Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>Pérou : Rejet massif du projet minier Conga (Cajamarca) et libération de onze enfants-soldats d’un camp terroriste du Sentier lumineux



Juillet 2012

REJET MASSIF DU PROJET MINIER CONGA (CAJAMARCA) ET LIBERATION DE ONZE ENFANTS-SOLDATS D’UN CAMP TERRORISTE DE SENTIER LUMINEUX

Mariella Villasante Cervello
[mariellavillasantecervello@gmail.com]

Le conflit social dans la région de Cajamarca, dû au rejet par la population de l’installation du projet minier Conga de l’entreprise Yanacocha, a empiré de manière dramatique au cours des deux derniers mois [voir la Chronique politique du Pérou du mois de mai]. En effet, laissant de côté ses promesses électorales sur la priorité accordée à l’inclusion et à la concertation sociale, le gouvernement d’Ollanta Humala a continué à traiter la contestation populaire comme ses prédécesseurs : en faisant appel à la violence étatique contre les manifestants et en les traitant de vulgaires « insurgés ». On se souvient en effet que les présidents Toledo et García avaient criminalisé les contestations sociales, particulièrement dans les graves conflits miniers des années 2001-2006, en accusant les dirigeants syndicaux de faire « l’apologie de la rébellion » et de « mettre en danger l’ordre public ». En suivant un mode de gestion des conflits devenu ordinaire pendant la période de la guerre interne et des gouvernements précédents, le président Humala et son premier ministre Oscar Valdés ont instauré l’état d’urgence dans la région de Cajamarca dès le mois d’avril, et cette mesure extrême dans une démocratie normale a été utilisée plusieurs fois jusqu’à présent. La situation reste bloquée et l’on attend les résultats de l’intermédiation de deux représentants de l’Église (Mgr Cabrejos et le prêtre Garatea) qui ont proposé leurs bons offices pour rouvrir le dialogue entre les parties.

Cependant, la répression militaire et policière a déjà causé la mort de cinq personnes depuis le mois de mai, et l’un des principaux dirigeants, Marco Arana, a été arrêté de manière arbitraire et roué de coups par la police ; les avocates Amparo Abanto (Coordinadora nacional de derechos humanos), et Genoveva Gómez (Defensoría del Pueblo), ont été molestées par la police. Autant de faits qui ont soulevé l’indignation des habitants de Cajamarca et du reste du pays, soutenus par des organismes nationaux et internationaux de défense des droits de l’homme et de l’environnement. Ainsi, la Cour inter-américaine des droits de l’homme a demandé au gouvernement d’éclaircir le problème de la violence à Cajamarca, et en particulier les morts des 3-4 juillet à Celendín et Bambamarca, et elle a réclamé des sanctions contre les responsables. En outre, lors de la dernière marche de protestation qui a eu lieu le 13 juillet à Lima, les organisateurs ont demandé l’arrêt définitif du projet Conga et le changement de gouvernement

Marche de protestation contre le Projet Conga, Lima le 13 juillet. Servindi, le 14 juillet 2012.

Le vendredi 20 juillet une grande marche de protestation contre le projet Conga a été organisée dans plusieurs villes européennes (Bruxelles, Berlin, Madrid, Londres, Zurich), dont Paris.

Appel à la marche contre le projet Conga en Europe, Servindi, le 30 juillet

La situation de Cajamarca est la plus dramatique dans le contexte actuel marqué par une augmentation considérable des conflits sociaux ; la Defensoría del pueblo a ainsi relevé 245 cas en mai 2012. Une grande majorité de ces conflits (60%) sont liés à des problèmes écologiques, et les départements le plus touchés sont : Ancash (28), Puno (22), Cajamarca (16) et Cusco (15). C’est-à-dire les régions les plus concernées par les exploitations minières.

