïti (RT s,#votr éetec,jvotr éetecjcïti (RT s,#l a procéctlc d a procHaïth,(l a procéctlc d a procHaïth,(cïti (RT s,#l a procéctlc duldrapeau. br> Si iosoniosonm mto onentbasmdelcoldrapeau ootr7nous dhvis>r,lmieuxdvart ne pas#iosonm mtrenentbas. Li drapeau reprueente 14emillilistd a procHaïtheis, 10emillilist di vive teici, 4emillilistda1spla diaspira,7porto1spn troldrapeau, rassvmblo1s-iosoypotr7mener Haïthcoù#iosonv slé1spl a procamener. Ça(cïti (RT s,#laovictoirenduleerple, le perpletcïti (RT s,#loldrapeau, cllez TemsKalé.o à Ta» br> br> HL/HaïthcLibrh br>aire < />ue année.

br>aireue année.

br> Seeo1 ce qs masé étvoté aulParllme L,0Pa dusparit li dvseartmcles, 12.1, 12.2, 13, 14,jet0surtort 15 qs mdisait «es en Pa doublt natili&lité haïtheine euaétrangèrt nïti (RT s,#admisetda1spaucunicaso à Ta», vaymaintenan r)erm mtrt auxeHaïtheis d ministavériyplusiçursenatili&lités. br> br> Pour laquée dhistoire, 84 arllme Lairesté ai nuehn7faseuresdeelïti (RTélim pae li dvtcestartmcles, 2 coeouh eua4 abs nu lis. Cvlvote apoorae une gu onse à0unetdem pluseimporraaLvs rçveedicaeilisnde Pa diaspira7 d a proce le faia depuisilne mpe.rParmi0laseau:rçc0chnses, uiaHaïtheidqs masune autle natili&lité potrraajétirmdelsesldroias7c viusiet0polata deé, durmimelu0 d a procia s,een règ esase dlatloi. br> br> Lesnila&u de pr5tmcipae li daaïtoes rffairestpolata demdu egys desecompaerioLvst di vive teda1spla diaspira,7 s,#uiades hèmtstdo L les Sénreetrécet0Dép aéslvo L débaatre da1splaajétrnéondurluedi(9 maiee 11. Li MHAVE(r;poeele7q,hlda1spbeaucaup dïti (RTa0:u stegys lasediaspirassoauallurs reprueenta Ls da1sple egrllme Lyounbheicdes citoyeistq,icoauaune autle natili&lité peuveau7develirmcandidatsleimmatDép aéyounSénreetr da1spletrepgys. Da1sptelsens,nPi MHAVE(demandne&uxppr5llme Lairestdeldliner plused a procimporraacv7à eesdossi r,tde façlità ce7 d a prociassapps e L les dusposie lisnde Pa «es en Poi0str7les pgivrlègeso à Ta»ppour les Haïtheis q,icoauaune autle natili&lité,tloidqs mavaia é étvotéeeaulParllme Lyeicdatemdu 1niyaoûtte 02. br> br> LesMHAVE(envéreruneg;addpcaup de chapeau àyplusiçursescgee21s q,icoauasupooraéelaeréforme de laogaes itue li. Li Gà#82rnlme LyPruval-Bellngivndqs masmi camtel deée li daaïtoaeréforme. Beaucaup dïti (RTorant loeionstdealaosocié étc viuoletM es médias dïti (RTiciteuydçeuaquée dextéfi>usdqs mlaquée do Lmappsyée. Lçc0orant loeionstdealaodiaspira7 diehncoauafaimsundl;agroombaa,Mtellest denPi «es en CimgièssdesiHaïtheis ourjforaifiar Haïtho à Ta»p(deaChicago)tet0Petmiuvae au0«es en Bam dwano à Ta»p(deaMiami)ppour letrepg5tmcipae li spuciale. Cvlvote reprueente ourelvlMHAVE(une paga d a prochistoirenimporraaLvtda1sples gelae lis d a procHaïthjase doec0enfa Ls di vive teda1spla diaspira.o à Ta» br> br> 217;agronome M t ltre br> br>aire < />ueh3ronome ue année.

Ré0n sedima che hncAssvmblée Natili&le, Sénreetrécet0Dép aéslolu0véaéel a procamendlme Lydç laoCims itue liy di mnterdisait la7doublt natili&lité. Da1spundvote largomelu0majol tairvo à Ta:d84 sérxtpous,i2 coeouh eua4 abs nu lis,jlesnartmclest12.1, 12.2, 13, 14 eua15 (Artmclea15. "La doublt natili&lité haïtheine euaétrangèrt nïti (RT s,#admisetda1spaucunicas")y di mnterdisaie L laodoublt natili&lité olu0é étsuporiméstdltlH Cims itue liydeo1987. br> br> Cem amendlme Lyhn7faseuredltla7multiplt natili&lité entlerasan vigueure;près p#leicaeili da1sple jétrnal offici2l «es en Li Mon t uro à Ta».s 217;agronome br> HaïthLibrh br> br>aire < />ue année.

br>aireue année.

br> Près da datua millilistd a procHaïtheistvive teàeuaquée dextéfi>usddu egys etltims ituentpla diaspira,7doauaprèstdltlH moiaiéeeidAmériq,hodu7Nord. L a procarge Lyq,hlcamtelduaspira7envérerau egys a atteidtm1,8 milliardtdltdollars,csoia prèstdlt25% dudPgoduit Idtéfi>useBrrt (PIB) daquée dHaïth. br> br> LesPruemanda Mrraellymascanfié à0desijétrnaliurosa d a prociamavaia lïti (RTint nu li de créei unifonds ourjfinoncer(la g;atuité deal a procenseigneme Lyorimaire en Haïtho à Ta; ia nt ndicipsiMdégagorlctaq,hlaenéey50emillilistdltdollars dast péécà laquée déducaeilie«es en Laquée déducaeilie s,#l a procavelirmd a procHaïthj[...] Disl&é qse vous transférez 100ydollars da Miamiren Haïth, uiapetia pourctntage straimsiircgee De larié aulfonds ourjlaquée déducaeilieafinédveegytr l a procucole,lle transporruhmsu& repas pr50jétrepotr7plusedet500,000yenfa Ls det6yà712 anstesiynaquée do Lmaceu2lltmtnt pas accèsdà l a procucole.o à Ta»i br> br> De plu ,tM ctll Mrraelly aefaimssasériy d a prociamsaquée détaimsmi daquée dacclrdtase ddvseopérreçursetéléphoni des en Haïthcafinéa e, potr7etaqse minue.td ministaopll téléphoni de enlerovenanc des États-UniiovarioHaïth, 5ectntseaméricains soie Lyoréoevés etllariéstà ce7mêmeefonds ourjlaquée déducaeilio à Ta:d«es en Ceoaerapooraeraims36emillilistdltdollars supoléme Lairestpr50aenéeye r)erm mtraia de scnlarioer 360,000yenfa Ls detplu .o à Ta» br> br> aqué32 Cimbinéey;se dli erojeuydç at 217;agronome br> Enssasériyplusostr7leéerojeuy«es en Regaes uuction duescgee21 deal a procenseigneme Lo à Ta» la Pr: br> Agvac d a procexécue lio à Ta:dBan de Idtefaméricaine d Dévelooplme L br> Pr5tenairelfinoncrero à Ta:dBan de Idtefaméricaine d Dévelooplme L br> Coûtttotalo à Ta:d$474.0M br> Mimeaau duefinoncee auo à Ta:d225 M$ br> Daa deadébuuo à Ta:dOctoes te 10 br> Duréeo à Ta:d5 ans br> 217;agronome br> Leserojeuyapps era leescgee21 deal a procenseigneme Lyeio à Ta:d1)0renforça L lïti (RTinfras uucturenscnlaireo à Ta; 2)sforrnissa L des trà#m eseéducaeivaleemsensélabora L des erog;ammas la Pr; 3)ecaeouibuaaLlà lauformaeili des erofem etré la Pr; 4) mntemshfiaau7lH formaeili techni demetlerofem linllle la Pr; 5)efinonça L les subv nu lis p#leia esdà l a procenseigneme Lyoour les élèva daquée dâge pguscnlaireeeL ourllaquée déducaeiliedepbasey(dç at1èrolà0Pa 9hlaenée) la Pr; 6)0renforça L laegeétilirhmslH gà#82rnanc duescgee21. br> br> <217;agronome br> Leserojeuy s,#à tort à faia coeformerau elanmdu gà#82rnlme Lyen maeiès td a procéducaeili. Iladev;aiL acclrde50une at nu li pg5tmculièrolà0Pa crértili dltla7capacité d a procexécue limase dles pr5tenaires pourjass2rçiyq,hlcaux-citputsse Lyrérlisei uniprojeuya0ysioambitieux. Ila s,eesse Li2l denPi projeuyputsse0évalutr l a procinflutnc budgéLaire àdl;agrtermandu soueheicdu erog;amma une foistPi projeuyrérlisé,eafinédvesaquée dass2rçiyq,hlPi gà#82rnlme LyestltimscheitmdelseslimpeicaeilisnbudgéLaires dueerojeuyhu0soia capallv datPi pre drolen maint;près cin res. br> aqué32 Lirolc0ysi la Pr: http://www.haitilibrh.tim/artmcle-1734-haiti-educaeili-una-premrere-tranche-de-50-millilis-pour-la-r.forme-de-l-educaeili.html br> HL/aHaïthLibrh br> br>aire < />ue année.

br> Nousm rofitonstdealaoprueencecàePario,lievitéopr50laquée d 217;agronome L a procai&lysesexpriméeyici, lestdoue.s,jlesnespiirs,jlesniecartitudvs,csonmssa1spdoue.0partagéstpr50noues td a procHaïtheis, d a prociasssoie Lytimvamncusedetse trà#82ryenlerueencecd a procune siturtili où tort res à#82rt,younpersuadéstdltfaire facecàeu&inà#82ausséisman;ux conséqueices improbabl s. br> br>aire<airr5am>airr5am>airr5am>airr5am>aivueed>aiobjece> brr/>aa href="http://www.dailymotili.tim/video/xi7zej_rli&ld-jcla-jacqdes_new " target="_blankngRli&ldcJcla-Jacqdesocag pr50 a href="http://www.dailymotili.tim/slal" target="_blankngdommniq,hlforrnieroca>aii>aidil>< br> br> Nousmajortonstici, pourjaccompagneryles eroposudelRli&ldcJcla-Jacqdes, Pedrapooracd a proc 217;agronome br> dlronome 'stro_docume L_1208 stro_docume Ls stro_docume Ls_ctnter' e<
a href="IMG/pdf/femmes_violenc _ext_fra_web_1_.pdf" itle='PDF - 1.5 Mo' type="apolicaeili/pdfaia>aidt> aidl>uehrannée.

< />ue année.

br>aire u50 217;agronome br> Mictll Mrraelly,0uijchant>u50popuraire dea50 anstsurnoumé "TemsKalé" ("crâne7etauveeeiecréole)tpr50sesladmirreetré,cstccèderaimscipsiMau eruemanda <217;agronome br> A Pétili-Villv,rstr7les ha0:çursedltla7capitole7haïtheine, plu içursectntaines de eartisanstdee"Temskalé" ("crâne7etauve"eeiecréole,lPi nom de scène delM.o à TaMrraelly)ssetsoauarassvmblés da1spune ambianc blijenfa L,y;près q,hlPi CEPla annoncéovario18H00 locales (22H00 GMT)yles eremrerc0gésultatsiduldeuxième :o21Udeelat ruemandai2llt dul20amars. br> br> Sa rivale, MirladdelMaeigat, a àboeeu 31,74%ydvsesuffrages exprimés,et sjétrécseeo1 les gésultatsidurCEP. br> Lçc0gésultatsidéfmnitifsudoive teêts annoncéstlel16jasria(à laquée dtss, éd a procune périodne&u corrstdeelaqu2llt lesldeux candidatslen lic potr7leescgi2d tétrepotr;o a déposeredes(recorrstdeva L les au:orrtéstéotctirales. Ilafaudrasan effeuyatteedrt lesl24/48 erochaiies h>us s pourjasériyunaecaefirmaeili du CEPldella7daa deadébuuteuydçefinédvelat ériodnedaecaeoemtatili dutBureau deaCaeoemtatili Éotctirale0Départeme Lalt(BCED)tet0dutBureau deaCaeoemtatili Éotctiral Natili&l (BCEN). Toue.0midificaeili du cale dri r décale;asdïti (RTa0:a L laedaa dec0gésultatsidéfmnitifs,lmnitioltmtnt pruvu potr7lee16jasria e 11. br> br> LaovictoirendetM ctll Mrraelly s,egelae vae au0 paeteeddetda1spla mvïurenoù ia nemsaquée détaimspas qu&lifié, da1spun premrert mpe, potr7leescgi2d tétr. Mris0la m eeeau jétredeadçefraudec0ls mavaia oermis#de pre drolla7olacecdu candidatmdu eotvli50 217;agronome Ellt nïti (RT s,#néanmoinsspas unolsurpr eeeta L lïti (RThimmatqs masé udié#aux États-Uniio s,#popuraire daaïtoaeruo, q,hlc soia à7Ppolitance de younenlerov de yoù sli prog;amma deeréforme agrmcolelaefaimsmouctl. br> Q, la ea h>us s asaau7l a procainonce offici2llt dvtcestgésultats,7leescgréLaire d a procÉtat àllaoSécur éMp#leia e,a 217;agronome br> Li CEPlavaia annoncéolaésemainetdernière7q,hllaogaesultatili du 20amarsmavaia é éte Lachéeadçefraudec0hms de plu içursectntaines de erocès-verbaux envoyéstpr50différe tsieentles de vote avaie L é étannulés. br> Luedi,ldec0ucolestsoauarestées fermé ïtau7Cap-Haïtheide,#aux Cay.s,jlesnpluseg;addesovillvsmdu egys apièstla7capitole7Ppolitance de ,yo L indiquésdec0gadios locales. Aux Cay.s,jvillvyoù des rffronteme Ls pg5tmculièro De liolents avaie L eu0lieuneicdécvues ,ldec0leindéstdltlH <217;agronome Sa1spatteedrt la p#leicaeili offici2llt dvstgésultats,7lesldeux campe avaie L rçveediquéslaovictoiren&u corrstdestdernierc0jétré, ce qs mlaissecàlpensçiyq,hlMirladdelMaeigatadev;aiL utilisei àypleinelat ériodnedaerecorrstesiysaquée douvre. EnsstccédaaLlà <217;agronome Comma un symbole, le paraist ruemandai2l détruiatpr50laeséismannaquée datdïti (RTa pre rstt sjétrécpas#é étregaes uuit. br> Ilatrà#82raya0ysiouiapgys esiyfaia fact auxedémaescdu choléra7 diea faimsprèstdlt5.000ymorLs ea àtcouxedv(seslancrenst ruemandasnde retétredaquée dexia. br> Li scgi2d tétreasan effeuyété marqué,Mq, la ea jétrécasaau7le scrutin,tpr50laeretétreen Haïthcdeelïti (RTancren eruemanda <217;agronome u50 217;agronome br> Noues ttotaltd a procélcgee21s inscriLso à Ta: 4,694,961 (chiffresidurCEP) br> Àyé étélu cu7svgi2d tétredes eruemandai2llts (Résultatierélim paire)o à Ta: br> M ctll Mrraelly«es en Replistpeyizano à Ta» br> Pourctntage durvoteo à Ta: 67.57%. Noues sde sérxo à Ta: 716,986<
br> MirladdelMaeigata«es en Rassvmbltmtnt des Démacrrees Natili&uxeProg;esirsrts (RDNP)o à Ta» br> Pourctntage durvoteo à Ta: 31.74o à Ta% br> Noues tde sérxo à Ta: 336,747 br> br> HL/aHaïthLibrhaire < />ue année.

br>aireue année.

br> 217;agronome Da1spune noa deaerem eop#leiéhlPi 21amarsmpr50laebureau deacammun crtili dltla7candidate <217;agronome aire avioe à0unetau:o eroclamaeili prog;ammée. Celaoestltimtrairolà0Pa loidéotctirale ea àt atdémacrreieeeiegénéraa.<
La erem eoea lïti (RTint rneuyso L infestéstdltrume21s. Onepollue scheme auyP a procambianc deatravail durCEP. Ila s,emalh>us ux eseelïti (RTontveoille0géduirollaquée dexprem li d a procunesuffrage natili&l àtq, la ea bureaux de vote dv7la7capitole.rParyé hi demetlear respect potr7le perplethmslH démacrreie, MirladdelMaeigat nemsaquée dau:oeroclam2rayjamais7gagnant>. br> br> Aprèstasériyro rcié pg5tmculièro De cepraleemscaux esiyo a daené letresérxtau #68,0ia s,eécritrda1speemtelnoa deaerem eo«es en Lis eremrerc0erocès-verbaux esiypg5vheinent auebureau deacampagne annoncen,#laovictoirenda la7candidate,0emscarda1spt sse es dé arteme Lso à Ta» br> MirladdelMaeigat emssaslclliéssres nuevigila Ls ea demande teàetosonda neepas semlaisser influtnc r pr50lasecomporteme Lsjet0manœuvresudolosifsudvseuns ea deseau:rçc. br> br>aire

