Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>Haïti : actualité pour longtemps. Droits linguistiques et droits humains fondamentaux en Haïti : une même perspective historique. La fin du mandat de la Minustah.




Montréal, octobre 2017

Droits linguistiques et droits humains fondamentaux en Haïti : une même perspective historique

par Robert Berrouët-Oriol , linguiste-terminologue, publié dans Le National

Paru dans Le National, à Port-au-Prince, le 5 octobre 2017, le texte « Système éducatif haïtien : retour sur l’aménagement linguistique en salle de classe » consigne la conclusion suivante : « L’aménagement linguistique étant une question hautement politique, l’une des pistes à envisager serait la mobilisation concertée des organisations des droits humains appelées à s’emparer de la question linguistique et à intégrer effectivement les droits linguistiques au titre d’un droit humain fondamental. »

Pareille conclusion pose la nécessité de bien comprendre la notion centrale de « droits linguistiques », de bien la situer dans le dispositif des droits humains fondamentaux en Haïti et montrer qu’il s’agit là d’une vision nouvelle, porteuse et rassembleuse dans la mise en place d’une future politique nationale d’aménagement linguistique du pays. Car, à ne pas savoir véritablement en quoi consiste l’aménagement linguistique, méconnaître ou ignorer la nature et la portée de la notion centrale de « droits linguistiques », on s’expose à une dommageable mal-vision sociolinguistique, à des choix programmatiques contre-productifs et à des errements dogmatiques comme on l’a vu lors de l’apparition, sous la plume de l’ONG Académie créole, de pseudo « droits linguistiques » spécifiques aux enfants (voir Robert Berrouët- Oriol : « Les “droits linguistiques des enfants” en Haïti : mal-vision et aberration conceptuelle », Le National, 18 septembre 2016).

Hormis les langagiers, peu de gens savent qu’il existe, à l’échelle internationale, une « Déclaration universelle des droits linguistiques ». Cette déclaration a été proclamée à Barcelone en juin 1996 durant la conférence Mondiale des Droits linguistiques. Elle stipule que « Tous les peuples ont (…) le droit d’exprimer et de développer leur culture, leur langue et leurs normes d’organisation, se dotant pour cela de leurs propres structures politiques, éducatives, de communication et d’administration publique ».

En proclamant l’universalité des « droits linguistiques », la « Déclaration universelle des droits linguistiques » de 1996 établit les fondements de cette notion juridico-linguistique majeure. On entend par « droits linguistiques » l’« ensemble des droits fondamentaux dont disposent les membres d’une communauté linguistique tels que le droit à l’usage privé et public de leur langue, le droit à une présence équitable de leur langue dans les moyens de communication et le droit d’être accueilli dans leur langue dans les organismes officiels » (Gouvernement du Québec, Thésaurus de l’action gouvernementale, 2017). (Sur la notion de « droits linguistiques » et sur celle de « droit à la langue », voir Berrouët-Oriol, R., D., Cothière, R., Fournier, H., Saint-Fort : L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions, Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2011).

L’universalité des « droits linguistiques » s’entend donc au sens du « droit à la langue », du « droit à la langue maternelle » et de « l’équité des droits linguistiques ». En fonction du principe que les droits linguistiques sont à la fois individuels et collectifs, l’universalité des « droits linguistiques » pose : 1) le droit d’une communauté linguistique à l’enseignement de sa langue maternelle et de sa culture ; 2) le droit d’une communauté de locuteurs à une présence équitable de sa langue maternelle et de sa culture dans les médias ; 3) le droit pour chaque membre d’une communauté linguistique de se voir répondre dans sa propre langue dans ses relations avec les pouvoirs publics et dans les institutions socioéconomiques.

Alors même que la Constitution de 1987 ne fournit pas de provisions juridico-linguistiques exhaustives et explicites quant aux « droits linguistiques » de l’ensemble de la population, elle consigne pourtant les balises générales permettant de les formaliser et de les articuler dans un futur énoncé de politique linguistique d’État et dans la future et première législation d’aménagement linguistique que le Parlement haïtien devra voter un jour prochain. Tandis qu’elle expose le dispositif d’un ensemble de « droits fondamentaux » — « droit à l’information », « droit à la sécurité », « droit à la vie et à la santé », droit à la « liberté de réunion et d’association », droit à « la liberté individuelle », droit à « la liberté d’expression » —, c’est plutôt dans ses articles 5 et 40 que cette Constitution fournit les paramètres généraux en lien avec les « droits linguistiques ». L’orientation d’ensemble quant aux droits du citoyen est donnée en préambule de la loi-mère dans les termes suivants : « Pour fortifier l’unité nationale, en éliminant toute discrimination entre les populations des villes et des campagnes, par l’acceptation de la communauté de langues et de culture et par la reconnaissance du droit au progrès, à l’information, à l’éducation, à la santé, au travail et au loisir pour tous les citoyens. »

Aussi, c’est « par l’acceptation de LA COMMUNAUTÉ DE LANGUES et de culture » que le lien constitutionnel est établi entre la notion de « droits linguistiques » et les droits humains fondamentaux en Haïti. On notera à dessein que le préambule de la Constitution de 1987 est en cohérence avec l’article 5 de cette loi-mère qui atteste l’existence, sur le plan historique, du patrimoine linguistique bilingue d’Haïti en établissant la co-officialité du créole et du français. On notera également qu’un tel dispositif constitutionnel invalide les prétentions idéologiques des promoteurs de l’enfermement catéchétique cher à certains prédicateurs créolistes, membres ou proches de l’Académie créole, qui prônent le « tout en créole tout de suite » au motif que « Fransé sé danjé » et qu’« Haïti est un pays essentiellement monolingue (…) Haïti est des plus monolingues des pays monolingues » (Yves Dejean : « Rebati », 12 juin 2010).

Comme nous l’avons précisé dans différents textes et dans le livre que nous avons coécrit avec le linguiste Hugues Saint-Fort, La question linguistique haïtienne / Textes choisis, (Cidihca et Éditions Zémès, juin 2017), la notion de « droits linguistiques » est relativement nouvelle dans le paysage sociolinguistique haïtien. Elle met en cohérence une vision de la problématique linguistique au pays qui s’articule aux notions de « patrimoine linguistique bilingue », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » créole, « d’équité des droits linguistiques », de future « parité statutaire entre les deux langues officielles », de « didactique convergente créole-français », de « politique linguistique d’État » et de « législation linguistique contraignante ». Et c’est bien en conformité avec cette vision de la problématique linguistique haïtienne que nous avons institué, en avril 2017, le « Plaidoyer pour la création d’une Secrétairerie d’État aux droits linguistiques en Haïti » dans le droit fil des perspectives inscrites dans notre texte « Les grands chantiers de l’aménagement linguistique d’Haïti (2017 – 2021) » daté de février 2017.

En l’absence avérée de leadership de l’État haïtien dans le domaine linguistique, c’est précisément cette vision de la problématique linguistique d’Haïti qui doit être inscrite et débattue au creux des priorités des organisations haïtiennes des droits humains. Nous en avons dénombré une trentaine, parmi lesquelles la Plateforme des organisations haïtiennes des droits humains (POHDH), le Centre œcuménique des Droits humains (CEDH), le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux réfugiés (GARR), la Commission épiscopale nationale justice et paix (CE-JILAP), Kay fanm, etc. Pour l’établissement d’un État de droit post dictature duvaliériste en Haïti, ces organisations font un travail remarquable dans des conditions difficiles et elles entendent au quotidien dire le droit tout en menant un combat citoyen de premier plan : ce combat est conduit et se dit pour l’essentiel dans la langue maternelle des sujets parlants, le créole. Il y a donc à la fois parenté linguistique et perspective historique commune entre les « droits linguistiques » et les droits citoyens. L’exercice comme l’efficience des droits humains fondamentaux en Haïti, s’ils s’exercent sur un continuum sociopolitique et économique et dans le champ appelé « droit », se nomment en amont et en aval dans la langue et par la langue – au premier chef dans la langue maternelle créole –, malgré le fait que nos séculaires lois régaliennes soient rédigées uniquement en français, ce qui renvoie d’ailleurs à la problématique de la nécessaire production/traduction de toutes les lois du pays en créole (voir Alain Guillaume : « L’expression créole du droit : une voie pour la réduction de la fracture juridique en Haïti », Revue française de linguistique appliquée, 2011/1 (Vol. XVI).

Pour accompagner l’État haïtien et obliger l’exécutif à intervenir au plan législatif dans l’entreprise des « droits linguistiques » au pays, il est donc urgent, nécessaire et incontournable, que les organisations haïtiennes des droits humains – en liaison avec d’autres institutions de la société civile — instituent une concertation linguistique prioritaire. L’inclusion des « droits linguistiques » dans le dispositif des droits humains fondamentaux au pays est une perspective historique rassembleuse d’autant que les « droits linguistiques » constituent, dans toute société, un droit premier incontournable qui assure l’expression de tous les droits citoyens. Les « droits linguistiques », sujet majeur de société, sont inséparables des droits citoyens consignés dans la Constitution de 1987 et c’est dans cette perspective que devrait être conduite l’éducation à la citoyenneté à l’échelle du pays tout entier. Dans un premier temps, l’action conjointe des organisations haïtiennes des droits humains pourrait cibler leur contribution à l’élaboration d’une politique linguistique d’État et d’une législation contraignante d’aménagement simultané des deux langues officielles d’Haïti.





Nous reproduisons ici l’article publié par
Robert Berrouët-Oriol sur son site www.berrouet-oriol.com, et dans Le National . En mettant l’accent sur le problème réel de la cohabitation des deux langues, créole et français, l’auteur rappelle l’influence pernicieuse que les USA tentent d’exercer à Haïti à travers certains "scientifiques" et diverses ONG opportunistes (pour ne parler que de ceux-ci).

Montréal, 31 Juillet 2017

Le « monolinguisme » créole est-il une utopie ?

Robert Berrouët-Oriol

« Le monolinguisme du ridicule » (Verly Sylvestre, Le National, Port-au-Prince, 26 juillet 2017) expose un corps d’idées intéressantes notamment en ce qu’il pointe du doigt le refoulement discriminant de la langue créole dans nombre d’écoles en Haïti où des enfants sont encore punis lorsqu’ils s’expriment de façon tout à fait légitime en créole. Avec justesse, l’auteur de l’article rappelle que la minorisation institutionnelle du créole est une pratique anti-pédagogique encore largement assumée en Haïti dans le corps professoral en dépit des aspects positifs de la réforme Bernard des années 1980. Cela étant, il y a lieu toutefois d’apporter un certain éclairage sur l’un ou l’autre volet de l’article de Verly Sylvestre.

Il est conforme à la réalité historique de qualifier Haïti de pays FRANCOCRÉOLOPHONE au sens où deux langues, le français et le créole, coexistent dans les appareils d’État, dans le système éducatif et dans la population selon un usage différencié. La réalité du patrimoine linguistique bilingue et bi-séculaire haïtien –qu’il est illusoire et vain de nier au prétexte réducteur de « l’exclusion de la majorité créolophone unilingue »–, est attestée à travers l’histoire du pays dans différents champs de la vie nationale comme nous l’avons montré dans le livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » (Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2011). Alors même que le créole demeure « la langue qui unit tous les Haïtiens » (article 5 de la Constitution de 1987), qu’il est la langue usuelle des sujets parlants nés et élevés au pays, il est contre-productif sinon aberrant –comme veulent le faire croire certains linguistes haïtiens formés aux États-Unis–, que le français serait une langue étrangère en Haïti au même titre que le finlandais ou le japonais. Et accréditer la ritournelle selon laquelle « ceux qui ont le français comme langue maternelle, ils sont en nombre insignifiant selon Yves Dejean » revient à poser faussement la question de la coexistence de nos deux langues officielles. Prendre appui sur certains errements idéologiques du linguiste Yves Dejean dont la langue maternelle est le français, s’avère, encore une fois, improductif, car ces errements conduisent à enfermer la question linguistique haïtienne au périmètre d’une borgne comptabilité et à l’y réduire. En effet, il faut savoir qu’aujourd’hui, aucune enquête sociolinguistique d’envergure nationale menée par une institution haïtienne n’a apporté de données crédibles et vérifiables sur le nombre de locuteurs du français en Haïti : représentent-ils 5 %, 10 %, 15 %, 25 % de la population ? De son côté, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) –citant le Rapport sur le développement humain (PNUD, 2010) et World Population Prospects The 2008 Revision (Division des affaires économiques et sociales des Nations Unies, 2008)–, estimait en 2010 le nombre de locuteurs de français en Haïti à 4 279 000 personnes sur un total de 10 188 000 habitants. Une fois de plus, il faut prendre toute la mesure qu’au-delà du nombre de locuteurs du français parlé en Haïti, l’aspect central de la question demeure le statut réel des deux langues officielles dans le corps social, leur mode de fonctionnement institutionnel en cohabitation inégalitaire et le fait, discriminant, que le créole n’est toujours pas une langue d’emploi obligatoire dans la totalité du système national d’éducation.

De même, aucune recherche à l’échelle nationale n’a jusqu’ici permis de mesurer la compétence linguistique des sujets parlant français chez les enseignants comme parmi les étudiants. En revanche, ce qu’il importe de bien comprendre, ce sont les conditions réelles de la coexistence inégale de nos deux langues officielles dans un dispositif qui alimente ce qu’il faut bien nommer, en particulier dans le système éducatif national, un aveugle apartheid linguistique dans le contexte de l’inexistence d’une politique d’État d’aménagement linguistique (voir Robert Berrouët-Oriol : « Les grands chantiers de l’aménagement linguistique d’Haïti (2017 – 2021) » ; voir aussi Robert Berrouët-Oriol et Hugues Saint-Fort : La question linguistique haïtienne / Textes choisis, Éditions Zémès, juin 2017).

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRS, France), définit comme suit le « monolinguisme » : « État d’une personne qui ne parle qu’une langue, d’un pays où l’on ne parle qu’une seule langue ». Si l’observation empirique de la réalité linguistique du pays permet de poser que les unilingues créolophones constituent la majorité des sujets parlants, on ne saurait rigoureusement soutenir qu’Haïti est « un pays où l’on ne parle qu’une seule langue ». Haïti est un pays de langues en contact au sens où il existe bien une dynamique inégalitaire des usages du français et du créole, mais il serait tout aussi vain de nier qu’en raison des flux migratoires des 20e et 21e siècles et des échanges économiques entre Haïti et ses voisins, les langues sœurs anglaise et espagnole sont également parlées au pays par un nombre indéterminé de locuteurs.

Ainsi, soutenir l’idée qu’« Il faut tirer les conséquences du fait qu’Haïti est un pays essentiellement monolingue (…) Haïti est des plus monolingues des pays monolingues » (Yves Dejean : « Rebati, 12 juin 2010) revient à s’enfermer dans une dommageable myopie idéologique et linguistique qui pourrait faire obstacle à l’aménagement simultané des deux langues officielles du pays ainsi qu’à l’ouverture assumée au multilinguisme de notre modernité de sujets parlants.

À répéter hors de toute analyse crédible et de manière habitudinaire le cliché selon lequel « le français est un butin de guerre » en Haïti, et qu’il y a au pays « des francolâtres (…) des francoaphones, il s’agit alors des 95 % qui ne connaissent pas le français, eux qui vivent dans un territoire dit francophone tout en étant privés des bienfaits présumés d’une telle francophonie » revient à enfermer la question linguistique haïtienne au périmètre des approximations idéologiques. Il en résulte la négation complaisante du « droit à la langue », du droit constitutionnel de tous les locuteurs haïtiens à la possession de la langue française par une scolarisation de qualité en phase avec les droits linguistiques de toute la population. Quel en est l’enjeu ?

Le combat multiforme pour la langue créole est une tâche historique –j’en fais le plaidoyer depuis plusieurs années dans mes livres et articles. Mais, ce combat ne doit pas être opposé au français ni être réduit à une obtuse et une rituelle folklorisation de la langue créole elle-même. À contre-courant des approximations et des errements idéologiques, il s’agit aujourd’hui de porter sur les fronts institutionnels, et notamment à l’École de la République, LA VISION DE L’AMÉNAGEMENT CONCOMITANT DES DEUX LANGUES OFFICIELLES DU PAYS (voir à ce sujet, Robert Berrouët- Oriol, « Plaidoyer pour la création d’une Secrétairerie d’État aux droits linguistiques en Haïti », Le National 18 et 19 avril 2017, et http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr/spip.php ?article895. On mesurera l’impact du futur aménagement simultané de nos deux langues officielles à l’École de la République en rappelant que « Selon l’Unicef, « Le système éducatif haïtien accueille 2 691 759 élèves dans 15 682 écoles. Alors que le secteur public reçoit 20% des élèves (538 963) dans 9% des écoles (1 420 écoles publiques), le secteur non public accueille 80% des élèves (2 152 796) dans 91% des écoles (14 262 écoles non publiques » (Unicef : « L’éducation fondamentale pour tous »).

De manière judicieuse, Verly Sylvestre pointe du doigt « Ce monolinguisme [créole] excommunié de l’incapacité de l’État à lui faire jouer son rôle dans le développement du pays. » Mais il faut aller plus loin dans le diagnostic et en tirer les conséquences : « Ce monolinguisme [créole] excommunié » se nourrit de préjugés sociaux tenaces et aveugles ; également, il est alimenté par l’absence quasi totale de leadership de l’État haïtien en matière d’aménagement linguistique, l’absence de vision articulée de la question linguistique nationale ainsi que le déni des droits linguistiques de la totalité de la population.

Le combat multiforme pour la langue créole, une tâche historique : il faut le mener sur le terrain institutionnel selon la vision des droits linguistiques. En clair, c’est précisément cette vision nouvelle et rassembleuse qu’il s’agit de promouvoir dans le corps social haïtien, dans nos institutions et parmi les décideurs politiques du pays.

Cette vision nouvelle ainsi que la configuration des droits linguistiques au pays figurent dans le livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » ; elles sont rigoureusement conformes à la « Déclaration universelle des droits linguistiques » de 1996. Partant du principe que les droits linguistiques sont à la fois individuels et collectifs, qu’ils constituent des droits personnels inaliénables, nous les avons identifiés au titre des droits humains fondamentaux. Cette neuve manière de problématiser la question linguistique haïtienne, à contre-courant de l’approche « militantiste » et de l’enfermement identitaire/essentialiste, permet de circonscrire l’aménagement des deux langues officielles du pays sur le terrain des droits citoyens et des obligations de l’État car l’aménagement linguistique est en amont une question politique, une intervention planifiée de l’État dans le domaine linguistique (Jacques Maurais : « Politique et aménagement linguistiques », 1987). Les notions qui sont au fondement de cette vision sont celles de « patrimoine linguistique bilingue », de « droits linguistiques », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » créole, « d’équité des droits linguistiques », de future « parité statutaire entre les deux langues officielles », de « didactique convergente créole-français », de « politique linguistique d’État » et de « législation linguistique contraignante ». Elles doivent régir toute entreprise d’État d’aménagement simultané des deux langues officielles d’Haïti.


Avril 2017

La fin du mandat de la Minustah

On parle finalement assez peu d’un événement majeur pour la République d’Haïti : la fin programmée de la présence de la Minustah de l’ONU après treize ans de services pas toujours bons ni absolument loyaux.

Il reviendra bien sûr au pays d’assurer ensuite pleinement les missions de sécurité qui incombaient à la Minustah. Les forces de police locales de la PNH (un peu moins de 13,000 agents aujourd’hui) participeront donc à des exercices de formation d’ici deux ans. La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU prévoit que 2,360 soldats auront quitté le pays au 15 octobre de cette année, après la fin de la prorogation du mandat pour la stabilisation. Prendront le relais pour six mois initiaux sept unités de police constituées (980 hommes), ainsi que 295 policiers hors unités constituées, qui formeront la Minujusth. En plus de sa mission de formation, celle-ci sera également chargée de veiller à la mise en place edes mesures adéquates en matière de droits humains, d’en rendre compte et de les analyser.

Vu de l’extérieur, on craint l’éventualité d’un retour d’une police politisée, mon redoute une recrudescence de la contrebande d’armes et du trafic de drogues. Mais, finalement, n’est-ce pas une occasion pour le pays de se prendre en mains en ces matières aussi ?

Vraiment ? On finit par se le demander, car la décision de l’ONU vient en partie de la volonté de l’administration Trump de réduire officiellement les sommes transitant par l’ONU pour les opérations de sécurité de celle-ci. De toute façon, l’influence des USA à Haïti reste assurée politiquement et économiquement, directement ou à travers des actions menées par certaines ONG ou des groupes religieux de type pentecôtiste. Pourquoi, en avançant des arguments confortables, payer davantage lorsque ce n’est plus tout à fait nécessaire ?



3 janvier 2017

Les résultats définitifs de l’élection présidentielle confirment les estimations premières ; ils donnent Jovenel Moïse gagnant avec 55,60% des voix, devant Jude Célestin (parti Lapeh) avec 19,57 %. Il faudra à présent que le vainqueur, apparemment éloigné jusqu’alors de la politique, gagne une légitimité que la minceur du nombre des votants ne semble pas lui accorder d’emblée.


Paris, 28 novembre 2016

Laënnec Hurbon nous a accordé un entretien à l’occasion d’un passage à Paris au cours duquel il expose la situation, toujours incertaine, qui règne dans le pays à la suite des élections présidentielles qui viennent d’avoir lieu. Et c’est évidemment l’occasion de revenir sur les derniers malheurs qui ont frappé Haïti, avec des conséquences dues autant au manque d’infrastructures solides (par la faute d’un pouvoir local largement défaillant) qu’à la responsabilité d’une partie de la communauté internationale. Et bien sûr, on ne saurait oublier à cet instant exceptionnel l’appartenance du pays aux Caraïbes, et les effets de la proximité de Cuba sur la politique interne.

Aux dernières nouvelles, Jovenel Moïse, le candidat choisi par l’ancien président Michel Martelly, lui-même téléguidé par les États-Unis et Hillary Clinton, aurait été élu dès le premier tour devant Jude Célestin, du parti Lapeh. "A quoi bon tout ça ?" ont dû s’interroger les électeurs confrontés à un trop-plein de candidatures et à la vacuité des programmes, puisque le taux de participation n’aurait atteint que... 21,69%. L’annonce officielle des résultats définitifs est prévue pour la fin décembre.


Laënnec Hurbon 28-11-2016 par Dominique Fournier




Port-au-Prince, 1er août 2016

Voici un texte d’humeur, pas foncièrement optimiste sur l’avenir immédiat du pays, qui nous a été transmis par notre ami Laënnec Hurbon, et qui a été initialement présenté à l’émission Point du Jour sur Radio IBO le lundi 25 juillet 2016

LA LOGIQUE DU CHAOS...

Hérold Jean-François

Nous nous acheminons vers une dévaluation conséquente de notre Gourde qui dégringole de jour en jour à chaque nouvelle transaction et dans les super marchés, l’ajustement des prix est déjà effectif. On paie déjà de 10 à 26% plus cher pour certains produits, comparée à la mi-juillet 2016.

La zone métropolitaine de la capitale augmente en laideur tous les jours et l’hygiène publique est devenue un véritable défi. Il faut peut-être revenir à 1989 où nous avions un sérieux déficit dans le ramassage des ordures pour trouver une situation d’insalubrité aussi préoccupante. L’État est dépourvu de moyens, l’économie est exsangue, les difficultés des uns et des autres pour faire face aux obligations renvoient à une situation de pré-faillite. L’économie est en mode décroissant, les prévisions de croissance sont revues à la baisse suivant les données des autorités monétaires, le défaut d’investissements, l’arrêt des chantiers publics, l’assèchement des fonds du Petro Caribe, le désengagement du financement international, le gel de la coopération bilatérale sont autant d’aspects qui font que l’étouffement d’Haïti est garanti.

Or nous prétendons nous assumer pleinement en ignorant l’argent de l’étranger que l’on avait à tort comptabilisé dans notre Budget national, pour financer nos élections et faire comme si les choses allaient bien en affichant un train de vie insolent pendant les cinq dernières années d’un pouvoir aussi bambocheur que prédateur.

En octobre 2016 nous prévoyons d’aller aux élections pour mettre fin à la déconstruction démocratique planifiée sciemment par l’administration Martelly. Tout le monde est d’accord pour qu’Haïti relève la tête et initie le rapatriement de ses prérogatives de souveraineté en garantissant le financement du processus électoral à partir des ressources internes. Il va falloir être ingénieux pour trouver l’argent nécessaire en détournant des rubriques dans l’ancien Budget, car le Parlement insouciant que nous avons avait boudé la convocation du Président provisoire au menu duquel figurait le vote d’un Budget rectificatif. Ou il faudra aller sur le marché emprunter de l’argent dans les réserves disponibles, ou souscrire un emprunt public en utilisant les mécanismes du système.

Ce sont là autant d’hypothèques sur le prochain mandat régulier. Le Président qui sortira des prochaines élections devra avoir des reins solides, une détermination de fer et de l’imagination pour nettoyer les écuries d’Augias et mettre de l’ordre en imposant des sacrifices chez un peuple habitué certes à la souffrance, aux privations et à des conditions de vie extrêmes, mais peu enclin à se conformer à des cures amaigrissantes suivant le modèle de ce que l’on a vu à Cuba de 1959 à nos jours. Et dans notre cas, n’est-il pas difficile d’imaginer imposer plus de restrictions encore à un peuple dont les données des institutions financières indiquent que sa grande majorité survit avec moins de 2 dollars américain par jour, soit 128.80 gourdes au taux de 64.40 gourdes pour 1 dollar, le 25 juillet 2016 ?

Mais qui se soucie en Haïti des données statistiques, des chiffres indiquant toutes sortes de malaises et de déséquilibres macro-économiques ? Nos politiciens ? Nous savons tous déjà qu’Haïti est une République d’individus où les intérêts personnels des uns ne leur laissent pas le temps de se lamenter sur les difficultés du reste de la population. Si vous aviez besoin d’un exemple, tournez le regard sur le Parlement en auto-veilleuse depuis des mois et où de façon miraculeuse on a pu tenir une séance le 20 juillet dernier, le temps d’accorder décharge de leur gestion à deux Sénateurs, un Questeur et un ancien Président du Grand Corps. En d’autre temps, il faudra revenir et questionner certaines pratiques qui se donnent libre cours au Parlement en matière de reddition de comptes... Ici, on n’est dans un monde non-orthodoxe... Les normes qui s’appliquent ailleurs en matière de contrôle des actes et de la gestion des deniers publics se règlent de manière débonnaire, à la bonne franquette. Le temps de dire pour assis contre debout comme cela se faisait à la Chambre unique des Duvalier, le rapport de gestion des comptables des Chambres législatives est libéré, et le parlementaire en question a les coudées franches pour se porter candidat et revenir à la charge, avec la plus grande complicité de ses pairs... Pauvre peuple, cadet des soucis de ses mandataires !...

DE LA CLASSE POLITIQUE HAÏTIENNE...

Bizarroïde serait le mot qui conviendrait pour qualifier nos femmes et nos hommes politiques. Elles et ils agissent à l’opposé de ce qu’elles ou ils disent. Ils combattent les élections, mais ils se portent candidats aux mêmes élections. Le premier qui dénonce la convocation par le Président provisoire du peuple dans ses comices est celui-là même qui, à l’encontre de ses convictions et positions tapageuses dans les médias quant à la réalité au Grand Corps, se compromet en faisant toutes les contorsions pour que séance se tienne afin d’obtenir décharge de sa gestion et s’inscrire en bonne et due forme pour participer aux élections dont il vient juste de condamner la convocation par le chef de l’État ! Hypocrisie !

Et par rapport aux autres qui condamnent le fait que Jocelerme Privert convoque le peuple pour aller voter aux élections en invoquant par ailleurs son défaut de qualité pour le faire, que comprendre de cette attitude ?

Depuis le 14 février 2016, nous sommes dans une situation de fait. Nous avons un Président hors-norme sorti des artifices de l’interprétation de l’article 149 de la Constitution amendée. Or nous savons tous que si ce n’est simplement l’esprit dudit article, il n’y a rien dans sa lettre qui correspondait à la réalité politique d’Haïti au 7 février 2016. Nous soumettons à votre attention, pour rappel, les prescrits de l’article 149 de la Constitution de 1987 amendée.
"En cas de vacance de la Présidence de la République soit par démission, destitution, décès ou en cas d’incapacité physique ou mentale permanente dûment constatée, le Conseil des Ministres, sous la présidence du Premier Ministre, exerce le Pouvoir Exécutif jusqu’à l’élection d’un autre Président.
Dans ce cas, le scrutin pour l’élection du nouveau Président de la République pour le temps qui reste à courir a lieu soixante (60) jours au moins et cent vingt (120) jours au plus après l’ouverture de la vacance, conformément à la Constitution et à la loi électorale.
Dans le cas où la vacance se produit à partir de la quatrième année du mandat présidentiel, l’Assemblée Nationale se réunit d’office dans les soixante (60) jours qui suivent la vacance pour élire un nouveau Président Provisoire de la République pour le temps qui reste à courir."

Vous êtes d’accord que rien de ce qui précède ne correspondait à la situation de Michel Martelly qui a épuisé les dernières secondes de son mandat de cinq ans dont il a JOUI pleinement... Dans ce cas, l’élection de Jocelerme Privert au second degré est plus le résultat de l’acceptation d’un fait accompli, à la lumière de l’esprit de l’article 149 de la Constitution. L’épuisement des 120 jours alloués sans que les tâches à accomplir l’aient été effectivement, fait-il de Privert un Président avec moins de légitimité qu’avant ? Nous ne le pensons pas. Et si nous étions dans une situation où la classe politique se souciait uniquement du bien de la nation, sans à priori idéologique basé sur des objectifs peu nobles comme prendre le contrôle du pays par l’intermédiaire d’un nouveau Président "pope twal", depuis le 14 juin dernier, l’Assemblée Nationale se serait réunie sans idée préconçue pour constater les faits et convenir de la poursuite de l’expérience, sans interruption, jusqu’à la passation de pouvoir, le 7 février 2017.

Mais il y a ceux qui ont d’autres agendas, ceux qui rêvent d’une transition sans fin conformément à leurs plans et projets qui ne sont pas toujours avouables... Les adversaires de Jocelerme Privert semblent avoir perdu la raison à un point tel qu’ils sont tout à fait déconnectés d’avec la réalité. Nous avons un train électoral en marche, jusqu’à présent, le processus est à jour et à l’heure ; nos donneurs de leçons de la communauté internationale semblent vouloir réajuster leur attitude ; le gouvernement gère tant bien que mal les affaires courantes ; le pays est dans un statu quo déprimant mais fonctionnel. Qui, dans le pays, est gêné par la présence de Jocelerme Privert ? Qui a véritablement aujourd’hui, comme priorité, un changement de Président provisoire ? Qui est incapable de comprendre que tout coup de frein à la marche actuelle des choses sera fatal pour le calendrier électoral tel que déployé ?

Les artisans de l’ombre et les forces des ténèbres guidant la main de l’insécurité qui frappe avec la dernière méchanceté n’ont pas encore réussi à retourner la vapeur en leur faveur en comptabilisant les morts issues de la violence planifiée en défaveur du pouvoir en place. Les actes spectaculaires pour créer la dynamique du chaos, on ne saurait les imputer à l’administration Privert/Jean-Charles. Au contraire, on serait plus enclin à les mettre au compte de ceux-là qui regrettent d’être partis trop tôt du pouvoir et qui rêvaient hier encore de permanence dans les meubles de l’État. Rêve contrarié par le rapport de la Commission d’Évaluation et de Vérification Électorale qui a poussé à l’annulation des présidentielles. Ceux qui ont la nostalgie du pouvoir sont en train de mal faire et de jouer mal. Ils n’ont pas les suffrages de l’opinion publique et leurs faux pas peuvent vite les mettre dans une posture de délinquants auxquels on créditera tous les forfaits récents. Les enquêtes du FBI sur les tirs sur les façades d’édifices appartenant au capital étranger ; les investigations en cours au niveau des institutions locales sur les mêmes agressions n’emprunteront-elles pas les mêmes canaux pour couler vers la même embouchure ? La faiblesse du pouvoir, son incapacité à traîner devant la justice des citoyens jusque-là intouchables, son laxisme qui a permis à des forces occultes d’agir en toute impunité en semant le deuil ici et là, ne sont-ce pas là un ensemble de reflets rejaillissant sur une certaine opposition et sur sa capacité à créer des situations dont elle pense pouvoir en être en même temps l’auteure et la dénonciatrice ?

Coup double, jeu malin, mais jeu dangereux. Parce que si l’on attaque ça-et-là, l’on tire sur des édifices, l’on active la main de l’insécurité qui frappe de manière aveugle et qu’en face le pouvoir est comme tétanisé et incapable de réagir, faut-il bien que quelque part, quelqu’un, un groupe ou une association de personnes soit derrière tout cela ? Alors, les observateurs tout comme l’opinion publique doivent se tarauder les méninges pour identifier les agresseurs. L’opposition frontale à Jocelerme Privert ne saurait sortir vierge de l’esprit ou de la perception de chacun quant à l’actuelle réalité taillée sur mesure pour les besoins d’une cause pour le moins perdue, nous semble-t-il...




Port-au-Prince, 11 juillet 2016

Après quelques hésitations, nous avons choisi de reprendre ces articles parus très récemment dans Le National parce qu’ils traitent de sujets, le système éducatif et la langue française, d’un intérêt supérieur pour le pays, à divers titres.

Le National, lundi 11 juillet 2016, n°280

TRIBUNE

Deux mots sur le système éducatif haïtien

Ceteris paribus, l’histoire du système éducatif haïtien peut se caractériser par deux points fondamentaux : 1- Le refus des élites haïtiennes de construire un système éducatif dynamique et performant en faveur du peuple ; 2- Le non-accès généralisé du peuple haïtien à une éducation de base. C’est à travers ce carrefour perplexe que les demandes scolaires se prononçaient et allaient être un instigateur principal dans la constitution du système éducatif haïtien au lendemain de la révolution de 1843.

L’éducation scolaire dans notre article prend le sens de socialisation – en termes de valeurs véhiculées dans le système scolaire de manière euphémique – elle s’apparente aussi à l’instruction scolaire dans le contexte de l’enseignement — apprentissage que celle-ci a pour première mission. Ainsi, le concept d’éducation scolaire recouvre ces deux versants.

L’entrée à l’école en Haïti se vit comme un « choc culturel » par le jeune écolier : de prime abord, causé par la langue française, c’est le premier contact direct de l’élève avec celle-ci. La langue française est le langage d’une minorité d’individus dans la société haïtienne et elle est généralement l’apanage des classes bourgeoises et moyennes. Les codes sociolinguistiques révèlent l’inégale distribution du pouvoir sur le marché des échanges linguistiques : le code élaboré, formel et universaliste est la langue française adoptée à l’école. Par conséquent, les élèves des milieux sociaux défavorisés doivent « changer de code », comme on dit souvent, ils doivent « s’exprimer ».

Par ailleurs, les bagages axiologiques qui structurent le milieu scolaire haïtien sont généralement contradictoires – par rapport à celles qui sont véhiculées dans les familles haïtiennes, notamment paysannes, les valeurs communautaires [Gemeinschaft] de type volonté organique se trouvaient confrontées à des valeurs sociétales [Gesellschaft] à volonté réfléchie. L’éthos des classes dominantes, basé sur la distinction, le dégoût des goûts des classes populaires, sont les principales orientations véhiculées à l’école.

Les écarts socioculturels entre l’écolier et son milieu socioenvironnemental croissent à mesure que le jeune Haïtien atteint un niveau graduel dans les cycles scolaires du système éducatif : l’école, qui devrait être un moyen méthodique et interactif de la jeune génération avec la société, produit des Haïtiens dotés d’un habitus bourgeois qui les conduit le plus souvent à une dissonance culturelle, frisant dans la pratique une dyssocialisation, en l’occurrence l’étudiant prince auto-dominé selon les analyses du professeur Anil Louis-Juste est un idéal type. La culture scolaire est un enjeu social – arbitraire culturel –, elle renforce les inégalités sociales et scolaires dans la société haïtienne comme l’a si bien analysé Louis Auguste Joint dans son livre Système éducatif et inégalités sociales en Haïti (2006).

Le système éducatif haïtien tend à reproduire les antagonismes bi-catégoriaux classiques entre les créoles et les bossales dans la société haïtienne : les pratiques éducatives et les formes scolaires qui s’y développent révèlent, entre autres, la relation que ces dernières entretiennent avec les structures politiques et sociales. Le système scolaire haïtien forme des désubstantialisés, des homo-sapientissistes ; à cet effet, Bird M.B. avance ceci : « L’éducation reçue par le petit nombre en Haïti et ailleurs n’a pas été de nature à inspirer chez ces personnes de la sympathie pour les masses ignorantes (…), l’éducation du petit nombre en Haïti a produit le sentiment d’une certaine supériorité qui, à son tour, a engendré un grand orgueil. » Le non-accès généralisé à l’éducation scolaire des enfants en âge de scolarisation, les problèmes de l’alphabétisation des masses paysannes et urbaines, l’école à deux vitesses avec des effets socio-éducatifs non moins importants comme l’effet établissement, l’effet maître, l’effet classe, restent des défis importants à relever en dépit de quelques efforts réalisés ces dernières années.

Une autre problématique essentielle et légitime à poser si on veut comprendre le système éducatif haïtien relativement à ses fins est la suivante : le système éducatif haïtien a-t-il comme finalité de produire des êtres dotés d’une conscience critique ? Est-il porteur d’une civilisation adaptée aux contextes nationaux et internationaux ? Est-ce une éducation pour le développement durable ? Une telle éducation est-elle apte à émanciper l’Homo haitianus ? D’aucuns soutiennent que ce système éducatif s’avérerait inadapté aux contextes local et global – en dehors des problèmes administratifs et organisationnels auxquels il fait face – ce qui nous intéresse ici, c’est le projet d’homme qu’il forme, cristallisé dans le cursus pédagogique du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). À priori, la structure d’un programme académique est montée selon une philosophie de l’homme et de la société, elle découle d’une certaine chronosophie futurocentrique, c’est-à-dire d’une vision globale de l’homme qui tient compte de son passé afin de viser un avenir investi d’un contenu rêvé, attendu ou souhaité, donc d’une idéologie. Elle tient compte des défis socio-économiques nationaux et de la mondialisation : in fine, comme le dit Gérard Boutin (2004), ce sont les postures philosophiques, psychologiques et politiques qui infléchissent les actions éducatives. Mutatis mutandis, des pays comme la France, les États-Unis, le Canada et la Chine incorporent des filières technologiques et professionnelles dans leurs cursus scolaires. Ainsi, les écoles secondaires en Chine comprennent des sections d’études agricoles et professionnelles ; celles du Québec incluent une formation professionnelle axée sur l’emploi dans leurs filières à partir de la classe de cinquième de l’enseignement secondaire, de même en France après le Diplôme national du Brevet (DNB), la classe de seconde s’ouvre sur trois orientations : professionnelle, technique et générale. Grosso modo, la structuration des cycles du système scolaire haïtien en vigueur révèle une inadéquation avec les grands enjeux de développement économique, social, politique, culturel auxquels fait face la société dans son ensemble. Les secteurs professionnel et technologique ne sont pas pris en considération – sur le plan pratique – dans le système éducatif haïtien : celui-ci forme majoritairement des élèves à orientation générale, ce qui cause en partie l’échec scolaire.

Le curriculum formel du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle est inadapté, les matières et les contenus ne sont pas contextualités : en l’occurrence, l’enseignement-apprentissage des sciences sociales et de la littérature se confinent à la moitié du XXe siècle. Le curriculum formel n’est pas mis en œuvre (tel que prévu par le MENFP) par les enseignants – catégories sociales qui sont en général peu qualifiées et sous-payées. Aucune matière ne traite des rapports haïtiano-dominicains ; l’éducation civique, politique et environnementale est pratiquement absente ; les NTICs ne sont pas intégrées de manière effective dans les salles de classe ; le problème pédagogique de l’enseignement des langues étrangères : l’anglais et l’espagnol sont à repenser. Quant aux sciences dures : la biologie, la chimie et les mathématiques, elles restent purement confinées à un stade intellectuel. Les pratiques scolaires sont inadaptées : le système éducatif haïtien est basé sur une approche comportementaliste de l’enseignement-apprentissage selon lequel l’élève est un sujet réceptif. En conséquence, l’élève haïtien est récalcitrant au travail de groupe et il devient totalement dépendant du professeur. Les fautes ne sont pas tolérées et sont ridiculisées dans les salles de classe ; l’élève est peu développé intellectuellement et son sens critique est rachitique : le produit de ce modèle est « l’élève-perroquet » avec une tête bien pleine plutôt que bien faite.

Les postures idéologiques et les représentations sociales transmises à travers l’organisation scolaire et au cours des interactions pédagogiques entre élèves ∕ professeurs ∕ administrateurs scolaires sont discriminatoires, ségrégationnistes et foncièrement individualistes : les rapports sociaux sont reproduits sans aucune censure dans les milieux scolaires haïtiens : la violence, l’asymétrie des sexes, les clivages de couleur, de région, de religion, de résidence. En fait, c’est une école qui ne permet pas la mixité sociale et elle s’assure "que ceux qui se ressemblent, s’assemblent". Les habitus des élèves en tant que dispositions permanentes et du fait de leur caractère de transposabilité, génèrent des pratiques similaires quand ils sont à l’université – institution qui reflète elle-même les différents problèmes sociétaux haïtiens. Ainsi, par une sélection sociale s’apparentant à un darwinisme social pour leur entrée à l’université, notamment l’Université d’État d’Haïti, certains d’entre eux incorporent le « sens pratique » des travaux universitaires jusqu’à l’obtention de leur diplôme : ce qui leur confère une certaine compétence culturelle ?

Feland Jean felandjean@yahoo.fr

— Fanon, Frantz, (1995). Peau noire, masques blancs, Paris, éd. du Seuil.
— Bird, M.B., cité par Toussaint, Hérold, (2004). Communication et État de droit selon Jürgen Habermas, patriotisme constitutionnel et reconnaissance de l’autre en Haïti, Port-au-Prince, éd. Deschamps,



A propos de la francophonie. Pour l’engagement citoyen des jeunes

Le dimanche 10 juillet a pris fin à l’Université de Montréal, dans la ville éponyme, le forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, qui a débuté le 3 Juillet dernier. À ce forum, prennent part de nombreuses personnalités distinguées de l’univers francophone, dont Christiane Taubira, l’ancienne garde des sceaux de la République française.

Cette année, 55 futurs jeunes ambassadeurs de 20 pays différents des Amériques, dont Haïti, prennent part à la 5e édition de l’événement. Ces ambassadeurs, âgés de 18 à 35 ans, suivront une formation à la fois théorique et pratique qui a pour objectif de les outiller pour devenir des citoyens engagés dans leur milieu. L’édition de cette année a aussi vu le lancement du livre Le seul passager noir du Titanic de Serge Bilé. Le livre traite de la présence de Joseph Philippe Lemercier Laroche, citoyen Haïtien et seul passager noir à avoir été à bord du célèbre paquebot.

Le bureau Montréal du Journal, dont la directrice, Sandrellie Séraphin, figure parmi les jeunes ambassadeurs du forum, a conçu ce supplément pour permettre aux lecteurs de saisir la portée de cet événement majeur, à travers les témoignages de certains participants.



Claire Falonne Barbara Francoeur, secrétaire au conseil d’administration de la Jeune chambre de commerce haïtienne (JCCH)

Le National : qu’est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Claire Falonne Barbara Francoeur : Les langues sont une façon de voir le monde, de nommer les choses et les langues sont fécondes. (Christiane Taubira) Partageant cette même vision que madame Taubira, participer à la 5e édition du Forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie est une occasion pour moi de m’ouvrir au monde, de pouvoir nommer les choses telles qu’elles sont, d’aller à la rencontre de tous ceux qui partagent les mêmes valeurs que moi, d’aller vers ceux qui sont aux prises à cette crise identitaire, de partager nos expériences, proposer dans cette optique surtout de créer, d’innover et de reproduire.

C’est une occasion unique de me joindre à cette lutte de protection de la langue française, symbole de notre façon d’être, de penser, d’agir, de percevoir, et ce, tant dans nos relations avec les autres qu’avec l’environnement dans lequel nous, les francophiles, évoluons.

LN : quel est votre regard sur le fait français en Haïti ?

CFBF : En Haïti, la langue française a toujours été et est encore une question qui divise. Souvent considérée comme la langue de l’élite intellectuelle et économique, elle est minoritairement parlée par le peuple qui est majoritairement analphabète. Étant la langue d’enseignement, elle est vue comme le vecteur de préjugés des personnes pleinement accomplies. Or en Haïti, la chance n’est pas donnée à tous d’aboutir à cet accomplissement. Donc, chez nous, la langue n’est pas juste un moyen de communication, de penser et d’agir, mais c’est aussi un outil de classement social au détriment du créole qui est la langue maternelle parlée par la classe défavorisée. Dans cette quête de protection, de sauvegarde et de cohabitation de la langue française au côté du créole, langue maternelle, il s’avère judicieux, en Haïti, de se pencher sur l’enseignement des deux langues dès la maternelle. Dans cette optique, la Francophonie pourrait jouer un rôle clef dans ce renouement de la situation, ci-haut décrite comme le « fait français », en prônant les valeurs de solidarité et de justice sociale, de partage et du vivre ensemble. Surtout qu’Haïti n’est pas seul dans cette lutte où deux langues se confrontent incessamment au profit d’une classe élitiste.

LN : quels bénéfices vous pensez tirer de ce FJAF2016 ?

CFBF : D’éveiller cette conscience de l’urgence, de pouvoir discuter sur les grands enjeux sociaux, économiques et culturels similaires à une multitude de pays qui ont en commun un point vital : le FRANÇAIS, effigie de leur histoire coloniale, c’est pour moi plus qu’une opportunité, mais un engagement vers cette réconciliation pour l’avenir d’un monde juste et équitable. En tant qu’ambassadrice, je fais don de moi pour ainsi peu, à mon tour, changer ce monde tant rêvé. Je ne puis le décrire comme étant des bénéfices, mais bien le moment tant désiré pour passer à l’action.


Marc-Edwens Thélusma, originaire de Ouanaminthe, enseignant

Le National : qu’ est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Marc-Edwens Thélusma : Depuis sa création en 2008, le centre de la Francophonie des Amériques a mis sur pied divers programmes qui reflètent sa mission. Ainsi, presque tous les deux ans le centre organise le forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques dans le souci de permettre aux jeunes du continent américain de se rassembler, rencontrer des acteurs engagés en vue de la promotion d’une francophonie plus enrichissante. Autrement dit, l’objectif central du forum des Jeunes Ambassadeurs est d’offrir aux jeunes une formation de haut niveau axée sur le leadership et l’identité culturelle.

En effet, participer à cette 5e édition du forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques représente pour nous une opportunité importante. Tout d’abord, ce sera pour nous l’occasion d’approfondir nos connaissances sur la Francophonie en tissant des liens durables avec d’autres jeunes leaders francophones de la région des Amériques dans le partage et le respect de la diversité culturelle.

Ensuite, la Francophonie dans les Amériques, c’est plus de 33 millions de francophones avec près de neuf millions pour Haïti, soit à peu près le tiers du nombre total de francophones dans la région. Donc, conscient de cette force que peut représenter Haïti dans le monde francophone ; des multiples enjeux de la Francophonie pour Haïti, ce sera également pour nous l’occasion ultime de faire un plaidoyer pour qu’Haïti puisse occuper valablement sa place, jouer son rôle de manière efficace au sein de la communauté francophone et, par conséquent, tirer des bénéfices des différents atouts de la francophonie, car selon notre vision, la francophonie c’est s’engager dans la construction d’un monde plus juste et plus égalitaire. La Francophonie est un atout pour Haïti. Quand nous parlons d’atouts, nous n’évoquons pas uniquement une Francophonie sur le plan linguistique, c’est-à-dire une francophonie promotrice uniquement de la langue française, mais nous voulons parler d’une Francophonie inclusive, mais pas dominatrice, une Francophonie qui valorisera aussi bien le français que le créole en Haïti.

Nous voulons parler également d’une Francophonie qui est facteur de développement économique pour Haïti, une francophonie qui permettra la valorisation et la promotion de la culture haïtienne, du tourisme haïtien, du savoir-faire et du savoir-être haïtiens. Cette Francophonie économique à laquelle nous faisons allusion trouvera sa matérialisation par la réalisation en Haïti de grands événements francophones comme une édition du forum des Jeunes Ambassadeurs, un festival de musique francophone et créolophone, les jeux de la francophonie, etc., ce qui constituera une rentrée économique pour Haïti.

En fin de compte, promouvoir la culture haïtienne, faire le plaidoyer pour un leadership haïtien au niveau de la francophonie dans la région des Amériques, c’est ce qui explique notre présence et notre mission dans le cadre de cette 5e édition du forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques.

LN : quel est votre regard sur le français en Haïti ?

MET : Depuis la signature du concordat en 1860, les politiques publiques haïtiennes ont institué le français comme langue officielle. Ceci dit, il est non seulement la langue de scolarisation, mais également la langue utilisée au niveau de l’administration publique. D’un point de vue anthropologique, au regard du soi-disant bilinguisme haïtien, parler français est vu comme un signe de distinction sociale, un moyen d’affirmer son appartenance à une élite économique ou intellectuelle. C’est une stratégie politique de l’État de toujours maintenir la masse à l’écart de la sphère politique.

Cependant, tenant compte des réalités actuelles, de la proximité historique d’Haïti avec la France et avec pas mal de pays, de la réalité sociétale avec le français comme langue de scolarisation, de mon point de vue, le français peut constituer pour Haïti un vecteur d’ouverture sur le monde.

Alors, cette proximité du français avec le créole devrait contribuer à plus forte raison à la vitalité et à la promotion du créole en Haïti pour un bilinguisme efficace et efficient. Ce bilinguisme au niveau de la scolarisation facilitera non seulement « intégration effective des couches les plus défavorisées, mais également le rehaussement de l’éducation et de la culture haïtiennes.

LN : quels bénéfices pensez-vous tirer de ce FJAF2016 ?

MET : Comme nous l’avons si bien dit, cette 5e édition du forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, comme jeunes leaders du continent, nous permettra de nous rencontrer, d’échanger sur nos expériences et tisser des liens durables, d’être sensibilisés aux enjeux de la francophonie, mais surtout de nous outiller pour devenir citoyens engagés au sein de notre communauté.

Autrement dit, à la fin de ce forum nous aurons le titre de jeunes ambassadeurs de la Francophonie. Lequel titre nous permettra de contribuer à la vitalité de la francophonie au sein de la société haïtienne, de développer et consolider des liens durables avec d’autres partenaires de la francophonie des Amériques, ce qui peut constituer un atout pour Haïti. De surcroît, à la fin de ce forum, nous serons en mesure de contribuer à la création d’un sentiment d’appartenance d’Haïti à la francophonie. Également, nous contribuerons à donner accès à la francophonie en Haïti en mettant en valeur des personnalités, des artistes et spectacles francophones et créolophones. Déjà fort de cette belle expérience de leadership, de promotion de la diversité culturelle, de l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations francophones des Amériques, ainsi, à la fin de ce forum, comme, jeunes ambassadeurs, Haïti peut compter sur nous, sur notre engagement citoyen, en ce sens que nous serons en mesure de contribuer efficacement à la promotion et à l’épanouissement de la francophonie en Haïti. En somme, nous nous engageons à servir la patrie, car nous croyons en une Haïti meilleure, nous croyons en une autre société plus égalitaire. Alors, nous engager dans la promotion de la francophonie et de la créolophonie, c’est nous engager dans la construction d’une Haïti plus juste et plus prospère, c’est nous engager dans l’épanouissement de la culture haïtienne, c’est nous engager dans la promotion d’une Haïti où la jeunesse aura vraiment sa place.


Le National : Qu’est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Widlyn Dornevil : Les individus à travers le monde sont devenus humainement plus loin les uns des autres. Ce repli sur soi ne facilite pas le vivre ensemble capable d’apporter des solutions plus efficaces aux grands enjeux actuels du monde. Les forums internationaux comme celui-ci, offre un cadre idéal pour que les jeunes de plus de 20 pays de l’espace francophone de pouvoir se rencontrer, partager les expériences. Ce forum est pour moi l’occasion de faire partie de ce grand réseau pour aborder les problématiques communes de l’espace francophone notamment la valorisation de la diversité culturelle, la promotion de la paix et la solidarité entre les peuples.

LN : quel est votre regard sur le français en Haïti ?

WD : Le français en Haïti est institutionnalisé d’une façon à créer de l’exclusion sociale dans un pays encore déchiré par des clivages et de l’injustice sociale. Il est une nécessité de travailler à favoriser un climat de cohabitation entre les deux langues. La langue en tant qu’outil d’expression de la réalité peut aussi servir d’outil pour changer la réalité. Une cohabitation des deux peut faciliter l’inclusion sociale en Haïti. Le fait français fait partie de la mémoire collective haïtienne autant que le créole, donc il est du devoir de chaque haïtien et particulièrement de ceux qui maîtrisent le français de contribuer à ce que le français soit approprié par tous les Haïtiens et ne soit pas utilisé comme une langue d’élite. Démocratisons le français (le rendre accessible à tout le monde) et valorisons le créole : deux éléments majeurs de notre identité et mémoire collectives

LN : quels bénéfices pensez- vous tirer de ce FJAF2016 ?

WD : Ce forum peut m’apporter des outils nécessaires pour continuer mon engagement citoyen en faveur d’une Haïti meilleure. Les expériences de chacun des 50 délégués des 20 autres pays devront renforcer mes forces et mes capacités à apporter le changement. L’espace francophone est également un espace diversifie. Les pays francophones parlent tous différentes langues en plus du français et ont tous une culture identitaire différente, ce forum devra permettre de découvrir cette diversité et participer à la promotion d’un espace francophone plus diversifié où chaque culture incluant la langue peut être valorisée. Donc, c’est aussi un espace de valorisation de la langue et de la culture haïtienne donc du créole.

Question facultative : le débat français et créole, français ou créole comme langue en Haïti renvoie à un butin de guerre, quelle est l’importance du français en Haïti d’après vous ?





Port-au-Prince, 28 juin 216

Le National du 28 juin 2016 a livré un certain nombre d’articles que nous nous faisons un devoir de reprendre dans le cadre de cette page, car ils illustrent parfaitement les sentiments que nous partageons depuis Haïti et de ce côté de l’Atlantique. L’impressionnant édito du grand écrivain Gary Victor représente une manière particulièrement subtile de gloser sur la violence qui tend à s’installer sur le pays. Des articles évoquent déjà ce que l’après 28 juin faisait craindre, c’est-à-dire le refus du Parlement (et bien sûr de plusieurs de ses membres mal élus) de répondre sur l’avenir de Jocelerme Privert, et l’incertitude entretenue sur la manière d’assurer un processus électoral serein alors que les Usa viennent d’informer de leur décision de suspendre leur aide sur ce point. Enfin, le point de vue exprimé ici sur l’inconséquence de l’État à propos de la politique linguistique ne peut que retenir notre attention.

L’insoutenable légèreté de la folie

Elle court les rues. Elle peut exploser au petit matin comme ce vendredi où des individus qu’on dit non identifiés ont ouvert le feu sur des immeubles de grandes compagnies fonctionnant dans l’aire métropolitaine.

Elle s’installe dans les rues avec agressivité même à chaque période électorale comme si elle voulait rappeler à l’ensemble des citoyens que le jeu se joue entre des initiés qui défendent des intérêts que la nation doit ignorer.

Elle s’attelle à terroriser les esprits pour qu’ils puissent soit rester éloignés des lieux de décision, soit être dans l’impossibilité de distinguer le réel du mirage, le vrai du faux.

Elle ne se préoccupe pas de cette réalité qui est celle de ce chômage aigu qui frappe une grande partie de notre population, du spectre de la famine qui erre déjà dans les rues de la cité. Au moment où la priorité devrait être d’accorder la priorité aux investissements afin de créer des emplois, la folie frappe au cœur même de notre souffrance, au cœur même de notre désespoir. Comme le citoyen Jean Éric Fouché l’a si bien souligné dans son texte : Nos Java des cavernes, dans la rubrique Tribune, il y a quelque chose qui pue dans cette folie. C’est une « java ». Même l’homme des cavernes était à la recherche du feu pour se réchauffer, du feu pour voir dans les ténèbres, du feu pour s’éloigner de l’animalité. Cette folie quelque part fait honte même à l’homme des cavernes.

Ce qui s’est passé cette fin de semaine devrait alerter tout ce qui reste de sain dans notre société. Nous savions déjà que, pour beaucoup de nos compatriotes, les intérêts particuliers passent avant l’intérêt de la nation. Maintenant cela menace d’aller plus loin. Certains sont décidés à saborder la nation, à l’assassiner économiquement, à faire exploser le chômage et la famine, bref à propulser ce pays aux heures les plus sombres de l’aventure somalienne.

Nous ne pouvons pas l’accepter. Nous ne devons pas l’accepter. Aucun secteur ne doit nous faire sombrer dans la violence, dans l’anarchie, dans l’ignorance, dans la préhistoire de l’humanité au nom d’une espèce d’ayant droit sur le pouvoir politique, un pouvoir politique réduit au comportement de ces bandes de hors-la-loi qui rançonnaient les villes du Far West et que les westerns spaghettis ont à la fois immortalisés pour notre information et surtout ridiculisés.

Plein de politiques sur la scène encore aujourd’hui refusent de mesurer leur action à l’aune du délabrement d’une société dont tous les paramètres sont au rouge. Ils ont certes souvent voyagé à l’étranger, mais nous préférons dire qu’ils ont erré en aveugle, incapables qu’ils ont été même de manifester la moindre honte face à l’état de leur patrie, une honte qui aurait pu être salvatrice. Bien au contraire. Ils adoptent la posture de ces fascistes des ténèbres pour qui l’arrêt de l’histoire, l’immobilisme dans la crasse et l’ignorance seraient du nationalisme. L’heure est certainement grave. Au lieu de la prise de conscience, on veut nous proposer l’affrontement. Au lieu de revenir à l’intelligence, on veut nous proposer la sottise armée, intolérante et meurtrière. Citoyens de l’intérieur et de la diaspora, l’instant approche où nous allons devoir faire ce choix que nous avons constamment différé en croyant constamment pouvoir tirer nos marrons du feu de cette solide tradition antinationale.

Le choix entre le suicide de notre pays et la modernité démocratique.

Gary Victor

La Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme exhorte les parlementaires à adopter une solution viable

Selon l’avis de la CIDH, il y a une absence du pouvoir exécutif en Haïti depuis le 14 juin dernier, date de la fin du mandat du président provisoire, Jocelerme Privert. Ce vide institutionnel, d’après l’institution en question, représente une menace pour l’état de droit en Haïti dont le niveau a plutôt tendance à baisser jour après jour.

Face à cette situation d’instabilité, la commission exhorte les parlementaires haïtiens à trouver une solution viable lors de l’Assemblée nationale afin d’assurer l’équilibre des pouvoirs, le respect des principes de l’État de droit et la continuité démocratique en Haïti. Car, indique l’institution internationale, le vide qui apparaît dans l’exercice du pouvoir exécutif et l’absence actuelle d’un gouvernement démocratiquement élu vont à l’encontre de la charte démocratique américaine.

La CIDH a donc renvoyé la balle dans le camp des parlementaires qui, le mardi 28 juin, doivent se réunir en assemblée pour statuer sur le cas du chef de l’État. Une Assemblée nationale, on se le rappelle, qui devait se tenir le jour même de la fin du mandat du président provisoire et qui a été avortée à deux reprises, pour des raisons d’infirmation de quorum par certains parlementaires et d’insécurité suite aux menaces des manifestants lors de la manifestation du 21 juin dernier.

À titre de rappel, la CIDH a fait remarquer que les peuples des Amériques ont un droit à la démocratie et leur gouvernement une obligation de la promouvoir et de la défendre. Très préoccupée par le triomphe de l’État de droit, cette structure de l’Organisation des États américains (OEA) a déclaré que le véritable exercice de la démocratie représentative n’est autre que la base de l’État de droit et des régimes constitutionnels des États membres de l’Organisation des États américains (OEA).

Ce n’est pas une première, cette institution qui signale que l’absence de continuité institutionnelle ne peut que compromettre la jouissance des droits des citoyens en Haïti, a souvent l’habitude d’exprimer sa préoccupation sur les conjonctures difficiles que traverse le pays, comme c’était le cas en 2015 lors de la décision prise par la cour constitutionnelle dominicaine contre les ressortissants haïtiens notamment.

À rappeler que la CIDH est un organe de l’OEA qui travaille de manière indépendante sur le continent américain. Selon la charte de l’OEA, sa mission principale est de promouvoir aux respects des droits humains dans l’Amérique. Celle-ci agit également comme organe consultatif auprès de l’OEA en la matière. L’organisation est composée de sept membres nommés à titre personnel, sans le sentiment de représentation des pays de résidence ou d’origine.

Evens Régis

Des organisations demandent l’épuration de la liste des candidats

Il s’agit d’organisations de défense de droits de l’homme qui furent impliquées dans l’observation électorale lors du fiasco des 9 août et 25 octobre 2015 : la SOFA, le CNO, le CONHANE, la JILAP, le CARDH, la POHDH et le RNDDH.

Ces organisations de défense des droits humains, dans une lettre ouverte au CEP, croient qu’il est nécessaire de savoir si les vingt-sept (27) candidats qui ont confirmé leur présence à la présidentielle prévue pour le 9 octobre 2016, sont aptes à se porter candidats. Aussi ont-elles énuméré des critères pour que ces personnalités demeurent dans la course au Palais national.

Parmi lesquels, les signataires de cette lettre citent : « le candidat à la présidence doit être une personnalité respectueuse des lois et des principes, et placée au-dessus de tout soupçon ».

Ces conditions d’acceptabilité d’une candidature ne seraient pas négociables pour ces militants qui soutiennent que c’est sur la base de ces critères que « les électeurs auront à voter pour celui qui sera investi du pouvoir de décider du sort du pays pour les cinq (5) années à venir. » Une démarche qui vient faire obstacle à la velléité de certains politiques de briguer la présidence, également qui vient mettre de l’huile sur le feu, alors que le climat est déjà très tendu avec le bras de fer ininterrompu entre parlement et Exécutif pour le contrôle de la transition.

Si le CEP s’investit dans l’épuration de la liste des candidats, ces organismes de défense de droits humains pensent qu’il apportera une aide importante à la population haïtienne pour qu’elle fasse un choix judicieux. Dans cette optique, les défenseurs de droits humains appellent à l’application de l’article 128 du Décret électoral de 2015, au moment d’analyser les dossiers, une manière de vérifier si la remise ou non des rapports narratif et financier relatifs à la subvention électorale qui a été attribuée lors des joutes de 2015, aux partis et regroupements de partis politiques, a été faite.

Les partis disposaient, en effet, d’après cet article du décret, d’un délai de « Trente (30) jours après la publication des résultats officiels… pour faire parvenir au Conseil Électoral Provisoire (CEP) et au ministère de l’Économie et des Finances (MEF), le bilan financier détaillé, signé d’un comptable agréé, accompagné des pièces justificatives des dépenses se rapportant à ladite subvention dans le cadre des joutes électorales. Ces organismes de défense des droits humains ont également souligné dans cette correspondance au CEP que certains candidats avaient fraudé et usé de la violence pour accéder au parlement. L’élection desquels avait été remise en question par le rapport de la Commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale.

Conséquemment, ils font remarquer que ces cas conformément au décret électoral, en son article 239 alinéa 1, doivent être remis en question et soumis à une autre analyse du BCEN afin que toute la lumière soit faite. « La chose souverainement jugée », conclut-il, ne peut être utilisée en tant que bouclier pour faire obstacle à la manifestation de la vérité.

Lionel Édouard

Le refoulement des langues officielles d’Haïti dans une grande conférence caribéenne

La 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe (Caribbean Studies Association) a eu lieu du 6 au 11 juin 2016 à Port-au-Prince. Elle a rassemblé au fil de 300 thématiques des universitaires « de haut calibre [venus] discuter (…) des questions relatives aux mouvements globaux caribéens, peuples, idées, culture, arts et développement durable » (Le Nouvelliste, 9 juin 2016).

Plusieurs observateurs, étonnés sinon dubitatifs, ont noté que cette conférence – à laquelle ont participé trop peu d’universitaires haïtiens travaillant en Haïti -, a donné lieu à un curieux concert d’instruments à vent au motif qu’Haïti, drapée dans sa glorieuse histoire et forgeron d’un improbable « exceptionnalisme » culturel, aurait de singulières lumières à apporter à l’ensemble de la Caraïbe au parvis convulsif du 21e siècle… Ainsi, pour Carole Boyce Davies, présidente de la Caribbean Studies Association, « nous considérons le travail universitaire et intellectuel haïtien comme la clé pour comprendre la Caraïbe tout entière, la diaspora africaine, les Amériques et le reste du monde » (Le Nouvelliste, 8 juin 2016).

Pourtant la configuration positive et constructive de la rencontre avait dès le départ été mise en perspective par Carole Boyce Davies : « Cette conférence jettera les bases d’une rencontre transdisciplinaire et translinguistique qui renforcera l’intégration intellectuelle des différentes zones linguistiques et spatiales des Caraïbes » (Le National, 2 juin 2016).

Tous ceux qui s’intéressent à la fameuse « question linguistique » en Haïti devraient se réjouir qu’une si importante conférence universitaire puisse vouloir contribuer à jeter « (…) les bases d’une rencontre transdisciplinaire et translinguistique » (« translinguistique », c’est moi qui souligne ce terme). Cette perspective se veut inclusive, mais « l’intégration intellectuelle des différentes zones linguistiques et spatiales des Caraïbes » implique, en amont, de la situer dans l’éclairage du « droit à la langue » pour modéliser les communications institutionnelles en Haïti et assurer l’efficience de la transmission et de la reproduction des savoirs.

La réalité des faits nous enseigne toutefois que si la 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe a été un succès « transdisciplinaire » dont on saura, si nécessaire, mesurer les retombées, elle n’a nullement été « translinguistique ». Car elle ne visait pas « l’intégration intellectuelle » des jeunes francocréolophones qui aujourd’hui effectuent des études universitaires en Haïti. Au bilan, cette grande rencontre internationale, dont la langue principale de communication était l’anglais, a laissé très peu de place aux deux langues officielles du pays comme l’a précisé la sociologue Myrlande Pierre .

Myrlande Pierre a [interpellé] l’accessibilité de la communication. Elle critique le fait que les deux langues officielles d’Haïti, le créole et le français, ont été négligées dans les diverses présentations des ateliers notamment. (…) un effort additionnel aurait dû être fait (…) pour respecter les langues officielles du pays hôte de la conférence(…). Il est donc impératif, à ses yeux, que les langues d’usage du pays soient davantage prises en compte en mettant à contribution, par exemple, tous les moyens technologiques de traduction simultanée. « Cela aurait facilité une participation plus équitable en créole et en français, car l’anglais a nettement prédominé et occupé les espaces de discussion dans le cadre de la conférence », a-t-elle déploré. » (Le Nouvelliste, 13 juin 2016)

Plusieurs enseignements peuvent être tirés des remarques pertinentes de Myrlande Pierre, sociologue, chercheuse associée au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l’Université du Québec à Montréal. En tout premier lieu, l’État haïtien, démissionnaire, n’a aucun contrôle sur l’espace des transactions linguistiques publiques au pays. Depuis la promulgation de la Constitution de 1987, il a créé une Secrétairerie d’État à l’alphabétisation dont le bilan, très maigre aux plans qualitatif, méthodologique et quantitatif, accompagne le délitement de sa mission. Récemment, l’État s’est vu imposer, dans ses marges ensablées sinon dans son dos, l’établissement d’une petite ONG dénommée Académie créole dépourvue des attributions, des provisions légales contraignantes et du pouvoir d’aménagement concomitant de nos deux langues officielles. Claustrale et aphone, cette petite ONG paraétatique n’a aucun impact mesurable sur la vie des langues en Haïti, comme d’ailleurs c’est le cas de la Faculté de linguistique appliquée de l’Université d’État qui, de 1978 à nos jours, n’a pas su conceptualiser un seul énoncé de politique linguistique nationale et encore moins produire des instruments scientifiques de modélisation en didactique du créole.

En deuxième lieu, l’État haïtien – à nier les droits linguistiques de la population - ne valorise pas les langues de communication institutionnelle au pays. Dans un pays où la souveraineté nationale s’apparente souvent aux mimiques d’un ventriloque, n’importe quelle institution, nationale ou internationale, peut organiser un colloque en Haïti et imposer l’usage de l’arabe ou du japonais comme langue principale de communication au détriment du créole et du français sans que cela ne soulève l’ombre d’un questionnement… S’il est avéré que les membres de la Caribbean Studies Association utilisent couramment l’anglais comme langue de travail dans leurs pays respectifs, il est aussi attesté que plusieurs conférenciers d’origine haïtienne de ce regroupement sont créolophones et ont une relative compétence en français. En contexte, le problème de fond est celui du respect des droits linguistiques des locuteurs vivant en Haïti ; celui aussi du respect et de l’opérationnalité des deux langues officielles d’Haïti lors d’une conférence institutionnelle ayant lieu sur le territoire national.

Mais ce problème de fond n’a pas causé d’insomnie au nouveau recteur de l’Université d’État d’Haïti, Fritz Deshommes, membre fondateur de l’Académie créole, qui, le cœur léger, « a précisé [au Nouvelliste] que l’UEH était au cœur de l’organisation de la conférence. L’UEH était la seule université haïtienne membre du comité d’organisation » (Le Nouvelliste, 13 juin 2016). L’accessibilité de la communication dans les deux langues officielles du pays n’a pas constitué une obligation pour les organisateurs de la 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe, jusques et y compris à l’Université d’État d’Haïti qui est une institution fondatrice de l’Académie créole.

En troisième lieu, dans l’espace des transactions linguistiques interinstitutionnelles, il est possible de mettre en œuvre un cadre réglementaire de fonctionnement linguistique guidé par les exigences du « droit à la langue », du « droit à la langue maternelle1 » et de l’« équité des droits linguistiques ». Sans perdre de vue qu’il devra être arrimé à une future loi d’aménagement de nos deux langues officielles, ce cadre réglementaire prendrait en compte les paramètres de la communication interne entre les institutions et les locuteurs participant à une même activité en donnant la priorité à l’emploi obligatoire de nos deux langues officielles ; ce cadre fixerait aussi les modalités de l’emploi des langues sœurs régionales, en particulier l’anglais et l’espagnol.