Ces faits ne sont pas du tout nouveaux au Pérou, dont les riches ressources naturelles ont toujours suscité la convoitise des exploitants, notamment étrangers, dès la mise en place de la colonisation espagnole… Cependant, depuis 2000 et la fin de la guerre interne, on observe plusieurs nouveautés qui ont changé la donne à long terme. Les entreprises étrangères arrivent désormais en plus grand nombre et s’associent à des entrepreneurs locaux (toujours partenaires minoritaires) ; les gouvernements adhèrent massivement à l’idéologie ultra libérale de la croissance sans création d’emplois durables ; ils acceptent les conditions honteuses des compagnies minières en échange de quelques miettes de « bénéfices » pour le pays (une imposition certes, mais réduite) et les populations locales (quelques infrastructures et emplois précaires). Or, si par le passé la situation de tension politique due à la violence de la guerre interne rendait difficile une réponse locale, après 2000 les populations se sont organisées pour s’opposer à l’exploitation indiscriminée de leurs ressources naturelles et elles revendiquent à présent la protection de leur environnement. De plus, l’accès généralisé à l’information permet aux populations locales de bien connaître leur situation et de ne plus se laisser berner par les politiques autoritaires. C’est ce point qui constitue le grand changement, le rejet explicite et fort des populations locales bien informées contre les entreprises qui pillent leurs ressources et polluent leur milieu de vie. Cette situation soulève les mêmes réponses méprisantes et autoritaires du gouvernement et des secteurs les plus conservateurs du pays, largement représentés dans les médias, qui considèrent que le « petit peuple » n’a rien à dire face à la « modernité de la libre entreprise » et que ceux qui s’y opposent sont de « mauvais Péruviens qui refusent le développement ».

La gestion de la contestation sociale contre le projet Conga reste méprisante et particulièrement autoritaire de la part du gouvernement, censé protéger les populations et non leur imposer ses décisions par la force. Au Pérou on a l’impression que le mot « démocratie » rime toujours avec une façade commode dissimulant mal les pratiques autoritaires et quasi dictatoriales qui s’imposent tôt ou tard tous les cinq ans. Ainsi, depuis le début de la crise de Cajamarca, qui a coûté la démission du premier gouvernement en décembre 2011, Humala a agi à la manière des autres présidents péruviens qui avaient une vision à court terme et prétendaient imposer l’installation de projets censés amener le « développement et les bénéfices sociaux » aux populations concernées. Ce faisant, ils stigmatisaient les communautés organisées en les affublant « d’idéologies terroristes » ou en les traitant de « dirigeants communistes », à la manière de la propagande officielle et des secteurs conservateurs. Cependant, Humala et son équipe n’ont pas encore compris qu’ils devaient changer leurs stratégies car les temps ont évolué depuis l’époque où des décisions se prenaient sans tenir compte des positions des populations concernées. Désormais les organisations locales et régionales, représentantes de la nouvelle société civile péruvienne, se défendent des autoritarismes et autres violences étatiques, et elles semblent prêtes à continuer leur combat pacifique malgré la répression musclée. Voilà la nouveauté que refuse de voir et d’accepter le gouvernement actuel. En effet, la Defensoría del pueblo a comptabilisé 14 morts dans le contexte de la répression des conflits sociaux depuis le début du mandat du président Ollanta Humala ; et déjà plus de dix personnes (civils et militaires) ont été tuées dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Après seulement une année de mandat de Humala, il semble évident que les changements doivent intervenir rapidement. De fait, l’annonce d’un nouveau gouvernement, le troisième depuis 2011, est attendue lors de la fête nationale du 28 juillet. La libération de onze enfants-soldats dans la région du VRAEM Dans le contexte inquiétant des conflits sociaux actuels, une nouvelle positive et très significative est tombée au début du mois de juillet. Il s’agit de la libération de onze enfants-soldats détenus dans un camp senderiste dans la région de la selva centrale où opèrent les terroristes associés au trafic de drogue, sous la direction des frères Quispe Palomino.

Cette faction senderiste dirigée par les frères Víctor « camarada José », Martín « camarada Gabriel » et Jorge « camarada Raúl », dite Militarizado Partido comunista del Perú, s’oppose à la ligne politique de l’ancien chef du Sendero Luminoso, Abimael Guzmán, et elle a étendu ses opérations dans la région du fleuve Mantaro. C’est la raison pour laquelle les militaires désignent désormais la zone senderiste dans la selva centrale : Vallée des fleuves Apurímac, Ene et Mantaro, VRAEM. Rappelons qu’en avril dernier, le « camarada Gabriel » a dirigé la prise de 36 otages, travailleurs des entreprises Skanska et Construcciones modulares (qui exploitent le gaz du Camisea), dans la localité de Kepashiato (Echarate, La Convención, Cusco). Pour libérer les otages, le gouvernement lança l’Opération Liberté qui a impliqué le déploiement de 1500 soldats, 400 policiers et des attaques aériennes qui ont bombardé « par erreur » des villages habités par des Indiens Matsiguenga, qui ont dû fuir la zone pour sauver leurs vies. Cette opération révéla l’incompétence des militaires à faire face aux groupes senderistes associés aux cartels de la drogue, et elle fut émaillée de bavures, dont la mort de 8 militaires et plusieurs blessés. Cette série d’échecs conduisit à la démission des ministres de la Défense et de l’Intérieur. [Voir la Chronique politique du mois de mai].