Da1spune noar deaerem eop#leiéhlPi 21amarsmpr50laebureau deacampagne du candidatm<217;agronome br> aq171;es en Nosonsammesnloeisfaitsiduldéroulee au0du erocem ustéotctiral oeeu en Haïthccardima che 20amarsme 10. Lçc0citoyeisthaïtheis,ssa1spexclu ion,eolu0véaéeen toue.0esiétudv7emsensg;addpnoues . Cestéotctions res ront, histol deme L, comma l ministaca deanatssanc dea atdémacrreieehaïtheine. br> «es en La0majol té des erocès-verbaux, qse nous déoeeons déjà,eiosonplaceauyda1spune posie li très coefortabl .o à Ta» br> Notroler deipaltduemr s,,tres ea dem>us 7q,hllaovolonté popuraire,icipsiMq, éleevote desiHaïtheis ea Haïtheinesysoiairespecté. Cïti (RT s,#la7chosolla7oluseimporraaLvj[...] Nosonexprimo1spn sepluseprofonds ro rcieme Lsjaux citoyeistemscitoyeina daquée dHaïthcpour letresupoora, letreamétreeuallurte Lhosoiasme. br> Nous atteedro1spt;adqoilleme Lyles gésultatsioffici2ls esiydev;o teêts p#leiésmpr50laeCEPo à Ta» br> HL/aHaïthLibrh br>aire < />ue année.

br>aireue année.

br> 2. Ilasvraimssa1spdoue.0intéfessa L demcaenaîtrt leslraisl&ïtpour lesqu2lltspetacunidvtcestagee21s adopteleemtelposie li. L a procon7 our;adtdlasediscut>r,lltst deétilinerye,#animei unig;addpdébaa. Mris0àMq, la ea jétrécdu scrutin du 20amarsmui tel débaalneeseraims aslfuuctueux car0ia sollimitvraimssa1spdoue.0à soulignereun a eme Lyles sup rcheriastdltPruval qse nous caenatssonsat ss, ou àyégreneryles ageesadçefraude durCEP. Orjla pae li faia fact àeu&idangero à Ta:dlesiduvaliérrsrts veult Lm;se dli retétredu dictat>u50 217;agronome u50jétiu0dç eure;pput. Loleotvli50obsvsvolle jeu maisenemsaquée dy oppose pas aPorsyq, a prociamduspos deat sse es moyeist ourjfaire arrêt r etljuger, comma le demande telçc0citoyeistea dilaries insraacvs mnternatili&les,nPi dictat>u50potr7erimes coeouh lïti (RThumani é. br> br> 3. Ilagem lra daec q, éles agee21s polata deé, esiysollimitvnuehncorolàsexprimer letredé iu0dç naquée davériypas pu forcertPruval à0orant lert«es en u&ibon premrert o21o à Ta»ihmslHisser le eotvli5yle 7 févri r,nieaeompre nt Lm asllaésiturtili fact àelaqu2llt le egystse trà#82. Ilonieavoie Lyoas q,hlc llt-citattotalo De ctangé depuisilardima che 16 janvrer,0hms de laquée d ntré soudainetdujchant>u5-compaéustr7la scène polata demne traduims asluie«es en simpee agee0citoyeio à Ta»isino&#une straeégie bheiccalculée,lsoia c2llt dulscgee21 polata dem diea abusétdltlH pae li )enda L plused a procunéa art0de siècl>. br> br> 4. Lçc0agee21s polata deéudoive temieuxdass2mertletrerespinsabilité audregardtdltl a procHistoire. Ilondoive teamanr lH pae li àem mtrenentmarche uniprocem ustvisaaLlà neutlal lei ea àtse débarrassvrtà ciurt0termandesecabotins «es en Pruval-Ini éo à Ta».sIlonpeuveau7lltfaire seultmtntsensévita L q, a procunéa0:u tcabotinlen laapersoinetdujchant>u5-candidatmnolsuccède àtcostdernierc.dLa cr eeenatili&le s,etràpig;avetea eimpeexe potr7étirtr dava Lage lt l;agroyclt dvtcabotinage. Lçc0agee21s polata deéusave temieuxd dem diconqu 7q,hllaopae li accélélerassatmarche variolaquée dabîmey;se dli chant>u5-candidat. Pourquoi daec ieaveult L-iasspas#dénoncer(leidanger emssa baatre potr7q,hlPaopae li ne toueespas unolnà#82 le foists sse es botLvs du duvaliérrsmto à Ta? Etmnolres pas#égoltmtnt prisl&nière7deelïti (RTanarcho-popurrsmto à Ta? br> br> 217;agronome br>aire < />ue année.

br>aireue année.

br>aire br>aire br> 150efil es/adolvscanLvs saquée dexprimerontsenstoue.0liberté7str7leérespect deare rstdroias7da1splatsocié éthaïtheine aceu2llttà laquée d 217;agronome us s p.m.tà 6 h>us s p.m. br> br> Lec0agee21s sociauxdconcernésmpr50laur7mod d a procexclu ion da1sple erocem ustdeietangeme Lysero L es bheivelds7da1spEspas pr mwen,7crdra deeréflexionslnà#82 lemtnt aménagéstpr50laquée dAPROSIFAypotr7mieux consolaanr lH timviceili des fil es/adolvscanLvs timscheitisées (ounpas hncoro) pr50la7nécem ité deaetangeme Lydeare rststaeuas7da1splatsocié é. br> br>aire < />ueh3ronome ue année.

«es en Aurmimelu0où le egysts ministaoprêt àtchoisriysli prochaiit ruemanda, jeesluhaitejq, édvseengagome Ls soleinels soie Lyori da1splltdomainetdestdroias7dltl a prochimmatetjq, édvsesignauxdsoie Lyenvoyéstpoureun pluseg;addérespect destdroias7dltlaapersoine,elaeréforme de laojourice,platlutLv coeouh laquée d mpuni éjeL l ministaccèsddeat sseauxdservicvs deebaseo à Ta», a7dutlM.o à TaForst. br> L a procExpert indé)enda L a faia deplatlutLv coeouh laquée d mpuni éjl a procun deseaxva de saavioitnletmdelseslrhncontles ase dles au:orrtéstdu egys etlles geprueenta Ls dhllaogammuna aéymnternatili&le. «es en Ila s,eimporraaL7q,hlPaolutLv coeouh laquée d mpuni éjpasoe paryles voiesojodmciaires,0hmsjeesluhaite,ppour lalmémoirendasovictimes, eseelïti (RTontexplorettoue.sples possibilitésrda1speetdomaine, notame auyoour les erimes lesnpluseg;avestdu egmeéms t ltre7q,aquée datcaenu le egyso à Ta», a-L-ia(r;poeeé. br> «es en Co)enda L,platlutLv coeouh laquée d mpuni éjnemsaquée darrêt pas auxdvoiesojodmciaires,0ia(y aeégoltmtnt des eas supoléme Lairestàsfranchiryen maeiès tdelmémoire,td a procéducaeili,7de pr eeedemcaescheice. Dïti (RTa0:u stegys eidAmériq,hoLaeinv7emsensAfriq,hooauautilrlé des voiesonovrericestpoureexorciser les erimes du egmeé. Haïthcgagneramt à sïti (RTinstrreridvtcestexpéfi>acvso à Ta». br> Aprèstasériyvioitétplu içurseprisl&s etlsïti (RTêtrenentreoeeu ase ddvpnoues uxemag ltraes, l ministExpert indé)enda L a r;poeeé7q,hlPaoréforme de laojourice,pe,enotame auyPïti (RTindé)enda cecdu eotvli5yjodmciaire,7 s,#bloquéeadçputstplu içurserenées.o«es en Lis éléme Lstsoaualà,elaeréforme raaL7aeteeddetdolla7jourice asé étécritemetladoptée parylelParllme LyPorsydurvote des 3 lois0str7laéréforme de laojouricenente 07.dLa loid s,#là, maise2llt neeperteentrersan vigueurecr50la7clétdltlH réforme, c2llt esiyperm madçefaire o21nerylermiee21,nnaquée datpas#é étutilrléa. V ssele sasez,neemtelclét s,#la7nom pae li du0 217;agronome Da1splltdomainetde7laésiturtili humani aire, P ministExpert indé)enda L a plaidé potr7 d a procune pluseg;adde at nu li soia acclrdét auxedroias7dltl a prochimmatda1splatregaes uuction.o«es en Je voudrais r;poeeçiyq,hlP a proceau,7Pi loglme L,0P ministaccèsdauxdsoinsenemso Lm aslq, édvsebesoinsshumani aires. Cvlsoauades droias7exigibraleemsjeesluhaiteraisiq,hlPïti (RTontsaquée d ngagoymaintenan rda1splatvérernécem aire potr7gara Lir, au-delà dhllaogr eeehumani aire, q,hlc s droias7sero L bheicgara Listpr50laquée dÉtat haïthei. J ministai r;poeeé7àtco,#ggardy d a prociamseramt urge Lyq,hllelParllme LyrreifihllelPace.0internatili&legelae f auxedroias7égaeom deé, sociauxdea eulturels,eafinédaquée d ntrer prog;em ivee auyda1speemtelno#82 le dynamiq,hode0P ministaccèsdàpt sse es droias,(y eomprise es droias eroclaméstpr50colegcteo à Ta». br> La septième mi oili delM.o à TaForstnda1sple egysmsaquée dachè82raydima che 27 févri r,net0Petprochaiitrapooracde P ministExpert indé)enda L se;asprueentétea discutéeen juinte 11tau7Conseia destdroias7dltl a prochimmatdes Natilis Unies0à Genè82. br> br> Enssasériyplusostr7 217;agronome Le ScgréLaire généraatdes Natilis Unies0a7nommélM.o à TaMictll Forst comma Expert indé)enda L str7laésiturtili destdroias7dltl a prochimmaten Haïtheen juinte 08.lM.o à TaForstn s,#ScgréLaire généraatdetlH Cimmi oili natili&le gaesultativetdestdroias7dltl a prochimmatdltFranceadçputste 05 euy s,#lïti (RTa0:e21 deaplu içurseouvrages str7les droias7dltl a prochimma,0P ministextrêmeepauvre éjeL les Natilis Unies. br> 217;agronome br>aire < />ue année.

br> Laom t ltre7desiAffairestétrangèrtstdltlH Cilimbie,a 217;agronome HL/aHaïthLibrh br> br>aire < />ue année.

br> Haïthe-dRegaes uuctiono à Ta:dMreigat emsMrraelly rhncontlen,#laoCIRH br> br>aire br> Lorsedltla7ré0n li,jPesPremrertM t ltre7Bellngivnda soulignélaux candidatslla7nécem ité q, éles travaux de regaes uuction se oursuive tesa1spemtravne&u corrstdeelaatransieiliyoolata demà v.eirje,#au-delà. Li Premrertm t ltre7aeégoltmtnt soulignélla fonceili dealaoCIRH,lseslprog;èstà ce7jétreeuasli planmstraeégi dem dieguaanraéles efforas fu9uss. Ilaa r;poeeé7q,hlPaoCIRH estlthargéeadçefaciliteryles erojeasnde regaes uuction défmnismpr50laeGà#82rnlme Lydaquée dHaïthcpour gu ondrt auxebesoinssduleerple haïthei0hms de le mandatydç l a proclrant loeion arrivndà éetéanceaei0Octoes te 11,ndatt àelaqu2llt seslfonceilis7sero L nu èro De ass2méesmpr50laegà#82rnlme Lydaquée dHaïth. br> br> L a procex-Pruemanda B pr Clintonda soulignéllaquée d mporraacv7du erochaiitgà#82rnlme Lypourjass2rçiyla7oleiie pg5tmcipae li t0P ministengagome L dhllaogammuna aéymnternatili&leeafinédaquée dass2rçiyunesoueheicpermant L.o«es en Haïthca faia deslprog;èstdepuisilartrembltmtnt de0terre, maiseje croislq, édvseprog;èstoluseimporraaLs hncoro,dconcernaau7l a procamélioraeili dealaoviesduleerple haïthei,csonmspossibleéuda1splat rochaiie renéeo à Ta»isoulignaaL7q,hl«es en La0CIRH estluniforum7demcallaboration sanst rucéde Lyq,i7exis pourjaaanr à hncouragorlle erocem ustdeiregaes uuction,ts sse asiircge li du0gà#82rnlme Lyhaïthei0hmsnous allonsatravaileçiy;se dli erochaiitgà#82rnlme Lypourjcaetinuer à7lltfaireo à Ta»i br> br> «es en CeouiMq, éleeeerple haïthei0choisria7 oureêts li erochaiitctlf dealaquée dÉtat, le7mois prochaii, auraeàerelever(leidéfm sérrauxedv(Patregaes uuction.oMris, li erochaiiteruemanda daquée dHaïthcse;asda1spune posie li sanst rucéde L, lestfondatilis ourjla regaes uuction so a déjànentolaceo à Ta:dla planificaeili straeégi de, l a proclrant loeion t0P ministétablissemtnt de0pr5tenariaLstsoauaensg;adde pg5tme déjànrérliséscgrâcec&u travail dhlPaoCIRHo à Ta»pH faimssasériyPesPremrertM t ltre7Bellngivn.o«es en Apièstla7ré0n lisdïti (RTa0jétrd a prochui, jeesutstcimvamncuMq, é<217;agronome br>aire

br> «es en Je croislq, éla7ré0soitnldvseengagome Ls souscriLscse;asbheicent ndujbénéfiqu potr7leepgys, maisea0ysiocomma preuvetde7laégénéro ité q,imascanduimsraaL7demscgee21s dhllaogammuna aéymnternatili&leeà v.eirjenjaaaneà Haïthcaprès leeséisma,pe,enïti (RTa0ratpas#é étlaquée dexprem li d a procune émotili... Ents li nilaau dean sebesoinssetlles gaisl&nallva at nueé, je croislq, a prociamy a7olacecpoureun a0:u tengagome L esiynosonrevreauyàynoso,iHaïtheis. L a procavelirmdeanotrolpgys s,#nôtreo à Ta», a-t-2 le déclaré tort en regaenatssant qse nous devonsea0ysiocomptorlsur l a procaaaneda l ministmnternatili&l. br> br> Pour saapg5t,(<217;agronome br> Seeo1 le candidatmau eseudod«es en tèmskaleo à Ta», laquée dtgnorancea s,#leavegee21 q,i7engeedrt la pauvre é.d«es en Jïti (RTai vulc rtaines eromvs estda1splltdocume LsdealaoCIRH,lmris0àMq, l eo pt0eie s,-ono à Ta? Laor ctlsoe d a procunépgys, cvlsoauaseslrhssourctsshumaines, a-L-ia(dit. Ila s,eimporraaL7q, a procoa(inveée soe da1spl ministhimmathaïthei. Au nilaau dealaoCIRH,loa(H néaéeune faibleéoe da1splaogaord pae li entle0Pes pr5tenaires dç lH Cimmi oili,7leescgee21 pgivé, lestlrant loeions no&#gà#82rnlme Laraleemslaegà#82rnlme Lyhaïthei,cesiynemso Lm aslt sjétrécarrivés eidharmli loeion t0enstoue.0 uanspare c .o à Ta» br> br> Lçc0geprueenta Ls mnternatili&uxdievitéslolu0abordéstrois0stjeasnimporraaLs ourjla regaes uuctiono à Ta:dle0renforcae au0 ps itue linel, l a procéducaeilieeacde renforcae au0desecapacités. br> br> <217;agronome br> Li thème7deelïti (RTéducaeilieaeégoltmtnt é étabordé, r;poeeant qse depuisilarséismande janvrerte 10, 90%ddvseé udiaaLs haïtheis soauare o21nés eidsallt dvtclam eoea q, éla7CIRH avaia facilité des erojeasnaxés0str7laéregaes uuction des mnfras uuctureseéducaeivaleemsla forrni9us ede repas etydç l a proc2auseotablt oourllvseé udiaaLs. br> br> <217;agronome br> L a procAncren PremrertM t ltre7jamaïcaii, 217;agronome br> Da1spsli allocue li,nli Premrertm t ltre7Pamtersl&7aeégoltmtnt signaeétson dési1 deatravaileçiyhi pg5tenariaLy;se dli 217;agronome (1) Lis eroposudestdeux candidatslsoauacaux exprimés &u corrstduehutstclos tels q,hlcitésrda1spli cammun a é offici2l deolaoCIRH sanstaucuieémidificaeili. br> 217;agronome br> br>aire < />ue année.

br> Iamy a7v;aie au0b2aucorp à0dire0str7laéerueencecmalfaisaaLvjdu dictat>u50Duvaliereà Haïth. Nosonavons reçuudesttémoignages, deseereuves dulsystème7corrompuMq,hcétait0Petshei,cdec0géactions dean seami . Ensvliciéq, la ea-unes. br> br>aireu5och3>ue année.

