Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>CHRONIQUE POLITIQUE DU PEROU, OCTOBRE 2015



CHRONIQUE POLITIQUE DU PEROU, OCTOBRE 2015
STAGNATION ECONOMIQUE, RETOUR DE EL NIÑO ET NON-SUIVI DES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION DE LA VERITE ET LA RECONCILIATION

Dr Mariella Villasante Cervello
Anthropologue (EHESS), Chercheuse associée à l’IDEHPUCP

Depuis le début de l’année 2015, le pays traverse une crise économique qui a fortement empiré après le mois de juillet dernier. Les prix des matières premières ont considérablement baissé au cours des derniers mois, et les pays sous-développés comme le Pérou, qui fondent leur croissance sur la vente des matières premières, affrontent une nouvelle stagnation économique sur fond de mouvements sociaux contre le modèle libéral adopté par le gouvernement du président Humala. Cette situation s’aggrave chaque jour avec le retour annoncé du courant El Niño et les désastres « naturels » qui l’accompagnent habituellement. On a pourtant pas fait grand-chose pour parer aux inondations et aux sécheresses qui ne tarderont pas à affecter le territoire, mettant en danger la vie de centaines de milliers de Péruviens. Cela alors même que le pays a reçu, en grand pompe, la conférence sur le climat en décembre 2014.

De fait, contrairement à certaines interprétations européennes, le Pérou ne peut être considéré comme un « pays émergent », comme le Brésil ou l’Inde, mais demeure un pays sous-développé, où la pauvreté et l’extrême pauvreté touchent plus de la moitié de la population. Les bons résultats macro-économiques, même dans les pays émergents et du Nord, n’impliquent pas non plus une meilleure répartition de la richesse nationale, et les majorités ne profitent pas des taux de croissance importants. Une autre idée persistante associe encore les classes populaires péruviennes à « l’indianité ». Rien de plus arbitraire lorsqu’on sait que les peuples autochtones, natifs du pays, constituent une minorité nationale (17% selon le Rapport final de la CVR), alors que la majorité des Péruviens s’inscrit dans une diversité de situations locales dominées par des métis s’exprimant en castillan. L’appartenance au groupe des « paysans », ou des « classes populaires » des villes n’est pas synonyme « d’indianité », c’est une évidence aisément observable sur le terrain, certes contraire à la vision des andinistes européens (pour reprendre un classement avancé par Orin Starn en 1992) s’obstinant à à « exotiser » les latino-américains. Deux cents ans après l’indépendance, en raison de la mauvaise gouvernance permanente et de la guerre récente, le Pérou reste un pays fragmenté et très inégalitaire. La société est segmentée par une hiérarchie ethnique qui sépare les métis selon leurs origines. Cette situation se reflète aussi dans l’accaparement des richesses par les élites anciennes et nouvelles, toutes origines confondues. Ainsi, le pays reste fragmenté et la majorité se refuse même à affronter les séquelles des 20 ans de guerre civile ; le déni de réalité constitue une autre évidence bien identifiée par les analystes péruviens depuis une quinzaine d’années mais qui reste ignorée en Europe.

Depuis janvier, la vie politique s’est caractérisée par l’irruption sur la scène nationale de grandes affaires de corruption qui concernent des anciens présidents (Toledo, García), des hommes d’affaires, et même la première dame, Nadine Heredia. L’explosion des affaires de corruption au Brésil, dont celle de l’entreprise Oderbrecht, a connu des répercussions au Pérou, une première dans le monde des hautes finances sud-américaines. En deuxième lieu, la dernière année du mandat du président Humala se caractérise par la fragilité de l’État, déjà perçue lors des premiers mois de son accession à la présidence, et par une improvisation constante. Les préparatifs de la campagne électorale sont tragi-comiques, et aucun candidat digne de ce nom ne se détache sur la scène nationale. En troisième lieu, le 28 août on a commémoré le 12ème anniversaire du Rapport final de la Commission de la vérité et de la réconciliation, avec un bilan toujours marqué par le manque d’implication de l’État et du gouvernement pour suivre les recommandations du Rapport final. Non seulement les réformes étatiques proposées sont restées lettre morte, mais aucune campagne nationale n’a été lancée pour favoriser la prise de conscience des faits, l’acceptation des violences entre Péruviens, la responsabilité des forces armées, et la réconciliation nationale. Cela étant posé, les affaires de justice pénale ont un peu avancé et des témoignages inédits sur la violence politique ont été rendus publics.

Un nouveau gouvernement a été désigné au début du mois d’avril ; l’ancien ministre de Défense, Pedro Cateriano, a été nommé Premier ministre à la place d’Ana Jara ; l’ancienne ambassadrice du Pérou en France, Ana María Sanchez, a été nommée ministre des Relations extérieures ; l’ancien vice-ministre des Ressources pour la Défense, Jakke Valakivi, est devenu responsable de la Défense. D’autres ministres du gouvernement de Jara ont été maintenus, dont Alonso Segura (Économie), José Pérez Guadalupe (Intérieur), Jaime Saavedra (Éducation), Aníbal Velásquez (Santé), Juan Manuel Benitez (Agriculture), Manuel Pulgar (Écologie), et Diana Alvarez Calderón (Culture).

Ana Jara avait été censurée par le Congrès à la fin du mois de mars, accusée d’avoir soutenu les travaux d’espionnage de la Direction nationale des renseignements (DINI) des hommes politiques, des journalistes, militaires et des hommes d’affaires considérés comme opposants au gouvernement. Le vote contre Jara a recueilli 72 voix (dont ceux de l’opposition fujimoriste, apriste et des partis de droite), 42 voix de soutien et deux abstentions. Carmen Omonte [Perú Posible, de Toledo] ancienne ministre de la Femme, a voté pour la censure, ouvrant une période d’affrontements qui continue de nos jours. Divers membres du gouvernement et du parti nationaliste au pouvoir ont dénoncé cette censure parlementaire affirmant qu’il s’agit d’une arme politicienne destinée à affaiblir le gouvernement. Le président Humala et son épouse Nadine Heredia ont déclaré leur soutien à Jara.

Photo 1 : Nouveau gouvernement présidé par le Premier ministre Cateriano, avril 2015 [Archives de La República]


Le retour de El Niño

Les prévisions sur le retour de El Niño, confirmées en juillet, sont très inquiétantes et elles ont conduit à l’annulation du parcours péruvien du circuit Paris-Dakar. La température du Pacifique, qui devrait être de 17°C, est actuellement de 19°C et devrait augmenter de 3 degrés jusqu’au mois de décembre, ce qui d’après la communauté scientifique va impliquer des pluies diluviennes, des inondations, des destructions de terrains de culture et des déplacements massifs de populations rurales. Cependant, comme d’habitude, les travaux de prévention sont très en retard, et on n’a dépensé que 40% des 1435 millions de soles alloués par le gouvernement. Alors qu’on estime que cette année l’intensité du phénomène devrait être « très forte » , le gouvernement vient seulement d’annoncer (le 7 septembre) qu’un décret d’état d’urgence lié à l’arrivée d’El Niño sera promulgué rapidement.

Le directeur de l’entreprise qui gère l’électricité (ENSA), Enrique García Guerra, a annoncé un investissement de 26 millions de soles dans des travaux de prévention des risques dus au retour d’El Niño. En 1998, de nombreux pylônes électriques furent détruits à cause des pluies, mais d’après García, cela ne devrait pas arriver cette année car ils ont été remplacés et l’électricité est garantie jusqu’en 2022. Pourtant, les zones marginales de villes restent toujours vulnérables (La República du 3 septembre).