Toujours au mois d’avril, le pays découvrit avec horreur l’existence de campements senderistes dans la région du VRAEM, dirigés par les frères Quispe, dans lesquels des enfants dits « pionieritos » étaient endoctrinés dans la violence contre l’État et la société en général. Le Défenseur du peuple, Eduardo Vega, dénonça cette situation lamentable et exigea que le gouvernement intervienne pour mettre un terme à la situation. Le président Humala promit alors de faire le nécessaire pour libérer les enfants des mains des terroristes.

Enfants-soldats dans un campement senderiste, La República du 6 juillet.

Le 5 juillet dernier, dans le cadre de l’Opération Albergue, une quarantaine d’agents de police de la Direction contre le terrorisme et de la Direction anti-drogue trouvèrent un campement senderiste sur la rive gauche du fleuve Mantaro, près de la naissance du fleuve Tincabeni, dans le District de San Martín de Pangoa (Département de Satipo). Onze terroristes furent alors capturés avec le soutien des militaires de l’Unité de comm7; ament de rligneora nacadre de rmédiat;ng>, dans de 1sC) De sonze eerroristes quiare ltaient ees hamme , dont laedirigeantsAluguso (RcalGómez ,« camarada GTíoJorge nbsp;», desponsablesdu fampement senderiste, Aíctor &uispe,/strong> ,« camarada Gosé », Les esept feme ,capturéss es#8217;opccupient ees haffires demessiques aadre decultres, dt cetraine sltaient ees partinaires mes terroristes.et les bmèes de luelques -un des enfants .Maisole plus tmposrant dut éa démouvrrtéede onze enfants- âés pe deux rà neufans. si grarçns et ninq afiles, Bvêtu des enisormée blesu mes terroristes.eu la fone On srouvè étgalment de ,caphers evec les confignenseerroristes qes flsiel en lbis dadre demquestes de#8217;empbscoads, paruves Aue le gamp senrvat à lndoctrinéeret à lntralînermilitairesmnt ees pnfants .Mes efeme ,ce ees pnfants ne pvolairet pas earticr ils sdsaient ls trouvèermhefz ux #8230; C

i class="spip">Enfants-libéreé d’un camp tenderiste sàSan Martín de Pangoa La si class="spip">Eepública du 61 juillet

Slonsles praemères edclamations das terroristes.eapturés il sxistenrni en re <6ce e8campements sans la vone pe chancn campte rni en re <8pe c1 jnfants .Mesfampement sibéreésenrvat àd refusg sàSne quarantaine d& senderiste s La slusart dus pnfants nont dés dur llace de leurs rpres eont de scadre senderistes asors cue le rs rmres eont de scfeme ,cséues téss eu cours des dncars ons se deriste s Las trais d&rigeants cu VRAEM, (#171; cosé », M#171; cabriel » et J#171; caúl »,)furent aus pnfants soldats dux -êmes ,leur cpres Marcín duispe Palomino./strong> (taie un cirigeants<àVillash uamá et davat àait,particuipr senslfls s#171; cosé »,au moss=ace de l69pays ns là Lucanmarca (e 30avril d1983 Les entants des mrères Quispe P(inq ararçns eâés pe d3là 11ans.),ls trouvèient eens les mieu xdeux rsemine slaant u’Opération Da República du 6 juillet.) DTus les cenderistes aapturés ant été tdent ifis par lesProjarsur dusPrihanri Ablfreo VCasvilla (Pisklièch/strong>, et els snt chmme nc à ltre AHaydé Bda jo ,&dclamatavocirété tséues tésslors u’enle a vat à12ans. Ele aévéla lue dans le decmpestous ltaient eedtacs pe dort ds#8217;ils dssaiyient eesds#8217;intaucr it qua#8217;enle a vat àdûrejse et d&venir ra conceubne d’an termoristes,cpreseesdsaafilespe d3lns. Ele arécasaiétgalment due de lombre x ettants dmuvrient efauéede osons dédiacux et ie mailnuricion <Da República du 612auillet.)
span class='spip_document_15078spip_documents spip_documents_center' >
i class="spip">ESnderistes aapturés al 5 juillet .La República du 68juillet 2012.