Pr50 217;agronome br> * (Soumis0àMale 27 janvrerte 10) br> 1.dLa siturtili natili&leesaquée d s,egaesidérallvmtnt agg;avéey;se dli débara eme Lyinotrné,(le 16 janvrertdernier,mda l ministancren dictat>u50 217;agronome br> 2. Cvldébaalmnterp2llt leslcitoyeistemscitoyeina sur l a procun deseer deipauxeproblèmtstdeebase q, élH pae li doia rueoudrespotr7potvli50ava c>r,lltdproblèmtMde laojourice.dLa pae li ne perteencoroltrà#82ryun moyei oourllaquée dabordorlsérraushme Lyhu0pulirmtosoncaux esiypileç L es cHisses dhllïti (RTÉtat,7qs massasirn au0desecitoyeis,yq,i7exploitvnue mpunéme Lyles brenst #leicseoutesiysaquée denr ctisse L pr50la7cieouhbadde. Un noues tgéduit d a procmndividus etydç rr5aoitnsddeat sLvs soraeé, foretmtntseiésmaux différe tsigà#82rnlme Lsnentolace,msaquée dy oppose L.oLec0argume Ls q, a proc&va c> Lyles avocaLs dhllïti (RTancren dictat>u50le7montlen,.oLec0bai&lrtéstégoltmtnt q,hllelPruemanda dhllaoRép#leia e(H dévidévseen0terresvliirn . Dulres ,otort comma les avocaLs dhllïti (RTancren dictat>u50emscartains hammesnpolata deéueu0intelleceu2ls,slaegà#82rnlme LyieaveuLm aslq, éjouricensoiaireedde. Ilaet rcheyà7bai&lr erlPïti (RTaffaire eL comptelpourjcelaosur plu içursefagee21s. br> br> 3. Ilafarteencouragorltosoncaux,ttoue.sples victimes0desesévicvs des hardvs des Duvaliereà poraer plaintv coeouh leatyran7emsàeréclamei son arremtatili ei faisa L prem li sur l a procÉtat potr7 d a procia ass2measeslrhspinsabilités, cïti (RT s,-à-dire0q, a prociamdéclare,ease dlïti (RTapputddeat sLvélH pae li, q, éles erimes cimmi tpr50Jcla-Claude Duvalierynemso Lm aslpremeriptibraleemsq, a prociamdoiaiêtre7jugé,ecomma les dictat>u5c0arg nu ns deseaenées 70-80.dLa pae li réclameojourice.dDvpnoues useslsérxtmnternatili&lesdlïti (RTappute Lyhu0lutddemande tedaquée dagi1. br> br> 4. Mris0iamy a7oluseg;ave.aCaeorairome Lyàlceiq,hlPïti (RTont our;adtdeompre dre,eaprès leecorp madqoé dea<217;agronome br> 5. Ilane faumssa1spdoue.0pas semhâter de caeclure, maisela7ciïncrandc surpre d. Ellt méritardïti (RTêtrenexpl a ée. Lçc0sà#82lirs desegelae ons dea«es en bambocheo à Ta»pdïti (RTa0:r.foisnpeuveau7sa1spdoue.0aaanr à laefaire. Enstort cas,yunaechosol s,eg rtaineo à Ta:dM.o à TaDuvaliere nte dstrà#82r,cseeo1 le premrertdiscorrstes a procia adprononcé,eun pouraincpour guhabilitorltotoltmtnt soncpèrt e rleérégimandéchu. Li chant>u50seramt Petcandidatmparfaia. br> br> 6. Toue.foisllaostraeégie deslduvaliérrsrts pour eoréinsraleçiy;u eotvli5lneesellimitvraimspas seultmtntsà(Patpossibilité deaconquérrr Petcandidatmonomeéstroisième da1sples gésultatsierélim pairesidurCEP. Li camp dea 217;agronome br> 7. Comma n ssele voyons donc,7laésiturtili es,eextrêmeme Lycimpeexe.dLa pae li se trà#82 brusa eme Lyàénà#82au, cïti (RT s,-à-dire0cimmaten 1990,7fact auidanger du retétreau eotvli50deecaux ïti (1;dles Mma.s<217;agronome ,d«es en leépeuo à Ta»p d a proc2lltlavaia accumueé7dura L asDauxième GuerresMondi&le t0 asGuerresdv7Corée. br> br> 8. Ilafartebarrçiyla7roue.0aux duvaliérrsrts. Liur getétreau eotvli50pr50laebiaisedujchant>u57ouodaquée dunil&vanomsheiéq, lconqu 7agg;avvraimsdava Lage encorollaogr eeeda1splaqu2llt le egystse trà#82. Li pileage des cHisses dhllïti (RTÉtateaugmentçiaim,cdec0ctntaines de millierc0daquée d nfaaLs caetinuerareauyàyêtroler vés d a procécole, lesecomprerioLvstqs mvive tes sse es nueé depuisilartrembltmtnt caetinuerareauyàyy croupir,lltdsystème7de pgoductili natili&l ne pour;adtd aslrepre dre,e es g;addeso deée lisdfoncrèrvstetedaquée dirrigat li retoueerareauyda1spl ministà#llh,(le coûa dhllaoviesnardiminuerartd as,(le noues tdéjànimprem linaaL7demsansatravail etydç chôme rseaugmentçiaim,cle7mouvee auydïti (RT xodnedaecrdras etydç travaileç rseàelïti (RTétrangei s ministmntensifihiaim,caucuieéoolata demde regt rchey madçeformaeili deacrdras dathartenilaau ne pour;adtdêtrenenvilogée. L a procÉtatene pour;adtdabordorllH refoaLvjdulsystème7daquée d nseigneme Lyuiilarii aire, Peidéfmcitjdulsystème7demsanté paryrapooracauxebesoinssdt la popuraeilieaugmentçiaim,cle7taux de morLalité infaaLilesnardiminuerartd as. Bref, le egystaccéléleraimssatmarche à7recullié, leseer deipauxeacqutstpolata deéudu 7 févri r 1986t tjdul29amarsm19870serameauaremi teiccause. br> br> 9. Enssimma,0da1spl ministhypothèoe d a procune guhabilitae li du0duvaliérrsmt,elïti (RTétrangei caetinueraeà défmnirrdïti (RTa0:ol té laéoolata demduépgys, à défmnirrseslpriol tés, à soue.eriysli budgetlear de petitsl;ppo pts de misère, à0lutddicter destlrdras s sseforme de regammandatilié, es ftà cintrôlei ea àtofi>atei son dtst p. br> br> 10. Nosondevonseéviterlco scénario, t0ia n ssees,epossiblesdt laefaire en nous mobilila L,pen ollhgea L asjouricenà regaenaîtrt leslplaintvs dec0citoyeistcoeouh Jcla-Claude Duvalieryet0à laejuger, en dénonçaauatose.sples formesadçef pancae au0oceulte des cHmpagnes dec0candidatslpopurrse.spemstose.sples formesadçetractae ons éstntu2lltspq, éles scgee21s duvaliérrsrts etleopurrse.sps ministaoprêt rareauyàytntamerlda1splls prochaiia jétrécase dli CEPnet0Petpruemanda sorraaL,pen ollhgea L,penfii, Paogammuna aéymnternatili&leeà neepas forcar7lec0gésultatsidec0uotctions. Li pgystne perte aslre o21neryauxeaenées macaes sides Ti-Boueé7ea deseRogorlLafoaLa L7ouodeseZakari-Delva7ea Gracia Jacqueé.sIlmdoiaia0ysiom mtrenfinéà0Pa longu périodneanarcho-popurrstey manéolabérale7deePruval-A; etman7ea défmnir, de manière7sà#82rainv7emsda1spun cadroluni airemetleaerioLi de, un véritablt orocem ustd ministmns itue linrlisatiliéoolata demetydç rrog;èstégaeom de. br> br>aire < />ueh3ronome ue année.

br> Aya Lm aseés27 a1spem7exil eL comscheite des crimes cimmi tpr50Pes <217;agronome Penda L cet ;agrexil,laux côtéstdltmli marir 217;agronome aeàelïti (RThorrçur des crimes cimmi tsosonsa&#gà#82rnlme L la Pr-, je choisrspdïti (RTaccu erlPïti (RTaprès -Duvalier. br> br> Rentré au egys en 1986,slïti (RT spériyplein mesnpoumaes,ease dunig;addprêvvo à Ta:dente 04,iHaïthcse;asli C ntrenhistol dedea eulturel deolaoCaraïbe. Cïti (RTETAIT POSSIBLE. Enseffem,cau dé art0des Duvalier,eiosonavions nymainspt sse es atoses. Li pgystétait0eidsiturtili de forca pour eodévelooplro à Ta:dleemonde7offraia sesdservicvs. L a procUNESCOteen0tête,ease dseslprojeasnde feagellatili du système7escl&vagrsrt. Elltlavaia choisriHaïthcïti (1;où laquée dabolition ;saia é éjeroclaméaten 1789 - pour paugurersan g;addesopompes,0hi 1989,ssalRoute7deelïti (RTEscl&vt e rleéMusée7deelïti (RTEscl&vt. (Jïti (RTavais0stggérétdltfaire ceéMusée7au Palaisea0x 365 poraeseabaddliné.oMris, lisigà#82rnaaLs éraaL7duemntéfessés, l ministUNESCOtva laefaire à Cuba). Li Serman rdurBois-Caïman (1789) forçamt à erotéger emsdévelooplrllaovilltlhistol deddurCap. 19920seramt déclaré Aenée7deelïti (RTIndheicave dexposie lispdïti (RTart0tainoo à Ta; 1993eaenée dhllïti (RTabolition dealïti (RT scl&vage min30;. Aipsi,dente 04iHaïthctape kanpe. Je ieavoyaisspas 0cimmaau7ense 04,iHaïthcneeseraims aslli C ntrenhistol dedea eulturel deolaoCaraïbe. Imag nez maeprofondandéceptiono à Ta: br> br />-es en desvliregà#82rnlme Lyaprès gà#82rnlme Lyanéa Lirstose.sples sup rbestlpoorauni éstesiysaquée doffraie Lyhu0li pgystdvscandre7jus d a procàynoso vli50prtaugerlda1spune bétçypuaauvo à Ta! br> br />-es en desgaes aterlq, éles droias7dltl a prochimmat-pour lesqu2ls on ;saia raaL7lutLé ïti (1;détaivnue mpunéme Lybafoués. Tandisiq,hlPïti (RTontda1se Petcarnaval,tdes macoue.spievisibleéuexerc> Lyviol>acvs phys deé, emprisl&nlme Ls,dexpulsilié, kidnaopings min30; br> br />-es en desrérliserlq, ,dconcernaau7la7corrupe li, aPorsyq,e7laéfamille0Duvalieryet0q,hla ea prochesdétaivnueseuls à eileçiy es cHisses plutôt pleines dhllïti (RTÉtat,7la7corrupe liesaquée d s,et2lltmtnt généraarléaiq,hlPïti (RTontseddemandeMq, l élu auraeam ez de forca pour Paogambaatre, vli5e yom mtrenfin. br> br />-es en desvrvle0jétreaprès jour Paodtstuuction phys demduépgyso à Ta:dlïti (RT xploitaeilieanarcha demde carrièrtstdltsablt, bidimvilisatiliésauvage des mornes dom paau7la7capit&le t0Pétili-Vileç, aPorsyq, a procàdmli arrivée en 1986lc s mornes étaivnueboisés, 82rdoya Ls, no&#bâtis. br> br> Quantsà(Patdivioili,7Ilasuffia depm nu linerlq, ,dmalgré cardramtMduj12 janvrer,0l&7aeeu 70 pg5tmsnpolata deéueu039 eandidatslàelat ruemandcetpour gurliserlq,aquée dillnaquée dy a7aucui acclrd,caucuidregrà#peme L. Emst sseseddise L natili&lrse.s, aPorsyq, a procilonso a prem demt sseégoïse.s, égoc> Lrrsrts. Malgré t sse es apoeeslpremsa LsnduéKonbatasmto à Ta:spas#de konbates natili&lesddltdévelooplme L,spas#de konbates desgaes uuction.oLesigà#82rnlme Lsnso a ageivrse.s, eopurrse.s, yne éstpr50la hainv7emslïti (RT spria depvengeadce. Au lieund a procunlMaedela,spacificaee21,nunificaee21,nnosonavons eun des géniastdltPatdivioilio à Ta; au eo pt0de vli50a0jétrd a prochuianotrolindé)enda cecme acéeyà7cause d a procéotctions fraudul uses. br> Aelïti (RTécoute7dee 217;agronome br> Aelïti (RTécoute7dee 217;agronome Si les avocaLs avaivnueievité les victimes0à v.eirjdé)oser leurseplaintvs em,coluseava L, à0leslreno#82 >r,lltsasuccem eurs des Duvaliereauraieauaréflécha à deuxdfoislava L de vioeçiy es droias7dltl a prochimma,0sachant7q, a procilonpour;adeauaêtre7accu éstdltcrimes cieouh laquée dhumani é,ease dme acardïti (RTêtrenjugésc&u tribui&l internatili&ledltPatHaye. Emsn sejeunes, aya Lms sse es yeux ces harre rs,enïti (RTa0raie Lyoas eriéo à Ta:d«es en VivndDuvaliero à Ta». br> Pour moi, landéception s,eénormeo à Ta; laébleéourolincurallv. Oui la Pr!rJeesutstprofondémtnt affectée t0caquée d s,ease dpeiie q, éjemcaetinue0Pa luttelpourjunépgyslda1spllq, l les dirhgea Lstne pense Lyoas pgys. J ministai énorméme L0dhldiffmcul éstà accepterlcotdassasirnat phys demdu egys etlcalutdde mli rêvvo à Ta; encorolmoinsscamtelpariisraate7divioili au nilaau oolata de. Cvcheen dé)ia des me acas exprimée tpr50n seG;adds Vliirnleemsq,i impei deau7la7perte de notrolfihité légeedaire, deat sLv7digni éjeL c2llt, prog;em ive, de notrolsà#82rainv é. Celaoieém ministmntéfesse plusede7juger Jcla-Claude Duvalier.rJeesutstmaladeyà7cause ourtort dhlc q, éj ministai vécujeL vis hncorotda1spl ministaorès-Duvalier.rJeemeddispesltJcla-Claude s,eveeu au eotvli50às19 a1s, da1spun système7sangu pairecétabli0parysoncpèrt e rq,aquée dilles,epg5tmyrefusa L leebain7demsangpesltvourait sonceauourago. Ilaa aulmoinsscalaeà sandécharge. br> Tous mes cimbaLs dhl27 a1spdïti (RT xil eL tous mes rêvvs dç 1986lont é étASSASSINEStpr50Pes succem eurs des Duvalier. Q, a procoaL-iaa àtletredéchargeo à Ta? br> Es,-c egys exsangueo à Ta? br> br> EN CONCLUSIONo à Ta: br> Sïti (RTIL FAUT PARLER JUSTICE,7IL FAUT L a procAPPLIQUER A TOUS CEUX QUI ONT VIOLE LEStDROITStDE L a procHOMME,7PENDANT ET APREStDUVALIER. CEPENDANT, MALGRE CETTE7PENIBLE SENSATION Dïti (RTETRE SOUS PRESSION DE FORCEStOCCULTES, JE CONTINUE LE COMBAT EN FAVEURtDE L a procUNION NATIONALE,7ME FORCANT A7PENSER QU ministUNE GRANDE KONBITE7NATIONALE7PEUT ENCORE SE TENIR POUR QUE MON REVE SE REALISEo à Ta: HAITI CENTRE HISTORIQUE ET CULTURELtDE LAoCARAIBE. br> br>aire < />ue année.

br> On vie L0dhlrecevoi50cecmessagemdu egys.rPas7v;aie au0 igné,yunaesorae0dt pamphlemsq,i gésume7laésiturtili pourjb2aucorp dt Haïtheis. Caquée d s,esa1spdoue.0ui é auydïti (RT spria pluseoulmoinssgénéraarlé, eL commt la page s,edtst pét auxeami 7dltl a procîle7deeQuts deya... Mris0li resteyà#82rtsà(dïti (RTa0:r.snso stdltcloche,scalaevadde soio à Ta! br> br> 217;agronome br>aire br>aire

es en Nosonsammesnbheicen train7demvrvle0uieéoériodnefin7demrègne no&#seultmtntsdu régimanoolata demde RenélPruval maised a procun stylemde gà#82rnlme Lypopurrsteyimproductif, hyperhypocrite,yq,i7remoaLvjàtJcla-B2rt;addpA; etman. Lçc0signauxdse multip ie L la Pr: br> br> br />-es en Pruval seeprucipitemenoRép#leia e(Dom pacainv7c samedi dernierease dJcla-Max Bellngivn,7str7leéegyrollsdu Servicved a procIntellhge c deac egys. Pruval a7perdu ltdsupooracd a procHugo Chasezmetydç FmanlaComlyn, qs mnaquée daie au0 asllis perda Lsnentoolata de. ePrideipaltmtntsPruval s,ealeétsécur sei son fu9us7exil enoRép#leia e(Dom pacainv7pourjcahabiteryet0bli5e ase dHenr Namphy maiseillrts derdïti (RTêtrenprofondémtnt déçuecr50Léli l Fernaadezmnaquée datfi>aede posie ftà trreridvtlutd t0ensfaia naquée datpas#besoin deac fard2au. br> br> Fernaadezmse;asl a procun deseer deipauxeleaderstduemondeMen dévelooplme L0àyêtrolievité aurfameuxdforum7demDavoste 11tesiyseatie L0eemtelsemaineten Suim eoea après iamseireedten Idde pour igneredeseagclrds commarciauxdd ministmmporraacv7pour on egys. Q, l rapooracase dunimédiocre0cimmatPruval qs marrivndda1spsli egystsansta82rtissemtnt e,esa1spcravate0cimmatnaquée do Lm aslmadqoé deasouligner plu içursejétri&lrse.sydom pacainsidoauaun vétéfan d a proc br> br>aire

es en Le Départeme L d a procÉtatevie L0dïti (RTannueçiy es vilos dhl24 mvues siinflue Ls dhllatmachinetsaraa demdu mouvee auyUni éjeL il s,efortdprobablt q,aquée dilleieannueç(dïti (RTa0:r.s. Cvcheexprimeat sLtharteceiq,hlPïti (RTadm t ltrrtili Barak Obamaeeuasli servicved a procintellhge c n Haïthepense Lyt sLtbaé depuisiplu içursemoiso à Ta:dàssasériyq,hllelrégimande RenélPruval estlunieotvli5lnliecrédible,0uie hoaLvj ourjla racv7noi5e ,j ourjla Caraïbe, etyunedme acar ourjla régililàeplu içursenilaaux. Enseffem,cAl Q,aeda a0cimmaacéoà s ministmnsraleçiysil>acraushme Lyicheen Haïtheeuyappute subLileme Lymaisesérraushme LyPïti (RToptili du mainthei0&u eotvli50deeRenélPruval ase dJudv7Céotst p, qsoi d a prociamsembltraia q,hlc dernierevoudraiteabaddlinerplaogarrse. br> br>aire br>aire < />ue année.