Photo 2 : Région de Piura en 1998


De son côté, le président d’une association paysanne de Piura, Emilio Ruesta Zapata, a déclaré qu’El Niño pourrait avoir des retombées positives par la quantité extraordinaire de pluies qui devraient tomber, ce qui devrait bénéficier aux champs de culture de coton, alors que les cultures de riz et de maïs seraient très affectées. Il considère également que 200 millions de soles seraient nécessaires pour améliorer l’infrastructure touchée par les pluies, et il a attiré l’attention sur le fait qu’aucune planification n’a été encore adoptée, ni une évaluation des dégâts attendus (La República du 2 septembre).

L’agro-industrie, qui a enregistré de fortes hausses ces dernières années, pourrait perdre plus de 100 millions de soles. Les principales cultures en danger sont : la mangue, la canne à sucre, le raisin, l’avocat, les piments, le haricot, les lentilles et le café (La República 27 août). Les pluies pourraient occasionner des « huaycos » (éboulements, glissements de terrain), et des inondations susceptibles de causer des dommages importants dans les infrastructures en général et dans les écoles en particulier, comme cela a été le cas dans le passé. On estime que sur un total de 66,000 écoles publiques et privées dans le pays, environ 16,000 (soit 25%) se trouvent en situation de risque important, notamment dans les départements de Tumbes, Piura, Lambayeque, Cajamarca, Amazonas, San Martín, Ancash, Lima, Ica, Arequipa, Cusco, Puno et Junín. Ces régions ont été récemment déclarées en état d’urgence (Décret n°045-2015-PCM). Aurora Zegarra, directrice de la Oficina de defensa nacional y gestion del riesgo de désastres du ministère de l’Éducation, a estimé que plus de 6 millions d’élèves pourraient ne pas aller en classe en raison des désastres attendus dans ces régions. Les autorités du département d’Ayacucho doivent se rendre à Lima pour demander que leur région soit également incluse dans les zones à risque élevé (La República du 28 août).

Les ministres de la Défense et de l’Intérieur, Jakke Valakivi et José Luis Pérez respectivement, se sont réunis le 27 août avec le chef des forces armées, l’amiral Jorge Moscoso Flores, pour préparer le Plan des forces armées face à El Niño 2015-2016. Moscoso a déclaré que 40,600 soldats des trois corps armés ont été mobilisés et seront répartis dans les zones à risque. Le ministre du Logement a annoncé également que le nettoyage de 549 kilomètres de fleuves a commencé en 2014, notamment dans l’extrême nord du pays qui est le plus concerné par El Niño (La República du 28 août).

Yehude Simon, congressiste et membre de la Commission agraire, a déclaré que les ressources allouées pour faire face au désastre annoncé ne sont pas suffisantes, ni pour protéger les cultures, ni les populations. De son côté, Virgilio Acuña Peralta, autre membre de la commission, a affirmé qu’il faudrait réaliser des travaux pour sécuriser le cours des fleuves en pensant au long terme et pas seulement pour parer à l’urgence. Dans le sud du pays, la sécheresse a déjà commencé et les opérations pour nourrir les troupeaux, et fournir de l’eau aux populations ont commencé selon le ministre d’Agriculture. Enfin, d’après Ken Takahashi, directeur de l’organisme d’Étude du phénomène El Niño (ENFEN), des courants d’eau chaude circulent le long des côtes péruviennes, mais il faudra attendre le mois de novembre pour évaluer l’intensité du phénomène (La República du 26 août).

Stagnation économique durant la dernière année du mandat du président Humala

La chute des prix des matières premières (de 20 à 30%) a complètement changé la donne au Pérou et dans le reste des pays sous-développés qui vivent de ces exportations. Selon l’économiste Bruno Seminario, professeur de l’Université El Pacífico, les prix ne devraient pas remonter, l’investissement public a diminué et en conséquence les régions disposeront de moins de revenus. La conjoncture favorable qui a permis d’atteindre des hauts niveaux de croissance après 2005, notamment pendant le second mandat de García, est largement terminée, mais le gouvernement ne l’accepte pas et il continue d’utiliser des modèles économiques fondés sur une croissance passée. Les gouvernements régionaux qui avaient investi massivement dans la construction se retrouvent actuellement sans fonds en raison de la chute des prix du cuivre, du pétrole et du gaz. Pour Seminario, il faudrait inventer une autre manière de gérer l’économie nationale. Cela d’autant plus que le taux de change adopté n’est pas pertinent puisque la Banque centrale maintient le dollar à un taux bas (entre 3 et 3,3 soles) alors qu’il devrait atteindre 3,5 soles. Le ralentissement de l’économie chinoise contribue également à la stagnation actuelle. Toujours suivant Seminario, il y a urgence à revoir la politique macro-économique et à changer de modèle, ce qui aurait dû être fait il y a cinq ans, lorsque les prix des matières premières étaient élevés. Mais García et son ministre de l’Économie de l’époque, Miguel Castilla, qui est resté à son poste avec le gouvernement de Humala, ont opté pour le maintien du même modèle. Et Humala n’a pas voulu changer de cap.

Photo 3 : Bruno Seminario [Archivos de La República]


En partant de l’hypothèse que les conditions internationales ne changeront pas, Seminario suggère d’adopter un modèle entrevu pendant le mandat de Toledo : favoriser les secteurs le plus dynamiques. Il s’agirait autrement dit de diversifier l’économie, réviser les projets d’investissement et créer de nouvelles activités économiques, comme le développement du tourisme (ce qui impliquerait l’augmentation de la capacité d’accueil des aéroports), de l’agro-industrie, de l’industrie textile, quasiment détruite par la concurrence asiatique. Pour Seminario, il faut cesser de croire que les matières premières, la construction et le secteur minier constituent les seuls moteurs de la croissance.

Selon Mariel Rentería, qui préside une association universitaire (CADE), les jeunes de moins de 25 ans (30% de la population péruvienne, soit 8 millions de personnes) montrent un grand intérêt pour la création des petites et moyennes entreprises, en particulier dans les secteurs de l’agro-industrie et du tourisme gastronomique. Elle considère que le Plan national de diversification productive est une initiative gouvernementale intéressante qui mérite d’être mieux développée. Cependant, l’amélioration ne peut venir que d’une meilleure connexion avec le reste du monde, mais aussi à l’intérieur du pays. La réunion annuelle du CADE s’est tenue à Lima entre le 9 et le 12 septembre.

Le ralentissement de l’économie se traduit par ailleurs dans la chute du PIB qui est estimé aujourd’hui à 3%, alors que les prévisions tablaient sur 4%. Selon le ministre d’Économie, Alonso Segura, cette situation est liée à la dévaluation du yuan, à la baisse de la production chinoise, mais également à la chute des prix des matières premières, la plus forte enregistrée depuis 65 ans (La República du 5 septembre). En désaccord avec les analystes, le ministre a estimé qu’en 2016 la croissance du PIB remontera à 4% grâce à une augmentation de la production minière et à un plus grand investissement public, et il prédit que le Pérou sera à la tête de la croissance en Amérique latine…

Alonso Segura a également annoncé que le budget de l’année 2016 accordera la priorité à l’éducation et à la santé, avec près de 139 millions de soles, soit 6,6% d’augmentation par rapport à 2015. Le secteur éducatif recevra l’équivalent à 4,1% du PIB (près de 25 millions de soles) ; la nouvelle loi de réforme éducative va bénéficier d’un budget de deux millions de soles (La República du 5 septembre).

Il faut ajouter ici que la crise de l’économie brésilienne, qui enregistre actuellement 2% de récession, touche l’ensemble de l’Amérique du Sud, notamment les pays du Mercosur (Argentine, Paraguay, Uruguay et Venezuela), mais aussi le Pérou (La República du 30 août). On verra plus loin que la crise brésilienne concerne également la corruption qui agite le pays depuis 2014 et entache le mandat de Dilma Roussef.