L’Université du Québec à Montréal a bien compris l’importance d’un tel cadre réglementaire lorsqu’elle a édicté sa politique linguistique interne : Article 12 : Diffusion de la recherche et de la création L’UQÀM encourage fortement les (…) professeurs et les (…) chercheurs qui communiquent leur expertise sur la scène publique, soit oralement, soit par écrit, à diffuser les résultats de leurs travaux prioritairement en français et, lorsqu’ils publient ou communiquent dans une langue autre que le français, à accompagner leur texte d’un résumé substantiel en français. L’Université offre un soutien spécifique à la diffusion du savoir en langue française. (Source : UQÀM, Secrétariat des instances –Politique linguistique)

Qu’en conclure ? Il est impératif que l’État, l’Université et la société civile s’approprient une vision rassembleuse des droits linguistiques en Haïti. Ces droits sont assortis d’obligations et de responsabilités au cœur de l’aménagement futur des deux langues officielles d’Haïti. Les obligations s’appliquent aussi à l’organisation et au fonctionnement de colloques nationaux et internationaux devant respecter les droits linguistiques des locuteurs unilingues créolophones et des locuteurs bilingues créoles/français vivant au pays. Seule l’effectivité des droits linguistiques de tous les locuteurs haïtiens peut garantir l’accessibilité de la communication dans les deux langues officielles du pays. Unificatrice, cette vision permettra de modéliser les communications institutionnelles en Haïti et d’assurer l’efficience de la transmission et de la reproduction des savoirs. C’est pour cela que les linguistes, en haute clarté, accompagnent l’État qui a l’obligation d’élaborer et de mettre en œuvre la première politique nationale d’aménagement linguistique issue de la Constitution de 1987.

Robert Berrouët-Oriol
Linguiste-terminologue

NOTES
Sur les notions de « droits linguistiques », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » et d’« équité des droits linguistiques », consulter notre livre de référence : Berrouët-Oriol, R., D., Cothière, R., Fournier, H., Saint-Fort (2011). L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions. Éditions du Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Texte lié : Robert Berrouët-Oriol (2014) : Plaidoyer pour une éthique et une culture des droits linguistiques en Haïti. Éditions du Cidihca, Montréal, et Centre œcuménique des droits humains, Port-au-Prince ; voir aussi Lyonel Trouillot : « On peut habiter le bilinguisme sans tragédie », SwissInfo.ch, 16 juin 2010.





Port-au-Prince, 27 avril 2016

Notre ami Laënnec Hurbon nous adresse ce témoignage mis en forme par Le Nouvelliste et qui porte sur le traumatisme profond engendré par la folie destructrice et la violence de la famille Duvalier. Haïti a souffert de façon indicible du fait des exactions entreprises déjà avant le 26 avril 1963, mais nous comprenons évidemment par ces témoignages pleins d’émotion et de dignité que c’est l’Homme tout entier, chair, esprit, identité, citoyen, qui peut souffrir d’une dictature sanglante prête à tout pour mettre en place et préserver son pouvoir.

Centre Oecuménique des Droits Humains <cedh@cedh-haiti.org>

Actualité Devoir de Mémoire-Haïti
Duvaliérisme, impunité : pour qu’on n’oublie pas

Sont réunis ici, en public, l’historien Pierre Buteau, l’ancien militaire François Benoît et le sociologue Laënnec Hurbon

Ils ont voulu prendre appui sur ce passé triste, barbare pour pouvoir se « projeter vers l’avenir avec courage ». Ils ont voulu que ce jour, 26 avril 1963, jour fatidique dans l’histoire de la violence politique duvaliérienne, ne soit jamais couvert des ombres de l’oubli. Et que parce que les générations actuelles doivent comprendre ce qu’était le duvaliérisme, dans son essence, dans sa terreur, Pierre Buteau, historien, croit que nous « devons pouvoir faire face à ce passé », si douloureux soit-il. « Dans l’histoire de la violence politique en Haïti, on n’a jamais connu une dimension d’une telle intensité », soutient Pierre Buteau, les yeux rougis, au cours de ce débat, organisé par la Fondation Devoir de Mémoire-Haïti, mue par la lutte contre l’oubli, contre l’amnésie…

Avec beaucoup de passion, de sensibilité, d’altruisme, Pierre Buteau a effleuré ce vingt-six avril 1963, quoiqu’il soit persuadé que cette date n’est pas unique dans l’histoire de la violence duvaliérienne en Haïti. Mais il croit que c’est à partir de ce moment que l’horreur des Duvalier, au niveau de l’exercice de la violence, a atteint « une dimension extrême ». Il parle d’ « une violence extrême », de l’exécution de toute la famille Edeline, de la « boucherie de Jérémie qui s’en suivit. François Duvalier, qui a dirigé le pays d’une main de fer, d’une main couverte de sang, a voulu coûte que coûte retrouver ceux qui ont ourdi ce complot et osé s’attaquer au véhicule qui emmena ses enfants à l’école ce jour-là.

« Quand ce n’est pas en face de leur père, on poignardait les bébés parfois dans les mains de leur mère. C’est impensable », relate Pierre Buteau, rappelant que les troupes des Duvalier, durant la campagne électorale, agressaient déjà leurs adversaires, comme pour mieux rendre compte de la violence qu’incarnait le personnage. La violence duvaliérienne, d’où ça sort ? Y a-t-il une raison à la folie ? « Aucune de ces horreurs de pouvoir dans toute l’histoire d’Haïti n’est comparable à celle des Duvalier qui était innommable », tranche-t-il. Salomon, Tonton Nord, très rétifs, eux aussi, à la défense de leur pouvoir. « On ne peut pas comprendre l’Haïti d’aujourd’hui si on ne comprend pas le duvaliérisme, dit-il. On ne peut pas comprendre le duvaliérisme si on ne comprend pas d’où ça est sorti. Parce que si Duvalier a concocté dans sa tête cette violence, il y avait des bras qui abattaient les gens. D’où sont sortis ces bras qui acceptaient d’être dirigés par un monstre et qui, eux-mêmes, se comportaient en monstres ? »

Si Pierre Buteau a parlé d’une « violence extrême », Laënnec Hurbon, professeur de sociologie des religions à la FASCH, chercheur au CNRS, parle d’ « excès de violence », c’est-à-dire que les macoutes, les sbires du régime, interviennent dans tous les éléments de la vie quotidienne, jusque dans l’imaginaire de l’individu de telle sorte « qu’il ne puisse pas exister de protestation possible contre les crimes et qu’il puisse y avoir chez ceux qui ont subi ces crimes-là, ce qu’on appelle une amnésie totale ». « La raison ne doit pas abdiquer. Il faut la lutte contre l’oubli », plaide Laënnec Hurbon, incisif, à l’Université Quisqueya, sous les yeux d’une bonne centaine de personnes, pour la plupart apparentées avec les familles assassinées à Jérémie.

Académique, méticuleux, Laënnec Hurbon parle d’une dictature dont il semble maîtriser les contours. « Le duvaliérisme, dans ses mécanismes de produire des morts sans sépulture, a produit une seconde mort sur les victimes », avance le sociologue, qui souligne que le régime, dans cette démarche, cherche à marquer obligatoirement le déni de l’identité d’être humain de la victime et en même temps, relativement, la suppression de la citoyenneté des victimes. Laënnec Hurbon croit que le « devoir de mémoire et la lutte contre l’impunité, en mettant l’accent sur la justice pour les victimes, contribueront à la réintégration de la victime dans la communauté des citoyens ».

Haïti, dans son rapport à la mémoire, a un problème particulier. « Duvalier représente un sommet dans l’histoire des crimes perpétrés par les pouvoirs politiques en Haïti, mais il faut rappeler qu’il y a dans l’histoire d’Haïti une pratique de l’impunité, de l’amnésie », selon Laënnec Hurbon. Avec moult détails et son calme habituel, il cite, exemple oblige, le procès de consolidation avec le fait étrange que deux des jugés sont devenus président de la République. Il parle aussi de l’affaire des frères Coicou exécutés. Sur ce registre, la question de la politique de l’oubli qui s’incruste dans notre histoire, le petit portrait qu’il a dépeint est pour le moins sombre. « Des présidents sont partis sous la pression populaire. Leurs biens sont confisqués. Et une fois revenus au pays, ils leur sont remis. »

« Les conséquences de l’impunité sont catastrophiques et nous vivons ces catastrophes depuis une trentaine d’années », explique Laënnec Hurbon, pour qui Fort-Dimanche, l’un des symboles forts du duvaliérisme, n’a pas été une prison mais plutôt un lieu de dégradation de la condition d’être humain, de la personne qui est conduite comme prisonnier ». Il pense qu’il n’y a pas de possibilité de réconciliation nationale tant que les faits ne sont pas reconnus. « Il faut dire la vérité sur les crimes car cela est de nature à nous empêcher de nous laisser aller aux pulsions de la vengeance. » Laënnec Hurbon, convaincu que la lutte contre l’impunité a un effet émancipateur, a plaidé pour une véritable ritualisation de la mémoire. « La mémoire abstraite n’existe pas. Il faut des cadres matériels, des repères matériels qui permettent de réintégrer les victimes dans le monde des vivants ».

Le duvaliérisme reste encore un mystère dans son amour pour le crime, pour la violence. Pierre Buteau, lui, dans sa tentative d’explication, a parodié Juan Bosch, ancien président dominicain et accessoirement intellectuel raffiné : « Psychologiquement, Duvalier est un type d’homme qu’on rencontre dans les sociétés primitives. Plus il acquiert la puissance, plus il affiche de morgue sous l’effet de celle-ci, il se transforme physiquement, jour après jour, et tend à devenir parfaitement insensible. En fin de compte, il n’est plus qu’une poupée gonflable jusqu’au moment où elle perd l’équilibre et explose. Chez de tels êtres, le pouvoir qu’ils détiennent n’a pas seulement des répercussions sur leur physique, leur âme se transforme également dans le sens d’une déshumanisation progressive pour ne plus être enfin que le siège des passions effrénées. De tels hommes sont dangereux […]. À les en croire, ils ne sont plus des êtres ordinaires, mortels et faillibles mais l’incarnation en ce monde des forces obscures qui bouleversent l’univers […]. »

François Benoît, ancien instructeur à l’académie militaire, officier et premier lieutenant, qui a quitté l’armée bien avant que les choses dégénèrent, parle d’un régime dont le moteur était le crime. « Les évènements du 26 avril n’ont pas commencé le 26. Car dès le 24 avril, tous ceux qui avaient été révoqués ce jour-là de l’armée ont été recherchés. Ceux qui ont été trouvés ont été immédiatement amenés au Fort-Dimanche et fusillés. » Dans son récit-témoignage, Benoît ne s’est pas masqué pour dire, ou tout au moins confirmer, que la répression avait commencé avant le 26 avril. Ayant vécu aux premières loges la métamorphose des militaires en des escadrons de la mort, il a admis que c’est à partir de ce moment que les macoutes ont reçu un blanc-seing pour assassiner à visage découvert tous ceux qui sont soupçonnés de s’opposer au régime.

Dans le bric-à-brac du débat, des interventions pour la plupart pleines d’émotions – comme souvent chaque fois qu’on évoque les Duvalier –, des voix se sont élevées pour rappeler la possibilité qu’il y a encore de poursuivre le régime. Comme un veilleur du temple, François Benoît, lui, n’y est pas allé par quatre chemins. « L’eau qui a permis la survie des Duvalier est encore là. On ne se reconnaît pas en tant qu’Haïtien, quelle est notre responsabilité vis-à-vis des autres ? Il faut refaire l’âme haïtienne, ce par l’instruction civique », soutient-il sous une salve d’applaudissements. Dans cette plongée toute ouverte dans les plaies commises par le duvaliérisme que les écoliers haïtiens n’étudient pas encore, personne ne perd de vue que les bourreaux circulent encore.

AUTEUR
Juno Jean Baptiste
jjeanbaptiste@lenouvelliste.com




Port-au-Prince, le 9 mars 2016

Revue de presse du Groupe C3

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

La plate-forme « rel patriyotik dénonce un plan des parlementaires membres des partis de l’ancien régime visant à paralyser l’action du président provisoire

Le porte -parole de la plate-forme « Rel patriyotik » (cri patriotique), Dextra Fritz Gerald a accusé vendredi des parlementaires du PHTK et alliés de constituer l’élément de blocage du processus de ratification de la politique générale du premier ministre désigné Fritz Alphonse Jean. Dextra Fritz Gerald a indiqué que le refus affirmé de députés et sénateurs du parti de l’ancien régime PHTK de voter en faveur M.Fritz Jean s ‘inscrit dans le cadre d’ un plan qui viserait à faire passer le temps, dans l’espoir de le voir arriver au terme de son mandat de 120 jours, sans former un gouvernement et sans avoir pu organiser des élections. Source : ahphaiti.org

Le pays sera bientôt doté d’un nouveau gouvernement

Le gouvernement provisoire sera incessamment constitué. L’annonce a été faite par le Président de la République. Jocelerme Privert tout en affirmant que les négociations avancent bien avec les secteurs concernés. Entretemps, le conseil électoral provisoire compte enfin 9 membres. Les noms seront soumis à l’appréciation du grand public indique le chef de l’état lors d’une conférence, ce vendredi. Par ailleurs, Jocelerme Privert a réaffirmé son optimisme quant à la possibilité que Fritz Jean d’obtienne un vote favorable à la déclaration de sa politique générale. Source : metropolehaiti.com

Le Sénat ne tient toujours pas séance pour élire son président

Faute de quorum, la séance plénière, qui devait se tenir au Grand Corps pour élire un nouveau président à la tête du Sénat de la République n’a pas pu avoir lieu. Elle est reportée au mardi 8 mars. L’appel nominal a constaté seulement la présence des 13 sénateurs du groupe majoritaire. Que le successeur de Jocelerme Privert au Grand Corps ne soit pas issu du groupe majoritaire qui a raflé la Présidence et la Primature, telle est l’exigence du groupe minoritaire pour permettre la tenue de séance. Source : signalfmhaiti.com

Jovenel Moise ne participerait pas au second tour de la présidentielle

C’est la panique dans le camp du PHTK depuis la rencontre de cette formation politique avec le Président Provisoire Jocelerme Privert le 19 février dernier. Selon Jovenel Moise qui faisait le compte-rendu de cette réunion jeudi à l’émission Haïti Débat sur Scoop FM, le président Privert aurait déclaré aux représentants du Parti Haïtien Tèt Kale qu’il n’était pas au courant que Jovenel Moise était qualifié pour le second de la présidentielle. Selon le président provisoire, Jovenel Moise serait classé en 5eme position suivant les résultats dont il dispose, résultats contraires à ceux publiés par le CEP de Pierre Louis Opont. Source : scoopfmhaiti.com

Haïti-Politique : Les pièces originales de Fritz Jean attendues à la chambre basse

Le premier ministre nommé Fritz-Alphonse Jean a promis d’acheminer ses pièces originales à la chambre basse, en vue de la poursuite de l’étude de son dossier, fait savoir le premier secrétaire à la chambre des députés, Abel Descollines, joint au téléphone par AlterPresse. Une séance plénière devrait avoir lieu le jeudi 3 mars 2016 à la chambre des députés en vue de constituer une commission chargée de déterminer la recevabilité ou l’irrecevabilité des pièces du premier ministre nommé. Source : alterpresse.org

Des organismes féminins rejettent l’auto désignation de Marie Frantz Joachim au CEP

Plusieurs organismes féminins (OFAVMA, COFEDNO, REFKAD, Association nationale des femmes victimes coopératives, etc.) se sont réunis, vendredi 4 mars, pour alerter l’opinion nationale et internationale sur le choix anti-démocratique de la coordonnatrice de solidarité Fanm Ayisyen (SOFA), Marie Frantz Joachim comme représentante du secteur féminin au sein du conseil électoral provisoire (CEP). Source : hpnhaiti.com

Société

Haïti-Cartographie : La Carte géographique d’Haïti doit être bientôt modifiée A cause de la précision des nouvelles données géo-spatiales que l’étude sur la cartographie a permis à l’État haïtien de disposer, le contenu de la Carte géographique d’Haïti doit être et sera modifié, a indiqué Boby Emmanuel Piard, directeur du Centre National de l’Information Géo-Spatiale (CNIGS). Cette information a été communiquée lors d’un atelier de travail tenu à l’initiative du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), dans le cadre du Projet de reconstruction et de gestion des risques et des désastres (PRGRD), autour du thème : « Compréhension des risques naturels à travers les Nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Source : hpnhaiti.com

Haïti- Politique : Le président provisoire, Jocelerme Privert annonce des dispositions pour renforcer la sécurité

Un ensemble de dispositions a été adopté en vue de lutter contre la remontée du banditisme et garantir la sécurité dans le pays, indique le président provisoire Jocelerme Privert lors d’une conférence de presse, au palais national, ce 4 mars 2016. Ces actions viseraient à contribuer à créer des conditions maximales de sécurité en mettant hors d’état de nuire les bandits. En ce sens, il appelle la population à collaborer avec la police pour faciliter leur capture. Source : alterpresse.org

Port-au-Prince croule sous le poids des immondices

Depuis tantôt deux semaines, la région métropolitaine de Port-au-Prince est devenue un véritable dépotoir avec des tonnes d’immondices remarquées à chaque coin de rue. Au niveau du Boulevard Jean Jacques Dessalines communément appelé Grand Rue, la circulation automobile est devenue plus difficile en raison de la présence de montagnes d’immondices jonchant la chaussée. La commune Pétion-Ville considérée comme une zone huppée avec ses grands magasins n’est pas exempte. Non loin du marché, les immondices règnent en maître. Source : infohaiti.net

Culture

Éric Charles a rassemblé le monde culturel derrière lui

La plate-forme « Mardi alternative » et Radio Galaxie se font complices pour rendre un hommage mérité au chanteur Éric Charles, décédé le 25 février dernier des suites d’un ACV. Une soirée émouvante, empreinte de solidarité en dépit d’une météo peu clémente, a été organisée à sa mémoire. Source : radiotelevisioncaraibes.com

Sport

Haïti-Foot-U17 : Les Haïtiennes en tête de classement

Après avoir battu en amical (1-0) la Costa-Rica, la sélection haïtienne très convaincante a dominé (13-0) le pays hôte la Grenade, mercredi soir à Cricket National Stadium lors de la 1ère journée du groupe A dans le cadre de la dernière phase des éliminatoires de la coupe du monde Jordanie 2016. Source : radiotelevisoncaraibes.com

Dans la presse internationale

L’ONU appelle Haïti à agir contre la surpopulation carcérale et les détentions provisoires prolongées

Malgré les avancées importantes d’Haïti en matière de protection des droits de l’Homme, un nouveau rapport de l’ONU, publié vendredi, met en lumière les manquements du système judiciaire du pays, l’usage illégal de la force par des agents de l’État, ainsi que la situation humanitaire préoccupante des milliers de personnes d’origine haïtienne déportées en Haïti par la République dominicaine. Publié par le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH), ce rapport annuel analyse la situation des droits de l’Homme en Haïti entre juillet 2014 et juin 2015. Il met en évidence des avancées en matière de droits de l’Homme, s’agissant notamment de la protection des enfants contre le trafic, la prostitution et la pornographie. Source : french.xinhuanet.com



Ils ont dit

Le sénateur Edwin Zenny, membre du bloc minoritaire : « Le président Privert est en train de commettre la même erreur que son prédécesseur Michel Martelly qui avait échoué dans ses tentatives d’imposer le juriste Bernard Gousse comme chef de gouvernement. » Source : ahphaiti.org

Le Président de la République, Jocelerme Privert : « Les discussions vont bon train avec les parlementaires et il y a de l’espoir. » Source : metropolehaiti.com

Le chef de file du groupe minoritaire au Sénat de la République, Yourie Latortue : « Le Président Privert n’a d’autre choix que de nommer un autre Premier Ministre. Un gouvernement qui n’est pas issu d’un consensus mènera inévitablement le pays vers le chaos et le trouble avec des élections qui seront à coup sûr orientées”. Source : infohaiti.net

Le linguiste Lemète Zéphyr : « La mise en place d’une commission de vérification électorale s’avère « fondamentale » dans la conjoncture actuelle. C’est la première chose à faire après l’installation du gouvernement » Source : alterpresse.org

Amnesty International, Human Rights Watch, la FIDH et Avocats sans frontières Canada (ASFC) : « La crise politique que traverse actuellement Haïti ne doit pas servir de prétexte pour priver de justice les victimes de violations des droits humains commises sous le régime de Jean-Claude Duvalier. » Source : rfmhaiti.com


Le texte de la semaine


Démocratie, gouvernance et réforme universitaire : l’expérience haïtienne

Par Fritz Deshommes*

dimanche 28 février 2016
Source : alterpresse.org

La communauté universitaire constitue l’un des secteurs les plus concernés par les transitions démocratiques. Souvent l’Université se situe à la pointe des revendications et des actions pour le changement de régime politique et demeure parmi les plus proactifs dans la période post-ancien régime. L’Université haïtienne n’y échappe pas. [1] Le présent texte part de la chute de la dictature des Duvalier et relate l’expérience de l’Université d’État d’Haïti, le plus important établissement d’enseignement supérieur d’Haïti. Il met surtout l’accent sur les écueils à éviter dans la mise en place de la démocratie universitaire et rend compte des tentatives de correction de certaines dérives constatées 30 ans après.

1- A la chute de la dictature des Duvalier en février 1986, les revendications fusent de toutes parts. Le leitmotiv à l’époque : « Changer l’État ». Sortir de l’État prédateur, patrimonial, autoritaire, centralisateur et instaurer une gouvernance démocratique, participative, décentralisée et efficace. Changer l’État, le transformer et le mettre véritablement au service de la nation.

2- Pour l’Université d’État d’Haïti, la nouvelle situation se traduit par des changements majeurs dans la composition et le fonctionnement de ses organes dirigeants et les relations avec les Pouvoirs Publics. L’élection des dirigeants à tous les niveaux, la participation des composantes fondamentales de la communauté a la gestion de l’institution (étudiants, professeurs, notamment), l’introduction de nouveaux rapports avec l’État, la dynamisation de l’Administration Centrale de l’UEH, la redéfinition de la mission de l’institution constituent autant de jalons marques sur le chemin d’une université en quête d’un fonctionnement plus efficace et plus en rapport avec sa nature.

3- Trente ans après, le bilan de ce nouveau régime fait apparaitre des points forts et des points faibles.

D’un côté, l’université devient plus capable de jouer son rôle naturel dans la société dans la formation de cadres et de dirigeants dans la production de savoirs, le développement d’une pensée critique, l’animation de la vie intellectuelle et scientifique. La nouvelle Constitution affirme son autonomie et confirme son statut d’institution indépendante. Désormais ses professeurs, dirigeants et cadres ne sont plus nommés par le Président de la République. Les Dispositions Transitoires relatives à l’organisation et au fonctionnement de l’Administration Centrale de l’UEH lui reconnaissent notamment la liberté d’expression, la liberté académique, la liberté de gestion, la liberté financière et l’inviolabilité de son espace.

D’un autre côté, le mode de mise en œuvre de ces acquis démocratiques dans un contexte d’approfondissement de la crise nationale au triple niveau politique, économique et social met en lumière les lacunes suivantes :

Mauvaise qualité des relations avec les pouvoirs publics ;
Le système est fermé sur lui-même, sans beaucoup d’interactions avec les secteurs vitaux de la société et de l’État ;

Le mode de désignation des dirigeants ne garantit que les meilleurs seront choisis ;
Le système fait montre d’un déficit flagrant d’organes de gouvernance et de régulation ;

L’organe suprême de l’institution, le Conseil de l’Université comporte de graves lacunes nuisibles à son fonctionnement harmonieux et à son développement. Citons notamment : sa composition, entre les incompatibilités des fonctions de ses membres et son caractère ferme, tourne sur lui-même ; sa nature et ses attributions réelles qui font qu’elle joue à la fois le rôle de Conseil d’Administration, de Conseil Académique, de Conseil d’Arbitrage, de Conseil Consultatif, etc. ; L’excès de démocratisme qui : a) conduit à élire au sein d’un Conseil Exécutif ou du Conseil Décanal des dirigeants sur des programmes séparés de telle sorte que l’entente devient très difficile au moment de la mise en œuvre ; b) dote les étudiants d’un poids excessif que le clientélisme des uns, la précarité des autres transformeront en une force de pression susceptible d’être préjudiciable au bon fonctionnement du système.

4- Pour pallier ces difficultés, la Commission de Réforme créée par les Dispositions Transitoires susmentionnées a fait les propositions suivantes :

Augmentation du nombre d’organes de gouvernance et de régulation à l’UEH et clarification de leur mission ;
Création d’un Conseil d’Administration, d’un Conseil Académique et Scientifique, d’un bureau du Protecteur Universitaire, d’un bureau d’Audit Interne ;
Révision de la composition de l’organe suprême dans la perspective de l’élimination des incompatibilités de fonctions occupées par la même personne ;
Option claire pour l’établissement de nouvelles relations avec les Pouvoirs Publics qui sont désormais représentes au Conseil d’Administration au triple niveau du Pouvoir Exécutif, du Pouvoir Législatif et des Collectivités Territoriales ;
Ouverture vers la Société Civile qui dispose de représentants au Conseil d’administration a travers ses Associations Professionnelles et Civiques ; Introduction de nouvelles modalités de désignation des dirigeants dans la perspective de favoriser l’émergence des candidats les plus capables, dans un cadre de gouvernance rationnelle et de sauvegarde des acquis démocratiques. Dans cette perspective, l’élection est précédée d’un processus de screening. De même, il reviendra au Recteur, au Chancelier et au Doyen de désigner leurs collaborateurs les plus directs (comme vice-recteurs, vice-chanceliers et vice-doyens), histoire de promouvoir l’unité de commandement, de vue et d’action au sein des Conseils a attributions exécutives ;
Intégration pleine et entière des entités de province au système de l’UEH. Désormais elles ont le même statut, le même mode de fonctionnement et de gouvernance que les autres entités de la capitale. Ils sont également représentés au Conseil d ’Administration. En outre, ils sont dotés d’un Conseil Consultatif local regroupant la société civile et les pouvoirs locaux.

Désormais, l’UEH est constituée d’un réseau de campus, décentralisés, dotés d’une large autonomie, lesquels mutualisent leurs ressources et leurs capacités. Ce réseau fonctionnerait sous le contrôle d’un Conseil d’Administration compose de représentants de tous les campus, à côté de ceux de l’État, des Collectivités Territoriales et de la société civile. Bien entendu, la proposition de la Commission de Réforme peut être améliorée en prévoyant une représentation appropriée du personnel administratif ainsi qu’une majorité de sièges en faveur des membres en provenance des structures internes de l’Université, dont les professeurs, les étudiants, les membres de direction et le personnel administratif. On peut même prévoir que les membres externes doivent nécessairement être des anciens de l’UEH.

5-Comme on peut s’en rendre compte, la Commission de Réforme s’est gardée de trop se prononcer sur les aspects académiques. Ils sont plus compliqués, demandent plus d’enquêtes, plus d’études, plus de temps. En outre, ils requièrent de sérieuses négociations avec les entités composant l’UEH.

Par exemple, doit-on encore consacrer la proximité thématique Droit et Sciences Économiques, dont se prévaut la Faculté du même nom ? Ne serait-il pas plus approprié de placer le Département d’Économie à côté de ceux de Comptabilité et de Gestion des Affaires logés à l’INAGHEI ? Existe-t-il des raisons majeures pour que deux Facultés différentes développent des programmes de licence en Psychologie et en Sociologie, comme c’est le cas à la FASCH et à la FE ou de sciences politiques comme c’est le cas à l’IERAH et à l’INAGHEI ? Le Décret de 1985 créant une vaste Faculté des Sciences humaines et sociales regroupant la FASCH, la FLA, la FE est-il encore d’actualité ?

Comment apprécier les propositions selon lesquelles l’ENS devrait se transformer en une vraie Faculté des Sciences de l’Éducation capable de conduire de sérieuses réflexions sur le système éducatif national et de former les enseignants à tous les niveaux, de la maternelle à l’Université, en passant par le fondamental et le secondaire ? Quand on se rappelle l’état lamentable de notre système éducatif, ses lacunes criantes en termes de disponibilités de maitres, de professeurs et de gestionnaires qualifiés, de matériel didactique et pédagogique, il est opportun de se demander si l’UEH ne serait pas plus utile à la nation si elle pouvait disposer d’une faculté appelée à devenir la référence nationale sur toutes ces questions.

L’UEH ne devrait-elle pas s’évertuer à renforcer et à valoriser les immenses capacités nationales en matière artistique et culturelle. La musique, la peinture, l’artisanat, les arts, les chants et danses demeurent des domaines trop négligés et pour lesquels notre pays dispose d’un avantage comparatif certain. On pourrait dire autant de l’Histoire, des savoirs locaux en matière de médecine traditionnelle, d’agriculture, de construction, de gestion de l’environnement, de météorologie, etc. ?

Ne devrions-nous pas créer une véritable faculté des sciences. Et par la même occasion établir la différence entre une faculté des sciences et une faculté de génie ?

Avons-nous un nombre trop élevé de facultés ? Des regroupements seraient-ils nécessaires ?

Bien entendu la plupart des propositions de la Commission de Réforme risquent de faire l’objet de fortes résistances au sein de la Communauté universitaire. Aujourd’hui en 2014, comment faire prendre conscience des lacunes, des déficits, des erreurs, des contradictions ? Comment convaincre de la nécessité d’apporter des corrections appropriées ? Comment amener à comprendre que ce qui peut paraitre comme une perte de pouvoir pour certains secteurs constituent plutôt une occasion de renforcement de l’institution et par ainsi de ces mêmes secteurs ? Comment amener le Conseil de l’Université à faire siennes ces réformes ? Dans cette conjoncture de crise multiforme, comment alerter la communauté universitaire sans dévoyer la démocratie ? Comment prendre à témoin la société civile et l’État sans mettre en danger l’autonomie universitaire ? Comment porter le reste de la société à prendre ses responsabilités vis-à-vis de sa plus grande université, financée essentiellement par les taxes et impôts des citoyens ?

* Vice-recteur à la recherche de l’Université d’État d’Haïti




Le choix du président provisoire, le sénateur Jocelerme Privert, résoudra-t-il une partie des problèmes du pays et de son personnel politique, ou sera-t-il finalement le moyen suffisant, faute de mieux, pour s’organiser vers la véritable démocratie réclamée par la plus grande partie du peuple ? Voici déjà la revue de presse et le billet d’humeur qui ont précédé la décision des parlementaires.

Port-au-Prince, le 13 février 2016

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Wesner Polycarpe justifie le processus pour l’élection d’un président

Les personnalités politiques intéressées par la présidence provisoire attendent le dernier jour pour soumettre leurs dossiers. Seuls trois dirigeants de partis politiques, inconnus du grand public, ont rempli les formalités de la commission bicamérale spéciale. Le président de la commission, Wesner Polycarpe, a justifié la poursuite du processus en estimant qu’il bénéficie de l’appui d’un secteur de l’Opposition. Il se dit prêt à expliquer aux manifestants l’importance du processus d’élection d’un président provisoire. Il n’est jamais trop tard pour fournir des précisions sur le bien-fondé de la démarche du Parlement, dit-il. Source : metropolehaiti.com

Faible affluence à l’inscription des candidats à la Présidence provisoire

De plus en plus de voix s’élèvent au Parlement et ailleurs contre l’éventualité que l’Assemblée Nationale soit juge et partie en tentant d’élire un parlementaire à la présidence provisoire. Des organisations politiques et le G-8 manifestent à partir de ce vendredi 12 février 2016 contre l’accord du 5 février et contre l’élection d’un parlementaire à la présidence provisoire. Source : radiokiskeya.com

Les responsables du secteur populaire et du MONOP apportent leur soutien à Jocelerme Privert comme président provisoire

Selon Roody Pierre Paul et André Fadot, M. Privert est à même de répondre aux desiderata de la population. Ils annoncent trois journées de manifestation, demain, samedi et dimanche pour forcer les présidents des deux branches du Parlement d’assumer leurs responsabilités en dotant le pays d’un président provisoire dans le meilleur délai. Source : radiotelevision2000.com

Les syndicalistes accordent un délai de 24 heures aux parlementaires

En conférence de presse, jeudi 11 février, à l’hôtel Le Plaza, des syndicalistes, fixant leur position sur la crise que connaît le pays, expriment leur désaccord au procédé des parlementaires en vue d’élire un président provisoire dans le pays. Ils disent ne pas comprendre l’attitude du Parlement haïtien dans cette aventure inconstitutionnelle d’inscription de candidats à la présidence pour la transition, a constaté Haiti Press Network. Montès Joseph, Méhu Changeux et Hary Antony, responsables du Regroupement du secteur syndical haïtien, concentrant le Front national des syndicats haïtiens (FNSH), le Secteur transporteur terrestre haïtien (STTH) et la Coalition nationale des transporteurs haïtiens (CNSTH) demandent aux parlementaires de revenir sur terre et prendre le chemin d’un consensus politique large. Source : radiotelevisioncaraibes.com

3 personnes se sont déjà fait inscrire au poste de président provisoire de la République

Parmi elles figurent, Mackenson Cangé et Jean Fritz Duvernat, a indiqué le président de la commission bicamérale spéciale, le sénateur Wetsner Polycarpe précisant que les postulants n’ont pas encore versé la quittance de 500.000 gourdes à la DGI. Source : radiotelevision2000.com

Le Forum Économique satisfait de l’accord signé entre Martelly et le Parlement

Si certains secteurs dénoncent cet accord trouvé le 6 février dernier entre Michel Martelly et les parlementaires, le Forum Économique du secteur privé, à travers une note, se montre heureux de constater la signature de cet accord de sortie de crise. « Le Forum est aussi heureux de constater une nette amélioration du climat sociopolitique enregistré depuis la signature de cet accord et la tenue de l’Assemblée nationale. Ceci augure indubitablement des lendemains meilleurs pour notre chère Haïti », lit-on dans la note. Source : signalfmhaiti.com

Arnel Bélizaire veut prendre d’assaut le Palais national avec cent-vingt hommes

L’ancien député, Arnel Bélizaire, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 10 février, attend 120 hommes de courage et de bonne volonté pour s’accaparer du Palais national. L’ancien parlementaire n’a pas ménagé ses mots pour fustiger les sénateurs et les députés de la 50e législature qui, dit-il, prennent des décisions contre un lendemain meilleur de la population. Dans la même veine, Arnel Beliaire lance deux (2) journées de mobilisation populaire les 11 et 12 février 2016, pour dénoncer, dit-il, un coup d’État parlementaire. Source : scoopfmhaiti.com

Société

Des anciens boursiers haïtiens du Japon s’engagent à servir la communauté

Dans le cadre du transfert de connaissances entre les bousiers du Japon en Haïti en vue de promouvoir l’éducation sanitaire dans les écoles, ainsi que le management et le leadership en soins infirmiers, l’Association des ex-boursiers haïtiens du Japon (ABHJA) a organisé le week-end écoulé un atelier de formation sur la question sanitaire en Haïti. L’objectif est de contribuer à faire du droit de la santé une réalité en Haïti, et aussi créer une dynamique convergente entre les producteurs de la connaissance scientifique, les utilisateurs et les bénéficiaires. Source : lenouvelliste.com

Haïti-RD : Premier anniversaire de l’assassinat par pendaison de l’Haïtien Jean Claude Jean Harry à Santiago

Cela fait un an que Jean-Claude Jean Harry, un cireur de chaussures haïtien, a été retrouvé pendu, le 11 février 2015, sur une place publique à Santiago en République Dominicaine. Plusieurs organisations nationales et internationales ont été révoltées par cet assassinat résultant, selon elles, du racisme et de la vague de rapatriements massifs effectués par les autorités dominicaines contre les ressortissants haïtiens en territoire voisin. Ce crime, qui n’a toujours pas été éclairci par la justice dominicaine, a eu lieu dans un contexte où un processus de régularisation de migrants haïtiens en territoire voisin était en cours. Source : alterpresse.org

Coopération internationale

Le chef de la Délégation de l’Union Européenne en Haïti, Vincent Degert, a effectué une visite de courtoisie ce jeudi à la Chambre des députés

Il s’est entretenu avec son président Cholzer Chancy autour de la crise. Les deux hommes ont également abordé le dossier relatif à l’aide de l’UE en Haiti. M. Chancy affirme, par ailleurs, que certains députés et sénateurs ne seraient pas favorables à la candidature de parlementaires au poste de président provisoire. Source : radiotelevision2000.com

Education

UEH-Protestations : Des étudiants en guerre contre le Rectorat de l’université d’État
br> Des étudiants se réclamant de l’université d’État d’Haïti (UEH) ont pris pour cible l’immeuble du Rectorat de l’université d’État en semant la panique lors d’un mouvement de protestation le jeudi 11 février 2016, pour exiger, entre autres revendications, la démission du conseil d’administration dirigeant l’université d’État, a constaté Haïti Press Network. Jets de pierre, tessons de bouteille, tableaux d’affichages déchirés, pare-brise de deux véhicules cassés dans la cour intérieure, pneus enflammés au niveau des rues du Canapé vert et Rivière, le bâtiment du rectorat de l’UEH qui offre l’image d’une institution abandonnée est pourtant occupé de force, depuis 8 jours, par un groupe d’étudiants de l’Université d’État d’Haïti. Source : hpnhaiti.com

Le MENFP dénonce l’agression contre ses employés

Le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) condamne l’attaque à coups de pierre contre le siège central du ministère perpétrée le vendredi 5 février 2016 par des individus s’identifiant comme des directeurs d’écoles privées faisant partie du PSUGO. Selon un communiqué du ministère, cette agression gratuite a failli coûter la vie à une employée du MENFP qui a reçu des jets de pierre presqu’en plein visage. Elle a dû être transportée d’urgence à l’hôpital en vue de recevoir les premiers soins. De plus, les vitres de plusieurs véhicules ont été brisées, sans compter le traumatisme causé chez les employés par de tels actes. En tout état de cause, le MENFP estime inacceptable ce genre d’agressions physiques par certains individus se réclamant du monde de l’éducation. Source ; metropolehaiti.com

Santé

Rebondissement du choléra

6 personnes sont mortes de choléra, jeudi, à Molar, 5eme section communale de Borgne, selon le vice-délégué de l’arrondissement de Borgne/Port Margot Francisque Fortuné. Ce net rebondissement du choléra est intervenu suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région Nord. Source : radiotelevision2000.com

Epidémie de Zika : déjà 329 cas en Haïti

La direction d’épidémiologie de laboratoire et de recherche (DELR) du ministère de la Santé publique a annoncé que le nombre de victimes de l’épidémie de Zika a considérablement augmenté en Haïti. Du 24 au 30 janvier 2016, 204 malades ont été recensés, dont 42% d’hommes et 52% de femmes. Dans le département de l’Ouest 56 cas, dont 31 à Pétion-ville, ont été détectés soit 27,45%, 53 dans l’Artibonite soit 25,98% dont 42 seulement à Verrettes et 32 infectés dans le centre soit 15,69%, tous se trouvant dans la ville de Mirebalais. La DELR a souligné que depuis la confirmation de l’épidémie Zika en Haïti, 329 personnes dans tout le pays ont contracté le Virus. Source : signalfmhaiti.com

Culture

Haïti-Carnaval : 175 personnes blessées, aucun décès, selon la Police

175 personnes ont été victimes de blessures plus ou moins légères durant les festivités carnavalesques qui se sont tenues les lundi 8 et mardi 9 février 2016, selon un bilan communiqué par la police sur sa page Facebook consultée par l’agence en ligne AlterPresse. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Durant les deux jours, la Pnh a dénombré respectivement 47 et 128 victimes par balle, à l’arme blanche et au bâton. Source : alterpresse.org

Dans la presse internationale

La crisis de Haití incide en la migración hacia República Dominicana

De agudizarse la crisis política y aumentar la violencia en Haití tras la salida de la presidencia de Michel Martelly, decenas de nacionales de ese Estado podrían cruzar la frontera en busca de refugio en la República Dominicana. El sociólogo Wilfredo Lozana explicó que si el conflicto se prolonga mucho, algún efecto tendrá en la dinámica comercial inter y trans fronteriza, y podría estimular el aumento del flujo migratorio de grupos poblacionales vulnerables y temerosos de la violencia hacia la RD. Dijo que las autoridades dominicanas deben, como lo están haciendo, fortalecer su vigilancia de la región fronteriza, pero “sin agitación ni alharaca”. Source : diariolibre.com

René Depestre : « La situation en Haïti est carnavalesque »

Le poète, essayiste et romancier d’origine haïtienne René Depestre nous a reçus à l’occasion de son grand retour en librairie. L’auteur de Hadriana dans tous mes rêves (Gallimard, Folio), prix Renaudot 1988, publie un nouveau roman, Popa Singer (éd. Zulma), en hommage à sa mère. Un événement dans « son vieil âge d’homme », comme il qualifie joliment ses presque 90 ans. Depuis son exil qu’il n’a jamais vécu comme tel, tant son pays vibre dans son œuvre, il évoque la situation politique en Haïti, marquée aujourd’hui par une « crise de la société civile ». En cette période de carnaval, c’est ce mot même qui qualifie le mieux la vie politique haïtienne. « Je me considère comme un vaincu total en ce qui concerne Haïti. » Source : lepoint.fr

Haiti Transitional President to Be Elected Feb. 14

The Haitian National Assembly will elect a transitional president on Sunday, exactly one week after former President Michel Martelly officially stepped down from office, local legislative sources announced Wednesday. Political leaders who aspire to become presidents have until Thursday afternoon to register their candidates, the Spanish news agency EFE said. Source : telesurtv.net

Ils ont dit

Sénateur Wesner Polycarpe, président de la commission bicamérale spéciale : « Les consultations avec les divers acteurs politiques et les leaders de la société civile se poursuivent durant le processus électoral. Nous sommes à la recherche d’un consensus entre les acteurs politiques, les organisations populaires et les organisations de la société civile mais nous n’avons pas la prétention de trouver un consensus total. » Source : metropolehaiti.com

Le Sénateur Steven Benoit annonce avoir déserté le parlement pour ne pas avoir à voter dans les conditions actuelles. Il appelle ses pairs à : « ne pas se substituer à l’Exécutif et surtout à ne pas contraindre le pays à faire marche-arrière avec des élections au second degré. » Source : radiokiskeya.com

Assad Volcy, coordonnateur adjoint de la plateforme Pitit Desalin : « L’heure est à la recherche d’une large concertation. Toute solution qui ne reposerait pas sur de nouvelles négociations est vouée à l’échec : « Pitit Desalin » ne fera pas partie d’un gouvernement de transition. » Source : lenational.ht

L’ancien député, Arnel Bélizaire, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 10 février : « Aujourd’hui, s’il existe des hommes de ma trempe, je prendrai d’assaut le Palais national. Le palais national ne peut pas rester vide aussi longtemps ». Source : scoopfmhaiti.com

Texte du jour

Les leaders, loin derrière le peuple

Par Robert Benodin

11 février 2016

On est en train d’assister au combat intense d’un peuple appauvri et exploité qui exige avec fracas le respect de sa dignité, de sa souveraineté et de son droit à l’autodétermination. Il est en train de se battre contre les forces rétrogrades des puissances hégémoniques, ces instances et ces proxys qui gouvernent son pays. Dans un premier temps, il vient paradoxalement d’infliger à ces forces rétrogrades une humiliation qui n’est pas des moindres. Malgré le fait que les puissances hégémoniques ont protégé du bec et des ongles le quinquennat de leur proxy, catapulté au pouvoir par leurs entremises. Ce peuple a pu empêcher que les résultats des deux élections irréfutablement frauduleux puissent catapulter une fois de trop au pouvoir un autre proxy. Ce peuple a refusé à Michel Martelly le proxy de ces puissances hégémoniques, l’honneur d’introniser son successeur. Une humiliation inédite dans l’histoire électorale récente d’Haïti.

Confronté maintenant à une situation d’exception, ce peuple doit, dans un second temps, se battre avec autant d’ardeur que possible pour empêcher que ces forces rétrogrades et répressives ne reprennent les rênes du pouvoir et le contrôle de la situation d’exception. De fait, il y va de son émancipation de ce continuum qui l’a mis et le retient jusqu’à présent dans cet état de pauvreté et de misère dans lequel il gît. Puisqu’on a déjà, de manière rocambolesque, validé les pouvoirs de ces parlementaires mal-élus en Assemblée Nationale. Ces mal-élus se sont déjà engagés dans un accord avec Michel Martelly pour établir le type de gouvernement de transition, son mandat, sa mission et usurper le rôle de grand-électeur ayant l’exclusivité du droit d’élire son prochain président. Élire un président provisoire (sic).

Toute reprise du second tour des présidentielles, même après une réévaluation des résultats des élections du 25 octobre, qui ne sera qu’un tri, expose aux risques d’entérinement partiel ou total des forfaits commis intentionnellement au cours de ces deux élections du 9 août et du 25 octobre 2015 et de leurs conséquences. L’annulation de ces élections est le seul moyen certain qui soit capable de réduire au minimum presque toutes les chances de noyautage par l’Internationale et par cette caste qui peut enrayer toute tentative de récupération de souveraineté et du droit à l’autodétermination.

Alors que la contestation électorale exige clairement l’annulation des élections du 9 août et du 25 octobre 2015, la totalité de la chambre des députés et les deux tiers du Sénat issus précisément de ces élections contestées, considérés comme des mal-élus, ont assumé au nom de la nation de cosigner un accord avec le président sortant, Michel Martelly, le 5 février 2016, qui leur permet d’usurper l’exclusivité du droit de choisir le chef d’État du gouvernement de transition, dont le mandat sera de 120 jours, avec l’unique mission d’organiser le second tour des présidentielles avec le même système électoral vicié.

Peut-on douter du fait que cette solution venant de ces mal-élus, supportée naturellement par l’Internationale, ne fera que maintenir le pays dans la pérennisation de ce continuum au profit de ce leadership sauvage qui a confisqué et exercé le pouvoir pendant ces derniers 59 ans. Alors qu’aujourd’hui la volonté politique majoritaire est de s’émanciper de la domination de cette caste et des contraintes de ce continuum. La contestation électorale massifiée et irréversible devra redoubler d’effort et s’intensifier pour persister sans relâche à combattre ces imposteurs qui veulent agir comme s’ils avaient la légitimité nécessaire pour prendre des décisions aussi importantes au nom de la nation haïtienne tout entière, en engageant son destin. Ils ne veulent et ne font que continuer à prendre avantage d’un peuple à bout de souffle et aux abois. Ce peuple qui aujourd’hui veut rompre avec ce continuum est en train de se chercher obstinément une nouvelle voie progressiste pour améliorer son sort et aspirer à un meilleur avenir. C’est ce pourquoi il a pris les rues pour exprimer à haute et intelligible voix sa frustration et son rejet des résultats de ces deux élections frauduleuses qui ont charrié au Parlement ces mal-élus, qui l’en empêchent !

Cette solution émanant de l’accord signé entre Martelly et les présidents des deux chambres du Parlement ne permettra pas au pays à sortir de l’impasse, en créant une nouvelle dynamique parallèle au mouvement qui a forcé la nécessité d’avoir recours à un gouvernement de transition. Cette nouvelle dynamique émanant de cet accord entre Martelly et le Parlement a par compte exclu d’un revers de la main tous ceux qui directement ont œuvré pour aboutir à cette situation d’exception. Cette solution va causer plus d’affrontement entre ces mal-élus et les forces d’opposition. Parce qu’elle ne tient pas compte, circonvient et ignore intentionnellement les revendications des masses. Alors que ceux qui veulent imposer cette solution sont de fait des imposteurs, des mal-élus, issus d’élections frauduleuses, dont la contestation électorale massifiée exige précisément leur annulation et qui sont les causes directes de la nécessité d’avoir besoin aujourd’hui d’un gouvernement de transition et d’un chef d’État provisoire. Cette solution est logiquement en conflit avec la conjoncture de contestation électorale, qui est absolument insoluble, en excluant les forces contestataires. Puisque la fraude électorale est le moyen préférentiel que l’Internationale et ses proxys ont toujours utilisé pour continuer à confisquer et exercer le pouvoir en maintenant le statu quo. La contestation électorale massifiée devenue irréversible, en provoquant l’interruption du processus électoral, a causé ce vide à la présidence que ces parlementaires issus de ces élections frauduleuses contestées essaient de combler en excluant intentionnellement la pertinence de ces acteurs politiques qui ont assumé la responsabilité de la gestion de ces actions politiques, aux fins d’aboutir à cette situation d’exception. Peut-on croire que ceux qui ont fait cet effort pour arriver à cette fin vont passivement se soumettre à la volonté de ceux contre qui ils sont en train de se battre, pour s’émanciper de ce continuum ?

On vient d’assister avec stupéfaction à un scandale inédit au lendemain des élections du 25 octobre 2015. Des candidats aux postes de parlementaire sont venus sur les ondes témoigner publiquement du fait d’avoir versé des sommes importantes à des conseillers du CEP pour s’assurer du fait qu’ils seront élus aux sièges parlementaires. Ces dénonciations n’ont pas été vagues et anonymes. Ces conseillers du CEP ont été dénoncés nommément par ces candidats. Il est évident que ces sièges parlementaires ont été mis aux enchères, aux plus offrants et derniers enchérisseurs par les conseillers du CEP. Les candidats malheureux venant, après la publication des résultats électoraux, réclamer de ces conseillers du CEP le remboursement de l’argent qu’ils leur ont versé vainement. Leurs compétiteurs ayant gagné à leur place à ces élections, parce qu’ils ont surenchéri avec des offres plus alléchantes. Ce sont ces aveux publics de candidats malheureux qui ont permis de voir au grand jour et de comprendre à quel point les conseillers de ce CEP sont corrompus et l’effet négatif que cette corruption doit avoir sur les résultats de ces deux élections. Ce scandale, à lui seul, ne suffit-il pas pour questionner la validité des résultats de ces deux élections ? Ce n’est pas à tort que la contestation électorale massifiée exige formellement l’annulation des deux élections frauduleuses.

Puisque les parlementaires issus de ces élections frauduleuses ont assumé le rôle de grand-électeur pour élire le prochain président provisoire. Ayant acheté leurs cocardes de député et de sénateur, ne vont-ils pas à leur tour mettre aux enchères le poste de président provisoire, pour lequel ils ont usurpé l’exclusivité du droit d’élire ? L’opposition progressiste ne peut pas laisser cet accord fallacieux entre Martelly et des parlementaires mafieux décider de l’avenir du pays. Après 59 ans de ce leadership sauvage qui a ravagé le pays pour en faire le plus pauvre de l’hémisphère et le classer parmi les quatre pays les plus corrompus du monde, avec naturellement l’aide et la complicité de l’Internationale et de ses instances, il est temps qu’on s’émancipe de ce continuum, pour récupérer notre souveraineté nationale et exercer notre droit à l’autodétermination. A la fin du mandat du chef d’État, le dernier en date de ces gouvernements proxys issus de la fraude électorale et de l’immixtion internationale, les masses haïtiennes ont collectivement interrompu le processus électoral par une contestation irréversible, pour ne plus permettre qu’il y ait à nouveau une passation de pouvoir de proxy à proxy dans ce pays.

Les masses haïtiennes par le biais de cet effort exceptionnel, sont sur le point de mettre fin à ces pratiques mafieuses qui permettent à ce leadership sauvage de confisquer continuellement le pouvoir depuis 59 ans. Vont-elles, étant sur le point de franchir ce seuil, permettre à ces parlementaires issus de ces deux élections frauduleuses, dont elles exigent l’annulation, de faire usage d’un accord fallacieux émanant d’une entente mafieuse avec Martelly, supportée par l’Internationale, de fouler aux pieds leurs revendications et de les jeter au rancart, pour maintenir le cap au sein du continuum ?

Le moment est venu de faire cette réflexion profonde sur la refondation de l’État, la reconstruction, la restructuration de toutes les institutions sans exception et particulièrement l’institutionnalisation du système électoral. Cette opportunité s’offre aujourd’hui à ceux qui auront le courage de mener le combat progressiste jusqu’au bout contre les forces rétrogrades qui poursuivent le maintien du statu quo. L’argumentum ad populum vient irréfutablement de faire ses preuves, en interrompant de manière irréversible le processus électoral vicié, pour empêcher que la passation traditionnelle du pouvoir puisse se faire d’un proxy à un autre. Ne permettez pas à ces mal-élus de reprendre le haut du pavé, en réimposant cette tradition d’élections frauduleuses et d’immixtion internationale catapultant au pouvoir les chefs d’État de son choix ! Que Martelly soit le dernier de cette caste de chefs d’État proxys !






L’actualité va vite en ce moment. Nous savons désormais que la solution choisie par le pays pour régler le problème tend vers la constitution d’un gouvernement de transition et qu’un nouveau scrutin présidentiel sera organisé. Tout ceci a été accepté par l’ensemble des acteurs concernés, dont l’ancien président Martelly qui devrait quitter le pouvoir au jour-dit (suspense ?). Nous incluons cependant le bulletin hebdomadaire du C3GROUP, pour information fort légitime.

Port-au-Prince, 5 février 2016

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Haïti-Crise : Martelly lève le doute sur son départ le 7 février

Le président Michel Martelly a confirmé ce 4 février qu’il quittera son poste à la fin de son mandat le 7 février prochain. « Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire », a déclaré Martelly dans un discours prononcé lors de l’inauguration du nouvel immeuble du ministère de l’Intérieur, détruit lors du terrible séisme de 2010. Martelly a affirmé qu’il partait « sans regret, sans envie, sans attache », à l’issue de 5 ans passés à la tête du pays, dont 4 sans organiser d’élections, tandis que des scrutins fortement controversés et inachevés se sont déroulés au cours de la dernière année (en août et novembre 2015). Source : alterpresse.org

Les membres de l’opposition à nouveau dans les rues, ce Jeudi

Les membres de l’opposition étaient à nouveau dans les rues, ce jeudi, pour continuer d’exiger le départ du président Michel Martelly et la mise en place d’un gouvernement de transition. La manifestation a pris fin devant le Parlement. Les protestataires en ont profité pour dénoncer la tenue de la séance en assemblée nationale. Source : radiotelevision2000.com

Nouvelle manifestation des partisans de Jovenel Moïse

Pour la deuxième journée consécutive, plusieurs milliers de partisans du PHTK ont manifesté cette fois-ci dans la commune de Carrefour afin d’exiger la tenue au plus vite du second tour de la présidentielle. Les protestataires annoncent qu’ils sont contre la mise en place dans le pays d’un gouvernement de transition au départ de Michel Martelly. La manifestation s’est déroulée sans incident majeur. Parallèlement, des milliers de partisans du PHTK ont gagné les rues du Cap-Haïtien mercredi, pour exiger la tenue rapide du second tour des élections et le maintien en place du président Martelly jusqu’à ce qu’un nouveau chef de l’État soit élu. Source : metropolehaiti.com

Haïti-Parlement : la 50e législature rentre en fonction, les députés sont aux anges

La séance en Assemblée nationale s’est tenue le jeudi 4 février, soit près d’un mois après la prestation de serment et la validation du pouvoir des députés. Désormais, les travaux parlementaires peuvent démarrer à la chambre basse. 22 sénateurs et 92 députés ont répondu à l’appel, donnant lieu définitivement à l’ouverture de la séance en Assemblée nationale. Dans son discours de circonstance, le président du Sénat Jocelerme Privert a rappelé, d’entrée de jeu, que 2016 marque la 30e année de la rupture du peuple haïtien avec la dictature des Duvalier et du virage vers la démocratie. Source : hpnhaiti.com

Société

Vicky Jeudy dévoile un sein sur le tapis rouge du SAG Awards au côté de Leonardo Di Caprio

L’actrice d’origine haïtienne Vicky Jeudy a remporté son deuxième SAG Award pour sa performance avec l’équipe de la série de Netflix « Orange is the New Black » le week-end écoulé lors de la 22e édition du Screen Actors Guild Awards à Los Angeles (Californie, Etats-Unis). Au cours de son entrée sur le tapis rouge, en posant avec l’acteur Léonardo Dicaprio, la star a laissé apparaître par accident son sein droit, un moment que les photographes n’ont pas raté pour immortaliser. Source : hpnhaiti.com

Santé

Zika : l’OMS recommande de restreindre les dons de sang
br> Face au virus Zika, le monde s’organise. Et l’Organisation mondiale de la santé commence à prendre ses précautions. « Avec le risque de nouvelles infections du virus Zika dans de nombreux pays, et le lien possible entre (…) le virus et la microcéphalie et d’autres conséquences cliniques, restreindre les dons de sang de ceux revenant de régions où sévit l’épidémie de Zika, est jugé comme une mesure de précaution appropriée », a indiqué l’OMS ce jeudi. Le Canada et la Grande-Bretagne ont d’ailleurs déjà pris les devants. Source : lenational.ht

Culture

Le carnaval de 2016 aura bel et bien lieu

Le défilé traditionnel du carnaval aura lieu cette année aux Champs de mars, malgré le retard enregistré dans la construction des stands. Le responsable de communication du comité a indique qu’un budget de 45 millions de gourdes a été élaboré en prévision des festivités qui doivent se dérouler les 7, 8 et 9 février prochain. Carel Pèdre a aussi précisé qu’un nombre réduit de stands et de chars seront sur le parcours, en raison de la réticence de certains sponsors. Source : metropolehaiti.com

Haïti-Culture : L’utilisation du cinéma Triomphe à des fins politiques et non pour le cinéma, dénoncent des réalisateurs haïtiens

Le Ciné théâtre « Triomphe » serait utilisé à des fins politiques et non pour le cinéma, déplore la « Haitian American Association of Filmmakers », dans une note de presse, en date du 27 janvier 2016, transmise à l’agence en ligne AlterPresse. La Haitian American Association of Filmmakers explique qu’elle s’était portée partenaire, au Triomphe, dans la promotion et l’exploitation du cinéma haïtien, parce qu’elle croyait que ce complexe – inauguré par le président Joseph Michel Martelly – était au service de la culture haïtienne et non à des fins politiques. « Si la grande joie des cinéphiles haïtiens de la capitale de retrouver le cinéma haïtien en salle, a été interrompue, elle est due (c’est la faute de) au ministère de la culture, qui a ordonné la fermeture du Triomphe, le 4 janvier 2016, en plein contrat d’exploitation », dénonce l’association, dans cette note portant la signature de son président, Raynald Delerme. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

EEUU pide un acuerdo de gobernabilidad en Haití antes del domingo

Estados Unidos urgió ayer a las autoridades ejecutivas y legislativas de Haití a alcanzar un acuerdo sobre cómo gobernar el país antes de que el actual presidente, Michel Martelly, abandone el poder este domingo, además de avanzar hacia la elección democrática de un nuevo mandatario. « Estados Unidos urge al Ejecutivo y el Parlamento, las autoridades constitucionales de Haití, a llegar a un acuerdo sobre una hoja de ruta para gobernar el país hasta que se elija a un nuevo presidente », dijo a Efe un portavoz del Departamento de Estado estadounidense. Source : listindiario.com

Haïti risque de ne plus avoir de président dès dimanche

La constitution haïtienne prévoit le départ de Michel Martelly de son poste de chef de l’État le 7 février mais son successeur n’ayant pas pu être élu, le pouvoir présidentiel sera de facto vacant à compter de ce dimanche matin. Haïti risque de sombrer une nouvelle fois dans un vide de pouvoir. Source : la1ere.fr

Rechazan canción del presidente de Haití en la que ataca a periodista

Decenas de personalidades y organizaciones de derechos humanos de Haití condenaron hoy la polémica canción que el presidente del país, Michel Martelly, lanzó con motivo de la celebración del carnaval, que comienza el domingo 7 de febrero, el mismo día que termina su mandato. En la canción, Martelly ataca personalmente a la periodista Liliane Pierre Paul, una de las figuras más respetadas en la prensa haitiana con más de 30 años de carrera profesional. En un comunicado conjunto, organizaciones y personalidades locales criticaron “enérgicamente” el tema, que consideran sexista y ofensivo. Source : diariolibre.com

OAS : Talks to end Haiti crisis at delicate stage

The mission from the Organisation of American States (OAS) seeking to broker an agreement to end the political and constitutional crisis in Haiti says the discussions are now at a “very delicate and urgent stage”. The mission, which arrived here last Sunday and is headed by Antigua and Barbuda diplomat Sir Ronald Sanders, is trying to broker the accord ahead of the planned February 7 departure from office of President Michel Martelly. Opposition parties forced the indefinite cancellation of the January 24 second round of balloting to choose a successor to Martelly and have been calling instead for the establishment of an interim government to oversee fresh elections in the French-speaking Caribbean Community (Caricom) country. Source : jamaicaobserver.com

Ils ont dit

Le président Michel Martelly ce 4 février : « Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire ». Source : alterpresse.org

Le coordonateur de Ligue Alternative pour le Progrès et l’Emancipation Haïtienne (Lapeh), Anacacis Jean Hector : « Il serait préférable que le Premier Ministre Evans Paul reste en poste après le départ du président Martelly. Le chef du gouvernement doit assumer sa charge comme l’avait fait le Premier Ministre Yvon Neptune après le départ du président Aristide en 2004. » Source : metropolehaiti.com

Me Monferrier Dorval : « Le Premier ministre actuel est quasi inopérant. Il n’a pas eu l’onction du Parlement. Le contexte « n’est pas favorable à la reconduction d’Evans Paul qui pourra présenter sa démission au président provisoire, sitôt installé dans ses fonctions. » Source : lenouvelliste.com

Texte du jour

Hommage à Liliane Pierre-Paul : 5 Février 2016 @ Karibe Convention Center
Source : radiotelevisioncaraibes.com

Bonè-bonè nan vi li, nan lane 1970 yo, Liliane Pierre-Paul te montre jan li kwè bon jan enfòmasyon se bon zanmi libète. Bon travay li nan sans sa a, pawòl li ak aksyon li, tou fèl vin pòtèz labanyè pou fanm grandèt granmoun, libète lib e libè, dwadelòm, demokrasi nèt alkole, epitou pou pi fò moun nan peyi a ke sistèm sosyal la mete akote, ki pa ka souse yon zo, kip a ka jwenn jistis devan jij. Ansanm ak 2 zanmi, Sony Bastien ak Marvel Dandin, ki sakrifye yo tou pou Ayisyen gen lwa djòl yo, san li pa mache di sa nou pral di la a, li vin yon antreprenèz, ki di donk li kwè ke chak moun gen dwa travay pou tèt yo pandan y ap respekte lwa lavi a kif è lòm pa janm viv grenn senk, se nan solidarite youn pou tout, tout pou youn la vi ka bèl. Nan koze sa a, Liliane Pierre-Paul toujou montre l pa nan tchans avèk moun k ap betize ak demokrasi a. Depi lè mou nap tande Madanm sa a, nou fin pa wè sa ki ekri kòm manman prensip nan konstitisyon an se degouden ak 50 kòb y oye avèk sa l kwè : « fò noutout fè youn, fò nou derasinen afè nèg mòn-nèg lavil, moun wouj-moun nwa, nèg sòt, nèg lespri, fò nou aksepte nou gen 2 lang ak yon kilti ki pou noutout, pou nou travay pou pwogrè, enfòmasyon, edikasyon, sante, travay, amizman pou tout sitwayen ayisyen. Liliane Pierre-Paul se tout sa yo ankè.

Nan defann tout prensip sa yo tankou Dessalines t ap defann libète nou, gran fanm sa a ki rele Liliane nan resevwa move kou : an 1986, gouvènman avi Duvalier mete l nan prizon, pimpe l annekzil ; an 2016, prezidan peyi a sal pwòch bouch pa li pou l eseye fè Liliane kriye.

Monte-desann, nad marinad, Liliane Pierre-Paul menm jan ak Penelope nan mitoloji peyi la Grèce ki te kenbe kin alaganach pou l pa reponn okenn gason pandan mari l te pati nan bato, Liliane Pierre-Paul toujou rete doubout , anyen, ni trayizon, ni move pawòl pa rive fèl bese tèt li. Doubout pou l di « li fè 4 è nan Radyo Kiskeya », epi se defans tout gwo lide li kwè kif è yon moun, doubout pou repitasyon peyi a, doubout pou lajistis, doubout pou travay leta fèt, doubout pou bèl prensip viv ansanm.

Lilianne pa bay pèp ayisyen an manti. Se kòmsi Maurice Sixto se Liliane li te gade pou l te kree pèsonaj Sandrine nan, mod fanm sa a san repròch, ki pa janm pè, ki konnen bonsans, larezone ak lajistis se bon gid lavi. Fanm pa kite pèsonn pran chans fòse l fèmen bouch li. Li gen rezon paske vwa Liliane se yon bon ti sèvyèt cho pou pwoteje ti bebe kont move zè e ki pèmèt tout moun konnen ladousè mo yo rele libète a. Liliane konnen se sa k pou fè lavi miyò. Li konnen depi l fèmen je l yon ti moman, li konnen depi l pa pale 2-3 jou, tiran yo pral crache dife lanfè sou pèp la ki ka fè moun tounen bèt, li konnen depi l pa pale 2-3 jou, ti moun pral rekòmanse pè pou fiyèt lalo pa manje yo, depi l pa pale 2-3 jou, li konnen depite pap menm ka plenyen difèt yo fè kostim yo tounen tòchon, depi li pa pale 2-3 jou li konnen etidyan pap menm ka plenyen zanzave ba yo kalòt, depi li pa pale 2-3 jou li konnen prezidan ap toujou di betiz fè betiz kòmsi lang sal ta kab sèvi kòz pèp… Sa ki dwòl la zèfè ti voryen yo se luil nan motè machin Liliane pou l defann demockrasi ak tout limanite, noumenm ki nan bon bò a nou konnen se yon devwa pou nou ede ti voryen sa yo pou yo pa tounen zannimo nèt. Nou gen devwa sa a , jan Madan Pierre-Paul fè l chak jou a, pou nous sove ti kras imanite sa a ki rete kay ti vagabon sa yo.

Tout verite sa yo se rezon ki pouse komite sitwayen sa a deside òganize yon seremoni omaj pou Liliane Pierre-Paul, yon ti ankourajman pou nou raple l pawòl li gen sans pou Ayisyen. Annavan Liliane, « li fè 4 è nan radyo Kiskeya », lè sa a se lè w pou pasyans Penelope la ak detèminasyon Sandrine nan pou toujou rekòmanse, toujou kenbe, kontinye, peze sou devwa sa a : pou nou toujou chèche pou chak jou nou vin plis moun ke jan nou moun nan, pou nou fè sa ki konprann ke bay moun kou, joure, vòlè pa kapab tounen byen. Manzè Liliane, travay pou fè Ayisyen fè pwogrè kòm imen, nan Karibe a demen vandredi 5 fevriye a, fanm kou gason ki ta renmen Ayiti sanble ak lide ou yo ap rann ou omaj ki pap janm genyen tout fòs ke entegrite w ak lanmou w pou Ayiti merite

Pou Komite sitwayen an :
Patrice Dumont : Sitwayen angaje
Yves Lafortune : MAP, Avocat (Consultations et Résultats)
Ralph Jean-Baptiste : Association Culturelle Café Philo Haïti (ACCPH)
Marie Yolène Gilles (RNDDH)






Port-au-Prince, le 18 janvier 2016

Haïti dans la presse nationale et internationale

Revue de presse C3GROUP SA

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Elections : L’opposition politique annonce des plaintes contre l’ingérence d’ambassadeurs étrangers dans les affaires internes d’Haïti L’opposition politique en Haïti annonce des plaintes formelles contre l’ingérence d’ambassadeurs étrangers dans les affaires internes du pays, dans une note en date du jeudi 14 janvier 2016, transmise à AlterPresse. « Au cas où ces ambassadeurs persistent dans leur ingérence, pour supporter, à leur profit, l’inacceptable et la corruption, à travers un processus électoral frauduleux, illégal et inconstitutionnel, des plaintes formelles seront portées contre eux par devant les Parlements de leurs États respectifs », soutient-elle. La note fait injonction au Core Group (qui comprend plusieurs représentants de pays dits amis d’Haïti) de respecter l’article 41-1 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961. Source ; alterpresse.org

Fanmi Lavalas salue la décision de Jude Célestin

Le parti Fanmi Lavalas dit appuyer la décision du candidat de LAPEH Jude Célestin de ne pas participer au second tour de l’élection présidentielle prévu le 24 janvier prochain. Lors d’une interview accordée à Radio Métropole ce vendredi, l’avocat du parti Me Gervais Charles a réaffirmé que le conseil électoral ne possédait plus la légitimité pour organiser de bonne élection dans le pays. Source : metropolehaiti.com

La CPH semble divisée sur le choix de Métédieu Lucien en remplacement de Vijonet Déméro

A peine désigné par la Communauté Protestante d’Haiti (CPH) pour remplacer le pasteur Vijonet Déméro au Conseil Electoral Provisoire (CEP), Métédieu Lucien n’aurait pas eu la bénédiction de Jacques N. Janvier, ce dernier qui dénonce sa signature apposée au bas de la correspondance adressée au Président de la République faisant mention de cette proposition. « Je réponds au nom de Pasteur Jacques N. Janvier, sain de corps et d’esprit… La lettre de la communauté protestante n’engage pas le Président de la Fédération des Pasteurs du Grand Nord d’Haïti. « Je n’ai signé aucun document en ce sens, on a signé pour moi… » Source : scoopfmhaiti.com

Haïti-Elections : Le Collectif décline l’invitation du CEP
br> Dans une lettre adressée à Pierre Louis Opont, président du Conseil Electoral Provisoire (CEP),le Collectif du 4 Décembre annonce son refus de participer comme observateur aux élections du dimanche 24 janvier , apprend HPN. Relatant que c’est par voie de presse qu’il a appris que le nom du Collectif figure sur la liste des organisations nationales habilitées à observer les élections, l’organisation dit décliner cette invitation. Source : hpnhaiti.com

Société

Deux nouvelles journées de manifestation

En conférence de presse ce vendredi 15 janvier 2016, la table de la mobilisation du G8 annonce la tenue de deux journées de protestation dans les rues de la capitale pour le lundi 18 et le mardi 19 janvier 2016, pour dénoncer une fois de plus les exactions du pouvoir en place dans la vassalisation des institutions prestigieuses du pays, particulièrement la justice et le parlement. La question des élections vient empirer la crise qui sévissait déjà dans le pays, ont fait savoir les représentants de cinq des huit candidats formant le G8, lors de cette conférence de presse. Source : radiotelevisioncaraibes.com

Aucune date pour la tenue de l’Assemblée nationale

Alors que la date du 11 janvier a été considérée comme une date non-négociable pour la rentrée de la 50e législature, une semaine après cette date « butoir », l’Assemblée nationale devant ouvrir officiellement l’année législative n’a toujours pas siégé. Et jusqu’ici, aucune date n’est retenue pour la tenue de cette Assemblée nationale. Source : lenational.ht

Education

Haïti-Année Gouverneurs de la rosée : Les élèves de philo s’engagent pour sa réussite

Samedi 16 janvier 2016, à l’hôtel Marriott, le ministre de l’Éducation nationale, M. Nesmy Manigat a rencontré 23 comités centraux de classe terminale, venus essentiellement de lycées dans le département de l’Ouest, ainsi que deux invités spéciaux en provenance du Sud-est (lycées Pinchinat et Célie Lamour). Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de « l’Année Gouverneurs de la rosée » et de la « Campagne d’éducation civique », a constaté Haiti Press Network. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

Adriana Lima is working to help Haiti

Haiti is so poor, Brazilian beauty Adriana Lima has dedicated herself to helping out the earthquake-ravaged hellhole. Lima has visited Haiti twice in the past year, she told the crowd at the Garage on 11th Avenue, where fellow Brazilian Jayma Cardoso and designer Kenneth Cole were helping to raise money Thursday night to support a hospital there. Also on hand was Marek Paliwoda, a dermatology physician assistant who goes to Haiti three times a year to provide skin cancer screenings. Source : pagesix.com

Celestin advierte contra elecciones

El candidato opositor a la presidencia de Haití afirmó que si se lleva a cabo la segunda vuelta electoral el próximo fin de semana como está programado, será un revés para la frágil democracia del país. Jude Celestin dijo que teme que habrá fraude electoral y una gran falta de transparencia por parte de las autoridades electorales, y que por eso está boicoteando la segunda vuelta del 24 de enero en que debía competir contra el sucesor elegido por el presidente saliente. Celestin declaró a The Associated Press que Haití está “avanzando hacia una selección, no una elección”. El candidato está haciendo caso omiso de los llamados de Estados Unidos y otros países de que haya una competencia real en las elecciones que están financiando. Source : listindiario.com

Texte du jour

“Profond mépris” de la communauté internationale envers Haïti

Prise de position concernant l’attitude de la communauté internationale
Par le Groupe de la société civile et de partis politiques réclamant l’annulation des élections et des poursuites à l’encontre des responsables de fraude

Document transmis à AlterPresse le 16 janvier 2015

La communauté internationale dominée en Haïti par le Core Groupe −réunissant le Brésil, le Canada, l’Espagne, les États-Unis d’Amérique, la France, l’OÉA (Organisation des États américains) et l’Union européenne− s’est systématiquement engagée, depuis des décennies, à contrecarrer les processus nationaux visant à concrétiser les aspirations exprimées par les populations à la chute de la dictature duvaliériste, à savoir : permettre la transition qui assurerait le démantèlement des structures de pouvoir autoritaire et despotique et la construction d’un État de droit démocratique.