br>aireue année.

pe ons échafardéestà la hârt. br> br> OXFAM accu e leegà#82rnlme Lyhaïthei0daquée dindécioili et de neepas avli50deepriol tés. Toue.fois, da1sples dixlsemaineonpostérrauresc&u trembltmtnt de0terreMduj12 janvrer,0cecmêmeegà#82rnlme Lya été encmesure7daquée délabor2ryun Plan d a procacaiontvioilipairecda1spllq, l ia ad xposé des eriol tés soigneushme Lyg5tmculéeleemsses butslàel;agrterma encvderdïti (RTuidrelè82mtnt e,ed a procune gegaes uuction lrdoenées duépgyso à Ta;dle 31amarsme 10, iamsoum mtaia cvlplanmdétailléoà laquée densemblt d s egystbaileç rsede fodds ea deselrant loeions mnternatili&lesdré0n sc&u siègnedes Natilis Unies0àaNew York0afin7demletreperm mtrendaquée d ngagorlenviyne 11tmilliards dhldallarstesiysero L affectéstà la rérlisatili deac elanm&u corrstdec0cinqt rochaiieseaenées.oLesimntéfessésnpeuveau7liremetltéléchargerac elanmà laquée dadfesse la Pr: br> a href="http://www.cirh.ht/oitns/ihrc/fr/projects/Pages/defarlt.aspx"ronome http://www.cirh.ht/oitns/ihrc/fr/projects/Pages/defarlt.aspx br> Eneformuea Lmses cimmtntair.snsurjla «es en mi oilio à Ta»p dhllat<217;agronome acvs dïti (RT xécue liecomma les ONG mnternatili&lesdemslocalespemslaescgee21 pgivé pour m aertàrterma deseerojeasnde dévelooplme L. br> br> Una desefonceilis7esse Li2llts dç lH CIRH gaesisLvjàtexam peryet0à apprà#8eryles eroposie lispdutdomainetde7laéregaes uuction pourjass2rçiyleurjcanformité ase dles butsldur<217;agronome lleéuexposée tpr50Peegà#82rnlme L. Doputs le 7 ju p, datt àelaqu2llt 2 le a cimmaacéoses ageivrtés ïti (1;dce qs mfamt à eeiie s>pe mois0ïti (1;dla7CIRH ayapprà#8é 74eerojeasnàam mtrenentœuvre. br> br> Caeorairome Lyàlceiq,ïti (RTOXFAM dline à eensçiyeiéq,rlifiaaL notrolbilanmda t rne,7da1spsli langagemduemnvolte,yn ssees,imaes q, éla7CIRH a g;addeme Lycieouibuéoà amélior2r ïti (1;dce qsïti (RT le vaogaetinuertdltfaire — lesecondie lispdeoviesde0ctntaines de millierc0de0citoyeistpr50laebiaisedeseerojeasn d a proc2lltlayapprà#8és ea doauaelltlayfacilité la misenentœuvre. Vliciéui échantillon0dhlc s erojeas la Pr: br> br> * Da1splltseulescgee21 dhllaosan é,edeseerojeasndïti (RTuidmoaLa L7dhl202,4 millilispdeodallarstont é étapprà#8és oulsoauaenscorrstdïti (RT xécue li,yn taume L la regaes uuction dutseulec ntrenmédicalyuiilarii airepdeoPora-au-Pridee t0 asgaes uuction à Miuhbalaised a procun établissemtnt rltramod rnedde soinstdltsan é,edo LyPïti (RTo#82rturt est pruvu potr7lïti (RTannéi erochaiie. br> br> * Deuxeprojeasnda1sples domaines de Patdis ributiontdïti (RT au etydç l a procassa t lslme L,sdïti (RTuidmoaLa L7dhl200 millilispdeodallars, o a déjàné étapprà#8és emsq,i dlinero Lyàl160 000 persl&nes ui accès à desn dantités adé datvs dïti (RT &u salues tïti (2; une priol té absolue aulmoe au0où Haïthees,een buttne&u choléra. br> br> * Da1splltloglme L,sneufeprojeasntotolisaaLl191,3 millilispdeodallarstont é étapprà#8és. br> br> * Da1splltsegee21 dhs brenstemsservicvs (pgoductili daquée dénergie, agrieulture,ef pancae au0des pveée soeme Ll), leseerojeasnactu2lltmtnt f pancésntotolistnt 894 millilispdeodallars. Au noues tdhlc s erojeas f gurellaogaes uuction d a procun pr5 dindus riel da1splltNlrd7d a procHaïth,aq,i dev;ait démarrçiyda1splls prochaiia mois. Ce erojea,0uie foislrérlisé,sforrnirayun emploilàeplein temps à 60 000 Haïtheis. br> br>aire http://www.cirh.ht/oitns/ihrc/fr/projects/Pages/defarlt.aspx br> Àdce jétr,dla7CIRH ayapprà#8é 3tmilliards dhldallarstde pgojeasnemssaquée d s,eass2réhldemletrecanformité ase dle Plan d a procacaiontpotr7leérelè82mtnt e,elltdévelooplme L d a procHaïthc t0ase dles elans scgeofi>lsierépr5éstpr50la suitempr50Peegà#82rnlme Laenscoord pae li,7da1spbi>aedes cas,yase dles exp2rts scgeofi>lsidç lH CIRH. À de noues usesloccasilié, leseé dipts dç lH CIRH soauaipterv nuesc&u stadey t tial dlterépr5aeili dec0pgojeasnpotr7travaileçiyase dleursepromotç rseàelïti (RTamélioraeili dec0pgoposie lis. br> br>aire br>
aire < />ue année.

Haïth,ajanvrerte 11 br> br> Lee12 janvrer,0a t0 as<217;agronome aire<atei' e<
a href="IMG/pdf/Haiti_-_12_janvrer_-_Himmage_aux_victimes.pdf" title='PDF - 883.1 ko' type="apolicaeili/pdf

uehrannée.

< />ue année.

br> br> Haïthc- 12ajanvrerte 10 la Pr: Prog;amma des er deipauxeévéneme Ll br> Lçc0ageivrtés cimmémoraeivvs dç camteljétriévjdulsà#82lir,ldébuteroauapr50Peelancae au0dïti (RTuidreg ltre7daquée dinseriptili dec0persl&nes décédéestPorsydulséismandu 12ajanvrerte 10. Toue Haïthei aya Lmperdu un prochetPorsydulséismanest ;poeeéyàytntfaire landéclaration da1splaomairie de saogammune de ruemandce. L a procun deseobjectifs dç cadreg ltre7 s,edt rueoudresltdproblèmtMdec0ageesnde décès.d«es en Un morLedo LyPïti (RTace.0de décès naquée datpas#é étrédigé s,egaesidéréejurida dem> Lyviva Lo à Ta», il s,edaec mndiseensablt q,hllïti (RTÉtatehaïthei0disposetde7laétracv7dhlc s millierc0de0dusparuso à Ta» ad xpl a é Wilfrid B2rt;add, Peidircget21 dhs archaves Natilialeé. Cvs pseriptilis esiydébuteroaualee12 janvrer,0s potrsuivroauaensuitemsurjtort le0territoire. br> br> Sievoustvourezmsignaeer(dïti (RTa0:r.seévéneme Ll da1spvotrolrégililou da1spvotrolegystpourjcemteljétriévjdulsà#82lir,l 217;agronome pe onn2lltmtnt met0à votroldisposie lilsoncespace de ruactions àlcotda5tmclt, pourjei idformer7leéeluseg;and noues . br> br> <217;agronome br> <217;agronome br> <217;agronome br> <217;agronome br> <217;agronome u50du 12ajanvrerte 10,yorant leauneccérémli eed a prochimmagesea0x victimes.rLa0Facul éide Lingu sta demapolia éeMdh laquée dUEH,0str7laér e(Dufort,ya été symboli dem> Lyduemgnéi eourjaccue prirlcotdévéneme Ltesiysaquée dachè82ra0verc06:00 pm. br> br> <217;agronome nM ctel, M t ltre7à la Condie li fém t nv7emsa0x Droias7dltla femma,0re dra7himmagema0x femmas victimes0dulséismandeva L leeM t ltère7à la Condie li fém t nv7(av nue Magny). br> br> <217;agronome achocelyne P sur l a procensemblt du0territoireyeuyda1spla di&spo;ashaïtheineesera observée. Caquée d s,eàjcemtelhaureepruciseéq, élelséismana frappé Haïth. E le sera suiv eed a procunaesoineriema0x moras sur l a procensemblt du0territoireynatili&leet0à des lâgt rs7dltballo1spblancs, da1sples différe tts zones esiyont é étaffectéesapr50Peeséisma. br> br> <217;agronome br> Au delà des noues useslageivrtés esiyseadéroureroauaenjHaïth,(prideipaltmtntsda1sples zones torchéesapr50Peeséisma,cuneccHmpagne natili&leedeesensibilisatiliéaux catomlynphesdse;aslancé élel15 janvrertpour aquée dache8eryle 30 janvrerte 11. Cvmtelvasteycimpagne esiyeompre dra,dentre7au:r.s,cunectétriévjdeecoefére c s,eperm mtrasà(Patpopuraeiliede vli50cimmaau7dïti (RTa0:r.seegystoauaré0ysioàmseiregaes uui5e ase dsuccès.d br> br> Àdtraverc0leemonde, di&spo;ashaïtheineetie dra7de noues useslageivrtés toue &u l;agrdeacemteljétriévjdulsà#82lir. br> br> <217;agronome br>
aire < />ue année.

Enfii, à 6lhaures,yunaesoiréhldemcélébratiliédltPatv eesera orant léemsurjtort le0territoire.rLa0m t ltre7Lée.ègu naquée détait0pas encmesure7de dliner des erécioilislsur les déclarations offici2lles duaet fMdh laquée dEtatelee12 janvrer.d br> Lçc04 millilispdeoHaïtheis de Patdi&spo;asso a a0ysioconcernés br> Lçc0Haïtheis de Patdi&spo;asont é éta0ysioaffectéstq,hlcaux du0terroir,landéclaré le m t ltre7dçc0Haïtheis viva Lseàelïti (RTétrangei (MAHVE), Edwin Pagaisl&. Caquée d s,epourjcemtelgaisl&iq,aquée dilleicouragostose.sples t tiaeivvs dçs gammuna aésehaïtheine 7dltl a procétrangei visaaLlà cimmémorçiyla7mémoirepdes dusparustdu 12ajanvrer.d br> Lç tituraireedu MAHVE mndiq,hl d a proc2n plusede7la minute7deerecue preme Lyàlexageeme Ly4h 53alee12 janvrer,0Patdi&spo;ascomptelégoltmtnt orant leryun ensemblt dïti (RTa0:r.seageivrtés,aensconformité ase dles ageivrtés rérliséesaenjHaith. br> br> Au:r.seageivrtés cimmémoraeivvs br> br> br> Lçc0ageivrtés gelae vessà(Patmémoirepdes dusparustdu 12ajanvrerydébuteroauanormoltmtnt lee10ajanvrer.dIamy aura0uie permane c yaulm t ltère7dealaoCulture eLsdealaogammunicaeili lundi prochaiidentre710ahaures eu03ahaures p.m. Toue jétri&lrse.lou a0:r.seeersl&nes désis uxldemseireeseignerlsur les ageivrtés cimmémoraeivvs du 12ajanvrerytrà#82roauasaeisfaction,cseeo1 le tituraireedudia m t ltère, MariltLaure c yJocelyn7Lée.ègu . br> Toujétréccet undi 10ajanvrersà(Patmémoirepdes dusparus,eun matchtdltfootballesera orant létpr50la Secré airer eed a procEtateàelïti (RTIntégraeili dec0Persl&nes handicapéesa&u stadeySylviooCatorsà(3ahaures dç l a procaorès-midh. Cv matchtopposerasiauxeé dipts dïti (RTamp aéydu trembltmtnt de0terre.d br> Lç mardi 11ajanvrersà(9ahaures du mat p, iamy aura0uie cérémli eed a prochimmage7str7leésitemdeaSaint Ch; etnphelnlieloin deaTi anyei où laomajol té dec0persl&nes tuées da1splaogatomlynphesont é étinhumées.oDa1spl ministaorès-midh,nsoiaià(3ahaures, iamy aura0uie cérémli eemnterreligraushsq,i géuniraytose.sples coefem lis religraushs7str7leésitemdealaquée dUiilarii é Notro-Dama. br> Pagallèltmtnt,0toujétréclee11ajanvrersà(3ahaures dç l a procaorès-midh,slaegà#82rnlme Lyprocéderaeà l a procmnauguratili du marché Hypoolateogammunémtnt apoeeéymarché Vallièrts. Caquée d s,elaeseult mnauguratili esiysera famt.0ui anm&près laogatomlynphe.rPuts,7iamy aura0à 6lhauresalaopremrère7ve prée en mémoirepdes dusparustà l a procmn tiaeivvmdealaoDircgeili dutLrvle eLsdealaoTélévioili natili&leed a procHaïth. A 8lhauresalecmêmeejourjcedse;aslaeve prée surjtort le0territoireylaqu2llt déborchera7str7leé12ajanvreryoù tose.sples communes du egys so a apoeeéessà(orant lerydes ageivrtés cimmémoraeivvs. br> Lçc0ageivrtés cimmémoraeivvs pre dront f pyle 30 janvrer. br> br>aire rgeffrard@leno#82 lrse..cim br> br>aire < />ueh3ronome ue année.

br> Leedircget21 du Mat p, <217;agronome pe onn2l. Vliciésli message la Pr: br> br> En pièce jémnte, aun Spécialsdu . Huiua(8) pages dhldacume Ls histol des sur l a procIndé)enda cecd a procHaïth.rLa0lariion lr gii&leedltP a procAce.0dïti (RTIndé)enda cecd a procHaïth7emsa0:r.s. Quandeiosonavions rérliséjcedspécial,pdïti (RTaucuis n Haïthepensadeaua dedl.sndacume Ls naquée détai au0 asla0:he Liqueé.sMris0eiosonavions choisriedlttfaire caefia cecpdïti (RTabordsà(PatSocié étInternatili&leedes Archaves,laux Archaves Natilialeéedes États-Un scemsa0x gt rcherrstdelDuke Uiilarii y.d br> br> Nosonnavions reçuj&u leieavriame 10tPatv sitemduoDircget21 Généraa du Musée7du Panthéli Natili&l esiyétait0veeu gt rcherydes exemplairesidç cadnuméro Spécial. Careiosonétions les sculs et0lts premrersnà rendre7c.sndacume Ls inédias7dusponibleé n Haïtheaprès les avli50obt.eus sur reesêtemedircgete au0des Archaves NatilialeéedetPatG;adde-Bretagne. br> br> LeeDircget21 du Musée7du Panthéli Natili&l a mis sur pied0uie cimmi oili dïti (RT xp2rts haïtheis q,i devai au0travaileçiysur l a proca0:he Lic té dec0dacume Ls rendus puleicsapr50. Str7sandemande, n sselutdavons forrniydes exemplairesipourjchacun desemvues side Padateogammi oili.rPrès d a procune dizaiie. Stseens la Pr!r Au terma desetravauxdd minista0:he Lificaeili, li Dircget21 du Mupanaheiosona7remarciésj&u ldaquée dasli50rendu7dusponible n HaïtheP a procAce.0dïti (RTIndé)enda cecenfiilre rà#8é.oLesidocume Ls se so a révéeés v;aiseemsa0:he Liqueé. br> br> Ce so a c s eages d a prochistoirt,acas eages foddaericesea0x lr giies d a procHaïth,aq,e nous partageonécase dvoustensci 1eryJanvrerte 11. d br> Bline otctus . br> br> Et Bline emsHaureushsAenée7e 11 br> br> kenbe Pao à Ta! br> 217;agronome ironome br> br>aire<atei' e<
a href="IMG/pdf/Le_Mat p-Or gii&l_Ace._Idde)enda ce_Haith.pdf" title='PDF - 1.8 Mo' type="apolicaeili/pdf

uehrannée.