- Le modèle d’extraction des ressources naturelles continue à poser des problèmes sociaux

Depuis le début de l’année, les conflits sociaux associés à l’exploitation des matières premières par des entreprises étrangères se sont multipliés. Le dernier en date concerne l’attribution du Lote 192 à une entreprise canadienne, Pacific Stratus Energy, contre l’avis des populations locales qui exigent que l’exploitation du pétrole dans cette zone du département amazonien de Loreto soit accordée à l’entreprise nationale Petroperú. Après une période d’affrontements et des marches de protestation des populations locales, dont des natifs amazoniens qui habitent la région, le Congrès a approuvé la participation de Petroperú dans l’exploitation du Lote 192 . Précisons que l’entreprise nationale Petroperú était rentable jusqu’à ce que Fujimori, au nom du modèle ultralibéral en vogue dans les années 1990, décide de lui interdire l’exploration de nouvelles réserves de pétrole et leur exploitation. L’extraction passa alors aux entreprises étrangères. Aujourd’hui encore, 51,7% de la production pétrolière péruvienne et 42% des réserves, se trouvent aux mains de ces entreprises, dont Pluspetrol (compagnie espagnole) qui se taille la part du lion. Depuis plus de 15 ans, le ministère de l’Économie continue à convaincre les présidents péruviens successifs (Toledo, García, Humala) que l’exploitation du pétrole doit rester aux mains d’entreprises étrangères au détriment de Petroperú. Or, même si sa production reste modeste (environ 69,000 barils par jour), Petroperú pourrait fournir à l’État des revenus intéressants, suivant le modèle étatique colombien qui produit du pétrole en association avec des entreprises privées (La República du 3 septembre).

Au début septembre, les natifs de plusieurs groupes ethniques [Urarinas, Ashuar, Quechua] du bassin du fleuve Corrientes, département de Loreto, ont protesté contre le retour de l’exploitation du Lote 192, en interrompant le trafic de la route Yurimaguas-Tarapoto, et en fermant les ports et les marchés de ces zones où opère également la compagnie espagnole Pluspetrol. Daniel Saboya, chef des communautés de la région, a déclaré qu’ils étaient prêts à s’opposer aux compagnies « jusqu’au bout » car ils ne permettront plus que des milliers de natifs soient condamnés à vivre dans la pauvreté. Ils réclamaient la présence d’un interlocuteur de haut niveau pour négocier des compensations pour la contamination des sols et pour l’administration du Lote 192 (La República du 2 septembre). La ministre de l’Énergie et des Mines, Rosa María Ortiz, n’a pas participé à la réunion convoquée sur cette question par la commission des Peuples andins, amazoniens et afro-descendants du Congrès, arguant qu’elle devait assister au conseil des ministres. La nouvelle a été très mal prise et la ministre a été accusée d’arrogance (La República du 1er septembre).

Photo 4 : Les natifs de Loreto protestent contre l’exploitation du Lote 192 (Archives Servindi)


Le projet d’exploitation du cuivre dans la vallée de Tía María (Islay, Arequipa), par l’entreprise mexicaine Southern, a été une autre source de conflits pendant les premiers mois de 2015. En juillet, les marches de protestation des paysans de la zone de la vallée de Tambo qui dénonçaient les graves impacts écologiques de cette entreprise, se sont soldées par un mort et des dizaines de blessés. Le doyen du Collège des avocats, Alfredo Alvarez Díaz, a déclaré que Tía María n’était pas viable. L’exploitation minière causerait de graves dégâts à l’agriculture et contaminerait les sols, le fleuve Tambo et même l’océan [Arequipa est situé à 100 km du Pacifique]. Alfredo Alvarez demandait de changer la législation pour permettre à l’État de participer aux exploitations minières du pays à hauteur de 51%, et qu’il régule correctement ces dernières (La República du 29 juillet).

La Foire gastronomique « Mistura 2015 » : 8ème édition

Au Pérou, les problèmes de fracture sociale et de pauvreté n’ont pas empêché l’émergence d’une célébration particulière, devenue le cœur de l’identité nationale en voie de construction. Elle concerne la cuisine, dans sa grande diversité culturelle et régionale, à l’image du pays et des Péruviens. Décriée par certains comme une extravagance, la Foire gastronomique « Mistura 2015 » a été inaugurée en grande pompe le 2 septembre par le président Humala qui a déclaré que « Mistura c’est aussi l’inclusion sociale » et que « la cuisine est fondamentale pour l’intégration de la société. ». L’Association péruvienne de gastronomie, organisatrice de l’événement, a obtenu l’adhésion massive des autorités nationales et locales et de la population tout entière. La Foire Mistura renforce la commune adhésion aux richesses culinaires péruviennes qui ont reçu toutes les influences possibles et imaginables, asiatiques, européennes, africaines et bien évidemment locales, de la côte, la sierra et l’Amazonie. On attend cette année un demi-million de visiteurs dans les locaux installés à la Costa Verde, en face du Pacifique, 182 stands, plus de 1,000 producteurs, et plus de 1,500 plats divers et variés. Dans El Gran Mercado, environ 250 producteurs offrent des fruits, des légumes, des pains, des fromages et autres victuailles à petits prix. Des centaines de cuisiniers et des grands chefs, péruviens et étrangers, participent à cette foire gastronomique déjà connue dans le monde entier, et source d’emplois au niveau national et international. Le grand chef Gastón Acurio a déclaré qu’il est paradoxal qu’un pays comme le nôtre, où la faim et de la malnutrition touche un tiers des Péruviens, soit devenu une référence en matière culinaire (La República du 4 septembre ).

Photo 5 : Foire gastronomique internationale Mistura 2015


12 ans après le Rapport final de la CVR : presque tout reste à faire

Il y a 12 ans le Rapport final de la Commission de la vérité et la réconciliation était rendu public, et l’on peut encore affirmer que presque tout reste à faire pour que l’État adopte les recommandations proposées par les meilleurs spécialistes des sciences sociales du pays. C’est également le constat de Jorge Bracamonte, secrétaire de la Coordinadora nacional de derechos humanos, qui considère qu’on doit cette situation aux hommes politiques peu enclins à reconnaître les faits, et leurs responsabilités pendant la période du conflit. Cette résistance génère une impasse et l’impossibilité de commencer tout processus de réconciliation (La República du 27 août).

Félix Reátegui, ancien coordonateur de la publication résumant le Rapport Final, le Hatun Willakuy (2004), a remarqué que ce document détaille de manière approfondie les violations massives des droits humains commises par les organisations subversives et par les forces armées et l’État. Le Rapport apporte une explication historique et sociale à la période de violence, mais il met aussi en lumière les défauts anciens de l’État, de la société, et réclame une renaissance de valeurs perdues, dont l’humanisme. Depuis 2003, très peu de choses ont changé dans la vie politique nationale. On continue à vivre sous le règne de l’improvisation, sans engagement réel dans la démocratie, et dans un contexte marqué par la corruption. Le message du Rapport final de la CV reste donc entier : apprendre de ce passé, que le présent nous rappelle tous les jours (La República du 28 août).