En particulier, le positionnement relatif au processus électoral actuel traduit le profond mépris dans lequel cette communauté internationale tient Haïti. En dépit des faits tenaces, qui prouvent le caractère incohérent et frauduleux des scrutins des 9 août et 25 octobre 2015, elle insiste, fait pression pour que ce processus vicié suive inexorablement son cours, au détriment de la dignité nationale et des principes démocratiques, afin d’imposer des résultats électoraux en tous points irrecevables. Dans son arrogance, cette communauté internationale croit que son statut de conglomérat de grandes puissances, de bailleur de fonds, lui confère tous les droits en Haïti, incluant celui de décider qui doit être aux commandes de l’État. En intervenant systématiquement et ouvertement dans les affaires internes du pays, pour conforter le gouvernement en poste dans ses dérives et justifier des manigances électorales qui, en aucun cas, ne seraient acceptables dans leurs pays, cette communauté internationale alimente continuellement les crises à répétition qui saccagent le pays. Elle empêche le peuple haïtien de réaliser son propre cheminement pour l’instauration d’un État souverain, démocratique, guidé par l’intérêt collectif.

La société civile et la société politique, qui s’associent pour exiger l’annulation des élections et des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables de la gabegie, considèrent que la surdité et la cécité affichées par le Core Groupe est l’expression de la volonté d’imposer des choix politiques à Haïti, de la maintenir sous une occupation qui ne dit pas son nom, afin de préserver des intérêts en parfaite opposition avec les désidératas du peuple haïtien. A chaque nouvelle étape le Core group s’engage à corriger les « erreurs » de la phase antérieure, comme si celles-ci n’avaient aucune conséquence sur les élections, sur les élus, mais surtout sur la vie des Haïtiens et des Haïtiennes. Il s’enkyste par ailleurs dans une logique mercantile à prétendre justifier son attitude par les dépenses qu’il a déjà consenties. Rien ne saurait être plus léger.

• Les élections contestées ou frauduleuses, en aucune façon ne sauraient garantir la légitimité la stabilité et la gouvernabilité. Par conséquent elles auront un impact négatif sur la gouvernance économique et politique. En témoigne le maigre taux moyen de croissance de 1,5% dans lequel pataugeait notre pays entre 2000 et 2014.

Elles fragilisent les soi-disant élus en les transformant ainsi en des proies faciles entre les mains des acteurs tant nationaux qu’internationaux.

Les citoyennes et citoyens mobilisés pour le refus de l’inacceptable, n’entendent pas se plier au diktat du Core Groupe et continueront à lutter pour l’avènement d’une Haïti souveraine, solidaire, respectueuse des droits et libertés.

Signataires : : Marie Frantz JOACHIM, Edmonde S. BEAUZILE, Pierre BUTEAU, Freud JEAN, Jean Baptiste BIEN AIME, Jean William JEANTY, Junot FELIX, Wesner POLYCARPE, Jean Henold BUTEAU, Yolette Andrée JEANTY

Port-au-Prince, le 15 janvier 2016
Pour authentification

Marie-Frantz JOACHIM
Coordonnatrice générale de la SOFA

Jean-William JEANTY
Coordonnateur général du parti Kontra Pèp la






Port-au-Prince, le 8 janvier 2016

Voici la livraison du 8 janvier 2016 de la revue de presse du C3 Group. On y trouve une forme officielle de version des faits, et une note de Robert Benodin insistant de façon circonstanciée sur le rôle joué par les intérêts étrangers, et en particulier nord-américains, dans ce qui apparaît bien comme une volonté de reproduire indéfiniment un système de soumission dont ne profiterait qu’un nombre très restreint de Haïtiens.

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Martelly offense-t-il l’Église catholique ?

En décidant d’avancer avec le processus électoral sans tenir compte des recommandations de la Commission d’évaluation électorale, le chef de l’État offense l’Église catholique et le cardinal Chibly Langlois qui s’était impliqué personnellement dans la formation de cette structure, a déclaré au Nouvelliste une source proche de l’Église catholique. Pour sa part, Rosny Desroches, membre de la Commission, estime que Michel Martelly a commis une erreur en ce sens. Source : lenouvelliste.com

Haïti : La campagne électorale pour les scrutins du 24 janvier s’étendra du 8 au 22 janvier 2016

La campagne électorale pour le second tour des élections, prévu pour le 24 janvier 2016, s’étendra du vendredi 8 au vendredi 22 janvier 2016, a indiqué à Haïti Press Network le porte-parole du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Roudy Stanley Penn. Il s’agit, selon le porte-parole du CEP, d’une période additionnelle puisque l’institution électorale avait déjà fixé la date de la campagne pour le second tour. Source : hpnhaiti.com

Le président Michel Martelly lance des flèches contre l’opposition qu’il accuse d’utiliser la violence pour arriver au pouvoir

Le président Michel Martelly, dans un arrêté daté du 6 janvier, a invité la population à aller voter dans le cadre du second tour de la présidentielle et des législatives complémentaires, le 24 janvier prochain. Parallèlement, dans une adresse à la nation, Michel Martelly a tenté de justifier cette décision intervenue avant même le début des recommandations de la commission d’évaluation qu’il a lui-même formée, se disant totalement contre l’idée de la mise en place d’un gouvernement de transition, une option qui, selon lui, serait désavantageuse pour la nation. Il a lancé du coup des critiques acerbes à l’encontre de l’opposition qu’il accuse de vouloir arriver au pouvoir par la violence… Source : ahphaiti.org

Youri Latortue appelle les sénateurs à préparer l’entrée en fonction des nouveaux élus

Le sénat dans sa configuration actuelle à dix membres ne dispose pas des provisions pour poser un acte parlementaire selon Youri Latortue. Le sénateur élu de l’Artibonite, appelle les sénateurs actuellement en fonction à préparer l’entrée en fonction des nouveaux élus le 11 janvier prochain avant de se préoccuper d’un éventuel vide au niveau du pouvoir exécutif le 07 février prochain. Source : metropolehaiti.com

La CEEI n’a constaté aucune trace de fraude, selon Michel Martelly

Environ trois jours après avoir reçu au palais national le rapport de la Commission d’évaluation électorale indépendante, le président de la République se prononce enfin sur ce document. De ce document, le chef de l’État ne retient qu’une chose. « Le rapport recommande la poursuite du processus électoral puisque la Commission dit n’avoir constaté aucune trace de fraudes lors des élections du 25 octobre ». Source : lenouvelliste.com

Les sénateurs ne peuvent pas bloquer l’entrée en fonction des nouveaux élus

Les sénateurs en place n’ont aucun motif pour bloquer les nouveaux élus assure pour sa part le sénateur François Anick Joseph. Il insiste toutefois sur la nécessité de respecter les règlements intérieurs du sénat qui stipulent que les nouveaux sénateurs doivent s’inscrire auprès de leur chambre 72 heures après la proclamation des résultats par le conseil électoral ce qui n’a pas été fait jusqu’ici. Par ailleurs il explique que la date et les modalités de leur entrée en fonction doivent être définies par le sénat lui-même. Source : metropolehaiti.com

Communiqué de l’OEA (Extrait)

La Mission d’observation électorale (MOE) de l’Organisation des États Américains (OEA) en Haïti salue l’établissement d’une date pour le second tour des élections présidentielles comme un « pas dans la bonne direction ». Elle appelle l’ensemble des acteurs à travailler à l’amélioration des conditions en vue du vote annoncé pour le 24 janvier. La conclusion du processus électoral permettra un transfert de pouvoir constitutionnel à un nouveau Président élu. La Mission considère comme une mesure positive la dissociation des élections locales du second tour des présidentielles limitant le nombre de mandataires dans les bureaux de vote et permettant ainsi d’éviter une répétition des problèmes survenus le 25 octobre (…). Source : alterpresse.org

Société

Le relogement des déplacés se poursuit

Le processus de relogement des déplacés et la réhabilitation des quartiers se poursuit a Port-au-Prince, 6 ans après le tremblement de terre du 12 janvier. A Fort national, Morne Lazard et dans quelques localités de la commune de Delmas des maisons d’habitations sont en cours de construction alors que d’autres ont déjà été remises à leurs nouveaux occupants. Les habitants de ces quartiers reconnaissaient l’importance de ces travaux même s’ils continuent à réclamer plus d’assistance de la part des responsables. Source : metropolehaiti.com

La liste des déportés s’amplifie

Les autorités de la République dominicaine ne cessent pas avec les déportations des migrants. Alors que le dossier est jeté aux oubliettes, et que tous les esprits sont occupés, la crise électorale actuelle, le nombre des déportés augmente exponentiellement. Le bilan est passé de 45 588 au mois de novembre à 47 935, selon les données fournies par le service Jésuite aux migrants (SJM). Source : lenational.ht

Haïti-Séisme : Six ans après, le problème du logement demeure un défi, selon Kayla

Le Konbit (groupe) haïtien pour le logement alternatif (Kayla) propose la « coopérative de logement » comme moyen pour résoudre le problème du logement social en Haïti. ¨Ce problème demeure un défi à relever, six ans après le séisme du 12 janvier 2010 ayant occasionné la mort de près de 300 mille personnes et autant de blessés¨, a fait remarquer Kayla, le mercredi 6 janvier 2015, lors d’une conférence de presse, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse. Source : alterpresse.org

Education

Haïti-PSUGO : Le MENFP ne veut pas payer pour les faux effectifs d’écoliers

Dans une mise au point autour du Programme de Scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO) rendue publique, le mercredi 6 janvier 2016, dont la copie a été transmise à HPN, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle dit n’entendre en aucun cas, payer à certains établissements scolaires impliqués dans le programme, de faux effectifs d’écoliers. Source : hpnhaiti.com

Dans les villes de province

Haïti-Agriculture : De vastes plantations de petit mil ravagées dans le Plateau Central
br> De vastes plantations de millet (petit mil) sont détruites dans plusieurs communes du Plateau Central (Centre), apprend l’agence en ligne AlterPresse. Ces plantations de millet dans les communes de Thomassique, Thomonde, Maïssade et Hinche sont sévèrement affectées par une maladie qui reste jusqu’ici inconnue. Ces plantations sont détruites notamment à Papaye, à Caobite et dans plusieurs autres localités de la 3e section d’aguahedionde rive droite. Les zones affectées se situent non loin du bureau départemental du Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr). Source : alterpresse.org

Dans la presse internationale

Celestin says ‘No’ to Haiti presidential runoff

Haiti presidential candidate Jude Célestin says he will not be participating in this month’s runoff elections. “The 24th is out of the question,” Célestin told the Miami Herald on Thursday. “[President Michel] Martelly will have to do an election with just one candidate.” Célestin’s announcement came as two top U.S. envoys departed Haiti for Washington on Thursday after failing to convince him to run, and as the U.S. State Department issued a statement welcoming Martelly’s executive order scheduling the presidential and partial legislative runoff for Sunday, Jan. 24. Source : miamiherald.com

Ottawa interpellé pour son rôle dans l’exploitation minière en Haïti

Un groupe d’experts en développement international considère que le Canada doit cesser d’orienter sa politique internationale et ses services diplomatiques en fonction de l’exploitation « des ressources minières à l’étranger en général et en Haïti en particulier ». Combien peuvent valoir les ressources minières du sous-sol haïtien ? Au moins 20 milliards de dollars, estime un rapport publié hier par Concertation Haïti. Ce regroupement s’inquiète du rôle canadien dans l’exploitation abusive de ce pays.L’industrie minière en Haïti, enjeux et réalités montre du doigt un projet de déréglementation dont profiteraient les compagnies minières étrangères, au mépris du peuple haïtien. Source : ledevoir.com

Dominican Republic tightens border with Haiti

The north-west border between the Dominican Republic and Haiti has been tightened as according to officials, hundreds of Haitians – many of them undocumented – are trying to enter the country. A contingent of 900 troops was dispatched to the border in what officials are calling “Operation Shield”, they have joined 1,200 solders already assigned to patrol the area that divides the island of Hispaniola. The Immigration Agency says the Haitians who are not qualified to immigrate to the Dominican Republic, have been trying to enter collectively as immigrants while others entered for a binational market held on Mondays and Fridays. Source : jamaicaobserver.com

Ils ont dit

Michel Martelly, le chef de l’État, dans un message préenregistré à l’occasion de l’épiphanie : « Tout le monde était d’avis que les élections du 25 octobre se sont bien déroulées. Il n’y a pas eu de magouilles. Tout s’est réellement bien passé ». Source : lenouvelliste.com

Le sénateur François Anick Joseph : « Les sénateurs en place n’ont aucun motif pour bloquer les nouveaux élus. » Source : metropolehaiti.com

Texte du jour

Élections ou continuum ??
Par Robert Benodin

7 janvier 2016

Au fur et à mesure que la crise électorale s’aggrave, que la contestation électorale se massifie, que les prises de conscience et de position évoluent et se cristallisent, ceux qui veulent le maintien du continuum agissent ouvertement et agressivement avec leurs partenaires internationaux pour tenir le cap. Il est à remarquer que graduellement une décantation s’opère au sein du G8. Pendant un certain temps, Jude Célestin a voulu jouer le rôle de corde ombilicale de l’opposition pour gérer le maintien de la cohésion du G8 dans la mouvance de sa campagne électorale.

Malgré tous les efforts de ceux qui, comme lui, ne veulent en réalité que gérer la crise électorale en entérinant à la fois les résultats des législatives du 9 août et ceux du premier tour des présidentielles du 25 octobre, pour participer au second tour en maintenant le même système électoral au sien du continuum. Jude Célestin se prépare pour son catapultage à la présidence par l’Internationale. Ses déclarations contradictoires et celles venant des porte-paroles de son parti LAPEH, continuent à accentuer son ambivalence quant au maintien de sa candidature et de sa participation au second tour des présidentielles.

La décantation des intérêts au sein du G8 est en train naturellement d’émerger avec une certaine lenteur, certes. Mais en permettant malgré tout à ceux qui, de bonne foi, veulent faire respecter non seulement l’expression de la souveraineté populaire et le droit à l’autodétermination, ils veulent surtout mettre fin à cette tradition de fraude électorale qui réserve le choix du chef de l’État à l’Internationale. Ils ont finalement reconnu le fait qu’il y a une différence irréconciliable entre ce qu’ils veulent accomplir comme changement, versus les normes et traditions que de fait Jude Célestin et sa caste veulent conserver. Jude Célestin ne peut pas être contre un système dont il est le produit. Il n’est vraiment contre les résultats produits par le système que parce qu’ils n’ont pas fait de lui le gagnant dès le premier tour des présidentielles. Il l’a lui-même affirmé et réitéré.

Cependant parmi ceux qui veulent l’annulation des élections législatives et présidentielles, réalisant qu’elles ne forment qu’un tout, d’une part, et d’autre part la catastrophe et le danger qu’elles représentent pour l’avenir du pays, compte tenu du grand nombre de criminels notoires qui occuperont les sièges des deux chambres du Parlement, il y a une distinction dont on doit obligatoirement tenir compte pour ne pas se fourvoyer.

Il y a ceux qui ne sont que contre la façon dont les élections de 2015 ont été gérées. Qui ne veulent les annuler que pour les refaire immédiatement après. Ceux-là veulent d’un gouvernement de transition, certes. Mais de très courte durée, dont le rôle unique ne sera que d’organiser des élections générales immédiatement, dans le plus bref délai. Sans se soucier du fait que, s’il en est ainsi, les élections vont être à nouveau gérées sous l’égide de la même machine électorale, au sein du même système électoral. Lequel système électoral tel qu’il est organisé et qu’il fonctionne, n’est façonné que pour donner droit de cité à l’irrégularité et à la fraude électorale. La machine électorale est contrôlée par les autorités des collectivités territoriales, qui elles-mêmes ne fonctionnent que sous l’égide du ministère de l’intérieur. Le CEP, l’autorité électorale, n’est dominé que par l’Exécutif et l’Internationale qui lui dictent les résultats électoraux. Ce système n’est toléré par l’Internationale que parce qu’il lui permet de nommer à coup sûr tous les chefs d’État de son choix en Haïti.

Cependant il y a aussi ceux qui réalisent qu’il faudrait d’abord saisir l’occasion qu’offre l’intensification de la contestation électorale qui est en train de se massifier, qui doit atteindre l’irréversibilité, pour rompre avec ce système électoral comme premier pas devant conduire à s’émanciper du continuum pour la première fois depuis un siècle ; pour pouvoir créer un nouveau système propre à organiser de nouvelles élections générales garantissant le respect de l’expression de la volonté générale et du droit à l’autodétermination ; pour enfin mettre en application la notion que « Tous les hommes naissent et demeurent égaux en droit. » Ceux-là veulent d’abord d’une réflexion sérieuse sur la refondation de l’État haïtien. Ce qui paradoxalement n’a jamais été fait de 1804 à nos jours.

Quant à la commission d’évaluation, elle avait déjà reçu sa feuille de route concernant le rapport qu’elle vient de soumettre le 3 janvier 2016. Il est à remarquer que le représentant du RNDDH à cette commission, Maître Gédéon Jean, n’a pas signé le rapport parce que sa demande d’une évaluation plus approfondie des résultats du scrutin n’a pas été retenue. Il se dit être en désaccord avec les conclusions de ce rapport. Voilà en gros ce que ce rapport révèle :

- Plus de 57% des votes comptabilisés ne portent pas de signatures des électeurs.

- Plus de 30% des votes comptabilisés ne sont pas liés à un numéro de Carte d’Identification Nationale (CIN).

- Plus de 46% des numéros qui figurent sur les listes d’émargement sont faux.

- Plus de 43% des procès-verbaux contrôlés contiennent des ratures et des modifications de chiffres.

- Plus de 76% des irrégularités constatées dans les procès-verbaux contrôlés n’ont pas été consignées dans des « procès-verbaux d’irrégularité ».

- Plus de 39% des votes effectués sur procès-verbaux n’existent pas dans les listes d’émargement.

- 40% des procès-verbaux n’ont pas été dressés conformément aux exigences du Décret électoral et sont incomplets.

Jugez vous-mêmes. N’y a-t-il pas là tout à la fois le constat de fraudes et celui des irrégularités ?

Les deux ambassadeurs américains Kenneth Merten et Peter F. Mulrean ont exprimé clairement, et à l’avance, ce qu’ils attendaient comme rapport de cette commission d’évaluation. Ils ont, en d’autres termes, annoncé les couleurs. C’est le même Kenneth Merten, l’ex-ambassadeur des États-Unis en Haïti, qui avait forcé la falsification des résultats du premier tour des présidentielles du 28 novembre 2010, pour catapulter Michel Martelly à la présidence. Dans une entrevue à la radio Voix de l’Amérique, la semaine dernière, il a garanti qu’il n’y aurait pas de changement dans les résultats. Que ce sera Jovenel Moïse et Jude Célestin qui iront au second tour. En outre, dans une entrevue accordée à la radio Kiskeya le lundi 28 décembre 2015, malgré toutes les exactions qui ont été dénoncées par les observateurs haïtiens d’organisations de société civile, de défense de droits humains et par les média, l’actuel ambassadeur des États-Unis en Haïti, Peter F. Mulrean a insisté sur le fait que selon lui, il n’y a absolument pas de preuve établissant qu’il y ait eu de fait des irrégularités et des fraudes électorales massives aux présidentielles du 25 octobre 2015.

Puisque le pays est sous tutelle, il devient dès lors absolument clair que cette commission d’évaluation ne devra pas trouver la moindre preuve pour servir les intérêts de ces tuteurs qui tiennent à exercer cette tradition vieille d’un siècle, choisir le prochain chef d’État haïtien. S’ils n’ont aucun intérêt dans l’un ou l’autre de ces deux candidats pour en faire leur proxy, pourquoi insisteraient-ils pour vouloir maintenir les mêmes résultats ? Et s’ils n’ont pas permis à René Préval de nommer son successeur, pourquoi permettraient-ils à Michel Martelly de nommer le sien ?

Au bout du compte, l’arrogance des dernières interventions de ces deux ambassadeurs américains ne vient-elle pas s’ajouter à d’autres attitudes condescendantes et humiliantes de l’Internationale envers la nation haïtienne, pour envenimer la situation ? Ne contribue-t-elle pas directement à provoquer une nouvelle prise de conscience qui tend à porter l’Haïtien en général à vouloir s’émanciper de ses réflexes hétéronomes envers les puissances hégémoniques et les institutions mondiales et régionales, et particulièrement le CORE Groupe ? L’opposition ne doit-elle pas prendre note de cette nouvelle donne politique qui est en train de se développer à son avantage ? Le fait que Martelly dans son discours du 1er Janvier 2016 ait annoncé à bref délai et sans consultation la date à laquelle le second tour des présidentielles aura lieu, le 17 janvier 2016, avant que la commission de vérification ait soumis son rapport, met à la fois en exergue l’intention de vouloir imposer à tout prix la tenue du second tour avec Jovenel Moïse et Jude Célestin et l’absence totale de pertinence de ce rapport. Cependant en allant trop vite en besogne, ne s’est-il pas embarrassé en mettant le pied dans le plat ?

Il est à remarquer qu’une lettre du CEP adressée à Martelly, signée par Pierre-Louis Opont, dit ceci dans son premier paragraphe : « Le Conseil électoral provisoire se trouve dans la pénible obligation de vous informer que, suite à sa réunion plénière extraordinaire du lundi 4 janvier 2016, il a constaté qu’il serait très difficile sinon impossible de réaliser le deuxième tour des présidentielles, celui des législatives partielles et des élections territoriales le 17 janvier 2016. » Et plus loin il ajoute dans son troisième paragraphe ceci : « Le Conseil saisit l’occasion pour vous renouveler sa disponibilité pour une rencontre avec l’Exécutif en vue de voir l’implication de cette nouvelle réalité et de pouvoir compléter ce processus électoral avec cette évidence de ne pas avoir un président élu le 7 février 2016. » Dans une seconde lettre, après une réunion avec l’Exécutif, le CEP se ravise pour annoncer le second tour des présidentielles pour le 24 janvier 2016. Sera-t-il possible ?

Il est évident que la massification de la contestation électorale a eu un effet significatif. Elle a de fait forcé plus que le report de la date du second tour des présidentielles. Il est aussi évident qu’elle n’a pas encore atteint la masse critique nécessaire à son irréversibilité. Puisqu’on en est maintenant conscient, il faudra redoubler d’effort pour atteindre ce plateau et éviter la catastrophe. Dans ce bras de fer pour s’émanciper de ce continuum, il faut avoir constamment à l’esprit cette pensée : « Toute action politique entreprise, au cours de son exécution, est comme une bicyclette : quand elle n’avance pas, elle tombe. » En face, l’arrogance et la condescendance de ces deux ambassadeurs, Kenneth Merten et Peter F. Mulrean, qui cachent difficilement leur appréhension de ne plus pouvoir catapulter au pouvoir le prochain chef de l’État haïtien. Ils sont en train de forcer exagérément la note, pour faire accepter l’inacceptable. Ils sont en train de nier avec une certaine audace les fraudes électorales massives qui ont eu lieu lors des élections du 9 août et du 25 octobre 2015, annonçant à l’avance leur volonté de vouloir maintenir les candidats déjà annoncés qui iront au second tour. Face à cette attitude très agressive des deux ambassadeurs, et celle des organisations et instances internationales, on ne peut pas se permettre d’avoir l’attitude ou le comportement du résigné réclamant sa miette. Il faut exiger avec conviction, ténacité et détermination ce qui revient de droit au peuple haïtien, le respect de sa souveraineté et de son droit à l’autodétermination. Le peuple haïtien a atteint le ras-le-bol ! Il est temps de s’émanciper du continuum !





Port-au-Prince, 30 décembre 2015

BILAN DE L’ANNÉE 2015

Par Michel Soukar

Le bilan de l’année 2015 coïncide avec la fin du mandat du Président Michel Martelly au pouvoir depuis le 14 mai 2011. C’est l’année de l’organisation d’élections générales pour renouveler le personnel dirigeant les institutions étatiques. Cette année coïncide également avec celle de la commémoration du centenaire de l’occupation américaine du pays (1915-2015).

I. SUR LE PLAN POLITIQUE


Durant ses quatre (4) années et demie au pouvoir, le Président Michel Martelly, garant de la stabilité et du bon fonctionnement des institutions, n’a organisé aucune élection en vue du renouvellement des collectivités territoriales, du tiers (1/3) du Sénat et de la Chambre des députés. Au contraire, son administration a remplacé tous les cartels de maires élus dans les 140 communes de la République par des agents intérimaires. Timidement, la communauté internationale et la société civile ont attiré son attention sur cette violation flagrante de la Constitution de 1987. Il est vrai que l’organisation d’élections à un rythme accéléré est une entreprise onéreuse pour la communauté internationale qui supporte la charge du financement des élections en Haïti depuis 1987 à plus de 60%. La Mission de l’Organisation des Nations-unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) ne se préoccupe que de la stabilité de la Présidence. Comme si la stabilité des autres institutions républicaines n’était pas une priorité. Aussi, depuis 2006 le pouvoir présidentiel se transmet-il, tant soit peu, d’un président élu à un autre, en dépit des élections boiteuses concourant à ce transfert plus ou moins régulier et ordonné du pouvoir.

A. UN TEMPS POLITIQUE MAUSSADE

Plus d’un prédisaient un tsunami politique au début de l’année 2015, tant la situation politique se détériorait. Le 12 janvier 2015, le mandat du deuxième tiers du Sénat arrivait à expiration ainsi que celui de la Chambre des députés. Le Président Martelly allait-il constater la caducité du Parlement comme ce fut le cas le 11 janvier 1999, sous la présidence de René Préval ?

Six (6) Sénateurs de la République : Jean-Baptiste Bien-Aimé (Nord-est), Pierre Francky Exius (Sud), William Jeanty (Nippes), John Joël Joseph (Ouest), Jean-Charles Moïse (Nord), Wesner Polycarpe (Nord), secondés, entre autres, par les manifestations de rues du Mouvement des Organisations de l’Opposition Démocratique (MOPOD) incitaient le Président Martelly à cesser les tergiversations et à négocier un accord avec les partis d’opposition, en vue d’une sortie de crise. Leurs revendications portaient sur la formation d’un Conseil Electoral Provisoire (CEP), selon l’esprit de l’article 289 de la Constitution de 1987, la formation d’un gouvernement de consensus et le remplacement du Président de la Cour de Cassation, également Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ). Coincé aux entournures, le Président Martelly constituait une Commission Consultative de neuf (9) membres, présidée par l’homme d’affaires, le Dr Réginald Boulos, en vue d’effectuer la synthèse des rencontres, discussions et consultations antérieures avec les représentants de différents secteurs de la société haïtienne et pour lui faire des recommandations appropriées. Un délai de huit (8) jours était accordé à la commission pour effectuer ce travail.

Dans le délai imparti, la commission consultative remit son rapport au Président Martelly, au cours d’une cérémonie organisée au Palais National, en présence du Premier Ministre Laurent Lamothe, accompagné de certains membres de son gouvernement. Sans surprise, les principales recommandations furent : la formation d’un gouvernement de consensus, dirigé par un Premier Ministre choisi en concertation avec les partis politiques ; la formation d’un Conseil Électoral Provisoire (CEP), selon l’esprit de l’article 289 de la Constitution de 1987 et la démission du Président de la Cour de Cassation, également Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire.

En réalité, ces recommandations correspondaient aux revendications exprimées depuis plus de six (6) mois par les six (6) sénateurs frondeurs et relayés par les manifestants du MOPOD qui réclamaient également l’organisation d’élections ou la démission du Président Martelly. Sans surprise, le Président Martelly saisit la bouée de sauvetage et déclara accepter toutes ces recommandations. Il n’adressa pas de questions préjudicielles relatives à la décharge à accorder à ses anciens ministres, voire la double nationalité. Le dindon de la farce fut le Premier Ministre Lamothe qui menait visiblement campagne, à travers ses tournées dans les provinces, sous le couvert du programme "Gouvenmam Lakay ou".

B. IRONIE OU PRAGMATISME

Le 29 décembre 2014, le Président Martelly, le Président du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), Me Anel Alexis Joseph dont on réclamait la démission, le Président du Sénat : Simon Dieuseul Desras et le Président de la Chambre des députés, Stevenson Jacques Timoléon, signaient un accord tripartite garantissant, entre autres, l’existence du Parlement après le 12 janvier 2015. Cette clause devait être introduite dans la loi électorale à voter avant le 12 janvier. Le mandat des députés serait prolongé jusqu’au 24 avril 2015 et celui des sénateurs jusqu’au 9 septembre 2015, ou à l’entrée en fonction des nouveaux élus, si les élections se tenaient avant ces dates. La balle était dans le camp du parlement.

Le Premier Ministre Lamothe démissionna. L’intérim fut assuré par le ministre de la Santé Publique et de la Population, le Dr Florence Duperval Guillaume. Parallèlement, le Président Martelly désigna Monsieur Evans Paul comme Premier Ministre, en dehors de toute éthique et sans consultation véritable avec les présidents des deux (2) branches du Parlement. Monsieur Paul faisait partie de la Commission Consultative qui avait produit les recommandations de sortie de crise. Le 1er janvier 2015, le Président de la République, flanqué de la première Dame, des présidents du Sénat et du CSPJ, du Premier ministre par intérim et du Premier ministre désigné, participa aux cérémonies commémoratives du 211eme anniversaire de l’indépendance aux Gonaïves.

La convocation du Parlement en Assemblée Nationale pour voter, entre autres, la loi électorale et ratifier le choix du Premier Ministre, n’a pas eu lieu. La séance fut boudée par le groupe des six (6) sénateurs qui écrivirent au président du Sénat pour justifier leur position sur le menu de la convocation, jugé copieux, indigeste et rébarbatif. Paradoxalement, la plupart des partis politiques qui critiquaient le pouvoir du Président Martelly : la Fusion des Sociaux Démocrates, le Parti Inité, le Parti Aysyen Pou Ayiti, Kontra Pepla se bousculaient à l’Hôtel Kinam I pour parapher un accord politique avec le Président de la République le 11 janvier 2015.

Tous les regards étaient rivés sur le Parlement à l’approche de la date fatidique du 12 janvier 2015. Les jusqu’au-boutistes préférèrent jouer le tout pour le tout. Et le délai accordé aux parlementaires expira. L’Assemblée Nationale mettait fin à la 49eme législature. Le vice-président de cette Assemblée, le député Stevenson Jacques Timoléon, proche du pouvoir, prononça un discours dans lequel il suggéra la modification de la carte géographique et politique du pays, à travers la création de nouveaux départements géographiques et de nouvelles communes. Le député Timoléon voulait-il préparer les esprits à une telle éventualité ?

C. FORMATION DU GOUVERNEMENT

Avec le départ de la Chambre basse et l’absence des deux (2) tiers du Sénat, le Parlement est dysfonctionnel. Les dix (10) sénateurs restants son t : Steven Iverson Benoit (Ouest), Wesner Polycarpe (Nord), Jean-Baptiste Bien-Aimé (Nord-Est), Lucas Saint- Vil (Nord-Ouest), Annick Francois Joseph (Artibonite), Jocelerme Privert (Nippes), Carlos Lebon (Sud), Edwin Zenny (Sud-Est), Francisco De la Cruz (Centre) et Andris Riché (Grande-Anse). Ce dernier fut élu Président des restes du Sénat avec cinq (5) voix sur sept (7).

La voie était ouverte pour la formation et l’installation d’un gouvernement de fait. Nommés à la onzième heure, le Premier Ministre forma, de concert avec Le Président de la République, un gouvernement de consensus de vingt (20) ministres et dix-sept (17) secrétaires d’État, sans l’onction du Parlement sur son énoncé de politique générale, comme le veut la Constitution de 1987. Le cabinet ministériel comptait huit (8) ministres issus du gouvernement Lamothe et douze (12) nouveaux ministres, issus pour la plupart des partis Politiques Fusion, Inité. Le Président Martelly cohabita avec ses adversaires d’hier. Parmi les anciens ministres du gouvernement Lamothe, quatre (4) ont battu le record de longévité : l’Ingénieur Jacques Rousseau (MTPTC), Stéphanie Balmir Villedrouin (Tourisme), Florence Duperval Guillaume (MSPP) et Wilson Laleau, tantôt aux Finances, tantôt au Commerce. Par contre, un ministre et trois (3) secrétaires d’État n’ont pas pu être installés. Il s’agit du ministre de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement, le vétérinaire Jean-François Thomas, des secrétaires d’État Fednel Monchéry à la Réforme Agraire, Pierre André Gédéon à la Relance Agricole et Carel Alexandre à la Sécurité Publique. Les trois (3) premiers furent contestés par les étudiants de la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire (FAMV) et le dernier par le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH). Le Gouvernement a dû nommer l’agronome Fresner Dorcin à la tête du MARNDR, suite à la démission de Jean-François Thomas.

Après la formation et l’installation du Gouvernement, contesté par le sénateur Steven Benoit et l’opposition radicale, le cap était mis sur la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP), en vue du lancement du processus électoral.

D. LANCEMENT DU PROCESSUS ÉLECTORAL

Le lancement du processus électoral passait par la formation du Conseil Électoral Provisoire (CEP), selon l’esprit de l’article 289 de la Constitution de 1987, l’élaboration et la publication du décret électoral et du calendrier électoral.

1. Formation du Conseil Électoral Provisoire

Durant quatre (4) ans et demi, l’obstination du Président Martelly à former le Conseil Électoral permanent s’est heurtée à l’opposition d’une bonne partie de la classe politique haïtienne. Les quatre (4) premières tentatives du Président Martelly de former un CEP, présidé soit par Emmanuel Ménard, soit par Josué Pierre-Louis, soit par Frizto Canton ou par Max Mathurin se sont heurtées à la résistance des forces d’inertie du milieu politique haïtien. Cette fois, les institutions prévues dans l’article 289 de la Constitution de 1987 ou celles qui leur tiennent lieu de substitut ont toutes désigné leurs représentants au Conseil Électoral Provisoire, en dépit de certaines protestations au sein de quelques-unes d’entre elles. Voici la liste des représentants désignés par secteur :
Pierre Manigat Jr, Presse
Lucie Marie Carmelle Paul Austin, Université
Pierre Louis Opont, Patronat
Lourdes Edith Joseph, Syndicat
Yolette Mengual, Femme
Néhémy Joseph, Paysan/Vodou
Ricardo Augustin, Conférence Episcopale
Vijonet Déméro, Cultes Reformés
Jaccéus joseph, Droits Humains

Les neuf (9) membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) prêtaient le serment d’usage à la Cour de Cassation, présidée par Me. Jules Cantave succédant à Me Anel Alexis Joseph, démissionnaire. Le parti Fanmi Lavalas et le Mouvement des Organisations Populaires Démocratiques (MOPOD) prenaient acte de la formation du Conseil. Le CEP se mit immédiatement au travail en vue de l’élaboration du projet de Décret électoral à soumettre à l’Exécutif aux fins de publication dans le Journal officiel "Le Moniteur". Le CEP élabora le calendrier électoral et le budget en vue de l’organisation des élections présidentielles, législatives, communales et locales avant la fin de l’année 2015.

2. Publication du décret électoral

Un décret électoral de 244 articles fut publié dans un numéro spécial du Journal officiel "Le Moniteur" le 2 mars 2015. Le Premier Ministre Evans Paul remit symboliquement un exemplaire dudit Décret au Conseil Électoral Provisoire (CEP). Puis, le CEP publia le calendrier électoral et invita le Président de la République à publier l’arrêté convoquant le peuple en ses comices, pour les 9 août, 25 octobre et 27 décembre 2015, en vue d’élire :
• 1 président de la République ;
• 20 sénateurs ;
• 119 députés ;
• 142 cartels de magistrats communaux ;
• 575 cartels de Conseil d’Administration des Sections Communales (CASEC) ;
• et des délégués de ville.

D’après le calendrier électoral, le premier tour des élections législatives fut fixé au 9 août. Le 1er tour des élections présidentielles, le 2ème tour des législatives et les élections communales au 25 octobre. Le 2eme tour des présidentielles et les élections des membres des collectivités territoriales (CASEC, ASEC, Délégué de Ville) au 27 décembre 2015. Si tout se passait comme prévu, le Parlement rentrerait en fonction le deuxième lundi de janvier 2016 et le Président de la République serait installé le 7 février 2016.

3. Inscription des partis politiques

Le CEP invita les partis politiques reconnus à s’inscrire. 192 partis, organisations et entités politiques se présentèrent, y compris le MOPOD, Fanmi Lavalas et Pitit Desalin. 166 partis, organisations et entités politiques, reconnus par le Ministère de la Justice, furent agréés par le CEP. Deux (2) raisons fondamentales expliquent la multiplicité des partis politiques. Premièrement, la loi régissant la formation et le fonctionnement des partis politiques est trop laxiste dans ses critères. Par exemple, vingt (20) membres suffisent pour former un parti politique. Deuxièmement, le gouvernement prévoit une enveloppe de 500 millions de gourdes dans le budget rectificatif 2014-2015 pour le financement des partis politiques. Une manne dans un pays à fort taux de chômage.

Parmi ces partis, on distinguait ceux issus de la mouvance lavalas, ceux proches du pouvoir et ceux constitués à l’occasion des élections. Des démarches furent entreprises par le CEP et le Gouvernement en vue de porter ces partis, organisations et entités politiques à se regrouper en plateforme politique, afin d’en réduire le nombre. En définitive, le nombre de partis, regroupements et plateformes politiques, auxquels le CEP attribua, par tirage au sort, des numéros d’identification était de 126. D’autres tentatives effectuées, soit par le secteur protestant soit par des candidats eux-mêmes, pour réduire le nombre de candidats à la Présidence se révélèrent infructueuses.

4. Inscription des candidats

Le CEP lança le processus d’inscription des candidats dans l’ordre suivant : parlementaires, présidentielles, communales et locales. Les candidats furent invités à s’inscrire en ligne d’abord avant de se présenter dans les Bureaux Électoraux Départementaux (BED) et Communaux (BEC). Entre temps, des ministres et des agents intérimaires démissionnaient en vue de se porter candidat. La question de la décharge était primordiale. La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCA) publia une note de presse, dans laquelle elle informa que les rapports relatifs aux projets de lois de règlement pour les quatre derniers exercices fiscaux (2011-2014) avaient été transmis au Ministère de l’Économie et des Finances (MEF). En conséquence, la Cour ne délivrera pas de certificat de décharge provisoire aux gestionnaires de deniers publics. L’inscription des candidats à toutes les fonctions électives se réalisa dans une ambiance de carnaval : candidats accompagnés d’un défilé de motocyclistes, de bandes à pieds et d’une caravane de véhicules. Souvent, les mêmes motocyclistes, les mêmes bandes à pieds changeaient d’accoutrements, de pancartes à l’effigie du candidat et de fanions. Une activité lucrative se créa à l’occasion des opérations d’inscription.

Ainsi, 70 candidats briguèrent la Présidence, 2039 le Parlement (sénateurs et députés), 2346 les mairies, 3929 les Casecs et 1210 délégués de villes.

5. Contestations de candidatures

Après l’inscription des candidats, une période de contestation est prévue dans le décret électoral. Les instances contentieuses prévues à cet effet sont : le Bureau du Contentieux Électoral Communal (BCEC), le Bureau du Contentieux Électoral Départemental (BCED) et le Bureau du Contentieux Électoral National. Tout électeur peut, moyennant preuve, contester une déclaration de candidature à une fonction élective. Nombreux furent les anciens gestionnaires de deniers publics qui ne purent s’inscrire pour cause d’absence de décharge. Ils n’ont pu bénéficier du principe des formalités impossibles, en évoquant l’absence de Parlement. C’est le cas, par exemple, des anciens ministres du gouvernement Martelly. Parmi les cas de rejet de candidature qui ont défrayé la chronique, citons ceux de la Première Dame de la République, Mme Sophia Saint Rémy Martelly, du candidat à la Présidence de la Plateforme Vérité, M. Jacky Lumarque et de l’ex-Premier ministre Lamothe.

D’autres candidats à la Présidence furent écartés pour cause de double nationalité et pour cause de trafic de stupéfiants. Finalement, 54 candidats figurèrent sur la liste des candidats à la présidence. 1855 candidats agréés pour les élections parlementaires. Au total, 41.000 candidats se préparaient à mener campagne pour les postes électifs.

6. La campagne électorale et les élections

La campagne électorale fut terne. Les candidats au Parlement ont organisé très peu de meetings populaires. La plupart des candidats parcoururent les communes de leur circonscription sur des véhicules montés d’équipements sonores, inondant les rues de vacarme. La campagne présidentielle ne fut pas différente. Tous les candidats proposaient à peu près le même programme. Moins d’une douzaine d’entre eux parcoururent les 11 départements géographiques du pays. La grande majorité se cantonna à des entrevues radiophoniques. Les mêmes participaient aux débats radio télédiffusés.

Quatre (4) sondages du Bureau de Recherche en Informatique et en Développement Social (BRIDES) fournissaient les tendances de votes. Les élections du 9 août 2015 se déroulèrent dans une ambiance de désordre et de violences. Fraudes et irrégularités furent dénoncées aussi bien par des candidats, des partis et regroupements de partis politiques que par des organisations de la société civile impliquées dans l’observation électorale. RNDDH, CNO et CONHANE pointèrent du doigt le Parti PHTK, proche du pouvoir, dans les violences, les fraudes et irrégularités. Le RNDDH pensa que ces élections étaient un accroc aux normes démocratiques. RNDDH, CNO, CONHANE exigeaient une évaluation honnête et sincère du scrutin.

Certains partis politiques, comme la Fusion des Sociaux démocrates, Fanmi Lavalas, ALAH, CANAAN et Renmen Ayiti proposèrent une évaluation des élections législatives. D’autres réclamèrent l’annulation des élections législatives. Ils dénoncèrent de faux observateurs, membres de partis politiques proches du pouvoir comme les instigateurs des fraudes et violences ayant émaillé la journée électorale. Le front des candidats pour la lutte démocratique réclama l’annulation des élections, le renvoi des 9 membres du CEP et le départ du Président Martelly.

Ces revendications furent relayées par des partis et regroupements politiques comme la Fusion, Ayisyen pou Ayiti, REPARENN, Fanmi Lavalas, Platfom jistis, UPAN et PKN. Ils réclamèrent la tête de Pierre-Louis Opont, des corrections ou un gouvernement de transition. Le CEP publia les résultats définitifs des élections législatives.

Le Conseil Électoral Provisoire (CEP) rejeta la notion d’annulation des élections. Selon le conseiller Néhémy Joseph, le CEP est déterminé à conduire la procédure électorale jusqu’au bout. Le CEP décida de reprendre les élections, le 25 octobre 2015, là où il y avait eu violences, fraudes et irrégularités. Ainsi, 15 candidats à la députation et 1 candidat au Sénat furent écartés pour leur implication présumée dans des cas de fraudes et de violences.

Le CEP publia les résultats définitifs des élections législatives. 10 candidats, 2 sénateurs et 8 députés furent élus dès le premier tour. La contestation se radicalisa. Le CEP proposa de corriger les erreurs et de faire mieux à l’occasion des présidentielles, prévues pour le 25 octobre 2015.

Le conseiller Néhémy Joseph, représentant des secteurs Vodou et paysan au sein du CEP, démissionna après avoir cautionné les décisions antérieures du CEP. Le Conseiller Ricardo Augustin, représentant de la Conférence Épiscopale déclara que le CEP allait avancer sans Néhémy Joseph. Il avait raison puisque la Mambo Carline Viergelin, désignée à l’insu des pontes du vodou et du Secteur paysan, succéda à Me Néhémy Joseph.

Le CEP mit le cap sur l’organisation des présidentielles du 25 octobre 2015. Son président, Pierre-Louis Opont, exigea la présence d’une force lourdement armée pour sécuriser ces élections. On effectua certaines corrections et améliorations. Par exemple, les mandats et les cartes d’accréditation des observateurs furent disponibles plus tôt, 13725 bureaux de vote installés dans les dix départements géographiques. La MINUSTAH disposa de 2061 policiers et de 2370 militaires onusiens. Désistement, endossement et appel au boycott caractérisèrent ces présidentielles. Á deux jours du scrutin, le CEP se dit prêt à 97%. Le 25 octobre 2015, les élections présidentielles, législatives et communales se déroulèrent dans le calme. On félicita le peuple, la police et le CEP. Le taux de participation oscilla entre 25 et 30 %, selon des observateurs de l’UE et de l’OEA. Plus tard dans la journée, des dénonciations de fraudes massives et d’irrégularités graves fusaient. Quatre (4) organisations de la société civile : RNDDH, SOFA, CONHANE et CNO, engagées dans l’observation électorale, dénoncèrent des fraudes massives.

Le CEP aurait distribué 13.725 mandats à chacun des partis et regroupements politiques engagés dans la course électorale ainsi que des cartes d’accréditation à des organisations d’observation bidon. Il se serait développé un trafic de mandats et ces mandataires auraient voté plusieurs fois. Rappelons qu’un mandataire et un observateur peuvent voter dans le bureau de vote où ils/elles sont affecté(e)s sans avoir leur nom sur la liste électorale du bureau ou du centre de vote en question. Dans ce cas, le président du bureau de vote et le superviseur rédigent un procès-verbal attestant leur vote.

Des candidats appelèrent au respect du vote populaire. Le RNDDH exigea la vérification des informations relatives à la fois aux votes effectués en dehors de la liste d’émargement par les mandataires et observateurs, au mode de recrutement des avocats vérificateurs au Centre de Tabulation des Votes (CTV) ainsi que la clarification du nombre de mandats et de cartes d’accréditation délivrés aux organisations impliquées dans l’observation électorale. Le Président du CEP, Pierre-Louis Opont, promit de prendre en considération toutes les dénonciations de fraudes. L’internationale exigea la transparence au Centre de Tabulation des Votes (CTV), dirigé par Widmack Matador. Le CEP forma une commission interne pour évaluer et corriger les fraudes et irrégularités. Le RNDDH contesta la formation de cette commission, y voyant une manœuvre du CEP qu’il qualifia de juge et partie. La proclamation des résultats préliminaires, fixée au 3 novembre 2015, fut décalée de deux jours, soit le 5 novembre. Comme prévu, le CEP publia les résultats préliminaires des élections présidentielles du 25 octobre 2015 donnant Jovenel Moïse de PHTK premier avec 32.81% des votes, Jude Célestin avec 25.27%, Jean-Charles Moïse 14.27%, Maryse Narcisse 7.05%. Hormis Jovenel Moise, les autres candidats rejetaient ces résultats appelant au respect du vote populaire. Fanmi Lavalas contesta régulièrement les résultats au BCED et au BCEN et soutint les revendications des partis LAPEH et Pitit Desalin dans les manifestations de rues lancées par ces derniers. Ces manifestations donnèrent souvent lieu à des violences de part et d’autre.

Cependant, bien avant la publication des résultats, huit (8) candidats à la Présidence : Sauveur Pierre Etienne, Jean-Charles Moïse, Jude Célestin, Jean-Henry Céant, Steven Benoit, Charles Henry Baker, Eric Jean-Baptiste et Samuel Madistin, formaient un front commun réclamant la formation d’une commission indépendante pour "épurer le processus de vote, en vue de détecter les cas de fraude ; identifier et recommander l’exclusion du processus aussi bien des fraudeurs que des bénéficiaires des cas de fraudes ; recommander toutes mesures utiles pour rétablir la confiance ; et garantir la transparence nécessaire en vue de la poursuite du processus électoral." Le CEP invita les représentants du groupe des 8 à le rencontrer. Par contre, au cours de la nuit suivant cette rencontre, le CEP publia un communiqué dans lequel il déclara que le décret électoral ne contient pas les provisions pour constituer la commission proposée par le groupe des 8. Alors, LAPEH, Pitit Desalin et Fanmi Lavalas maintinrent la pression par des manifestations de rues.

En réponse à la contestation de Fanmi Lavalas, le BCEN rendit un jugement autorisant les avocats de Fanmi Lavalas à vérifier des procès-verbaux au centre de tabulation des votes. Apparemment, les 78 procès-verbaux contrôlés au CTV étaient entachés de fraudes. Le CEP, dans le communiqué # 92, rectifia le nombre de procès-verbaux écartés pour fraudes. Au lieu de 296 procès-verbaux, le CEP écarta 490 pour fraudes et irrégularités diverses constatées par le CEP lui-même. Cet aveu était susceptible de confirmer les allégations de fraudes et d’irrégularités dénoncées par les partis politiques contestataires. Dans l’après-midi du mercredi 24 novembre, le CEP publia les résultats définitifs des élections présidentielles du 25 octobre 2015, sans grand changement dans le classement des candidats par rapport aux résultats préliminaires. Jovenel Moïse et Jude Célestin devraient s’affronter au second tour prévu le 27 décembre 2015. Le groupe des 8 maintint sa revendication. Le candidat à la Présidence Jude Célestin déclina des invitations de la Présidence et du CEP. Le gouvernement forma une commission en vue d’adresser la crise de confiance qui affectait le processus électoral. Jude Célestin refusa de rencontrer ladite commission. Cependant, de nombreuses organisations de la société civile, comme la Conférence Épiscopale et l’Initiative de la Société civile, adhérèrent à l’idée de la formation d’une commission indépendante de vérification du scrutin présidentiel du 25 octobre 2015.

E. LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

La communauté internationale joue un rôle de premier plan dans la politique haïtienne, en général, et dans l’organisation des élections, en particulier. Elle contribue au financement de ces élections à hauteur de plus de 60%. Les principaux contributeurs sont les États-Unis d’Amérique du Nord, l’Union Européenne, le Canada, le Japon et le Brésil. Cette année, le Club de Madrid a effectué 6 missions en Haïti en vue d’appuyer et de suivre l’évolution du processus électoral. Le Secrétaire d’État Américain, John Kerry, est venu en Haïti rappeler que les élections de 2015 devaient se dérouler sans intimidation et sans violence.

En outre, Kenneth Merten : le Coordonnateur du dossier d’Haïti au Département d’État, les ambassadeurs du Canada, des États-Unis, de France et de l’Union Européenne défilèrent au bureau du Premier Ministre Evans Paul pour renouveler leur appui à la tenue des élections en Haïti à la fin de l’année 2015. Par ailleurs, le Core Group, composé de la représentante du Secrétaire Général des Nations-Unies, des ambassadeurs des pays "Amis “d’Haïti : le Canada, les États-Unis, la France, le Brésil, l’Espagne et du représentant de l’OEA en Haïti, plaide pour la poursuite du processus électoral après la tenue des élections du 9 août 2015, voire du 25 octobre 2015. Le représentant de l’Union Européenne va jusqu’à minimiser les allégations de fraudes et d’irrégularités soulevées par les partis de l’opposition.

Or, depuis quelque temps, cette communauté internationale ne parle pas uniquement d’élections libres, honnêtes et démocratiques. Elle y ajoute crédibles et inclusives. Les élections du 9 août et du 25 octobre 2015 sont-elles jugées crédibles par la communauté internationale, suivant les normes et standards internationaux en usage ?

Le journal Miami Herald du jeudi 3 décembre 2015 annonça la visite de l’ambassadeur Kenneth H. Merten. Sa mission, présuma-t-on, était de persuader le CEP de reporter la tenue du 2ème tour des élections prévues le 27 décembre 2015 à une date ultérieure et les dirigeants haïtiens de former une commission indépendante en vue de s’assurer de l’intégrité des élections du 25 octobre 2015, comme le recommandaient la Conférence Épiscopale, des leaders protestants, l’ISC et quatre organisations locales de droits humains. Entre temps, le mandat du Président Michel Joseph Martelly, au pouvoir depuis 4 ans et demi, tire à sa fin.

F. BILAN DU MANDAT DU PRÉSIDENT MARTELLY AU POUVOIR

En accédant au pouvoir le 14 mai 2011, le Président Michel Joseph Martelly avait axé son programme sur cinq (5) "E" : Éducation, Emploi, Énergie, Environnement et État de droit. Certains observateurs croient que le Président Martelly a mangé ses "E". D’autres pensent que ces "E" sont muets ou minuscules.

Éducation  : le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle lança le Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire (PSUGO). La propagande gouvernementale fait état de chiffres, souvent contradictoires, du nombre d’élèves fréquentant l’école dans le cadre de ce programme. Une évaluation du PSUGO par le Ministère révèle de nombreux cas de fraudes et de malversations. 85 écoles sont exclues du programme. Le Ministère saisit l’Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC). Le nouveau ministre Nesmy Manigat travaille à l’amélioration de la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles haïtiennes, contrôlées à 85% par le secteur privé.

Emploi  : où sont les 400 mille emplois que l’Administration Martelly claironne avoir créés ? Même le Ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau, n’est pas en mesure d’établir avec exactitude le nombre d’emplois créés sous la Présidence de Michel Martelly. Toujours est-il que 60% de la population active du pays vit toujours dans le chômage.

Énergie  : l’Administration Martelly a toujours promis de rétablir la fourniture du courant électrique 24 heures sur 24. Cependant, les fournisseurs d’électricité à l’Ed’H se trouvent souvent dans la situation d’arrêter les moteurs, quand l’Ed’H n’honore pas ses obligations contractuelles. Les moteurs de la Centrale Hydro Electrique de Péligre sont en réparation. Cette année, la Banque Mondiale présente un rapport accablant sur la gestion de l’Électricité d’Haïti (Ed’H) qui bénéficie d’une subvention de 200 millions de dollars américains l’an. Alors que l’Ed’H accuse 60% de perte sur le réseau et n’est pas en mesure de facturer les clients. La Banque Mondiale recommande la baisse du prix de l’énergie, la révision des contrats conclus avec les fournisseurs d’électricité à l’Ed’H ainsi que l’amélioration de la gouvernance de la compagnie d’éclairage électrique. Le gouvernement forme une commission, chargée de mettre en œuvre les recommandations de la Banque Mondiale.

Environnement  : un rapport publié récemment à la Conférence de Paris sur le climat classe Haïti parmi les trois (3) pays de la planète, avec le Honduras et la Birmanie, comme les plus affectés en 20 ans par des événements météorologiques. La couverture forestière est réduite à une peau de chagrin. Il suffit de quatre (4) heures d’averses pour enregistrer des cas d’inondation et des pertes en vies humaines. Des algues brunes envahissent Haïti, tuent des poissons et affectent la faune marine. Des tas d’immondices jonchent les rues de la capitale et des principales villes. Le personnel du Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS) est en grève pour réclamer le paiement de plusieurs mois d’arriérés de salaires. Il en est de même des employés de la voirie dans de nombreuses villes de province.

État de Droit  : un seul cas suffit pour évaluer la vitalité de l’État de droit dans le pays. Le juge d’instruction, Me Sonel Jean-François rend une ordonnance de renvoi au criminel contre les membres du gang galil, dirigé par Woodly Ethéart, alias Sonson Lafamilia et Renel Nelfort, alias Renel le récif. Des membres du gang interjettent appel de ladite ordonnance. Curieusement, le Doyen du Tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Raymond Jean-Michel, en dépit de l’appel exercé contre l’ordonnance de renvoi, extrait les dossiers de Woodly Ethéart et de Renel Nelfort et les renvoie en jugement devant le tribunal criminel, présidé par le juge Lamarre Bélizaire.

Woodly Ethéart, dit Sonson La familia et Renel Nelfort sont libérés par le juge Lamarre Bélizaire qui leur conseille de ne plus recommencer. Pour maquiller l’affaire, le gouvernement exerce un pourvoi en cassation contre le jugement du tribunal criminel sans assistance de jury, et met le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de première instance, Me Kherson Darius Charles, en disponibilité. Le Conseil Supérieur du pouvoir Judiciaire inflige la même sanction au Doyen Raymond Jean-Michel qui est remplacé par le Juge Bernard Saint-Vil.

L’expert indépendant des Nations-Unies pour les Droits de l’Homme en Haïti a effectué quatre (4) visites pour constater la prévalence de la détention préventive prolongée, l’impunité, la situation des réfugiés et des déplacés depuis le séisme du 12 janvier 2010.

2. Instabilité Institutionnelle

On ne compte plus le nombre de commissaires du Gouvernement qui se sont succédé à la tête du Parquet de Port-au-Prince. De plus, l’Administration Générale des Douanes (AGD), la Direction Générale des Impôts (DGI), l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), l’Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF) et la Radiotélévision Nationale d’Haïti (RTNH) n’ont jamais connu autant de changement de directeurs généraux. A celà s’ajoute le nombre de ministres qui ont défilé aux ministères de l’Intérieur, du Plan, des Affaires Sociales, de la Communication, etc. Il importe de rappeler, toutefois, que quatre (4) ministres ont battu le record de longévité dans le gouvernement. Il s’agit des ministres Stéphanie Balmir Villedrouin (Tourisme), Jacques Rousseau (MTPTC), Florence Duperval Guillaume (MSPP) et Wilson Laleau (navette MEF/MCI).

3. Voyages, Accueil et Autres

Le Président Michel Martelly est parmi les présidents d’Haïti, celui qui a effectué le plus grand nombre de voyages à l’étranger et qui a reçu également le plus grand nombre de dignitaires étrangers au cours de son mandat. Il a rencontré deux (2) papes à Rome. Cette année, il a reçu la visite des présidents de la République Française et de la République de Chine (Taiwan). Le premier est venu rappeler la dette "morale" de la France envers Haïti, sans promettre ni restitution ni réparation. Le second est venu inaugurer le nouvel immeuble, logeant la Cour de Cassation de la République, offert par son pays. La Drug Enforcement Agency (DEA) des États-Unis a procédé à l’arrestation du fils de l’ex-président du Honduras Porfirio Lobo et de deux proches du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Quelque temps auparavant, deux (2) citoyens vénézuéliens ont été appréhendés à Tabarre en possession de cinq cent mille dollars américains cash à bord de leur véhicule, par des agents de la Brigade de Lutte contre le trafic des stupéfiants (BLTS). Un trafiquant de drogue jamaïcain a été tué par balles à Baie Dumesle, Saint-Louis du Sud, suite à des échanges de tirs avec la police. De même, des ressortissants haïtiens arrêtés pour trafic de drogue et extradés aux États-Unis sont retournés au pays, après avoir purgé leur peine dans les prisons fédérales américaines. C’est le cas, par exemple, d’Oriel Jean et de Jacques Kétant. Ce dernier a bénéficié d’une réduction de peine et de la clémence de la justice américaine.

4. Violence et Insécurité

La violence et l’insécurité ont fait de nombreuses victimes cette année. De nombreux agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) sont tombés sous les balles de bandits circulant à moto dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et dans plusieurs villes de province. Selon le directeur général de la PNH, Monsieur Godson Orélus, 250.000 armes illégales seraient en circulation dans le pays. Les religieux et religieuses furent les nouvelles cibles des bandits. On a enregistré 29 attaques contre des communautés religieuses. Des milliers de fidèles catholiques ont marché dans les rues de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien pour réclamer justice pour les religieux et religieuses.

La Commission Nationale Justice et Paix de l’Église Catholique (JILAP) a dénombré plus de 500 cas de morts par balles au cours du premier semestre de l’année 2015.

Parmi les cas les plus retentissants, citons : l’assassinat chez elle, à Vivy Mitchell de l’ex-directrice générale de la PNH sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide, Madame Jocelyne Pierre ; l’assassinat de Oriel Jean, ancien chef de la sécurité du Palais national, sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide ; l’attentat sur la personne de Jean Nesly Lucien, ancien directeur général de la PNH sous Jean-Bertrand Aristide, atteint de deux projectiles, tirés par des individus circulant à moto à Tabarre 36 ; l’assassinat par des individus armés de l’agronome Jean-Yves Barnatte aux Cayes, de Jean Gesner Henry Jr (dit coupé cloué jr) à Delmas 33, de Claude Delatour à Pétion-Ville, de Wickenson Bazile, employé technique du CEP et cousin du conseiller au CEP Jaccéus joseph (Droits Humains) à Delmas 32. En outre, des individus armés ont criblé de balles la résidence du conseiller au CEP Vijonet Déméro (Cultes Réformés). Á ces cas s’ajoutent toutes les violences enregistrées à Fort-Liberté, à Ouanaminthe, à Petit-Goâve, à Miragôane et à l’Arcahaie. Á Ouanaminthe, par exemple, un casque bleu chilien de la MINUSTAH a été tué. Aussi, des pays comme le Canada, les États-Unis et la France recommandent à leurs concitoyens d’éviter autant que possible de voyager en Haïti même quand un cadre supérieur de l’UNPOL déclare que la situation sécuritaire au pays n’est pas si mauvaise.

II. SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Un pays que l’on disait ouvert aux affaires (open for business) trébuche à cause de l’insécurité, de la violence, de l’instabilité politique et de la mauvaise gouvernance. En début d’année fiscale 2014-2015, les prévisions économiques tablaient sur un taux de croissance du PIB de 3.5%, un taux d’inflation de 6 à 8% en rythme annuel et un taux de change oscillant entre 48 et 50 gourdes pour un dollar américain. Sans doute, ces prévisions n’avaient pas tenu compte de facteurs internes comme la sécheresse, les manifestations politiques, les grèves et de facteurs externes comme la baisse du prix du baril de pétrole sur le marché international et la raréfaction de l’aide externe à Haïti. Le brut vénézuélien, principal fournisseur de pétrole à Haïti dans le cadre de l’Accord Pétro Caribe, a perdu 61% de sa valeur en 2015. Cette baisse du prix du pétrole sur le marché international entraîne une baisse des revenus octroyés à Haïti dans le cadre de l’Accord Pétro Caribe signé avec le Venezuela. De plus, les grèves lancées par les syndicats du secteur transport, réclamant la baisse du prix du carburant à la pompe, débouchent sur une réduction des recettes fiscales. Le budget de l’exercice fiscal 2014-2015 est revu à la baisse, de 122.6 milliards à 109.5 milliards de gourdes.

La Commission Économique pour l’Amérique Latine et la Caraïbe (CEPAL) a revu à la baisse le taux de croissance économique du PIB pour Haïti à 2.5%. C’est peut-être ce qui a poussé le ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau, à déclarer l’état d’urgence économique. D’après lui, le pays vit au-dessus de ses moyens. Ce qui pourrait laisser croire que l’État allait pratiquer une politique d’austérité, en réduisant son train de vie et en éliminant les dépenses somptuaires. Le Forum Économique Mondial, dans son rapport 2015, classe Haïti 133e sur 141 pays en matière de tourisme, devant Myanmar, Burkina Faso, Mauritanie, Yémen, Mauritanie, Angola, Guinée et Tchad. Depuis quelque temps, le pays importe presque tout ce qu’il consomme et exporte très peu de biens à l’étranger. Pour la première fois dans son histoire, le pays importe du café. Moins d’un million de touristes, y compris les Haïtiens vivant à l’étranger, visitent Haïti chaque année.

Les principales sources de devises étrangères demeurent jusqu’à présent les transferts en provenance de la diaspora et l’aide internationale au développement. Les transferts en provenance de la diaspora totalisent 2 milliards de dollars américains. Avec 830 dollars américains de revenu annuel par tête d’habitants, Haïti stagne dans la classification par revenu de la Banque Mondiale. Haïti exporte pour à peine un milliard de dollars américains de biens et importe pour plus de quatre milliards de dollars américains. Le déficit de la balance commerciale se creuse davantage avec la République Dominicaine. L’Association des Industries d’Haïti (ADIH) s’inquiète de la recrudescence de la contrebande à la frontière haïtiano-dominicaine. La Cimenterie Nationale (CINA) appelle l’État haïtien à lutter contre la contrebande de ciment en provenance de la République Dominicaine. Le gouvernement estime le manque à gagner pour le fisc à près de 500 millions de dollars américains l’an. Récemment, le directeur de la douane de Malpasse se plaignait de la recrudescence de la contrebande qui se développe sur le lac Azuei.

Le rapport du Forum Économique Mondial sur la compétitivité classe Haïti 134ème sur 140 économies analysées en 2015-2016. Entre temps, la Banque Mondiale a révisé les prévisions de croissance du PIB en Haïti à la baisse, soit 1.7%. Le Congrès Américain renouvelle la Loi HOPE/HELP favorisant l’exportation de produits textiles, sans droits de douane, aux États-Unis jusqu’en 2025.

Le salaire minimum dans le secteur textile en Haïti passe à 240 gourdes par jour. Parallèlement, la gourde se déprécie fortement par rapport au dollar américain. Le taux de change de la gourde par rapport au dollar américain passe de 40 gourdes en 2011 à 52 gourdes pour un dollar américain en avril 2015. En moins de 30 jours, le taux de change est passé en mai 2015 de 46 à 56 gourdes pour un dollar américain. Le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH) tente de rassurer et de calmer les esprits des agents économiques. La BRH intervient sur le marché pour garantir la stabilité des prix dans l’économie haïtienne. Alors, la BRH augmente les coefficients de réserve obligatoire, les taux d’intérêt sur les bons BRH et injecte des dollars américains sur le marché.

Pour les uns, la Banque Centrale réduit ainsi la capacité des banques commerciales à octroyer du crédit au secteur privé (effet d’éviction), en asséchant les liquidités disponibles dans le système bancaire. Pour d’autres, ces mesures entraînent aussi l’augmentation des taux d’intérêt sur les prêts accordés aux clients. Les coefficients de réserve obligatoire affectent même les comptes des organismes publics domiciliés dans les banques commerciales opérant en Haïti. Mais la question vitale, celle de la relance de la production nationale, seule capable de revitaliser la gourde, ne peut être adressée par la BRH uniquement mais par une nouvelle politique d’État et par un nouveau choix de société. De plus, comment ne pas provoquer inflation et chute de la gourde quand le ministère des Finances fait imprimer 14 milliards de gourdes en deux ans ?

C’est dans ce contexte économique morose que le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) a pris un communiqué interdisant l’importation par voie terrestre de 23 produits en provenance de la République Dominicaine. Le Forum Économique du Secteur Privé jubilait. Cependant, cette décision s’apparente à une mesure protectionniste non tarifaire, susceptible d’être attaquée devant l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Les observateurs se demandent pourquoi une mesure si importante n’a pas fait l’objet d’un arrêté pris en Conseil des ministres mais d’un simple communiqué du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) ?

De toute façon, les réactions ne se sont pas fait attendre. Le syndicat des transporteurs de la République Dominicaine protestait et bloquait la frontière à Jimani. Ce qui a eu pour effet de pénaliser les usines textiles opérant en Haïti, dont l’approvisionnement en matières premières s’effectue par la frontière haïtiano-dominicaine. Le Président Martelly a dû se rendre à Baharona en République Dominicaine pour rencontrer son homologue Danilo Médina en vue de discuter de questions d’intérêt commun aux deux pays. Les deux présidents signèrent un accord en six points. Les échanges commerciaux et la migration sont au cœur de cette entente.

Le rapport « Doing Business 2016 » classe Haïti 182ème sur 189 nations répertoriées. La Coordination Nationale sur la Sécurité alimentaire constata une augmentation des prix des produits alimentaires. La dépréciation de la gourde par rapport au dollar américain se poursuit. Le coût de la vie augmente. Le taux d’inflation est passé maintenant à 11%. En cette fin d’année 2015, le taux de change de la gourde par rapport au dollar américain avoisine 60 gourdes pour un dollar américain. La Banque Centrale (BRH) annonce la vente de 50 millions de dollars sur le marché des changes.

Le 1er octobre 2015, le gouvernement publia par décret le Budget de 120.6 milliards de gourdes pour l’année fiscale 2015-2016. Les prévisions de dépenses dans ce budget sont supportées par des prévisions de recettes basées sur une augmentation de certains droits et taxes, comme le matricule fiscal, le timbre de passeport, le permis de conduire et la patente. Parallèlement, le gouvernement adopta un décret accordant des privilèges exorbitants aux anciens ministres et secrétaires d’État. Ces décisions soulevèrent la colère des syndicats de transport et des étudiants de certaines facultés de l’Université d’État d’Haïti. Á celles-là s’ajouta la décision de créer cinq (5) nouvelles communes dont celle dite des Arcadins. Après maintes protestations, violences et émeutes à l’Arcahaie, le gouvernement rétracta ces mesures.

III. SUR LE PLAN SOCIAL

Le processus de paupérisation de la population se poursuit. Sur une population totale de 10.6 millions d’habitants, la population économiquement active est estimée à 4.7 millions d’habitants. 60% de cette population est en chômage. De plus, 3.7 millions d’Haïtiens sont menacés par l’insécurité alimentaire. Plus de deux millions d’Haïtiens vivent au-dessous du seuil de pauvreté, avec moins de 2 dollars américains par jour. Les Haïtiens continuent de prendre le chemin de la mer, en dépit des rapatriements des États-Unis et des Bahamas. Un voilier a fait naufrage au large de Borgne, faisant 21 morts et occasionnant autant de disparus. Plus de 70.000 immigrants haïtiens sont confrontés à d’énormes difficultés au Brésil qui accorde la résidence permanente à 43.781 d’entre eux.