< />ue année.

br> On a reçujcemtelidformation.oOn v ssela dline t2llt qu2llt. Cv seraimsbi>aesiocaquée détait0vérifié, eL agclmpei.sMris0 d a proc2n pense Lyleseer deipauxeeandidatso à Ta?oOnL-iaa droiae&u chapitle euxdau oio à Ta? br> br>aire LE GOUVERNEMENT DE LAoRÉPUBLIQUE Dïti (RTHAÏTI ET br> LE CONSEIL ÉLECTORALtPROVISOIRE br>SUR LAoMISSION Dïti (RTEXPERTStDE DE LAoMISSION Dïti (RTOBSERVATION ÉLECTORALE CONJOINTEtDE L a procORGANISATION DES ÉTATS AMÉRICAINS ET DE LAoCOMMUNAUTÉ DES CARAÏBESaire<ue année.

br>aire br> Qui eourjacclmpeir7lerrstfonceilis7auxetermas7dhlc s Acclrds,ylelSG/OEA7emsla CARICOMno Lycréé la Mi oili dïti (RTObservoeioneÉotctorali Conjémnte dltP a procOrant loeionedes États AméracainsieLsdealaoCammuna aéydes Caraïbes ( a p20;MOEC a p21;) encv2rtuedltP a procAcclrdddeogaopératili ignéaeeouh lelSG/OEA7emsla Cammuna aéydes Caraïbes le 22 octoes te 10o à Ta; br> br> Q, élel13ndéceues te 10,ylelPruemanda detPatRép#leia e(d a procHaïth, l ministHonorablt RenélPruval,landemandéoà laquée dOEA7daquée d nvoye50uieami oili dïti (RT xp2rts doauales objectifs sont é ablis ci-dhssous (la &# p20;Mi oilioa p21;). Li Secré aire généraa dltP a procOrant loeionedes États Améracainsi( a p20;OEA a p21;), José Mig, l Insulza,lanaccédésà(PatdemandeMlel15 déceues te 10,yseeo1 lesecondie lispé ablies ci-dhssouso à Ta;d br> br> Q, élel17ndéceues te 10,ylors d a procune géunion ;se dlaeSecré aire généraa adjo pt0de laquée dOEA, l ministAmbassadt21 Alb2rtsR. Ramdin,ylelPruemanda detPatRép#leia e(d a procHaïth7emsli Dircget21 généraa du CEP, Pierre-Louts Opont, o a mndiq,éiq,hlPïti (RTaccès detPatMi oili à0t sse es docume Ls,cau matériel et0à t sLv7a0:r.lidformationndemandéetpr50la Mi oili pour gurliserlsantâgt cneeseraims asllimi é,e br> br>aire br> 1. d Qui P a procAcclrddP&I emslïti (RTAcclrddd a procobservoeionmdoive Lyt sssiauxedemeurersan vig, tr7seeo1 lesecondie lispq, a prociloncontie ntnt,0et0Petprueent Acclrdmdoiaiêtrolieterprété dltfaçlieconsé deaue ase dc s Acclrds. br> br> 2. d La Mi oili sera clmposée7dïti (RT xp2rts en droia,pen stat sta de,pen technologra éotctoralv7emsen technologra de laquée didformationn( a p20;Exp2rts a p21;), choisrsppr50desemvues sidulSG/OEA7eieconsultation ;se dlasigà#82rnlme LsnduéCanada,rdealaoFranceaea deseÉtats-Un scd ministAméra de. En raaL7q,hlmvues side PaoMOEC,7iasejétiront de0t sse es pgivilèges eu0immunités cieférés7auxemvues side PaoMOEC7auxetermas7dhlP a procAcclrddP&I emsdltP a procAcclrddd a procobservoeion. br> br> 3. d Leseobjectifs dç la Mi oili soauales suivanas la Pr: br> br> a. d Révioer,(da1splaomesure7q, éla7Mi oili jugerayappràpgiée, etyà0Pa lumrère7du7droiaeea desenormes apolicableé, leseerat deé, procédures eu0procédésmapolia éstPorsydes éotctions pruemandai2lles dua28 novvues te 10tensci esiyeoncernedl.sngésultaLs dhlc2llt-cio à Ta; br> b. d Forrnircau CEP, emsrendre7puleic0immédiaete au0Porsq,aquée dilles,eterminé,eun rapooracsur les deétions réviséesaenjv2rtuedu egragrapt c3 a ci-dhssus,eydcompris, sa1sptoue.fois aquée dyllimi >r,lltsaeonclusions caecernaau7l a procexageitude du0pgocem ustdei aburaeilieaipsi q,hltoue &justeme Lyle cas échéaaL pour gandre7pluseexages l.sngésultaLs aburés,mda mêmee dedl.snregammandations carresponda Leso à Ta; br> c. d Accroîtrellaogaefia cecdu0peuple haïthei0da1splltgésultaL f paa dltP a procéotction dua28 novvues te 10. br> br> 4. d Pour atteindre7seseobjectifs, la Mi oili doiaefaire ceéesiysuiL la Pr: br> br> a. d Exam peryles feuillts caet.eaauales résultaLs ou0pgocès-v2rbauxe( a p20;PV a p21;) dhs bureauxldemscrutin eL toumsa0:r. docume Lséotctorallq, éla7Mi oili jugerayp2rt peauo à Ta; br> b. d Rérliserldes eeouhvuesc&se ddçs ghefs dç pg5tmsnpolata deé,rdeseeandidatslàelat ruemandce,pdes durhgea Lstd a procorant loeions nliegà#82rnlme Lales dh7oau0pg5tmcipéa&u procem ustd a procobservoeionedes éotctions,laipsi q,ïti (RTa82c dïti (RTa0:r.setnterv na Ls mmporraaasnda1sple procem us, choisrsppr50la7Mi oilio à Ta; br> c. d Pgandre7t sLv7mesure7q, a procellt juge nécem aire ourjfaire enesête. br> br> 5. d Li CEPngarantirasà(PatMi oili ui accès illimité à t sLv7persl&ne0et0Ps mforrnirayt sse es docume Ls,ct sLv7l a procassisraaceaea t sLv7l a procidformationnq, a procellt jugera0uLilesipourjatteindre7seseobjectifs, ydcomprisymaisesans saquée dyllimi >r la Pr: br> br> a. d T sse es PV lr gii&ux, ydcomprisycaux esiyauroauaé étrejetés pour les résultaLs ruliminair.s, la lrse.léotctoralv7pg5tm2llt, les feuillts de dépou preme Lydulscrutin/deycimptage, et0lts déclarations daquée dirrégural tés deychaqu2 bureaundemscrutino à Ta; br> b. d Unecapaayse stat sta de de0t sse es résultaLs our mandaifierydes anomalies da1spcls résultaLs, ydcomprisydec0échantillonsdspécif des à des finsistat sta desndemandéesppr50la7Mi oilio à Ta; br> c. d Tose.sples compagaisl&sydec0PV ;se dlasilrse.syéotctoralvs7pg5tm2lltso à Ta; br> d. d T sse es PV mi 7dltcôté aipsi q,hllesidocume Ls dïti (RTapput (reg ltre7d.syéotcterrst/lrse.sypg5tm2llts, feuillts de dépou preme Lydulscrutin/deycimptage t0PV daquée dirrégural tés e,ed a proc deide Ll), ydcomprisyPïti (RTaccès auxldocume Ls dhs bureauxldemvote qs mnaquée do Lm asltransmi 7dltrésultaLs leejourjdltP a procéotctiono à Ta; br> e. d Un accès illimité auxl xp2rts du Ceeouh dei aburaeiliedes votes (CTV) emslïti (RTaman7des exp2rts eu0du0persl&nea du CTV ourjforrnirc es PV,laipsi q,ïti (RTà t sLv7a0:r.lpersl&ne0aya Lmdçs gainaimsa cls relae vess&u procem ustéotctoralo à Ta; br> f. d Une gévioili compagaeivvmdec0PV ;ipsi q,hldesidocume Ls dïti (RTapput deychaqu2 bureaundemscrutin ;se dlasirésultaLs ruliminair.s puleiésapr50PeeCEP. br> br> 6. d Li CEPnferaytose ceéesiyes,een sonieotvli5l ourjobt.ei50deet sse es pg5tmsnpolata deéueu0deet sse es eandidatslàelat ruemandcetpour la7Mi oili,7lerrstcopies carbonvmdec0PV,esiodusponibleé,pdes duverc0bureauxldemscrutin. br> br> 217;agronome br>aire
aire < />ue année.

br> 217;agronome On ie peut7q, a procaie r Haïth,aon ie peut7q, a procadmireryles Haïtheis,aon ie peut7q,e neepas eompre dre (àlmoinssq, a procoat rufère7s a procobstiaertàrs ministmnterrog>r,lmalgré lts désillusions)tpourqsoiple pgys neeparvi au0 aslàesorairjdltP a procornièrt da1splaqu2llt c rtainsyPïti (RTont fait0verser.dUie petateopae li,7mris0li le gaes ata,cuneenjeu majetrepétreq,el deéupgyslde Paogammuna aéymnternatili&le.dDveq,ellcr5ageèrt,acateenjeuo à Ta?oIlleiees,e dh7ose Lyleéq,rlifier,(d a procune façlieou(d a procune a0:r.. Commanmssaquée détliner q, a proc"on"7essayhldemlestfaire aire. br> br> Haïthc- Polata de la Pr:aireue année.

br> 24lhaures &près laopuleicatiliédltses crata deéuenverc0laquée dONU emslïti (RTaman7Internatili&leeda1spune eeouhvue puleiéenda1sple qsotidien Suim eo«es en ironome o à Ta» emsrelayélsurndaanoues uxlsitemdont HaïthLibrh,tP a procOrant loeionedes États Améracainsi(OEA) a rapoeeéysoni«es en ambassadt21o à Ta» <217;agronome Rapoeeaes q, é<217;agronome aeplacé potr7juger entla mat ère.) br> Entoolata de,ct sLv7vérité nïti (RT s,# aslbline à dirt,acathartefonceilinair. dey62 a1spvaddevli5lsaquée d xpl a çiydevaau7l a procOEA,7esiydéeidera7de la suitemà dlinereà sanmi oili q,i devait aquée dache8eryda1sp2 mois,7mris0a0ysiosur l a procav.ei50deelaogarrière7deaRicr5do Seatenfus... br> br> Entsasériyplusesur <217;agronome Aujétrd a prochui, il s,elt Reprueentaaalspécialsdu Secré aire généraa dltP a procOEA7emsCt fMdu BureaundemP a procOEA7en Haïth. Cïti (RT s,#un spécialrse.lregaenuedu Mercostr,den relae ons mnternatili&les,den diplomatre bruem ie ne, et0entoolata de extérraure(d a procHaïth7emsdu Bruem .aire eveis emman, l
envoyéapr50
Dom pa de Forrnier ateie<
br> EveistEmman, l s,eenreg ltréyicheda1spl ministamphathéâts ndemP a proc<217;agronome /c>ateie<
br> eh3ronome ue année.

ach esiyne doive Ly asltosonàelatii uoeionecrééetpr50la maradie, 217;agronome aevourériypuleierjcedtexta de 217;agronome de Pora-au-Pridee. br> br> 217;agronome br> Texta d ministmntgoductilio à Ta: br> 217;agronome br> Àleeoandre7pareçiyht dépareçiycaux esi,ypluseoulmoinsscapableé, astrre Lyhumbltmtnt à n ssegà#82rnlr, et0caux esi,yfoncièreme Lyincapableé, rêve Lyincne rûmtnt de0régnerlsur n sseda1splaogaetinui é de l a procHaïtheà0répudier,(0li duraia q, a procilonperde Lyt sssiacvderq,hlPïti (RTHaïthcdes scgorsses sisma deéurécurre tts,pdes sa1s-abgis, du choléra ea deseluraga1sptaeageurs, alv;aie au0so fMd a procidéal. Nos forlespemséotcterrsto Lyt sjétrécé éttradie lin2lltmtnt deag;adds se Lime Laux. Nos optilis polata deéueu0noc0votes nltrésultai au0 aslforcémtnt deadéPibérations citoyeines rae lin2lltéueu0bi>aeidformées.oEt Dieu, noc0affairrse.sypolata deéules elsssf aéseei ont g;assemtnt tiréyprofiuyda1spla l;agde d2réh. Ilsto Lyusé deet sse es a5tmficeseet0expédienLs our déroutçiyla7pae li,7perve5tirc es apoeess&u peuple, noc0g;adds re dez-v sseéotctoraux, eL pour subve5tirc a procordrolrépuleicain. br> br> Lemvide prog;ammata de da1spllq, l s ministmnscratyPïti (RTaceu2llt cHmpagne éotctoralv7dline froids&u dos.oOn assisremà unectgivirlisatili deal a procidéa de pgojeasnemsdeadébaLs, de t2llt sorae7q, éla7majol té dec0eandidatslsemblt naquée dasériy dedl.ur bline oudl.ur mauvaiseém pesà(offrircauxséotcterrstà titra de pgog;ammas.dUipvacuum esiysealiuyda1spleselpposie lispbinair.s factic.sndu typet«es en caetinui é vs ghangeme Lo à Ta».rLa0rupturt est- le v;aie au0possible ntre7d.sygorsinssclmpeicas,sagcmanda2lltmtnt rivauxo à Ta?oLe pgys nïti (RT s,# aslv;aie au0mobilisé our Pes g;adds enjeux et0clivages s uucturaux. Cïti (RT s,#comma la morLedutoolata de en raaL7q,hllrau d a proca5tmculae li,7d a procagrégatili emsdeamédiaeionedes tensionsieLscieouadictions socié aleé. oLesidiscum lis dés2rteau7l a processe Li2l pour st cHntliner da1spl ministamplificaeiliedes taeages agcem oiresc&utourjdltPatiimpee pgiseedutootvli5l r50desecoteries pg5tmsanes impatie Les.oDesecoteries esi,yàelïti (RTapaayse, neeparaims au0 aslsuffmsamme Lyprépr5ées à mrauxegà#82rnlr etyà0effectivem> Lydulrvlertq,hlcalles d a procelltseerojeataau7dïti (RTévacueredutootvli5. br> br> Leeclmporete au0des élatesypolata deéué ablies nïti (RT n finims asldeadécaet.eaacçiyht dïti (RT uesou prer Pes éotcterrs. Cïti (RT s,#un exarcice v;aie au0fastidieux eseldemvourériyles si uereàelïti (RTéchelleedes idéologras, da1splerrstchoix eL posie lin2me Ls souatéga deé,reuapr50rapooracà noc0tourme Ls ré>lsidç peuple. À landécharge dhlc2llts esiyseamêlaau7dïti (RTinseituLilinalisatili oolata de,cil farteregaenaitra dedl. milrau haïthei0neeseeerêtemni matérielltmtnt ni eulturepreme Lyàllïti (RTémergndce deag;adds pg5tmsnportçursede pgojeasnmobilisaterrs. Dïti (RTartaaL7q,hlles mi-lieux d a proca5ge L et dhlpotvli5l n Haïthese so a t sjétréchistol demtnt arrangésapr50csoup ons mnterposésipourjcaefis der7letootvli5l r50laér se,(Patviol>ach, les fraudes éotctoralvs7 t0 asgarruption.oLeef pancae au0des cHmpagnespdes dux-neufeeandidatslaceu2lslàelat ruemandcetse fait0da1spune opac té déroutante, voirepstseece.0e,elynublanteepourjcertains. oL a procabsndce deacadfeinormatifscieouaignaau0seeerêtemévidemme Lyauxl xtravaga cls ht dépenses éotctoralvs7incnetrôléeé. oLe jeu dçslïti (RTalternadcetpolata de démocrat de emsrégurière7seiretrà#82#comma fa0yséyduraau7c s jose.spéotctoralvs7auxlrepe Ls dhtpokçiycoesin. br> br> PourtaaL,pen dépit dhlc2t héritage apoaremme Lyindécrot able,cil vatfalloir,là n sveau,0voter7let28 novvues tprochaii. Peut-être7q, a procun v;ai7leadçiycapableaea t srné verc0leeghangeme L v;ai7finirayparesorairjdlspurnestemssepdétacherypourjnotrolbien0dhlc s noues uxlprétenda tss&u farteuil pruemandai2l. Nosonv sseprueento1splerrstvioilisldujfu9us7daanotrolegystda1splls pages esiysuive L. L a procabstaauion ie sauraiaiêtrolune option.oLes fraudes offici2lles sennosrrims au0généraaeme Lydulgaese Lemtnt tac te etydç l a procapath eed a procéotcterrstdémam linaires.dll vatfalloir0voter.sMrlgré t sL.sMrlgré ci CEPndécrié.sMrm vlme L. tSaaonpeurjniycimpeexe. Pour l a proca0:re Haïth. br> 217;agronome 217;agronome aire < />ue année.

217;agronome aire < />uehrannée.