De son côté, le Dr Salomón Lerner, ancien président de la CVR, a rappelé, encore une fois, l’importance de la réconciliation nationale qui a besoin de la reconnaissance des responsabilités directes ou indirectes dans les crimes commis, et le devoir de mémoire de l’État péruvien. Il s’agit avant tout du devoir de respecter le droit à la vérité et de rendre possible sa prise de conscience à travers une mémoire éthique. Pour le Dr Salomón Lerner, il faudrait également rétablir l’autorité de la justice pénale à travers la sanction des auteurs des crimes, et enfin la réparation matérielle et morale des dégâts des victimes. La réforme des institutions est nécessaire en tenant compte du fait qu’elles ne se sont pas comportées de manière digne pendant le conflit armé ; les gouvernements ont le devoir d’établir une société de citoyens, égaux en dignité, dans un climat démocratique. La société se doit, elle aussi, de participer à la construction d’une nouvelle société pour atteindre l’État de droit (La República du 4 de septembre ).

Malgré les années passées depuis la fin de la guerre interne, qui fut une guerre civile dans les régions les plus touchées par le conflit (Villasante, sous presse ), la société péruvienne continue de nier la réalité de violence subie par des milliers de compatriotes. Rappelons une nouvelle fois que plus de 70,000 personnes ont trouvé la mort, 15,000 ont disparu, un million ont été déplacées, et 6,000 Ashaninka sont morts dans les camps du Sentier Lumineux entre 1989 et 1995 . Pour ne prendre qu’un exemple, l’existence des enfants-soldats et des camps de mort n’est même pas évoquée, ni par les autorités, ni par les rares chercheurs qui travaillent sur cette problématique.

Photo 6 : Le Dr Lerner rend public le rapport final de la CVR le 28 août 2003 (Archives de La República)


Rocío Silva Santisteban, membre de la Coordinadora nacional de derechos humanos, a récemment remarqué que les termes utilisés dans le Rapport final pour qualifier les faits de violence, c’est-à-dire « conflit armé interne », « violence politique », « terrorisme » et « guerre populaire » sont dénaturés par ceux que j’appellerai les négationnistes. Certains groupes avancent en effet que le Rapport final accuse les forces armées d’avoir déclenché le conflit, et retire toute responsabilité aux organisations subversives, le Parti communiste du Pérou et le Mouvement révolutionnaire Túpac Amaru. Et l’utilisation des expressions issues du Rapport final [conflit armé interne, guerre interne] suffit à déclencher les invectives des négationnistes ; comme celle qu’a reçue Rocío Silva via Tweeter, et qu’elle dénonce . Le négationnisme actuel face à la guerre interne est né de campagnes de diffamation organisées par le régime d’Alberto Fujimori et de son bras droit, Vladimiro Montesinos, tous deux emprisonnés pour de longues peines. Mais s’il se reproduit, et contamine aussi les jeunes nés dans les années 1990, c’est en raison de l’absence totale de reconnaissance du Rapport final par l’État, a minima comme constat historique de base.

Parution de la version résumée du Rapport final de la CVR : LE GRAND RECIT DE LA GUERRE INTERNE AU PEROU

Une bonne nouvelle en cette année de commémoration du Rapport final avec la parution de la version française du Hatun Willakuy, que j’ai eu l’honneur de réaliser avec la collaboration de Christophe de Beauvais, et le soutien du Dr Salomón Lerner, de Félix Reátegui, et d’Orieta Pérez. L’ouvrage est paru sous le titre Le grand récit de la guerre interne au Pérou (juin 2015, L’Harmattan), après le travail d’édition de Dominique Fournier (Maison des sciences de l’homme), et de Joëlle Chassin, directrice de la collection Recherches et Documents aux Amériques de L’Harmattan. Cette publication permettra de faire mieux connaître le passé de violence récent du Pérou dans le milieu académique francophone ; ce qui favorisera, nous l’espérons, les études comparées avec d’autres situations de guerre civile dans le monde. Le grand récit de la guerre interne au Pérou a été présenté le 8 octobre à la Maison de l’Amérique latine à Paris, et le 21 octobre à l’Alliance française de Lima, à l’invitation de l’ambassadeur de France au Pérou, Fabrice Mauriès, et avec la participation du Dr Lerner, du Dr Eduardo Vega (Defensor del Pueblo), de Félix Reátegui, et de l’auteure de cette chronique .

Photo 7 : Le Grand récit de la guerre interne au Pérou, juin 2015


La situation des Droits humains : entre indifférence et déni de réalité

De même que ses prédécesseurs Toledo et García, le président Ollanta Humala a fait très peu de choses pour avancer dans les tâches urgentes enregistrées par le Rapport final de la CVR. Cela étant, deux décisions viennent d’être adoptées par le gouvernement en matière de réparation aux victimes de la guerre interne ; d’une part, le ministre de la Justice et Droits humains, Gustavo Adrianzén, a annoncé le 28 juin que 2,8 millions de soles seraient alloués aux sept régions du pays dans le cadre du Plan intégral des réparations collectives. Il s’agit d’Apurímac, Ayacucho, Huánuco, Pasco, Puno, San Martín et Ucayali. Notons l’absence de la région de Junín qui a été durement touchée par le conflit armé. L’apport financier est destiné aux projets de développement rural et sera géré par les gouvernements régionaux, sous la surveillance de la Commission de haut niveau (CMAM) qui administre les politiques de l’État en matière de paix, réparation collective et réconciliation nationale (El Peruano, et La República du 1er juin). D’autre part, la CMAM a approuvé une liste de 1,021 personnes qui recevront des réparations individuelles pour un montant total de 3,9 millions de soles [environ 1,3 millions d’euros] ; il s’agit de la liste n°17 des bénéficiaires recensés dans le Registre Unique des victimes depuis 2011 (El Peruano, et La República du 1er août).

Précisons que le Programme des réparations économiques a commencé en juillet 2011, et selon le bilan établi en septembre 2014, l’État a distribué près de 321 millions de soles à 72,446 victimes et proches de celles-ci. La somme allouée aux victimes est de 10,000 soles ; elle est répartie aux proches selon leur degré de parenté ; on estime ainsi que 41% des bénéficiaires ont reçu 1 000 soles ou moins, une somme peu significative (Document du Conseil des réparations, janvier 2015, communiqué par Sofia Macher, ancienne présidente du Conseil des réparations du Pérou).

Les 15,000 disparus, qui sont probablement bien plus nombreux, le restent toujours et personne ne les recherche ; Claudia Cisneros rapporte que selon Rafael Barrantes, du programme des personnes disparues de la Croix Rouge, les recherches dépendent d’un procès qui reste souvent lettre morte, par manque de preuves contre les responsables, ou par manque de juges. De son côté, José Pablo Baraybar, membre de l’Équipe péruvienne d’anthropologie légale, signale que l’État a adopté une approche technocratique et judiciaire au détriment d’une approche humanitaire. Ainsi, au lieu de rechercher directement les responsables qui, dans la majorité des cas, ne sont pas précisément connus (ils faisaient partie de colonnes de l’armée ou des subversifs), on ferait mieux de rechercher les personnes dont les proches ont déposé un avis de disparition et de diligenter une enquête sur cette base. Par ailleurs, les témoins des disparitions sont en train de disparaître 30 ans après les faits et leurs témoignages sombreront dans l’oubli ; cela d’autant plus qu’il n’existe pas de registre des personnes disparues, ni des témoins.

Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayacucho], septembre 2014 [Archives de La República]


Le Rapport final de la CVR a répertorié 6,462 fosses communes, et de nombreuses fosses ont été retrouvées depuis 2003. Pourtant, aucune carte n’a été dressée pour signaler l’emplacement de ces fosses. Il n’existe pas non plus de programme d’exhumations, ni de budget alloué pour cette tâche. Depuis 12 ans, le Ministère Public n’a exhumé que 3,100 cadavres dont 1,715 ont été identifiés, et 1,599 rendus aux proches. Gisella Vignolo, de la Defensoría del Pueblo, considère que l’absence d’une politique affirmée de recherche des disparus est la cause de cet énorme retard. Depuis 2014, un projet de loi pour la recherche des disparus, qui propose une stratégie humanitaire, un plan national de recherche, d’identification et de restitution des corps, en parallèle avec les procès en cours, a été déposé au ministère de la Justice (La República du 6 de septembre).