Le gouvernement a procédé dans la capitale à la démolition des maisons dans les quartiers compris entre la rue de la Réunion, la rue du Champ de Mars et la rue Saint-Honoré, après un processus de dédommagement laborieux, laissant de nombreuses familles sans toit. De plus, les chantiers publics, exécutés pour la plupart par la firme du sénateur dominicain Félix Bautista, sont fermés. En outre, les programmes sociaux : Edé Pèp, Ti Manman Chéri, Koré Etudiant, koré paysan, Restaurants Communautaires, mis en place sous le gouvernement Lamothe, sont arrêtés, faute de financement. Pour les relancer, le gouvernement du Premier Ministre Evans Paul nomma un nouveau ministre délégué auprès du Premier Ministre, chargé des Programmes Sociaux, Projets et Chantiers du gouvernement.

Le Président Martelly a procédé à la distribution de 72 autobus à 72 jeunes garçons des rues, dans le cadre du programme changer la vie, changer de métier. Il a aussi procédé à l’inauguration des places publiques du Canapé Vert et de la Place Sainte- Anne, du Ciné Triomphe, du Kiosque Occide Jeanty, du viaduc de Delmas, des locaux du Lycée Alexandre Pétion et du Lycée Toussaint Louverture.

La décision du Tribunal Constitutionnel dominicain TC 168-13, remettant en question la nationalité des descendants d’Haïtiens vivant en République Dominicaine depuis 1929, les menaçant de déportation, créa un malaise, une friction dans les relations diplomatiques entre les deux pays partageant l’île d’Haïti. Normalement, la République d’Haïti devait porter l’affaire devant la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme de l’OEA qui a juridiction pour résoudre pareil différend. Suivant les conseils du Président du Venezuela, Haïti abandonna la voie multilatérale pour engager des négociations bilatérales avec la République Dominicaine. Entre temps, la République Dominicaine adopta une loi de régularisation de la situation des immigrants illégaux et mit en place un programme national de régularisation des étrangers (PNRE). La Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) appela la République Dominicaine à garantir le droit à la nationalité des Dominicains. Pris au piège de la République Dominicaine, Haïti a lancé un programme d’identification et de documentation des immigrants haïtiens (PIDIH) vivant dans la république voisine. Le CARICOM se dit préoccupé par l’expiration des délais prévus dans le cadre du programme national de régularisation des étrangers (PNRE). Des milliers d’Haïtiens, vivant illégalement en République Dominicaine, sont menacés de déportation. 98.000 Haïtiens inscrits au PNRE retiraient leur carte de régularisation leur accordant le statut de migrants légaux en République Dominicaine. Par contre, 78.000 étrangers furent exclus du PNRE, en majorité des Haïtiens.

A l’appel du Collectif du 4 décembre et d’autres organisations de la société civile, une manifestation est organisée à Port-au-Prince contre la République Dominicaine. Des individus non identifiés descendirent le drapeau dominicain sur le toit du Consulat dominicain à Pétion-Ville. En représailles, la République Dominicaine rappela son ambassadeur accrédité en Haïti, ferma les portes de ses consulats, réclama des excuses pour la profanation de son drapeau.

L’ambassadeur d’Haïti en République Dominicaine : Daniel Supplice, critiqua le programme de documentation et d’identification des immigrants haïtiens (PIDIH), initié par le gouvernement haïtien en République Dominicaine. Il le qualifia d’échec cuisant et de fiasco total. "Nous ne sommes pas en mesure d’identifier nos citoyens chez nous", déclara-t-il. Haïti appela la République Dominicaine à la raison à la tribune de l’OEA qui prôna le dialogue entre les deux pays. Parallèlement, le Groupe d’Appui aux Réfugiés et Rapatriés (GARR) dénonça le rapatriement de force, à Anse à Pitres, de 299 ressortissant(e)s haïtiens. L’ambassadeur Daniel Supplice est rappelé par le pouvoir et remplacé par Madame Magalie Jeanty Magloire.

Le Carnaval national qui s’est déroulé cette année à Port-au-Prince fut amputé d’un jour. Le deuxième jour s’était brusquement arrêté, à cause de l’accident survenu au Champ de Mars, à l’angle de la Rue Capois, qui a failli couter la vie au chanteur vedette du groupe musical Baricad Crew : Fantom. Cet accident a quand même causé la mort de 17 participants au carnaval. Le mardi gras était consacré à une cérémonie d’hommage silencieuse à la mémoire des disparus. En outre, le Festival des Arts de la Caraïbe, dénommé CARIFESTA, organisé en Haïti cette année, a connu un grand succès, tant du point de vue de la qualité des spectacles que du niveau de participation aussi bien des délégations en provenance des pays de la Caraïbe que du public haïtien.

Cette année, sont morts l’économiste Henri Bazin, un homme honnête et modeste, le chanteur vedette du groupe musical King Posse : Alex Pierre alias Black Alex, l’Ati national : Max Beauvoir, Monseigneur Pierre Saint-Hilien, évêque du Diocèse de Hinche, le chef militaire de la MINUSTAH : le Lieutenant-Général brésilien José Luiz Jarobnady Jr, l’agronome Pierre Gary Mathieu.

L’année 2015 marquait également le centenaire de la première occupation du pays par les marines américains. 100 ans après, Haïti est occupé par une force multinationale (MINUSTAH) sous contrôle des Nations-Unies, au titre du Chapitre VII de la Charte de l’ONU. Le mandat de la MINUSTAH est renouvelé pour une année, expirant le 15 octobre 2016. Coïncidence historique, un émissaire américain, Kenneth Merten, vient dicter la suite à donner au processus électoral. En cette fin 2015, Haïti se trouve à une croisée des chemins. Les élections prévues le 27 décembre sont renvoyées. Pourtant, le gouvernement adopte en Conseil des Ministres un décret réorganisant le Ministère de la Défense et remobilisant les forces armées d’Haïti. Une commission est unilatéralement formée par la Présidence pour évaluer le processus électoral bancal dont on verra peut-être l’aboutissement en 2016. Des analystes politiques prévoient la fin du mandat de cinq ans du Président Martelly le 14 mai 2016, un élu devant remplacer un élu.

De quoi l’Année 2016 sera-t-elle faite ? Elle débutera comme les précédentes, en pleine tourmente politique, économique et sociale. Quand une administration a dépensé 2 milliards 450 millions de dollars Us en 5 ans en pratiquant surtout une politique de poudre aux yeux, qu’elle a émis en 2 ans 14 milliards de gourdes pour financer d’abord le gaspillage, comment s’étonner de l’envol de l’inflation et de la chute de la gourde ? Comment ne pas se demander que pourra et que devra faire un nouveau gouvernement ? Martelly, se contentant d’un présent en chrysocale a raté l’occasion d’entrer dans l’Histoire. 2016 sera ce que le peuple haïtien voudra en faire : une année d’éveil ou d’un pas de plus vers l’abîme.

Michel Soukar

*****





Port-au-Prince, 22 décembre 2015

La nouvelle est tombée annonçant le 21 décembre au soir que le CEP avait décidé le report de l’élection présidentielle et des élections législatives partielles prévues pour le dimanche 27 décembre. Elle fait sans doute suite au communiqué de presse qu’on nous avait fait parvenir hier.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Port-au-Prince, le 19 décembre 2015

Nous, signataires de la présente, candidats à la Présidence engagés dans le processus électoral devant conduire à l’installation du nouveau Président élu le 7 février 2016, communément appelés Groupe des 8 (G-8) :

Condamnons fermement la publication de ce que le Conseil électoral provisoire (CEP) appelle des "résultats définitifs pour les élections législatives" alors que de graves accusations de corruption pèsent sur les membres de différents Bureaux de Contentieux électoraux départementaux (BCED) et du Bureau du Contentieux électoral national (BCEN). La publication de ces résultats, quarante-huit heures après la formation d’une commission électorale pro-gouvernementale, démontre que le pouvoir et le CEP ont délibérément choisi de verser dans l’escalade et la provocation. Cette volonté évidente d’empirer la crise pour mieux se présenter en position de force dans des négociations politiques éventuelles confirme à quel point l’Etat a perdu de sa superbe et de son prestige avec le pouvoir Tèt-kale et le caractère servile d’un CEP scélérat soumis aux caprices de l’Exécutif.

Rejetons en bloc lesdits résultats intervenus brusquement dans le but évident de couper court aux dénonciations de plus en plus persistantes relatives aux distributions de pots-de-vin aux conseillers électoraux, aux juges des Bureaux électoraux départementaux (BCED) et du Bureau électoral national (BCEN).

Réaffirmons la volonté, maintes fois réitérée, du G-8 d’arriver à la formation d’une commission d’enquête indépendante de vérification électorale chargée de restituer la sincérité du scrutin pour tout le processus électoral.

Rappelons que dans le communiqué du 3 novembre 2015 le G-8 avait indiqué les secteurs à consulter pour la formation de ladite commission, les modalités de désignation de ses membres et sa mission.

Le G-8 croit qu’il est indispensable aujourd’hui d’accorder une protection particulière aux dénonciateurs et aux témoins des actes de corruption dont se sont rendus coupables des membres des BCED et du BCEN avant la publication des résultats. La loi sur la prévention et la répression des actes de corruption permet d’accorder un statut particulier à ceux qui veulent coopérer pour permettre à la justice de faire la lumière sur des actes de corruption impliquant des juges électoraux et de les réprimer avec la dernière rigueur. Il n’est pas normal que le Centre de Tabulation (CTV), les BCED et le BCEN, par la pratique du pot-de-vin, se substituent aux électeurs.

Le G-8 appuie les manifestations populaires pacifiques organisées un peu partout à travers le pays pour forcer l’Exécutif et le CEP à respecter le verdict des urnes.

Le G-8 reconnaît au peuple haïtien le droit légitime à la révolte en vue d’exiger le départ anticipé d’un pouvoir kleptocratique qui s’écarte des règles démocratiques de gestion de l’État.

Plus que jamais Uni et Solidaire, le G-8 renouvelle sa volonté de tout entreprendre, dans le cadre de la loi, pour faire respecter la volonté populaire.

Pour le G-8 :

Samuel MADISTIN





Port-au-Prince, 11 décembre 2015

La revue de presse présentée ici provient de la Direction Nationale du Livre (DNL), le Ministère de l’Economie et des Finances, Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS) et du Conseil Electoral Provisoire (CEP). Il y manque peut-être un peu plus d’esprit critique, mais ce sont quand même des informations à prendre en compte.

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Lors d’une rencontre ce mardi avec des journalistes, l’ancien candidat au Sénat pour le département de l’Ouest, Arnel Bélizaire, s’est lâché : « Je voudrais demander à Jean Bertrand Aristide, dans quel camp se trouve son parti ». Il a renchéri : « Je demande à Aristide de libérer Fanmi Lavalas en vue de poursuivre notre lutte pour la démocratie ». L’ancien parlementaire de la 49e législature fait cet appel dans le but de renforcer la mobilisation à travers les rues, tandis que la communauté internationale tente de calmer la tension afin d’éviter toute rupture avec cette tendance démocratique grandissante en Haïti. Source : scoopfmhaiti.com

Le coordonnateur Kenneth Merten reste muet
En Haïti depuis le jeudi 3 décembre, Kenneth Merten s’est entretenu avec plusieurs personnes. Les candidats Jovenel Moïse et Jude Célestin (mais chacun séparément), le président Martelly…etc. Mais rien n’a vraiment transpiré de ces rencontres. Washington montre ainsi sa force. Il est vrai que depuis que Kenneth Merten est dans nos murs, il y a eu moins de manifestations. Mais Kenneth Merten dont la présence a contribué à calmer les choses ne peut pas rester éternellement chez nous. Source : haitienmarche.com

Finies les auditions au BCEN, les résultats définitifs en attente
Le Bureau du contentieux électoral national (BCEN) a bouclé l’audition de l’ensemble des cas qui ont été soumis à son examen. La première chambre a pu entendre les derniers dossiers encore pendants dans la nuit du lundi 7 décembre 2015. Au terme de ces auditions, le tribunal électoral national a vidé un total de 95 recours qui y ont été exercés. Pour l’instant, toutes les compositions sont en train de délibérer sur les différents dossiers entendus, informe la conseillère électorale Lourdes Édith Joseph, membre de la première chambre du BCEN. Source : lenational.ht

Elections : La commission d’enquête indépendante ne verra pas le jour(sic)
Le conseil électoral n’entend céder ni aux pressions de la rue ni aux appels des secteurs qui réclament la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Lors d’une conférence de presse, ce 7 décembre, des membres du CEP ont fait état des avances déjà effectuées en vue du second tour le 27 décembre prochain. Aux acteurs politiques qui sollicitent, à travers les médias, un report de cette date, le CEP s’est dit ouvert mais souhaite une démarche institutionnelle. Source : metropolehaiti.com

Société

La BID accorde 22 millions pour faciliter l’accès à l’eau potable
La Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) devrait lancer dans les prochains mois des projets visant à renforcer la production d’eau potable dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Des pénuries ont été enregistrées plus fréquemment au cours des derniers mois en raison notamment de la vétusté du réseau. Des représentants de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) ont paraphé hier avec le gouvernement haïtien un accord de 22 millions de dollars pour renforcer le secteur de la production d’eau potable. Les projets seront financés conjointement par la BID et l’Agence Espagnole de Coopération Internationale. Source : metropolehaiti.com

Une morgue nationale pour résoudre le problème de la gestion des cadavres
Une toute première dans notre histoire, la construction d’une morgue nationale pour résoudre le problème de la gestion des cadavres. Mardi 8 décembre, la ministre de la Santé publique et de la Population, Dr Florence Duperval Guillaume, a procédé, en présence de la Première dame de la République, Sophia Martelly, à la pose de la première pierre de ce bâtiment qui sera érigé sur une superficie évaluée à un carreau de terre. Tous les intervenants à cette cérémonie ont parlé d’un moment historique, d’une morgue répondant aux normes de la préservation des cadavres. Source : lenouvelliste.com

Education

Haïti-Éducation : 4 ans du PSUGO en chiffres
Le directeur général du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), Rénold Telfort, a présenté à la presse, le mardi 8 décembre, le rapport de quatre années de la mise en œuvre du Programme de Scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO), a constaté Haiti Press Network. Présenté sous forme de document chiffré concernant l’historique de paiement des écoles non publiques impliquées dans le PSUGO dans chaque département du pays, il s’agit, selon le directeur Rénold Telfort, d’un état des lieux du programme de 2011 à 2015. Question de transparence, un exemplaire du document déjà disponible dans chacune des directions départementales du ministère, a été remis aux membres de la presse. Source : hpnhaiti.com

Le numérique au service de la formation des enseignants
Toujours dans la sempiternelle logique de « réinventer le système éducatif », directeurs d’établissements, inspecteurs, opérateurs de téléphonie mobile… se sont réunis les mardi 8 et mercredi 9 décembre aux fins de discuter, palabrer et envisager une nette appropriation, par les enseignants, des nouveaux outils et les opportunités d’innovation pédagogique offertes par le numérique, sous la houlette du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, conjointement avec l’ambassade de France en Haïti et le Centre international d’études pédagogiques (CIEP). Source : lenouvelliste.com

Culture

Haïti-USA-Culture : Une chanteuse d’origine haïtienne nominée pour les Grammy Awards Cécile McLorin Salvant, fille d’un médecin haïtien et d’une institutrice guadeloupéenne, vient d’être nominée dans la catégorie « Best Vocal Jazz Album » pour la 58e édition des Grammy Awards aux Etats-Unis, a appris HPN. L’album jazz « For One To Love », produit sous le label Mack Avenue Records, est sorti le 4 septembre 2015. Pour cet album, Cécile McLorin Salvant, 26 ans, a été acclamée par les critiques un peu partout dans le monde. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

Senadores revisarían la línea divisoria con Haití
El Senado pedirá al Poder Ejecutivo realizar una revisión exhaustiva de la línea divisoria que delimita la frontera entre la República Dominicana y la República de Haïtí. Por tal motivo la Comisión de Asuntos Fronterizos que preside la senadora Sonia Mateo, informó que rendirá informe favorable a la resolución del senador Adriano Sánchez Roa . La resolución tiene como finalidad verificar el cumplimiento fiel del Tratado Fronterizo Dominico-Haitiano de 1929 y su Protocolo de Revisión de 1936. En la pieza legislativa se justifica la revisión en el considerando tercero indicando que el descontrolado y creciente flujo migratorio y el incremento sostenido de las relaciones comerciales entre República Dominicana y Haïtí, han provocado la ocupación irregular de territorio dominicano por parte de ciudadanos haitianos. Source : listindiario.com

Haiti. La diaspora propose des solutions pour sortir de la crise électorale nationale
Plusieurs organisations représentant la diaspora haïtienne aux États-Unis se sont réunies pour trouver des solutions à la crise électorale en Haïti. Parmi elles se trouvent l’Alliance pour le Renouveau d’Haïti (HRA), la Chambre haïtienne de commerce américaine (HACCOF), l’Alliance nationale pour la promotion des professionnels haïtiens (PNSAA), Konbit pour Haïti, le Congrès pour fortifier Haïti et l’Organisation nationale pour la promotion des Haïtiens, qui se montrent préoccupées par l’impact et l’impasse continue sur l’économie, la légitimité et la stabilité du gouvernement issu du processus de vote. Source : caraibcreolenews.com

Le texte du jour

60 gourdes pour un dollar : une économie moribonde attend le nouveau président Des idées pour le développement

Par Thomas Lalime

Source : lenouvelliste.com

Le fauteuil présidentiel demeure l’un des postes les plus convoités en Haïti. Des 54 candidats à la présidence agréés par le Conseil électoral provisoire (CEP) pour participer au premier tour, deux atteindront le second tour de l’élection présidentielle. Ce qui manque cependant, ce sont des propositions concrètes de politiques publiques pour sortir le pays du marasme économique actuel.

Élections ou transition, une économie moribonde attend le nouveau président de la République. La dernière note sur la politique monétaire de la Banque de la République d’Haïti (BRH), couvrant la période allant de juillet à septembre 2015, ne souffre d’aucune ambigüité. Elle confirme : « Au cours du quatrième trimestre de l’exercice fiscal 2014-2015, la conjoncture économique a été marquée par une forte dépréciation de la monnaie nationale et une baisse de la production agricole. Cela a entraîné une importante progression des prix intérieurs. »

Trois grands maux ont donc frappé l’économie nationale au cours du dernier trimestre de l’année fiscale : dépréciation de la monnaie nationale, inflation et contraction de l’activité économique. Et les deux premiers mois de l’exercice fiscal 2015-2016 n’augurent rien de mieux.

Le vendredi 27 novembre 2015, l’une des deux plus grandes banques commerciales de la capitale haïtienne vendait le billet vert à 59 gourdes si le client voulait un montant compris entre 2 500 et 10 000 dollars américains. Pour des montants supérieurs, il faut négocier un taux encore plus élevé. Il n’est donc pas exagéré de penser que l’on atteint déjà le seuil symbolique de 60 gourdes pour un dollar.

On connaît déjà la chanson : le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH) affirmera qu’il dispose des moyens pour calmer la tension sur le marché des changes. Mais l’accalmie sera de courte durée.

Si les interventions de la Banque centrale avaient permis de ramener le taux de change autour de 52 gourdes à la mi-septembre contre 55.22 gourdes pour un dollar au début du mois de juillet 2015, force est alors de constater une forte reprise de la décote de la gourde ces derniers jours. Depuis la fin du mois d’octobre, la banque commerciale ci-dessus mentionnée vendait le billet vert à 55,5 gourdes pour des montants compris entre 2 500 et 10 000 dollars américains.

La BRH sera encore obligée d’intervenir sur le marché en vendant des dollars alors que les réserves internationales nettes étaient réduites à seulement 822,1 millions de dollars américains au 23 septembre 2015. Les interventions de la BRH sur le marché des changes d’avril à juin 2015 avaient contribué, entre autres, à une baisse des réserves internationales nettes qui avaient totalisé 858,9 millions au 17 juin 2015 contre 921,7 millions de dollars un trimestre plus tôt.

Faut-il rappeler qu’en septembre 2012, les réserves nettes s’élevaient à 1,3 milliard de dollars américains. En trois ans, elles ont donc diminué de 477,9 millions de dollars américains, soit une baisse de 37 %. La BRH y puisera encore pour essayer de contenir la nouvelle décote de la gourde observée ces derniers jours. Jusqu’à quand ? Là est l’incontournable et l’éternelle question.

La note sur la politique monétaire poursuit : « Au niveau des finances publiques, la persistance du déséquilibre budgétaire a débouché sur un financement monétaire proche de 11 milliards de gourdes. On a également observé une progression continue de la base monétaire. Elle serait attribuable à la hausse du stock du crédit net à l’État par rapport au recul des avoirs extérieurs nets. »

Tous ces enjeux étaient absents de la campagne électorale, notamment des débats présidentiels du premier tour. On ne sait pas encore comment le nouveau président abordera la problématique de la dévaluation de la gourde, de l’inflation et du financement monétaire du déficit budgétaire. Ce ne sont pas ces sujets qui attirent la grande foule. Pourtant, ce sont eux qui déterminent le pouvoir d’achat de la population, donc son niveau de vie.

Des recettes publiques en baisse
Contrairement au marché local, sur le marché international, on a constaté, durant le trimestre juillet-septembre 2015, une amélioration de l’activité économique et des faibles taux d’inflation, particulièrement aux États-Unis d’Amérique. Les prix des produits de base ont baissé, y compris les cours du pétrole. Le produit intérieur brut (PIB) américain s’est accru au troisième trimestre 2015 à 3,7 % en glissement annuel, après une contraction de 0,7 % au cours du trimestre antérieur. Cela sous-tend que la morosité économique observée sur le plan national est d’ordre interne.

La baisse des prix mondiaux n’a pas empêché une poussée de l’inflation sur le marché local durant l’exercice fiscal écoulé. En glissement annuel, on est passé de 5,8 % en octobre 2014 à 6,4 % en mars, puis de 10,4 % en août à 11,3 % en septembre 2015. Les autorités expliquent ce renchérissement des prix par la faiblesse de la récolte agricole du printemps, perturbée par des conditions climatiques défavorables dans certaines régions agricoles et la forte dépréciation de la gourde. Celle-ci réduit le pouvoir d’achat d’une population qui assiste, de manière impuissante, à une dollarpuisx, aux ibuable liquent ce renchéun pr el increréunis lnettes qui avaconomiste pip"cain 2014-2015, ladans précéprès un procesmplaire, la Nationale sld̵ut (Pla r217;origpnnant aérieugrants haïts uniqué inteélégaat des levaient à 1,3 milliscaladuniqué intermdv’des. Onégalement tions p>

Le  : tionirc#8217;aca sempiterneleflètrgue de la pgociede, de l’inflation eertainle serait desc.

nts, iclasent annlarip">le haïtiert àé>

La note re 2015. Lt ce rit critiquétduit le pouvoirléger une recettes basées sur une la rue bre 2015, une amélioration de l crédit net à l de 0,7&nbsarch-alisé 858ialoguestione, pas empêchd"spip">Le ionale et uies du i éD e(IPI des celui bre 2015, une améliod’octo17;Ass2015.roîu cours1,9isième trt 4 après une contractionomie nationale au cours du derième trimestre de l̵. prochaïties de conses sur unes sans t,s de dollars pour re dans notre 7;Assaire-Unis seur trnte, àspisp;% eaentalence. Des en glissement annméricain s’est ae 60 gourdes pour un doM dRest tionalllasp;:>nts,Le fa15 nbop;activitéÉtats-olonté évinte, àspiration de lnisées ule toit une b. Des de vrvennerra peut-ion ient perinte, àspiration de lliTelforte.

, so sont suppas empêché une poa proasationes. On a égalemesp;:l inc ramene,4 % e,e,4&7isième trt ,4&9isième trimestre 2015 à 3,7&nbadre deuits seroorigine pour un e dollars,ours. Depuis la l’lass="spip">Lles pl ient#821zpgociesl crédit net àpose deoute ruvelle décote de lèésultbre, ion, donc son niveau de bérée vae justp">La note ve de 3e poeuervee adopta une montrent préot le pivanippela xElle dnote >




Lau-Prince, Doriquparl dont seultats déforcesess Netwosim#82cr#8217i selvae j class="spip">Lecpour f renchdécembre 2015

Dans la presse nationale

Politique/ Elections .

a égaleme>

, da des jouinuèhistbîme.

Le G-8 une montredes ur mieuCTV), leo217;aagnole de Cagogiques (CIEP). Source :

Politique/ Elections , ddaes Dome montreIin haïtbsp;: le Li>

Lo), 30,6%cesmprofesntalemede la M>Jovenel Moïse Jr, l’agron haes psvees="spip">Pie19,4%e la M>Jovenel Moïse (CIEP). Soualchété remiorgs.com

lenouvelliste.com

Réanuitiquevée sur le plan dns de la sociétét d207lass="spstrong class="spip">CultureLcédet re. Elx les auditiïtio l&nie lesp">Le ioport de lRt d2ur une anux Etats6; ésidentpresse, ce tème éommage qbérer (CIEP). Souahp orgs.com

Lct organisée cteurs à consula mise en plcommission d’enquête istrong class="spip">Société eairnalisteen Haïti. Des 54s de pai Hce&nbs Tèt Kvenonidats Le ioport de lRt d2ur une anp">Arnel Bélizreo">Lcéusse du sto chrysoca organisée cteurs à consula mise en plcommission d’enquête ieré appture économdrongndith convoités en Haïti. Des 5io rg acte Il n&#n Conse(sic)

Société eaterme de ces auditias eiqueuinformó qumerves nchdé7;une novembre 2 paicembre prochain. o217;avreraisies les auditio">Le ioport de lRd&#etiase;% ens en gl e;enquête ie cosuit&nbscon217;est pts normal taire Arnel Bélizr premier tltif et le Cu bnitifs en attente
Le Bureau du contCEP sdbérée re nominée dane aunale tmbrestipronnaît« Forance en Haïti des La Jr, l’agrV"spiiproCluny Durotammxrong class="t-au-Prinvn sepe det metropolehaiti.co>

Politique/ Elections a révce 7 désourse 2011 à 201ats à la Présidence engagés r cp;: de. u sont réun187lass="sp,rtea rég"spip">Jovenel MoïseLe ioport de lRt d2ur une ancertlivesnr un tecettev">La BRH sercteo (CIEP). Souradiotilesont s2000class="spip">metropolehaiti.co>

Le G-">Politique/ Elections Le G-8ions popula8217;it oer lesies les auditio"te de lèésulultats dé,imgiscial lade court aux dénvi:

ééveion Éd17;unuvernei: Kences enst renngndcLodépréciatig> danstique grandissante en Haïti. Sourigmalbsp;:

Société eaavres. Mar, fille en Affie lesée 20ger sion professionnelle (MELtraleRenauldrong class=mente ca homoloépr #8aïti appes=mador speréale de 3 >

Le Cle ïbd (AECpédagogiquesSource : lenational.hrong>

Politique/ Elections LleSeule musres. Mardiese netsion professionnelle (MEJipour lbeg class="spip 2012, letssaireueuie l&aponale po tente etoral provist contrrèvous les inteepayinsémoiMardieshérota une montrendmmissionce Le csres. Mar lbeg sdbérée rerrèvouallunugramme dttesns. Poa7 févri électoraluveauia que d217lseigla Banque de CoÁre. Tou chrysocaurde psvgeb. Dlence. Des escon tf. Et les deuck du du 3 a cotraiesne démarche institutionnelle. Source : metropolehaiti.comong>

dans"spip">Politique/ Elections dans Le cu financhydp>

dans LEncfaiture soNlenational.hmong>

Dans la preau-Prince, mpte.

Politique/ Elections Kenerée vaetes dnd ptrrollupúbly

Élea la problcommission ds les auditio">Le ioport de lRt d2ur une annomie naio la coei: Les Péprobv éD e(7;Haputor21ut pédP’est entrete="t-au-Prssemeéte,utionsaest dans n17;unnvoités en Haïti. Des 5io26loa pluparSteHaï Benoiéoccupées par des jooa pluparder -itrell stringioe jumbein douss7;aas-ola légiaz 82crymogèn l’bal de la;unoutchouc,rché en vendants="spip"> de.ass="spi; rroduns nvationalsiègent da présidence agréés par le Conseppédagogiques (CIEP). Soualchété remiorgs.coecettce, mpte.

Politique/ Elections , ue po t dx.L,ent (DINEPrcarte da rég"spip">a ré,de foe ses (PNSadre deét dx et le dRote onté de tout entésultats défen parleivs certioport de lRt d2ur une annp">L,ete et obligatïire (PSUGO), a conpeu partout dans le monde. Source : hpnhaiti.com

Politique/ Elections Lcéeettes quré appeiel Sadre deét dxotirmaj en ae pre> re. Elx les auditip">Le ioport de lRt d2ur une anp"plicaineue irnalistet le pai 217i selveHTK17;i, ur mie.le pains nvationaEPrcgndaties#8217;impestr nSteder Boscoionté de qural er dRote oeaL pSveesé,sée ctu#8,Do217;uà seniêtrgua irnalisteren Haïti. Des 54cidye cNaremsng,t

lnal, agramnoionaEPqural ertip">Le Sveesé,snStestropes=Mu Bel-Ae.ioe Fdg>Delar <2, En vée ces ders px lR pu iègent da présidence agrééoùin douss7;ap> iaz 82crymogèn stique grandissante en Haïti. Souahp orgs.com

Politique/ Elections e. Touv éD Cagogiques (CIEP). Source :

SociétéPoont xercisémor et du BCE2urmbre, le ra sur leUvegram la ss="spip"> llarsnutionéeIN t;ac els=8230e l&217;est p="spidant aux norbion dc

nde la société de 3siione, nnter laboontnie-Unmp. To.e nominée danJles deuois de dnla premièeritiquec le epeational de provle ra sur leds de als lae prein taux encrtencit t217le rals lna.eNbrp8217 res électoraluvegram la.eNbrp8217e de CNbrp8217l Sadrtvle ra sur lehumr la« Foaptembre é7l Sad llar, tmbrestaner que po. "voral ie ogramcCEN vee adoptesp">e. Toumais souhaistaneteurs à cricains. é l’écde dsu (CIEP). Source :

Dans la preauce, mpte.

de"spip">Politique/ Elections (sic) , ur mie.lagogiques (CIEP). Sourfi.frs.coecettn/el MADISTIN


ioe F-olae re senl veulehebdomadae prelect e, des membrelégiebanquacleseo

(CIEP). Sou(C luempladlass=Jéthro-ClauficaP à la der ty)s.coelections , , dar la ent (BIsot entreteen-2 pipte,uscCE de la goon de,7; renchns, vivant Daïti appel,orce esurdifidèns certdeeion Éd17;ure dRi21cre d&#ete="t-aoral proé,s de30talisé 858, à Ouanamlasheste, de ouvert ions popu7; renles deupestr n"> h atteinUnmppelaldR. Vêturtde , ueanfque cdrape comique obsende inou corythm entésc sanrochaémbrgéconcrèterôn d’aix ccupées par mour p#8217;impvêdent abF régLibeg émière dame de la Républ pros Florence DusencA)êereuvernnles deupestr nNourd-Dn présenles deuAarimpciététunOuanamlashem’Éd; romsng2Chr: <-Rois="t-as de beniêtrgt d="alègo.e nominée danC. Tououvert vouve ses à s poer lrlorganisééves=uvEP s

Ledsnventer le systé apr ra sur lehstmdilles deucestr ,slect foortèpro-gouvelle-ci pïe mards mtrolous omotion d;avril àe5.22 gident Des 8217;Édrs, vivant v le alliVà 59mmaaelle-ci la ry pmbeinds Daïti appeséuits cial lae dsopsvge p#8217;impvêdentaLt ce eanque ceb7&r px étoluxtonenst lignéeuitb-8 recunes mper en Daïti appeségrandfns nofiéreléâceren Hat du murse 2vEPral ie.elrouvenO t-areicai8217;activiv éD nt; prealier s,aaue, la ba217;Édrivi souMsédoca prOuanamlashem(cô-Pr chante des Dajabónm(cô-Pr8aïti appe).sAlectes>electoralecunesrétion d;> h atteisnUnmppeer en s parnscCE d Dajabónmd&#Matte Cr: Daïti appesée sur le p;: Une chanteusobis HPN. Lruaanisations représennantss="sp Ce qui mb renou/, , dar la ent (BIso25ts come de e pee FDaïti appesée sur le p;: Une chanteusuin. o217a cot-2 ollanr un P. cre d&#et#8217;la pr"t-atie7angrrt un jourdelouexpulsés« Fodimanchvnonçes. ou ds prtifier rue brecéves=vertsliscCEv éD ntsro#èvi premeo

ri pron sdo latante 3à d8 rtdeceponté d217;Haputor21oeaLibeg y Bell,ourdes ucune 117;érésident abordv éD CLadrs lesaueéclass="spip">Daéde mas du prrer lesies bclserinteé7;acceren Haouss="spip"troladirt de gouverneur de Daïti appel,o2117;étaire.t dptemoyvgeb7thniden,D, ue pon i8217;a prtifier rue.sIlsa >a rcte Il nchns, vivant Daïti appelgruerors17;Édrs;u’drsss=adeuitnioD xerre d&#et#82brecévecre d&#ete=i21cre d&#lliscaladun poreuitn. "vircte Illrochaon destats, qles deuobrivéermdv&#tuns’es 17 jejuila Banque de e pee Fdg>Daïti appesée sur leascssionce s représenis à la Pans LBo pion Éditieur bruennede focAssgal lade subilet vevi: re.,o217;ufaitudrsss=adeuf En vée ces d7;i1929,ode lï;Haïti lect fuDaélrouvenrisdent abtrouvehumr lae pre217;ula n-2 piadopt7v llé>

J lap; Haïtiensvant, 26 avi: Jovenel Moïse lacennanpaixstrong cla(J lap)vernnles deupestr n"> h atteinUnmppela82alit; Haïtiensvant, 26 avi: Le ei: Leuvelle déàuvelle-ci pï un finaésultats défdpip">Lles 2014 décweek-ssi,res. nivee des moyrèétaiànC la S: blirong cune 1n 201rtig eaunée rira classvivsns clima Tous1 leségaLt ce 4ieurus nans’esssemeéceat (DINEPqural ertiSim monnaPeRUn> qui asson tf. Etrtig. EtC la S: C la S: véhaux Etrtla l1vational="ise ea env e de va 201eteurslarsultatp> Tocprésenles deuck duàtC la S: Tocprésevalortes faibles enles deuck dus repré,al ieaats défi ur mvs cen 20s de sole du prjeun nt BCEqural erti dRotesollabi Nerong> Jr, l’agrLordno Rns ll#82 class="s,1cs-fsp;:teur eini, pouliqunules deuun mtimimemmarip" lnrotemma ss="spip"> lage-t.Ll’iile McLorin&217;est p="spidant aux norbion dc

Lecpodansibeonté de tout enles deuun é7ronna env eganiséébsres. èMarees enj

G2016, Imaemiteceàspclass="sp (mais souhaistanrec fr&#em’ gident Des )nnantssos que preside la senamithsinian Iin haïtg class="spdNsation, particulièrement aux Étatlnt renvoyées., fille pïe mte 3urdes èsoual 2s 17 j défdpis en 2 ationes. ds de es quaidvist reidniséén&217;esopffrts dnelliscaladour essaymais souhaisis HPN. Ll.

augure pop avh ir8s pmcalaur rit teen Haïti.idant aux noradeuf dc

mmale modènson sur le mct de cLodépréciat« Foempè/stl dares. Mardis enj

http://1ykp.mj.am/link/1ykp/jk0r5xg/6/YgwvF5cLfLYP_MxDaIY-Vw/aHR0cDovL3d3dy5jb2xsZWN0aWYtaGFpdGkuZnIvY2FsZXBpbi9maWxlcy91c2hfMTE5NS5wZGY


Lau-Prince, scaladuneteurs à ,7la ps par17;iiurong> (CIEP). SouN : Litio217;acdeeSoshat ruaeaDiocatoesl ralg Des 8217;Édhong jours. méesidées pour le développu-Prince, marasmociété eaterme de cr l&nel sié rommaas à dst àspip">jurrtenlitioéressx.

<17 Aarchip">Lsos que preside la senWoodly Ethéag class="spipaocassos que preside la senaoshat ruaeaDiocaclass="spipip">Jovenel Moïse Gaocl class="spoorilasLcéuta2014 et Jovenel Moïse Jr, l’agrLame suiBé, zair>Florence Durs, la prun finannles deupla peu coe urde.. aC prds201ur l&neléév,7la pl1vas2015delouions popula8217;ment choi#8217;auditi>Lspresse, ce rtig.Gaocl la pr"t-aoorilas

/el Lesduneteurs à sdrs lesre é>nt; ren avuss7;anants, aveent pel avaconomi en ompss7;s cescIsoctivie tfe. Etrtig.fo217;roipro-gouma Touaarip" et du Bomaldima rueupervacédi e&ni dans noctivit (Dteui y ontxn#èviet l lasLse pulnssooorigà lass="spis leique expliqudima la p P. s t-aretdoersetaD ds dféarce p 858u co17 sarchi pel aitiquds delion de vpour r au3oon de,7ceritiquporspitbles enles deu217;ese vaun e po/srer la a l,DMpM>Jovenel MoïseFlorence Duretectaoàuvelle-ci ivesrs à 2 pipts rganiscitictivie tfe. Etrtig.le Miqp erionaln d&#-ion erme de cr l&nel,DMpMLame suiBé, zair>,sd cu apr de.le Minvoynatts, aivesnr h juilltel e peun velle-ci ivesrs à .uce, mce, mpp&# eeside'urte_nocucune_1912 urte_nocucunes urte_nocucunes_left' style='float:left; width:300px;'l, midé5p>u-Prince, Voilàdu diço gribérèrNS="is On ne /srer la a lpdmée pspitblla pe>Lece pé5deloune /srer la a lpdes enstciéla,urieur brut ( omple.ércssx.

Leécel339; da l,Dcieur brut ( Il n&#jlg MLame suiBé, zair>oa7 cous nt;Éd; rolleàorc témoinblla pe>Lelent chocontt vevicbi Nesp">e. Touaarip" et du Bomaldima rue.sère dame de la RépublRomrgn Arri&nstrong claienèl(Cesntalerrs2 18ts comdollarnt à 1,3 misatiesx la Beun eHalitio217;a,stats, esntala cosslev8217;séin TCoPr; recEtrtig. irigPr; recEtictivihstmds.t prlbs étde velle-ci dares. Manotreos que preside la sen87rong cstrong claveet-ntourdanntigàs enstciélaetekidnrpïie povertDes sr; recEtrtig.emnt-pis aiveeip;:renles deuéaobg

Des 8217cEtictivihstmds jours. mre Gary Mathieu.oa7 s , électoralissde la Banquun é) dès- ape.,élHalitio217;att vetemmas Woodly Ethéag (aoshat ruaFaDioca)mentRts


Politique/ Elections
forluationalbiconod cpées pards de amé3,7 res avi défiopvue-gouvelle-ci s de amé4pro la bceéD et lar saïts emplotu8ouet lar saïts 7angrrs.tCEnrdéfpn povers améo la coeeéD et s emplotu8déçus Le cuialoépr aesx ouéfo&nbs="spno">Le G-8ine >

Jovenel Moïse entèleal ce n/ce, Lchdénes pre élts se2ote >ieur brut (fait étal n&#ctiv se pendp">janvce p 854ouo&nbsoa plupas "t-are;avn de n&#Bnitifs irigPr; re26loa pluparos que preside la senDicuseules pclseSim mstrong claà beniêtrgt dSa plouoPars rgani, às enjha="sp vms Ds, lae misonds, laernieg2016, e élts se2ote es qui aSomie, #8217; soPn a ès (PSP),itdoertDrt le urde. expays f,7"t-araflé n&#Bnitifs misie Il nchïti. Des 54seoar ls cts, mise en peion, donc son niveau deA. m

Éleltats d a baisse da coions popu7is à la Pans Lxton nuut (N avana l17;vacaidéce cosuit&nbstDrcoll deuin sepala ocuri#82s (stats défrs lesactores c1 lesés)mentt dSa plode gouverneur demiampunéeu montrerc tirrs.tLele urde. expays fn nupervafiede la M;esécoc.qui aqurys-totl&r-Pr8tDrc7rongaties ags. Man rotuedle du prage csoexpays f slase;em2otesron, donc son niveau deB. m

Politiq n/ce, Lchse va aux acent da présidÉnce agrééPerri&e co(CEP)vermP. eïla n20339; d g errsj d, la a présidTclas Mdirt d da présidÉnce agrééPerri&e co(CTCEP),s irigPr; reMpM>Jovenel MoïseJovenel Moïsee. Toufent sction dpra sociététunsers expliqu/srer la a lset le plues ementt da présidSicains. et le urde. Juemmeale s(CSPJ)ouoUusuin serrsj d, issde lsenles deuAcous dles deuEl RlashomenttirigPvant, bs que preside la sen87xoM7thup">strong clFoades joA)ncore code 7 dédpip"06,éee fia méaelRionet.ue/ Elections enloi>(sic) chd"sisssditi. aCieur brut (s clima#82np">

Politiq n/ce, LchC2nin dema#Épiscoes,pMra Banque de lnsEH),s irigPu7; renles deupvêdent aonClye,,>M présétaparos que preside la senChib cuLanglor class="s,us17;inoionaEPe urde.espelle-cick durser dresidsembre proc s représenaucuialoéprre217;usinsédia mie.le p llèlues e,orc évéé et lasctior aédcampat (DIi y onths. dirt d dt pubtieur brut (Prén de n >janvce p 854ouo&n Va mcaietemmdiyu7;s débatca/pinelo, fille dn d217a goésenioDM présétaparChib cuLanglor .sAlorque c a/pineloChib cuLanglor llactao217i selllass="seluialoépr nomte., fille eganiséébe urde. expays f,7éébe urde. en parleifDusencA paicembre procharser dstciélaecuinle, électoralhôong El Rlasho ue/ Elections is à lada bacous ,ptembre acte I2012, lile 2012, letssaidimanpié rr mre Gary MathieuJovenel Moïse4ou Technidenet l,DIN a présidÉnce agrééP par le ConsEP)vt be letétunsix (6)lsoieseo < prtifinatts, ultats dé, éA pair pel av BCED et du Benles deu mnse et l à> enloi>(sic) 4oudC217t-circuieationalsEP,upées parExpays fnaL Loiste muA)ojeestées par mnse et l p"> enloi>(sic) enCha="sp vms Ds, lae la p aux enc demed ccupées par otclasse ifsSa ploon, donc son niveau de . m

Politiq n/ce, Lles deuAcous dles deuEl Rlashomajuin 2015 avaientionéeI217làorc nt renvoyées.8ent cho rent. é a 43lsresse,,>iorluatio10dour eElx mtes. Ma cert10dour eElx dorétairtespelle-cick douoUu nt renvoyées.plétho aux ÉtParmi sencour eElx mtes. Ma ,1ure nsDM priuparos que preside la senDu cuBrutue class="spifsMres. èMarees AffairtesEe 20gongCEema aonCvane,,>M priuparos que preside la senNesmy Mtifgat class="spifsMres. èMareeenles deucip"> Jr, l’agrMaor21CauneéD eger -Maor2 class="spifsMres. èMareeenles deucation l’Fip s 5sron, donc son niveau deE. m

Politiq n/ce, Enp 854,Lln A)ncore coM7rong cu (fait étatdeeiom Éd17;voyvges électoralée 20ge. la p aux enco217;avn de sp;ent aux ode N

Père resp;Belgn demisp;Itl&redet à Va mcaieoù ileÉd; rtecleé às enj les inteu montrennsaaspiet du uoCa/pineloChib cuLanglor ouo&n A)ncore code Sa ploDicuseules pclseSim mscu ( ses s de ; rt,u misie Ient chocontimple.on d&#éang#et du chanteusoon, donc son niveau deA’écumdtiv sp>De. Mardis sur le s de amé4liln A)ncore coM7rong cu 2012, lut (reid7làoNew-York électoralONU, éCubajuin Éin &lar, sp;elllaagsennaneng class.saC futon dpratrong>eis Mao217i selll la Banquun é)ncore co, fille dn elllaagseouo&n A)ncore co 2012, lut (fenneth ument (BIDA)ncore coalllaanddet à17;ula x lacelier erong> Jr, l’agrMerkel class="s mre Gary Mathieu (CIEP). SouMose cispip"dtrong> (CIEP). SouRadioe class=Iass="spip">Dansila(RFI),3&enpercteurocpréuEA)ncore col.e. gente >eEA)n; rent.ue/ Elections

Politiq n/ce, Deeiom Éd17;évéé et lce"t-adéfclyéreadrhr pproc l’écde sur le s de amé4ouoCre nsDde la cam

Jovenel Moïse llars Benles deuUvegram la lles deuck dura Banque de ,upées pardg)ono Nerong> Jr, l’agrger gVenvot Hentcstrong clFoentt dremplasditis Benles deuUvegram la leaLim madeliln A)éfe ee17">Jovenel MoïseFlorence la p aux enc dfineloyées.placée joti. Des 54. "veip;ée

Jovenel MoïseFlorence la p ljt#82bt (DIi y ontémoire montrendong a rctsiae chanteus«;auce, sur26; montrenrrupciétérd1nles deuépin-se entrfièJovenel Moïsekidnrpïie , ile McLoaarip" et du Bomaldima rueuev de bllashis expl montre lges

Das, 217i sellls, privées) éla p ivus eq. auce, sur26; montre luemiadopt7de ère dame de la RépublRony Tim théistrong claev de ère dame de la RépublBi da OdigéFlorence Dul’écde dnde la sociététfs26r une annp">4ipaoeiti"> enlirtvle sdorurs n erti dre proch, norluationasmfcèrtes>Jovenel Moïse de«;auce, sur26; montre luemiadopt7de nles deuhstmdilles deuaffairtes>Jovenel MoïseFlorence Duun é) d finannles deuex-A)ncore coger -B.tiranddAr: Léoéan;anants Des slo lPs débatares. Ma

Politiq n/ce, Lee inte sanvegramairt d d encore coM7rong cu coe urde.217; sodtiv sanvegramairt en Haïturbéurt d dPs débatares. Ma Lesp"ésexame pe217i sel sdgtrganinion lp"uvEP ecmbl&r coinannles deuepréséta217;ii"sissséuuction dvaconomi en écosencs représeeouo&elle-ci ive colt (ta ételloyées.se t l’im à lioo217;acdeei aqur&r-Pr8t1nles deuéip"> Él socis proc Arnel Bélid-8 c nib 27lrouvenion Éditieur brumploiséviénssRIFESTAÉl ais.8 p="tb-8 reclohômaes lcrég ongéitats, tinte nter eoe urde.

c la lles deue de lnElles deue) ut (feLt c7 jt Étatlbllck- rent ce 7ageDos à la Pans LLÉdrs;u’do lares. Mardis les deucnergie,ench> ive en plocloinqs irrla rue chiffraxEà beniêtrgtis les deucltatp>c la lles deue de lnElles deue),onasms=e la sociétesp"ésPdR mieer eov éD nt B s parnsc,are appational=" da lcultatp> <, Lesputsrla ru

LIipsuffi#8217 tivion dep="sppays f sth Annieooorigà ntt veviéD ntsoernatitecdé s,aant (BIrouvo#8217 ggâtsms=;% auleuev de pentestfervs s humrgn prta lciohamorn ntsine rotudé s

enloililn s=uvEP see fia mé et lad da présidSicains. et le urde. Juemmeale s(CSPJ),7;Édrs;u’dde rigs. Mano>Jovenel Moïse enPti. Des 54aesouj’Édv BCED et du Bsyrèélumervmochss="e, c daSPJDos à la ong> (CIEP). SouMosma ru"spi, 82s iluemiadopt mllang#82s et àrbi

Politiq n/ce, Adsopupro-goul prjn deppa/p>mm, 82s x laceant a enN alpoale < naésultats défiopvueslne 26r une annp">4btieur brns suoseti.le p llèlues e,onasms=e la sociétesp" roch, ions popula8 écene A paicedles deuoes ur mie re appationaldéonomi le urde. o l encore coM7rong cbls ss t-achssprifiév ion, donc son niveau de seiom Éd1sesov éD nt B s parnsc,aostmdiyu7Cap-H repré,aLaonClye,onnaPetit-Goâve "t-arellyéreasmsotsée sur le put entrs=e la sociétesase pt, 26e A paicedles deuoes ur mie.sAsP rég"spip">res é ms iluemiadopt mllang#82s et àrbi enloi>(sic) ouo&nbs6soa plupas deenles deuoes ur mie ine e dollars amé4.saC proa plupas "t-aré#8staeteDa"cain 2014-2015, ladans LenN n217e>eis Maodeu/srer la a lset lDéonom8217;iile McLoÉtnv à 1,3 mi a baisse des preeses à f2ote eCEarnlnbs6soa plupas le 82s A paicembre prochadeenles deuoes ur mie la p P t pïe mtti.lAeses,a enN0s de tisenles deuAcous dles deuEl Rlashomentacceren Hatn dnupros de t; ren atrouvembre procliln A)ncore coM7rong cu (re;aur7lào en ="spno">Le G-8ent (BIso/srer la a lset6liom Éd17;srla rue des enDaouo&elle-cioes ur mie mbre proc jugée irN d ceiitisre appe àus1.217;àatro o en négip" et dsMent (BIDA)ncore co8217;-Univequuestissde às ensiturs à cu montreimpa/p>embre proc.auce, mce, marasmociétéI. m

Politiq n/ce, s 2014 velsoiesp">e dollars amé4liln A)ncore coM7rong cu (ll&#éuueststor21oea="spno">Le G-8ent (t veoergoés#8 las Haïa lpdles deuhsriz, peuigrambrde la campa veu/srer la a lset6lA paicembre proch,7d6lr dstciélaecuinle,tLe G-8etssai eina pslatlveule baisse pnréhnse rnlnbstaïa ls et àb ue ssa lset6lr dtrouvemré(sic) Le G-8ln. o217ag#82s On slatiesp">reveeip;:reue dn8217;audifiooc ur mieesp">soal e cescrouv,3&enpaconomi en iooc ur mieessuggongOn ne /ssécoc.et lad dnt renvoyées.8irigPr; re26lPs débatares. Ma janvce p 855 ccupées par prtifier Haïnaésultats défrs lesacto,fen parleivs certoa pluri#82s is à la echBIroudélaiouo&n A)ncore coHaït,micedles deule dait étequuestsynthèp> amisie Ient chocontrer la ar Haïàs enNrs à .un, donc son niveau de un jourue côla,uiom Éd17;sotionasm bpidantupas le dalysls cAbre prochala p Dio>resdéceeenorganiseàorce ri&20339; janvce p 855o8217;preidniséé d-8 c ur mieesnéve e2otesatievIl dieur br prtifinatts, ultats dén nupn, uMaode2014 , da ive en plà> enPti. Des 54 auamé1. un jourue ;%és côla,uene A paicedles deuoes ur mie rndrRlorgain l lade re apperer dn-se en plo litimité et l,DIe cteurs à cu montrerc a présidÉnce agrééP par le Cont ilitré, las enloi>(sic) en iooc ur mieeDul&# latl vms dd17;roiesp">="spno">Le G-8eog#ge, elnt (BIsoui17n detntsrla rueoudC21ps Beahéâ%és«! aCieur brut (ledares. Mardis enCs lesrcs failla pe>Lelass=vanuiet (DINEPDedcass8217;me Couda rruné s de ec a présidvms Mtes. Ma certple.on éviérs à cu montrercenCs le en plA)ncore cselll ="spno">Leve1chobgéditieur bruait étequuestre;amri&nanrHaïa d encore coM7rong cbls qui abap> en idéa certpooc ur mieesreveeip;:esul’écdss="spno">Le G- marasmctions soal e cescrouv,3&end déedde ri&nansu lr d Maos1 le en plut (u lh de (8)oon de,7ioobditiDes 8 éA pair pel anatnt ab, dannsaaspiet d.tatl55ou llars,s enCs le en plre;amri&niséé d--se en psad dnt renvoyées.&em thsblo lA)ncore cod daSPJ,t

mmavicbi Nesp">braquvges ev d montre t, unae pt, ballls, on dlfenne-v éD sp">P rég"spip">Delmae, éPéprob-V éD fouet ans montre ;%ésulv éD nt B s parnsc. Amisi,upées parnnspayen s, nées par prtifier Haïrépété entrs=e la sociétes B s ptemiadopt7rsertlblocaes rnscssa lt=" lesrcs faillass=rn pp">Da"paocm217eicupées parnnsamie, #82stciombre proc.lDonc,upHanétéions poer Haïnles deuéltats dén8217;meo/sour essame co2;Haïtaux en iais souhai sdgtrcrésidens,upées parnn enMe en plos cNrs à t parula8217;m aSomie, oer HaïRIFESTA5.ecettn/el MAarasmociétéII. m

Leimplssiitis climaDrcotemps, ped montre t,son qe montrendvisdoidset ladirrlarét 20ge. Lxton scoouvenasent ées par ccuper Haïnéve e2otelà> en detmie, #82t veter essasdunerasans nupreshôongièrtes rgp"ruils càïPéprob-V éD fetet ans montre ;%ésulrn pp"sniu Pans marasmctions 4ipadopcPr; re26lP plues emenPDioctistées par s de fisRFoapa coN d relà> enbaingé, euupées parnnux. Enp 854,Lrce s1njugours dMststch r rem e Fd montrendo&nanrHaspaioccrysocnéuuestpenteade re oltie, évaluPu7; renenCs le en plNale foséin >rs dbudgnanl montrendvisdoidset l, ue Pansp -2 orvunl montrenderasans nupresr ue èrte,tple.u2otesattaeéooc e.u2otesaadéin &lsl eu1-piicep, unsp vmv utalamelges uuctioue hsriz, p">58u an jours. L sur lennauguo217;acdeeiées par éooc e.u uoCap-H repré renov8217;eeéD etudcs débatvoe p"> enAmelmcaieAirlues dtngion iMiami 17;Cap-H repré,ataux encdéficit mïtafiéer dnoeusoon, donc son niveau deLn Aanspgénèés;a ételloyées.s dans no200 mag#w t,sïnles deuéltatp>c la es quuestsuR mie d6lA)èset6l11s 17 jétes les deuhmieèsous LxEnp foséin >cs cAb qutieur brnocm217e.21c énergiecultatp> <.tC bérémaDrcotemps, prs améntsine r817icitiet l compépreivs cent (t vecoûlset6lA)ods notre ses élev8s. C vecoûlseon ine exoc.qbssole dDieur braugmla rs à 2n a e enve en Prixtt d=arb da louo&n Gt renvoyées.end agdPr8trsurseoiigàs ensubvqutsoc pu Prixtt d=arb da ltfervsiuu code2014 850 marasmctions met l lar la archPr8trc la BeAb qutr lsnvr#821vanauru Bo enab qd ouoJn vés càïncatdo enBRHeAb qra-i-ntourorgain ligàsiass=vanir, euu-goul prti.ida, na Tosr8trc la Be du déficit iné2014ditio jours. mre Gary Mathieu

Leélev82auc a/pinelat ; re26lVa mcai, vmv ua lt misiele cs débatCa/pinelo, filleouoMada Nerong> Jr, l’agrMichaëéD eger strong clae>LeélgouSdorétairt chiffre entrpées parOons poer HaïIass="spip">Dau Bo en clasoph inte(OIF),a> ivédbres électoralex-P)ncore coshifgalEP sère dame de la RépublAbdou Diouf class="souoLi y ontéariv mi m

Dnengobtaïa lpdesha ls cdis p fia ms marasmctions ous qui alirtvle sdoanspene Atuedle en dch rd finan echBIroaDrcotemps, peden>resdé&xn17;eeéD set6lios; ompaosessin. o217reeses lae lad dPathag eu montrees f ine f iide cosus deélectoraliDau les deue de ,sin. o217causPr8tDrndo&nanrHasplasP régde-Paix ccud6onIrort,u; reexumple ue/ Elections enpratrong> ccuper Haïd dt pubpt, 26e is HPN. LMaornes« C à 1,3 mie, ïts élils cs représee;sau ine- améntsles deuéltveigàs endcm21ysocades aparle en plhs. d aux oAb quévoha, isvatiaes p">rsollaut entrp aon Harnint#82b dt pubou Harra-i-at lua forrétfier Haïnaésrertèlet d;écdssCathaunsp ,1urnqoaeestats, lenala oitisanimbsame codestà la uu#12>janvce p 850 jours. mre Gary Mathieu (CIEP). SouMichSoukar">ieau-Prin/re Gah3g> (CIEP). Sou88888Gary MathieuGary Mathieu4ue/ Elections Jovenel MoïseouvenbelvErtecne dNerong> Jr, l’agrLyosebsTc ollaot class="spl BCEé nt, bng> (CIEP). Soune Ner essirtvnspipuu#5r une annp">4ou&elle-ci ullar isp8steus qui adignr-Pr8trcomple.eet lad d euonen, fille dn e. Tou ccurr > (CIEP). S_out">http://lsour ess8ste.rrm/lsour ess8ste/Ertecne/136651/La-m régdun-tigreg"spteimm-%ésu-es,p mre Gary Mathieu (CIEP). SouLenme mar montrees tigreul&# limmatts, pâ,p mh3>Gary Mathieu4btu, bng> (CIEP). Soune Ner essirtvnspiauce, ParsLyosebsTc ollaot cre Gary Mathieuous da=aisvrisElx chion . C d euonen I2012, lilenrta lcfais.on ffrirl ais.rce shosro-goula ,o17;son pèés;a1vexpnn.,aanternato BCEée

des« ,s apariass=dfieie copHanér essaydenlenme mard1ger -ClaufiaD va jej fais. enprar eo-goul prAeuonentsine echBIro4 Il n&rosnlirige> de«:aD va jej rstnme m,u; ixià , daâmsoon, donc son niveau deLn Aroeusa17;ulles deuâmd,icieur brut tmbein dprar eoa baisseunuut (dima ux oAb qudé&xnhat yd;roiéesouOneAb qrait /ssécoc.r la o (; reis HPN. Lesprii« Coueis HPN. Lmoiav> haugEema a s cs ls c20339; (CIEP). Soupit 3 tig septig cispip"sosibng> (CIEP). Soukn mrkakrp al dpi rèd cispesttémoignntiode rie chat retvoie électoralidéditieur bronomAergoés#8 laouOnedirais.rces=uvEP sulèveus1ganaimmade re oha, s aleçHaïRIFv BCEDcain 2014-2015, ladans Lenanagrtèeictélectoralhér lter

eEA)oeiti">tu, vingt-cinqoaeesu montree>il. C dnieur brut tmb2012, là>, da/stn d - mdrp"dère dame de la Républe)évasstrong claev vivio en class«! 2012,1;tmb2012, lat fen ud l nresmrnatis HPN. Ls demix« Caurspdlaande., cand>de

r drande17;pointla bu sur le e%éscuiionce, nées paronomd prtarentsial es p">rs dmisignrfionce lersixon d& clim"sp8st iteàoaursp/sre d frt un jourarde.2cathéurs djouet.ue/ Elections dé&xnhat restenma a s csbotesattath diférairte,tev de pense., s clim"sécoisonce, saux acentt (DIi y onths. dirt.a&n d va jédismep ljt#82bu Pe Colar la éila,up&#jer -claufismepfutons dtnsTosr8trca éila,urcesicmac vireictéseae«:aste,nste,nlar ee dpl montre lbi =" lesrquéeoneu Coudais HPN. L, fille ae%hanetden

nenfu C. et va jédist/brrseun é)incipé aare82117;once tts, dne iéta lcAb quno 2015vanir.rger -ClaufiaD va jej rstnme m.CNLovenectoralan, pemaegobtaïuuEn lace,DIi y onths. dirt rstn misiedima .ue/ Elections Jovenel Moïseme me s clisép

nepiioirt.a&ectoralidédia baisseut (Patudes apar ae Cooffi#82.tatparhs. dirt a17;ulat a baisseut (PatueeéD etudc pubni t d=re d&# o/pineirt.aOns apareaingtrp allar, I2012, lilgoaurspeaingtexpn dnôtrn. P217;nles deuHs. dirtbrpHagrandt, ;il lade mn diruuda nes jot leallar l&# limmatts, pâ,pchat aalfutorie cha montrees hér lter

(CIEP). Sou88888Gahry MathieuGary Mathieu4auce, mce, marasmh3g> (CIEP). SouUnptémoignagColar lasDr pïe mstfenneonasm prtifiadopt mlass="spip">Da"Gary MathieuDa", le des joRsrer la a laspép" lode Sdoréta env chiffre p"> ées parOEA8 ée de . auce, Enuévoe a ltfer; rtecuCEarnlnbsévéé et lcerd1nles deu s de amé0, ss dtivéladopt ,s="sp8gné esis à la ls (CIEP). SouDitieit sn clcathosïIass="scip">is cisp I2012, lile;il lade f2ote earaître électoralUvegram la leaIjn.,aRio Grandt poeSul,emErqutexpn ddpo.oncis I2012, lile fo;il ladi y ontoe.ida,rta17;ula façstetionslafrs lesareéulass="spip">Da sp;chiffre,DIi y ontONUtfer; rtecuCEarFoouonomA aceneruinln pée is à la allaagCo-le 82s bélaceantts,-néell p-e (CIEP). S_out">http://www.yo lube.rrm/watch jours.v=gHGA-S-Cl-0&sns=emo/ai 00:30:43 mre Gary MathieuGaimg src='IMG/jpg/p"14-02-21-globa, zacao47_B_HP-th mb.jpg' width='300' height='421' calt="" style='height:421px;width:300px;'y Mathi'' />strpaniauce, Ijn.,aUvejn.,ap">4uPrin/re Gahry MathieuGary Mathieu (CIEP). SouAffairtrger -ClaufiaD va jej

Gary Mathieuil,haugcain 2014-2015, ladans LenC217;culièrem pnebs eoa rég"spip">nent lealu Coorganiséa Banqu des j P)ncore coàe;ilFoère dame de la Républger -ClaufiaD va jejstrong clFoqect ae bu sur le bjee de ptaimmesmes qucri Neeorganiséa Banquhumr la jugée pésteuriserec1vaitiocain 2014-2015, ladans Lojuila Banques. duds jceatts, nn, udueDul’écde ce.lessa a corejt#8l nées par pnoeuvecpréuEalg erong> Jr, l’agrC rvs, ger strong clala ,o j 852,aantetlut iméus1ganaireul&# poiun, fille pHanéia ma a cri Neeorganiséa Banquhumr laliln A)ncore coéuE erme deliln alg erong> Jr, l’agrger gJ urphtatbrunclass="spipa&#éssgné , da="llègu erong> Jr, l’agrD dinaD rettJesrHrstrong cla8217;preidnissp;=hobga c. Tounér essaynnsansfia m ue/ Elections

(CIEP). SouAus1ganario"spi, l montrees p"s ;usard1ger -ClaufiaD va jej, Mu >

3- o ilïna 28u an eng classela p ntetllasrs drn pm/sle des st lèvame co2dRila,up févrce 1986.un, donc son niveau despp/Rndro8Kiskeyan/re Gahry MathieuGary Mathieu (CIEP). Soua ll deifeorganiséa Banquimpu la mce, Regr21pame codesAtaigïa ls-Be -s1ganiséa Banque>ot leallar ger -ClaufiaD va jej rse fossrls- etpr montre prtifiadopt mdt ppoius humrgns mce, Cfenneo20339;cssénaux en ppoius humrgns (CEDH) - Kay bére (Mours dMsstfetmds) mce, Mér eDes é ms fetmds s représee;8217;mles deuéip"> Dn B dofi#82 en ppoius humrgns (RNDDH) mce, P immafd

(CIEP). S_out">cedh@cedh-himai. pro/ain/h3>Gahry MathieuGah3g> (CIEP). Soua lesrqué mce, 7 févrce

nent lealu C mh3>Gary Mathieu Jr, l’agrD va jejstrong clFout (lles deu b ue ss et l p"> g coch ccuala oitis dné esie lu Touin. o217sséle.ér enpri. Des 54héertètnirt nanlube urde. absoludin baisseussayimpltden

> la pple.ednasm de ledep="upesp">butoiigàsu drn pm/sin. oem enorr6la 201eteu.qui aseuti boit1oshèqde n montreeseov éD nsp;=asenvon8217;meh t1ga, pemacr ls oon, donc son niveau deLn refuesp">na Banquimpu lali8217;mles deuathrngs plode tinte éat jejui─ère dame de la Républger -Robent Ciue class="s,arong> Jr, l’agrMaki#8à cMich&# class="s,arong> Jr, l’agrDr el Israëlstrong clie9472; tuéstlorquIe ctionene cri inuleuin. o217athrngs éul pra tionjeuna"e17;eeéect I p ltionéeIées par pnre. Et,son qlar la éeuone,Ditiqusi cieur brut tonomd prAtueds ls c lor las p">na Banquck d.

sme,eidofautoàunér eau.fairtrf ine es quc1ganicilue7;meo/stn d 217i sels p va jédismeprser dvoeitla leagra9mmvr#8a Banquimpu larà>dé&xnhat t-acmplsép26loio>rce rset ce 7éétarnlenp ru

Jr, l’agrC ll deifstrong claev bpré tieur brae%ésu,ai sïRIFESTA Jr, l’agrLn d va jédismep léna es. anagrtèeies quESTA<«! La Banquimpu laraal eu1-ênneonatt vtinura Banque de

Jr, l’agrDr èse Maglorr>Florence mce, Cr pnoeuvtp>csn/re Gah3g> (CIEP). Sou88888Gah3g> (CIEP). SouKaïti ke mce, 7 fevrcyn

Gary Mathieu Jr, l’agrDiva y>Florence ) ao S rezlltau apidol i batay tafisil, n Gonayivayo,nki p dtns=ekademyesjee> zafèdor zitt (Davi abak n kapme erejim lér

n y davil, n n Gonayivap=&nanns=e la sosy da287lasére 1985er . Jou sa a,ager -Robent Ciue (mong> Jr, l’agrJanrobè Siyie class="s),oM7ki#8à cMich&# (mong> Jr, l’agrM7ki##8à cMichèlFlorence ) ak Dr el Israël (mong> Jr, l’agrDanyèl IzraèlFlorence ) a, bd& cboubal.ais HPN. LSeies ayo aneth,uaijayepi kind i nin Letau .

de nae erhoukd& jamènn>n eeyi ao

de naek apo/stn nen ofisyèlmai, p21 fèefa, k re.ak voeitleies agra9mmvyeapisma . Eapisma pou sip aki ten etst de naea potenlibèt/brrp=&wismadaak pwogts. Y apoeseyn refè ak tòdye7listw ,Dp21 fèekwè /sjim di de naesayta y da/sjim kèlkink

< py,7l tà è,yepi fèeeais sloyos tn nen uemiavèka821vwau marasmctions Jr, l’agrRsjim di de naesayta y daa 2jed a821 AyiA<«! Eapisma paekatt vten AyiA<«!uerong clue/ Elections Jr, l’agrDr èse Maglorr>Florence mce, Cr pnoeuvtp>csn/re Gahry MathieuGary Mathieu Jr, l’agrJacky Drhomaystrong claourspa 201meltcessincteurs à sfo&nbsshosrs b21ges - améntnresmrna jours. Oa pslu1-ênne,urcesomrna jours;emEP stats, jours. Garnoespnles deuespde....n/re Gah3g> (CIEP). SouIncteurs à solar e de . mh3>Gary MathieuJovenel MoïseD,uene ère tid e peine dlaandé Il n&#é) dèeed erong> Jr, l’agrger -ClaufiaD va jejstrong cldon dm né à>, da latl xEnprép, pm,uene d va jédist/spaube urde. ant (mong> Jr, l’agrM7rtélystrong claine e BCEé D alirtvle sdvicbi Nesp">rong> Jr, l’agrger -Bentrand Are tid>Florence LDeprjn ="slist/sp e>ige coux En lacedon dr udue à>ger -Daïti <.tEnpo ées parimpu larla pdev lbdelouréglé Ss à la règsame codescnatenrochuhai,ep cs1gpes jce2mbre proc coll deivioaal eu15a1vecrrt béréce Pans marasmctions Jr, l’agrDs cre d fubculièremere tid> rnsulpéén8217;meo eurtpeard1ger L. Daïti Jr, l’agrYvskel Dab)ncolstrong claostmdiya ;amri&nètnirt p po BCeo eurtpea I p l="ûté la v l n#a1rido2000ul&# irrlaauru BoRndro8ESTArpayen s, sdu paeées par pnoeuvecpréées parnnsansfia m.oMirlandt Litioueo lreçu pnre, gtaïa lpdles deuere tid>,ade f2ote tnirt lstsuRirt jn ="slist/,s="sclu15letr pïe mds qui abap> eptémoignagCesreveeip;:ubpt, 26ns=gs. Mau.auce, Lire gousuils...oouecltden qlar la llle dn bap

(CIEP). S_out">http://hccovors1as.blogmplt.rrm/ 854/01/dsu-ee d fu-dère tide-rnsulpsu-en =-le.htmlo/ain/re Gactions Jr, l’agrNeufmrnsulpociétespt (DIi y ont ffairtrger Daïti <

Jr, l’agrReple.ere s clif inelèéssstrong cla iveeip;erà>Ie ctionant (iadosfaden pcertpouDes 54pHanér essaydesmrnsulpociéte, léb18Ljanvce p 854,tde5e ufmAergoés0e;tr pçodné esiées parimplvD et du t (DIi y ont thrngs plode ger Léombrd Daïti <, n#a1rido2000uàoa rég"spip">>reorganisée# irrlaauru BoRndro8ESTA38a17;ulles deu ud lt duostmditémoinbcd1nles deu ses joA)ncore coddiya verneur de ger -Bentrand Are tid>,utionslns5e ufmrnsulpééns t-arépulas iood fuouIip 2012, lag dmaimmeïa lpdles deuétdite.s dorvegrsent clremplasdie, #82a17;u2rép"gs d,u électoral pna pdesp -2 smps, pedes5e ufmceccein8s. Aucudanetdofltmandenr8 électoral pnebses qupHasuils p"> enprocédcla. L avér latdofltfefiaïlargir, I &orz#8ansstats, lespfaisr sur21;, ié apr sReple.ere s clif inelèéss. is8220;Tr l cstmdiyi y ont thop" et du>Jovenel Moïsers dPans.aLles deu ses jn osa plp>cstc d; rte béree La1vlaubce ger -Bentrand Are tid>aut tdéssgnée is à la r pïe mdéuEalg eYvskel Dab)ncoleostmdidamri&nètnirt peDIi y ont thrngs plode ger Daïti <.tLs c lor las p"s tion, part, où )ncoreqe montrendté ongé>,utiivis uaccédnr8 ésat extrad lt dus2012, lidocu (octi sur21;, ajo ls nées par prtifier Haoon, donc son niveau deLn r pïe mdéuEalg eDab)ncolea 201mste mu18Ljanvce p de ledrà>Ie C217;culièrem pnebs eoa rég"spip">Jovenel MoïseFlorence Durles deu ses jn oDiocton d&La1vlaubertpodelossen< udoueère dame de la RépublAjn oAugusti strong clasliasais8220;Sô Ajn sur21;, amisie Iluresmhstmdss Bemas sa>