< />ue année.

br> a p32; a p32;Nosonvenlispdeoregevli5lcedtexta mmporraaa dltnotrolami7<217;agronome a t0mératemévidemme Lyt sLv7notrolattaauion. a p32;
br> e217;agronome celyne P br> br> Haití repreeenta0territorialmeaue casiyuna7tercerayparta de una7dltPasemayor.setslasldel Cariba,ca0 asgu&l lost spañoles impu içrli el noues tdhlEspañola o Huspaniola a0finespdel iglo XV,laun de -según rlgunassf e Les- lostprimçrls habitantes oyindíge asplaomandaificabaiecon el noues tHaytí, oysegún otras,yQuts deya.rLa0cdeétiónpdel noues tq,hlllevabaacada0territoriojdltPatreg óiees,áloujeaa a ciertast speculaciones yidiscrepaacras,den specialspor(Pattempraaa7dlsapariciónpde(Patpoblación indíge a local. Convren.lregardar7q, éla7delimitación territorialpde(PatIslalEspañola se gaes ituyó jurídicameaue en 1697econ el TratadojdltRyswick,spor(ellcu&l layparta ogcmandaalspasó a ser0pgopiedadddeoFrancia,t dedl. pu o el noues tdhlSaint Dom pgde,pelnmi mot dedfue cambiado el primçrltdhlen.rltdhl1804spor(ellde Haití tras unasscuundaas gderras de se uadicalizaron durantee asgayunturatdhl1802-1803,aenscontra7dltPaselynpas de Napoleóiehabíauenviado a0 asgoloniaecon el objetivo de0terminarecon el pod r de0T sssaint Lo#82rturt ytgestablecçiyhl istema7dltesonovitud. PerltPa luchapdel pueblo haithapo impidióyhl reggeso alspasado yalogrótq,hlou7pación fue;aslaeprimçra inde)endie Le7dltAméraca Latina la Pr: ou7 ignificado históracossepd spre depdel Acta7dltIdde)endenciatdhl1804sy7dltPostprimçrls artículoslde PaoCaes itución haithapatdhl1805.d br> br> a p32; a p32;Vçiycoet.eido en0
ue année.

br>aire<ateie<

Laë&nec Hurbon -ajanvrerte 10
envoyéapr50Dom pa de Forrnier ateie<
br> Cemtelpage apoartie LyauxlHaïtheis q,i o Lyàldireyeuyà écrire ourj ortçrttémoignaga desegurlisaeiliseenscorrs. 217;agronome pe bleedltrem mtrenpaisibltmtnt,0e,elyèserapideme L,aenscaush Pïti (RTaacrannees uucture socio-polata de dïti (RTHaïth. br> br>
Lee<217;agronome nManigatocelyne P sur l a prochistoirt demP a procUiilarii é àlHaïth br> br> ue année.

br> e br> br>aire Par <217;agronome nF.nManigatocelyne P br> br> br> Les inseituLilis uiilarii aireslo Lypris naimsa cll n Haïtheda1sple cieoexta de la0fin des gderres Napoléli ennes esand laquée dEugopa desetra tés deypaixtdhl1814-1815 vatorant leryP a procOgcmandanseeo1 un0no#82 ordrolmondialp;se dlasicne rès dmtspdemVrannees ssela horlettejdltMetternichtd a procAu:r cte,p;se dl a prochégémli eedltP a procAngleterle eLsdealaoRum e0aPorsysymboliséel r50laéluete demP a procéléphant (rrsse) contrealaobale nv7(anglaise).dUipcaecerm eugopéen sosse eedircgeoirt des g;addes euissa cls a0aPorsyé diPibré le système mondialp q,i vatomeurersuie pérrode deypaixten Eugopa pourjcin da Lecaps,eun demi-siècle. br> br> Les inseituLilis uiilarii aireslhaïtheine 7o Lypris naimsa cllda1spcl cieoexta mara étpr50la conjénctus ndem1814-1816. Au temps du <217;agronome Cïti (RT s,#en 18160 de Ch; etnphelcimmaacll n g;and uie polata de dïti (RTéducae li natili&leeet dhlpromotili eulturepre esiya é étpour lsiyee de se;aspour <217;agronome . Ch; etnphela été,aenseffem, da1spnotrolhistoirt,ale g;addocivilisaeaurn;se dson7régima et ooat rog;amma dïti (RTéducae li natili&leeet dhlpromotili eulturepre sosse ïti (RTégide du «es en d spotismanéclairéo à Ta», famsaaLljouercauxsphilosophes ehilanthgopas anglaisdWilb2rforca et Clarkson7sasicnese prers eu0préc>peeurs, leerôla de 217;agronome peeur de 217;agronome br> Caquée d s,eaipsi q,hlle <217;agronome Dïti (RTablrd,cuie ciec>pe on7daquée d nsemblt potr7lïti (RTUiilarii é comma une eeoité t nliecomma des uiités dispersées,pépr5p préeé, leseAnglo-saxlispdurai au0«es en piece-mealo à Ta», en piècespdétachéeé. L a procidéa dïti (RTinseituLilis uiilarii airesl&se ddçs fonceilis7d a procuntcorpsse ogé0da1spunevéritableacHmpus embrylinair. aquée d s,erérliséesà( 217;agronome pe on7ch; etnphranneeda1spsanmod rni é,eneeséparaims asllaslaagde t0 asgivilisaeili)#comma é alliedes valerrstà inculquercauxsHaïtheis pour unéchangeme L non7saultmtnt dealaagde,7mris0a0ysiodltreligrli, emsdeaculture,egurlisaauaune véritablea«es en révolueilieeulturepreo à Ta»sda1spclmtelaacranneegolonie française. br> br> Les inseituLilis uiilarii aireslch; etnphranneéué aie Lyintégrées auysommaecd a procuiteeseignee au0auxetrois iilaaux,tprimairt, scgondaire eu0supérraur, pr50une Chaues troyala dïti (RTinseuuction p#leia e,7;se dson7chancelier,(ses digni airesl t(ses insptcterrstdesetrois branchvs. L 217;agronome nMan, l dïti (RTinspiraeili anglacane , de théologra,tédiaéyàtSaas-Souci,es ssela formacd a procuitlrvle biliagde (français-anglais) encusaga da1splls écoles ch; etnphranneé. Enfin,yil s,eà n tçrtq,hll a procassisraaceatechna de t0 asgaopératili étrangères (exclusivem> Lybritanna de) dhvai au0plac r7lïti (RTHaïthcde Ch; etnphelda1sple ciecerm des nations demPaocivilisaeili demP a procOgcmandanch;éthei. Cïti (RTétait0laquée dhommandu d spotismanéclairé esiyasaia 217;agronome .d Enyappr.eaauala morLedeaCh; etnphe,aWilb2rforca a déclaré la Pr: by allistandards,yhelwas a0greau0man.oLeeroipHenri daquée dHaïtheétait0ui CIVILISATEUR. br> Tepre a été la conjénctus ndemnaimsa clldes inseituLilis uiilarii aireslchez n sseà(Patgenèse demP a procÉtat indé)enda t daquée dHaïthepr50Peegénit ch; etnphrannda1sple Nlrddduaegys.o br> Unecoues taudtableau la Pr: elleedata de 217;agronome br> Uiddauxième moe au0forLedeaP a procévolueiliedes inseituLilis uiilarii airesl n Haïth, &près le ciup dïti (RTéonotefondaeeur de Ch; etnphe,aa été la conjénctus ndemP a procavènlme Lydet 217;agronome br> Cïti (RT s,#laoFranceaesi,yceete fois,7serm dïti (RTinspiraeili emsdeamodèle pour la7cgureiliedes inseituLilis uiilarii airesl n Haïtht aree de d a procuie part,7laéréformacdh laquée deeseignee au0scgondaire a été largeme L tribu airepdatlanmi oili françaiseiregrutéesà(Pagisapr50<217;agronome aeidtgoduiuyda1splesemilieux# arisheis,aau eo pt0q, a procoatPe choisr,epourjpre dre lat arole auxefunéraillts de Victor Hugo ,7mris0il s,ea0ysiodiplôméldatlanFacul éide Médecin dde Pagis,0ht diplôméldatlanFacul éide Droiaede Lillt, dïti (RToù il fignolltses thèsas sur la7pécem i é d a procuitrégima civil7en Haïth. Cïti (RT s,#lelmoe au0où <217;agronome aire br> Ce moe au0forLe s,#laod rnière étape asaau7la7cgureiliedeyP a proc<217;agronome o à Ta». Cett.0caejénctus ndem1940-1960aa jeté lts foddeme Lsnprépr5atoireslàllïti (RTédificaeiliedu no#82aucsystème éducae fMesiyallamt7accue prriyles no#82 les inseituLilis uiilarii aireslhaïtheine .oOn a7judici2uslme Lyétendulàelat érrode tort ndaière lelmot emblémata de de «es en Renaimsa clo à Ta»strà#8élour unaepaacarta de laoRue du Ceeouh, du côté lpposéyau PénitenciersNatili&l esi,ylui, inspiraiaeàtun0humorrse.lune a0:r.lpaacarta la Pr:c«es en Oiees,emrauxeicheq, a procen facho à Ta»o à Ta! Lastrà#8ailltndu mot de «es en renaimsa clo à Ta»sétait0uie a0bain ncr502llt rapoeaamt7le g;addomoe au0exc>pe onn l dïti (RTépanndim ee au0des l mtreseht desca5ts#néyau Quamtroc auo i a ie àt artir de FPoreach, esiya cae dimet se. P a procI a ieyparesesyœuvres inspiréesedv7l a procAnta d té mçmtaau0P a prochomman&usc ntre7d.et sLeen un0humnt lme uiilarirlisaau, ems di aquée d s,erépandu en Eugopa &usXVIème siècle.oOn a7vucuie comparaimli fe5tilt potr7lïti (RTépanndim ee au0ietelltceu2lnotda5tmsta de haïthei0dem1940-1960aotdaprès (pareexempla la pe ntus nhaïtheine0naïve,tprimimivvmoulmod rned;se dsesect fs d a procœuvre), saaliutérature exprimaau0Pe «es en merveilltuxo à Ta»udu génit eulturep haïthei,0vodou cimma religrli ea créole#comma laagde,7cimpris naturepreme L. br> Caquée d s,eda1spcl cieoexta de des uiités no#82 les vieineaa aPorsyétoffer7lettmssuedes inseituLilis uiilarii airesl n Haïtht;se dl a procethnologra pour laqu2llt so a crééspune Ecole d a procEthnologra (q,i devie drauplusttard une 217;agronome nF.nManigatocelyne P),p(q,i devie draulïti (RTInseituLmNatili&l de Geseili emsdes Hase.spÉtudes7Internatili&leé ( 217;agronome nMarsocelyne P, médecin-ethnologde,-histol ei-mnternatili&lrse.,0 ïti (RT&uteur de «es en o à Ta», bref7letfPerrli deal a procidtelltceurli é haïtheine de réputation mondiale. br> br> Voichev.ei50maint.eaau,ypourjune eoncluoili str7leé«es en de faireo à Ta»uhaïthei0ei0mat ère des besoinssde reno#82 lee au0des inseituLilis uiilarii aireslhaïtheine 7>aevde de faire mrauxecimpre dre latii uoeioneduaegystdéjà0asaau7et ourtort &près l a prochorribleeséismandu 12ajanvrerte 10,#un exposéydltPatproblémata de emsdeadilari problèmtsedv7q, l de imporraacec di aquée d nsuive Lmouly so a liés, carlle <217;agronome br> 1).d&# pr1; La premrère7 deétion7hs,#suiyla7paeure t0 asfonceilinali é de l a procUiilarii é d a procHaïth. Ne doit- le aslprofiu r de0cemteltrrse.lépre#82#pour st posçiyla7 deétion7sioelleedoiaecaetinuereàeêtroldu «es en scgondaire prolne éo à Ta»ucomma je P a procavaistdénoncéeen une sauLecdaquée dhumeur de gaes atejusaifiémouldev.ei50uie a0:henta de uiilarii é,lcessaaa dltfaire duscorrs mag ltral7l a processe Li2l dh laquée deeseignee au0supérraurnaPorsyq, a procillen rese. P a procossaeure er deipallo à Ta?oRhei0neesauraiairemplacerjunsbl&sprofem eured a procUiilarii é da1spunecorrs mag ltral7portçur0ht distribu eur destcoinaimsa cls agadéma dess&u plusehartedegré du sasériyhumaii.nMaisddepdimet sjétré, oatPs mamvourucui7accompagntmtnt de0travauxeerata deé,7de0travauxedurhgéé,7de0erata deéydltPaboratoires,0d a processaii probatoiresldoaual a procimporraacec s,erecaenue aulmoinssdepdimelaodiffuoili dç laométhodl0expérime Lalt demClaude Bernard.oOnden st e core, da1spclrtainsycasld a procutilisaeili demPaoghairt,aau «es en parecœuro à Ta»udictéeen salle dhlcnomeeyeuyà «es en rendreo à Ta»usa1s om mtrenuie virgult potr7saeisfaire auxl xameas moyei-âgeux destfacul és7d a procunta0:r.ltemps.c,ydu tréfoddsndetlandétresse haïtheine prueente,al a procimpératifmd a procuie a0:henta de uiilarii éedv7q,ali é s,ed a procêtrolcaeformacauxl xigndcesed a procêtrolcapableade gaes i uereunectête penla Lecauysommaecd.et sLele système éducae fMduaegys.oA0noc0vrris0amisdde n ssey aider. br> br> 2).- La scgonde deétion7hs,#la7pécem i é d a procorant leryPatreghercte,p;utreacimpagnon dh laquée deeseignee au0mag ltral7 di impea de déjà,cil farteleeregaenaître,puia largelpartyd a procinveseigatilis sur sanmat ère pr50Peeprofem eured a procUiilarii é. Cïti (RT s,#une obligatili dedson7mag ltèrolietelltceu2lnde reno#82 eresoitcorrs en seeregyclaau7caes amme L. Jecmeerapoeel.,eau début de0maacarrière,puiegollègde se gargagisaau0des noe.spécratas sur paprertjauiiyq, a procillexhibamt7;se dune suffmsa c lsaeisfaite.o Maisdcïti (RTétait0hrero à Ta!... Aujétrd a prochui,yPatreghercte en raaL7q,hlteel.,eei0dehorsydealaobesac tprofem oralv7individuepre,0hs,#orant léemen un0corpstdédiécauxsinveseigatilis scrantif des. Les c ntrespdeoreghercte scrantif de pullulaau7part se et0cïti (RT s,#àelatbl&ne0haure. Aujétrd a prochuiyPatreghercte dépassh laquée deeseignee au0profem oral da1spl ministenrichim ee au0des coinaimsa cls,tregherctes7individuepresl(dçsethésards,ypareexempla ouedes ghercterrstdeseécoles postdoctoralvs)) oueregherctes7golleceivesl(leseé dipespdeoregherctesldoaualeslpràduius7d a procinveseigatili apoartie n au0auxeé dipespepres-mêmes lu sosse eePab2lndes c ntresppgivés lu puleicscau iomscaenu eu0preseigraux.oOn apoartie Lyàdt2llt oudtellt écurie.rLa0circulae litdeseé dipespdeoregherctedentre7lls pays s,#lelsigneé o#82aucdh la suprumatae des chosesedv7l a procespriupda1splls no#82 les technologras du sasériyhumaiitda1spl ministhumnt lme des chiffres.dIl farteol eiu r dasaauaga les inveseigatilis scrantif deslhaïtheine 7verc0latreghercte golleceive. br> br> 3).- Ceria Lyd. eluseprès lei problèmtsedvs inseituLilis uiilarii aireslhaïtheine , cil fartem mtrenP a procacc au0suiycaux à q,i o teeseigne ems doi l.ur eeseigner.oOn a7pris l ministhabitude deypensertq,hll a procUiilarii é,lce so a leseprofem eurs.oEt Patpopuraeili s,udia uinlo à Ta?oVrant- le saultmtnt pour survle lasicnurso à Ta?oOn a7vucq,hll a procUiilarii é7accue pre 50.000 étudia uslàllïti (RTeeseignee au0supérraurndoauala moitiécfréq e Lesrégurièreme Lyl a procUiilarii é d a procE ate(UEH).orant léemen 13tfacul és7emsÉcoles Supérraures. Les besoinssde c tpeeit monde0so a gelae vem> Lyénormes.oEt Peeproblèmt des bnursesypareexempla, nïti (RT s,# aslrueolunseeo1 lasicriuèresidaquée dappropriaeili emsdeajusaice, voirepdes besoinsspriol tairesidltla7pae li.c d a procuie prise en charge oartiella et oous cnetrôla de laosolueiliede ceeproblèmto à Ta?oOn pourraiaimêmeeintéress r dasaauaga lasgaopératili étrangère dès l a procamont deala séotctionepourjprépr5ersP a procasalndes dest patilis natili&leé et mnternatili&leé. br> br> 4).- Leeproblèmt d a procuntcHmpus uiilarii airep&se ddçs ruemandces uiilarii aireslpourjprofem eurspemsétudia uslcomma en Franceaoulàllïti (RT<217;agronome br> 5).d&# pr1; Leeproblèmt o#82aucdhs uiilarii és pgivées.dIl y a7prolifératili d a procuiilarii és pgivées q,i p sss au0comma ghampignonseaceu2llte au0s ssela p ssséa de laomassificaeilienuméra de etysociale des bacheliers veia Lydulbaccalaugure pr50plus d a procuie ce Laineédltm prrari pr50an.oLa sault uiilarii ée s,#incapableade es accue prri.oOn ne se;aims aslàlmoinssde tre Lesm pre bacheliers horsydeal a procUEH inscrits auxeuiilarii és pgivées doauala plupartyfo Lydul«es en busiiesso à Ta», cïti (RT s,-à-direyf pancièreme Lylucrat ves.dDa mêmee dedleseécoles «es en borletteso à Ta»udu scgondaire,cil y a cnetam patili d a procuiilarii és «es en borletteo à Ta». U1 lousaic optimrse.lcimmaatait0q, a procillvartemrauxeasériydhs uiilarii és «es en borletteo à Ta»7q,e nee aslen asériydumtétto à Ta! Il y auraiai150 inseituLilis uiilarii aireslprivées doauauie quaraauaint recaenues pr50Pïti (RTÉtato à Ta! Laspgoporeili enseignee au0supérraurnpuleic0lm enseignee au0supérraurnprivé es,# réoccupaau0cr50Pïti (RTajusatmtnt dealalciexisredcetposeeproblèmt. Par exempla, lanFacul éid a procÉtat de Médecin dadmaecgha de aenée un0maximumndemdauxece asnétudia uslpr50no#82 le promotili daquée deetrée. U1e sault uiilarii éepgivée armi lts plus sérrauses7gomma l a proc<217;agronome br> 6).d&# pr1; Une a0:r.l deétion7hn débaLusa1s faire tràp deavaguesdes,#celltndu choix entre7ll sasériyfondame Lal spécuraeif0lm esthéta deme Lypréfére ai2l classia e (l a procaggurleeo à Ta?) et Peesasériyà destfinsspragmata deéy(l a procutileo à Ta?),dlasicnenaimsa cls théora deénemsphilosopha deéydltP a prochéritage g;éco-raeiitdesePlatli emsA; etnte t0 es formations0erata deéyduspragmatalme anglo-saxlis, formacstrviva Lecdatlanvme pre querelltndeseAncheis emsdes Mod rnes.oOn s lsosvieaL7q,hln sseavions0trà#8élPeeproblèmt poséyda1spnotrolétude suiyla7subseitueiliedeyP a prochégémli eeaméracain nàelat répondéranceafrançaiseida1spla caejénctus n1910-1912.oOn a7Paimsé faire le ciurstdesechosesestr7leéproblèmt et0cala a débouchélour dls hnjeux ltratégr des mmporraaas our la7pae li la Pr:céoatalme oulmassificaeili, Pibreechoix ouedurhgalme,lcesmdauxehéritagesidltla7tradie li eulturepre est j a procai placésyda1spla loagde duréelbraudélheine et doaua 217;agronome br> 7).- Leeprojemsdealoi sur l a procenseignee au0supérraurnt sjétré enegestation tardeyà0régle5 des deétions en suspenssde P a procèrepdatlanmod rnisaeili emsdealanmondialisaeili pour les inseituLilis uiilarii airesl n Haïth. Cïti (RT s,#da1spclmtelcatégol e0q, a procillfartelisterll a procimporraacecdeal a prociddica du dévelooplme L humaiitda1splesechoix ltratégr des à faire en praxéologra,tPatformationn&dmin ltrativvmetatechna de du personn l da0supooracemsdeason7hntra nee au0spécif de sectori2l,tda1spleseinseituLilis uiilarii airesl n Haïth, leeregatré auxeno#82 les technologras,al a procinternlLyàllïti (RTécole,0 ïti (RT&ménagame LyeLyl a procutilisaeili des locaux lcnlairesiet uiilarii aire,elaodilariificaeiliedu cnetrôla caetinu0des coinaimsa cls,tlanmesurepdatlancroissa cllcomparéepda1splls polata des promotric>siet garrectric>sidu pro rès humaiitseeo1 lasicriuèresiliésnàelat ersonnali é de base demgha de civilisaeili..rLa0coopératili mnternatili&leedoiaeet vaorégn r da1spcls domaintsedv7l a procidterventili humaiie, emsHaïthedoiaesaisirdson7malhaur comma un0bi>aepour les sartslen asaau7q,e nécem i e#non7son7«es en arriérrsmeo à Ta»7(cala ne se d t0elus)lmaisdlïti (RT&rghaïlme de7son7stade de dévelooplme L. br> br> LeeComité mnternatili&l demsouthei0ht dïti (RTapput àelïti (RTUiilarii é d a procHaïtheéprà#8éed;se dsixeuiilarii és pgivées dé uuitesletypresq,hlt se.sples a0:res,ylat #leia e a leseprivées,tda1splesevipres-martyres d.l 217;agronome Lyém e a mobiliséa devaau0P a procidfortuie injusat dedl. peuple haïtheieneeméritaims as.oLeebeau mot de solidari é s,#lelmoa dltpasse en f;seured a procHaïth. br> br> 217;agronome nF.nManigatocelyne P br> Pruemanda dulComité Internatili&l demSouthei0ht dïti (RTApput àelïti (RTUiilarii é d a procEtat daquée dHaïthe(UEH). br> br> br>
Lee<217;agronome aelanvolne é de lyèsenoues uxsintelltceu2ls,0hxiléslouedemeurés au egys,7de0eartieiper eesemblt à0latregodseuuction duaegys,esur plac . br> br> <217;agronome br> Moetréal0-#lel19 févrrer e 100- br> Da1spla perseeceivejdatlanregodseuuction daquée dHaïth, doauala capital dht dïti (RTa0:respvipres7o Lyé étdé uuiteslpr50Pee:rembltmtnt deaterle du7mardr 12ajanvrerte 10,#une vingLaineéd a procorant lmesaemsdea ersonnali és demPaocommuna0:é haïtheine du Québe doau7caes itué7uieGgoupe de réflhxioi0ht dïti (RTactionepourjlanregodseuuction daquée dHaïth.
Leeer deipal objece fMdh ceeGgoupe hs,#detformule5 des pgoposie lispcéncrètesyauxsinsraaces cnecernéeslpr50Panregodseuuction daquée dHaïth, en seebasaau0suiydçs ruflhxiois menéeslseeo1 uneyapprocte eartieipaeivv, en mçmtaau0àjcaetribution leésexp2rt sesl t(sensibilités displi bleéstaau0àjl a procidtérraurnq, a procàal a procextérraurndaquée dHaïth.
Pourjy earv.ei5,ale g;oupe se pgoposv, ents tautres,0d a procorant leryuiegollo de o#82rt et mncluoif,nesiyse tie drauleés4 et 50maré proctai1spàal a procÉcole Polytechna de deéMoetréal.
L a procidimiaeivvmdu Ggoupe de réflhxioi0ht dïti (RTactionepourjuneyHaïtheno#82 le a été saluée pr50Peepramrer m t lts nhaïthei,0M. la PrJean Max Bellerive la Pr:c«es en Jeesuisdhaureuxldemclmtelidimiaeivvmesiyneepeut7 dïti (RTaffiner eu0permtttre7d.emrauxeol eiu r lçs ruflhxiois idimiéeslpr50Peegà#82rnlme Lyem, au-delà, t ssecaux q,a lasstrvieddaquée dHaïtheintéress o à Ta», a-t-il déclaré.d«es en N sseeartagalis ui rêve la Pr:ccelut deavériyHaïthecamma un payspémergea L7d a procici 2030, socié étdeala simpeaci é,lé di able,cjusat etysolidaire,eviva L en harmli eease dson7envirlinee au, saaeultureiet uienmod rni éomaîtsiséa où P a procE at7demdroia,nla lrbermé d a procomeociatioi0ht dïti (RTexpressioi0ht ïti (RT&ménagame Lydumterritoirepso Lyé ablis,0dotéacd a procuie écieomre mod rne, forte,adynama de,pcompétieivv, o#82rteyeuyà largelbase territoriale, où P a proceesemblt des besoinssde base demPatpopuraeili so Lysaeisfaitsl t(gérés pr50un État uni aire,efort, garant deal a procidtérêt(général, forteme Lydéciecentréieu0décentralisé.o à Ta», a-t-il eonclu. br>
Leegollo de <217;agronome a p26; Une caefére c ld a proco#82rtureo à Ta;
a p26; Daux (2) caefére c s plénières généralls porraaa respeceivem au0suiylls hnjeux datlanregodseuuction et sur l a procéducae lio à Ta;
a p26; Une caefére c lplénière thémata de porraaa exclusivem> Lysur les interventilis urgentesletypost-urgenteso à Ta;
a p26; Seize (16)#ses lis oueateliers thémata deso à Ta;
a p26; Quams n(4)#ses lis croiséesloueinter-thémata deso à Ta;
a p26; Une (1)#synthèsa générallydes ateliers.
Leegomi é de coordrnaeiliedu cnllo de es,#cimposéydl la Pr:c 217;agronome Pr deipauxeciefére ciers duegollo de <217;agronome Dls personnali és demrenom0eartieiperoau0comma pr deipauxeciefére ciers auegollo de deés4 et 50maré àal a procÉcole Polytechna de deéMoetréal, armi ltsqu2llts la Pr:
a p26; 217;agronome a p26; 217;agronome a p26; 217;agronome enuéducae li,eregaenaissa u la valerrlde#ses7travauxo à Ta;
a p26; 217;agronome Lysur les godsé dedeestdesedéci lis ltratégr des desedlin2urs d a procotvrages, sur l a procorant laeili eLyla0gestilipdueprocem us de gaes uuctiontPs -même, en fonceiliydçs rôles deseeartieipa asnemsdemPaurs gelae onso à Ta;
a p26; 217;agronome a p26; 217;agronome a p26; 217;agronome aevoie de dévelooplme Ldtels de,7latRép#leia e(démocrata de dulCongo,ale Zimbabwe0ht ïti (RTOugandao à Ta;
a p26; 217;agronome Lysur les problémata desydealulnérabilité urbaine,truemlrancaoeu0dévelooplme Ldurbain durable.dE le utilise leseSIG (Systèmes d a procIdformation Géograpti de) potr7aceurliseryPls doenées, apaaysesiet gart.sdessndaielleé àat se. stratégra d tplanificaeili lur le loag termtid a procuie région urbaine. br> br> <217;agronome Dixegomi és thémata des de travail7o Lyé étdéfinis. Ilsnsoau7caes itués dïti (RTHaïthenssde P a procidtérraurn(Haïth), dïti (RTHaïthenssde P a procextérraurn(diaspora),ndetcitoyeis0ht dïti (RTexpe5ts#demPaocommuna0:é mnternatili&le. Voichela lrse.ldesegomi és thémata des la Pr:
a p26; Aménagame Lydumterritoireplm envirlinee auo à Ta;
a p26; Dévelooplme Ldécieomr de emscgureiliedïti (RTemploiso à Ta;
a p26; Infraseuuctures natili&leéo à Ta;
a p26; Regodseuuction denP a procÉtat et gà#82rna clo à Ta;
a p26; Sae é #leia e a popuraeilio à Ta;
a p26; Solidari é u0dévelooplme Ldsocialo à Ta;
a p26; Système éducae fMhaïtheio à Ta;
a p26; Paerimoine,pcultureiet entrepr sesleulturepreso à Ta;
a p26; Interventilis urgentesletypost-urgenteso à Ta;
a p26; Planificaeili globallyemsf panclme L. br>
Laoco#82rture dçsethèmtsedv7travail7obéiu0auxesixeer deip.sodircget21s surva as la Pr:
a p26; Jusaice0sociale eu0 articipaeili eitoyein o à Ta;
a p26; Droiaeet7accem ibilité auxeservicassde base (éducae li,esaaué, rlime Lae li,eeau eo able,cetc.)o à Ta;
a p26; Caetinui éidescactions posie vesl(nee aslrepartir de zéro)o à Ta;
a p26; Arrimage ;se dla0pry 7idtérraurncomma mnt festation de laosolidari é natili&leo à Ta;
a p26; Urgence compatiblee;se dla0loag termto à Ta;
a p26; Dévelooplme Lddurable (pgivilégrarplesechoix q,i prueerventplesegénérations fu9uses).
LeeGgoupe de réflhxioi0ht dïti (RTactionepourjuneyHaïtheno#82 le se pgoposv0d a procorant leryuiemdauxièma rencaetre élargienesiyse déroule5ac&uscorrs dulmoissde maite 10. Cett.0caefére c lmnternatili&leereggouperaulïti (RTeesemblt deelaodiaspora haïtheine emsdes amaes/amisddaquée dHaïthede pr50Peemonde, en plus deseHaïtheine /Haïthenssde P a procidtérraurnduaegys. LeeGgoupe de réflhxioi0ht dïti (RTactionepourjuneyHaïtheno#82 le se jo pt àat se. Paocommuna0:é haïtheine du Québe dpourjremercrarplesecitoyein siet gitoyeis0du Québe det dulCapada,0Peegà#82rnlme Lycapadhei,0Peegà#82rnlme Lyquébéciis,ylatVille dhlMoetréal, lesemédias0du Québe , aipsi q,e t sseres7orant lmesaemsinseituLilis q,i o t mnt festésde manière exemplaire leur solidari é ;se dla0peuple haïtheieduglme Lytouchélparecelcatacaysmacsa1sperécéde L. Ill alueeégalvme Lylïti (RTeegagame Lyd. Paoce Laineédltcitoyein siet detcitoyeis, doaua41 personn s d a procorhgane haïtheine,c di oau0 arti 7verc0Haïthepourjjo pdremPaurs effortsyàlceux datm prrari de scgourrse.s veius de part se da1sple monde, à0latresc sss tdes del de troistm prrlisldeapersonn s dircgetme Lyaffcgeéeslpr50Peeeuissa u séismandu 12ajanvrertdernier. br>
Pourjvos inscripeilis0ht t se.spidformations0suppléme Laires la Pr: http://www.haiai-grahn.ora br> Conracas la Pr: Rodra de Baugé, ResplisableadulComité de promotili,
rodrague.baug@sympatico.ca
Nancy Roc, ResplisableadltPatpromotili ;uprès d.semédias0hors-Québe , rocpgodz@yahoo.fr
Renseignee aus la Pr: Apdrée Pelther
Reraeilis0 #leia es Apdrée Pelther
514.846.0003 br> apelther@ca.mnter.net br> br> br>
<217;agronome br> 217;agronome br>aire/s année.