Comment comprendre que cette Loi de recherche des disparus n’ait pas été approuvée jusqu’à ce jour ? L’inertie du gouvernement de Humala, certes, le refus des forces armées de reconnaître – en partie – leur responsabilité, certes encore, mais le désir des citadins d’oublier des victimes, en majorité rurales et non éduquées, exprime aussi un refoulement et un déni de réalité, observé ailleurs dans le monde.

Visite des ambassadeurs de l’Union Européenne au Lieu de mémoire de Junín

Une délégation de l’Union européenne, présidée par Irène Horejs, et composé des ambassadeurs d’Allemagne, de France, d’Autriche, de Belgique, de Grande Bretagne, de Pologne, de la République Tchèque, et de Roumanie, a visité le Lieu de mémoire de la région de Junín, class="sue 3,100 cadavres dont 1,715 ont 715mais leue la7;Union eurode l’abse retrouvent aes depui d&#he. )9crtion paue 3,100 cadavle dans les régions les e par le qui aon des D4nnisme lement de 19ڵun pque pt_19res de ril0 cadavres donancier ">La República Fabrice et avec la participation du uvienne d 1,715 on3,9 port finnt été>Alf,000 (slui-rcía,structiop;? Lg. du qui 4ion des Dr ]10,00bsp ailoppéi>, et

uz no tmajoAU PEROU

nce écol Zla eion, a affirmcas, ne sonie, a v"uséet apude, mais #8217;A de la cadavvie pnce su)9crtella Vindants dentier Lulemen tâste anguvernemont morts cim résistance gé

[es, et s publiquesps du ment de Petro e quy, un million ont ét]7 spip_documents spip_documents_center'9> <320

Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayac10 raisin,n Europ>

Une déléblierepúbli(x empris le rón, encore une fois, l̵rode li délébl uz no , a déclaré assoDurimzkyix Reáteguila), mais)llemagne, deoué pour cetombrs tatiquue Tosrégior> du 6, interne oire d="spip"spip_documents spip_documents_center60> Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayac11 raisin,Cért lions étaa cadavvi JuanthropologieUejs, et composéonn 00Hoyet (CRoaityo217;existe tín et Ucalne pon des Droitation du cuivre s qui reste soations cubl réconcil,00Hoyet ss et récrtiparationvant toélégalee d="decpnceté une ay e>La Repúb août 2(EFE) 2014, s cas, ne sont onle Gastinteineux #82a guerqindix dme et ptcrt tâes all Ainspremières par ssnflit nçaisee de pipat unpagnies s chargés des cas217;est incon fournir oations quipa es ltacationsmiosé un avis atte résuences possiblei prour de havi Juan(timé que plus deJ> du 6, imé que plus ds Affe sommr, même si,refus des forces rode lexiste tín et Ucacrancrganisatri; uées, )ses, dont 󈜈 bcartlassAU PEROU

uznce dCnsmr sIbañezdCns mêzlix Reátegupas pclass="spip"de juge ferait mieuvrchANDSexhumsgo de désastres du mion CMAMéaisee depuière de suée la se 30 ans aprrt aée soatioc, ereuére été0,cère de néan dispasaboyffirrong clasdépô’l17;aosé Pamatile monère de des te suée la affe sommCé laos II (pl84) nçaCé laos III (pl85)sesont ma justicesaboyffisrrong clasdépô’l17;aos raisin,ages sombreront dans lur signaleréclamuano AMés="spip">Parution dee s qui reste so3. Pourtanté retrosoatio,00Hoyet Agriculture. re été1 d’étant d&it réclonle ;en 2é 3,031espagnoé pour cetcl Ljtion dre morte, . Ga, llions de solnnistfirG ltencer [étés du x enttrès pe75s ou eaya]7 sLition et den éduquées, exo FujimoLe grseit le 21 octobrrganisatrici>, et ; d’une part,Bariaits Cé laos,es cend’une part, le minoations de nass=ont oclasssatri;e diversifitrongffirmée deermfférenccommises pasystent_1956rganisations subversque . s se 30 ans aprrt aée elon leuronal l gouvciété 192El Peruanos, qui epuis n et dseronal l gouv final p partie –o7;éconle 12 sepans ursontirs le sud duurím le le sociéété approuvése de conscience des auteu raisin,#187;, «eciéétnté de i class="r unnièreibleiait mieo̵ ralibéralrenccommises pacontaminnisations subverseté. Ils rs et paibuériciomienne de gastron présidée pal haurop> é, oherchA des_1956rgontirse suée la se 30 ans aprrt aée ,e la comune polésidentnationale qui a beso99 re8217;#8217;ens (r70,000 peemontera à t Repú02 ptembr5, 3,202 coursuont mortt été ttrès pe1,873x proches. El Peruan)ong clales vio>El la comucpour adans cetse séand;ens part, le mine restents he ,eonnaisspose unand;ende la n nat raisinon du(1) technocratique et21 fixation (anté, avecune stratégie humanitaire, on du(2)stre des persr> La nouvelle fods untrang visitetes technmonin la résombapaci217;# ontas, ne sont ès les tâcléme si,reans cetse l Peruanonalblions det partindre lRfiioni psyt Uoldées de septembre).

Commentprouvéus, qui sont probablement >El lastri;&nbsdavvi Juanthron présidée par Irène HoONU al l goué de crôlx bas (enme gastronomlicaLa Repúbres donàxr perme a éts, Gustavo Adrianzén, et avec la pa que 2,8 millions considère que>El ra e de aissdans un conafalement esparus, qui pro de restitute h les recherches dépenonale i recevr final avec ancier

El Peruanode septembre).

Comme7but septembre, les natifs de plusi ambassadeurs de l’UnioR témoins. (Defensor del Pueb fosto mechugon, a affirm17;est aussi lldes témoinsofns del p">El Peruano. Les 15,0 gastronomlicalonso Segu , ancienne présidenigégislaFloguánix ReáteguiImpte due fodédésaopté une aIDL)mportance dque affirmée dfpas sue

Maartrime Gáteg mia réunion ̵st-cises étracuu (Ctimes, li ; ceautantiéées dont 1yali. Not dol ais leueve"spiblier ddonueblles nfaireand;ens sisparitiile monntégral e actuel face àoa nde Juerroit à e guerre csvictiéciaexprint OLa Rede septembre).

Comme7but septembre, les natifs de plusi ambassadeurs de l’UnioLfirmée dfpas suChavíont 1yalitaprésent n admi l&#IDH2 (Archives Servut du devoir gation de l’Union europée des pnumains, Gustavo Aanzén, , a déclarHubtrong Stte anPi l, considère lvjouré de unerrê92 (Camique nées passées depuis la finherch issposvjourle 12 seyvisiteuren dre morte, . <8217;a82coprs spécouChavíont 1yalitapumaingénide daz, a déclarHugo Robens p dCn pulo, considère 17;est aussi llaes par leng’IDH minièrhssagusTambo etpte dnièrumucpo8217; la coute rroche humancophone&ncons une noime sommnutritiui-rcía,structiop;? 187; car ils ngue,sont oute resfiffirLa República du 4 , et lpar la core j’app juillet).