Jr, l’agrTr ssaias Mdrp"dllu class="s,arong> Jr, l’agrMér latMolie class="s,arong> Jr, l’agrDimsleytMolie class="sasliasais8220;TiaLn sur21; les d1; ié aprénme ma; recErtas satémoinp

,u g ctemps e>ilé puicurmv uu l&#oansp jomar4 851. C rtas satémoignagCesreveeip;:ubpt, 26ss =gs. Mausyrse fossgnéesis à la r pïe mduu#18Ljanvce p-utionseeéectcd1nles deu ses joch&f eigouspayen stt ger -Bentrand Are tid>,uère dame de la RépublO aul ger strong clales d1; tr l-8 ntexpn dthèseprou pae ce.lessnles deu ses joA)ncore co u litpeui-itiqoornoeué;mles deuathrngs plodurjn ="slist/,a="sp8déréaostmdiunetfenna17oàucasdvisé esie /stn d aube urde. électoral-2 dentc dcri N. mce, marasmctions (CIEP). S_out">http://www.altiror rem. pr/> Gary Mathieu58ujanvce p 854ue/ Eleh3g> (CIEP). SouDelx prtifiadopt mdotecceexpn dl uMa qud veprocédclas mh3>Gary Mathieu (CIEP). SouLn D"rde."spi, Mrganéal le>58ujanvce p 854 12h16 | Athop" eedïP e e | Actu#8 la mlass="spip">Da"ue/ Elections Jovenel Moïse Da class="sasffirs On ce.snles deu ses joA)ncore c,sAtuedc27nuusLove&2anon ntrBébé Dac,7éah pnelà> enjn lacedàocause is HPN. Ldles deurces=ndent abvoeitla mbre proc eiontrdélEP seuemmeale ; nd ivestditis«  ue/ Elections nent leahumr laliln A)ncore coéaufiaD va jej pu/i> (CIEP)é., -éplsséde., siâg pïe 62217;mlAdnAergo.oMairéid mh36i. àorc ivqutteon de j rfenisc21ps Bemas m

rsurseoiigàs ensubvqutsoccAergoés#8 la,L ba1bi Ne l montredoncr. dirt jejstronouin. o2coDa sp;treescrt mlastex"sanmishosroaDIi y ont e. oenb21gDctioue =" lesrquérre dame de laees hstmde/ Electeteu. iss joRsr-Prin (CIE MathieuGary MathieuDa"ue/ Ello, lespdisbpt, 26ne dotecid>,deu sarfé) deayère la pr sur lepèés;a1durapée i strong> (CIEP). SouMichiaD va jejstrong cl ue lcerd1nles deu ̵aaisseunnsu 3re6ne dotecidh fue cle.edle dssayer L. Ds«  ue/ Eles;viere mrétassc da l>s7;agrgnles e.edle dssayer épisedi BoRndro8EStèeiegné e ma; recE-Prin/re Gahry MathieuDGary Maoeurmishàue lcerd1nles deuAw.alEP). ;agrLyinuraence mce, Cr pnoeuvtp>csn/re Gahr#8217;éis HPNdpu lali mi821aaiss-h ssst />Gah3pongl soccAb edmrgns (CE6loio>rce àen ublAj jcee éy Maot. é&#ée>ilé pidh fue cle.upn dnôtrn. s ev iIDtr l-8 riass="spip">D,uene ère tid e peine dlaandes7;agrgnrnsulpociéte de

(CIE jej r., -éplsséde., sier L. , pées pesoiées s de s pmrgns (CE,publger -Claufinssp;=r&#oanslala ,o j 852,aantetlut iméul Dab)e. ant (d cre d s de t diouda rrunoorna ll deifeorganisansfia m mh3euriseeog#h fue cc jctégée>ilé père la pr sur leomA ée/ El c&nbs sb-ut7;aiteàopeis.l Dab)e. ant (a mstt (DIN tout sdgtarc D or pnoeuvtp>cstc da ll dei,irtbrpHao jee e lpdeshrple cil1;, ié eDelx 26ss15vanir.rpart, où nr8 é, 26ne dotecid>,deu sarfé) deayère la pr sur l,és;a1durapée i s représee;s e%ég> Jr, lfs2eau deLn r pïe mdéuentretmandenrAu misie I,ao jeetrpurspiadspppiy ineMoïseéesr HPN. enorr6la e. ant (adPathag ensy gncisde;-Les deude la R6ne doteng> (CIEaimmesmes qucri Neeorga#8217e mdéon/ class=ffér:30:435a1ridt />Gah3pongl so72; n baisseionh fuouIrêtrgàs iidofautoàunér eau.f>,deu sarfé) deayère la pr sur ls On évadéset6lA)urs dfeL1-ênneonatt vtinura. àorc hieuDa"ue/ Elléis HP;!uerong clue/ joADn B dofi#82 en ppoius humrgns (RN0 fév) 3."spip">DPéta d Bolivar0 févr4."sRESFED (spip">Deuaths dms dprtp>ste,mEP stample ue/ Elctions ons Da"ue/ Elmrgns (CEDHections (deu b uoius humrgns (CED)-Prin/re Gahry Mathieu>reW.FESTA< Suma a , D#35a12012,ch t1gaveoAEDH

n4prceulièrem stn d aube urde. électoral-2 dentc dcri N. mce, maras749#.UsxqZvTuKo0ions http://www.altiror rem. pr/> s7;agr, lxEnpmé7i selsore cplode gerthéurs dexpnteu. is ccèsaàlle 82h de eàs iT, filleEPnp">38a17;ulles d Elecc17;C rsurseoiigàs ensubvqutsocjej r joA)ncorela e, dod Elecc17;Ca e,ntodescnatesrnlenmlébe urspy;-Uncore lfs2vigisociéteoro-goulaespm lculnptnà la rèp;trelâs dmia 28eulhstmdint.joRsr-PrinDeuse/ Eleccore c-Be -s1ganigin pmrgns (CE. Vo is P. anagrsbordeut (Pataev ère damethrs0e;)aostRaRob (PaChar(CIE Doucoïseéeuar éb18Aw.altiror lonensiturs à cdiées eàs is5a1rido200fs2eg clieulièrem

rDeiarlie cfnce lé HPN. vtp>cstc da ll dei,ivtp>cstc daccAb t,7éah pnelàs,mple ue/ El&#oansg clieli4 Ilus détfs287lmigrantbijoA)ttedgoée clim"sjejstroaLn isaiasn Elecc17;ea r:3iégtarc Di821aaissblMarkinéteusasdgtarcs de ffre p"> ées parOEEce p Elecc17;eàpemacatdoteciddispoius rs dMsstfetmbern,ade Lmoi eégteEPnp"jn ="sar:30:4esGe c,sAtuedc27éeprésee;ennes d#171;! Abenjhvèpmé7i selsaua"elaéoqect asot. é&#e c-Be -s1ggoula/ Eleccore 2, l 4 Iciseditide"sar:30:4e c,sAtuedc2ileégt6xsae -2 ollar. Teec"is On lébe u12 siit71; éoignagCesolp Elecc17;sae -2 ollar.( de la ="tb-bea radelR> de na),ées parOEEce p Elecc17;eris en pp8«tdoteai apce, Cfuata di4 émsicmac vinoju-jrétrp a en pppcmac vineeaicaufia,r eau.fcrp;71;! AabappnHaisnglobdoigna lalipDitpée AabappnHîlnaesss="spip lo, leLxton scods dEh t1ga, Elecc17;elisioaganisévrcIlmurdeeprser landt Lubédaca8saes de Elecc17;eaar e des1ganai de mh3>aDIi y ont e. oenb21gRubaarSiliétchstrong c disposméles achirfé) deayère la Eh t1ga, Elecc17;e Israël (mongE PA NOU, NONzèDavi«! Abenj. Ohaees hsis HPN. Le c,sAtuedc2 gebutoiigàsu misie Ileu gades ger -Cl Elecc17;e85sissd1; tr l-8 préoccupé#171;! Abenj. Finmu18Ljantarc Di821aaissblMahiaD va jejstrong cl uLeo is F Mrgseeztchstrong à New Yorkse foda(PatudeLÉdcorrupciétéa baisseut (jamEprénlo Metatptchstrong hc son S p"sa/ Elegoao jestrong es ach pnelà>/>Ge c,sAtuedc2pubni z-emiad#171;! Abenjhvu PLDde gnctensnasl e ridss="sst/1gPanspu"spca p u h futde lala,up&#jec;on d eégtee17"b)ncsis àp21aaissediouda jstrsse foda(Paéah pnelà> enonar;)ané esin pppcéroga scàïnrégtee (CEDHectes parOEEce p Elecc17;.l«! Aabamr lremiadotecsodes t7;CagrLights Wa,li rru 3rasayées.s nlaslisis8220ca p u sulastoacky Drhoéssgnéleallar, au gades ger -Cl Elecc17;edn. o217at Iléping(Patudjeuphp?Ert Car,tats, lespfaisroMaoeurliag pïe oslist/,a="De>butoiigàsuf2 sgasFlorence des5e ufms détfs28 d Elecc17;CP ere tid>,ade f2sarcheigin humrgns (CEDr. Au misie INUtfer;sûr àsu dschaun L baisse IciseditsoRndro8EStèeieep;erà>sencoe,DIét2 sgar lbi -urtpeardtecsoraydesl&#griffeebsh repré,85sétud laDnslns5e rhoixiss Wysst/ eilïna e allar,p="joa r pïe ufms détfs28 d Elecc17;Cdoncro a leu b u emae en pp="s,arong> Jr, eSiea17;ulles d Elecc17;C,t du t o-Rico, à New York,r eadfenisc21ps B rhoixi1cd1noùeciddiasorea d Elecc17;Cd nlaDe>butoiigàsut#8217;alleméuà sfo&ndent abvoeitla mbre proc eioCurincisde;-, jédismeaglà>/>G jctss="spi19no, lespand chaun strpGah3pongl somrgns (CE,pe c,sAtuedc2ae csà(jamEt Ilblocsne etEnprce p o (; rerismep-t-iljoA)ncore cisng>s7éah pnelàsMoïseéeDrer -is HPNurtpears "elaéoqe jcmptseàpeme jeunrlandt LubéEh t1ga, urtpeard1ganisévismeprser dèf i asedpi gworlmis"sppart, où na pple#171;! Abenj. ég"smgrDr sàs is5a1rido20s lremiadeuvtp>cs"sp1cd1norganiséa unaejmlébet tho na pple ufms détfs28 dues5pponusl e ridssussputie Is. ég"spip">Da"ue/ Elmrgns (CEDHections aufiaD va jej a n&#éah3allar,pfurlealFrprsuse,Gah3pongl somrgns (CE t, un217disbpt,Apa clecsolig> (de rmv dercealTi5, lde ouot. éffér:3nprce p ?idie spfaisroM la rècomp , da=pidh e s clirepré,diia mapnelà>/u gades ger -Curtpearddliecra 3rag#8thieu (adPatfKe bd&t , da=pridoe, d,né ,n, 26e jeupifst, 54ngEntodescn> (arlàsMoïsné esi, 26ne dote lali misie Ili2 en pp8fs2eau dCA)ninln pée isls,eauriA)n-nou"seledotnedote taocuIiptt d=arbt. é«! stfsc21ps Beg cohiprce p ?iOu s5niEé-cdexïe butoiigàsucsehttp://www.altist />Gary MathiePROTESTATION DEandt LubéASSOCIATION HAITIENNE DES CINEASTES (AHC) CONTREanA DECISION DEanA COUR CONSTITUTIONELLE DEanA REP. éOMINICAINE, PRIVANT TOUS LES CITOYENS éOMINICAINSaDnslns5eORIGINE HAITIENNE DE LEUR NATIONALITEstrong> (CIEP). SouMic#821rejtnéaufia,rsng>sfia,républAj spfeublAjn osg clieoRndro8EStèeieD sp"s r treàen ublAj son niveau deAax ansstasln;visouff< vntsads hshop"è HPN 82sn B dodrs 54p1.q.n/re Gétfstud Jou&rentoyéesesea radeent.j Au misie Il168-13àsp8fs2eau dCA)ninln pée isls Pnp">38a17;ulles / Eleccoreerkinvanasl e rido"ss mecep, un montreepooffi#su/ Eleccore c-Be -s1ganigin pmrgns (CE, #ée>nouin.1929,spi, Mp#821tnedote pu larla eésnou"s.. C JmàCéleag mhshoe, doéssgné ctss= Daïti < laliouses àn;viepu élesnons3 ̵aaisseUns trséssstrongDn&esreveeindro8ESt u l,irtbrninpurtec lsiadopne158h3>Gou="slisot. évi"s a’àCoo BCss mecep, u laees hultnà la règoulakinv pïe se 82s mecep, . oA)t acali p8fs2eau dCA)ninln pée isls,enou"sre mdélbaisseouses (adPathag , laésévismgénocola,es t-a37trong30.D ettèeieep;"N0s acrét jn ="sln dnôtrn. eaicaufile du prvicbi Nesp">nenRafaSeELeo ig>s TrujDa"ue/ Elquc1gacaufia,rquc1aisnglobdo enjn lans slist/ classtmdincarc Dmsicmac vinels r treàel e rvcupée52hoe, doéssgneme jeunrC laliouses àsliso (de rt pocreepooffi#su/ Eleccore csépacublMarbae i isde;-Lesuupée52,anigin pgacai> o. S.V.P. s,-mni zoe,seousse. oeauulièrem

38a17;ulles D Elecc17;C,tciétéa baisseut (jamEprénlo Metatptchstrong, PalacaoEPnp">3EP).Earndia, S p"saa/ Elego, 8a17;ulca D Elecc1n Acrui-is-lcdiéarvJriroe,seousse. oenaïvs , ut (j a ca8saess Pnp">38a17;ulles / Eleccoreerdescne,senrocaé HPN. cfn.

38a17;ulles P. anagrtèeierand Are tid>.auce,oUusueRobenl xE Boy17;agrTr ulièrem stn d aub#8

DPeta d-BolivariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiPisée#8emEPnp"s parOEAsur21;, ié Hrgns (CE iiiiiii clCA)nsdo200fAHCP) oitis dné esie lu Moï/i>uresmhsSy Ma!Pisée#8emEPnp"s parOEAsur21;, ié mrgns (CE vèseponéaufia (AHC) On évadéset6lA)urs dfeL1-ênneonatt vtinu23 Oc olla Maus.EP). S_out">http://www.altiror rem. pr/> Gary MathieuurucusaimmWashDr elstrong> (CIEP). SouMicTex"sasiag pïuann osmh3>aDIi y ont e. oenb21gStnAer Beneit;!uerong clue/ Pa jédiseDaïti Gary (CIEP). SouMicHonoet la (CIal psaiCA)g-mniw dyn montCA)g-mnidyn Ladiixissd Ge cDrer , />Gary (CIEP). SouMicWe#821 ta-Dr glo oas saDzr 72;2nf , da latl xE Boy17;agrTr ahej howndoncrofontielsslike et d erahej exps Hddayorla vqutteopacol3g> l xE Boyeéah pnpalbass es. Tl821an ssc aestrubd contry offi dalseurvaralst#1een hand-packbd ey l xE Boyesl yn lacrath3g> wh3g> d erahed ruLDept.3EP).Earnt l xE Boyehej alst# geeeaBo lo RAkes sl hrvara hand-packbd estruo"st contcio lo housd RAkes nig glo ctss i, favt c ah>s7éah pnpalbfonaeds. Tle etllowar bdehsummarytnf glo cit"ue/ Elqudathsòe es nf apP).oln péeeiffr3g>dney glixE aar e) -èvrCA)g-mnidyn sl hrvarEP).Earnt leRobenhumr ll xE Boyesonadney a Hba,2eau t nf J de s p caasin qpb>dney gledCA)ninln péetnf glo contrry. Tlrs8a,tdlii,spenissachiifle sl g cla g;oddabisot.compl17;agvi2w nf aBo glo s ,ata di4nf e) -ndro8ES fwawElqudaoA)ninln péeeey gledhba, nlamgrDe s nf glo nxet1gaveob< vnh nf glo contrry. Am dm otudnnf s ,atadm opne158h3>3 nf glo co)ninln péeewhen heesonadnsl s="s,aara noba,bt c ah>s7éinvatulas Earndé&c ah>s7l821eissd surrontiadm iffreng>r dey usar glo edPavalees nf glo IRS sl f eselye nAer> glo t. évi"salbnf noen(lyadm iffrengy gaxeapiAuteéeDye caOc olc hi6, vqutteEP).Earnt l xE Boyeoorr6>dnnr21el orized glo 2012, nf ap e) -èvrCA)g-mnid e us heeufipusd lisonf appannseetllowar an offi dal aitie Ilabp ad,spires ,ata d nf apne158h314.2 nf glo co)ninln péeemontwithlisoaty l(gas gronti sl acsot. sunh a wros.HCesredemontarnnadnsho eueahed atythDr nsl so with penwhdiripenisswCmh"knowndsho eunsittllsboral psisr> d erifnadney hkinmontw kes nrvcupacsowithlisoliiespcro elVs ,ata d nf apne158h218 nf glo co)ninln péeeey EP).Earnt l xE Boyewhen heeunilòskeaBoy rvnadnswo (2) gaxea o prtifiadopt ml phgeeepallElqudam deyde/ Elfe s fromlabp adtwithlisoaty lawte/ Eorayr gle p disie I. No geeeb).Ear EP).Earnt l xE BoyequdaPbpt,AMi/stre3>aDIi y ont e. oenb21gLaur:30 Lamotu<17;agrTr ahevR6ne doolbnvissd sEoraie d) mceRH)ush ograms lis.Ear nf aBo l(gasly-esufmrnshsd RhannelapiFo baies tlsktimh ltferdoacasswCre grantbd sl compaétasscwnadney ognementrubd with fonaeds nf glo l xE Boyefresmyeqm dm rumo s nf e ss ss beDr kackbd eack>sl glo wifeissd dèee(glo latter nsiturr:30lyabiiliadm a e ss sedtlls -o u lribiiliadm i, geeenf e) -ndro8ES fm&s2 exp ans Ss àba,bt h;odapiWhen swo e) -èvrlawye s fdirdoreq(gas compla 3raagore t glo l xE Boy ltglo Dv uuicsoattordeydssd glo t.vestC #oadm Judguathseaved thriats. Finmulyenglo t.vestC #oave JudguaenAer>dngledChòef Judguanf glo eau t nf 1 t Itmdincaanf ga-Dr hkinsl aamgeoadm with eP).Earnt l xE Boy,aPbpt,AMi/stre3>Lamotunf J de s pIDtr l-8 riass="spip">D,uoRn is Sanonaniséa Ban Tho ewej a8 rederes ,ata d nf tuFlorence Durles deubenhumr tchstrong hcsithdidh;od fonaed),p Tc.teEP).Earnt l xE Boyessd liieMi/stre3>nf J de s purvarbeen efle sl turn glo HH) -èvr217;agrgeyh0emprtil aaéah pnpalbarm4et glo ner&iiétnf glo nxet1gaveob< vnh (t glo l xE Boyecrewulièrem heeusbd sl caBo limsesfessd liieol3g> fonaeds ndro86rndro8ESq(gas be tids. anagrndro8ESessd lej a8sFlorwritygoon, glo topic)piA , ymd sgarou"sasd scaryt d) mceRH)u. TwoaenAer> s nf Mrimpl xE Boyespacourr:30lya t jaio oo Mletrumusd-upafDvixia,rqwH) -dm a uuii>isho emey nrvcupAs-8 ayée la Twoalawye s wh3 wCre , ymcr pnpalbnf glo l xE Boys. anagr wroca7;erunnDr gloalremias nf e) -espacnowsié misédm asd geeenf glomei ont biddyn sl redve glo contrry/ïvs ,llabp ad. No lòske than yss= Ddeyengeeenf glofm&s2 cr pnpalbles deu ses nf glo l xE Boyeg;ag ny Maohej 1een oorr6>dnsl surentrer aBo ai 00:30:4ptMolieDr nsl ss t.e,mEP stamsueahed sseses5ppoiusd Judguain offi eswhdnh hed 1een adopt mloy isb 201dont gen ysa s ey gledb 2eslpong> a di4(ferer> a d) nf e) -aimmesmes qucri Neeorgansnlasuésnol red t, a8 r3g> fonaedanf glo PP).Earnt came sl s satwith 55 packs nf earijus p sseh>s7éinvatulyrquérqudaomlo>dngledéah s pqudaglo Dv uuicsoattordeydsl com pqudageo glom4et hissbeanh hctslpiWhen slo PP,aacul p hed hkincom psl hks offi esnt vin a dédm asd lòske i, 26hkinsl aaDv uuicsoAttordey,ngledéah s psEok HPNrsssessd eAer glo li/stre3>nf J de s pscles d hkinssd glo li/stre3>thriaten d sl yn

ishrs8a,liso e) -ndro8ES f17;ulcropinassessd tirorsnt ced glo li/stre3>to eack-doack. BeDr gloafiast;:ub densl agreigeeeas hees=d noenwi, glo fiast;ronti suéswarsnt cefuBoyeFlorsbd ej a8wi,unrlaWinnDr gloaaacoudatonti agore t Mrimpdon dm né à>, da latl stgat;!uerong swarsed Elessd leemey urvarwo pru. e) -ndro8ES f1ah pnpalbelurd letaMr,nsaytal xE Boyeheva hnsidrocant gwoaysa ssin ppd chwarnDr sé&#rcsho eglo ma)ewej asesdmo217assd etllowe3>nf a pple PP).Earntcant Lifeissd wCmh-knowndn dnôto s rnsulpociéte de

, dtu, glo contrrytwithlisoaaParliap 80piAftnrCgwoaysa sec alideissd seek fiast;sl sumrnsh gloalp 8d0:30:4nf glo co)ninln pée,ngleensl a pp aseestruo"st contcio,ngleensl sesd glo estruo"st lawtsl CA)g-mnid(lo kisseglo dpary Maont gwoaktimh 4et glo palace)teEP).Earnt l xE BoyewH) 1dont glo l)we3>CharDe bsl alm&s2 esd icsayngularnse9472;2bka pndpcrchirfr glo estruo"st law. Tle wronthDr isloo-eaedro,ngleiasFssno wrontho latjej rtil se9472;r. As eweek,aMr,nsaytal xE Boyetles .fcrowdnsho ent glo nextogwoaysa seueaw kes ndro86rndro8ES ayée la tu, e) -ess heeuawtfpt dt#hkinyorla he#iidglo only Chòef i, glo contrrypiWhatrvcupheeuayiewiBo ldve gt#1e geeeayée la. anagrndro8ES. evfr EP).Earnt l xE Boyetu, e) -ewithlisoaaCA)g-mnidssd withlisololiadm estrufé)g,ewith poacanpaloyeqllaestrubd ssd t7;ulcrsdmonv uu lpéeei,aReple.efsmhadney hks no inata di,aw kes bo edPi>isoeg;adm eack>sl glo 1ah pnpalbstmdifuouIyissd turmoilbnf glo ysa sesho entllowedrEP).Earnt p-utionndro8ES fdr 21clieofromlacwe i, 2004piA :ub PN. cvennf s ,s clirho e e) -eis 58ujanvce p 854 12h16tèeie-Séingt-DPbrég"gns (RNulièrem i> (acampsEP). S_out">http://www.altiror rem. pr/> Gary Mathie DÉCLARATIONme co(5 (CssgrDr Maus /rong> (CIEP). SouMicgestuerong clue/ ElectionOip">Da"ue/ ElPnp">3Songl soCcAb etchstrong, n> (hiaD va jejstrong cl uOip">DablAjn oDPbrég"Hns (RNtchstrong, sdgtarchiaD va jejstrong cl pooffi#sueéis HP;!uerong pïe ufm fue cli mi821aaiss-heme jeun3raat povéhmmmat vtinshcomp4ngEfre p>58ujanvce p 854 12h16rgnrior rem. pr/> Gah3pongl somrgns (CE, />Gde/ Electer, au PéeDrer -ulecptoje3a una28 dueCA)nsilé pidfapré,deass=ffér:30:4lsriaD vtDIs t .tEnpaimmesmes qucri Neeorgadenrior rem. pr/> 58ujanvce p 854 12h16rgnrior rem. pr/> D,uoS, g8 humr tchstrong,; acr fi;nase damelt d=arbt. épisedi BoRs /.ejstroJLn issaiaechBIro4 Il n&rosnlirigest;éis HPNdpu ufm fue cli mi821aaisspraafestrong eest tyaRoby Maot. éftruestaa-arépt éteusee Dmsicmac vinelabappnHértblibut sdgdt d=arbt. épisedi BoReouda jstrs,eautfKec pée i8Ljanrégu1pame cot tho nd erupfs28 duePéeDrer -uo u listmdincajn os boéôlréi y ouB pjejstroh fuouIso72légifér:Eaimmesmes qucri Neeorga gnc sociéjandans mdéup-mni;naimmesmes qucri Neeorgaa) audeLÉdcorrupPnp">38a17;ulles èéss dl&rentoyéesr:3ondé&à repré,t ger 7vivRndro8ES2sur S JdneDda jstrssoA)ninln pée iss duePéeDrer -u enjn lsriaDr pées écretu laee&rentoyéesné ,n,>slist/ class="s,anlpées nécessis HPNèéss dln ppoiéstrue/ Elpotrp lat,répnnêtbPN 82incodurcàïnlas p"aieu)jeudi tame’esacedins (immesmes qucri Neeorgab) -arépsnDrer -is HP,j son niveau deA,pmé7i duePSP selsoruns (CE3raat ugléer -ulecgades ger -, èéss dl&rentoyéeseouses ns,es t8217eânér ea pu larla,P rég"spip">rence eàsp8fs2é HPoan fuouIso représee;sdl&rentoyéesee,ntoaketmees pesoiées N2s me. A., -éplsséde., si tath, dospy;-Liti.iOu ssayd28 ctsjcMicavcs é"s ptojeDeenatentoje pu larla dl&rentoya e allvecsépaci lèsà(jamEntree cqé(E cDmsicmac vine laee&rentoyéeseoro-lans<,-miat podéd ers rs dMsl3Songl soCcAb etchstrong (ISC0339;cs Rosny ég"toch (immesmes qucri Neeorganiveau deCrgain ligàsre)ns DablAjn oDPbrég"Hns (RNtchstrong (POHDH0339;cs FreudDsimmesmes qucri Neeorganiveau deCrgain ligàsreip">Dn B 8ofi#82 en ppoiDPbrég"Hns (RNtchstrong (AEDH) 339;csSyl>>reESTA< Smesmes qucri Neeorganiveau deCrgain ligàsre)nstèeietchstrong339;cs Aug de n Js rud0 fév s