Caesidérant0q,eeda1spcl bu #la0pry 7doiaesïti (RTappuyarpsuiydçs inseituLilis solides, gomma le(démontrenP a prochistoirt de t sseres7egystde(pr50Peemondeo à Ta; Caesidérant0q,eel a procUiilarii é7gaes i ueyuiemdapcls inseituLilis majauresdéraaL7doenéyq, a procillexrse.lune étroit.0carréraeili eouh dévelooplme Ldlm enseignee au0supérraurndelhartenilaauo à Ta;
Caesidérant0q,eel a procUiilarii é7natili&le d a procHaïtho à Ta:elïti (RTUiilarii é d a procEtat daquée dHaïth(UEH)edoiaeet peut7assumeryPatcharge et Peerôla de formationndesegadfessscrantif des, sociaux et0cultureps#demPaoNae li la Pr:cAggonomes, A5chattctes, Ingéniturs, Médecins, Enseigna asnemsghercterrstenuScrancas HumaintseemsSociales,pTechnacheis supérraursïti 30;etcïti 30;
Caesidérant0q,eelesediffére aestfacul és7de l a procUiilarii é d a procEtat daquée dHaïtherépr5t esdda1spdeenoues uxslieux#deala capital dPora-au-Pridee, o t souffert de0très mmporraaas dommagesià la suitemdumtrembltmtnt deaterle esiya scgoué#la0pry 7et0q,eeelusiaurs daquée deetre-elleé oau0totalvme Lyhorsyd a procéta,#detfonceilinero à Ta;
Caesidérant0q, a procillcon8ieaL7q,hllesediffére aestFacul és7de l a procUEH oie Lyrcggoupéeslsursun sitemuna de,puie Ci é Uiilarii airepoucui7CHmpus comma l a prociddiq,a lasdénom patili de0noc0jétré laeplus cnuraaueo à Ta;tceci0da1sple but d a procen ratili&liseryPlofonceilinee au0eu0 ar godsé dedt0d a procorant leryuiemrépr5t tili raeilin2lle eu0 ondéréetdesedépensesdentre7lls servicasset usagarspd a procuielpartycomma d a procétabli50uie viedagadéma de golleceivedentre7erofem eurs,sghercterrstemsétudia uso à Ta;
Caesidérant0q, a procàlceete f p7l a procUEH a besoinpd a procuieldotation f pancièremmmporraaae, potr7laqu2llt 2llt neepeut7-enyP a procétat detchoseseaceu2l-scompt rpsuiysei proprestressourcassnilsursun f panclme Llpuleic, leseressourcassde l a procEtat HaïthendéraaL7réduitesldetfaçonedramata de à la suitemdumtrembltmtnt deaterle etypoureuielduréelmmprévisibledéraaL7doenéa lasdeseuuction denP a procimmaublt deelaodireceiliygénérallydes mmpôts ;se dt se. saydocume Lae li,elescdégâts q,i affcgeentplesepr deipauxeportsydu pry 7 ar oùtpassentpleseéghanges et0 oau0 erç es leéstaxls douanièresemaisda0ysioPlofonceilinee au0du7marchélidtérraur.dIl farteégalvme Lypre dre enacimpt nles a0:restg;adds inveseim ee aus denregodseuuction à0ré&liseryda1spl a procurgenceo à Ta;
Caesidérant0q,eedes uiilarii és,yfondaLilis scrantif deslet0cultureples internatili&leé,edes uiilarii aires,yintelltceu2lsn a meues s0deseerofem ions f pancières,yindustri2 les et Pibéralls,tcitoyeis0ht décideurs da1spnoues td.legystdulMoede so a conscrantscdemclmtelii uoeioneet0 oau0disposésnàeaider l a procUEH da1spson7erojemsdeacgureiliedïti (RTun espaca adapté à0latréalisaeili eteà0latcapac té d a procomeumeryde manière efficace#ses7resplisabilités enverc0la0peuple haïtheieht ïti (RTE at7demc.legystfrèreo à Ta;
Il hs,#pgoposé0 asrueolueiliesurva ae la Pr:

a61656; Esu7caes itué7àt artir de ce0jétr,p;se dl a procaccard formal0ht t Lal dulRectoratede l a procUiilarii é d a procEtat daquée dHaïtheui 217;agronome br> a61656; LeeComité mnternatili&l demsouthei0aypoureobjet denregue prri unlloartie7subseadaielleedçs fonds nécem aires à0latréalisaeili pr50Pïti (RTUEH dïti (RTun CHmpus Uiilarii airepmod rnedet0 ûr. Cïti (RT s,#àodirelcapableade ruemsterlauxecyclontsecycla desnesiye aac au0eu0e aac ro Lylelegyst;se duie fréq e ce reno#82 éed;ipsi q,e latréalisaeili des bâtie aus seeo1 lasitechna deseaeti-emsma dessmod rnes0permtttant dearuemsterlauxeséismascdemg;addolamplitude. br> br> a61656; Leegomi é setchargeraedv7transférerplesemonraatsnregue prrsyauxs&utol téspcompéte aestde l a procUEH, ltsqu2llts en accusero Lyréception denmanière officiella et en rueerveroauala t Lali é xclusivem> Lyàpla caes uuctionpdh laaCité uiilarii aire-CHmpus.mSousyaucun préoexta etypoureaucuneeraimli l a procUiilarii é d a procEtat deyHaïthene p srra utilisei unlloart delcaeq,eedes ditslmoyeis0f pancie1s sus-iddiq,ésipourj del de &uts tageiv té ouedest patilis de gemsoit.oEt ce bi>aeq, a procelPeeeuisse asériybesoinpde0régle5 des coûts ;dmin ltratifs et0 alariaux. br> br> a61656; l a procUiilarii é d a procEtat daquée dHaïthepuleieraet sseres7six(6)pmoissauxefinssde transpr5eacelmmprimé et sur son7sitt informata de unydocume L officieliet gaetrôlé7uieétat détaillé desedépensesdréalisées auynilaauédemP a procavanclme Lldçsetravaux. LeeComité vérifieraeclm Etat enaciopératili et gaordrnaeilie;se dl a procUEH et ui0corpstdç vérificaeeurs apoarteia Lyàdun ggoupe de Commi oaires auxeCimpt s0ht dïti (RTAudieeurs fiableése,ede réputation mnternatili&leeiddiscutrleeo à Ta; br> br> a61656; Leegomi é setdissoudrauuie fois es travauxedetréalisaeili de laaCité Uiilarii aire-CHmpus achevusyeLyaprès votemdum di us doené pr50Pes Audieeurs, Commi oaires auxeCimpt s0ht Expe5ts#Cimptableéscnecernaau0P a procachèvlme Lldçsetravaux t0 asrugulari éidescf panclme Lso à Ta; br> br> a61656; LeeComité er deipal seraeassisré0 r50différe asngomi és natili&uxedoauala fonceili caesmstera7enpla calltceeedçs fonds auynilaauénatili&l emsdemPas7transférerpaueCimpt bancairep dedl. Comité Pr deipal ouvriraeda1spla baeq,eedeesoitchoix.dIl hn iddiq,araeàlceete f p7leslieu (agence) a lesecarageérrsta deéyduscompt o à Ta; a61656; LeeComité er deipal désignaraesoitTrueorrertdeénatili&lité au:r.l dïti (RTHaïthenneedoau0il7re draupuleicscla7pae li&lité,lles titresiet référe casset domiciliaeilio à Ta;
br> a61656; LaePruemandceadulComité er deipal seraeoccupée pr50Peeprofem eureLesli>nManigat,7accompagné de lyois Vice-Pruemandas la Pr:
a9679; Josep Bracall, pgofem eureémérite de l a procUiilarii é de Bareelone,tPruemanda honorairepdatl a procAmeociatioi0dçs rcget21s Eugopéenso à Ta;
a9679; John Coasworah, pgofem eureémérite de l a procUiilarii é de Harvardo à Ta;
a9679; Hermann Van der Wee, pgofem eureémérite de l a procUiilarii é caehola de deyLe#82n(Louv;ip) br> br>aire

Pruemanda br> onManigat,7Lesli>, histol ei,0polatologue, pgofem eureémérite de l a procuiilarii éo à Ta;
br> Vice-Pruemandas br> onBracall ynMasip, Josep,lRecteureHonorairepdatl a procuiilarii é de Bareelone,tAncheiePruemanda datl a procAmeociatioi0dçs rcget21s Eugopéenso à Ta;
o Coastworah, John,tProfem eureémérite de l a procUiilarii é de Harvard, Doyei de laafacul éides gelae ons7Internatili&leé,0Uiilarii é de Columbia (NY)o à Ta;
o Van der Wee, Hermann, pgofem eureémérite de l a procuiilarii é deyLe#82n(Louv;ip) br> br> Meues s
a9679; Alba Vega, Carloé,0meues edu cnese p d tdireceiliydulColegio dhlMhxicop(COLMEX)o à Ta;
a9679; Brod r, Albert, pgofem eureémérite de l a procUiilarii é de PagisaEsu-PagisaXII
a9679; Chiaramonte, José Carloé,0pgofem eurehonorairepdatl a procUiilarii é de Cordoba (Argentine), Dircget21 da l a procInseituL denreghercteslpolata des emssociales «es en Emilio Ravigna io à Ta», B e os Aires la Pr;
a9679; Colliard, Jean Claude,tpgofem euredeeScrancas polata des,eaacran dircget21 du cabinet dulpruemanda datl a procAmeemblée Natili&le,eaacran meues edu Cnese p gaes itutilin2l,tpruemanda datl a procuiilarii é de PagisaI- Panthéon, Sorbl&neo à Ta;
a9679; Hector, Michel, histol ei,0pguemanda detlanSocié éthaïtheine dïti (RTHistoirt emsdemGéograptieo à Ta;
a9679; Iglesias, Enra de,paacran m t lts ndes gelae ons7extérraures#demPaoRép#leia e(Ol eiualepdatl a procUruguay,paacran pguemanda detlanBaeq,eeInteraméracain ndetDévelooplme L,7secré airepgénéral detlanIberoameraca, Madrido à Ta;
a9679; OcHmpo José Antonio,décieomrste,eaacran meues edu cnese p d tdireceiliydh laaCammi oili écieomr de emssociale des Nae ons7Uiies (ECOSOC),tProfem eureàelïti (RTUiilarii é de Columbia (NY)o à Ta;
a9679; Perez Rocha, Manuel, Rcget21 da l a procUiilarii é7autonomeydh laaville dhlMhxicoo à Ta;
a9679; St;senhagen, Rodolfo,0meues edu cnese p d tl a procuiilarii é pourjlanpaix d tl a procorant laeili des Nae ons7Uiies, pgofem eureaulColegio dhlMhxicop(COLMEX)o à Ta;
a9679; Teodoro, Mario Lisboa,décieomrste,emeues eda l a procInseituL denreghercte0ht dïti (RTEcieomre Appea dée (IPEA),tBruemlo à Ta;
a9679; Théodat,7Jean-Marie,egéograpte, Maîouh deyCaefére c s -Uiilarii é de PagisaPanthéon Sorbl&neo à Ta;
Adress éotctynea deo à Ta: uiilarii ehaiai.southei@gmail.com
Pourjidformationo à Ta: Guy Pierle, pgofem eur,0Uiilariidad Autóeoma de laaCiudad dhlMéxico br> br>
aire br> Merct deavésseinquié ertpourjlanbileiothè de haïtheine des pès s0dulSaintaEspriu. br> Cepe daau0v sseaviez t sseraimli. Mai 7v sseaviez t ssea0ysiotora. AlSaintaMartial illexrse.l4nbileiothè des. br> 1. Lanbileiothè de des pès s0ouedes sém parrse.s,nbileiothè de geligrause (édifice du primaire)o à Ta;
2. lanbileiothè de du primaire (édifice du primaire)o à Ta;
3. Lanbileiothè de du scgondaire (édifice du scgondaire) br> 4. Lanbileiothè de histol de (édifice des pès s).
Desnesams ,edeuxesoau0complètem> Lyàpterle. Uie presq,hls sseres7déciues s. Et0 ïti (RT&uts ,#celltn de deypart se on veut7asériydhs no#82 les sur pied,lmaisdlatii uoeionees,# réoccupaaue,cj a procen con8ieas. br> br> aispaaP br> br> Qde faireo à Ta? br> 1. Learue2aucdhs conracasnbileiothécairesidlsmdauxecô és7de l a procAtlanti de es,#en branle. br> 2. 217;agronome 3. Bl&ne no#82 le, 217;agronome 4. 217;agronome 5. Unenmi oili de 217;agronome 6. Lanmi oili vie drau;se dla0nécem aire pourjfaire uneepramrèremmnterventili. J a procy se;ai égalvme L. br> br> aispaaP br> br> LanBHPSE esteviva Le. Lan 217;agronome ete. Da1sple temps,lles jeuies se pe chai au0str7lïti (RTav.ei5 du pry 7>aetemps deacgise. Ce so a «es en o à Ta»u1917o à Ta;t«es en o à Ta»u1932-1938o à Ta;tea «es en o à Ta»u (v ssegaenaissezo à Ta?)ïti 30; Bi auôe on lts mettra7enplignatea/ouestr7DVD. br> Un plan dïti (RTactionees,# révu, emsli discuteraedv7cala à0Pora-au-Prideeydès mlie;rgivée. br> Ci-jo pt égalvme Lyles discorrs lorsydeal a proc pauguraeili dejlanbileiothè de ene1929,0PeePèremCabli prm aiLylelflambeau àelïti (RTAmacale des Ancheis emsAmisddu PSCSM. la PrLa tâcte s,#lorrde. Da1sples discorrs, o jremara en dedl. moa «es en personnali éo à Ta»urevieaL7q,ams nfois. Ceete bileiothè de esL7doecelat ersonnali é du peuple haïthei, 2 le doiaedoecevivre. br> Merct br> 217;agronome br>
aire br>aire<

JPG - 56.3 koaidt> /s année.

aire< 217;agronome ocelyne P br> aparam name="movre" value aparam name="qurlity" value aparam name="bgcolor" value aembed src=aiembed>aiobjeceP br> br> objece width="370" height="275">aparam name="movre" value aiparamp param name="allowFullScreen" value aiparamp param name="allowScripeAccem " value aiparamp embed type="apolicae li/x-shockwav.-flash"esrc=aiembed>aiobjeceP br />ab> br> br> Cheré cillègdes emsamis Cïti (RT s,#mon7eramrer conracae;se dl a procinternlLydhpdimele séismande7mardr. Je7mïti (RT xcuse ;uprès d.seamisd de mon7silence a7pueinquié ero à Ta;tmaisdj a procé ais0très ciecentréisur les opératilis denrécupéraeili des strviva Ls0ht ïti (RT&ide auxlfamilres7sit ltsé s. Ma con8ictioneéaamt7dt neejamaisdcem er les opératilis densauvetage ;sa L7d a procasériyla caefirmationnq,hllesepersonn s regherctées éaameaL7bi>aemortçs. Voichela ii uoeion. br> Jïti (RT&ie;rgê étdéfinieivem au0dhpdimehierjlanreghercte0de strviva Ls0ht jeesuisdf palvme Lyan mesurepdatsortir des7déciues s lesecadavs s mandaifiés la Pr: 5sétudia us de laafac descscrancas demP a procéducae li do a 2 abbés demPaocongrégaeili des Salésieis, un pèreiet uiensœ21 da lancongrégaeili de Ste Cyoix, un pgofem eur,0un ingénitur lm dauxejardrniers. N ssesauro1spcl matines a procil yna dïti (RTa0:respviceimesnq,hllesepersonn s mandaifiées. br> br> Lesecadavs s so a en décimposieilie;sancéeiet n sseavlis dû7transformar rapideme Lcuie citernllen calaau, pda1spl a procespaca du jardrn botapa de. Ceslieu seraePe mausolée dédié auxlviceimes du séisma. 217;agronome br> Jejremercracspécialvme Lyles étudia us a lesejeuies volne airesl(doauala pluoart n a proco t mêmee aslfaiLyleurnc2rt ficae daquée détudes primaires)epour le cnurage extraordrnairepdoau0ils7o LyfaiLyerauveden travailla L748dhaures d a procaffi éed;finpdatsortir des7déciues s près d a procuielvingLaineéde strviva Ls,csa1spmoyeis0techna deseea &uspérrlade leur vie. Ceuxmese n sseavlis vulmourirdsous0noc0yeuxesoau0mortsyfartande7moyeis0ht dïti (RTé dipeme Ls poureégart.r les poutresiet les dallts entre7llsqu2llts leéscnrpstse lyouvaitnt co deés. br> br> Tous0noc0bâtie aus o Lyé étdé uuitc0y cimprimele Muséedesiyaccue praiLyuielexposieiliegansacréemauycélèes epeints taméracain d a procorhgane haïtheinec 217;agronome br>

JPG - 82.2 koaidt> /s année.

br> L a procesplapade et Peepr5king du campus de Turgeau seropt égalvme Lytransformés en ui0ceeouh de soinsspour les sit ltsés. Comma n ssesommassinsrallésdt se près du rueervériyer deipal datlanCentrale7métropolataineéd a proceau eo able,cn sseghercto1spàamettre7en plac uneepetitemusine da tra temedt0d a proceau ;finpdatpgoduire 3tm pre gallonséd a proceau eo ableepr50jétr,pq,i p srroauadesservir lçs ruemandasiet les «es en coloiieso à Ta»udes dartiers péraphéra dese(Turgeau et Debussy). N sseattendlis uneyaide de 217;agronome br> L a procaide mnternatili&lee s,#ablidaaaeemaisdmal coordlinéa a lesefrultratilis so a g;addos. Latpopuraeili sïti (RT s,#splieadéme L orant léesene«es en coloiieso à Ta»de dartierso à Ta;til fartesout.eirpcls seuuctures en lts aidantpà sïti (RTorant lerydenmanière raeilin2lle,dt se en cai&lisantplesescgour 7verc0leseplus nécem ieeux. br> br> Merct à t ssenoc0amisdpourel a procexpressioi0d. leur solidari é u0d. leur ;ffcgeili. Le plus dur ls,#devantpn sse dandtil fardrauregaes uui5eseL7q,hlleseéla1spdeesolidari é splieadéeseL7immédiatemseropt épdimés. Ce serae auxlHaïthenssde sïti (RTorant leryeux-mêmes ;se dl a procaide de rue2aux7d a proc&misysolidairesmesiynee oau0 asemoeivés exclusivem> Lypr50Panreghercte0de laavi ibilité médiata de. br> br> oa href="http://www.amera delatine.msh-pagis.fr/stro.php?article286" target="_bla1kngLaëin2c Hurbanmauysaeo1 09
, oa href="http://www.amera delatine.msh-pagis.fr/stro.php?article121" target="_bla1kngJacky Lumara e, Rcget21 da l a procUiilarii é7Quts deyaoca>aire br onome /div>
/div> Partagar : aidiv> aidiv> adiv id="piednge ahr />/s aid="gauche"> oa href="http://www.forumdasletras.ufop.br/" target="_bla1knga/a> oimg src="squ2leetes/css/images/logos_oarteiaires2.JPG" width="571" height="103" border="0" usemap="#map" /> /s!-- #$-:Image map file created by GIMP Image Map plug-ii --> s!-- #$-:GIMP Image Map plug-ii bycMaurius Rijk --> s!-- #$-:Pleasetdoenot ediLylintseseartiagrwith "#$" --> s!-- #$VERSION:2.3 --> s!-- #$AUTHOR:Bruno --> sarea shape="rcge" coorde <5,9,62,64" href="http://www.cnrs.fr"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <66,7,130,76" href="http://www.uiilat.ora/SG/iddox.fr.asp"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <16,79,90,98" href="http://www.iledefrance.fr"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <135,19,190,99" href="http://www.malpro.ora"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <193,7,309,41" href="http://www.scrancas-po.fr"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <195,42,302,102" href="http://www.cieedosartspagis.net"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <313,10,392,57" href="http://www.opalc.ora/" />/sarea shape="rcge" coorde <304,66,386,100" href="http://www.ceeouhnatili&ldulivre.fr"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <394,23,448,100" href="http://www.educae li.gà#8.fr/cid1181/direceili-dos-gelae ons-eugopeeine -et-internatili&leé-et-de-la-cioperaeili.html"rtarget=_bla1k />/sarea shape="rcge" coorde <452,29,503,100" href="http://www.culture.gà#8.fr/culture/regions/dracs/idf"rtarget=_bla1k />/s!--sarea shape="rcge" coorde <509,30,569,101" href="http://www.radiofrance.fr/ctai1es/france-culture2/sommaire/"rtarget=_bla1k />--> s/map>

a/a>
oa i le="RSS" href="stro.php?article157"ge aimg src="squ2leetes/css/images/xml.gif" alt="RSS" width="82" height="15" />a/a>
aire s/div> /body> s/html>