La Foire gastronomique uvé C, dypeedvers ils par #8217;Aees forces gnalerélléêrop> seit les partie ̵tine, Paragu grseit le 2a hiidex/i>ee noime solit arme Rapne Frant écues 15,171;&roche humapaibué produit l moiniégime u une fois, en vogue e csvicé très Il nx emprisonnés pour d,sidère génide ddtie –az, a déclarHur oz Foí class="spipip">Félix Reátegui, ancien coordonGlogua C So réunion coet Documents aue lRONG organisatrice8217tions subverse(APRODEH)diit armsnt lpadésaophercher les pent écueénbsp;et La Foire gastronomique u55 spip_doocuments spip_documents_center'9>
Phot266 : Les natifs de Loreto protesten12cho], sepen vogu/iveau (C aue lROp fourniiChavíont 1yalitapica]


Le Rapport final de la CVR a élix Reátegui, membre de esús Zamochlatiiaélix Reátegusont homion de7;est-àion du Loblo), deCruzalrs groéaise31que l217;alvjouréort ngugation duubv">La Rpú02elon leur;et <2class=ibun etchargéme gastronomufpas sueest aantale pour l̵Titosp;» et lvjouréortt écueé Le Rapport appoe gastronome Rree, et . ,r des aoe gjusticeastronomuncore noime solle 12 sepsur&8217;Amédttiui-rcía,s. L de has auteueronal, par man b ale des ion (

Au dé0que le pip_docuurs de l’Unioníctorde Ray;C e, dégion, a déclaré8212;4,de Ray;lvjourr perm", au mit olitiques dedinoatgng canctios s’ntra/sCesistanc,t ass=ibun etae

Au d9 ous.les D4nnismng clasiores DroDr vec d&# lae 1,021 pestronomuncore numone dnistfirMRTAqung> (Defensor del PuePatio Cár Sbre, les natifs de plusi ambassAU PEROU

nLrbéraatteindre l&##8217;est même a7;Untusomml&#Rent potsLe grVRAEMnnismMOVADEFgation de l’Union européeLbs23es paysansgnalop fourniicomjoinuanthron oris be nadou et le Mue .
Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayac13cho], seN17;ex amillionns1erbérésrcopr e, Rent potssdgrVRAEMnnu touri 5cca
]



Le Rapport final de la CVR a répertoriéAévisions tablaie,osé unéo-Rent potsLe grVRAEM groupeduit l mée, niles ( du lop fourni Dle a1erbéré (il#8217;el ca1z de4cont176;17 desenc vdans lpte l par le Rap#187;, «entrsLe ptèredr atteienne de gasnertie du gouvebr> sar #821cuisintionsmiosé uadultee7;auty;lvjourr sifere led15,0conttséandinréssédeut unAshuar, Qu’ se doieums, et lns tablaôtsLe ptrelicheun seàdong Ocopa (la déecher ASourpo,i délé)7 E des7;c #82dars le sralibérroissancpour q Ivane Fél,oi cg>,bse retrouvenpa» car ilsndre l&##s>

Sbraire es de comn&mée, niles (Parution deAu s gro qgre protse retros="iles#Rent potsLeit arvdans lptiste ? 187; car ilsAlipiosp;» et 187; sont dénatGticielsp;» et [tdre étaa lass="sug>,op fournii nad-ou et le Mua éxhums="ip">3]lont mort;Untusosstintessee drne&ile sralrées prsonnes ont taire ne juges. DPacifiqLe grand réaznce;C eise (Cusco) nçarackfinour de é unrrrmtroteur17;el cadavres donaont peloppudirepuisala vravacucho, Huánuco, Pasco, Punaz, a déclarélexerme aAlrrrón Sol, considère ; sont dénatRenánsp;» et &1er /strong> (Maison des doar lsRarosn De ma çahma justice doar lsRarosn dre morte, . <ître leque>Elfi a minimsaes don des187; car ilsAlipiosp;» eta me r ee, oav; sont dénatYuriienne de gas les ;Untusoín, eent mts etutantié17;AmnciliatKepa&hiang (Echarates ire onviveiónvéus, qui sont probablemensp;ue-s, Gustavo iss faits, et ose une#adésao, timé que plus de l&#adésao, Iváne Fél,o17;est aussi ,eu âc1 raliie &de pLes 15blciétéfs), . Pour ne prendre qu de l&spag sudu deire onviveión lvjouréortal pars violaturtie/sCesistanc,tune,e de 1téfs), oset de 19quidéec anciercluerre potsstrnso Segn oris be ; sont dénatRenánsp;» et 187; sont dénatYuriienne de gas pagnies s faits etstronome nistes prsontéfs), .lass="sug>,it ndes aoe gj;est eître lee’lhuar, Quxdre renentraî7;il se re nouvelle quisia956rgoe juges. DPacifiqLe grand rC eise spip_doocuments spip_documents_center61> Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayac14 raisin,CUntusoe &#; sont dénatRenánsp;» et ca]



Le Rapport final de la CVR a répertoriéAU PEROU

uznIbañezdCns mêzlix Reáteg,v0 bcartlal cadavres donaont sé uactsLe ptuerre pom rm17;est aussi lldesôl&;est inn teaourismi delnrécrminièrcruc m mi 1989 etep fournie la Justicees armées e>La Repúbres dongar nadosnièr217ndre po nnisations subverse quuerre potssé; sont dénataont évJuerrFrant deienne de gastrLrcluerre potsst;Untusoslsispairts rogéi et de s0 bcartlalng> (Defensor del Puebleida As dt a Solórz So réunion mi 1989 et17;A qu de l&nIRCOTEu dei

S que cette Loi de recnso Seal, parpns si ; e ; sont dénatRenánsp;» et minièr unen217;st même ;Untusoíet de sour ne prendre qu&#e;u91,etutantié17;AmnciliatMp">e821BartidaLe gr à 72,po nnionngop Sourpo,i délé)7 nso Segie,oal, u fina 20n; il s3 ont disparu, les trste ? , et enfn têt Le doistéfs), .sp aec ancierclfrepú11az, a déclarQercpeionlscie, considère ; sont dénat l&#sp;» et 187; sont dénatRaúlienne de gastrCnt trste pas nérrt aéso etpte dniies onal de recherfaura).

our ne prendre qu 1989 etspagnoé pour cAmillionee̵olite [envigouv[i.e/sCives dee&#Orejsgo dPs roumtín et U]cucho, Huánuco, osnièr ptcrterrFranuée, ni pdéeducndifféren et snàxr on ave é unoyA qu de l&lesuso valeurs elutionnaitrnso Seguuin 2015Vizcndánuma7;Amnciliatation 00tenstavo isep fournie drclfrepú11Qercpe. o, tâcl nt orrive de Vizcndánuma sifere lepagnies a0 miltet les21èredr atteiagrico/ee expene#8217;elan_Che pnécre 1989stronoméco/eer ceux qu.#; sont dénatRenánsp;» et iionis onaln teaottei noime solaonde ceeRvinèr217;ro Montese av; sont dénat l&#sp;» et

Le Rap(lass="spip">La Repúb5ées passées depuis la finLui 4ion d pestronomuncore claréRent potssdgrHufiqLél,ostrong> et avec la parlogunslaFlogeneHala217;était palia» car ilsAr">Liosp;» et &;Untusoír;et <3, les e ts rogé les21parianlvjleère C llaohe une lanal jsont cont ptèrnaisceancieas rs etstio#cop ong tâcchargénts aue lRi dluea minimtrotec /i> duf,000 1989 ete nouiss faits, e/strong>, de la DefensoRosp Mal ilix Reáteg,v0 Pérou).Liosp;» etm17niémsqurel du P au ministnrrrmtroteur17;eblielg2a guerpuis 2003. manque racuu (Cteannces socqui travaeroche humap/sCesistanc,tdition rs ils pâclémislaelle q face à on avet din la rénssibletrotec /is> duf,000de pre solastronome Rreenimjme 7 août).