http://www.altiror rem. pr/> aDIi y ont e. oenb21gleRobenhumr llARTELLY;!uerong clue/ Pisée#8emEPnp">38a17;ulles P. anagrtèeieP) oitis dné esie lu Mo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicLPaCtmp, u h t1ga, aev ère dauerong clue/ ElectionOip">Da"ue/ às iaa p edcMiLuttetchstrong (OPL) xasalu, au nomePnp">3Eos20ffcse38a17;ulles, MA)nimh3>leRobenhumr llARTELLY, ; / eip">raée,DIChefsads Psng>s7Pah pnelàs,m ccompaag pchacunvRndro8ES2c"mgrDr ,i tamerc fCA)vgoée I reiple#171;! Abenj. LPaCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdehl sosur r. deLn r pïe mr , da=L bais thèm>Deuatéflexpéeer,p lali; / eip">eunn ieimm2c"is On lébe uDsi>)aostotn dneDÉstrue/ Erce p o (; rei>)rcaees, deayère la avssmgéné"sl,rlec/.ejstro nauiom yselniulauèn8s.ELDeptre,Gah3unnjKec out ss-Cl Eleép>ilïnb s coupdeeseu 3rsn cdi.ttsi, 26tarcc coàD., -écaasônéaDeiar HPN. éa,r ea achan, lfs2lulalipDue ufcsioue de env ère dat elliesmim"sjejstroRndro8ESri&nteoro-goula n&#eer,pfaçsseucAb g é ,o(PaCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdau dlli àslisog#8tl-8 (PaC funetNdpu ufPisée#8ec àdeayère la avstroAevitso72larp ai; / eip">aimmesmes qucri NeeorgaMo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicLPaCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdz ytMolie18Ljanxaorsbr cs"sp vin a d:4ptMoiCE3rala,up&#jSy Ma!ubrachBIro4 Il n&rosnliri1) Ptirq0oiia ère daOPLdth, r l-isls Pnpboudra9mai; / eip">php?Ert févr2) Ptirq0oii misdp-t-isls Pnpmsasiagifnaessae misie Ililïna e leter, ades tPphp?Ert févimmesmes qucri NeeorgaMo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMic(PaCtmp, u h t1ga, vou"spia ppl,eautca1noùee,secA)nsds aufiaD vau las p"deshelniso72v montrpn 35, lfs2unnjKec out )aostotn dneDÉstrue/ Erce p o (; u laees v ère daDeout ss-Callveaimmesmes qucri NeeorgaMo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMiclnpfle.edtiror r eau.fcrpdifuouIipnécessis H&à repr Dsi>)aostNprésee;8rismepàct d=arbévapor s Pnpjts olapjts s.ELDsc21ps B rhoixid eràs,rai#1aoeueuèéss rt esicupéa socglà>/>GShak HPNarE,pe c,sAtuedc2Tpt,AwiBo b>fo , à sfo&ndent abvoeitla mbre proc eioLsuf2 sc-psnDrr aev ère daOPLdés e acenxaoryee;sàfcroida=L bais Psng> auaapenth, r h mcecamp,itrQu.ev ère dauLDepayère la aup">Deuseé ctagonnle Pisée#8em,ev ère daOPLdaimmesmes qucri NeeorgaMo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicv ère daOPLdraérucuàsu mthieuDlntia Pnpjan ier ieu<,iturs à cpu ufmerpétu"ue/ às idérèglger -Cl icaleedrier éstruo"slIpcmac vép>ilïnmpnHatnné cdpe e2rruejstrolpu ui isfm fuag:Eaimmesmes qucri NeeorgaMo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMiclnpcamp aev ère daOPLdehàD., -écal s, ; raéodamn/dlasstmdnln péei,ivtp>noeràs,rvtp>valeurp"e en pppt éteuseera17;ulcare .l«! Aabalnpcamp aecnaroseermbgCce7i selssedb tte;-Lesuupé>3a cupé1aaissedi nedote é&#i s, enorr6l 35aodismdynasl enedotesodes t7;Cag.l«! Aabalnpcamp aecnaroseermbgCce7i selslulal;-Lesuupéère la avènger -Cl. anagruàsupongl somod MriCl Eleép>ilïné>3ans mc,Gah3p larla,P esh ogrès,ev ère daéducrs dMsstfea gechnr;)ane.l«! Aabalnpcamp aecnaroseermbgCce7i selscroiJr, léère la avJrirotudeis.e urdp>ilïné>3Reee ata d Pnp"ndro8ESri&n-Naaiss-hLjanvce i stauaaée Iledt Lubé2c"ri&nteeii8217;cDmsicmac vi,au.fcrp;71;! AabappnHuàsupongl sodt d=arbt.codurn, elealladitiv ère dai y g1aaissedi ufmis.anne20ffselsyn kfue ce 72%edi ufms détfs28 etNdpu ufdiasorea selsy unat 87%ads hshoirorsuuonsDe>butoiiélifia7éah pnelàs,mple ue/ El&, 54 (,spi, /strude lal, sEora7via,rqng>sf/ El&#oansg clielllarelà>/>Ge/ Elf pple séeeiffue cCl ulmure;vitrm2c"futine é&#>De>butoiigàsuN"ue/ é HPoan flealLnpcamp aev ère daOPLdpA)ninlnsjcMicaitfea gr, r èm>Dtatsa,up&#jec;on ns mdééH&à nou"slibér s Pnp ufmeur,ide. o2cisè éDmo"slo laregtoàésssulière;ec;on nselshstmdn>raéer , da= pu larla l enedotesitu"ue/ àsramapnelàulière;ec;on nselshstmdEora>raéà nou"s-mni; r roéssgnemmp , da=finmu18Ljan cpu ufpongl somrgns (CE achièdsjcMcooteces irorsrt;"sdgtarcirorsuuons3Caraïb>aimmesmes qucri NeeorgaMo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicDcré(E vedotele 9472;2àu ufm fue#8ec àdeay>38a17;ulles P. anagrtèeierainu14are "vqutteeSuAiPaéah pnelà>tudeis.eAabarythmép>ilïn, Cfscandi>eDIs tca1cadealLnpptocessst />Gnoere;ennes dsstmdnln pée isls n#171;! Aabadeshr -imqectsee&rentoyécisstfetmvideistmdnln pée is,plo)nimh3>le Pisée#8em,eàsu a jej eudiséeeiisedita,up&#jeyère la anhieuisasdgtaeshaoimem pnebsle dteccén I201Molie1t />Ge,se Di821aaissblunndotecndro8ESopi,aRepleu ui isitiv ère daOPLdéerplex landt LubéOPLd>eDIjugtDcble ei; rts,nvoida=irjeHPoan fleapiAu"aieu)j os boéibu 4ào ufmrnup-é,sse f2foiidaiteàopeis.e2c"climap Eerein, favt ; rteà.17en; / eip">eunn.trurufveitrQu.e, CffeublAje en ppépublAjendro8ESri&n,itrQu.e, CflsriaD vtDIéah pnelàsMjeHPoan fleaP ytMolieeE atyaelàsM f2fojan cpuéahlule t d=arb tmosphèut sdgcréer unolavstoanrer -uèéh pnelà>télégè é,pe. ieptrpnpeimm2c"tsunae/uèéh pnelà> dz#8ans, >2c"comp oe>s7éah pnelà. ma eiestaaj os bduipacàées e c,sAtuedc2Paixe, CfBllveErce p o (; a,up&#jeco tidpleurior rem. pr/> 3a e;ennes dsls r1gac"slsouhH) énselsàp21gncrCEésaopeis.ecnpbou rvcusrer -uèéh pnelà>selshstmdenglrunsaa>slist/ elasliimem pnebsle dteccén I2Mo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicLPaRa Eora sc21ps Beioue delpu ufCAmmi9472;2nn osrési> totn d ère dauerong clue/ ElectionAremiadotuIjugtD>D,uoS, g8 humr tchstrong,; ui isfe&t , da=L bais Chef Pnp"ndro8ESri&n,rlec/ emd s monv uusasdgtaemonv uusalpu ufJ de s pse las p"t8217 < cisnjes (a LPaCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdsde m;sdl&rentoyéeslo, lespand -làDe>butoiigàsuenAeraée I grlvecseldayogtaeRa Eora Aabaspcrouvé>ilïnmpnHatnnAsrismeé.e, Cfnn osmh3P,j ro a l>raéuL baissee. iehaprésencooa r sotudeis.e ui isitimgoéerteffa"eléer -uàées N2s me. Ju 3résenc ; n b vtp>cs"spb< vnhbPNdue/.ejstro h t1ga, c21ps B clomine3>le Piojele Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicEnnxaemisaoiésrun AbL bais tle.edtiror ,ev ère daOPLdva rèrepr simpl18Ljanat o217avedoteltygoée Idotn dntcaitfL bais 1cd1norgeru"tu laee&rentoyoIl nlaàoeSuAeisls Pdt Lubé2c"tsunae/uèéh pnelà. Im Aabat.cone de p,plo)nimh3>le Pisée#8em,eL baissencooa r sotudeis.e ui ynasl Cflszlie1t />Ge ss ss decgadrdesieescn> (aee sotudTiséoaaé7;ulcresuuppip">Daeïn, Cf lrnveneEle c,sAtuedc2Zokikirce p o (; uesuupe c,sAtuedc2Zogaga#171;! Abenj. Im AabarniE dln peudi a Rom pquac vi,aussencooa r sosiql&éjandt esicupéa f ppul1"is On lébe uDudeiinje en ppTA< rce p o (; uesuuporyee;s ufmlèbesàfcroida=L baBegrsonDeounorgiséns (7;àCoo B vin a d decis On lébe uvtrQu.seermbgCbas-vtrQu.s#171;! Abenj. l (E eSisc21ps B lpong>natn;vincooa r soondur (CEDH 852,uGeoé esicupiéjane ss ss decdtlls utimqrccore cuarelà>/>Gsades >cs"spe ss ss d. anagrtèeie (CEDHet d. anagrtèeie (ElPnp">3fress vtnouin.cndro8ESoip">Da"ue/ às iis On lébe uClrnveneen ppFleurprce p o (; retèeieD s-ClnAergteé>3ag é às ir tretmatOS o,nk1alsriaD vtDIonrèrepr simpl18Ljanntoje<édotn dh3p è7enAer Rights Wa rég"spip"ige"Bdt Lubé2c"ea p edcomp4séiis On lébe u c21ps B remm sojoyA< rce p o (; ,mbgCbambooDvi soirjeHPoan fleapilo)nimh3>le Pisée#8em,ev8217 le Pisée#8em,e2c"ea p ed cdi.ffi#duesnriveau deCrgain ligàsPip&#c SuBoy17;agrTr rand Are tid>.auce,oUusChéeDreaagg Pé"sltetchstrong esnriveau deCrgain ligàsBeneît Baitiqisls17;agrTr rafinsaa>sôa ouotard>ilïn, nel MledesiepmpréseàfsinelsriaD vtDmem pnebsle dteccén I2Mo)nimh3>le Pisée#8em, />Gary (CIEP). SouMicL ère daOPLdsaitfL &rentoyéesexaufi;, CflsriaD vtDIéah pnelàsMdPathag th, r heeseacanicupet poet d=arbérr sgarcuarelà>/>G ro a l>rCoo BonAep#oanspn 35a1à>tudeis.P ytP)jeudi tasuéséve#8emEPc21ps B lpu">r>2c"coboéôlrétotaBtotn d ère dadispoitrêtrg>/>GsarcirorsuuonsGno tis"xe leicheurp"nord-imqrccore cutu utrpéeei,iL baissetp 854soondur (CEDHaniséaeHPoan fleaNdpu ufm opagaufé)eduesholé"srjeudinedoteeis.l l lgr un mt,aussencooa r somrgns (CEDHcoboirgtsrmbgCemiado ufpodrdeppieisls. Earosevice m;seduesholé"srle’àCoo Bré 21aaisses desasdgé cdi; rtedi ufmirmEPnp"s parOEONUlandt LubéOPLdsntcaitfrtedi B dotecvou"sre mdée daMo)nimh3>le Pisée#8em,eL bais célèbado oe"ss;cuphrtpeardniveau deCrgain ligàsJ cqéeN StépleenAlexpNtchstrong, jeudigestarDr sàmdur lars,mplrpent laliphraorgeémt ; rta,up&#jeis On lébe ugestea p eDHaniséo u lilestarDr s, éesefleurp8ss p"audeLintle.e#171;! Abenj. LPaCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdeHPè é,pMo)nimh3>le Pisée#8em,eL ba laliAdésmgéni Wa />Gniveau deCrgain ligàsJ cqéeN Soleistchstrong xamid>raéà emmp , da=ctirq0oiias Psng> sc21ps Bnb.treeraditiàm ccompaage3>le la p edmrgns (àseudisa lulalibice&t ,miadoesuupé>3liba té,u ufdi&#i s, ufccoffi#;Cag,u ufdDmsicmacde env ère daimqs rrêtrg>/>Gsarcco tidplesaregtoàéssss d. anagrexaufiec à cdinà la vJr, sebelastaBonicupdln peudi tats,-middt Lubé2c"ri&nteeii8217;cDmsicmac vimem pnebsle dteccén I2Ptir d ers ernotn oo BCoalipDaRepvé,pMo)nimh3>le Pisée#8em,ee enpts olspér s,8tl-8 eip">erepré,lspérarla,P esCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdtir -uàépodliage3>àavedoteltygoée Iddln ppoiéstrue/ Ellibuts,de/ Elsar:30EDHet dDmsicmac vinepA)ninlnsiséoa tPsh2c" urdige".. C éare s es>eDIsxC Jacen ppptéal fleapiSouB unvRsi>)aostadopt ml potrp laencoos é"ecanb.ta158u mSTADa"ue/ ElPnp">3pongl soucAb i,au.ftis.anne20ffetu ufdiasorea, elealla"srjea radee3>le comp oe>s7nécessis H&à é>3a e;ennes dslesdifia7éstrue/ E. Im vou"srevéesrmbone,pMo)nimh3>le Pisée#8em,eeensan, l/ emd s My inemiadoteées N2s me,>/>Gsades >c à cdiéa rècndro8ESgoulacMcoot. Ueeraisls unn ocaaisseunnduip (7;àCcndro8ESoip">Da"ue/ àsia7éi&nsmgéné"suxoteées N2s mea Ck s5niEé2lài tas5e fïs ry ineMleavedote cdnlesnado. Ueeraisls mthieudapenttMolie18Ljanv ère daidhéie Ilsp8v ère daOPLabvoeitla mbre proc eioLsuCtmp, u h t1ga, aev ère daOPLdvou"srenadeel p,plo)nimh3>le Pisée#8em,esk1asalut"ue/ Elpos20of/ El&#oanxasouhH) à>tudensyige2, lrnnou"sexpavger t8217besoi, pouroaketmeesusseéRobcsotudeissécusp"s iffue cC claffa"el17aviruo"incism, 26tarcmom:30:4lsffi dlàsMdPatsc21ps B n3ondéntmem pnebsle dteccén I2Ptir esCtmp, u h t1ga, aev ère daOPL, />Gary (CIEP). SouMicaDIi y ont e. oenb21gSadesir Pip&#c ÉTIENNE ma; recE-févrC ooroasaréidogéné"slSy Ma!ubra ubrathieuhttp://www.altiror rem. pr/> Gary MathieV, uion offi dda(Patudra Eora finmuoteées cAmmi9472;2npécai> osc21ps Beioue delsD,uoS, g8 humr tcrong> (CIEP). SouMicAouin.run Abautidpleneu b utér (RN-cléaDeiaaa1ridt eenatedchiiera radblan, l&i n#171;! Anafinsp"deshbgCemiadovtp>vagEl&, classtvestC #oridt beAs-nel M3ra ufmiisfe&uenAeraée I due/isée#8emEnd Are tid>.auce,oUusueRobenl xE Boy17;agrTr , due/iemd s monv uusaaDIi y ont e. oenb21gLaur:30 Lamotu<17;agrTr ausp"s monv uusalpu ufs de s rand Are tid>.auce,oUus>D,uoRn is Sanonaniséa Ba,irtbrne las p"coupt lat eesesnjes ,a ufmiisfà pi1do-suiAiPaddt Lubé2c"évgoéudéup-ocès-às idffi#p"s déibu ml pcAb ees/.php jours.Erte du prvicbi Nesp">nenRayr trD>D,u-ueRobeaniséa Ba,irtbrauaapene mu18Ljanmgoée"e en ppp -écuifia7jLn issaiablunndoteMehiaD va jejstrong cl uGarytLi8saesaniséa Ba,ienAeriptsprecelclue/ Pa jédiseDaïti osc21ps Beioue dels osc21ps Beioue dels Gsam t Mausai , ut (j 20 Deouta,r ss otnAerg;àCcndro8EShôpòe enriveau deCrgain ligàsBernard>MevP;!uerong pïeudi a cseD,uoS, g8 humr tchstrong,;magv uu l= (àoDvixios idfhiiera aev ère daeioue destn d ère daép821eisdgtaefiss dueeLÉdcorrupPnp">38a17;ulles,"t8217 <;vinnAerit eenaoerupfs28,mbgCcc à cdiai#1-e&t , peudi tajvixpppiédnpalbu 7éi&nccse#orix,bu 7éi&ncdt d=arbt.cpu larla. Pissécu.fthasà>/>Ge/iige2,is 1ctir -uehl sosdmoshosro(Padocsmh3>aDIi y ont e. oenb21gLil " Théodorsaniséa Ba,iu g8ntaufi;u-jrot"ue/ às psn A-là,irtbrahimiédnat18Ljanreqé(E (P1aser&iiésos idfcsmh3hiaD va jejstrong cl uBsngl Greenaniséa Ba,iremptofror s é"e8Ljanvce Uni , uide do liae/useldapeudi tats,-miduf soenari l= xaufan, trQu.evepiéjare lospòe eieraBernard>MevPasdgtaeséjare uni , uidmiadoflo"ids (, lpu"aitfea rot"ue/ às psn A-là. LPamalaesuehl so r. d (àoDvixi,r xressé, sdgtarcsoie fL bareqéé"aitf mcecadi Pathag l so rodiguéa,rndéonpclasstn istrn,PNduedfhiieraiédnpalbduf tir -u>D,uoS, g8 humr abvoeitla mbre proc eioLsudnagnode scauqudéutarcméPnisnDHanisé sAergsaàlle cuifi Pdt Lubé2c"tAabasufscange3>a e;enédotn lacrare s iel17ifftélilïna "gp 854deesméPnisnDHitiqlan, tr synnrgns,"tan, tr e ded c#171;! AnaFlo"id vtn>a vélé oo Bhémt yigiraresns Ssau ns Saué"e8Ljanvce hémisphèut i8217;cupiér Sau,>c à cdiaG ro a lé oo Bhémiplégimigasst/landt Lubép"ige20fffi#duesehosro(PatAabasufscange3>ehl socseauadocsmh3>aDIi y ont e. oenb21gAoàés Henry17;agrTr , n utrchirurgnsnlaffijédiàCcndro8EShôpòe enBernard>MevP. LPaméPnisn aè misdiptndro8ESopér s imiédnat18Ljanotn dh3basà>/>Gldt Lubép"ige20ffselslui>ehl socsec à ceo(Padocsmh3>Green CEésan3ondso72la fresmhsiL bais casotuIjugtDn00feorl ui iaitfL batuin.peu)j#171;! Aapoti.indt Lubé vée18Ljanvope. ie a h; rteAaba82ravd2,is soirotudml-8 jts ai , ut (j 20 Deouta,rlecjugtD>D,uoS, g8 humr dehsuccombéedesiepmpl istrn,PNdbaBegrnnAcorrupvasculmiadocéréb"slmem pnebsle dteccén I201acécèsoenorr6l r (RN suHPN. a8sFu rvé oo vqrcs; rteér (sau ns Saué"e8repré,la n2s me,>eenttMolie1asea1ridt niséimiédnat18Ljanm. d (ào)ncorfs2é HPoan fuouIso/>Gldt Lubésdmonv uu lpéeel xE Boy-LamotubutoiigàsuttMolie13a una28 72laqde larlecjugtDauaapene socsn a lé et 72laqde larau las p"deson ipéasdgtaeeLÉdcorrupPnp">38a17;ulles,"sdgtae/iemd s monv uus,asdgtaemonv uusalpu ufs de s ulière;eeg ,iseditilaqde lar"ecaasinurn,PNstnussenc las p"é, u he ces ,"e en ppsépacise D lacéssenc las p"é, uptoféiée a Cklali; una28 s5niEé2à dh3basà>/>sa radblàsMdPatnc las p"unnduip"cDezrlecjugtD>umr d >2c"nnAcorrupvasculmiadocéréb"slm La n2s meuehl sobou rvcuséeisdge larl#171;! AabacMcoot. DeDIsxpl istrn,PNanisésxC éeAje en ppeioue deerae méeAjtan, ilïn, Cfpooffi#sue ère dadisrp"in, tr feorlnomem opusasdgau nomePnp"est tyaRoby Maoàu ufdDmsicmacd,eL bailïn, Cfoip">Da"ue/ ElPnp">3pongl soucAb i lone,aReplen>natn; nomePnp"est mi9472;2bgCdéns Da"ue/ Eléah pnelàsMst d=arbt.su g8lièrciaare unesachiifle sépaci à d ère dai épisedi BoReu ufs de s raàtes parOEértblibut Reouda jstrs h7;ulcN,asdgausssjciaare unesachiifle euri tietn;vincqé(E cDmsicmac vin,p Teecfi) rempjhiifle nsGldt Lubééi&nteeii8217;tr e deechBIro4 Il n&rosnlirige Sn os deay>38a17;ulles a euriseuogr, r , -écaanorrun AbyogtufJ de s pse s5niEé2i; r àdeayère la aremiadalLnpcA)nios aya p"é, unégalaf, audensysàe>butoiigàsutonfér:3 BoReoudLÉdcorrut eenaommi9472;saàtes parOEexuu oorinaius,asdgotn dh3eenel M dueeLÉdcorrupPnp">3cAmmi9472;2J de s peiaS t1 (deu17;ulles usp"s iffucorrupPnp">3cAmmi9472;2DPbrég"Hns (RN uspAsc1-Coerupfs28 dueSn os,eoo Bré.oln péeeehl sosdoptéH&à é>3sédi Boen Csrismeé.eplénvès à cdiaGsuiAi8fs2unnfér:3 BoReoudLÉdcorrut. A dam,es tda dels<17 Jut Mausaigàsutommi9472;2npécai> osc21ps Beioue deehl sof ppé.e, Cfnn osmh3Pa,up&#jSy Ma!ubr />-a,up&#riveau deCrgain ligàsPip&#c i>3CAmmi9472;2J de s peiaS t1 (deu17;ullesulière;Sy Ma!ubr />-a,up&#riveau deCrgain ligàsWAabge3>POLYCARPE17;agrTr , iffucorrupPnp">3CAmmi9472;2Sa pé P7;ulles uspPs détfs28ulière;Sy Ma!ubr />-a,up&#riveau deCrgain ligàsi>3CAmmi9472;2Ints (ulière;Sy Ma!ubr />-a,up&#riveau deCrgain ligàsStnAer IsAerBegrBENOIT17;agrTr , ifemd s seafft"iadotuIBoutauulière;Sy Ma!ubr />-a,up&#esnriveau deCrgain ligàsJoëenhumr lJOHN17;agrTr , ds"sièm>Dseafft"iadotuIBoutau.Sy Ma!ubra Cklalitommi9472;2npécai> osc21ps Beioue deehanorrmi9472;2bgCemiado 8 jts ootn dneDporcpu dincarcaya p"rruts é dh3coD,uoS, g8 hOSEPH. Earo bénéf issa-Cl. anagruàsunsPOLYCARPE)m La métl8n >/>Ge/iql&#eehl soimiédnat18LjansdoptéH&eg ugragised bâ -a Unenaoer HPoaedi Boehl sosdsinuép>auaiffucorrupPsroearcmgrDr spPnp">3cAmmi9472;.igeste/iqluxoteées cAmmi9472;2onrè mbrhéndèdi e rsdere t at pod Cfnndi Bsasc21ps B rtidpleajea ér (RN stfseccifna eenaoerupfs28alLnpué3ondiaréidoee aitf mceenAeraée I otn dntcaitfL bai ère daép821ei"s iffucorrup(Madame riveau deCrgain ligàsSophia Se ti2Remynl xE Boy17;agrTr )pet Begrfiss (uerong clue/ ElectionOlivd s MyxE Boy17;agrTr )piffuco&as p"cDvcunvgàsutommi9472;2iffucorrui;on nselss="s,asa-Clulallars;ee soissst />Cf lp8sssotudTiséoaaé7;ulca Ckes aào)ncé oo ttMolieeér (seescn> (am 3capòe ee, lrncdt Lubééi&itfea ifemdès àfoie>L dt Lubé2c"pooffi# ,asa-Csc21ps B vgoéurernotn cP1asent et lnssecMcootedisporét ilïnl< cbâ -or s si , tueuxoteées dDmsicmacdechBIro4 Il n&rosnliri2.- Ckes s ajevasp"deshsc21ps B rle commissis H&tudgades ger - ouin.ce T2ibu ml dae/iemdèrlistmdincajn o/.php jours.ErHall1mstcon a l>rCMui-usaSe ti2J dele commissis H&tudgades ger - aè misdipsédi Boteulièa eenal n&le t d=arb remiado eudisueseechBIro4 Il n&rosnliri3.- QuelelàsM, -écaa. ietard, 54itfrtesam aDIi y ont e. oenb21ghumr lGuyDrr C. Delvatchstrong,; eafft"iadotndro8ESri&ntà ufcse38a17;ulles Madame Sophia Se ti2Remynl xE Boypet Begrfiss Olivd s MyxE BoyG ro ,mit decdtesotudsea1ridrkinvéechBIro4 Il n&rosnliri4.- La fresmhsiiffucorrui;on nall1mstconoul-atyaelàr ldidnl>Dlntia 3 (CssgrDr Mau2, osro(PabiaiPNdbaBegrn ocaanMui-usaaDIi y ont e. oenb21gReynles GeorgLNtchstrong, son nan3onçiEé2i; vol"elécdt d=arbt.ygoé>rCoo Barufé)een4lsffamaaisseunndoteMui-usaNew el Se ti2J de<.indt Lubén ocaana iffcisé>L dt Lubén;vid eràsàdeayère la ason n n196EPueCAeenacAb mrgns (, usseép82xpse s/ Eoraaoiémuude laer -vtin iffucorrupavasp"le’eesesni ledesiirorsuuons<àst Ilép821eechBIro4 Il n&rosnliri5.- L e rsdere t, 54itfrtemardi 4 (CssgrDr Mau2, Mui-usaSe ti2J de/>se Di821aaissbldteMui-usaGeorgLN,ica3>deraislsse Di821aaissblda jlas p"goulapA)nidéréesiepmmeser uvivRnp">3cilïné>3Poi mrgns (CEechBIro4 Il n&rosnliri6.- Lt d=arb remiadojevasp"derlle cuifi er , da= prpE audeu 3rptndro8ESavoirCoo Beiaufiec àm opusaà son -tl-8. La fresmhsiiffucorrui;on ,rndéonpt montrasstn iespP="s,nifleaNet dDcades ts, P2m. d (àb< vl,>slist/ clasgarnDsone>L dt Lubéson naviEé2à sa s="s,anlpéeepts olssayerDsc21ps Béoosffle t d=arb remiadooudml-8 Rnp">3nffir. A.sssj"ecaasinurn,PNiql&éja-islsseé, u he ces otn dntenmmissis H&tudgades ger - n o/.php jours.ErHMui-usaaDIi y ont e. oenb21g>D,uoRn is SCIaluP;!uerong pèéss dl&rentoyéené ocèdsjàayère la aspns="spi19dteMui-usaSe ti2J de<, enorrinjes (olav, ut ufm fue#8ec àet dsffamaaiss.eMui-usaSCIaluPiaufiaD va"deshpu- fuesé>rC-aréptinurn,PNrtbrndéonpp;chi opusxid eràsthag l so he ces otn dcdiésro(Pamonv uusalpu ufs de s eMui-usa>D,uoRn is Sanon. Im s dDmi9472;neu biséeeiodeslist/ clasaleégttrn,PNdueenmmissis H&tudgades ger -echBIro4 Il n&rosnliri8.- Lt d=arb remiado>3cDsere tsalpujan ier, 54itfrte22 Jan ier ieu3 ldidn2c"pooffi# ré l&t>natn; nomePnpaDIi y ont e. oenb21gEnles Flo"ns="stchstrong caitfoo Bcitrêtrgoaudenr35a11;! is èéss rsur ata d PnpfKec pées.Cklaliarufé)eviisfd ère daép821eisdgtaefiss dueeLÉdcorru,ar HPN. ivger - Madame Sophia Se ti2Remynl xE Boypet Olivd s MyxE Boypilo)nimh3>Flo"ns="sdpA)ninlnsjMui-usrchiaD va jejstrong cl A, dé ueRobeaniséa Ba esnriveau deCrgain ligàsNew el Loé(E Se ti2J de<17;agrTr aepmmesn ocaaPechBIro4 Il n&rosnliri9.- L e19 Myxs Mausai t d=arb remiadoaDeffe. ivger - mthirésaopeilaiPNdbaj de s pn o/.php jours.ErH ldidnl>Ddéibu ml Aabaoffi dda(P8Ljano; r alLnpjugtDIDtr l-8 riass="spip">D,uoS, g8 humr tchstrong AabacMàoDvixioseayère la aremiadNet dDcidsalpu ufreoryee;sàf ufhuese tsechBIro4 Il n&rosnliri10.- Af ufhuese ts,aussen ocaaP>leRobeneiaSe ti2J deaua21jMui Maus.iAp lalid leàelecjugtD>umr daG ro3ondsouncjugtmrrupavaja-diut i8217;reoryeditiv ère da remiadoaue11 Ju t, 5uiAi8Pdt Lubé2c"aup">Dreoryeoaue18 Ju t Maus.chBIro4 Il n&rosnliri11.- L emardi 18 Ju t Mausai t d=arb remiadoAabae&t , up,are s ufmlaidoirir londéroulaencoos é"eca&iiésose a pples5pporgsapeudi tajugtmrruptuIjugtD>umr a Lt d=arb remiadoAaba8>)rcaàBCodeenc ; oryeép>auamardi 02 Jut Maus.chBIro4 Il n&rosnliri12.- Ckamardi-là,i t d=arb remiadoAabaàBCodeenc e&t , upailïn, vditiverjugtD>D,uoS, g8 humr .iAp lalionAasple,aussea ocaaP>New el Loé(E Se ti2J de< uspAs dé ueRobefmlaide cC cleenel Mnatn; t2ibu ml daeciteraepmmes ér (RN à emmparui-usa"ecaallars;enmmisNdpu ndro8ESri&nttiss hsiifemd s monv uus,a(Pamonv uusalpspfinsspin,asdcalLnpt2ibu ml r , ouncjugtmrrupavaja-diut i8217;peudi tqudéuéeslollic) à>tudenmmissis H&tudgades ger - dl&rentoyéenobns (CE "s iffucorrupdeay>38a17;ulles yère la aupt g alpéeepts ocecaallars;enmmisNdpu ndro8ESri&nteenaomparui-usailïn, vditiverdéibu ml pnr35a11;! is n;vid eràsàdeayère la ason n n400EPueCAeendt d=arbt..trurufé)ecrirs elWaaimmesmes qucri Neeorga13.- l (E ldt Lubén ocaandnp">3fresmhsiiffucorrui;on nn#171;! An lp8ssra"deshdntenup. Im iel17jklalia mdéudèdi e08 Jut Maus.lLnpcAmmissis H&tudgades ger - fmit dectl-8. Leraixtioseayère la a mdéup-fcis;sdl&rentoyéeseonrè enel étà ufcsurDsc21ps B mdéud o/.php jours.ErHd3fresmhsiiffucorrui;on nilïn lalidmisie Ic21ps Baimmesmes qucri Neeorga14.- L emardi 09 Jut Mausai(Padofi#p"s déibu ml dae/iemdèrlistmdincajn o/.php jours.Er,nMui-usaaDIi y ont e. oenb21gRayr trD>D,u ueRobeaniséa Ba, er , rlecjugtD>D,uoS, g8 humr ddeudiséeevéhn nià>/>Gser&iiééi y o r , oat poséeeiurdiger (ndéonpcladofi#pdcd-tl-8)enc ; stauaarupT; rtedi Caj dnau Champ aeMyxs 852,uiscut s painzdooudvDr amonutbPNdur"emEPc21ps Boo B vin a d simpl1piSoéonpcladofi#àelecjugtDvoul1mst ouBP8Ljano;un Abyogterruejstru h t1ga, he çmit decaasinurn,PNunndotecui.Sy Ma!l (E ndéonpclas-fcitrccroedt Lubén ocaandnp">3fresmhsiiffucorrui;on nautcafunetNdpuMes pacGarytLi8saesaimmesmes qucri Neeorga15.- RtrQueu biWashDr el en8repré,u g8nc>,sre mdéérndéonpp;chds HPNèlïnlaDIi y ont e. oenb21gLéonpChéeDrP;!uerong p; / eip">emA)nimh3>Enles Flo"ns="sa(Pamerc t Mausaies amn/i oposendt d=arbabel onge3>lapp -écuifi,ide. onsicuptomble t d=arb remiad,Hde">3fresmhsiiffucorrui;on pilo)nimh3>Flo"ns="sd; n bt. DevditiBegrr n b, mA)nimh3>ChéeDrP fmit m"el17a>eDIs chèutaDeiaa mdén nauttéléphone hsiifemd s monv uus mA)nimh3>Laur:30 LamotuFlo"ns="sd,iseditiquelelàsMmonutbP. Im amn/i oposeneLDeptre rempjhteaàtes parOEexuslapp -écuifili2 tié8 eip">e">3fresmhsi"s iffucorruaimmesmes qucri Neeorga16.- L ejugtD>D,uoS, g8 humr dcrodbatuin.haprésemub denal r sotudgades ger - acoos é"ei t d=arb remiadoAip"> r. 8 eip">e">3fresmhsiiffucorrui;on eAtàdteé"eine"deshsc21ps By r , da. P. ietard, éesr:véesrmbiadoauejugtDMt gn L &rentoyéese, ahpéeDé<àst Ilae/u ea pu sdemaî-usaaDIi y ont e. oenb21gSamubenl d>sf/naniséa Ba"eelslui>ehditfL &rentoyéesda jlathsc21ps By r , daare s l&rentoyéesaufiaD vavasp"rucuàsucone 9472;2àuemiadalLnpjugtDMt gn hausse usseépauleaNet CE "itfs. iet Mausai(P1aser&iiésosPamétéorr;)aneNiql&éjasan3ondso2c"pyclone env ère daila tParoug naviEé2l sodDi821édo 8 jts op-fcéorruaigeste/iqluxotesdensysàe>butoiiesnsp;chdeudi a régipppiét opoliolie13evlas p"é, umom:30ané8Ljanots,iseu a Ck jeu D,uoS, g8 humr dselda-7i ds HPNdpup;chimias,eàsurafi er seesijare s un jts op>Ge/iql&#eéi&itfAerg;otn lacr.3CAmme/ilaavasp"feméeleé l&rentoyéesaufiaD vypavasp"er seesideshbc21ps B cocvro.",nsm Aabau.tos né"cDezrlui>àaC fau.t. Vnrs 12h30,nsm Aabae&us5p , urêtrgoaudtéléphone at poséeeép821ei ldidnl>Ddofi#pselsaufiaD varrC-adtéléphone a mdén nàBCodeenc. Im r ,tatsoséeeép821eipts o;é l&trp>auadofi#pselslelss=t (ndéonpcl utér (gnigeshco.cord vtDIAtàdeayère la ép821ei"s jugtDusp"s dofi#).run Abbesoi, dtecui. L ejugtD>umr ddenel M ceo(Padofi#pdcdm ccordepoo Bheout esuupdl&rentoyéeslumr dgapacBegrvéhn nià>/escn> (aparugesotudeielest ea puoirgtaàteosgarcà pi1do ufcsurDsopeilaiPN , ut (;otdNpts o; j (, da= ladofi#pselslufiaD vatt , péjàddeudiséeem opusavéhn nià>i#pthieu<. L ejugtDéi&itf ccompaag pdbaBegrn Jacen as t1 (de,ecndro8ESoffi dd op>GpolictDIDtr l-8 riass="spip">ohnny Pip&#c17;agrTr ausp"baBegrcsusinje ec.auce,oUusBeeDrudihumr tchstrong s. ieclelsaufiaD vavasp"eub denspet poeui. Auumom:30ede déthirer, verjugtDmlaislièa et poet d=arbhui idd oFigapoa,up&#jeis On lébe uTu eshvu et poselsj(;oti/ 54ngi.rce p o (; uI#eéi&itfouin./>G15 Deoutagstfetmvéhn nià>/uadofi#pfilsi , ut #171;! AabaPnp">3capòe ee. DeDoirtfs28ulière: soéonpcladofi#àelecml-8 ; stauaarup ceomardi (T; rtedi Caj d)ulière;endéonpclas-fcitrcc/uadofi#pr:véesrmet poearcmêràsthnAep#n-Nulièrem ladofi#p>D,u ueRobegstfetmjugtD>umr a LtmjugtDselsAabaPép4séilàfoùcBegrvéhn nià>lufiaD vatt , a=t (nuro ufcsurDsopPéelest) ooroastDàaséeecsusinjd>Ge/ Elfé">r>2c"sacHdàéodamn/duadofi#a Ck selsAabavieeDIlieuxai(Padofi#psc21ps Be sela ta,up&#jeis On lébe uQelsAabacMàoDvixioseayaas t1 (deu"s jugtulière?rce p o (; uEt >ohnny Pip&#co;é l&t>ilïnmpnHatnnaffirmr 7vi. A>)rca(Padofi#pdcdmcDlnipavasp"eroe>s7avditiBegrdémirmEesuupé>3a una28. L ejugtD>umr dsxpl les a>)rcaàBséeeép821ei l&rentoyéesar la rèlnipemiado2c"compto r , ualpu ufr una28 ilïntéléphone lrnsm aod Cfnts,i doe fL baséeetéléphone ss o monDcadtà. Im eroeetaàBséeeép821eiddt Lubén/i>deempruoé>rCoo"aup">Da maieisajea éléphone afi, dtecuiurac"el17adaefisse, aiguu ufre/ eip">aimmesmes qucri Neeorga20.- L eaïti t Mausai(Pajugt,icAmme/àBséeehlfulnd5y o r , oaopeilaiPNdbaj de s . Im r tas p"t8217ce7i selsesni 30edevditiBegrboutauoenorr6ls olxpl les7asufmés vgoéureotudsstroRndro8ESavdit. Im eousse deudiséeeboutauolnpjugtDMt gn es amn/rac"el1>c à cdia#171;! Aabapissé,u a auoboutauotuIjugtDIDtr l-8 riass="spip"Se ti2Vieaniséa Ba esnamn/rac"el1>et d=arbh>sfos H,o(PajugtDIDtr l-8 riass="spip"Sur r. tchstrong sénèuusalescn> (aboutauxotuIjugtDSe ti2Vie,nsm amn/rac"el1>ausssjdh3cl-8 h>sfos H. l (E lecjugtDSur r. hsiife, oàf sont esuupa#171;! êp">Dre&tudà.17enr una28 ino Eoraune enesuupne"deshexpavgiupet ng> Rndro8ESavdicenp;chamssmjugts. Im er , peudiséeeboutauomadame riveau deCrgain ligàsKetly Julienaniséa Ba"deayère la oip">Da"ue/ àIMED esnamn/rac"el1>et d=arbh>sfos H,oc;on -cisamn/i oposendsfos Hi e rsdere t.indt Lubén ocaanaDIi y ont e. oenb21gSamubenl d>sf/naniséa Ba"auqudéuilaavasp"péeDé3 vin a d revéesrmà séeeboutauostfetmjugtD>umr samn/sxpl les cAmmentu ufr una28 a#171;! AabadérouléaechBIro4 Il n&rosnliri21.- Ckaml-8 aïti t Mausaimadame Ketly Julien"deayère la IMED ct d=arbétasp"fe, upaauoboutauotuIdofi#p>D,u ueRobeg ccompaag 4deesmadame riveau deCrgain ligàsJ cqée8iunpChéeDrP;!uerong prgnrior rem. pr/> elà>et poeaIdofi#pafi, dter , da= pmpto euseé cblèmssotudTiibu ml dae/iemdèrliItmdinca,rvtp>jugtsndt d=arbt..trurufé),eAtàdeayère la accompaagger -Cleayère la IMED n; t2ibu mlpiSoéonpmadame Julien,n lalieip">elà>aufiaD va"ds é eesi Dr amonutbPpiSoéonpcladofi#àee larau l"ds é <;viDeoutalandt Lubép"oryeditipeudirepr c;oa,ic#171;! Aaba ceo(Padofi#pa/rac"elétà ufcsmmi9472;2nn osrési> tsc21ps Beioue deeesidiseditirepr c; tle.e-là,i tmjugtD>umr saufiaD vardeisuesee Auubrun>tudenmpleàelecjugtDAabaping> en"denel "emEauadofi#pseayère la a mdé>rCes amn/iani;na oo numéroajea éléphone,>et poea iffcise Iddl&rentoyéeslère la aga-Cl. anagruà numéroajeaNatenmfL batouPiaufiaD vavlas p"desaàtee52,uiss,anlpéeeeba ceoc#171;! Aaban nnuméroadl&rentoyéesdt esiiEé2eouroa mdé>rCt Ilép821eechBIro4 Il n&rosnliri22.- L edofi#paufiaD va"deshe mdéérlecjugtDs psn A-là. LPajugtDs#171;! Aabare&tudà.yère la Esgè ée ui ee&rentoyéesavasp"fe, ez-xamt poséeeép821eipts o;a n&erae;on -cisào/.php jours.ErHlecml-8 soti.i«! Aabalère la ép821eiselser , rlt d=arbt.nlpaufveitcleenel MoauejugtDséeeép82x dtecuiurac"el17ac à cdia#171;! ésasp"dessé&à é>3a una28 tuIjeu <. Im caitfoos-fcit/sxhausga, àBséeeép821eidnp">3t , s é"e8Lai; una28, seayère la corruitéedesideson ip vtDIAtàdeayridrkin1eidnps,anlpéeechBIro4 Il n&rosnliri23.- Vnti umr dsabare&Queu biyère la Esgè ée;a n&aoiéat polcdiaieeép821eiRaRobeg(selssevasp";é l&trp> >2c"fe, ez-xacDezrunvRermr o>)aos), se fé"ei11 eudiJ 947ca,iboss Fito (remplombi s paieéi&itfoing> at polcdià.yère la Esgè éen;vifie fï#171;! évalule eshcoûtsàe>butoiigàGe/iql&#eà>a e;ener),eAtàBeeDrudihumr aBegrnngmigartieia Ck sn A-là,irepr sisme1mstcalmeitclD,uoS, g8 humr dlssayerDsée;a sni leoos-fcipéesrmbeudi tqudéuéespi iait. LPa-fcipéesrmtomblfoo Bs5aoadsifoie. A>)rcaRaRobegvon nauts5aoidt een>D,uoS, g8 enser ,aoiéton -tl-8slD,uoS, g8 Quebsst/mstfRaRobegle r tas p""baBegrbra/stPbré. Earo amn/ioseCoo B vin a d 72laqde laréesar la jlathré l&trp. Im aufiaD vavasp"e. ielère la udige"de se locglà.fRaRobega mdén nBeeDrudiselssesc , peudi ufcDvrDr oùcBea radelas p"antenuple env ère daenfdit. BeeDrudireç4itfrère la oi,-middt Lubén/i>de leiche é"ei t d=arb i Moauouin./uem opuiéemiadoteées re son. Im r:véesrmet pooo Bré pu sunégalavà.fRaRobegamn/ ti m;srère la oi,-mid8 ; steupet po>D,uoS, g8 ,iseditiqudt Lubéson noingaip"cDeiche éleem opuiéemiad. Earo aea radel>aussstôba54ngiepdeudi a res,"sdgtat ee;vianiséaleése leiche é"ei t d=arb i Moauouin./eEléah c et lcdit2;nesoeudenmmissiri l=di Cafau.t. LeEléah c et lvs (CEsrmet poRaRobegstéleem opuiéemiadgstééeseisméelesnt>aussstôba>D,uoS, g8 peudi tavéhn nià>/>Glapp lictDqelsaufiaD vavasp"eeshesiczp"bacarbuaarupenorr6l e/ijen,reba>D,uoS, g8 a8l sosesc , uotuIvéhn nià>/>Glapp lictDenorrêp">Dré-isméeleéddeudiséeevéhn nià>/>Gser&iié. Im Aabaunnduip"àCcndro8EShôpòe enBernard>MevP oùcéesa8l so r. d (àoDvixiechBIro4 Il n&rosnliri25.- L ecaitfrtee. iebru, l&i irorsrmEPnpt montras-fcitrceba ceot montras ér (RN niséaa Eoraé,ic#171;! Aaba ceo(PajugtD>umr daviEé2l sovsiebl18Ljannasc véu laee&rentoysm étasp"-7i ds HPNdputtMolie1aauoboi,""baBerDr op si < M celc"eqgtadéasinurn,.uI#eéi&itfaga-éitcleenel 1mstcon st Mausopts olit , da= ère daaremiadNet sà>/>so; r raepmmesdib-éenonpclalnipavasp" enel é. Pirlle cuifi,nsm dDmi9472;n5niEé2 laeeilalraitfrteeis.lchBIro4 Il n&rosnliriuiveau deCrgain ligàsRESUME DES AUDITIONS ma; recE-Prin/re Gahry MathieuBeeDrudihumr ,pépublteenaojeiincajnu JugtD>D,uoS, g8 humr ,irtbrauaapenausssjé, ue&t , unéiro(PaRNDDH, ldp">Djugtsndnp">3CSPJ,asdgauQu.seeruitésapeudi tats,-midaev ère daeioue d,r ss nérlec19-10-1988. Im sccompaagg"àD., -écaverjugtDdeudiséeevéhn nià,Ddeudiséeea maitby MaoàuCafau.titcleeudisa re son,ià.yère la Esgè é. BeeDrudi(alyeshTi So1 (d)odDi821ea,up&#jère 21; sà>/>npi n2c"locec1999 mw (àk2;n5n jij,la. Ligvoy emavekòl, mw (àaarc"ldiaèvie,nmw (àiaa Ije-miy d sibèkaftDeno"ld,es pi ldivin nel MomDeno"m ak2;nasy eegaè ega m"el1Dentopusna#17130; Abnlpd jij,la, n2c"jouHitiqly,Dse sog> bò 6 zè n2c"matec"ldii> tn2c"biwo, jiiesfec"lga pi> to -àk2;sèy kònelDeno"l abòdepdosy eki"k2;sènenpmadanm aksdnuit ueRoèenl teai,reudanm aksmonv iy eki"dw noinètnn2c"t2ibinmu.Sy Ma!N2c"je tkafauè,es pi ldidw nnel Momadanm ldiosrészasyolDeno"l alàaarkeip">eaksmonv ij>sf/di a y Mm"jouHnouemi < a. Dwafi#pac"feverjsm Sèjmbò 2 zè nouemi < k2;sapp -iy epra(àaardi Bunn2c"pakètn.fRivein2c"pakètn, maRogn dwafi#pac"iaug (àniàoDofè, nipp;kirifi,nldig (àyolDkòsf/m b> to -àai,ryolDclomiz blaneaksyolDkòl wD.,pilotè maRogn dwafi#pac"to eujaga maeu<. Dwafi#pac,Dse yolDmoooski pi> to -àpwentu ungm l Rogn dwafi#pac,Dse yolDNislic"iatwòl blaneaksvinttint<. Dwafi#pacidi Sèj,ren/iaubezw (ài> taksp;kirifi,nlga m"el1Dn2c"maRogn dwafi#pac. Ln/l1Dbò 3 zè, 3 zè edmi n2c"nouemi <#17130; Lèiy edepahri,ng (à2 lòt"maRogn ki"dlra54deèyèiy .Sy Ma!Lèiy eu.tosnenpbò 6 zè nouemi < k2;sa, jij,Sèjmnel MomDeno"m pra(àlsri a ki"à1Dn2c"maRogn en/ino"m mel1>eDn2c"maRogn dwafi#pac. Dsri a se 10"mamitnn2c"y d saksunguè"jo c,Dki mak tagro-aèvie. Pisedi Codto -àwepr ino"i> tkafauè,emjtande jij,Sèjmpi> taksmètnl d>sfecm ljtande jij,Sèjm < lga u.tosnenpkanada. Ln/di mètnl d>sfec"s tn2c"biwo mètnGariDLisld en/to rarkeip">eaksosréste yom ljtande l ietdonssemonv ij>sf/di a J,uoRn ès Sanon, er ziedi l teai,rouemyPamonv i a Lora(àLamòt"aksyolDlòt"mesy earkò ki"à1Dn2c"rarkeip,la. Lòt"mesy ea,Dse yolDmè-, m/iausonjdonsselpiS -àwepr la, pisedi plizyèifw>3t lefòn jij,Sèjm densn,emjtande l/di dwafi#, kònkwapp; ak dwafi#pac"lga pi> .Sy Ma!Lèile taksdwafi#pac,Dm wè jij,Sèjmrertee.izyèilòt"jij,eno"l pi> taksyo,"tankoua,up&#jejij,Lama Be.izè, jij,WilnèDMt ec, jij,BèjmOpiSi r., majv uu Yasck. Ln/ia> taksyonpmadanm kn/iaujij,emjtande l/rertel Keti ouobfi#pKetli.Sy Ma!Ln/l1Dbò 2 zè nouemi < jij,Sèjm < Codtpra> tkafauè,esog> kafauè"eno"(ài> ttratèm Lè Codtriveitratè,ren/iranomadanm ld,sdnuit liD>Dsikapp -iCodtr.tosnenpkafauè,eeeske jij,SèjmtJn < lgpra> y Mnenpmadanm l> kaypdoktè samdiusojiyè Mauson2c"matec.Sy Ma!Pisedi lannuitiva,rmw (àpaidòe/ n2c"mgnm8 hanm laneaksSèj,rseD>Dsikappnuit fiy"ld"a,Dki g (à11 loce,Dki vin rertem n2c" hanm koalimga dòe/ ac,Dbò inèDdi mafec"eno"l < m papailamalaem Lè mePnslic"jij,Sèjm < m lga m"uri,ren/iaukappi> tbfi#àelga pè < lungaj ai,ren/ioupodto -àai,ren/iipito -àai,ren/sy earpie,nzy eegkoulaedlo, ldidi l pi wè bfi#àeli wè doubàeli eseye/iranopapytDeno"l ekri,ren/iaukapekri,rm (àl lige2,ii vin pè < keinsliim l danm l> g (t2c"fè" enech"maRogn eap lialanap liaidi y epaug (àgazDn2c"maRogn yo,"s1Dn2c"maRogn jij,SèjmCodtblije m"el1, lone,tdonsune,tdojij,Sèjmki"k2;tinytDenopodto -àai,ren/voe/ n2c"maRogn ai,ro -àrepr rld en/akspodtrld nsunkga pol1>eDla. N -àretpra> tak"ldin2c"lopòe enPetifuè,emec"enliay eaidi lopòe enBèna Mez/iiroue. N -àrivein2c"lopòe endh3bò 2 zè edmi dimatec. Yo k2;sill1>e,ryo"fè"anal zDeno"ldpiSo sèeslouf jij,la kga m"el1. Ap-miy ifi, fè"anal zDva,ry ed< lgpra> y"uripiSo bò 7 tè edmi n2c"nswè jouHsem eaksliitratèpp -iC"mel1>eDn2c"mògpe 1p20;Meésteère 21;m ljiauk2;n5n ki"k2alimò apy ek2;nyètn.-Prin/re Gahry MathieuKetly Julien,aaeHPoan fleidaeIMEDvtn>ae/ eip"ép">3CAmmi9472;2 , ut11h30fïs rytinrlec19-07-Maus.lEl pn mi821ea,up&#jère 21; N2c"kld apun/aksklfunè e..triksyolDy ep -iy n òp">Da fosni maferyèesbiwo akspèvssmentènè-, mw (àie twodeeem n2c"t2ibinmu,ouemyPaetmdinsuèòtopusnaola joudvdii eakslim Lè megaesul, ldidi m ldibezw (àm ijac, jodya y Mmm lw (ài> fè"tn/ia> taksldin2c"koulwapam lw (àd< la,up&#jemjiauk2;paarc"vszaj ou, senfleiwamalae,ooudmeéste yon"tn/; orm lw (àwè vszaj ldiblèm,"tankou yolDmoooski fytig earpiem lw (àd< lemjiaukn>aee<.in> enuesé>, ldidi m se jodya p -iC"pi> . lw (àd< lemja u.tosnenppòe .lEfèktivnelDmw (àa.tosnen, en/to eujagbò 2 zè edmi n2c"nouemi < y Mm"jouHvdii Grefy eail1>absac. Ln/di m tmig (àyolDouemyPararkeip,nlnpp;y Mn"la àp -ipahnify eyolDlòt"rarkeip,aksmonv ij>sf/di a n2c"biwo mètnGariDLisld. lw (à; orrc"lda,up&#jemjiaukwè wil1>al1Dn2c"rarkeip,la,Sèj.>Ln/di ma,up&#jepnuit,em n2c"ka,Dse bagayilunmò.>Ln/di m, lonea sèenelDmètnGariDLisld ki"à1Dn2c"rarkeip,la,aksmonv ij>sf/di a. Tmig (yen8rep er ziedi ,u ueRoèenl teai,rekrouemyPamonv i a Lora(àLamòt.>Ln/di serouemyPafw>3m twodeeem n2c"anlprasyolDeauèy.>Ln/di pisedi ueRoèenl teaiga pi> taksld, ldifè ekspuè"kraeu< ki"sog> n2c"bouch"l teaiga tonb to -àvszaj mw (,es pi lga pisà>/wèt liDdevdiàvszaj mw ( pisedi lga fè"m menasaiaksrepr kal roneawòl p -ieseye/imilyPam. Jij,Sèjmk2;tinytDeno"l < màeli eseye/eksplikmiy idosy eappi n2c"mgn learkò,emec"y iegzije lDeno"l mel1>brun>n2c"dosy eappep eòe pmadi 16 jiyè Mausola. jij,Sèjmrak2;alim,Dse sèenelDmètnGariDLisld ki"à1Dyon"tn/ja àpranopitytDeno"ld,enoue sa, repr lòt"y it tagriaifeakslim PouHse ki"k2;sènenpl teai,ren/to me han aksunpieDmovoneawòl. A>òs mw ( y Mm"Ketli, mw (àmande jij,Sèj, kònelDen/to fè"al1Dn2c"rarkeip,la.>Ln/; orrc"mw (,ese Dwafi#pRem"e J,u-ueRoèenki"à1Dk2;seye/l,nki"à1Dak2;nasy ee,es pi s1Dn2c"maRogn dwafi#pacreudanm aksdwafi#pac"liil1>al1s.ELpi ldidi ma,up&#jeKetli, miaaoée"m kaiy"uripiGenpbagayikn/iiaallv"àD., -,iSo lòd y epasacdwafi#pac ki"dokòDeno"dosy eapfinspmadi 16 jiyè Maus.,Sèjmk2;tinytDeno"l ò,emjtga gaesukònelDm tmikauk2;tosne kesyolDac, ino"m tmikaunel Momooosyo,"kidonkpe 1ps6;Sofya,aksOlivyenl teai,reudanm aksMonv iy ep -iy etaePnslic"n2c"t2ibinmu,la ino"m ta fè"y epeye/anel byogy epauvind,es pi m ta Roèeu< yolDja àp -id orzepdosy ea.eA>ò,emwi#pKetli, m/iwoorzepjij,Sèj, ino"m ekri repr dek821asyolDlgy eo -àpapyt,emwi#pditsnntaksldimja anrejv uus l, mga filmeiles pi ino"m gayepdosy ea n2c"loouin.pep ew2alksyolDl#17130;.>Ln/dokò. N -àpra(àaardi Buneno"m pacorfskaypliitratèpjouHsem ò mw (àaertedwafi#pRem"e J,u ueRoèe. Ln/iau; orrc. lw (à; rtel arkò,eln/iau; orrc. So jis dimanch"14 jiyè Mausodwafi#pac"fevermDeno"l < se usgl zDvi"à1Dy1, lonse ki"fè l pitukn>aeorrc. lw (àtep ew2fitJn < dwafi#pac,Djij,SèjmtJng (t2c"di m se l< y Mm"dwafi#pac ki"tJnòp">Dze"rarkeip,la,es pi s1Dl< y Mm"dwafi#pac ki"tJnak2;nasy eSèjmC2c"rarkeip,la.>Dwafi#pac"iau; orrc"asy c. Ln/pito pi> tdepdosy emaferyèesbiwo aksentènè- nsunie tanme, pi> tvdii tC2c"radyom So lèemjtande dek821asyolDdwafi#pRem"e J,u ueRoèetC2c"radyo,"k2alil dek821e 1ctujanm gec"rarkeip, mw (àaaoée"m endiy1, lonse ki"fè n2c"datpmadi 16 jiyè Mausomw (àsiai Modi repr sa ruk2;n5n depdosy ea n2c"radyom lw (àdsf/nsa8l soe&t , unéiro(>3CAmmi9472;2Sn osrési> tl8 aïti t Maus.lL ère daan larfnn osmh3nl d>sf/nsnamsre mdéér l&rentoyéesavasp"péjàdsdsinuéna e leter, deudi aqde laréesautér (gnsoosroécrin,rebailïn oanélesnt, "sm Aabaprêrmà ster , da=n; t2ibu ml pts ocojeirm>rCtsseécrins."-Prin/re Gahry MathieuMes pacSamubenl d>sf/nsnamsdiba ceo(PajugtD>D,uoS, g8 humr dlui>ehc3; / eip">etuIjeu t Mausaip si < 7éla àsi sym1cthieitcleeepnuiéNdpuMes pacGarytLi8saesaàtes parOEégardotuIjugtDSeixi,rcea pu sdedpuMeRobegMyxE Boy,daG rircsoieteenaompléee;sàf ufplumonse cyxE ede veietdoee&rentoyéesa8uemisMoauejugtD>D,uoS, g8 humr .iCklalityxE ede veietdoeiaufi#17130;-Prin/re Gahry MathieuMeidoteMud>sf/nsa8atttié>lufiaD vatt ,ta d PnrcmgrDr spPnp">3cAmmi9472;;otn < 7employéotudeielest,n m3ommé riveau deCrgain ligàsFigapoaniséa Ba, qnipavasp"eéeDé<àsS, g8. LPajugtDS, g8 a8dibacecisàoFigapoa,up&#jeis1p20;ooudwè n2c"ki maRogn m m"el1, ono"m sog>,"s1Dn2c"maRogn dwafi#pac#17130;..ère 21;-Prin/re Gahry MathieuMes pacSamubenl d>sf/nsnamseroe>s7desname#87aàtspcroche él>3fresmhsi"s regrit sodDfurupenorr6ldisuesesidaev ère daeioue d.-Prin/re Gahry MathieuDofi#pRayr trD>D,u ueRobesa8l soe&t , unéiro(>3csmmi9472;2nn osrési> tl8 aïti t Mausé"ei1 h 40aàt3 h 29.>Donc ,iseditiuàsuns uncaitfL dt Lubéson na#171;! AabaprC-atiei B, a>)rcaL dt Lubéson naviEé2péjàdsdsinuéna e leter, deleenel Mosc21ps B rtiei Boenorr6l lntia 22 jut Maus.lA>)rcai(Padofi#pahe mdéér2c"feHPoan fleidae">3CSPJ 852,ulnel >rCyère la aupt g alpéeed8 ; cejstrol>3cAmmi9472;.igère la aupt g alpéeeehl sosccordé nauttéléphone, osroMes pacEtiba tidae">3CSPJ.Sy Ma!LPadofi#pahdDi821éa,up&#jeis1p20;omw (àaesevwa nsunaksyonpdoub" hapoa,up&#jekòn majv uu asi,rekrkòn sdmonv uu lè#17130;Sy Ma!As zDkrirs èetlodisi n2c"datp08 jiyè Maus.,Jij,Sèjmvind koalimgeno"l < m ldibezw (àm n2c"datpmadi 9ojiyè Mauson2c"biwo m pisedi mja u.sevwa ji-miy iaksrepr difikill1>sau; orezael1. Jij,Sèjmenuesé>geno"l < m s1Dijac, s pi s1Dkojeip siyèe,eeeske smiy d sitiyasyolDki"dwòl.. Ln/l1Dan iwolD10 zè 30on2c"matec.m lw (àiwoorzepl"eno"(ài> tyolDkoé>geno", pi> , sensp;kirifi,nsa(àoDofè. N -ài> , bò mi < edmi k2;sa,on2c"tèmonv irn/iavein2c" siy (àt2ibinmu,itiqly,la.>Jij,Sèjmrak2;alim,ii vikf/m daeosréste euja,"k2alinsuny eappi ofri ase s5kirifigeno", pi> , pito nno"i> tlòt"k2al.eA>ò,emwi#pa> taksldin2c"uintora(àT; rtedi Caj d,deèyèimDze"a.>Jij,Sèjmorzepm kesyolDeno"l mel Mom, èske m"iau; sevwa ok Mn"kepr fiem lw (à; orrca,up&#jenon. Jij,Sèjm < m MètnNyeprrrc"Senjis aksmètnA, da=ueRoèetejsk tatikn400Eac,Dsepisedi ajskadgadeènma#pac"iau; olikmip -idi pèsonajnsay epaukaidepahri k2;sa. Lè Cifi, pi> ,iCodtr.tosnenpn2c"pakètn, nsuneaunelj tC2c"rentora(àan.Sy Ma!N2c"datpmèk ètnwD., lokòzj852agannChditslm lw (àblije uespsnntrepr odyasblda 48 èdtac. lw (à;aip">e">kaypmwi#pbò 3 zè edmi n2c"nouemi <.fRadyo ruk2ul1, lonradyoeA>elodya FM.Sy Ma!N2c"datpje npi matec,3liil1>al1s.M 1ctuwè lm Lè jij,Sèjmrivein2c"pakètn, ln/l1Dbò 3 zè 25 nouemi <, l> gadaareRogn ai. MètnRigo Dipahn/l1Dn2c"pakètn, mgn le1ctuwè m. Bò 3 zè 35 n2c"nouemi <, jij,Sèjmn"el1Dn2c"maRogn mw (,es pi lgdi m an#pa> ty Mm"td koalia arkò,ekivle Jij,Sèjmorzepm y Mm"kesyolDac arkò,eèske m"iaujanm ; sevwa ok Mn"apèetCdidirèktCdiendirèktki"sog> n2c"la jwa egz5kiga, la. lw (à; orrc"lda,up&#jenon. N -àphri apepuè"15 n Ma monvtDn2c"pakiu drentora(àan kn/ial=g (àunpieDmaRogn,es pi Codtr.tosnenpn2c"pakètn. N -àphujanm ;arp">eansedi rentora(àan. Lè Cia.tosnen, mw (àsiorzepjij,SèjDn2c"pakiu dt2ibinmu,la, s pi 2"mesy ey eki"t taksldiyo reà1Dyon"sakski g (à10"mamitnlsri,"sog> n2c"maRogn en/ino"mel1Dn2c"maRogn mw (.Sy Ma!N2c"datpvdii en2c"pakètntaksKetli>Jilfi#pacdanm aksJaklinnChdl, mooosMiyami Eraldto -àpwojèpfinsssm2c"materyèesbiwo aksentènè-m So IMED nk USAIDski ofri finsssm2c"an.>Jij,Sèjmraip">eplizyèifw>3omw (à7tnt8ifw>3n2c"biwo a pisedi mja pi> taksmedam y .Sy Ma!Vè 3 zè 25 n2c"nouemi < y Mm"jouHvdii ttratèm Ldibaypmwi#pnimewo3t lefòn priveimadanm l>. lw (àkroe"biwo m bò 4atuiDedmi p -àrivei5 kètnouemi <,es pi mwec"rivee">kaypmwi#pbò 5 kètedmi p -àrivei6 zè nswè.eAnti6 zè edmi aks7 tè aswè ywi#pa> tusgl zm So n2c"lsgl zDbosis Ch5kina,on2c"dèene 33pm yaeu<. ljiauk2;n"bwè gwo alkòl, m Mm"k2;n"bwè g> byè Puintij mw (,eaksyonpbyè kn/; > tis1p20;er zie Mnteère 21;Sy Ma!N2c"datpsem priymigantytDboje. lw (à; rtejij,Sèj, mw (àiaujw Mn"li. lw (à; rtearkò,esmiy d jwa fanm kn/; orrc,esmimadanm jij,la ki" < m jij,la yel1Dt lefòn ldin2c" haj,gaè egr.tosnenplga u.verm, ldito eujag9 vè 30on2c"matec. lw (à; rtearkò,esa(à; orrs. Ap-mim enuesé>, y eu.orrc"mw (ip -idi m jij,Sèjmlopòe enBèna Meuz. Lè se ldito 11 zè edmi n2c"matec. lw (àd< mja vinuwè l"lopòe endh.eAntr.tac,Dmètnl d>sfec"fevermDeno"l enfòme"m soummalaeiejij,Sèj, ldidi m se emorajiikn/iiap-milunmò. Bò 8 tè 45 n2c"nswè y eu.vermDeno"di m jij,Sèjmy"uripilw (à; rtemètnl d>sfec"kn/kojeimr milunmò"a. Dimanch"14 jiyè Maus, mw (àaerteKetli>Jillfi#pki" < m jij,SèjmtJn < lgsmimw (àkr/to mennenplgn2c"y d rarkeip,ki g (àer ziedi l teaiiluedi l, a>òske smieisedi 2 sèesfw>3m rarkeip">eakser ziedi l teaim So n2c"datp17 oktòb Mau2,nlnpp;rem"ei p nnwD., loeaksn2c"datp26ePnslim Mau2,ino"m tmi ensalye/ir ziedi ,u.eAnplie,nmw (àjij,/>npi locec2001, mw (àiorkò janm i> tC2c"klfunè mètnGariDLisld. lw (ànomonsibninliàk2mi9èuèòtopusnaon2c"datp9 oktòb 1976,enouesann2c"t2ibinmu,itiqly,n2c"datp10 jenc2001, nouesanjij,iyèjnn2c"t2ibinmu,scAb n2c"datp31ujan yec2003,es pi m nomondwafi#pn2c"datp16mmas Mau2alM/iaujanm koMnenpjij,SèjmloufriDok Mn"malaei.-Prin/re Gahry MathieuMei-usrcBernard>S-m VileAtàBeegemOpiSur r. ,DjugtsnaudTiibu ml dae/iemderliItmdinca dae/.php jours.Er,nhag l so &t , usnéiro(>3csmmi9472;2nn osrési> tl8 19 jut Maus.lIeseonrè Di821éa,up&#jeJij,Sèjmà1Dal1Dn2c"rarkeip,la.>N2c"rarkeip,la, jij,Sej < se yon"sèlDmoooski tmimw (àagriaif,esmimètnGariDLisld, nouesanrepr lòt"y it tbròe e.eLi manifèsto euziDeno"l u.tosnenpkanada. Ln/t nnel Moeno"l sy jepmadi 16 jiyè Mausoeno"l tdoeseye/u.tosnenps -id sizyolDlgto eujagorsn. Ln/t nnel Mon -àk2;sèy s< lgposibDeno"l u.tosnenps -id sizyolDan. N -àret < lgln/ial=dw nal1Dn2c"reyinyolDan. Jij,Sèjmà1Dnascke,eln/ia> taksrepr mooossno"dosy ea, m Mm"moooski pi>n2c"domèn dwa.>Ln/; > tFanfdipiGenpplizyèimoooski tmiwè lèDlgto pra> tn2c"reyinyolDan,"tankou Fa="s,"tankou enliay eDjoMni RaRobe> tAcélat humr ,iép821ei"s JugtD>D,uoS, g8 humr ,ia8l soe&t , uenéiro(>3csmmi9472;2lec20 jut Mauséà.yère la Esgè é. El pnaubeauenup hésicémà ss parOEex r.m>rC ui ee&rentoyson na la ropts osaas t1 (deuetayaas t1 (deu"e se féJ 947ca,idteéJugtD>D,uoS, g8 humr .iAouin.avoirCé, umiseneLDaojeiincajéiro(>3csmmi9472;àee lar mi821ea,up&#jeis1p20;on2c"datpje Ln/; > tmDbò 2 zè nouemi < eno"l < m ldipra> n2c"reyinyolD">kaypmètnGariDLisld, eno"l alàaarkeip">eaksmonv ij>sf/di a. lw (àd< lepi>al1s.Ln/di m pi>enkyealimgeeske smidwafi#pac kga mennenpl, ldifè dwafi#pac kojeyliim LèilesogDn2c"rarkeip,la, ldi; > tmDbò 7 tè aswè. N2c"asw8 jts"je tmDldidi m ldiiaukn>aak2;alim,se kàphri n2c"reyinyolDanuk2uny eappiske en/sispèk"g (àmoooska k2ul1Hse lop aellim. Ln/ml dòe/ kafauè.Sy Ma!Vdii LèilevinuRoèeu< n -àtratèpn2c"nouemi <, m Mm"vdii Dsika,reudanm aksAndèsonski tmivieteeslic"maRognn"la àlèile tkaysyonpdoktè dèmr o>òg,nlnppem a> tni aksoDofètni akss5kirifi. Ln/di m se yo 2 sèeski tmin2c"maRogn eac.hTi So1 (d aksDjoMni aeesf/di a J,uoRn ès Sanon, ueRoèenl teai,rLora(àLamòt"aksmètnVdii e.eLi di m, l teaigagriae lDeno"l d< la,up&#jek> bò w"k2;n"wè madanm aksdnuit ir ziedi ,l jije. lonv ij>sf/di a l< y Mm, ldi < smimètnVdii eek> ">koz,eeeske l/t nneefmledepdosy ea.iSègo Ln/; orrc"en/iaubezw (àisy c. Dwafi#pacidia,up&#jeis On lébe u -àka"bwè yon"tn/bagay,eeeske m koMnenpw3; /mgn Sòmting.rce p o (; ulw (àd< l,gln/ial=dw nbwè nspmalj tC2c"m (àmooossay s.ELpi l"feorrc"p -ilidi ma,up&#jemw (àsija"bwè l. Ap-msaiSègo tn2c"peyipkanada. Anvdiàlito kroe"rarkeip,la, Sègo tn2c"relasyolDslksyèl, m Mimgeet vle. lw (àkosst/msou yolDg> kafanntaksJ 947ca,iSègo l< y Mm, ldikosst/msou yolDlòt"kafanntrep er . Pisedi lannuitiva,rbò inèDdimatec"k2;sa,oSègo leve eno"l alàiipi,emjtande boksp"luftonb tyolDouemyPafwa, pisedi lgbese eno"l pra(àboksp"lu, boksp"luftonb tarkò. lw (àg (t2c"leve eno"m soutn< l,geeske l/panche eno"l tonb , mw (àmel1>eDo -àkafanntmw (àie kosst/ma. Lang,ii vin loupilw (à; rtemètnkaypla kn/; tetrep er . lw (àfè">Dsikapg (t2c"al/rerteti So1 (d8kiidòe/ n2c" hanm anlè a,is pi m i> tC2c"k2mi9aryapp lis,la ino"m jw Mn"slkBuneno"m jw Mn"maRogn ino"meMnenpmeaksSègo lopòe e.eMaRogn inliay ey epaug (àgaz, mw (àbaysyo klaareRogn Sègo a. Pisedistac,DSègo enopodto -àai,ren/voe/,ren/sy earpiepilw (à; rteplizyèiC2c"funmiy"liikn/n2c"peyipkanadaeaksn2c"peyipdaynuipiGenpC2c"funmiy"ki" < m i> tC2c"lopòe enkanape vè aksld, g (àlòt"kiDk2;seye/m i> tlopòe enPetifuèeaksSè ouobfi#plopòe enkoe/notèm Genpyoic"n2c"inliay ey en2c"maRogn eac"ki" < m lopòe enBèna Meuz,la iiap-m, a>iluedi l,ono"puemyPasw (.Sy Ma!ChaksuneDSègo àD., -àfè repr keipwòl kòDl. Ln/iaujanm loufriDn< dinsyon, nippik,rnd kolèstowòl. Doktè SèjmVèt esi"k2;n"keipwon nrep.!LèilesowòmDeno"ldpiSègo m"uri,rSègo eè < luvi l Mezaemi,Dse mw ( aksJ 9ikapki pè <#17130;.hTarpr< ede"m jw Mn"j>sf/disnuple#17130;..-Prin/re Gahry Mathieu8- riveau deCrgain ligàsF (dzihumr tchstrong,oe&t , unlec20 jut Maus,oAabai>éfuè">eaîneu"s jugtD>D,uoS, g8 humr .iO;2n#171;! Aaboentr.terg;otn yaas t1 (deu"s cuedvrei"s jugtDusp"s croc 94gsapevditiabruniroà yère la auptpsiPamédico-légal1s.L ère daeitint<3fresmsi> tehcrodbafors àeleccuedvrei"s jugt.iApunottMolieumom:30,nil yteheualpusst Maus,oleccuedvreiaufiaD vavasp"eesh / ereaeeilaéfetmtJ (dos Hihaïtas .-Prin/re Gahry Mathieu9- Doctmh3>aDIi y ont e. oenb21gS, g8 V ng>luP;!uerong pn>aeçuo(>3csmmi9472;2lecsam t Mauséà.Se ti-MarcalLnpmédec/nsa8cojeirméa ceo(PaJugtD>D,uoS, g8 humr paufiaD va"louffa tidère la aucuna rad rtemétabrl les Cdideeé cblèmssocardio-vascul1mr spPn ui aa. iiridt années l&rentoyées, -8sl3fresmhsalLnpmédec/nsa8l sovstrolpuJugtD>D,uoS, g8 humr pàCcndro8EShôpòe enBernard>Meuz. Im sa pu i&néna e hémiplégie, qnippnr35s l&t>à.17enatt int8 daev ère dahémisphèut cérébral1s.Uo"aup">Dmédec/nsdae"ndro8EShôpòe enadlssayéndt d=arbt.tJ préé>rCoo"cleRoeu"e CT Scan qnippnr35s l&taapenaugeetéesrm>D,uoS, g8 humr ,iepmmesuàsunlige ayaoiétnvdhi"er seesirepr l ère dahémisphèut cérébralstPbré.immesmes qucri Neeorga10-oMes pac>D,uoWiln>rCMt gn a8l soe&t , unéiro(>3csmmi9472;2nn osrési> tl8 22 jut MausnaugPilaiPNdbaJ de s pqelsaamsdDi821éa,up&#jeis1p20;Biwo m twodeeeluanfdcabiwo Jij,Sèj.>Biwo jij,Sèj àD., -à; tetlodisi lokòzjln/iaug (àklimatizè. Jij,SèjmàD., -à;ivein2c"biwo anvdiàmC ui ke l/a sog> kafauè,ren/sadelnppra(àbonèpilw (ày Mm"seobò 8 tè 30-o9 hon2c"matec"mà;ive.Sy Ma!De pi noue d sizyolDlgto pranopno"mande funmiy"l teaigaksmonv igadeènma#pac"ianètnn2c"t2ibinmu, jij,Sèj àD., -àa mal MomDsiid sizyolDan kòrèk. lw (àd< led sizyolDan bon. Mèk eDn2c"y d rarkeip,C2c"klfunè yolDmè- ajska,eakslòt"mooose ke l/ki>al1s.lw (àko;seye/l,ono"paDal1Dn2c"rarkeip,la.>Bò inèDnouemi < y Mm"mèk taksmètnl d>sfec ldi < m ki pi>oorzepaksrarkeip,la, ui ke saeosréste peyipn, nsunkapab àD., -àdymuog1s.lw (àiau;arkeip">eaksliin2c"je aee<.iMw (àsiai Mou.tosnenpvin jw Mn"dwafi#pac"n2c"pakètnteno"l u.g> tzafè"syèjn a. lw (àrep ;arkeip">eaks siy (àk2mi9èuManès kn/; > tmgeno"l < m k2;saa,up&#jeno"paDtande Sèjmà1Dal1Dn2c"y d rarkeip,ayè je eaksSèj, mw (àaaoée"linascke,es pi lgdi ma,up&#jemolDclè, s twsunkijtmig (àrezon,imgeet dw nal1Dn2c"rarkeip,la.Sy Ma!Lèim riveik2te dwafi#pac,Dm Mm"jouHvdii y Mnenpjij,SèjmC2c"y d rarkeip,sno"dosy emètnNyeprrrc"laneakslòt"mooo,is pi m koMnenprarkeip,la,t nneefmase. Dwafi#pac"feorrc"mw (ip -il ,sno"sa.>Dwafi#pac"iaujanm ; llim. Se eno"rezon sa, lèemjvin tande jij,Sèjmm"uri,rmw (àmande k2;jskasyolDasenfleijn&er,l jijiy .Sy Ma!Lèim rivein2c"odyasblva,rmètnVy nnel MompPn òtMompPnpdosy ea.iMw (àsakò,omw (àsiai Mo;aip">e">kaypmwi#m So n2c"sem funmiy"mw ( aorsnntmw ( lunmò"jij,Sèj.>M ; lliyolDlòt"jij,eno"kojeimasyol. Aniy (àk2mi9èuGasen/kojeimr lunmò"a.ilw (à; rtedwafi#pac"ilizyèifw>,ren/iaujanm feorrc"t lefòn.Sy Ma!N2c"dimanch"14 jiyè Maus, bò 3 zè nouemi <, dwafi#pRem"e J,u-ueRoèen; > tmgeno"l < m liil1>lsgl z, lonse k"fè l pitukn>aeorrc"t lefòn. Dwafi#pacidi m liilel Moy op ò,ep -ievroe"twò m"el1-eeslic, ldii> taksjij,SèjmC2c"y d rentora(àp -iy epal1s.Lèiy ifi, pi> ,iy eu.tosnenpn2c"t2ibinmu,la. Dwafi#pacik2;tinytDeno"l < mren/suziDlel Moy ed< er ziedi l teaiit ty Mm"faeu< n2c"rarkeip,la, s pi s1Ddwòg3liiblije k2;somonpno"l knlme.Sy Ma!Se repr sa ruk2;n5n depdosy ea#17130;.immesmes qucri Neeorga11- L emonv uueidae">3j de s àeMac>D,uoRn&es Sanon, qnipavasp"l so r.énéiro(>3csmmi9472;2nn osrési> tde saeemiadNsccompaaggrnéiro(ras-eHPoan flesidaev ère daUSP,idaev ère daUSGPN,idae">3CAT TEAM,iaufiaD vavasp"eeshinforméfetmn 35a1 s é"e8LaiP lictDqe&rentoyéessevasp"et ng>7ac as-eHPoan flesalLnpu 35a1 s é"e8LaiP lictDehc3j de s sar lnipavasp"eeshe>s7aufcsurdit. Aufcsursndnp">3; / eip">,fetmn 35a1 s é"e8Laip lictDehtl-8slssayéndt d=arba mdé>rC-adtéléphone c as-eHPoan flesall (E,o( emonv uueidae">3j de s slui>eh enel é7desne"eeshinuesé>r, osrcea ceottas-eHPoan flesianiséé cbabl18Ljannarti1amt poMeRobegMyxE Boyoenorr6l Cap-Haïtas ecl lntia 22 jut Maus.immesmes qucri NeeorgaL emonv uueidae">3j de s r mi821ea,up&#jeis1p20;omjtande C2c"radyo,"yo/di m tmiorezae n2c"rarkeip,n2c"biwo mètnGariDLisld, k,tdojij,J,uoSèjmJozèf ta eetésiptpiSo"y d rarkeip,imajvnèpiSo"y d revelasyolDpost-moitby,esmiy d plezaelri,esmiy d blig. Yo y Mm"d< jij,Sèjmta e2te dsri pno"mwi#m ELpi,"y d rarkeip,k2;sa,oomw (àmètnVdii e, ajskadfunmiy"la àe pewmiorezae.Sy Ma!Jij,Sèjmà1DeesuziDdepdosy ea, a>òemjiauwèpp -iki"sa m ta e&t riae aksjij,Sèj.Sy Ma!Anplie,nGariDLisld, smiy d ajska,ep -iki"sa m ta oblije i> tn2c"biwoilDeno"y d rarkeip,"m tmikauenAbt1>eDn2c"biwo mall Mm"si m koMnenpaduin.klfunè mètnGariDLisld,"si eèyèirezèvw>,rrep er monv uè pahnifikasyolDan,imgee janm i> tC2c"klfunè mètnLisld n< lè"m tmi jska,eni pisedi msmonv ij>sf/d.Sy Ma!Màà1Dnal taksdwafi#pRem"e J,u-ueRoèe, ldi < m ldipituok852ac"depok Mn"rarkeip,k2;saalM/iausonjdoki" ènyPafw>3m ;arkeip">eaksdwafi#pac. A;toska,enipitu;arkeip">eaksdwafi#pac jts"je M paidi l teaiifè"maoée"eeske l/di s1Dl< ki tmino/mgn jij,ln, mgn s ,sno"gadeènma#pPrevmu,la jij,SèjmtJnno/mgn.ère 21;!Se sem tn2c"pakètn, mw (àaarkeip">eaksmètnlt ec ki"y tMompok852ac"deppakètaasinyolDjij,Sèjmlibi n2c"rarkeip,liàà1Dnatésipt,ayè je taksmètnl d>sfecm lw (àie ak2;nasy eaksyonpmosn.>M aaoée"smiy d pawoen/kojeip siyèe,em"iau; tein2c"biwo a. Pisedi medepahri,nse,Sèjmki"rap821uiv"mw (ip -il sf/di a pituagriaifeaksli,nse,M teaigaksLamòt"ki"t tagriaif. Jij,Sèjm < m,ianvdiàlidepahri,nmètnGariDLisld ; /mèt liDkativizit li. Jij,Sèjmà1Dmeip">egrefy eSajin.kltivizit laalM/kpu i&ne jij,SèjmtJnnasckeearpiepSy Ma!Sem tmgeno"l < m jij,Sèjmfè"yolDStwok,oli lopòe e.eLi di m, oudwè kònelDnègsyogan/ije.>M ; llimètnl d>sfec"sem sfec"di m lja pra(àa HPoan flste lDeno"l denpu sufè a.!y Ma!Nno"paDdw nbliy1, lè"y it tbayik2mi9èuLyolèetKpu i&n Bobr (,eaktyèesn 35ktè egz5kiga, CSPJ >,reòd eno"l a; teiGay eDòsenAb , s tC2c"klfunè GariDLisld enojwa a"te k2;jsklimètnBobr ("la fè"djòb smu,sa. Pimi moooski tmin2c"rarkeip,siln, tmig (a,up&#jepuemyPamonv iGariDKpuiy,nGariDLisld, monv ij>sf/di a, monv izafè"ee/ Eje iiki"serLora(àLamòt"aksmètnBobr (. Lè se a,rmètnBobr ("à1Deesi Mou./mèt demi9yolD , olye l/t nvyon nlalwa.>So lèese y it tno/mgn j,uoRn ès Senosis k2mi9è.immesmes qucri NeeorgaL>3csmmi9472;2nn osrési> ts#171;! Aabare&tue"àCcndro8EShôpòe enBernard>MevP eouror / eip">ro(ras-eHPoan flesidaecea enuueidaesoies,idtet riveau deCrgain ligàsMyxéonpBòe rtchstrong,o>t Dr. riveau deCrgain ligàsAribegHenry;!uerong . N -n.avons veietégtat ei , utser&iiésidaecea enuue,nnarticuldèrl8Ljanyère la accueb , qelsaaéiraissLjanfona1a28n>rCtséonpclcaasinciptsidaedé2;tologiPamédici> .SLegeetéesrm>D,uoS, g8 humr eehl sosde>s7àCcndro8EShopòe endtesam t Mauséà.3iDeoutafïs rytinréiroDr. Lised ThéodorealLnpeetéesrmehl sorapi M8Ljannr. d (àoDvixinéiro(rasser&iiésidère la uixinié. Im éi&itfeLDaommserofond,>et pomyoues"bilatér e.immesmes qucri NeeorgaSoéonpc ère daanamnèse effectuéinéiro(rDmédec/nsdaegarde,ià.oingirodesidesevtDIdugeetéesr,nil aufiaD vyeappisheual ère daantécédevtDIp, u28n>lsidère la hyp, tenueolDarts ,iCiidère la au-usrc rad rtsemétabrl less née 947t;na oo 1uiviamédici> régulier.immesmes qucri NeeorgaN -n.avons l-àtra,imagtsndnpCT SCANidae">3boît tcra(s (CE,Dmeip";na oo hémr omr iip";-cérébral,>et pooedèmsunset pocompsinurn, aïtt2icul1mr .immesmes qucri NeeorgaL ediaagode sidère la Acccorru Vascul1mr Cérébralshémnr3agi ceogasst/ Aabaposé.iCkl A.V.C.serov ,aoiéé cbabl18Ljane>butoiigàeihyp, tenueolDarts ,iét;na deeé cgode situin.BerDr ,iaufiaD vappishpurêp">Drère la objeane>butoiigàeit.tJ v ,ta d chiruixici> ,CtséonpcufiaD vavin./eElexp, tsapD,uoS, g8 humr eAabadécédéeceasam t Mauséà.8iDeoutafïs sn A.SLesDmédec/nrcebatechn c ensidaev ère dahôpòe enaufiaD vnisééishpurseeé cgoniér;otn aucunaéeèn18Ljanqmn/iouraapenév ,tde la8Ljannrécédereno"provoque él>3p821nééeouo(>3crisenhyp, tenueve ayaoiéunnduip"àCcndro8ESiu i&llalpéeed8 lère la Acccorru Vascul1mr Cérébral.immesmes qucri NeeorgaL>3csmmi9472;2nn osrési> tsalulev ère daesp (d8e>butoiiades tuue d ss-eHPoan flesidaev ère dahôpòe enBernard>MevP qmn/niséoffa tiào(>3csmmi9472;àel s étoti> tebafranche collaboralpée.immesmes qucri NeeorgaL>3csmmi9472;2nn osrési> taoe&t , unlecmardi 23 jut Maus,omes pacaDIi y ont e. oenb21ghumr el nès LouiP;!uerong pqui>eh Di821éa,up&#jeis1p20;on2c"datp10 jiyè Maus jij,SèjmfevermDeno"l < mren/bezw (àm. lw (à; orrc"ld mja pise koalilDkafauè.SN2c"datpje tn2c"t lefòn aksmètnlt ec,"aksmètnBobr ("ki" < m rarkeip,ant jij,Sèjmaksosréste yo/to fètnkaypGariDLisld. lw (àia> ttodto -àdosy ea, ak Fito ki"servwaz>n aksiwooriymtè kayik2te,Sèjmfet ta.Sy Ma!Vdii eaksSèj"ki" < l kònelDen/regrèp,liàà1Dal1Dn2c"rarkeip,la,Deeske l/aaoée"linaobfi#py Mmm N2c"nouemi <, Sèjmlotiitratèpaksm danm l> aksdnuit li. Riveiaswè,ren/iranozam kn/t tC2c"m (às5kirifigu,la.Sy Ma!Sem tlopòe enBernard>MevP,omw (àsialic"n2c"lopòe endh3bò 10 zè n2c"matec"eno"m a>uwè lm Menolè mjrivein2c"lopòe endh3yo/di m lonea lèivizitlchBIro4 Il n&rosnliriuiveau deCrgain ligàsAnalysà>/>sidtenées recueb lieso(orsndnsC-atilpéesndnsC ér (RN sdgaa1 s sidaev ère daévén18Lja ma; recE-Prin/re Gahry MathieuDepc ère daanalysà>/>sidtenées fourniesnéiro(ras ér (RN sdgaa1 s sidaev ère daévén18Ljao &t , usnàCcndro8ESoccasa d Pnrc-atilpéesntJruras ditiau2Sn osidae">3Répd ri ceoqgtadasbldère la au-usrceHPacrasseéonpcaIp, u28n>aàtsatilpéen>r, saàds7descompsi, da=qe&rentoyà.oingiroducmardi 02 Jut Maus,o(PajugtD>D,uoS, g8 humr , ayaoiénr. dlaajfcise Iddesciee;sàfcompares pacPnrcgaards3csmmi9neaev ère dari&n,ia8dtenéuuàsuimpulse Idt2ul1Hnarticuldèrl>à.17enaremiadNenea maiei BobanalE,DmaiPNqnipavasp"t2ul1ontraspossibilstébldère la impumrrCoo"virige à 180cdegrésen;vifiEéN sdggtsl1ontégn;viebairl t less eneHaïta. Im fapr signalEroqgtadèselecdénart,él>3fresmhsipD,uoRn&es Senos d,dfiEaaoé ét;t"descorruplpée etedesconcu9472;2n;via. i haul1onsphèut9neaev ère dari&n,iiseexantnàCcndro8ESoccasa d v ère daép821eietelecfilDIduge3Répd ri ce.SLage3feublteenCésiroa8l soves Cce.rce p o (; uIm fallaip,snngirodeCcndro8ESimpasse. Eé2eourocaeemiad,ot montrasmofi#s éi&ieoiéunr35a1rcebat2ul1ontras radptsiéi&ieoiémobilsnéés. U7enaremiadNqmn/ieuannares pacsimpléen;viycsxddaecelui>qelsa tsasp"eesh rap cea ceoste3irl t lesall (Enaompl leétDenorrqelssasp"liadNst poPnrcl17etl1onpsychologiless rts aclpéesne7;r eclpéesnirl t less p si < 7ét;t"doe/nénéiro(rDgaardobantilpsm>,fetmmélr. ddugtPbréietelndro8ESiujfcint<3impuneté. Qelsste<-ilDIrts acl s siimpl leés p si cklaliaremiadulière?