Le terroristes.et les bttants durent aonduistsà la sBae de 3Mazmarci (atipo). si èg de la DPlice dnti-subèerivem (ont les rgents dont dppelos ai class="spip">ESncahi), eù des dédiecis conctatirent le#8217;état d& mailnuricion Da República du 67auillet.)
br> Le 5résident Humala pdclamataue lee gouvernements adtérieur.savaient unéglgé la putte anti-subèerivem a VRAEM, dcequi avaietrendauposisile des cséues tétions , ycompris qd#8217;intants .Ml s joutaqu’ils(taie uonteusxpour laqsociété eéruvienne,dans lenslible éue de pnfants nonent endoctrinés dour sue#8217;ils devaenne,t aus pnfemei de l’Égat dDa República du 66juillet.) DD sontcôté ,la misistre MAn Maiía dJmat/strong>, a éeclamaéque les c#171; cnrco erroristes » oséues téerient endre <507 t 2010bttants det&ue les cpérations daelibération dllatint aondinuer lans le cadre deullac de prcifiqction dlppouvèe par lesgouvernements Les entants doécupres ant été tenvoy sdans ue depnsion ng>, dansées en lttenduat que lesrs partets nonent ereoouvèe ; ians le cad contreires ils sserient eroposé sà l’iadopion <Da República du 610auillet.)
br> Lette sraemèreslibération de#8217;intants tséues tés dans un camp senderiste dst ln crand cas enclaant uèeril’arrêt définitif duecette sratiqueshonteusesqui an#8217;ést las encore césigneé, Tohooss Lubang
a cté cindatmnélar la four iPéauledIternationauled(CPI) à l14années 2epprisen.pour le pescrutment dt l’untralîneent dilitaire ee#8217;anfants soldats dans la vRéublicue democratieue du mongao. [Voir lttp://aa href="http://www.ahrworg/1fr/news/012./07/10/cpi-le-hef -rebnle -onsgoaiss-thooss-lubang<-st-àindatmn-ne -pnies-de-14-ns -d-epris"class="spip"_out">ww.ahrworg/1fr/news/012./07/10/cpi-le-hef -rebnle -onsgoaiss-thooss-lubang<-st-àindatmn-ne -pnies-de-14-ns -d-epris/a><.

TAusi, dn pert dsporer lue le gouvernement iéruviennet le pruveir ljudi dare evnt dpssmen leur crôl politique de lrotection de bttants duorc sà lrand i lans le#8217;apologie de la riolence ce à desenir ras terroristes. it qadopir la cénoninalion consiacaé cour lour uivae les eriminéls desponsables.sous lc shef du#8217;acceustion. LCeaqso#8217;apopicue dtgalment da rescrutment dlléegl.de#8217;iadoes.cdts pér les fFoces eamées ,situation denonçcé dans le appert d#171; cNiño unsado commosoldatdo cnnet Perú
TEntout ntat d& mausée,la libération de onze enfants-soldats dés mains des tenderistes aar les froces eilitaires et pllicière , mairue punpoint qd reuturéetmposrant dar lrppert dàpunpossé larqué par ua dépnides te, diceeté deela Cuerre interne réruvienne,dt ie mss cséuesles sctuelsls.
/p>

R*/h3>

Mi class="spip">Cotte subrique1donne àes dncormation et elxrimerles cpénitns daelen.pauéer. [L site"ne so send las euorc ent repponsablesduerout e aes affuimation eui aydont dxposies. /i>

/p> br>class="sclear />

/div>
img src="squelettes/iss/ieages/bogo-afeop.pg" border="0">width='"48"height='"90 /> width='"571"height='"103 border="0">wusemip="#mip /> !-- i#$-:GIMP Iages Mipnlugi-n dby Maurts dRijkd-> !-- i#$-:Pleae deonota eits&lies dstrticg cwith "#$"d-> !-- i#$VERSION:2.3d-> !-- i#$AUTHOR:Brno (-> !rteqsohae="tecti conrde="s5,9,62,64 href="http://www.mcnr.fr">target="blank"/> target="blank"/> target="blank"/> target="blank"/> target="blank"/> target="blank"/> -> !/mip mpid="cpip">C width='"157 hright='"52 h/> sb/">< sb/">

<
/div> <