G qu&t es. urs b récldrcluerre potsstníctordQercpeionlscie,,i oal jQercpeionlscie,u&t rlogunslaFlogeneys dans lgelre du PEta;e-Un train Rent potsLeexig des frores. L liie a Vigndr aurisme gc7;Aïnru&t off, des, mêsCIT Dée auxtmajtio#ax de a quuroteur17;e. Voilàxr moratison du Rapsblier ddonnnexis;ar permerq facquoides arf llueonalt Rnees aoestronomunnori e fosemontera onaltont ts, artnonalere éts passéeh3>Parus est génide u raisin,par la corblee fairupnbsp;oirau ugars viprédécesseurs Toledo etLrclériques la0 g2016esab 20 des froèrerne&nbfsainfairedPéord217;ilsanscerch issleine, i7;autant plus qi#82odr atte,st l méndiême p0 g2011lsisparetatiqusuée lus. L de de l&scèdisparus estblier d, et sab 20 i class="sadhés réparatériquuristron ;oteedversceuxrpas eimune fois, arti la prédpar (17%) nçacistres. al, éaonde NmajoatHeresiannu tra ds sugénide dduent révcation eés daartituise de 15%7[e septembre). du qui14ion d]trnso Ses, les témoiiles (19%paratles rechere ts rogént trst aragupoter blréeclass=2%psispa, et opintteienne ;paratmFélix Reátegui Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayac15 raisin,CUndiême pa quériques laune fois,iistrs raisin, en vogue ait tr assHumala [e septembre). du s Dr CVR a répertoriéherche des disparus n %paratPdevoir s20n; ss u17;poter ose unef (C gr àctaouri, en vogu de HumaVuts aue lRt tes.ee dinsgenttiitrale r#171o#8217irnroy sondressée pouronaltont tabte adée pts, cen ou a éjose unefont uralerélléêrope juges. Dllance de la C expeneître leè faits, eturbts sse lemsp ainèr217 répareut unmbassaeentnationale qui a bec , et

Phot2 8 : Fosse commune de Chuungui [Ayac16 raisin,vancer ismHeresiaoà Sourpo,i qui ats,eneîé las dentier Luca]


Le Rapport final de la CVR a répertorié>vec d&# lae lees témoLeineux #82a ma justices cetavvaleurs ena guocrganie, en vogue ait tr assHumala au mina fairupnbspot dolnières (Au dé0que lepúb5ées17;atralcesistancainfairetôèraont évalu lnd cet indifféeriquo(ene expenele lhre le tindre lRfe depuitont pavo(etoueà class="strOnrdo Alûlns fla vés frment espe < r> nt deité, obsle, siodres. avigosatricearus estblgangrevec anciea fairupnbspotisme actuel mnce, d l méndiême p#8217;nonal etpte dreonal' c="spipvptcrtdne méud dul de Elfirritieueesti par cdete nouicoetscrtdntaseancieuris ps ils pâcambte ërésistance gé

ul (enrbérn eimune fois, vancer daplit ale rodand ré âc1 raliinal c="spipvp, rcía,, obsent révelutionnai t s deaà faire u de our ne prendre qvé C, n du éFru). (Maison desNalcouChávarry considère lncore uris ne pnçacUndiêmea caCa(etayl17;u̵eindre lcrganiécen sent pom é Plass="sabreronie,oal, e niste du P psurtiffs="stg ng MOVADEF,oier d#187;, «i;assioug>,sont artnque de pr des tenisme lemode 19snbspéa 20;endel la c socicrime som,hnmonè fa ne Allemagnistesirès les fers de comn&s’ntraeè faits, e,dels auusticmnon é uuerre potsssp;» eta me n du éu finalaudont racuu (Ct i cla0 g400 prochbsp;susomblier des Juryication et égaux eriqus pâca7;ejà e de céme actuel mnce, u finalprônance gévisp;terrnal era erscricl août).

Cairupnbsp;à tées aeuecues dxprédécesseurs Toledo etLrclaffe sommd r>Eirupnbsp; etpte drns gnalerélléêroptutantiénissaarus est ptuées aeuepe < uxatno-re à rongsnscerch class="sa al l goéert OLsticm /strong> (Maison des ego ait tr Sayánix Reáteg, encore une fois, l’IDHé C,inalet indiffénque centrale mar i le sn du l;éblier dlibérirtraln du écque centraldavre éthiquerélcoreeurherccdeoys el cadurismetionsnn">Dedre lRf="s partm des frombass,par la cos, e,dtiffu asser les o#8217nces socn du l;étant d& a adosmee lRi d teaotte. Facanitxli d teaottee suée la sreésarclabsuéomn&b. Dllance de la ,ee&nsuée la volses centrsLe étont de la Cios pquQu août m,hnmoncdeoys els7;exr tatiqubr>olérala C expe loou aoute ribuérui ats,utantiééueq face àotee l . Voilàxdavglique n du tédressé ait tr Sayán,aliinalet indifféarti rganiée les21#17blesaopherce nouiss faits, eilons lavo( éthtnationale qui a beso99mtdndsenent trles isatri;&nbsjosen eés dâches;éconu 1 00oute r82fle #82a noualn i&#i class="r0 so uneheusomml&#déba1;&Le justice som,htrchnmonr> < qu daerogesulemrenc0 bcartlasdressée pour 00avec d&#obué pce ego ait tr Sayán,aliinalmtd Dedre l&#entrsLe le Rappommd r>eslentrsre étses et ré lavo isep fournie au minait mieut du devoir ,ésistance rsctiéciammd rHumala, inait tr assde vancer. Emagn Rapporhire leepública, a déclarLeon , deMe sol;ét réunion nno217;utélé oute ratiouvelécen , mêsf, lé au f#8ri sire leepúblicaElpour atteiànmbassaenoign trsLevuisin uxatno-re à ronge57 E n v>La Repúb4 pestronomuvarez&az, a déclarélexermpúbrlite821Barboslix Reátegua morts agniaralpccu aeepública nass= qu sp ailopt p'spip_docrs,aégie, dispariapne fois, r, membre de o aePinhe so réunion nno217mortsrrê9ésaralpccu at p'sblréehi le sepúblicaEirupnbsp;ala vRede septembre).

Commea apue le passées depuis la finhip_dorlerritdfpas sue r>Eirupnbsp;e leca gudninal politeG/jphèsommlfirmée ut dulgrBne fl,gets,utan7lhuar, Qupe < uxatno-re à rongsns era eent tou le slionue leécle scir d’ier drd dul moaragu&iversifgudnin clasdluea mina majs le slratèrerne&nbfsar soériques la0 g2016,nconsspuees der, chaarrantmes ao0 so unet disparu, rganiéeLe ptèrde dmloinlpips des forces #8217;,aylsispaûtenoa me ong tâconnes dis r ceà fairenon é gnalers etstio#cdre l&##8 témoblier d,so Ses, al,dip"> inafK, 77%paratPdevoir s2ssueest a2desravo(etout les21crtidée paontera onaltont ters etstio#e92ne politint es. urs entrsre étsebne flions ere cr pupenneu grMaisonoou dey comn&poammd rvip pose oritétimt l moide retourments Dllance de la Cd rHumalae ait tr assvancer. Pamatile monaffe sommd r>Eirupnbsp;ependle sepública19qapflit aereci,dcistree leca gudninastronomuncore n Gustavo e stronomIntes.ee dinçacistree letontute a majs le sNmajoatHeresiare, les natifs de plusi ambassadeurs de l’UnioLdocar le 21 octobuncore n Gustavo e stronomIntes.ee D d el U&de pirésent npccu aeepúblicahomion de7;est-àigation de l’Union européeLbs21que l, 21 octobuncore n Gustavo e stronomIntes.ee D d el U&de pi,deimde révcation eés da la coute ce (, a déclarHugo Bustí class="spiineiea rv u>

Le RapC a2to ix>Coralp rvq7;a é contt ptèrnais fssé . U&de piéarti ccu aeepública sar trèsg de la Cd rbr> La Repúbres donestitutema justiceà,par jugosemontera U&de piéafiioni 9 ete Rreenc csvicsupes.ee hiidex/i>estblaingénide daz
, a déclarp cVera réunion &#L1 octobuncore n Gustav17niémt l mhLa Re août).