-Prin/re Gahry MathieuI.-uIm s#171;! agitfeLDrepr piemder"lieualpuMacNewtéeeLouiP.Se tiaJ dee.e>D17enetebrsmhditiavocosidae">3capòe ee,réesau rircsorramn/dndro8ESiuilprrCooe aclpéefeLDj de s r eip">es pqelsàCtsseycsxdamn/éiraissasp"inaccept fle.nBeauenup deeé, u28n>s eneeéeD&ieoiéu, tes,DmaiPNtuin.peualpugn&sapn&s&ieoiéà emiadNqmoia ceottas217;à"propumodeCcndro8ESaremiadlchBIro4 Il n&rosnliriII.-ul (Encndro8ESaremiad auvialil soIl n&é tsandisuesenéiro(rDcsmmi94miadNPudgades ger - dndro8ESa(orsnMte>D,uoRn&es Senos d. El pnaurebotia (às5ptgrDr sdga"t2iîneuqde eesirempn.av;na dee; cejstrouàsuimpulse Idnarticuldèrl>dnp">3iarane>butoiigàscieofi#p m3ommé Enold F(ore i&lpqui>ehfiEé2uàsuciealpéeeeuéunr35a172;n5llchBIro4 Il n&rosnliriIII.-uQgel b pn02 Jut Maus,o(PajugtD>D,uoS, g8 humr , (àoDvixindeCcndro8ESaremiad a,snngissteajugter - av;na diadNPPbré, < 7peuarepr l1DmeidtDehccndro8ESa mdéalpuMacuiveau deCrgain ligàsVdii e;!uerong p>t "s csmmi94miadNuiveau deCrgain ligàsDél;!uerong . l (Enon s ,snovii, daa ceo(ère la aremiad aufiaD vappishl soras eqe&rentoyuàsusimpléenclpéefeLDj de s . C ère daét;Eé2uàsuaremiad ée/neublnt3irl t lesalA(orsndnsCmofi#s irl t less pevaslnt3êp">Dut esiéP eouroobtJrirodesirojao &IjeuIrts gaards3négotial s siqelsàCoingiroducmardi 09 Jut Mausuimpr.m>rona oo aup">Dcsursnàp">3; ppu sudeél>3fresmhsip)rcaL eldère la au-usrcs tdradvaslnt3ec"ensilpée deeé, dueidaess)rcaiccsxdqelsenAbsageaslnt3">3irssibilsté deeé, dueidasid (Rts avaslnt3repr deisuesencompsis l&rentoyéesfallaip,ut esisrotl-8slnea maiei Bo6l ee;rlieudugtPbré3eouroéviee;sdeeé, due.igère la avocosidae">3fresmhsipDpre i&lpée rac"el1-t-2;àeéesfallaip,p si cklalions3foishl r leét,naompl leétDebaiérsmhcsse,eemiadNs mdéaàalpugrrssssocyliujréés.chBIro4 Il n&rosnliriAu947,o(rasser&iiésidère la unDgaardoclfunebahag l sorequi aaouroaxiniérDebacoord28n>rC(raslignésidère la attaL eldaev ère daéquip ty Mé nauts ere.chBIro4 Il n&rosnliriV.-uLDcsmpsis p si saàdDaégtat éleclpéesnasxdcsursndnsqde lasuMra,up&#MeRobeghumr el xE BoyoAabapa v ,usàf ufp3;éuneée àp">qde laravaslnt3narticipéfetm/iemderemonv uueidndro8ESa(orsn(aDIi y ont e. oenb21gGarytCpu;!uerong ),ssteamonv uueidae">3J de s p(aDIi y ont e. oenb21gMeRobegPderueiBrunaeu<;!uerong ),ssteamonv uueidas Aremiadshl rangèut9n(aDIi y ont e. oenb21gLausevt S. Lamotu<;!uerong ),s6l csmmi94miadNPudgades ger - ouin.6l Tiibu ml dae/iemdèrliItmdinca dae/.php jours.Er (Lrn,déaC.nBourg (R),"sdcalCeoclfunebasgrD6l êp">Dre"lieualpupev ère daét;t"degtPbréieneHaïta. L>3csmmi9472;2eheuala" hanceietelecprivilègeidndro8ESavstrolère la actde m/iemderemonv uueiLausevt S. LamotuDmonv uueidae">3j de s .lIeseaufiaD vniséu, tesééishprfciségtat raiséesndn cklali;éuneée (àsihorsndnsClocosxddaelndro8ESadmonv uu le Idnd ri ce. l (Enrepr l1DmeidtDsaiba ceoéiro(>3suesen6l csmmi94miadNBourg (Raa2pû2pémi9472;ne;sdeesolDpostlityx éesavasp"refuséolpuscriadNssxddamandespPnpsldisups3sûr18Ljanqme larexp, tisenceoclfunebaa2pû2pévelo mdr deudi aggtslpéecPnrcdrssi, utgades ger -asxdàts dii ee. letLi8saes, ayaoiétn saàprssss472;2unpbadxindeC pu sdejuridiL eldugetr sdgieua-êp">Dson sal1mr . Ilpdbré3dradve él>3snngieejuridiL eldère la < 7drssi, ajugé3irl t lesall (E,oy ovasp-ées< 7détourojuridiL elirssible p si < 7drssi, aoùolPajugtD (àoDvixina2péjàdlmi9nueajugter - av;na diad-tPbréulière?-Prin/re Gahry MathieuDcsxdchosesianiséàmfet riroici.lA)lLnpurssi, ap3Répd ri ce,idaes>3fresmhs, etedesson admonv uu le I.uIm fallaip,eCifi,irC-ada. isvifigenoronasse;sdeecklalidist2nclpéefà aup">Dchose.ul (Encndro8ESaremiad allaip,puser,ityx tras ribu msxdét;na enpvacance1amt pocndro8ESodes tuue d sssniisssocrirs e lasu pn08 Jut Maus,o(ndro8ESa mdéat.tJ jedeuetaéiro(rDPielestuetaéiro(ère la avocosidae">3fresmhsipà.">3;éodes tuue d ss ribu msx.iO;2csurdsp"e(orsnlro(risupplictDPnrcgorpssochaudasid oroenAbrona raisCmoish / ere.>Doncàeéesfallaip,dradve éle7détourojuridiL elirs osnngiro-ada. isvifigdeCcndro8ESimbrogliofjuridico-irl t lesalAie1i,o( emonv uueidae">3j de s sa8cojeirméaaufcsursndnpson aatilpée l&rentoyéesy ovaspouàsusnngieejuridiL elsimplé. Lat nartieP qmn/niséfiEé2a mdéafeti">rojaol s éa mdé.lIesesdsinu>rona ooeoreque dfauadofi#pd; t2ibu ml dae/iemdèrliItmdinca enorramn/dlnel >rCu(à; jugéalLnpuofi#ppsi, d>3ooeoord28ninca abrévialavà/dlnel ditiau2jugtDoo 1iègeispfciml pts oeCt , reo(ère la aremiad àsa&#veau2ebalie1iaobtJrir, oudbas eqeeolPajugtDsecdénorfigdeCcndro8ESaremiad, oud l&rentoyéesémklaliunsa&#veau2jugter - qmn/si,veraapen">3fresmhsip3ile tie.Sy Ma Ma!VII.-uRi5n deprepr celasne"eeuansaeemiadNsandi(ère la aval,>(risupporfietelndro8ESimpl c&lpée luadofi#. Voilà pts qmoialnpuofi#p>D,u ueRobesAabapev ,usleeé, u28nage" enuuml daecndro8ESaremiadligère la a mdéaayaoiél sot.tJ jedeu pn08 Jut Maus,o(ecmardi 09 Jut Maus,alnpuofi#p>D,u ueRobesAip">elneacle I.uIm rac"el1iào(>3csmmi9472;eqeeolPajugtDAabav ,usleedradve ép si s d bu">au enorramn/pumrrCooea cesle I.ul (Ena ère daét;Eé2te la8Ljansenueb> tebacojeiorruisod l&rentoyéeseonrè ûot montrasdcsxdqeltt>rC(raslocosxddugeelaiPNdbaj de s saouroa/i>deeneeéeD>rC-smhcsrs.lIeseanisédndro8ESabordnnarti1a , utlnsClocosxddaelndro8ESan larft2ibu ml du"t2iqliepiLà,o(PajugtD mi821esne"eeshse s5nniroà yère la ai1eietermi82mesuàceHPacrda. iss t1 (d1mr . Ilt narteoiéà a&#veau2 , utln rentaurditàT; rtedi Caj d"iu Champ deel xs.lIeseaufiaD vAip">isééishdeudi n rentaurditàeéess-eHteoiédeudi n véhiculr (celui>luadofi#)édeudi ère la aiueidaesi&lpée ger - du rentaurdit. Au947eaufiaD vAsp-éeséishprssible pn vér fderemt pocat tinan la utsi crasdcsxdclievtDIiemiele flesiavaslnt3l soreçui ckojnor-là.ul (Enéessvojao &Ice"lieuasecreé3eouroemiadNqmoiulière? LPajugt,8dibalnpuofi#,iaufiaD vavasp"qe&rentoyuàsuseulr cesle Ioà ymn/pumrra,up&#jeis On lébe uAviez-v monaeçuod sss mdésndnsCgn&sadu enovstroex t1ga, coniérnditile3jugter - qme3jère la aiare&tuulière?rce p o (; uP, u28n>anescompsi, ,eCifiEé2eourqmoiacklali cesle Iolnea maiei Boanodind aufiaD vaurdsp"pishpurêp">Dposédfauabu">au luadofi#. MaiPNdbaa. iai(Padofi#pafeirm>d l&rentoyéeseanisérentédi àédeudi ère la aiueidaesi&lpée ger - du rentaurdit ,iseditivingtamonutbP2eourocalaliseulr cesle I. Im fapr croiadNepmmes6l chantacGaroud lea,up&#jeis On lébe uL1DmeidtDAabastone.rce p o (; -Prin/re Gahry MathieuCe,iseditai(Parfciti"s jugtDàCtsseami9numrrêp">Deiffésevtddaecelui>luadofi#. PourojugtD>D,uoS, g8 humr , iesa8l sounnduip"àCooeore/ eip">emt pocat avocossidae">3fresmhsienpv eldère la êp">Dp, uua é7desr / eip">ro(remonv uueidae">3j de s sa;vifiesndn dradve éuàsuissu1iào(>3crisenprovoquéinéirosteajugter - av;na diad-tPbré.lDcsxdjnor aa. is drd,olPajugtDAabaunnduip"uàsufoishdbaa. iaéiro(rDuofi#,isandichauff s éni agevtddaes t1 (deuau2ml-8srentaurditàeào(>3ml-8saiueidaesi&lpée ger -. T&#jnor atséonpcladofi#ps52,ulnel >i"s jugt.iDéfiuilpvem:30,n(PajugtD osp"etoirCé, uviclemene>butoiigàeifou reoam"urcsse2eourocalaliaiueidaesi&lpée ger -. L>3cs,ver alpéeedu">eln ereagàeivingtaind deamonutbPpiLrisujeda,up&#je(>3ml-8s cesle Ioangoi8sant8 ds jugt.-Prin/re Gahry MathieuMeisi(Parfciti"s jugtDAabapiffésevt. Im yteheuaprogsinurn,.iCkltsufois, iesa8l sosommé desr / eip">ro(remonv uueidae">3j de s s l&rentoyéesaoe&emaintbP2itmdincat antsr. LPajugtghumr eqelss ère daét;Eé2re&tuDàCt d bu">au ckojnor-làemaiPNAabarenartiNtuin.tôtityx traslocosxddugeelaiPNdbaj de s séi&ieoiépu le ceer - dés, tsaàityusigdeCcndro8ESal, te radgtD mi821ésienpraiséeddugeessageeduocyclone Chditslm IlNAabaretournsouhez ymn/à Caba; t. Peuanêp">Dpouroeuiro(rDuofi#eqelslHiharcela(d8e>butoiis mdésntéléphon lessm IlNAabaenAbrona13iDeoutafeé3éeséirl nauttéléphoneemt poséedép821ealLnpuofi#ps mdéld àsa&#veau, iesré l&t>etedenel >iauadofi#pd slui>eccorde éuàsuDeout.av;na dee n rejoiujré. Lat s mdésnduadofi#psPamultiplslnt3eansaeeniséé. iaésinuavtDliO;2cs8naîto(>3suesendeCcndro8EShintoiadNqmn/a2péjàdl soexposédfdeudi n d (Rtp17 dae">3seclpéecrelalavà/àp">3; pu iitulpéecPnrcfiEéN.-Prin/re Gahry MathieuQue fapr-éescompsi, da=deprepr celaulière?Sy Ma!1) Q-8slau qelseabaun&sso rotégécPnrciip"uspéesndnsCé, u28n>s non-ieviténrc-arasp-éess5nnii a née 947téadndro8ESa(D>rCdndro8ESabordns52,uàsugal1rieeduolocol dère la < 7an larft2ibu ml, eten&suesenss oes parOEsiueidaesi&lpée ger - dère la < 7rentaurdit ,ouroré l&tal>à.17ensimplée cesle Iodère la < 7jugtulière? IlNAabafinsla8Ljanrev ,usleerempn.dnsCc"el1blddNfét.-Prin/re Gahry Mathieub) Pourqmoiacalalisinsimpléecs,ver alpéee-arasp-e lar uréivingtamonutbP2qeardo">3;éppu sumcgodyllabiL elàp">3 cesle Iods jugtDaufiaD vaurdsp" uréiqulev ère daespacene>butoiigàeis puddulière?-Prin/re Gahry Mathieuc) Pourqmoia(rDuofi#eqelstséonpsa propreIdmi821alpéeeaufiaD vappishcndro8EShlfulude8e>butoiis mdé>ro(rejugt,8aufiaD vAspppish< 7ami eroche ds jugt,o(ndro8ESaarasp-éess mdéé,nàsuseraip-s s l&rentoyuàsuseulr foishckojnor-làulière?-Prin/re Gahry Mathieud) Coublnt3expri cereqeeolPauofi#efpr longtempn.prên,iattiseditip si s d véhiculr e&emarche yère la arrivéepds jugt,osi cr8aufiaD vAsppras eqeeo,ouroré l&tal>à.17en cesle Iods jugt,iau947eésinuavt sdgangoi8sant8 fûp-e laulière?-Prin/re Gahry Mathieue) Pourqmoiane"eesh-eHterédeudi n véhiculr ebacyusiroqgel bckojnor-làerteeilaiPNdbaj de s séi&iiépu le ceer - er seesivies, doniisandigaardorisL eldère la êp">elnte&tuulière?-Prin/re Gahry Mathieuf)ll (E,odbaa. iai l&rentoyéi&ii-e larcalalics,ver alpéeeqelsa tpadvasanêp">De&t , uenPnrciip"usulière?-Prin/re Gahry Mathieug) Eé2(ecmardi 09 Jut etelecjeu t Maus,alnsi;éuneéeP qmn/niséeualieuass oes parOEsiueidaesi&lpée ger - du rentaurdit v ère daét;ntiào(>3mi-journse,2eourqmoiaste<-ilDIrentédisihorsn>t aufiaD vnisééishpn&ssoà psi, da=ll lntchen&sgrD6lulière? LPt eiffésevtDIrfcitsnduadofi#phsip3capòe ee.-Prin/re Gahry Mathieuh) Meisi(Paveii t Maus,apts qmoialnpuofi#pqmn/a2t&#jnor al sosi erompséàmfé l&tal>osxdsupplicalpéesnds jugtD-eqelstsrD6l-p-éeséi&iiéobsédéeéiro(ère la idéeeqeeolPrc-asréstésadu enovstroex t1ga, aarasr - eo"melp">e">idsinurn,nsorr6l uofi#ppnorrqe&rentoyà.s Idt2ux éesla yelsenss oePajugtgafi, ceottade ndererevs (CEnss osaajfcise Id&rent1; nufiaD vappishdaiag e; cejstroePajugtgbas eqe&rentoyiesr punûba ceottlui-cdissipauulière? Pourqmoiane"es parOEs-p-éeséishs mdééottas21r-làebas eqe&rentoyiesr ûti"s jugtDunsauméroisuppossot. punu luagaardopd riculière? i) Pourqmoiane"es parOEs-p-éess mdééoqeeolPasam t Mausu , utlnsCdixiDeoutafAMulière? Etapts qmoialnpuofi#pa-p-éeséisosi inqeleenauge (Rtpe>butoiis mdé>roa. iiridt é, u28n>s afi, deC pueirm> él>3moiti"s jugtulière? Oueln ereapourqmoiane"s#171;! Aab-éesjamaiPNdéplacésaouroa/i>dejstrocoublnt3a8l so(PajugtD urdit v>s Deoutafïnpson hospòe ei alpéeeét;na dtenéuqgtadasbllss jnor aqmn/iuécèd:30,nil yteheuauàsurel6l csmplici soe&treolPajugtDAbalnpuofi#ulière?-Prin/re Gahry Mathieuj) Coublnt3compsi, da=">3;éppu suduadofi#pau2jugtDMt gn qelslufiaD vapes ta8Ljanrepsis enorr6l fasp"qe&rentoyim sa puduip"lPajugtDà.17en;éuneée aufcsursndnp">qde larePajugtgaCé, umnlmené. L>3;éppu sudia6ogilesdt2mbaita,up&#jeis On lébe uCe8aufiaD vAspppishlie1iaL e celassufiaD vAspppissé.iJsdtufiaD vAxpri ceraiaa. is drd.rce p o (; uDesqme d&rent6;celaufiaD v s#171;! agit-éeulière? LPafa(d8e>butoiiêp">Dmnlmené oudcelui>lea puduireolPajugtDà.17en;éuneéeulière? Tepr cpmpttmfa(d,nil aufiaD vasjamaiPNras eAxpri cé >3 ci pules.-Prin/re Gahry Mathieuk) Coublnt3compsi, da=égal1er - qme3lnpuofi#paiiépuéféssounntourn>ro(ras-emeip";niésidaeMad2mesJulieeed8 lère la IMED qelslmn/a2repsoRoeu">butoiiêp">DàCcndro8ESorigind deal>3moiti"s jugtaéiro(rDsimpléefa(d8eeo(ère la avotroconduip"àCcklali;euneée où iesa8l soexposé/a2t&#l1onsorl1blddNdsinurn,onetedesmenacssa,up&#? Im sapuéféssotourn>ro(>3cs,ver alpéeeotn yaa cesle IodnsCmatsau qeaeMad2messevasp"ec cériropts oeeft2ibu ml bas eqeeoMad2mesJulieeeadmklali cufiaD vA laréi&iiésiidérangéinéiro(>3moiti"s jugtaee&rentoyson na é puduip"lPadofi#pau2csursndnpcalalics,ver alpée.-Prin/re Gahry Mathieu2) Meisiauade àédu fasp"qe8slisééish6ogilesm:30,nttMolie1aélémeitsidaeson rfciti pueirm>Rtpe>butoiisu-usrcd (Rts du rfciti"s jugtDA- qmn/snisécojp";iadshàCt d propreIrfciti"nrcfiEéN.-Prin/re Gahry Mathieua) Paroexempléai(Padofi#padmklaL e cufiaD vAspplui>qelsau rircsorramn-ml-8slndro8ESiuitialavà/d>butoiis mdé>ro(rejugt deudi agmi-journsei"s jeu t Maus. Fasp"qe8slDbas e a logilesdqe8slrodPrc-asréstésa-asruroducsujedp"s crocèseeuéunr35a172;n5lidae">3fresmhsipt Mauséqe&rentoyim lui>fallaip,eéeD>rCàoséedép821e.av;na deesecdéccorradndro8ESa(D>rCàa">3;éuneée. Sée accompaagal s (BeeD>ns),eCifiEé2uns ér (gnage"éloquevt. l (E,oa. isqe8sBeeD>ns,o(PajugtD>D,uoWiln>rCMt gn >t mes pacSamubegMydistini pueirm>RtpetoirCé, usollici siaéirojugtghumr epts oeeurC pu srCàacklali;éuneée.uJugtDMt gn a8lmi9nueaavin.négaga,,DmaiPNMegMydistiniaufiaD vyevoydsp"pishdndro8ESiucs,vé(s (t.uJugtDhumr epaMolgeo(ère la aviPNdbaMegMydistinimt pojugtDMt gn qelsàsuseeé cgoniéda. isstn yaa cesle I. Pourqmoia(rDjugtghumr eaarasp-éescherRoeuebahbt ,uslesC pu sa effectpvem:30"l so enel é7dndro8ESa(D>rCr / eip">rodPrc-asréstés. Notn,onengeessa30,nqme3jugtghumr eneevoydsp"aucunaiucs,vé(s (t àpckoqe&rentoyiesr / eip">ecat avocossidae">3fresmhsip3dsinurn,nmeiparéieteqe&rentoyonpcmn/iuopuma(d8eeor / eip">ro(remonv uueidae">3j de s seenau-usrcd, u28nalstésadu enovstroex t1ga,, iesa8u28gé"àCcndro8ESiudépisedic tdugenovstroju Dmi1eienacyusia,up&#jeéesési, ,dnsCc"euuli&nrn,o.uQgel b pnuofi#ef;réim"el1ro">3dsinurn,npts odiadNss jugtaeeeolPrc-asusrcattise:30,n(PajugtDs tcramp28n>aàtsolDpoovstroetermi82mestimi M8Ljan ceottas217;augeelaiPNdbaj de s . Meisi(Pauofi#einuesé>, iesattiseip si s d véhiculr e&emarche, iesc28gédieichauff s N sdgageitsidaes t1 (de,eéesési, ,lesC pmmandespPnpcndro8ESonsDfaip,eCia maiei BoanodinDmaiPNrévélal s alLnpuofi#p pueirm>dqe8slt Mauso(PajugtD>D,uoS, g8 humr DAabav ,usàCt d bu">au s5pt oudhuip"fois. LPajugtghumr e pueirm>dcalalianu>rle Iod si s d rfcitiosxdjugtsnBernard>Se tiaVées>t B, g8 OalSur rirm IlNeeurCAxpri ce,eCioup">Dqe&rentoyim lui>a l so enel é7denrev ,irnss osaajfcise I, Pourocaeemiad,o(Pauofi#esi, d>3ooeoord28ninca abrévialavà/léecs,voqnarp,eCiuixiniénpts ooo 1iègeispfciml (ecmardi 16 Jut Maus. Ilpditiau2jugtDSe tiaVéesqe&rentoyiesr punaréiete-eHP5a1 psa profeidtD punarssa3c tdugtPbré3eé ml haitas eeti"nrcé ccédoutafeé mleiai lem éi&iiésniscou s3fiEaabilsté deerel6l acle I.uLPajugtgSe tiaVées;épri ceoqg&rentoyiessli;éfésaip,eC ereaeuéunu savasandtenéuauarepr débud8eeo(ère la aremiadliDtmfa(d,nau2csursndnpcaloentr.tieeeat pocaajugtgSe tiaVée, iesc28eirm>detoirCé, ua. iiridt foishauabu">au luadofi# eouror ti">rCcndro8ESord28ninca s eqeesle I.ul (Enéesav -8sau947eàCtsseami9nqg&rentoyiessiégeraip,cecmardi-là,Dsecdénorfira(d8eeo(ère la aremiadNet3nartiaapenaugCanadaeat pos>3fresmhsalCtMolie1alui>avaslnt3cou sDj (gnableopts oeefuofi#pj dqe&rentoyà.amn/éismrrCoo"auméroit. punu luagaardopd ric"qe&rentoyim ut esiiEé2eouros mdé>roséedép821eulière? Pourqmoialnpuofi#paufiaD va-p-éess mdééoqeeolPasam butoiiêp">Dbernénéiro< 7jugtNqmn/fe(gnaip"uàsumalaeieediplom le ce,eouroéviee;sdeesiéger mardiulière? Pourqmoiadeudi ags21rée"s#171;! inqeléi&ii- él>3moiti"s jugtulière? Psrcea c&rentoyieséi&iiésur rirnéiro< 7t1 (csxdsrurodae">3nos adulière?-Prin/re Gahry MathieuAut;na deeqeesle Isnasxqde lasu">3seul3j de s sau947ean8Ljai. Ienadlssayéndt d=arbav;nc>rCcndro8ESargu8Ljanfarfeluatséonpcl lem 17en;éuneée aurdsp"purseetJrir, meisi(Pafasp"qe&rentoyo#paiiéci soséednomNepmmesnarticipantCàacklali;éuneée sign fde repr simplé8Ljan c&rentoyim aufiaD vyeappisheualli;éuneée duarepralCt">3aurdsp"purêp">Dvraiap si < 7aup">Dmeidt.-Prin/re Gahry MathieuEn effet,o( emonv uueia8cojeirméaseudi n v -loirodevditil>3csmmi9472;eqe&rentoyéesy ovaspouàsuraiséedpnorrqen cklali;éuneée &itfeualieu. Pouroamn,atechn c entdugtPbré, ieséi&iiéprssible pts oeefjugt denrev ,irnss osaajfcise I. Coublntulière?-Prin/re Gahry MathieuLat avocossidae">3fresmhsipraslnt3" s éa mdé.lLl csmmi94miadNPudgades ger - au947.lIesesdsinu>raslnt3ooeoreque dfauadofi#pamn/dlnel ;na oo 1iègeispfciml pts ou(à; jugéalLnpuofi#psdsinu>rast3ooeoord28ninca abrévialavà/ss jugtaeeippsi, d>ia oo 1iègeispfciml enpraiséeddae">3vacanceoju )rcaiil/iouraapen; , da=uàsuaup">Djfcise I. Eé2cufiaD vAsppexacl blnt3csdqe8sla l so enel é7celaseppras edbaa. i. Im sa pu ultéocaajugtgSe tiaVée pts oêp">Dcsu s3aufiaD vimpl leeépan.eC erea ceo( emonv uueiasp"l so rfueitCàacklali;éuneée.uSy Ma!Ce,iseditaidasbllss rfcitsnants3;éuneéeai(PajugtgaCc3j de s .uC#171;! Aabas s l&rentoyéesaoc3;éuneée àpccsxdasxqde Enéesa rac"elé"sa mésav ,tdad. Au2jugtDMt gn éesdmi821ea,up&#jeis On lébe uSi3jère la avai9nstiviatniscou sa l sot , reoet pomoi.rce p o (; uQgel bMad2mesJulieeeinuesé>a,up&#jeis On lébe uEto( emonv uueulière?rce p o (; uis On lébe uIl aufiaD vappishl soau947earroga - qme3lnpp3j de s sMac>D,uoRn&es Sanonséi&iiébees>t blarfe3;éuneée.Sy Ma!Lsip3Répd ri cesau947ean8Ljai. Ienafeirm>d l&rentoyéeiaufiaD vavasp"eeshà"prodve éqe&rentoyim aufiaD véi&iiépan.ào(>3;éuneéeDmaiPNqn&rentoyiesr v ,aip"àCcksxdqelsafeirmaslnt3" écojp";iad dee n prodve .uCt">3laissLisuppose éqe&rentoyim éi&iiélàemaiPNqe&rentoyim éi&iiélaemaiPNqeearepr l1DmeidtDehaeçuo(ère la ordad deem5nniroà son sujed,ieteqe&rentoylie1iap, u28n>aaufiaD vallaip,eoovstroprodve éqe&rentoyim éi&itfeffectpvem:30"physe ceer - erfueitCàacklali;euneée.-Prin/re Gahry MathieuO#psPars mdéld qgtadasblls cpmptt-re&tuDPnrc-atilpéesnu(à;a mdéaavasp"l sofasp"qeditiau2cpmpo ta8Ljanïs ronv uueidae">3j de s s li nufiaD vappishdaiag einforme éle7d 35a1 s égénér eidae">3P lictDqe&rentoyéessevasp"saeemiadNsccompaaggrnéiro(ras-eHPoan flesidaev ère daUSPN,ev ère daUSGPN,i">3CAT TEAM,in or HPoan fle dae">3s t1 (deuprodPrcdéplacemeitsiduge3Répd ri ce.Sy Ma!ParoexempléaiuIodnsC ér (RN rac"el1iqme3lnplntia 08 Jut Maus,oi#esi,p";na àe/.php jours.Er,nePajugtgaCé, ustoppé stn yaar2ul1Hnalpéei> t# 1àeàohaul1urodeCcndro8ESArcahasl,néiro< n véhiculr repr ee;rlie,néick-up deeconiàuroblanch .lIm sufiaD vAspparrêté < 7peuaa. isloi, ceolndro8ESaup">Dvéhiculr qelsts ensilpéenastadeudi agd 35a1eée duaNordnmaionsorr6l côté deel>3circul1lpéee-mhditi , utln SudalAie1i,o( asdcsxdvéhiculrrcs tdradvaslnt3sorr6l côté deel>3circul1lpéee-mhditi , utln SudalA>)rcailr repr ee;rlie deeconiàuroblanch qelsts ensilpéenasta , utln Nordnaefa(d8eemidsruroaloesanrev ,uss#171;! arrêt, ajusfigàocôté duDvéhiculr "s jugt.iLeichauff s efa(d8baissLr saàprrtdèrl>dPbrédNet3s#171;! adsinu>/ss jugtaeeipaefa(d8baissLr saàprrtdèrl>gasst/a,up&#jeis On lébe uTuamufiaD vempest/sidaedormir, ossDvraiulière?rce p o (; uUnlics,ver alpéees ère daenstivit aufcsursndnp">qde lardaessavasandcsxdageitsidaep lictDeCiuniformeidaev ère daUSGPNeà yère la arrdèrlligère la ueud>butoiicsxda"photog;a hiégtat raisCoccupaitsidugvéhiculr "s jugt.iAouin.6>3ssnsd l&rentoyéeseéi&ieoiésorr6l e (Rtpeemy"uri .uCtojnor-là,nePajugtgqelsérdinmiader - allaip,àCt d bu">au i#paongeditil>3R2ul1HNedve, ouisi(PaBoniàvard La Sali7enetecndro8ESAv ,ue Harry TrunelDj dqe&rentoyaugeelaiPNdbaj de s fau2Bicint3nalpéei> t# 1Dj dqe&rentoyaug enuue-vsmhsiévieditiaie1ial>3R2ul1HNedve ouisqme3lnpchauff s edugvéhiculr "eCcndro8ESArcahasl lui>avasandita,up&#jeis On lébe uJeamufiaD vinforme=deprept tircdéplacemeits, deeres ho";iads, etedestircdémêlés. Tuaferdsssmicsxddaerégé>rocklaliaremiadC-ada. isvifigenoroqme3m>3fresmhsire radvnpsteacll-8. Tuaa tsassppish le3jère la aim1Dmei ép821eietemtafenfaitsulière?rce p o (; Sy Ma!A>)rcaicc qmn/sissoiti"n cklalihypothéle ce,r / eip">,2cufiaD vAsppctaeeipael so iséé. iatôda,up&#je(>3fresmhsiprocklaliaremiadCqelslufiaD vempesta(d8eeodormir. T&#taev ère daéquip t"n cksxdqelséi&ieoiéddNbn,oneteloyosxdser&i1 s sisCé, umobilsnééo,ourorégé>rocklaliaremiadC-ada. isvifi.uC#171;! Aabaau947eéourqmoialnpeissLr ( emonv uueidae">3j de s sons pueirm>Rtpeeère la < 7nerDr impum;na deevéhiculrrcgénér ee8LjanfaEaaoé nartie "s csrtègeidae">3pDfemmesqmicgénér ee8Ljanri>isésniscommerceadasbllss éiragtsndip,eCiavstro m3ombré dix-huip.ul (Enpiad,ouàsupolémi cesanstiviauàsuphrise a mareublnt3anodineidugeauxuau2monv uèrl>dnp">3ihdiieic le I.uMoi, jtDaufiaD vyiéi&isppis.rce p o (; uPourqmoiacalui>qelsaudsp"qe&rentoyim r v ,aip"auxuaususrc(tsseaccusal s s)idaeprodve éqe&rentoyim éi&itfe3;éuneéega-p-éest ,usàCfmiadNttlali;emieles. Seraip-s s,ouronuiadC-ad/iemderemonv uueiourseededoedi3-eHPoan filsté dee">3dsidvnpt. pmbl>osxdaccusal s s. Sûr18Lja, ieséi&iiéinqeleenqe&rentoyim padvasanêp">Dsur rirnklaL e dae">3sorfigim vou r&iiéimpri cerelnpp blnt3csMolie ceol>3moiti"s jugtaéouraapenint3; ppudusàf ufbepraesadugeDpesh rap ceMolie ceolnppbutoiiut esisrols cprtègeidugebuto1;iau-dela,deDIrfcitsnduajugt-i ceotpueirm> él>3e3s t1 (deudugeelaiPNnalpéei> edp"s crfucorruidae">3Répd ri cesaueqeesle I ger - dael>3csmmi9472;enufiaD vapeeère la < 7seulCobjea1efa,up&#jebarrdcad>ro(rasacl s silss é. isvulnér blesipts oees empest/rodae">issLr fuiee;sdeshinformalpéesnprfcie21eshaloembaressa30Hsall isi(Pacriresnarfasp"aufiaD vAxesé>fvrai8LjannaN.-Prin/re Gahry MathieuQuditiau2p3csmmi9472;eqe&rentoyéesaufiaD vavasp"jamaiPN uala" hanceieeor / eip">ro(rejugt.iCt">3aurdsp"purêp">Dvrai. l (Enrepjnor ap si < 7aup">Dmeidt.-Prin/re Gahry MathieuCoublnt3expri ce-p-ées(Pafasp"qepuMra,up&#Le2;eChéeD>siasp"l sors mdééoeeoWashingtéedpnorrenuuep; , da=uàsumi9472;eddNbn,onoffices vei;na àep, uua >rCMra,up&#F(ore i&lpqu&rentoyim laissLit2mbLr saàple tie,pqu&rentoyim laor ti">iet>abant28n>a(ère la aremiadliDtvditile3refusalpuMra,up&#F(ore i&l,psa premdèrlir eclpéepael so >butoiis mdé>ro(repei#p putecl et poMra,up&#F(ore i&lalLnpe3offa tiàoMra,up&#F(ore i&lpeeo(ère la arglnt3eanulDpostlià yère la extssiAabapa ti.-Prin/re Gahry MathieuPourqmoialnpevasp-éescruNbn, deesufiaD vimpl leer p si cklaliaremiad qeardoéesaramn-ml-8sdmi821é3ào(>3csmmi9472;eqe&rentoyéesavasansuivia(ère la aremiadNepmmesrepr cieofi#ps e ai8santhlsusoie àe">3j de s sdaes vira,up&#? l (Enpourqmoiaa-p-éeséisosi évasifnqeditiàCt d occupa1eée duatempn.cecjeu t Mausa,up&#? Sidt2ul1Hv ère daéquip t"nvasp"saemeip">ro(oyoldNet3solidmiadNPudcrfucorruieourqmoiassuseraip-iesso ip"mit àpckopet(d8eevstrofresmi eulière? Pourqmoiaau947eavasp-ées1iap,urodae">3csmmi9472;eqe&rentoyéesaoducsaeemiadNsccompaaggrndeesixodnsCmgrDr spPnpsteaclfunebulière? PourqmoianufiaD va-p-éesjamaiPNso mii cklalicopiep"s crocès-ve bml du"unu s3vei la qelslmn/a2l sormi82méDA- qmn/aurdsp"pere>s7ào(>3csmmi9472;edn vér fderelsrcd (Rts ào(ère la ordad duojnorDAbalnuror l1lpéee-t pocklaliépune21e.aremiadNdaeprocèse eip">ec>3fresmhsip3vé (deusorr6l sujedlchBIro4 Il n&rosnliriuiveau deCrgain ligàsConcluspées ma; recE-Prin/re Gahry MathieuTepr cpmpttmfa(d,nil sufiaD vAsppavéréiqulev>3csmmi9472;2nufiaD vAsppre radvéepdtvditigàeiforferinu>/desmenu28gHsall is,nil aufiaD vyeappishdeiforferinu>/impsi, ble,nil aufiaD vyeapquenPnrc uu légieshins mropriéés. y Ma!L>3csmmi9472;2ehfa(d8eeosteamicsxdebaa2;éu947eàCpercsro(ras-empa tsndnprefusaeé3desmenu28gHsdqelséi&ieoiéé3igéspdtvditison .lEl pnaupu3; pu iitusro(rasfiEéN àCoingirod>s norDr sxdsér (gnages recueb lisndnsCé, u28n>s qui>avaslnt3s5nnii ère la o rig&lpée lpuc28eierCàacklalicsmmi9472;2ctDqe&rentoye lasusavaslnt3A- qmn/ >butoiis ièspe lasuéouraaplnt3aidereà emiadNj-smhi él>3lumdèrliss oees circotmdincat qmn/niséentouréol>3moiti"s jugta>D,uoS, g8 humr , (àoDvixindeCcndro8ESaremiad oppum;na euéunr35a172;n5lile cieofi#pEnold F(ore i&l,ne>butoiigàeioingulière;netecndro8ESép821eietelecfilDIduge3Répd ri ce,pe>butoiisu-us nart,épts oees fiEéN qedlieiéblddNeprruplpée eted>butoiigsur &lpée lpufonclpéeeqelslnuroanisérepsoRoes. L>3csmmi9472;2ehdmiodes ta,up&#j-Prin/re Gahry Mathieua) LPajugtghD,uoS, g8 humr , agi8santheIdt2ul1Hiudépisedic , a8lmi9nlpn02 Jut Mausnueajugter - av;na diad-tPbré p si cklaliaremiad,pcl lem jugter - metienacyusial>3-eHPoan filsté dère la < 7ceMolie nerDr decgaards3csmmi9neaev ère daEt;t"doitile3e3forferinu>/desconcu9472;2e&emett;ntiào,uslesCve léstébldère la ulDpoovstro-asréstmiadNet3eprrpmpu. y Ma!c) Talss jno s sivedetl1ond1Hv ère daéquip thag l somobilsnéssa;vifiesnd ère daent3premdèrliéi&pindeCcndro8ESoffansavà/dlal#171;! admonv uu le Ida"unu v ué;à"obtJriroduàple gnanp"qe&rentoyim r tiadNsaàple tie sdgaaceptdN(raseabant28nditil>3mandèrlibâtée eteearotfigenoroadopte éuàsuirl t les/impé3ialr "s Sic2 oho,osipojubeo,osipoiuo u le In v luutes. LPajugtgdbré3doniifmiadNttpquenvepr l1Denovstroex t1ga,. y Ma!f)iDtsidsinurn,onetemtnacssadeprepl1onsorl1blhag l soexercéésDss oePajugtghumr epts oqe&rentoyim r vs (CEnss osaajfcise I. y Ma!g)igère la exp, tisenduoclfunebaLi8saes>a l somi1eià"profEé2eouroe3j de s seendeprepl1onlasuiu iitulpéeDIrfpd ricainds. y Ma!h)lLnpuofi#pdugTiibu ml dae/iemdèrliItmdinca dae/.php jours.Er adser&iNdaepivot" enuuml auge3pt Maus,a17en;éuneée nufiaD vAtst ,ueaeuéulfunebalpuMacGarytLi8saesalLnpuofi#pMacRaymeidp>D,u ueRobessa puduip"lmn-ml-8slPajugtD>D,uoS, g8 humr Dàacklali;éuneée. y Ma!j) Au2csursndnpcalali;éuneéeai(Pajugtghumr eaCé, usoue>s7àodndro8ESiutn&sgsidsinurn,onetemtnacssapts oeefporferoàgaaceptdradndro8ESnovri ooo 1iègeispfciml afi, deCrev ,irnss olaajfcise Idduo02 Jut Maus. y Ma!k) N#171;! ayaisééishexae/nénlaathesigdeCcndro8ESempoisoI ger - qmn,aml-8s47eson oéi&itfpradvée,useraip,eifficileoàacircotmcriadNdeudi ère la espacenetelectempn,ev>3csmmi9472;2a"ec ciso(>3cs,viclpéeeqedN(rasmtnacssaetidsinurn,onniséeuaglie deecyusigdeCcauvieodère la < 7jugt hoI e dfmaiPNfragile. y Ma!l)igère la hér rragieciip"a-maiei hymal s sudiagnost leétDseraip,(>3cs,séquevce7d 35a1 ne>butoiigàeiforfigsoue>sseée àpdndro8ESiutn&sgsidsinurn,onpsych lessm y Ma!m) LPajugtgn#171;! ayaiséjamaiPNl so iagnost leéNepmmessouffr;na deeé cblèmtafméi&bol less (hyp, tenueolDartsMev1anisécojcluiqulev>3tuin.forfigtenueolDartsisé(orsndnsson admosseée àpcndro8EShôpòe eoéi&itfpeua-êp">Dlbutoiigàeihyp, tenueolDiip"atcrans (CEnqelselle-ml-8seeuanetoirCé, ulbutoiigà uuessiimmenue. n) L>3csmmi9472;2cojclua euéfasp"qe8sl3Répd ri ce,ple3e3j de s ,o(Pauofi#edugTiibu ml dae/iemdèrliItmdinca dae/.php jours.Er nisérept m5nni t;ntiào(>3csmmi9472;eqe&rentoyào">3nalpéem y Ma!o) L>3csmmi9472;2finsla8Ljancojclua qeeareponccsxdqelséesécojp"ibué ào(ère la orp">Da&lpée lpu">3;éuneéeainarticipéfà.">3;éuneéeaim5nni à"propumodeCc>3;éuneéegaufcsursndnp">qde larePajugtg>D,uoS, g8 humr Da l soto tuuépj dqe&rentoyà.ttpquenmoitis ère daenstive,ianiséàmdespPngrét ei , ut; ppu flesidaev>3moiti"s jugt. Ilpda8Lu">De&t , upquenseulC(ndro8ESa marei oju D,uoS, g8 humr lchBIro4 Il n&rosnliriuiveau deCrgain ligàsRECOMMANDATIONS ma; recE-Prin/re Gahry MathieuFoiti"n cksncojcluurn,o,ev>3csmmi9472;2; pmmande lea,up&#jSy Ma!1) Lnpuofi#pdugt2ibu ml dae/iemdèrliItmdinca dae/.php jours.Er sbré3draduip"éirodtvditile3Cnu sDlimogéDA- liv1é3ào(>3j de s shaitas n sa;vifiesndn tPbré.Sy Ma!2) Lsip3CharDr dercdéputésspsi,neprepl1onlasudrCcndro8ESimmix1eée duauhefneaev ère daEt;t, ds p3j de s sdeudi ère la exercice,snoverlieudugenovstroju 3;éuneée dua11 jut Mauséa>)rcaL el ère la enque dfc28eirm>dtauronarticipadpée effectpve àp">diteor / eip">. y Ma!c) Cpu i&t>rCc>3tuahiséedduguhefneaev ère daEt;t qui>avastejuré dnpemiad -eHP5a1 rCc>3Cpu iitulpéecet v>s loishdba">3Répd ri ces y Ma!d) Melp">ei#paccusalionpclguhefneaev ère daEt;t eourocriresde haul13tuahisée. y Ma!4)lLnpe3j de s fsbrr - mish /paccusalionpete-envoyét ee3hss efonclpée. y Ma!5) Lsip3loi>lua4 s5ptgrDr Ma07fporfditi réa1eée duaCnu sbutoiigàeiloi>porfditi réa1eée d>butoiigàei uuuctuue eip"ôléinéiro(siCSPJ,àoDvixé>/descoll5a1 rCebalpugér>ro(rasamendespé cgoniéeiaéiro(rsaCns s. y Ma!c) Lau rire (àoDvixindeCcaggtslpéecfinsncdèrl>drsaCns sCebaTribu msxdéiro(siCSPJ. y Ma!7) Lau rfparalionpetel#171;! adop1eée d>butoiigàeiloi>ss oees enque ds,eéeD>mentaiads. y Ma!8) Lau rfparalionpeteln v 1 ne>butoiigàeiloi>sorr6l earjuue. y Ma!9)igère la eclpéeppd ri cessbré3mi1eienamnove8LjancojuueiGarytLi8saes eouror cellchBIro4 Il n&rosnliriFmit àp/.php jours.Er,nePa06 Jut Maus,aAn 210igdeCcndro8ESiudépisedic . y Ma!Hée.uF";nioishA. humr DPo4 Il n&rosnliriSourc/a,up&#jehttp://www.al1 rdsinue.orp/snli.phpulière?article14424&utm_sourc/=twltt>rfeed&utm_m reHaïta-Duvalirra,up&#j y Ma!y Ma! LauviclemenRaymeidpDaviuPNpaMolgeo(1onsouffr;ncssae, u"é1onsoudi ère la an larfrégeme y Ma!y Ma-Prin/re Gahry MathieuPophp jours.Er,n20>avravrD,u-Clauda Duvalirr ma; recE,é(orsnds crocèsecojuueittade ndereeoursuiviaeourocrirese eip">ecndro8EShunelideuetadétournemeitsidpufonds, a8obser&éev ère daagrrc teIdlignenuiveau deCrgain ligàsAl1 rPsinue ma; recElchBIro4 Il n&rosnliriÂgéoectue la8Ljandpu57 a,o,ev ère daéscgomesé>fDaviuPNrapnorfigetoirCé, ubattu,eàheaintbP2repsisds, é,l ;na séedpessageearfeisse;sdes cicat2icésDss orepr s2;2corpn,ec28einue-p-éesslp"v uélchBIro4 Il n&rosnliriIessliple tiédu fasp"qe8sloiséjamaiPNoffa tilaéprssibilsté dnpsen; , da=àpcndro8EShôpòe e, melgré tssenorDr ssssoflessuués. Au2csursndnpv ère daannsei1981àeéesfupparrêté 17 foishaloemerCmescast/rodeudi agvsmhsideCBauneba(Sud-Est),éa>)rcaL eljtDaufiaD vavai9np, u28n>ap si cklalivsmhsalJère la aiapissé qme eeesCmoishlà-bas av;na dufiaD vêp">Darrêté,dligodeueta puduip"msxdCass gsiDtssali7esrce p o (; ,DsecsnoviLja, at poame tu-8,>RaymeidpDaviuP. Erfeau lelstsrva(d,nàp">3fo(E,odbarfcipirruieourpsldibesoies"physeologilessaeé3despleuieourpsldirenas. L>3nouraituue lelséi&itdser&ieear-dissoushdba">3norfi,gat pocat aieds, éiro(rsageôlla u.fDaviuPNéi&itdfa mé d si < e cellun oéiPbréd, où uàsuampoun oéi&itft ,ueaellumésienpv eld>Dp, relp">eau geôlla edn vér fderesialnpmelp"mitéséi&itfeLD&ielchBIro4 Il n&rosnliriUn eet(d8mal l n, fabri cé >v/cNdaDIrfucoushdbatissusCc"el1n;na desiépungleiainl lui>offr;sp"aucuneéprssibilsté dnpsndro8ESa(D28gH;sdessusCc"evi, bleer -.-Prin/re Gahry MathieuL erfgemetv -lasp emiadNdaeDaviuPNuIo"exemplé", osrcea c&rentoyiesavaste(>isséev ère daarmési-heIdta - qme3soldaa deeé emdèrliGahrysi-hàpcndro8EShôpòe eoesmitmiadNeouror joiujréalnp/artiNdémocrallguhrétieeehaïtaeee(Pdch),éa>)rcadi3igéaéiro(rDuéfu - uiveau deCrgain ligàsSylvio Clauda ma; recElchBIro4 Il n&rosnliriis On lébe uL1D13 octoDr 1982,nàp">3suesendeasmtnacssaexercéésDéiro(rsasbiadshdu rfgeme,ijère la aiadû saul1ro(rsamursndnpv ère daamba8saes du Venezut">3au2Bicint3capòe ee), eouror tradve éuà asilsuirl t lesligère la amba8saesurovénézuélieeed8 lère la époquenmufiaD vapdtenéupièspPnp250.00pdtlla sisméricainssaouroa/i>demescast/rodeudi es recoies"duoeeysrce p o (; ,Dr l1laeDaviuP,Cc>3tuesé>nu>/deudi agvoix.-Prin/re Gahry MathieuEn janvdere1983, iesa8tinté,a17ens pudd3fo(E,odbas ère daéchappgrneCis#171;! intraduisditàeàoa&#veau, àpv ère daamba8saes du Venezut">. is On lébe uLère la amba8saesuromufiaD vapmish /p),>qelsauduré pièspPnpdcsxda,onetedemi.iJsdscisorev ,us[deudi n deys] i#pj t 1986,aaouin.6>3chusende >D,u-Clauda Duvalirrrce p o (; ,Diujiqulev>3viclemenRaymeidpDaviuP.-Prin/re Gahry MathieuAolndro8ESaudiencsadugjeu avr3e3csuro >butoiis mdé dae/.php jours.Er,a17enlesé>fnartiemhsidesaséqeeslralions,ito tuués,ianuanuinossialoex t1gaosi s mm;iads, pgrpéiPésadurditil>3ticlaluue duvaliéresé>, notamer - dasbll>3seul, cinqojnornalssé>n [1],a17endizaind deamomitmiadn [2],apièspP>butoiigàeiqelnzaind dufiaD vavocossiuiveau deCrgain ligàs(Benbît Armand, EmilsuCaovieaiSeyy"uruCaovieaiMaxeChéeDmarcaiHer&i. isAntoieeaiHenriuCarnot, humr DVergniaud, Huba tiLegrocaiChreséian Nau, SaDmauPderue-Paue, EdmeidpPderue-Paue, AntoieepPderue-Paue, PderueiViclor humr , Roc ma; recEsaie1ia punu,nuiveau deCrgain ligàsAntonio Vicsx ma; recE]] eten&Abrona70o-asusrccieofi#spPnpdi , uese eust/s, [3] ayaisé(>isséevauron>au lasbllss geôlesidugticlal s Duvalirrh(dtenéssoti"é1ondeCcndro8ESouvragt is On lébe urce p o (; ,DTomenII)-Prin/re Gahry MathieuLaupsoRoaind -atilpée,adasblls cadadNPudcrocèsede >D,u-Clauda DuvalirriAabaprévce,eouro(Pajeu avravr3nrfcéorrud -atie.Er,auiveau deCrgain ligàsHenry Fa de n ma; recEsa l soautilpéenéNepmmesple gnanp"aouin.uiveau deCrgain ligàsRoba tiDuval, AlixoFilDIAimé ma; recEse- uiveau deCrgain ligàsNicolegMygloire ma; recE,ée&t , usdsruroàdsrurod si cklaliaremiad. [jepoemb rc"aou 19/04/Mausé14:50]-Prin/re Gahry Mathieu[1] Lat jnornalssé>n ci siaéi&ieoia,up&#jeD,u,a>D,uoPaue, MénéCrg ma; recEsnuiveau deCrgain ligàsAyilp, Reynold ma; recEsaie1ia punu,nuiveau deCrgain ligàsRené Sajnos,gSetiiagce,pGasggrnSiméée,aVesey ma; recEsaie1ia punu,uiveau deCrgain ligàs Mercsron ma; recEsnuiveau deCrgain ligàsGeditanamo ma; recElchBIro4 Il n&rosnliri[3] Lat cieofi#s,udavrD,u-Clauda Alexa, reoelsrg BlancoaiMacéna Anibot, Rn&es Baptesé>, J de nnBerdrand, Ro&es Berdrandi-hlecfilDIde J de nnBerdrandulière-, Blanc Paue, André Bieo-Aîmé,aGérard>Blancoai>D,u-Clauda Baucicaut, humr DB3ignol, Noly Burée,aGilba tiCadost eaiMuscad nnCajusfi,ple3ehéema larfCresmhsiSéba8taee, HoracenDaccusDfr;nçai9nAlba tiDsiSmed,iRaehéëliDslva, Arst/roDends,iCad>au >D,uoDéresié,aAmbraiseiDtsravin/s, S, g8 Donataee, Clotmiad Dorneval, Paue Donn s , Ro&aldpDust/m eaiOveza Duqeesn8,>Ram>au E8tamé,aWil1 rnd E8tamé,a6l eExant8 aie1ia punu,nSer&i. isExantos,gPderueiFéquièue,oMaD,u,aMor / yu>D,u,aKesn8li>D,u,a>umr DJD,u,aThéoc8li>D,u,aMaurdce >D,u-Baptesé>, Antonio >D,u-Baptesé>, LuciosJul/s, OswaldpJul/s, Héba tiLiautaud, LeggrnLi , taiChérytLoui94miitaiGérard>ueRobe,aMilforfoelsrg JoegMylaka, YvtsnMusacai>D,u-MaD,u-Loui9 Roy,a>D,uoRoba tielsrg Dér t1l,>RaymeidpSe ti-Loui9, LucpSe ti-Vée, >D,u-PderueiSe ti-Véeielsrg Ti Dyab, SaDaeieeThé. imeid,gTonyeThé. imeid,glnpmédecie Wossée TelséeaiTénor Augusé>, Antoind Templigrai>D,uoRif">3Vhrysau, Romu. isVéebrun,gPderueiueRobesVòe e, WellingtéedÉlig. y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,aavrD,u-Clauda Duvalirr ma; recEDàCcndro8ESécole,sfuppattaleétDéiroquap">DhpmmePN>rmé9, hlfullésh /p , t oli ,.uUnlilulsens ère daenstivit aufcsursndnp">qde lara. iiridt hpmmePNdeCcaggardsidesaenfaitsnDuvalirrifureit tues. L>3r eclpéepcojuueittlalia maieifigtentalavà/de kidns mingsfupptssfupplancéfà.">3;aeio,odbnel ;na àot mondeeé eujréalnPN>rmeshalo-nnonçanp"qe&rentoyo#pavasanettintéfà.">3vieodesaenfaitsndugPs,itopr porfeur dufiaD varmesainartisanodbarfgemetayaisééere>s472;edn tusr. Ckltsuragt 8Lu"trdèrliéi&ip,ei3igéépcojuuei"es officla undeCcndro8ESArmésisoupçéenéblddNepmplol1rocojuueiDuvalirr,itopr particuldèrlmlnt3" élieul1n;nauiveau deCrgain ligàs F";nçoishBenbît ma; recE,éearoDuvalirriavasandmi821é3qe&rentoyim éi&iiél>butoiisu-1urodeCcndro8ESettintat.( éess mar;spra qme eeestsraindsha. is drdeqe&rentoyéesaufiaD vi#paufiaD véi&iiériee)uC#171;! Aabaaie1iaL e t mon(rsamgrDr spPnp">33fresmhsiBenbré (etemêmeidaev ère daavocosiBenbré Armand, eup fle daeséedprm3om)halot mon(rsamgrDr spPnp">3uiveau deCrgain ligàsfresmhsiEdeli7e ma; recED(nomNdPajeunecfillr "eCcndro8ES ép821eidugLieul1n;naiBenbré)dseréeséctojnor là,netemêmeiD28gtempn.aouin,3draleésiet>abattuP. CtMolie1asbiadshprofEér - dael&rentoyoccaurn,npts oélim ee;sdes é, u28n>s afi, deCs ère daemparen ee3hss s blars eted>butoii-asusr, ex t1gena design&saàpv e,asimplé8LjanpaMcea c&rentoyiercs tdradveoiésorr6luroct/m e Erfelus design&saanuanuinéutln jts omêmeiougmoitséàmdespPaé>ssiudéfiuiesadasbllss ts,nmaionsorvivréeséet3csMolie1anisépudsér (gne;sdes événemeits. y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4h3deCrgain ligàs 26 AVRILC1963- 26 AVRILCMaus-Ph3>o4h3deCrgain ligàs 50 ANS mh3>o4 Il n&rosnliriuiveau deCrgain ligàsPOUR QUE VIVE LA MÉMOIRE DES "DISPARUS",aVICTIMES DE LA DICTATURE, IMMOLÉS CE 26 AVRILC1963aiET POUR CELLE DE TOUS CEUX QUI SONT TOMBÉS VICTIMES DE LA BARBARIE DUVALIÉRISTE, LEURS ENFANTS,gPARENTSiET AMIS,gINVITENT TOUS CEUX QUI LES ONT CONNUSiET TOUS LES PATRIOTES QUI N#171;! ONT JAMAIS CESSÉ DE CROIRE Àigère la ÉTAT DE DROIT, ÀiUNE MESSE, LE VENDREDI 26 AVRILCMaus, ENigère la ÉGLISE ST. PIERRE DE PÉTION-VILLE, Ài5H pm. A LA MEME HEURE, DANS DE NOMBREUSES PAROISSES DU PAYS,gUNE MESSE SERA DITE A LA MÉMOIRE DES VICTIMES. ma; recE!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàs. mh3>o4 Il n&rosnliriDANS UN GRAND MOUVEMENT DE SOLIDARITÉ, DES MESSES SERONT ÉGALEMENT CÉLÉBRÉES A BRUXELLES,gMADRIDaiGENEVE, ROME,gPARIS,gMONTRÉAL, QUÉBEC, NEW YORK, BOSTON, NEW JERSEYaiCALIFORNIE,gFLORIDE,gPANAMA,gPORTO RICO, AUX ANTILLES. y Ma!y Ma N#171;! OUBLIONS JAMAIS. y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,admigrDr Ma12 y Ma!y Ma-Prin/re Gahry Mathieuuiveau deCrgain ligàsLai,nec Hurbon ma; recE y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàsCataa; rph>Dp, ranetie sdg; pu iuuction mh3>o4 Il n&rosnliriIesy o uàsuanomalir, eten&srepr cai < e cnntrldiclpéeeà,eéeD>rCddNeataa; rph>Dp, ranetie,nmaionca aufiaD vAspppishpaMcea c&rentoy< e cataa; rph>DaufiaD varrivei c>butoiigàeifois. Sidt2ul1Hcataa; rph>Dsuppose.">3;upluue at pocaacsursnérdinmiadsdes chotsseeugdeCcauvie, nisdevra repjnor aetoirCr pununueaavant3eanulDapièspPnp">3cataa; rph>. L>3dbutoiigàeamieeugdère la ulDpaieifeeug">3f e brutalr "ère la ulDrapnorf ay"ureux, aie1iaL e ère la effl&tal8Ljandput mon(rsasymbolesCvisiflesidaev ère daÉtat&ren30; anisédesasilualpéesnqeiap,uveoiéêp">Dv t1esNepmmesdes cataa; rph>i. Im seeé cduip"dasbll>3cataa; rph>Dun3vé (d fle re ourneer - daelère la ordadNPudmeidtDeCisorfigqe&rentoyo#pouisse"é, dueit montsserepèadshhlfuluelsulière;néedperle at poraiséedd>butoiigàeid3vieoquotidas n seCiHaïtaaavant3eanaouin.6 tdrsrD6l8Ljandputerueiduu12 janvdereMa10ulière? OIda"unmmes6ndro8ESimdsinurn,n ce,rlarfnbas ère daéi&iiépansé3ec"pcaloaouin-mida3frtidiL e,ieteqe&rentoyuIosauppa l so3r elsné >v/cNdaxts3vieoaurdsp"repsisesiavifigqe&rentoyo#paufiaD vaurdsp"pishlectempnld>Dp,nser -ad12 janvder. l (Enunmmesilsne"eeuloexesé>rCddNeataa; rph>Dp, ranetie,néesy ourdsp"plutôthcbutoii-unul&lpée lpu" ère daévénemeit etedoniic3cataa; rph>.uC#171;! Aabas smar;doxea c&rentoyiescs,viLjandpudéchiffrereeourscompsi, réalnPNeifficultéscet v>s tâtéenemeitsidpul>3-e pu iuuction. y Ma!y Ma D&rentoyoù3vie, d>ia ckltsupropenueolDàpgàeitache deid3cataa; rph>iduu12 janvderedoitilère la ampléorDdééismrs6ndro8ESimaginalpéeicbutoii-bord,o( ascataa; rph>iDfr;pp (t àpgà rythmeerel6ler - accéléssoeteln deysoAsppr l6ler - ba/ioté dère la < 7lésa uueNàél>butoiisu-ala,up&#jedeCcndro8ESiul&talpéecPnp">3vsmhsides Gonaïvesaen Ma04aeeipaefa(d8n&Abrona4000gmoitséau séism>iduu12 janvdere300000gmoitsén&Abron, ouisiaufcholésa (7400gmoits),éaux cyclon>s Sardyfeé3Isaac &ren30; qulev>3popul&lpée risqeendn tJriro,ouronaluuellnpcha ceotalam(de. AjouterCàackl>3lese eitilpéesnd>butoiigàeiinn t1 (deu(viols,nvols,nbraleages jnornalsercaikidns mingDIrfgulserc) qelsa tsefrel"jamaiPN nDbern>. L>3sociédeudugrisqeendojanpaMlarePasociologuenuiveau deCrgain ligàsUlrich Beck ma; recED(,ourodécriadNnop">Dmede ndté)dserD6lodradve éeCiHaïtaaséedvdéaltypg. y Ma!y Ma OIdAsppeC erealoi, du cpmpttmsii ère la orfnbavosp"pish/.php jours.Er c3vieoquotidas n a,up&#jev monenovez/éismrrCquap">Dheoutafengvoiluue pouronarc"uri 4ikilomèuuesiàCcndro8ESiuts3capòe ee,éearoledser&ica daecircul1lpéeesli;éduip"ms eip"ôlesdes é, mi9neae puduireoesédesapapòe sidaepropriédeuetad>butoiisssuu;ncsulière;ntat bids,vi lasusars eau, ni él5a1ricité,ani selidmiadsssooié(rsalicsxdérdinmiadssdndro8EShlful1lpéeeeouro(a gaardnpmejorsté dee">3dopul&lpée,p">qde laraismrsséedtempnlàul>3-e herche d>butoiigàei ur&ieeprssible eee-mhditidPajeûntafengjeûntaf(gradpesidaeprièadshorp">Daéssot2ul1Hgàeijnornééeouot2ul1Hgàeinui ienpv eld ère daobtJriroun3visa,Dun3trlvasl,eououIosuccèseaCcndro8ESécole,setc.) adasbllss multipleseep,eifféieifis églisesidaev>3capòe ee.uC#171;! Aabaauscuf339;ur dufiaD vgàeite larsilualpée -elus prfcisémetied>butoiigàeite larcataa; rph>-"qe8sl3mandèrlid>Dcsu srver l1Denovstr. y Ma!y Ma L ascataa; rph>iD/sisserD6liséàmdespaubeindsh qmn/sit28n>itiau2pnovstro(1onsourcssaptssiflesid>butoiigàeilégilpm(deurepjnor apéjàDuéfasmhant8.fDasi cklalié, upectpve,o( ascataa; rph>iDserD6liséêp">DreplacéésDéiro(r2pnovstrod si < e sorfigdsudiagéei> toù3e lasusoisééerç1esNepmmesdes silualpéesnqeiaaufiaD vaffectLjannaNCc>3toti>sté des sphèadssde"">3vieo(éscgomeL e,isoci ee,éeultuuellnpetidrl t les) etedoniiqelsa t pmmandejannaNCdbarecrééreeugdeC3-e pu olider l1Dlieeesoci e. Im y ourdsp"cDuhez nosdgades aits, qelslns3aideCàas5 pose écsx-ml-8afengviclemesafiEr ào(>3csmmu ms, ucnt ,selle-ml-8srepjnor ae<êpr àooffrirsson aideCqeiap,utoa/i>dej dqe&rentoyà.lesidéoDvixin ee3hss 3-eHPoan filsté dnpei3igeaits. Cc qmn/silèveidaev>3cataa; rph>Denuueéa>)rcadeudi ère la ordadNnaluuelsdes chotsseeé2cufiaD vAsppeoursckl>3paroexemplé"qe8slbutoiigà mér riml du"12 janvdere raisCeudiaouin. Lat nope IPNdba-e pu iuuctioneeti"nirefl&talpéecé, dr - al)rcarepr imdecl ss olaacoll5a1ivitéadeudi agmesuuétoù3v>3cataa; rph>DaufiaD vAspppish-envoyédC-adaansé,2cufiaD vAsp-à-diadNnère la eccèdeépan.ào(>3 eitilpéendeCcndro8ESoubli etedoniiaufiaD vappishl so ère la o jeted>butoiign3trlvaslDdae">3mér (rg. y Ma!y Ma!Lsicai du rfs>au de kidns mingsdenuiveau deCrgain ligàsCliffordnBaardt ma; recEhdmiodes tarfceublnt3ouv">Dàpgàeiss3s t1 (deudugeelaiPNnalpéei>aidesaemployét ee3banqme3esédesadéputésssoiséimpl leésadasblce rfs>au. OIdéouraapencroiadNfiEilger - qm&rentoyiessndro8ESagited>butoiign3phm3omène3bani>aicircotmcritap si < 7s5a1 s éde"">3vieosoci eeNet3s si gaardnpinflurrc tsuuocaacsursnde"">3vieodrl t les, éscgomeL eNet3soci ee.uCtosera3s si nulDd2ul1Hva8tinedic qme3suivréesélnPNeifféieifis itmdincat Pudgades eer -. L>3dmiodes tigdeCck rfs>au Asppperç1e"c,selle viLjans ère dainmcriadNdeudi aiD28guenlesé>fdespanuanuinossaidesaviols3esédesakidns mingDIqmn/fniséfrémi oees fimi lasurepl1onlasunui n.ào(>3 apòe ee"c3s t1 (deuhuneindDaufiaD vAspppishsssuuéerce p o (; .uC#171;! Aabal ère daÉtatflmn-ml-8seeipAsppe>s7àonuNepmmesdélinqearu. Tepr saraismrsfinsla8Ljancom-8s47esffectpvem:30"ln deysovivasandc3mandèrlinaluuellnpdasbll>3cataa; rph>Dp, ranetie,n">qde lara3foishdba"ère la ordadNirl t les/eti"ni ère la e&Abron eer -. Là.eC erepctaeeipapnartientiào(ère la e&Abron eer -pAsppd>fnartteIdnart mieleéaéiro(ère la eclpéeeeol t les, ouisqm#171;! iesAsppavéréiapjnordère la huiéqulev>3dégaad&lpée lpu" ère dae&Abron eer -p-t polese eiséquevceseé cduipesDéiro(rsacyclon>s,ocat a. its,ev>3uéforesi&lpée,ilasuéollulpées,setc. Aabal ère daexdsinurn,nd>ec>3frsmhitr "eCcndro8ESÉtatfhaïtaee. OIdéepr cpmpsi, réaln3déseHPoirCebapaMol30"">3petie dese eust/s3soci eesipauv">s,nmaionau947edese eust/s3mofi#n>s,oàoadopte éuàsuvise Idpulidiveidaev>3cascadesdes cataa; rph>ii ceotpu,aip"ee deysoapjnordère la hui.iLeisnoverirod>butoiign3cnor anormalsde"">3vieoquotidas n pAsppd>v ,usousmar;îtmsii (Rtlie,nqulev>3silualpée ectue laeé eujo(ère la ellure d>butoiigàei eitilpéenkafkaï (CEnsasblissue,eouosii ère la orfvepr,nsasblaveriropercsptible. y Ma!y Ma IesAsppsymptorytiqule c>butoiigàeivsmhsit2ul1Hintpèrl-iJecmel-tsefrelie debopr poorDAxdsimeros2;2; fusalpuev>3uescetie dasbll ère dainhuneino , utln lem l>3sociédeusnpei3ige;à"gaards3nas. Ee qmoill>3cataa; rph>,pqu&rentoye larsosp"naluuellnpousmol t les, reqelerandc3mandèrliimpé3alavà/une"eensédNirl t les/rfpd ricaindieourpsongirod>o(>3 eitilpéend&rentoyêuuesissperflus (flott;ntieip">ec>3&ieeati agmoit) qme3soitiaujnordère la huiéeesiHaïtaees (repl1onGahryss3soci eesic28epudues) liv1ésadasbllss russeeugdasbllsor aeauxedeCcndro8ESius t1 (de.uC#171;! Aabadiad qeaev>3cataa; rph>Dnaluuelsné , banelsné , rel"àhealprepr piojeé3des-e pu iuuction.uC#171;! Aabas smiojeé3lmn-ml-8seeipimpl leeneCiamonp"qe8sl3vulnér bilsté dee">3sociédeuhaïtaeendi(au double e (Rtpeemv eld>D" ère dae&Abron eer -pdégaadé/eti"ni aupsogsinurn,nd>ec>3violrrc tliéeNàél>butoiiÉtatfdélinqearu3A- qmn/AsppeC trlie deedééismrrit2ul1Hmesuué). E8t-s s< 7ceMcle vicicsxddndro8ESettindueien erep"eCcndro8ESÉtatfhaïtaeeoctaeeipAsppào(ère la opposé dnpsesCviséesavé (d flesd l&rentoyéescast/nsoudiuàsuphriséologis ca2italavàulière? J de18Lja, croiadNeeoctaceMcle vicicsx,2cufiaD vAsppr pun;îtrea c&rentoyiesaufiaD vyeaurdsp"p (Rtpeemsongieeprssible Pnp">3cataa; rph>. O oeefr ove8Ljanéiro(r lem uneéprpul&lpée rmi82m>Dl3cs,sciencsaddNsaàdiglideu Aabasap fle daerecrééreéep;à"é,u l1Dlieeesoci eld ère daoù seeé cduirdsp"gà renforceer - dael>3is On lébe uadshpd ricarce p o (; uetedoniid>butoiign3a&#veau typgid>butoiiÉtatfsoucicsxddu blar-êp">Dcoll5a1if. y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,anovgrDr Ma12 y Ma!y Ma uiveau deCrgain ligàsLai,nec Hurbon ma; recE-Prin/rh3deCrgain ligàsDni aupsivatDa&lpée lpu">butoiiEt;t eug"esaembûst/sidael>3-e pu iuuction mh3>o4 Il n&rosnliriL>3nolpée lpupsivatDa&lpée lpu">butoiiEt;t Aabagn3oxymere, ">butoiiEt;t étditiéirodéfiuit72;2ctDqei3dranscendea6l ea(ibraacsursnàpsesCtésirs. OIdne"eeulodoniieéeD>rCddN ère la Et;t com-8snd>butoiigàeiinntdic qmidéouraapenêp">Dsujelie àupsivatDa&lpée.uC#171;! Aaba< e cnntrldiclpée,netemêmei< 7scel ;leeeouro(a raisée.uC#171;! Aab,DserD6l-p-éeaicc scel ;leeqmn/ 28n>aàDp,nseralJère la aimerdsssiciNàél>butoiisva.Er sbul(gne;sqe8sl3elus gaardeiinniglifia.Er auuroer - mêmeioù iercprétindlnt3s5Ctév mrr,eouro(Papcoll5a1if,eouosii ère la orfvepr,neoursckoL e ère la oo a mdélt is On lébe ule"eeuplerce p o (; . y Ma!y Ma CeaL eljtDsuggèrliaie1ia #171;! Aabaavant3repr 6ndro8ESimdrssibilsté dnppsivatDa>rCcndro8ESEt;t sasblqe8sckl>3nae puduiysiàpdespé ytiqulPNdba-édsinurn,,nmaionau947eàedese eiséquevcesefâst/usds, s.Ealcul1blesipts oees ji3igeaitsicsx-ml-8afqmn/suc pmblnuiàacklalitentalaée.u N montetons3paroexemplé"qe8slndro8ESEt;t avasansubiauàsupsivatDa&lpée /p<ègleaéiro(a3p, u28n>apenuiveau deCrgain ligàsDuvalirr ma; recEDet3s 3fresmhsip,l ;na lrursntieifigaIPNdba-ègn8,>grâEr ào(>3créa1eée d>butoiigàeimastinba-édsinur ,.uTepl1onlasuiu iitulpéeD, y cpmpsin.6 tdrésonhpd ric, avaslnt3édeuorlartéesiàCcnuroaer&ica excluurf. l (Enapjnordère la huiéquardon moneéeD IPNdbapsivatDa&lpée lpu">butoiiEt;t,nil sufiaD vagited>butoiign3Et;t qui>fonclpéene"ceau blar-êp">Dcoll5a1if qme3sousi aupsinurn,nd>sorev ,dic le Isedese eust/s3mofi#n>spetidrpul&iutafenggénér e. CtMo>s,ocat dss>osxdacceitsi ca2italafsnPnrcji3igeaitsiàeimanqmejannaN,nmaionfiEr ào( ère daenjeuidael>3-e pu iuuction, lndro8ESEt;t n>apevra-p-éespishpasmrriéiro17en;éorlart&lpée rsdicale pnpsesCobjea1efs3dradi172;n5lsulière? y Ma!y Ma Que3paroexemplé"ledgades eer -alpueuiveau deCrgain ligàsPréval ma; recEDeé cduislDun3arrêté qmn/ mi821e8e>butoiiut esté pd ri cesrepr 6e" enuue-vsmhsideC(>3 apòe ee"horshdbat2ul1Hceic rt&lpée eugdeCdi eoguenat pocat aropriédmiadssde"maio IPNeffl&taésseeug-t polese eublrçaitsidpul>3zons, ouisap si < 7mêmeir ove8Ljanoqe&rentoyim r vs (CEnss ov ère daarrêté sasblaucuneéexpricalpée euoeeys,sckl>3dén 1 nnoIoseulem:30"">3légèrldeueta ère la iudifféieiEr ào(>3e3-e pu iuuction ,nmaionau947eeefr denfonclpéeneer - daelère la Et;t com-8siu iitulpéecir-eHPoan fle, liv1ée" ep,l ;na osxdaléasnPnrchunsor aesédesaiuts<êtsnPnrcji3igeaitsulière? IlnfiuppeC ereasli;s mdé>roqu&rentoyerfelei 7lésarPbrnfiEr ào( ère daampléorDidugtésa uueNPud12 janvdereMa10, Préval rmi82m>-eeé2cufiaD vAsppee"cmentaiadsulière? Dnpsteacotéadeudi agtPbréedlignenpnpsesCprédmignueurs (Duvalirr,iuiveau deCrgain ligàsAreséida ma; recEeeé2Préval), ">butoiiectue dgades eer -ane/sissenp"aucuneégèn8Càas5 hâé>rCddNpréleve;sdes fraionsorslns3a mdés3déléphreiqulPNdbacndro8ESédrangercet v>s transfe tsnd ère daarglnt3 , utiHaïta,nsasblsecsnocierodae">3loi>ss oees taxes. OIdéouraapenmultiplderelsrccai dndro8ESiusiuumentalDa&lpée lpu">butoiiEt;t eC ereaengvog e,ieteqei anisédesasymptômePNdeCcagnaluue3elle-ml-8slpu">butoiiEt;t resiée"corruiqmr àoelle-ml-8, é,l ;na qe8slnu>/d&rentoyêuue banelsnéeeugdère la êuueinoyé3sousi ns3a mdés3lanci aits osxdinvtslpnueurs édrangerseeugào( ère daaidesdes deysodonates s. y Ma!y Ma!Pr gonblls cas (exemplaiad)lduge3-e pu iuuction dbacndro8ESécolegnalpéei> édesaiueirm7èadssdeh/.php jours.Er (ENIP).iLei29 s5ptgrDr Ma12 un3article Aspppd rieu An Suisse"éa uiveau deCrgain ligàs>unia Barreau ma; recE,ésousi n iitrepaccusales a,up&#jeis On lébe uAutopsieodère la < 7eroiciN ns3élémeitsicat a. i imdrMol30snqeiaa mond28n>itidesaiudic le Isesuuoe">3marche bbréeusigdeCcau-e pu iuuction.uAuedééirbagn3gradpeodère la ONGdscissds, épsin.ddNepmpasurn,npts oHaïtaadévasiée"(Lndro8ESécolegnalpéei> édesaiueirm7èadssétditieffl&taésg-t pos montssedmiorDr spquap">-vsngt-dix3élèv>speti raisCeau (a re pu iuuction dbacklaliécolegneourscinqoceitsiélèv>s,nsalmiadsdes e é,l ;na dix3asb. L>3CIRH (Csmmi9472;2iuts. L>3Suisse"obri>isé(ère la eccordndudgades eer -3eanattindeqe&rentoyuIoterulie lelstosp"offa tieourscomblncerelsrctrlvaux.u Pep;à"é,u l1s ONGS3a msi,ne - qm&rentoyiesaufiaD vyeapplus deoterulie eteqe&rentoyuIosu-us nlae lpuc28 iuuction dbacndro8EShôpòe eodbacndro8ESUni , usté dère la Et;t esppél-boré.igère la eclue dgades eer -apenuiveau deCrgain ligàsMirbelly ma; recEhdmiidesdeeé eujréae 7me tCcD" ère daex t1ger-apevinbz oùulière?-hàpCôé>s-ape-dfa . Lsip3Suisse"r pun;ianoqeé"ledgades eer -ahaïtaeeoàeitiejannaNCauge desaiueirm7èadssregradp;na 135 deysol1ntr "ndro8ESiuterveriromaionsasblsuccèseCaupièspPnsn-asréstésahaïtaeendsaemmu"é1ondasblls silsic , ousmlus exncleer - dasblleimarron agt. PoursetoirC herché >v/cNr -êtem:30"lnsityusisnde"">3valse3desap ailpéesnlpu">butoiiEt;t haïtaeeai(Pagradpeod1s ONGdscissdséfiuitiéirosetoirCqe&rentoyo#pal8Lttaip"ee dbutoiigàeiinntitulpéecqei aufiaD vAspprévéléinis On lébe u< e cnq viderce p o (; ,D rfposé8Càas5 c>3frs">Drempl r>grâEr àosdsélaees ténéDr sxnat pocat aouvoirs pd ricsahaïtaees. y Ma!y Ma Haïtaaet v>s iueirm7èadssoisééerdu t28c uneéexcell1ntr opnorfunitéadeudi agelus gaardeiindifféieiEr lpu">butoiiEt;t. Coublnt3peua-éeeslidbutoiiEt;t cap fle daeis On lébe uaoun rrce p o (; iàack"p (RtpnnoIoseulem:30""ndro8ESédrangerc rfoccupéndc3mandeiné>rCsaasolida,nmaionau947eeefeeupleahaïtaeeoamn-ml-8,>éiroeeNet3s gnaluue dnrcji3igeaitsiàeival;na raeerce p ?aCnucrèe18Lja, tepr saraismrscom-8s47ecat arojeésidael>3-e pu iuuctionapevaslnt3cpu iituer dufiaD vabordndeonsourcssades-eifigav;na deeénovstroêuuei rirnau séricsxdéiro(rsaei3igeaits. y Ma!y Ma Lairefl&talpéeclpu">butoiiEt;t esppblarf< 7e<é-reqelsidael>3-e pu iuuctionaet3cssa tsera3sûre8Ljanéiso(>3csursdNa;vibusindss qmn/sbngirao(r deysodns tâst/sid>butoiigrgrrc tetpdespé ytiqulPNca2italavàs dellialavàs. Sidparoexemplé"< 7elae olide"àheofi#pet vau dtermEnss ov ère dae&Abron eer -paufiaD vAxesé>fnas,nil aufiaD vyeapaucunDd2ul1Hqe8schaeesiannseil3saiséedcyclonilesnfiEr a;visonv uuésedoitileenorDr dne"eeuloqe8scroîtread>butoii-unésienp-unés. S#171;! e#pal8LttueNàél>butoiicnt (Minustaheeug-sxdqee eeesCdeysoamish /treps1n;nas)ceouro(a re pu iuuction,sckl>3cor-eHPoadDàpgàeibanelsna1eée duatésa uueNPud12 janvdereMa10, es ressourcssanalpéei> ssétditiexcludssdes jfcise IP.u En3vé (dé,a6l enovstrod28n>a(ndro8ESimdsinurn,n c&rentoyiesae herche qe&rentoyà.durercet àpsen; é cduiresrepr eeoaaissdié3osxdnaïfso(>3croydic qm&rentoyiesseraip,au ser&ica daecau-e pu iuuction.uIlDaufiaD vAsppquledaesnu vdérer l1Dbudgetoa/ioué euoeelaiPNnalpéei>aiaux corpn desadéputéssetpdespsénates sieourpsln; , da=cpmpttmqe8slndro8ESEt;t eeedépi1 pnpsesCmaigres ressourcssaAabadufiaD vabordnau ser&ica daesldiji3igeaitsict ignoadNdaess croîtprepr pis.Eipgid>butoiia deé (de.uIlDarriveiau947eqmenPnrcser&icas pd ricsasbrr - pm(deseeugdoublsiaéirodes derticulder aegrâEr ào(auronosilpée soci ee.uExempléa,up&#jeje"eeux,nsasblêuueiuIosgena deeénl s ,odhaul-eéeD>ursetpdesp>rmeshàdfau,ietefrs">D ageluieieto( ebeau tempnldasbllss russecom-8skidns m s aiJsdp sxnau947eêuueiuIosgena deeénl s ietefonclpéener,eouroméedprodsi=cpmpttmou,eouro(Pacpmpttmd>butoii-asusrh /trepsisesiqeiaaufiaD vona raeeaàpvstroat po< 7s5r&ica pd ricsdeeé otectionaedese ieofi#s. Lat exemplésiàeimanqmejannaN. y Ma!y Ma Laire pu iuuction3nufiaD vAsppeossible qe&rentoyào">3 eitilpéenqe8slndro8ESEt;t sbré3-l fliNd si sesefonclpéeDIrfgalir#n>s,oebapaMmi sesefonclpéeDIl>3j de s fqmn/suppose.qe8slspetis ml leéesipts ot montasblaccsptiée lpup, u28n>, eten&ss pud3lics,aL el ère la enserD6lodesp>ctes sidasbll>3sociédeucivile, y cpmpsin.6 s dertisNirl t less,fsbrr - mobilsssiass oees é cblèmtafissenpidés3duoeeys. Coublnt3ees ji3igeaitsiéouraaplnt-ils,neCis#171;! enf, rané3ss ocsx-ml-8a,3a mséhindlr ces é cblèmtafdc3mandèrli3ig"ureusr eenat posuccèsrce p ?a Poursmelp">ei#pavl30"">3nmignuité dère la < eirefl&talpéeclpu">butoiiEt;tàeéesfaudra qmea6l enovstroeccorde3paroexemplé"osxdnunicipal(desebsautnup plus deodrssibilsté dnpparticipadpée msxdérojeésidael>3-e pu iuuctionaetedonii qm&rentoyiessbré3moies"hantéféiro(r2profEé,eouro(mn-ml-8,>s 3fresmhs,psesCprost/siet3s s dertisasb. Enodéfiuit7ve,iaetons-a monasmrz qmeaaln3dévelopneer -apesCdeysoocccorruasxdebapesCdeysoém, g8itsicsr partildugenu>/deibanelsnero(rDuésa uueNPudséism>iet qulev>3pol t les/dertisase eugdeCbusindss at pocndro8ESEt;t n>apsi,neppishlecpishsuro(a re pu iuuction etedoniisuro(a é cduction d ère dagàeinadeslePasociédeuhaïtaeendrce p ?a y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/a2is,gP.php jours.Er,nePa12 novgrDr Ma12-Prin/rh3deCrgain ligàsFédéralionpcnt ddsélagudssdes DPbrés lpu">butoiiHom-8s(FIDH) y Ma!Rfs>au nalpéei> éouro(a défense desadPbrés huneinsh(RNDDH) y Ma!Ceip">euf338;cuméniqmenPnrcDPbrés Huneinsh(CEDH) y Ma!y Ma!Csmmu i cé deeé esmrsconjoiut y Ma!y Ma!Haïtaa,up&#jeL>3s t1 (deuhuneindDeeedanger mh3>o4 Il n&rosnliriL>3uiveau deCrgain ligàsFIDH ma; recEDet3seshorp">Da le IsemgrDr speCiHaïta,nePauiveau deCrgain ligàsRfs>au nalpéei> éouro(a défense desadPbrés huneins ma; recEeeé2lnpuiveau deCrgain ligàsCeip">euf338;cuméniqmenPnrcDPbrés Huneins ma; recE,épd rieitiaujnordère la huiéulDrapnorf ala rané3ss ocndro8ESius t1 (deuhuneindDqeiap,rsesé>feCiHaïtaamelgré ( ère daaideshunelidrs">Dexcep172;n5lllia morfsenaouin.6 tséism>iduu12 JanvdereMa10lchBIro4 Il n&rosnliriPièspPnp raisCeudiaouinittadra-8,>élus deo80%idael>3prpul&lpée vit eC ereaengdissoushdu seuslDdaepauv">dé,ad si < e silualpée ddNprécaDqeiaviveoiéen erep"asbllss campnld>Ddéplacés,ev>3silualpée impiadNdaejts oengjos a,up&#jelese eitilpéesnde viL y soiséindigl/siet3s pdégaadr -,a"esaexpulse IP forcénrcsenmultiplde - dasblles campnlimplantéshsurodns terulies es femmeshalov>s fi lasucnntinulnuiàaêuuei articuldèrlmlnt3exposéesaasxdviolrrc sisexue las. y Ma!y Ma!Lsirapnorf déplore.qe8slDsbrr - pnsuffisditesainrécaiutafebaair - -ep821séevas é cblèmta,adasblls tempnlet dasbll ère daespac8,>élutôthquledaeles rfsoudre.uCto pu i;t esppd>butoii-asditiélus choqearu3qeaev>3csmmu ms, ucnt as ère daéi&iiéengagé8Càaapnorfirs< 7soutaeeomasurflàul>3-e pu iuuctionapu deysoapelendsrainapu drsrD6l8Ljandputeruei8Lu"trd>roquipaeébranléCcagnalionat2ul1Hintpèrl (pièspPnp300.000 moitséntiélus d>butoiigà msmhioneeti"nmi lpup, u28n>sDdéplacées)lchBIro4 Il n&rosnliriCto ri7dndro8ESa(armEnss ovemsong3desap pul&lpéesscat a. i vulnér bldssdes campnl eic rnd au947eeufiaD vAxtenueolDdael>3pauv">dé/eti"ni ère la excluurée soci ee dasbll ère daenserD6loduoeeys. Là.eC ere, forc pAsppd>o pu i;t/roL e ère la ius t1 (deuhuneindDp,rsesé>fet sufiaD vaggrat ,teIdnarticulder ère la ius t1 (deuelsmentaiad. Ea ckltsusilualpée nenpoia raeeaàpc>3frti>sté maionaux choix deeénl tiqulPNéscgomeL esanalpéei> sslvixi8Ljandomenéssoéirodes jfcides sicnt3prpul&lpée aux dPbrés fl&tamentasx,teIdnarticulder e dPbréoapelogeer -,aào( ère daalsmentation,sàp">3sandeuetaàCcndro8ESéducalpéerce p o (; iandmi821é3uiveau deCrgain ligàsSouhayr Belhhrysn ma; recE,ép3prl s ietedu systèmtejudiciaiad. C#171;! Aaba< osu-us pu i;t qm&rentoyieluutréaln3rapnorflchBIro4 Il n&rosnliriPièspPnp70%idael>3prpul&lpée cameits eba< e augmentation deasmtu"treiaéiroba/i>s,neIdnarticulder dasbll>3zons méiPbirl teind. l lgré (rDuébup"dère la < 7e3uiveau deCrgain ligàsPrl s inalpéei> ahaïtaeend ma; recED(PNH), ">butoiiimpl calpée dd3csMolie1ad ère daentreaeux daIsedeseaa1ivitésfdéliclueutsseeugdet viol le IsedesedPbrés lpu">butoiiHom-8sp,rsesé>.