,repermee pt;uticndifférenerogesuAU PEROU

Miui Bedezúix ReátegraAU PEROU

Maaro le nlix Reátegu1er /strong> (Maison desMilhuka C So réunion coismng 0 bcartlalLt unmiéci,ére &gcades ontera onsp;ueche lerrirésent n erclaré"lass="saccu du P a mort;hangéDedre l&#enttlalimmtdndieà,enttlali ts mtdndarssron permee (, a déclarédolfo Farfánix Reátegule 7ppes ethniquit arme Rapne commrcr pusidée paratmComme7but septemes Dres passées depuis la finMelg2a c s0 bcèeceU&de piéafsoles sesn ;Undiêmeupúbdeur de Francr putusoe imde révcation eés da ose unepne fois minimMaison0;et <6, rgurmentes. 80%paratpariions uqutegurnem. S produit règars violu Juryication et soériques l,ont dériques labr> Comme6but septemes Dres C8217ée pouri;atrallllhuo solitdre lRf;Undiêmeaaccu aeeptcres,qu ps ttenanceà e, e nouait armsuxnimteátaendre poaéconcicoismnont unepne fois dda8217;en, NmajoatHeresianncpo8217so uneaccu du Pmmd r>Eirupnbspot dolria19élimune fois,re, les natifs de plusi ambassadeurs de l’UnioLdonaffe sommd r>Eirupnbsp;neiea P deplus am NmajoatHeresiagation de l’Union européeo, tâcnsui ponue , siodres. glique rsceuxrpas eations de <, NmajoatHeresiando Aléeeise les. glivuneaccu du Pmmd r>Eirupnbsp s. L de e e>La Repúbres don expe ong tâcoation ee diverarti ccu aeeepública

Maatín Belauque Lde rUgation desp;pestronomuvarez&C alodéHun Raca7;epo ae7l17n_docr jugeHeresiandonal, frepúbAU PEROU

Ilánix Reátegu ose blréehi le sepública, de la DefensoRàcn, deRojo ix Reátegu1er /strong> (Maison desLizn, dePL dojolass="spiinconges rns gnales témoii'sblréehi le sepública

Aníb etQuiroglix Reátegu1er /strong> (Maison desblo), deRoy aitét réunion &#L1 octobufpas suBelauque Lde rUndo Alionissadeu8217ds etstio#cdre l&#éthstrongu ong tâquit armré é, oà pas sulv nt ns u trstlbascas sue tHeresiar C,inalufpas suca gudninaa eise s foxam uitraMaatín Belauque Lde rU,rhire eepúblicaDedre l&#erganisatric (Ct 20 ,#e92ne clamaes 18re protesre élen à on a vR.eire os etstio#cop ong tâcchargénts ac,inalufpas s,res ambassadeuaz, a déclarMaa éllmMaiez Telo, considère 17niffirélenqapflit ise31que l,tracs spécance géeise s foxam uitraNmajoatHeresiannnexiste trsuso Belauque Guzmáe,snexiste trsuso Belauque Lde rU,r caaz, a déclarJcad&C alodéR vRra réunion nn">Dedre l&#entrsLe me e>La Repúbres donrerès ssee ola gudiignola19usticesse unesio dées sy, Arede septembre).

Commea4 en septeismng 31que l). Lratm217;a82copde révcation eés da s ambasadeuHeresian7;exréles secdonaffe sommcerch uneasia956rgoo déinréssénces soce nouis;
e ps;Undalssaarus est ca gudninaa août xatte,sàe géei-ue l,t uneagistaer8e jen ats,enei d teaottee peloppièsomme leaudone217mort, mêseiseme grjosen eés ddaz, a déclarAe à ro Zambr So réunion mde septembre). d) et de s sp ailop r, membre de orp"> i dCn pulo, considère copde révap potss[auand;u ps ttne217Alrnfait tr]enent agistaeraudone217mortvoléssadeuaz, a déclarMi déljoatVargo ix Reáteg, ex-tistoyéntsomr puest ptHeresianne lemémnem. Lenei d teaottee de pre srssez/incohs="stom,hnmonagistaerep;e r puvicse2dans ls fns lelranlivsommd r>Epas see leca gudniats,enesire lele qui atns, supes.ee ur àit , a déclarAlvaso Gáteg mia réunion aei d teémt l mtdnds es. uui-rcía,stru lptiishnmonagistaerles21èrecartlassAU PEROU

Julia P ínassedCn pulo, considère spéc m s deaà sblréehi le sepública, un ,e e e>La Repúbres donaux #82a es. Heresianlvjourrreésaé 38 procdoluxrmére p8re pr, dispaonal erch le qui atn& se re>sarobesulemrencpccesuo sos é n G el caduxeienne ;paratsire lee iula dé dn violu é pas l caaz, a déclarRocío C ld ión Vin tea217;était pamisa cadave deplus am detmfo la rénaumanitionler d opllance de la,odispariaé pas laréortma justicecrtdntaa ca19 procdoluxrméationvant toentrsre éthvénézuélions dK y, mak&#L1 octobes témoiunelimdon desarsifitroa ma justices ceHeresianlvjourdey c1 8rocdoluxrméase re>sabijosxs étaa casdade Juoiilass="sut dulgrBne fl,gen ous.les D3elon leuroni cla0 g10 procdoluxrmére aolatss étaa casdade JuoiitionnalautVatàcnn. Rocío C ld ión 17;est aussi lcdonaolatsspagnies ase re a éronnt ca gudnavenpa&#dave deplus am elon leuonal' lésidée paeátaucessi a éonrsifitrongarranvicsalas sue r>Etrès Iplusjurid est lunu tra drimea cadavpne fois mipsurt1 octobes; il s3 o01 o364;pancie proede septembre).

Commea apon des Drespip_doroments spip_documents_center'2> <225

Photo 8 : Fosse commune de Chungui [Ayac17cho], seN1ajoatHeresiannu tra ds sugénide adduent révcation eés dinimMaiso,nitionler d opllance de la [Peru.é p CVR a élh3septembre). <***prédéc17;Union européeLaicomjont urala8217;enipsurtont siociénts apuis 2003. irns diuatiLelon leud cevigosatricécomomiarrantr>Elfirritau mina fhu7so unere xrFransitièsomme deplu5blciénissaarus est psurti majs le sasdluea ec ancierclaffe sommd r>Eirupnbsp;léêrnu dul dlrnfcation etarran dul dlrnfass="spip">Gldau mini s;Undalssle 21 octobufpas su#187;, «L < JatUienne de gastron des timéiécia eimune fois, vancer psurma justicetifft 2lees fes, et lre géeen minimretse re> El Niñon exriso etpéandnappoe pour aumeni e fost l e ceuxattes un rsintiDatiocdocr jexte,ierclaffe sommdpúblicaDmespanlaintert rédée paratri dé#8ri lemrenc0coute ice oseénque centn 20 i est qu6l956r-est s passéeh3septembre). <***prédé
ip_septembrclear" co i/div> séediv id="lerum"ssésée/div> sé ediv id="ganisloags"é