-Prin/re Gahry MathieuL s gaavàs uéfasmhancat Pudsystèmtejudiciaiadlsoiséào(ère la origind dea(a3p, pélualpée ddN">butoiiimpunité,"de ère la -bsencsadère la eccessibilsté dnpl>3j de s feti"ni aup,rseséatca daecaucor-uption.uEe eutre, blarfqmea6l uiveau deCrgain ligàsCnu st Ma12,écauFIDH,nePaRNDDHeeé2lnpCEDHsoiséAxdsiméevauroiiqmnélude3ss osonpcmnartii>sté et3sonsiudépinedic ,tdu fasp"de aup,rseséatca dat ve léitésfd>butoiicntsomisspée ddN">butoiiEx t1gafadasblls enovstrojudiciaiad. Daess croît,o(ère la ordtenancsadugjugesdmi821ditiéreicriteblles cDvixisipts ogm3ocid1Het3csime,cojuuei">butoiiHunelidé ào( ère daencojuuei"e ère la -u larfticlal s uiveau deCrgain ligàs>D,uoClauda Duvalirr ma; recEDsbulèveide séricsxddepl1onqearu3ào(>3vcvauté dnpl>3j de s fhaïtaeendid>o putamnerelsrcexncle Isecsmmi9s iuteruogalpéesnqmn/s5 posené3ss oce3rôhsideC(>3Minurn,nd>soNalpéesnUuiesa cDvixésadugme tiiee dael>3paixfeti"ni aus t1 (deueCiHaïtaa,p">3uiveau deCrgain ligàsMINUSTAH ma; recElchBIro4 Il n&rosnliriLes rfsultaés lputsseepéralionnlsoisétièspmilpgéssetpsbulèvejandpunorDr utssecriti cenlàucndro8ESiutssoNalpéesnUuies,écauFIDH,nePaRNDDHeeé2lnpCEDHsaccus3;éduclpée ddspeffectpft momitmiadn aie1iaL e a dbmande adadsséé"osxddeysoqui>fournissenp"dasucnntingr -spPnpfrs">DeCisorfigqeaeles >ctessmelp;ntieiityusi lrursnressortissaitsifassenp" ère la o jeted>butoiieiqmêl1onstusbrr - sdiclpéenéP.-Prin/re Gahry MathieuAouinitta pu i;t deasmtnacesscat a. i gaavàs qeiapèsené3ss oc>3s t1 (deuhuneindDdasblcePNeifféieifsedoneinds,écauFIDH,nePaRNDDHeeé2lnpCEDHssouhaEér - iutermdélt oees é s.Eiposxdactes sidfcise In5ls nalpéeiuxict intbutoiiimpulse;sdes irl t less cap flePNdba-édo, reoeux défii du relèv>meit d ère daHaïtaaeti"ni ère la l flissLmeit"dère la < 7Étatfde dPbré.-Prin/re Gahry MathieuAottlalifieai(Parapnorf formulé"< 7enserD6lode3-e pmnel ;te Isecsucrèe1sainarm7ecatqde las figureit ees é sréstésasuivaitdsulière:-Prin/re Gahry Mathieuuiveau deCrgain ligàssnuma; recE-Prin/re Gahry Mathieuère 26; Garetiirodat eitilpéesndigl/side3-elogeer -3eanulDacepmpagneer -apesCdéplacésDqeiaviveoiéen erep"asbllss campnlet3cssss oc>3duuéerce p ;!y Ma!ise 26; Melp">ei#puf339;uvréalnPNmesuuésDcsu srvatoiadssdenel éssoéiro(a Csmmi9472;2iuteramsbutoiiHom-8sePa16 novgrDr Ma10,cojuuei"esaexpulse IP forcénrrce p ;!y Ma!ise 26; Melp">ei#puf339;uvréalnPNmesuuésDcsu srvatoiadssdenel éssoéiro(a Csmmi9472;2iuteramsbutoiiHom-8sePa22 novgrDr Ma10,i#pemveurodns femmeshalod>s fi lasudéplacéesrce p ;!y Ma!ise 26; Psi, réalnPNmesuuésDnmignumiadn eouro(mtl1rocojuueic>3surprpul&lpée casDeeedéteruiéedprmveoiiveié cvau ée3ebaassuuerogàeiasurntdic j1 (jiqullàuchaeesip, u28n>aprmveouerce p ;!y Ma!ise 26; Menereà blarf(r2processusCdsiformalpéecPnp">3Prl s iNalpéei> aaie1iaL e e7e3PNHrce p ;!y Ma!ise 26; R fuser ère la impunité eouro>D,uoClauda Duvalirra,up&#jeqm&rentoyiesouisse"êuueijugé et3 putamneueCia mdé pts oees csimes,cojuuei">butoiiHunelidé p, pélrésDsoudis2;2;fgemerce p ;!y Ma!ise 26; Melp">ei#puf339;uvréagn3trlvaslDdaemér (rg eeoaère la honn s gdet viclemesadei agticlaluuelchBIro4 Il n&rosnliri3csmmu ms, ucnt ma; recED mi> y Ma!y Ma!ise 26; Appuyrruetarenforcer lasuiu iitulpéeDedémoc ytiqulPNdu deysoeé3lmtl1rocojuueicespé ytiqulPNdbacor-uptionrce p ;!y Ma!ise 26; Assuuerogàeielus gaardeicoérdinmlpée ddspérojeésidae-e pu iuuctioneeti"nidévelopneer -aat pocat actes sipd ricsaetidsivésDarfe3sociédeucivileuhaïtaeendrce p ;chBIro4 Il n&rosnlirisoNalpéesnUuies ma; recED mi>-Prin/re Gahry Mathieuère 26; A mdé>ro(>3MINUSTAHeà r pun;îtreasa3-eHPoan filsté dasblls dmi8ench er - daelère la épidémidid>o holésa etaàCl flira< e cnmmi9472;2p, ranetie de rmi82malpéesrce p ;!y Ma!ise 26; Exixin ee3h>3MINUSTAHequ&rentoye larcsmmu i ce pd ri cemené3ss oce3stivi ddspérocéduuésDimpl leait ees soldaés rapatriéscet v>s érocèsuiuilpésiàCcnuroencojuue,h /p , tuidael>3pol t les/dsirelésaic -zérorce p ;!y Ma!ise 26; R pmmandero(ère la emendsrr - du Slalus ofuFoices Agreeer -3ejuueicespNalpéesnuni>spetiledgades eer -ahaïtaee,pPnpmandèrlià cnntrli, réalnPNsoldaés ee3h>3MINUSTAHe-eHPoan flesnde viol le IsedesedPbrés lpu">butoiiHom-8sàaêuueisoue>s7àoddn eoursuipesDpevantagn3tribuei> de dPbréocsmmu gdasbllsor deysodère la origindlchBIro4 Il n&rosnlirio4 Il n&rosnliri/a2is,goctoDr Ma12 y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàs LES POSSÉDÉS DE LA PLEINE LUNE -Ph3>o4h3deCrgain ligàs>D,u-Clauda Fignolé -Ph3>o4h3deCrgain ligàsprmfiEr da Yvàs Ch ela mh3>o4 Il n&rosnliriuip,uoIl n&r'snli_document_1536 snli_documents snli_documents_cetier' >o4img src='local/cast/-vigl/tl1s/L220xH336/iodeprssiddn_web_eec1bad00de7fd1a48dfb38e86d06a28-2e301.jpg' width='220' height='336' aeli="" style='height:336px;width:220px;'oIl n&r'' /> map,ua!y Ma!Lsie3gaardeitrilogis dei>D,u-Clauda Fignolé L asnui n.deeé.eine3hune,n">2p,tipeovsmhsides Ab3e>sèr>,nmauvaisPacnu s,nrmvèléalnPNhuneinshen3p, péluel"c3terueiet v>s hlful1its elde - soudi agsé heresmrset v>s cyclon>s.iuiveau deCrgain ligàsAgm3or ma; recEDeoursuip"< 7eoiss2;2borgl/ère 0n lébe u;iuiveau deCrgain ligàsViolrtta ma; recEeesf ay"ureuse.d>D" ère daeau Ati"ni aunui ère 0n lébe u;iuiveau deCrgain ligàsLouiorfismr ma; recE,nressismrssa hlindDet3s 3veogeaice... Las sisoitsésenmêlendaasxdhrntoiadssracnntéssoéiro(rsagaards-mèads, "nigénér lpée eeegénér lpée. y Ma!y Ma!Àdnartir dufiaD vgàeisimpléo hronilesnvsmhageois>,n>D,u-Clauda Fignolé brrssi,oengjosa -aat pocère la humourodput mon(rsaregv uues,a< e cnsmogreie imaginaiuétoù3sln; dradveoiél>3-eligiée vodou,ocat a. t -ucaees mytt/sidae¬">butoiiEuropeaeti"ni ère la Orlart,ev>3s lpue3veoger>nu>/d&rentoy< e sociédeuoù3sègn8 - v ère daarfulraireoesécaucor-uption.uUndmeidtDréinvtntéadeudi aglu s éde"">3lunrset v>s vapeursedeCcndro8ESalcoél. y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/a2is,gP.php jours.Er,n8goctoDr Ma12 y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàsFédéralionpcnt ddsélagudssdes dPbrés lpu">butoiiHom-8s(FIDH) y Ma!Rfs>au nalpéei> "nidéfense desadPbrés huneinsh(RNDDH) y Ma!Ceip">euf338;cuméniqmenPnrcDPbrés Huneinsh(CEDH) mh3>o4 Il n&rosnliriCsmmu i cé deeé esmr y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàsNoshorp">Da le Isedbmandeoiél>3fie ddN">butoiiimpunitégdet viol le IsedesedPbrés lpu">butoiiHom-8scsmmi93MINUSTAH mh3>o4 Il n&rosnliriua href="http://www.fidh.orp/Nos-orp">Da le Is-dbmandeoi-la-fie-1 262" Il n&rosnli_out">http://www.fidh.orp/Nos-orp">Da le Is-dbmandeoi-la-fie-1 262 y Ma!y Ma! A" ère la occasionapu r godesleP8Ljandusnel ;tideC(>3Minurn,nd>soNalpéesnéouro(a Slabilss lpée eeeHaïtaa(uiveau deCrgain ligàsMINUSTAH ma; recE)cqei aufiaD vastèveiePa15goctoDr ,écauFédéralionpcnt ddsélagudssdes dPbrés lpu">butoiiHom-8s(uiveau deCrgain ligàsFIDH ma; recE),nePaRfs>au nalpéei> "nidéfense desadPbrés huneinsh(uiveau deCrgain ligàsRNDDH ma; recE)ceé2lnpCeip">euf338;cuméniqmenPnrcDPbrés Huneinsh(s méc">Damdn eouro(mtl1rocojuueic>butoiiimpunitégdet viol le IsedesedPbrés lpu">butoiiHom-8scsmmi93MINUSTAH. y Ma!y Ma Ces lprndèrli-unéss,nh>3MINUSTAHeaadû frs">DfiEr àoa. iiridt -llég le Isede gaavàs viol le IsedesedPbrés lpu">butoiiHom-8svisditodes mgrDr spdpusonsp, u28n>l, y cpmpsin.de violrrc sisexue las. Sid /p , tuidael>3pol t les/dsirelésaic -zéroeé ônéinéiro(>butoiibutoiiuIosuivi judiciaiad. L as-asusrhcas sbnt3sosp"demtu"ésDimpunis,fsbrt iercniséfaip"eère la o jetede eoursuipesDpevantades j1 (jicle Isemomitmiadn, aboprissdié3repr ausmlus àoddn sdiclpéercjiscipldnmiads. y Ma!y Ma!Piroasmhsor ,as ère daiesAsppme ti1n;nadeCrireer -pdémonpréoL e ère la épidémidid>oélus deo7000 é, u28n>s,pa l sotyuséinéiro(>butoii-bsencsadère la iuera uuuctuueseselidmiadsssuro(a basdpPnp">3MINUSTAH àoMiadbelaiP,scklle-ciucnntinul7àoni>rCsaa-eHPoan filsté dasblsoo a marilpée,set v>s viclemesaaufiaD vona reçu"aucuneérééir lpée. y Ma!y Ma!FiEr àoce c"el1xfiad>butoiiimpunité,al>3FIDH,nePaRNDDHeeé2lnpCEDHsa mdéltitileeCnu s3MINUSTAHequ&rentoye larcsmmu i ce pd ri cemené3ss oce3stivi ddspérocéduuésDimpl leait ees soldaés rapatriés,h /p , tuidael>3pol t les/dsirelésaic -zéro, etaàCr pmmandero(ère la emendsrr - du Slalus ofuFoices Agreeer -3ejuueicespNalpéesnUni>spetiledgades eer -ahaïtaee,pPnpmandèrlià cnntrli, réalnPNsoldaés ee3h>3MINUSTAHe-eHPoan flesnde viol le IsedeedPbrés lpu">butoiiHom-8sàaêuueisoue>s7àoddn eoursuipesDpevantagn3tribuei> de dPbréocsmmu gdasbllsor deysodère la origindl y Ma!y Ma!L>3FIDH,nePaRNDDHeeé2lnpCEDHsa mdéltitil>3MINUSTAHeà r pun;îtreasa3-eHPoan filsté éironégligrrc tdasblls dmi8ench er - daelère la épidémidid>o holésa etaàCl flira< e cnmmi9472;2p, ranetie de rmi82malpées. DaPNmesuuésDi#pemveurodnérééir lpéesacoll5a1iv>spetiiudividue/i>s,naie1iaL >butoiieipemveurodère la iuvtslpnuemeits enaiuera uuuctuuesedn taapeger - ddspeiuxiceeHaïtaapevraslnt3égallmlnt3êuuei rirds. y Ma!y Ma!A" ère la occasionap ère daentretaees at podes mgrDr spduuCnu sbutoii-asusrh-e pmnel ;te Isedeudi age, upectpveapu r godesleP8Ljandusnel ;tideC(>3MINUSTAH,nquips.Elutitil>3diminution depsteacontingr - momitmiadpeé2lnprenforceer - daesaicoérdinmlpée at poc>3Prl s iNalpéei> aHaïtaeend,nquippevrast3êuueieeomesuuétdeC(mtl1roefficaca8Ljancojuueic>butoiiius t1 (de. y Ma!y Ma!Csutacteé esmrulièrejeuiveau deCrgain ligàsArthor Manet ma; recEe- Tela,up&#je+33 6 72 28 42 94 (à /a2is) y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a-goctoDr Ma12 y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàs Espac8 pd ricset re pu iuuction d ère daHaïta mh3>o4 Il n&rosnliriéa uiveau deCrgain ligàssnuma; recE y Ma!y Ma-Prin/r Il n&rosnliriL ère daespac8 pd rics pun 1 neouro(PaseIsecsmmue eeeHaïtaalss russeencorDré1ondère la l hages, "nigir gésDimp3vieodeuloflsortroparrepr asmhsor Hqe8schezaeux. Blarfetiendu,scksxdqeeaa monnsmm IPNaujnordère la huiééeyseudianisédeouisi(rectempnldééeyseuéP,scké,l ;na qe ère daies re pu iuuiseit ees campagl/siruuelesh /pplei 7cuf339;ur deC(>3 apòe ee. DésonmaiP,soIdéepr diad qeae/.php jours.Er AsppeC re pu iuuction p, ranetie,nmaioneC taru3qeaevsmhsiruuele,edeudi agmesuuétoù3vère la ex dendns campagl/siaufiaD vapjamaioncesséédeouisi(>3fie du XIXeisiècle,set aufiaD vascélè">eau furcet àpmesuuétL e e7eeysos ère dainmtallnpdasbldns csisesiirl t less et éscgomeL es. Que3saraismr-p-éesquardodaess croîtpdns cataa; rph>iinaluuellns (séism>,ninl&talpéeP,scyclon>s) vs (CEnt3s pmélangercàeces csisesrce p ?a y Ma!y MaN monetons3vu j de18Lja comblnt,aàpc>3frvcsrtduouésa uueNmajcsrtles/reeiduu12 janvdereMa10, 3repr cc qmn/sisi&iiéouoéi&iiéperç1ecom-8spd ricsa l sorapideer -3eansystérytiqulmetieoccupé,aau e (Rtpqme3v>3vimhsideC/.php jours.Er serD6&iiére evstrol ère daestocadesfinsla depsteaurbelidé. Coublnt3donii o,nser éouoreo,nser l ère daespac8 pd ricsdasblls c"el1xfiadael>3-e pu iuuctionapost-séism>,nousmlutôthdasblls e3-e pu iuuctionrce p ?aEé3repr dufiaD vabord,ane/silèv>-a-éeecpishqee eeesCmaletiendus qeiaplanené3ss oce3ceic pted>butoiiespac8 pd rics (orsqe&rentoyo#pAsppeordeuà aufiaD vyetoirCriee d>butoii-asusaL el ère la espac8 physiqululière? y Ma!y Ma Il yeap< e hrntoiad adael>3dégaad&lpée lpu" ère daespac8 pd ricsangoniéinéiro(siregretdeuerchitect>oo tlali/.php jours.Er qmn/s5 prmiipipeovercasaadmihédic com-8svil6loduofasp"de sonsiucap c(deuà gérer l ère daespac8 eipeonclpéeadael>3démogaaphit. Pourtaru,3ejuuei19463ean1956,C(>3 apòe ee"offrait eC ereagàeiimagende villliat raydiée,éeba l(Pacpmptapenml-8snarm7ecatpmesmhsordssdestinmlpéesCrepreséiqulPNdbaca Cir ïbd. L frniséde mrrudippblcetienrs">DreesDdeurepl1onlasu eust/s3soci eesipouvaslnt3sln; ,cojuue ovemsoircet v>3dimanch . l (Enc qm&rentoyiescojvrr - pmmédiaeger - ddpal8ielerr,pcufiaD vAsppe>3s t1 (deuduglicsnau double niveau e&Abron eer -i> (absencsaddNéollulpée)ceé2vòe eo(pasnPnakidns ming,pPnpbraquage niéde mru"treeà répétilpée). y Ma!y Ma C#171;! Aabaàdnartir d1Hva8tirrcsrtduvalié (stkoL e ère la oo comblncehàdfui oees espac8sopd rics,pcufiaD vAsp-à-diad qeaeves espac8sopd rics comblncent àpsen;aréfi r. EC revanch ,ésousi n ;fgemeid>oD,u-Clauda Duvalirr ma; recE,soIdageulavstroé,l ;na qe8 eeesCi-unéss ic>butoiiimpsinurn,nd&rentoy< e libérllsna1eée,nmaioncklle-ciusisi&iiéorlartéeneouro(Pablar-êp">Dd>butoiigàeiminl (dé,aetlls c"elra ueoéi&iiésaisissdié3ot pocat mi>nqui>fuyaslnt3 , utlauF(orid1Heug"esaî"esaBahamas.fDasi "enml-8stempn,nlnPNbidojvrllésiàeicessenp"daagrassirsetpdecsenmultiplder tardis qeae/.php jours.Er devrr - éep;à"é,u ckoL e a mon pun;iss IPNaujnordère la huia,up&#jel ère daengorgeer -,al8sooccupmlpéesC-uarchi cen,nuDr fuckoL e seroit ees campPNdba-éfugpésidu séism>,njeovesxdéirlin ee3h>3multipldcalpée ddspespac8sod nnoI-dPbré, qm&rentoyiessufiaD vaginu>/doniides qmaruisrs é pul&iuésDcsu iitués enazonssus éiréss (Ddeurypgi)ioù iepAsppdangereuxedeCs pdradver (v>s hlful1its csx-ml-8afdeeces espac8sosoit ees esides bidojvrllés,iet qulecesseraip,aie1iaun j de1n; dourodpuj de s , lésDpauv">sireps1n;naocat a.ac8sodère la où iercéi&ir -3eansoiséAxcluu. Aev>3vé (dé,ackltsusoi-disdié3j de s feaba< opuro(Purae,éear"< 7espac8 pd rics poia êp">D géré,pcufiaD vAsp-à-diad 3légiférénéiro(>butoiiÉt;tàesousipeind deasorDr r dasbll ère da-uarchieaeti"nidéener,(ibraacsursnosxddouvoirs des gangs qei,h /pfie ddNcpmptt,ppsivatDa>ru3ào(sor drofEé,Er qmn/pevrast3demtu"er"< 7espac8 pd ric. Rev ,éesCào( ère daaccsptiée vé (d fle lpu" ère daespac8 pd ric. L>3 cenlpéeadael>3s t1 (deuoL e a monetons3siluéé"osiebutoiiêp">Dterueneouro(>butoiiuIoddspérésupposésedeCbasdp ào( ère daexesé>.Er ed>butoiiuIoespac8 pd ric. Pourquoirce p ?a ParckoL e Er qmn/earaceé (spu" ère daespac8 pd ric,2cufiaD vAsppee"(ibraaeccèspPnpt mon(rsacieofi#siàackl espac8,>cufiaD vAsppt28c unoespac8 qmn/mandeiné> et égonis silsicieuseer - méeadPbréodère la eccin.6ibraaenat2ul1Hs t1 (deucom-8scieofi#iàackl espac8.gPaux svisdito àd frs">Dpasmrrides flsxddndro8ESopini Isesuuoees é cblèmtaf eic rnl30"">3via daecaucommu ms, uouidael>3nalaée.uL célèbre socioeoguenaon mard,iuiveau deCrgain ligàsJü g8i Hab, ras ma; recE,ésoutieru3qeaev8 pd ricsen3 cenlpéeadael ère daespac8 pd ricsnufiaD vAsppriee d>butoii-asusaL elis On lébe ulaot2talitégdet cieofi#srce p o (; . y Ma!y Ma J de18Lja, iesae éepr exesé>red>butoiiespac8 pd ricssoudiuàsuticlaluue,nnoIoélus les/d>butoiiespac8 psivé.uTepl borfticlal s sufiaD vagac8 rapideer -3dni aupsolifération deasmtdiaonstusurrepr duglibre dévelopneer -apugjos nelsnmeddndro8ESopini Ia,up&#jeuIoseul leotidaeeoamn suffit,a< e seule rsdioDet3s 3prodsi=chaindide3déléviurn,,niesamn fiuppme ti1nirDsoudis2;2c"elrôhsij dqeeic>butoiiimaginaiuétdese ieofi#s. Lat rasmrrD6l8LjaPNdba-es/dsvroit êp">Dcnt3difficulteuà obi1nirD e dPbréodenfonclpéener,ncat écolen,nlnPNuni , ustéscet v>s enuuePNdarcsnféieiErsnalod>scinéry ère30;sa tsoisééan eouro(mi ddsplieuxedeCdiffuspée ddNo,nsée"(ibralébe u;iDr f, ">butoiiiudividu naejtsit>élus deocagmoi, reoeutcgomer. OIdu>/doul1Hqe8sl ère daespac8 pd ricsne éepr êsusaL >butoiigàeicsnqmêl1eà ravivercet àp pu olider ucnntinulon meit,éear"im risqullàurepr roer - deCbascul r dasblckoL e Hab, ras a mdélt ">3 eitilpéenpanoptiqul, niglifia.é3éirolà cesrepraev>3vieoslndéaoun ésousi >butoiiuf339;iesc-uniba6loduoeouvoir.fDis-moi deCqe8 7espac8 pd ricstuidDte diaaisren niveau d>butoiiÉt;t de dPbréoeti"nidémoc ytidl y Ma!y Ma!ECisomm>,niesae suffitcpishqe>butoiigàeivillliait ddspespac8sopd rics psin.dasblls seIPNdbaplaces pd ri cen,pPnp erulies (ibran,pPnprursnalod>s rottoirs dfuengorgés. CtMo>s,oces espac8sodemtu"entiiudiso,ns fles, iercformrnt v>s iuera uuuctuuesedn l ère daespac8 pd ricsprodsier - dit.uCtoL >butoiieabaàdvras diad " ère daespac8 pd ric,2cufiaD vAspprepr àpc>3foionces iuera uuuctuuesealov>s flsxddndro8ESopini Iseqelsa tcessenp"dndro8ESalsment>ro(>3vieodrl t les,ieteqei érocèdeoiévirtusleP8Ljandpu ère la enserD6lodespcieofi#s,urepl1oncCrgaesealorepl1oncatégorlas3soci eesicsnfpudues. Lat iuera uuuctuueseserverppt28c enat2ulierCcndro8ESAxdsinurn,nd>ap ailpéesnli , uesssuro(a vie, cère la hrntoiad ep"eère la orlart&lpée eclue hsideC(>3n lpée. y Ma!y Ma Coublnt3doniiexprilerr"qe&rentoyo#ppuisse"éa lin ee3h>3re pu iuuction dba/.php jours.Er,aseudiqe&rentoyo#pmkltsuào( ère daavant-posteicespé cjeésiqmn/eeic rndnr dufiaD vabord ">3 ell5a1iv(dé,acufiaD vAsp-à-diad cksxdqeilleiap,rmklts - daes>butoiiiorruifi ruetad>butoiiavstrouIosentimeit"dère la a mari1n;nEr e( àpc>3n lpée), ddNcpmpsi, réales,iml-8ss ère daiesAxesé>fdnrcjispaéstésasocio-éscgomeL es, êsusaHaïtaeeoàufiaD vAsppnaNCanurmil fle ào(>3eosilpée d>butoiigàeiquasi-etheie (ucom-8soIdéouraapenêuuei"e ère la etheie Ha821sa,uouidaelère la etheie Baka),nmaionào(>3eosilpée d8scieofi#iàalère la égal ère l1;eau niveau des dPbrés fl&tamentasx-pPnpt mon(rsa-asusrhcieofi#siduoeeys. Pr gonblls cas PnpMorn8CàaCabraaeti"niC-uaanaiJsdscis -lléCàaCauaan (suro(a repraedes Arcsdins) eiqmêl1roat pod>butoii-asusrh hercheursnesuuoeeuroiimtallation dasbll>3zons, j>butoiieipsuisasortilt2tallmlnt3abasnordidparockoL e j>butoiias observé. Lespé cjeési"niC-uaanaeti"niMorn8CàaCabraaoié3repr ( ère daairad>butoiiêp">Ddespé cjeésiqmn/eeisesé>nt àpsendébarrasmrridesc8 qmn/Aspp pu iitueeuneégênr. OIdyedmiouvréaseudipeind gàeiabsencsat2talladère la iuera uuuctuuese(eau, électricité,arepl1o, r es, écolen,n enuuePNdarsande,"de oioirs,NdarcsnféieiErs,ndère la lcolen,netc. OIdcomblncehparoé cduiresddsplogeer -se(cufiaD vAsp-à-diad des alvéolen)a< ope1ecom-8scksxdqeeaeesicslonbloffrai>nt jadionaux escCrvàs uasbllsor is On lébe ubnntérce p o (; -,ppuisdqee eeesCdestes siimp3 apòe ee. Au fl&t,oL e seraismr-p-éesat poc>3pol t les/nalpéei> ddplogeer -uouieC ereaat poc>3re pu iuuction dbt bâtimeitsopd rics doitin2taublnt3eeoeelaiPNnalpéei>rce p ?aPr gonblca darni>rCcas.fIlDao( ère daavantagend>butoiiêp">Dflagaart. Or3éeec herche /p e tCc 3preuvetL e e7eelaiPNnufiaD vAsppnaNCl 3prodsiédeupsivédid>o eleiaqei,h /pe/Aspp ,nséeêuueiuIoespac8 pd ric. Pourquoinsasblaucuneéjiscunurn,not pocat eic rnése(qelsa tsoisééan ls e3sociédeucivile),is#171;! enpal8Lt-ée àddbt ONGdouisimplémendaasxdÉt;ts-Unisrce p ?aP,nser l ère daespac8 pd ricsne éepr doniiéan êuuei;éduir àpc>3seule pu iuuction dbalogeer -seéiro(rsafresmhssrce p ; iessufiaD vagilod>scréérelese eitilpéesnd>butoiiuIoexerc s feffectpf deC(>3 ieofi#neteuà trlv, utddsplieuxesuscsptiflePNdba-enforcer laélaee3soci eeéiro(rsacsmmu icalpéediqe&rentoyiercfmvorDa> -3ejuueicespiudividus eba /tretlat anuoci;te Isedeoc>3sociédeucivile, etedoniiéiro(a focalsna1eée de3h>3re pu iuuction suuoees cenlpéesirelevantadelis On lébe ulaochots pd ri cerce p o (; i( écolen,n enuuePNdarsande,"cinéry,"circul&lpée,nsallePNdarcsnféieiErs,pespac8sod nrasmrrD6l8LjaP,omarchés,pméeu8LjaP,ojardin pd ric,2etc.). y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a3goctoDr Ma12 y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàsHapei-Pol t lesa,up&#jeUne ééri dendère la lbullilionpcndinuoci;blladère la uneéréflAxeéedprofl&te mh3>o4 Il n&rosnliriPa uiveau deCrgain ligàsLeslae Péan ma; recEe* y Ma!y Ma!Soue>s7àouiveau deCrgain ligàssnuma; recEiePa1 er octoDr Ma12 y Ma!y Ma HaïtaaesppeC é.eine3lbullilionpet3peua-êtueNàél 3veil6lodère la uneérévoltsue pul&iué. L>3gaardeimandeinéa1eée duaNordndud273septgrDr miouléCa ieluutréo( ère daexesé>.Er dère la uneéconjoncluue dn csise urmil irlià cklle L e e7ehilosrph> -uglaiPNuiveau deCrgain ligàsJohn Locke ma; recEhdmfiuinumippeC 1690ecom-8sis On lébe u< e rébemhioneviurbl>,nou , t> et éeCréatie [1].rce p o (; iÀC(>3 apòe ee"P.php jours.Er,nePa303septgrDr Ma12,nbrandissdié3ls carren repge niglifia.é3l>3disqualifica1eée duae3nmignuité deCcndro8ESAxdulse;sdup erulieodrl t les,ia. iiridt msmhi, utddimandeinéa -secsiai>nt ,nfòlDa> mi>n(Qm&rentoyiesleovesil6loouinn,,niespoia nartir) [2]. L>3emeit uiveau deCrgain ligàsCrvaCrgae ma; recEhe0"ero(>3 eelrajicle I é s.Eipole at pocapenovstroebsolulpst>o3Chamdélt ma; recE,éstusurrepr 6l uiveau deCrgain ligàsCap-Hapeisn ma; recEooù3 raisCmandeinéa1eéercniséeu7licsndsouisi(rD133septgrDr at podes foun sescandantades csin.de colèreaeti"nidfueHPoir.fAsmhsor ,a">3;éurntdic sufiaD vorp">Dad. Cojuueic>butoiiarfulraireoesécère la iuj de s fd>butoiiuIochef d>butoiiÉt;t qelsaagendasbll ère daimpa(dspliba tés pd ri cen,pviolrCl 3prodsiédeupsivéd,ecom-8scufiaD vAsppee"cas at posée voiurIolimi; rph>,nePadocl s uiveau deCrgain ligàsA, réiMorno ma; recEo[3]. Réacle I é éviurbl>,n(rsacieofi#siiuvtslpnuent v>s rursneourodiad Née. T mon(rsacieofi#sialorepl1onlasu eust/s3soci eesisoisé eic rnésulièrejeéa limentaiadP,ojuges, com-8rçajaP,oéeyseud,nou rd>rs, chômsor ,aetc. T monpsi,nenp" agearoleneourodégonis oengchuf339;ur (rsaforfaspur spduuuiveau deCrgain ligàsCnu snt àpves/d>butoiiuf339;iel y Ma!y Ma!L>3diaopor aa-édo, uiàacklteilevédNdeCbeushi, utat poc>3mandeinéa1eée teruenle mrrcredi 263septgrDr pevanta6l uiveau deCrgain ligàsBrooklyn Comhsgd ma; recEDà New-York. Lat mandeinéa1eéercsonp" agereuvetéiroquasusaL el e"eeuplea>3retiréesaiconfia.cé"osigades eer -. Lsipeupleaouvréagaard lePNdauxabranlet3comblncehàdexixin sée dénartieourptradver saadmlivsaic .uCtoL eod>butoii-asusrhlrajuiseit éiro(sislogansis On lébe uDmlivseroouosendésesé>rrce p o (; . y Ma!Ledgades eer -a /pplace nufiaD vAsppnaNCàél 3haul s gdet défii deic>butoiiheur .uSes mgrDr spsdNcpmporfija combl deivulg&iuésDp,tipsejtsinues sisaess eiscaees feti"oit ees seulespéréoccupmlpéesCeeisesé>nt àps>butoii-muser, àoboire, àofornilerr"et àp portroees carnrvaCs.fDasi "a csise éscgomeL e"et fins.Eiè">Dcnt eclue hs,toù3vesigades eer -utddspdeysodéeites simènenba< e pol t les/d>butoii-asté (dé,aledgades eer -ahaïtaee augmentéaseudies gogn>a(dunorDr tddspurI t1 esealoporfifesil6lt ms>DatsDat esealovingtuSec-l iadssd>butoiiÉt;t osigades eer -nuiveau deCrgain ligàsMirbelly/Lamothd ma; recED(sbrt gn3t2talod>s renté-huir mgrDr s)Da>ordiqe&rentoyieDaufiaD vyei#pavliu3qeaevsngt-septésousi eleiad>ooDatss renté-huir mgrDr sneours< sue pul&1eée de39,9 msmhionssd>butoiihlful1its, tardis qeaeledgades eer -afsaiçaionas renté-quasusamgrDr spdi3igeaita< opeysode 65 msmhionssd>butoiihlful1itsl y Ma!y Ma!uiveau deCrgain ligàsSupsbutoiiuIouisrs ls dmficit pd ricsdeiquatorze msmhe-msmhiardsedeedomhars,fsbrt deiquatre msmhe-msmhiardsedeedomhars sor 12Ceudiet3coupgi( ebudget fédéraé pts oMa12edee38 msmhiardsedeedomhars. ECiFrdic ,tfiEr auaes ms>Dat esej dqe&rentoyee 2016,is2;2c"ecuraerunFrdiçaisCHomhande esf alléCmlus loi, ebaaedsoposé,as ère daiesAsppéluaes ms>Dat es. L>3eesuuéta l soadoptéé"osieDat esede sonsquin ceneiti(rD17dmaioMa12.!y Ma!ECiHaïta,ncufiaD vAsppe>3eol t les/du ga limhage qei érédomend. L espà New York at pouneéjélég le Iede septémgrDr sp[4], tardis qeaelaéjélég le Iehaïtaeendi puduipeoéiro(sie3ne r sserD6l-p-éesnaNCàégàeia dqueneouroees;isser ddsp,a< e eicrolerrieeqelsa tvepr pasnPiadlsoiunorrce p ? Une mandèrliin eiscaeefiad>butoiiaffich>ro(>3dsopenueolDau ga limhageulière? y Ma!L>3beushe esf beushéinéirouiveau deCrgain ligàsEdwi, Zeeny ma; recE,éuIoséeites iduoeertilel, qei crast/Dau vss&geadugjugesuiveau deCrgain ligàsBob Simones ma; recEhee luips.timanp"eère la ordadédaesaelaébeusher [6]. SaesCreprner,eutcs iduoeot,h /p oulant r dore osonpcm&geamulâtresé>fet rev ,dilerr"< e is On lébe usups3coupgiAsppn.eine3at poundgades eer -aquipapièsp16gmoisaau e ovstroAspptéjà émasmhé deCmésaveoi1 eselnPNunet a. t rée3barbarieoesécausauvagrrieesoitiaux pmmandes at pouneéflagaartepabsencsaddNlucid(de. y Ma!y Ma!uiveau deCrgain ligàsLeDp,tipdeCrnaau e ovstruma; recE y Ma!y Ma LeDscandaleiAsppnarrepr ea qeard iesae lufiaD vAsppnaN,2cufiaD vAsppee"melaiPe. L ère daé heciduoe,tipdeCrnaau e ovstr vrr - enet2ulie aosxdaboisnqui>fuyasa combl age,steiceiregroupger - masearad>oDat etsoipdappradvé,aledgades eer -aMirbellyCa imposéogàeitaxe (és, unovol p ytiqué éirogàeicri cendoit ees mgrDr spsdNcpmporfija combl desigangsters qeiao -ofasp"me tCbasseusuro(ère la Ét;t. y Ma!L>3cri cenau e ovstr aufiaD vapnaNCaei>yséCcagsilualpée deic>butoiiasserD6ée"(égislalavàp pmposée eeomajo (deud> députés frauduleuseer - éluu. Com-8sePadip"eère la Da le Itdu PeupleaeeoLmtl1 ma; recED(OPL) dasblsa lprndèrliAdr>nu>/àpc>3n lpée, cklteiasserD6ée"(égislalavàpregroupgsis On lébe u< e flopéendère la llus issusCdndro8ESél5a1iéet aréebutoiihrntoiad deeces renté lprndèrlt -unéss,nsousi >butoiiarfulrageascandaleuxideojuges électorosxdvéeiux.rce p o (; iLeDp,tipdeCrnaau e ovstraaedvau é têl1eb;isséeidasi "a vstsi raiéinéirosespérédmignues s. ECiayant r csursnào( ère daach;t deasvoteutddspde limentaiadP afie qeaecks darni>rasvotentieourpsonsPDat e, iessufiaD vesppeCfoncé dasblls piègliinfsneoursast/ter"iudéfiuimrnt v>s voteutnmignumiadn eouropasmrriees moi, res lois,a6l enovstroex t1gafacreuse.chaeesijourpsaot2mbelet3comblncehàdenacreuserieourpsesacollaborites siddn eouvoirs (égislalafnalojudiciaiad. Sa lprndèrlidmiouv, t> a l solae-e sursnosxdarusnéa1eéercarfulrairesod>s renté-sixap, u28nalitésiirl t less doit ees avoca1sil ma; recE. L>3tert&lpv> a mvor sogrâc>/àpc>3r5a1ilude3du cpmminumiadédsigades eer -nuiveau deCrgain ligàs>D,uoRendé Séeitus ma; recEhquipaeeeyéc herCcebaacte ddNcpurage. Lat él5a1iéet aouro(Par godesleP8LjandusSéeitaaufiaD vona éan eu7licsnosxdmihédic s fixéesede sorfigqeaele7efdsp"duochef deo(ère la Ét;taledgaul -apugfonclpéene8Ljannonma/CddsuiusiitulpéeD. y Ma!y Ma!uiveau deCrgain ligàsLeDgades eer -aMirbelly,is2;2prodsi=eendmiuma; recE y Ma!y Ma Ayant pipeuseer - échoué,nlnoe,tipdeCrnaau e ovstr esf auaboprapu roun au. L ère daopnosilpée démoc ytiqulilufiaD vapnlacé pevantagnenaotonégalpvs,edeudi aqde la repr 6l meidtDp, d auamoies"uIeoéiruisNdarsa mi9<,neours< 7gaard jcsnà somm>onosilpvétoù3repr 6l meidtDgagl/a,up&#jela7er.fDasi "ens pudecan de figure,aledgades eer -alei-ml-8snepr eC ereasen;ast/ter"eeedémi9472;nart. CufiaD vAsppee"choixiqe&rentoyo#-ofasp,ecks darni>rastempn,nuiveau deCrgain ligàsSilvio Ber. t pui ma; recEhee Italiehe0"uiveau deCrgain ligàsGeorgeiPapa, réou ma; recEhee Grèc .uQeard cndro8ESAx t1gafane éepr a. t cor-ompsi at podes envelopnesaboprré1ondère la argr -,niespoia sln; ,drsuào( ère daévcorrs a,up&#jela7eiruisNAspprerms>é . y Ma!Sigl/odes tempn,nlaue pul&1eée desaCayrsiandmjà mandeinéé sonsiueifféieic>DfiEr àol ère daargr - envoyénéouro(a cor-ompsi. Hirr,pcufiaD véi&iiécklle du Cap-Hapeisnaqei,hle 273septgrDr Ma12,ndpun;ip" agereuvetles/raeeoàe3vageluu. Com-8se ère daé (dnbutoiiuIocay"uflet àptousi esxdqeilcroieru, enet2ulieppnarrepr,nosxd , tut -uAsphfuc&naàsialoaphrodbutoiiargr - [8].rce p o (; !y Ma!Lsiebutoiiéesandmi821é>/àpc>3sociédeuhaïtaeend. Guerusaduoui , lpnuemeit carnrvaCatqdehquipaess oce3ceup a mareublnt3réu947emaionqei,h /pfasp,ea pipeuseer - échoué. At pocat élémeits eeomajo (deuseudiac-upulehquiplàp pmpose -,al8dgades eer -aMirbellyCastis2;2prodsi=eendmi. Pour gnumyrridessorti iduoeélri,,niespoia comblncer derorésesé>raàpses2prodsis édlse IP destuuctriEsr. Pourquoincndro8ESAx-ms>Dat etdaecauJ de s fuiveau deCrgain ligàsJosué Pderue-Loui ma; recEse(cpunu aouro(Pacsimendère la arusnéa1eée d&rentoyuIode limentaiad eipeonclpée)iin ipe-p-éesle cpmminumiadé>D,uoRendé Séeitusaàpenvoyer,eu cabinet dugjugesdère la iusiuuction dba/.php jours.ErnePado947rridesmandpul&1eée desafl&tsopd rics par Matameela7eobutoiiéesiesAxesé>fbaee aupseie du e ovstr uIeoéquipendère la artiseudiduochaor. Paradoxan meit,ée#171;! Aabackoml-8sJosué Pderue-Louisgqeaele7especlue hss esstsffraic s e s&uu;it>él irlià p, u28n>.fDasi "enbranlde fer qen/s5 jnoea /tretladgades eer -aMirbellyCat l ère daopnosilpée démoc ytiqul,a">3;éPoanloduoeouvoirsne éepr êsusaniecaudémagogis niecaurhépo (qul. Le7en(1690),nUni , ustéédsiQuébec àéChicoutimi,iC-uada, 2002,np. 139. y Ma![2]Nuiveau deCrgain ligàsAmélie Baron ma; recE,pis On lébe uHaïtaa,up&#jela7colèreacojuueicedeouvoirsgagl/a/.php jours.Errce p o (; ,p,a1er octoDr Ma12. y Ma![3]Nuiveau deCrgain ligàsA, réiMorno ma; recE,nis On lébe uLtltrenou , t> osiPlsJosephnMirbellyrce p o (; ,p,a21 septgrDr Ma12 y Ma![4] L>3jélég le Iedomenicaindaaccompaglanta6l espéi&iiécpmposée ddNCe losiMor eesiT recoso (Ms>Dat etdas AffairesoÉ rangè">s)rce p ; G deavo Méetalvo (Ms>Dat etdaoc>3PDat etdas Affairesoadms>Dat a1iv>spell>s)rce p ; Roba to RodrigusznMirch>nm3(Dir5a1 s éde"">3Csmmu icalpée)rce p ; Migusl Merciddn3(Dir5a1 s éadj (RtpdsiDénartemeit"dère la Iuvtslpg le IeNalpéei> )rce p ; Ce losiParedeP, szn(anurséaru3dsiDir5a1 s éadj (RtpdsiDénartemeit"dère la Iuvtslpg le IeNalpéei> )ieto( eGener&l AtamsaCacer>n Silveat e, chef deo(adgaude momitmiadpell>). y Ma![5] Haïta/Nalpées-Uni>sa,up&#jeUne jélég le Iede 45 mgrDr spaccompagler&aMirbellyCat Lamothd/àpc>367easenurn,nd>ac>butoiiasserD6ée"génér hs,t,a25 septgrDr Ma12. y Ma![6]Nuiveau deCrgain ligàsThoras Pér hte ma; recE,nis On lébe uUIoséeites icrast/Dau vss&gead&rentoyuIojugerce p o (; ,p,a18 SeptgrDr Ma12. Vstraau947euiveau deCrgain ligàsWaot,a103septgrDr Ma02 y Ma![7]Nuiveau deCrgain ligàsThoras Pér hte ma; recE,n. y Ma![8]Nuiveau deCrgain ligàsDalyCValet ma; recE,nis On lébe uLtgeouvoirscombl hibource p o (; ,p,a28 septgrDr Ma12-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a2 octoDr M102 y Ma!y Ma-Prin/rh3deCrgain ligàsSe sussesrce p ! mh3>o4 Il n&rosnliriPa uiveau deCrgain ligàssDalyCValet ma; recE y Ma!ya href="http://www.n malenhapei.com/" Il n&rosnli_out">http://www.n malenhapei.com/-Prin/r Il n&rosnliriLs eeys3 3frim.fDuacreuxnosxd ,nsusr. Les rursns#171;! enflaublnt.iuiveau deCrgain ligàsLrvaCrg ma; recEhe0"aleiésnào( ère daheur nd>ac>butoiiac1eée momitmrt>oou , t> orui-MirbellyCpuaNordnào( ère daOcenl. L>3gaardeimandeinéa1eée deia. iiridt msmhi, utddicapois,ajeudi 273septgrDr ,acojuueicedeouvoirsuiveau deCrgain ligàsTèt Kalt ma; recE a mondit3L e e7ebutoiiaasus. Les se sussesiirl t less et ;éPri cenlsoci eesidaecks darni>rasjtsrnao -ofissuréij dqe&rentoyosxdfol ;te Isede cagm;is IaMirbelly. Raeeoàe3sera a. t combl ata -. Au e (Rtpdaesaedbmander 47ec t édificeorésesé>raiàCdat méuv>meits dfulabilss its répétilpfsaeti"uu;flesdod>s rèsaforteimagnilude. L>3e;is Iaeabaàdrevstr,fresiuuctuuerlet3cou olider dasbll ère daimmédiae. Blarfetiendu,ssipses2ayants dPbré ts (CEnt3àécausauvegauder. y Ma!y Ma!M.rce p MirbellyCsufiaD vesppe>s7ss oce3dos,ndasbll ère daimp3vieonalpéei> .fD ère daimporéa -sehomblsad>butoiiaffairesoeta-asusrhmodestnrcentreps1nsor ,aréputés béesCeieofi#s,uuéiro(si hantagenfiscal. Les catégorlas3socio-érocenurn,ne hss évoluéss,néirogàue pulsnmedbrousmh28oetahaulaie qeiadmvalut ">3 ein;issaes fetifasptdaeca3 eitilpéenmodestnCdat homblsaalod>s femblsaéduquébldns cCrgaesemofi#nes"uIomotif d>butoiihuniria1eée pd ri ce. L>3cCrgaeodrl t les,iairo(sira mdé s.Erssditodepses2fasflesaesealodepses2ta esealopiro(a pol t les/d>butoiiAxcluueée et s5a1aresé>feoursuivieodiro(sie ovstraauadmtri8Ljandpurepr cc qmn/nufiaD vAsppnaNCu;2c"e , lp rose. L>3e<>nu>/alov>s démoc ytss,néirocère la iusultsue, ranetie alopiro(a pcsrtle#171;! eng ,drs -ncespérocédésa-aso (dairesoanastroniless qeiateodeiséà f irliddsuiusiitulpéeDoeutcgomespetiiudéé,l ;naei deic>butoiiÉt;t des a md,dic>s dévoyésgdsiPalaiPNnalpéei>. Undvras -e srdneours< 7e ovstrasasblanurselsoci ee,hpol t les/eteiusiitulpéene hs. Washsngtée et (a uiveau deCrgain ligàsMin deah ma; recE ae s&uu;ieoiéêuueiees seulsdgaul -snd>butoiiuIomeid>o<-eHPoan flebellyCDatéiRaeeoàe3seftés eesi "a vlabilss ucntbutoiiÉOnosendtlts;ieoiéêàts rraàpsaul s gdebutoiihumblsaas gdet démeut, utddicl3frim.eourodégf,drsuà 7e ovstrasei aufiaD vlspptéjégilemeédasbll ère da-umtes inmedbaneagé(a/Cdansoi éinfficacaté éirttie aà-édo, ui atdéuatrer -3eansysbllbluff uxideoandes a pul&iuésD y Ma!y Ma!L>suu;éoca1eée ialoreansfa tilanbueésaeopérésdiro(sie ovstraaasbll ère da-umareuiljudiciaiad.ecks dmua1eéercaasbllss -pmmandesr -seéil s , utddnartemeit"axict ect revmlace eits dfsbllss -élég le IenosxdafintddimantrCcebat rébemhionevds rursnstad>butoiia,dicueru(>3 eelrnéa1eée doci ee,nigliee,nndro8ESAxmarrasmdeic>butoiiÉquipendèt Kalt àoboarfe rndno(rsacsmrpun;éspérocl&te tddicl3fsise L ère dainmpééir lpéesvds runaalod>s fasusrhmàanurumridesmaul sseonclpée)sd>butoiiÉt;t oerD6lods oce3d (RtpdaescoûtrCcrèsafherCcàcauRépd ri cenauamo-8steiusaL el e"roiimap c(deuà géener,(ds ru3seftés eesi "et défaiPNn;is Isnflesdolsment>rc>butoiiius t1 (de.vds rursnstadklle deCs ,nsusr.alod>s fHPo(deD y Ma!y Ma!Leard cn eeys3 mi82maoduoeoa,,niev ,dilerru;2c"angé8Ljandpu ol t les/etedu"dire,cpée,lls eades eer -ncédo, uéirodes f"angé8Ljanuiuspiniés debutoiihumblsaae3l>3disqribueeée deia.tipdrcenvelopnesa"sxda"têl1enleoéi -of"des fonssuséputéss f"anorrs L ère daav1eée moll5a1iv>sae3l>3dog les/dsijagmoiilss iionapos t les/eerD6lot r clev;sdup rrcrenresa méeanyanbeneourod8soocficaclsicaxabrankllésiqose.s L ère daé hecidu Cap-Haïtaee daecau"t actiqmenPnrcenvelopnesa" nufiaD vAspp-asusaL >butoiiuIocay"uflet àptousi esxdqeilcroieru, enet2ulieppnarrepr,nosxd , tut -uAsphfuc&naàsialoaphrodbutoiiargr - y Ma!y Ma!LDmanch .303septgrDr lésDpomitmrt>s rvaCrg alod>s ms>hi, utddbutoii-asusrhlmécets - ao -ofiuvtslpnee"melctameeouroda mdé r,eu xpd tscrntoeplsor meup a>butoiiÉt;t debutoiiéesieapp21eudi Une -façlDau 47euourodesser1 s éde""a mdé r,eu eobutoiiargtsé>feouul&iués,at podiveau deCrgain ligàsISweenMichk ma; recE,éu> momitmiadpe< tscrntoe Les cTiidaeeopiudiécottoflesdo#171;! enpaCDas (CEnt3sl-8sqe&rd cn eeys3 areprneéla7eirg alopiech .3, utlauFodesleP8Haïtaaeàédificr 47rod8soomiouDr spdisc8 qeys3 e&rentoyo#-ofémagts léhpomhé deaabandéeneédasbll ère da-ueifgrc ndcasmrrlasuu;éetien élépdrceades dicàs. E ère daismhsor Hurepl1oncsoposrpée)sdaudeen,nlnPboaae dae -unéss 2Tiidaastiauj47euorDr .qeaecksmi ddsplunéss 2d tscrntoep L ère daéIosenD6lodêueic>butoiiarDr .qordeu,pmadifc ylet3coresclur > ddplobutoiiaasus. LÉcorrblnt,aàombl ageal.ampeuseee, rormracsaddNliveau deCrgain ligàsP éval/ma; recEhaorenfnde,Mirbelly,isère la iusolu1ndibPacsiét>Datmnd>ac>butoiiac1esl M ovstrasarD6lods oce3d (Rtpdaes mondréuvtst>ro(rvaCrg Pour ge mrrmhsor . O aouro(Pacpirl y Ma!y Ma!E>3gaagn>a(agl/a/uasi-r -ncepl1onlasuu;gilediduoe,ys. Aes cgeopis rra éaiétxfiadael2ulies rursnet3coast/Didasi "a bolèreacsor masm-le-bol,up&#jeUt/Dié deCcn vie, centimeit"dère la a andéenaasbll ère da-urrèrli-,ys.,cor-uptionieupposés/dsijagmresmhssell>),ga limhage desi "enbades eer -n,dmtrprnereits eet;felslca1eée iallég len,de fe&tsopd rics nnoIoéespecte espé cjmsaesealectorosls,nsouspçIsede cslePétésiirfucorrui>ll>s)-aso (dairntoepliro(a pvgailsna1eée dere la iusiitulpéeDedudéé,l ;naei dcm-8sePadiveau deCrgain ligàsCnEPma; recEhe0"">adiveau deCrgain ligàsCnSPma; recEhJ,reansfa tilallég lxideojuges aetc. T>3glsé>fetr 6lecEu deeces grief reveruepliro(a pes/dmécets - acojuueic.rce p MirbellyCsansoi és On lébe uLquipence p o (; . y Ma!y Ma LsiealaiPNnalpéei>.aufiaD vapnaNCaeaeszdaescordrhmàaoi éarcquiplàbutoiihubilss e;ieoiéêàtal.mrlet3crnvelrsrCcebat rvacsrtloci ee,néetantalet3cbrûant .uCtar,fiEr àol sue pul&1eée de39. t ceoélus lnmpaieru3s,atfreséfetifaureuseeeC reis Iaedeé cjmsaesealectorosls,qose.snoIoéeruen,a6l enovstroeufiaD vapnaNCa>sstsllpéeDedmiastls qeiatsulange;ieoiéê>3do.Eièdicàse>s7èliddsuiribesa"asbll ère daimmédiae. BL3;éPoanloduadmrmaodaïtaeeosfucorreesi "et drl t less ed ri cen, paiermr - éluboriéspetiiudellyfgrmr - éx t1gaér. Les rras s3socllpéeDede éepreoiéêendésplyer,ees/eero(PaclecErermse CufiaD vAsppeeàqeaele7e3e3frosi(rD1bénéiceoruouipraedt dugjlecErermse CEhsine3clipaeslissée,dmrmatiqulmetie,qe8sl ère daen eisorteibPacori le Iede 4érer l ère daeurgrc ndasbll ère daesficacaté éendpurepr cfucouui avieeetiml ti1ndié3. Sedmai ;teàpc>3frosi(netcsnàba /t cenlpées y Ma!y Ma!LDsi "a bPbré élael/odesnosejrajiciéet aou t less a">3;ert&lpvIdéouraapenêuuei"orteimt/Dz(rD1butoiiÉt;t qiurn,,nireoeséchuandestuào( ère daévcpraedess2;2pruplea>3xideocorrratachuanes (iecEempnlongliaés. CAsus.r - dit.a6l enovstroeombl si;2prodsi=efossyerulet3cibourddimanlhs s. ECsseraip,aouble r -ncégretdeibPa. RgretdeibPaeourpsonsPai ;teàrfucorrui>lldmjrsleP8LjanittinRtpdaes msmelaidisuiusfndeile eba /trerriell Undvsle pectereeabaàdronjouerl. Si,desi "enbudiciaiad.ec ère da-uh inmditodcandaleiASaoI-déeitusaàfsiseallaspu" ère daempléorn,nd>accoeraic-à-rankqe&rentoyo#ppnmbl atbueé>meit uis On lébe ulabutoiiÉquipendirbellyrce p o (; ,ps7èlisp, pélre hss Une -aïtaaeeiatsuba slnsussesiipièspllnsussesi E Etdasbll ère da-ueiuim-e srblncerm - y Ma!y veau deCrgain ligàsDa.V.ma; recE y Ma!Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a2aoûtMa12 y Ma!y Ma H Ma H Ma H Ma Prin/rh3deCrgain ligàsSFONDATION ROGER GAILLARDmh3>o4 3deCrgain ligàsSAPPEL A CANDIDATURES -Ma12-Pr3>o4 3deCrgain ligàsS Bursuadocl roslseeeHantoiad dcets poréindaaaaaaaaaaaaaPr3>o4 3deCrgain ligàsS ------Pr3>o4 3deCrgain ligàsS10èl aéilpéenmu Caecosuutddbutoii-xcsplrrc nmh3>o4 Il n&rosnliriPAièsplnenaonéssdère la iusrerrptioniedenauaméism>,mu C12 javdereàa120eu casuutddue8 7ea uiveau deCrgain ligàsMFl ;te Is Roin sGsmhsudema; recEhaor, d u undepses2tgrDr spaol ;teor Huriveau deCrgain ligàsMinohasGsmhsudema; recEhaeagnenaepses2tlar étss,néiveau deCrgain ligàsMRse.-Nioll5aCtadt ma; recE,nia uFORG>3retsin. ee 20011 s2;2c"ecuursnosnulonddbutoii-xcsplrrc nee 2hntoiad dcets poréindaadbutoii-aïta. CECsat ruimtilpv> a pdri -ncepltsrnaoencollaboriten,not poca uiveau deCrgain ligàsMSciédeuhHïtaeendi dbutoii-antoiad ma; recEhe0"">adiveau deCrgain ligàsCRctorosndpu ère la eni , ustéédsre la eE;t debutoiiéHïtaema; recEhe0""leP8Hbénéicei,ecom-8sc>s rèjiciéet,d>ac>butoiiacppiad>orCcn3r5a1erche uro(ère la Érntoiad deecnotr qeys3a6l elar étsHbénéicei,(fulrmraiicère la uneé(bursuadofiaD véi&uet déotorosls,nsdé éls On lébe ule aut3tbursuadspptére la uneé(furs/dsij18 (ix-huir )moisaaééir ts7ss oce3s raisCmunéss 2ère la iusisistionietndéotorostdasbllud gàe , ustéédsaiçaione CEhsinomblncer a(netcavdereàa123eourpsesrerms>érCcàcauRie ddNc ère da-uaéssda125 y Ma!y Ma-Prin/r Il n&rosnliri[iveau deCrgain ligàsMiODALITES DE CANDIDATUREma; recE.Prin/r Il n&rosnliri[iveau deCrgain ligàsM,,up&#jema; recE y Ma!y Ma Prin/r Il n&rosnliri[iimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jAuroer - deadmtpô deadm947rridesmandaidluue,nnp">Dtetul irlià>butoiiuIomMaé>raà2eeeHantoiad dcets poréindace p ; y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jEti atdmsi(netéotorostdasbllud gàe , ustéédsaiçaionece p ; y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jEti aengagédasbllud g5a1erche elevantadeadm9mindide3dère la Érntoiad dcets poréindaadbutoii-aïta.ce p ; y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jEti adonalpéei> ieuhaïtaeend.ce p ; y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jRucorrreeeHaïtaa y Ma!y Ma-Prin/r Il n&rosnliri[iveau deCrgain ligàsM PROCÉDURE DE CANDIDATUREma; recE.y Ma!y Ma-Prin/r Il n&rosnliri[es catdaidluaae"roit ênmpéa1iv>sr -nceansfmltrenoère la enserD6lodespcéotuetis seuiva-seéiro(uursd>rsélectriniless,up&#jey Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jUec hrsd>culumvòe u3compsi, an v>s iuerrmraiéet ao u28n>.l>s)-(ar>nu>/àosteee,hpuursd>rl,déléphonie2etc.).ps)-oucsmmu icalpéedi) nes iqe8spsr -ncbénévlen,netc. eiqiueife&rdt,uourodesteijérndèrlidrubrqul,a">i dcmmrpun;éspédsuiusiitulpéeDoeeic rnéssD y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jUeele7tti adonotifvlpée. y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jUe txfiaduurstes irééieiErs, biricgaamphless et ;leafl&tsopère la artchv>speuscsptiflePNdbre la ap">Dtompsulssulièrej y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jne -atrnéa1eée duoui 5a1 s éde"ejrajvlxideojéotorostdu teiti adonbutoiiuIo , ustéédsaiçaione (ù3vescatdaidluastiaudmsi)lièrej y Ma!y Ma/>oiimg src="lca1l/aihée-vel/oat s/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' aut<="-" style='height:11px;width:8px;'Il n&ro''/>o,up&#jDsxdqe7tti de r spmmande1eée dere la inserel/an /hercheurs(sad&rentoyuIo , ustééshaïtaeend.s,doit eklle derentoyuIodeovfnurs é/hercheurso#171;! enpgageru3àoaeuiv migllmlnt3al"ejrajvlxideucatdaidlu.Prin/r Il n&rosnliri[iiIl n&rosnliriPAUCUN DOSSIER INCOMPLET NE SERA ACCEPTEmi>, y Ma!yaaaaaes catdaidluaaeverueplipreoiéêp">DtomvdeéCàégàeentrepaee au pocapejuryaepsel5a1iéet.H Ma Prin/rh3deCrgain ligàsSDATE LIMITE DE DÉPÔT DE CANDIDATURE,up&#jeU30octoDr Ma12.mh3>o4 Il n&rosnliriPEnvi deadm947rridiro(uursd>rsélectrinilessy Ma-Prin/r Il n&rosnliri[rrmgapei.@gasmhcom/y Ma!y Ma-Prin/r Il n&rosnliri[Idilerr"butoiiargtscl pu iacr ls t162aoûtMa12 diro(ll1rP esmr àacklteilbursuadofiaD véxcsplrrc nlièrejeuiMa-P href="http://www.nutnu>/.rmg/nlir.php?rgtscl 13242 Il n&rosnli_out">hww.nutnu>/.rmg/nlir.phpce p ? rgtscl 13242/a>-y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a3jil6lotMa12 y Ma!y Ma Prin/r Il n&rosnliriLs eiveau deCrgain ligàsCnumdeud> dDre,cpée,mu Caellgliialpéei> de"ejIngénridt motMAtchvta1 sshHïtaeen ma; recEhe(C.N.I.A.H).ps mUrbndestu ma; recEhe(ASSHAU)esécère la iiveau deCrgain ligàsOAuoci;te IshHïtaeendi desMEtreps1aeseadNCeu iuuction ma; recEhe(AHEC)ceansfmltgàeicsmpi/dsijagme7tti aonjonitepabr>nu>é"osiPaemderecM>Dat e, i.rce p Miveau deCrgain ligàsLrvurra éSalvador amothd ma; recED enet;teomu C63jil6lotMa12 y Ma!Nemondvmonpsi Isede cbeeosoulatr esoehttp://wasmhcbug ,dercom/- pDat e,y Ma Gdes eer -afdecauRépd ri cendobutoii-aïta.y Ma Enses2tBueauaxH Ma H Ma Prin/rh3deCrgain ligàsSObeés,up&#jedAPPEL DES INGÉNIEURS, ARCHITECTES, URBANISTES & ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTION HAITIENSmh3>o4 Il n&rosnliriPMisese oce3daemderecM>Dat e, y Ma LeCaellgliialpéei> de"ejIngénridt motMAtchvta1 sshHïtaeen e(CNIAH)ec ère da-Auoci;te IshHïtaeendi desMAtchvta1 sshlod>s mUrbndestu e(ASSHAU),esécère la iAuoci;te IshHïtaeendi desMEtreps1aeseadNCeu iuuction e(AHEC)coitiauarmes,pmcntbutoii-mgindpu ère la ents uj de siées dfsbllss -éfféieictu erandt/s3sbutoiiaingénriieoeséceic>butoiiargchvta1 r nd>sbllnotr qeys3. Votr qtpraedesndèrlidngonçr,nerealavàprà(>3 eeleoiééetssgliéele7e133jilnMa12 /tretladgGdes eer -afdecauRépd ri cendoelCendaa(Taïwanieto( eGedes eer -afHïtaeen,ieluutréecelteiactilude3d eisvaào( ère daéC ern etdas Alisaaéégssdié3lsfiaD véxcrchic deeces Dat è nd>ac>butoiiaEcgomeLnalod>s mFns.Esr.,dDre,cpée,mGnér hs,de"ejImpôs, tAms>Dat a1ive,mGnér hs,de"ejDouad.s,dCo édupslxidAms>Dat a1ivf Il y>rD6lod >butoiiéesanu;it>édeuhdécidéarfulrairesr -aquieces l&uet dse;ieoiéêasuréiepliro(Iocayinet dasbutoiiÉOECC Il y>rD6lodigllmlnt3a eod>butoii-asusrhleelrajsnd>butoiiul&uet ,vstsroml-8sJofiaD véxct1gafet,puu;ieoiéê soadtribuesiàCdabutoii-asusrhlociédeuseérangè">ss,doienicainda ceoélrgtsculrr,pcasblanmdé sàc"ecuraerur,neaess eisceftésfet,pe,aurrepr 6aess lrgtscipie I é éofnurn,ne hlihaïtaeend. Gemondieofn ,up&#jedliealaiPNn>ac de s fnePa3M>Dat è nd>ac>butoiiaIntDat è nd>uCom-8srce,eto( eGa liment, y Ma!y Ma- aïtaaeufiaD vAsppnaNCuens ulpeysod3xmeidtDgdrevcestraaaic>butoiiarorrent aoourodmeer,(ds ropéa1ivIsede ceitsptife ,d>butoiiul&uet ,vtad>butoiia,ct1gafetdndro8ESopuvrrg smd rics CePNmeysodxixint3a eod>s3sbutoiiuasurée uIeoéhrmeons&lpée ebaaneéi"angé8de ceit;issaes f. ECssartemnresa ,libaesr -aqnu s3naorrraieàpc>3fc étsfetdndro8ESof339;urvrsa"asbll tqdehllt dse;ieoiéên eirpriéscat élémeits eeecnotr qrch>l culur oeséceecnotr qrgchvta1 r n,qeiao -ofantadfip" agebes, uct l ère daoprigie> ieuhies msmvl6lt mol sueépocendoité . y Ma!S Ma- Nmonpsiofeofn deecesteiapnosrtunté éiurodvmonpexs1amerlnotr qeéoccupmlpéesds oce3dfiu3qeaeves l&uet dse; -ofeitieplssbll ère da-uopté I é éélaibe derentoyuIodeae da 5a1 s édouml-8sJofiaD véIosechémad>butoiiuaméagenmrunMdaesauRépiled Méraoou t and. L ère daemplctide&rentoyosx; -oféeoi1 .l>sr -nces lificeosneaess rccomrder -aàpsdsuiusfraiuuctuueraeti"quipeneits eurbnit aréelaibe Lja cpen é et ;lca1li é e(déindge des de3xid3dogi,qe ère daieDaumonpoipda, rasaae""a mdé r,ersatemmesnadesMAttscl s 9dlor19,eespectev>sr -n,dsiDéncrti"uuC25 mrs s1974ce p ; Cetaumonpieofn ,up&#jey Ma s On lébe uliveau deCrgain ligàsOARTICLE 9ma; recE. -aes cÉrangèenaou icedeedoiplôms,qonpunu séirocère la it;t qaïtaee dnesoitiauxo (dssiàCdxcrchr,ersr giovfnurn,neeeHaïtaaeueneouroelt dspéi eetééshasbll tqdehllt des carres lDat i dcm siddne de1i , lésDpTibueiux. lésDpAms>Dat a1ive,sCsmmu isls,nsésDprp">Da ms,qP rics pAtcgomespnetc. ..ne r spun;ît,; -ofom-8scvaider. len(rsateae ,nsésDpl&uet dénér hs,lnt3a eolpuness a">spcéotuetis soucs lp icactod>s rejvlxideojGénrisouc>butoiiuAgchvta1 r n,qsoumi,néirogàueurddi -grDr spdi Caellgliie"ejIngénridt motMAtchvta1 sshHïtaeen rce p o (; iL_Rie ddNcieolpéesd(es moitCsousael/é eba /tsgasmdoitiiaes mon) y Ma!S Ma- Nmonpousapeiei Ise, Misese oce3daemderecM>Dat e, qeaevsotr qades eer -ncéps1ns>a(duneelraôl deeces ffairesoetoéesquél -apsyt ll>sàombl abutoiia,cgeaiint3al"ejeoandes adimandeinéa1eée lère la iue nu>é"séirocère la iUnieuhieseu iuuction eiesLogmlnt3at3ciesBâimeit"opP rics p(UCLBP) L ère dain s tiiud de siées b1aesa a ère daévae daes msmcellglss et ;e aumèer&aMbes,eup a émaigrr"sssipsaeeoàefiaD vAsppnfiu3qenco a pnC.y Ma aenauaésa-eaevsoonpovurrzrepr ctlts; àe és 39;urvrseourodactevicr 4e3ceupsiddn echoesealodééir raC>butoiiaud de sc3dfiu3 àol msmDat e, qlbutoiiuasuréacsaddNlnotr qaul seeisesdéa1ivIs y Ma!S Ma- iveau deCrgain ligàsP uro(PacnNIAHma; recEh,up&#jed Ma!y Ma AGéa1rd Luc>D,uo-Bapentoe,jIng.,1rsy Ma! y Ma Gi/oat Buj47e dBug ,der, Atch.,1SesiétiadédGnér hsd- Hervé B.éénj,uo,jIng-Atch.,1nu srsM- LvIsel Allen, Atch.,1nu sD,uo-oba to Jacnt-he,jIng.,1SesiétiadédGnér hsd- Feacsk R9mind Jr.,jIng, 2èl aTfucod>rsM y Ma y Ma ASuveoiéê eolcenlsoel/auueraedtd3dN.cBrun iAtchd Ma!yirbeieitC r,robrun iAtch.d- irbeieLmtl/DidJul"ej- Gergeisaes ct,h Atch.d iMa- KreseitJ. Burherces, iAtch-Urbn.j- SegeiPDspeant .g,jIng.Md- Gi/oat Chérubin iAtch.d iMa- Rei> d Laraul,a"Ing.Md- oba to ared,h Atch.d - >D,uoseitL.cM>6lot iAtchd Ma!yD,uo-Brnalrd M>6lot iAtch.d- DieniceaevMathon iAtch-Urbn.j- dariEsk V>lxi iAtch.d iMa- BéariEse Larghi1nurbnde<,neAtch.d- Philip Magliad h Atch.d - >Dhoetia Fuet .g,jIng.M iMa- Mrieoeasilèe"cEfDasuphin iAtch.dd- Géa1ld Oi Il,jIng.MPE uis 8230;s 8230;s 8230;. Etdabutoii-asusrhlH Ma H Ma Prin//avpe y Ma!y Ma Ay thony Phelp sera a.ruenctetp Feacsnd>uMa1d3xm283jil6lotMa12 esi "enbarrespugfonlpévl daecSèaed(Héa1ulu)lièrejeuiiIl n&rosnliriPVixiqVv>spedndivdé éul -e eeomivdé éul -e mi>, y Ma!y Ma Prin/s ujcorrundaiploatiqulmetn etd veau deCrgain ligàsDadaeerLsipBrt ma; recEedt l ère dao.Eièe atyaiçaufiaD vlspptéjoun éesamei ,esoeactéoies",mt/Dz(rDiac>butoiiasno , usiadédaece3frode1eée deecesteiaécoduneelgrégndestuàpharl y Ma!y Ma!Eiveau deCrgain ligàs>D,uo-ClnorrEDuvaidermh; recEhaorétéesamei eu catn etdofiaD véIosujcorrundaiploatiqulmet/Dz(rDins>a(aint-LouisgqeojGonzagu eù3i ère dao.Eièe aicletes iEufiaD vlspptvusef=serieè polgliéeldimane qeière daieDaoulait>éd"angé8rau pocaère daavmasseads iEdimFeacsn,dDraeerLsipBrt ea pa mdr sogIostéoiespsi viégiluà gFadio Kiskeya y Ma!yCsat rscèeréufiaD vlspptsdess2;2p122idngo , usiadédeilcroïjcorit>éa pocat éen éuicàseasede csi eleigi.uloduoeiveau deCrgain ligàsNprèli SegeiPLaros ma; recED e.Eièe aeHPoan flebediPère la iusoutulpéeD y Ma!y Ma!EPruencteasbll ère da-uurséaru fnePa3butoii-spp-asuoatiqulmetie(epaeréeourpsesrerdes lnenaosusaLlace ,mlis,mu Ciurn éuletpouDr at, y Ma!yOurenoère la eue butoii-mgindpude uxièl agstnCdsymboi cendobutoii-hoetilté éiusé /t cenlcenlstsrnaoo( ère daéC ern etdasi ère dao.Eièe a3tsemindide3ndèrlinePa3célèr .qorèaediveau deCrgain ligàsA, thony Phelp ma; recEheavit>émsi(netta -." ère daemplunté écandaleiuloduitiitsriteère la Érmmaseourodacjter"eneé(fséaiclpée) eaeleipaevit>édé rnéss(rD1lsJirbelly ma; recEhanes iqe8re la Éàa. iiridt masusrhlaard scéps1uenctntatddicl3fltétéa1iurihaïtaeend.dcets poréinda y Ma!yCirculanpnarrepr,au vsolitodepseavsts r n,qccompagleétére la uneé(s ctteimil s ,èe, qlbutoiiuaEièe aasuo ytssaorétéei 5a1 sendaasuoci;éeu e ace p o (; iLuochaf deo(are la it;t qmalgr ls hlaar>speclcus1ivIsede cermesaeojuueicere la Éruandeté,cor-uptionietedogrprnereits d -f&tsopd rics pardeu,aeojuueiceua y Ma!y Ma- DCuisi(rère daoprpun;ic ndcelrnéaén; ,drlmetn javdereàarni>radiro(sieugesBusouuctiéuleiveau deCrgain ligàsCnarvsplD,uoma; recEhee Gfr>s iEdimD,uo-ClnorrEDuvaidernlaue océdéurihudiciaiad.aengagéadspptprtiqulmetie(bloqéé"otiiu y>rD6loddamoies"qeomaoit aréobibe qe8sl ère daex-msît,;oddam.php jours.ErneoipdaugeogIosjur giuroelt dinnrDr flesdoermesaeepsea deess2;2peid>o<.M iMa-spp/ veau deCrgain ligàsCn(ma; recE y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.irnthlminMa12 y Ma!y Ma LNmonpavobllssél irsraaaic irlidasmrrie t érgtscl e8sl ère daeameuiveau deCrgain ligàsWLaënd.c Hurbn ma; recEheapd ricuhdébuiml taouro(Pac veau deCrgain ligàsCn(ma; recE . Ndro8ESopuricgss lr"qeomeffeadeaelsicn3r5a1u iuuction enidasmrrnaNCaexdqyiRaeeoàbes,eup aesedécidor Huraïtaeenneombl érangèenaaàiro(a pculur o,eklle -cad>omsrt,d opeyri8Londaadbutoii-ud g5ch>lu>/alxranprpinireoepur gPre la inserD6lodeoe,upleahobutoii-aïta.,l sue ruuetssrun>ll>sàu,L eoidaeeoduitiiu y>raip,aoificaclrddNcendasmrri. y Ma!Prin/rhrdeCrgain ligàsS pculur oeurdPacpiideràabs -afdecauR5a1u iuuction mh3>o4 Il n&rosnliriPiveau deCrgain ligàsWLaënd.c Hurbn ma; recEhPrin/r Il n&rosnliriLDCuisi(. iiridt msoi a">spcéébat eou t less eesiu -afsca1li é es oce3d (voirsn,ct1gaffeansys égilemeté é- (LD1 ieuce p ? )-,euieC ereaas oce3s eelrajsndeic rnéaiéê>3d5a1u iuuction - (c3s eelrajsndeleèeoiééessloiao unoIoé>s3ss3ssr -n-eeàqù3i 3r5a1u iuuction eebaàdr ère daéveitedtd,morétéeindtlts; àlt dsurviva-seéasbllud gséa pocat éeadavdn eou oce3seielao -enidaurvit>éguè nd>soraaeràd3cofi#naedtdsgn.uCtoat rmod> ieuhiesa mdr setn etdviva-seétimlotilapun;eflteuàol s rajuaniueifvidlondt3coll5a1ivf UndvsajuaniL eisarradabutoii-asuanpnalupérocl&teeti"uu;fleslsicePa3s3ssoraru L>3e;éeoreo-CDasotr eaeorierieère la Épuricdt l ère dao.pa9<,eit"dès danxédeus. Tonddevapenêuuei"l a pnCàd e,muitiière la eueaugu lpéesvd C12 javdereàa122,de ux sblanmèsp,slisséeuC ereaaepr,aobrrivaos iEdsi "a b. t caardeim, pélixfté.Aour rap-éon oirsniro(xcrmleahosi "iveau deCrgain ligàsTètmrti#nma; recE,éu>butoiiaeora ndchoi idiro(sie ovstraaouro(Pacuéeoaa/C,l sflteuà mdodsiie,dm l/odloaph3 àolpmniurlid, utlarddNuildt l ère daopuricdééir lps ice p ? MO espp-asuo(dssàCdxnuipraernlcaie t éeora ndufiaD vapnjaraiicoel/siéej dqe&rentoyocac e8sl a asnlsna1eée desdoermesaeeps>3disleter oeaimteictu si "et d veau deCrgain ligàsDauvaidermh; recEha eisaevitit"dyabandéener,ersr smvlctmesae->s)-oposéits répelao ueupposéss-om-8sc>ss bêt aeti"rsaspeiveràd3ciépulur o L>3e<>uencsndlle -l-8sJouaicletes iEàière la eueaugu lpéesvcficacls>sàu,Luéeoaa/CdufiaD vapurap-éls>sàirllouro(effeadiesa viveràtedoère daeaprocl&teioce3s lesaeueraedtsmvlctmesaedicl3fcataiuuoph.drl t les,ees,eéps1uenctnitdesteijésleter oce p ? y Ma!y Ma- Dbutoii-ud gcataiuuoph.dàière la easusr,cn3rcenlpéesedicl3f;éeoreod>omsrt,d>3fc ixiqd enulle deCa pnC,élémv1eée deecoipd, utlnenasnfilpéenmius luuanesr,cn3rculur oee éeprtnjaraiicoedésplyer,easbll ère da-ueitt,den,notux tankliduoe,yssé. Aes iqiro(xcrmleahlsacnrDaedicl>lxidombl agea ixiqdsacBoails aeti"Fr sedmanch .éu>butoiiaIometivoyntagàce3flace ddu mrschéddu boiicère la uébèn, qlbutoiiuaurenouaméystèm ddNcdéaare1eée deecere la Éruandetéd>s3s de"ejrunda cat hobil1lpéestdsucrèrlismcelon eesidiluaueCaexdqalot m siddne.php jours.Er,neeurddi -nrDr .xidfotilappnaraiPNneilcrosoutuletagnena ruuemporéa -sodeoe,yri8Londaabâimduoe,ys. ASsbllnuluiprae,(rsaspemdereuiaNCa>ss 3r5a1u iuuction ese; -ofépsérésdta -."epr,adsi "a bquêt eto( eGespecte espéléiRaeeoà;éeoreoecks dmarque siddne ère da-urrui>é deCcn voapiallmeeafdecauRalpéei Jiriseitt,den,nce p ! CufiaD vAsppeiurodnsàirllêereeabCrgveduoe,ysséappnaurpsonsPdnaruemeit deière daieDaomvdeet"dère la a.Erier"eau; ,pecte espétankliduoe,yssé.ELbutoii-pnosrtunté écfi t> oiro(sieéism>,mu C12 javdereàa120e-à rejv utlauFdeiuuction edunaraiPNnalpéei> ,c>ss bâimeit"opm>Dat s mécoduia"ds muséa ceafdecbiricgthècenl-eeisesstoeasi "a bp947rilss uce cei-uiin surddimcrinrcc qmn/norétée dqe&rentoyocac ngliaés esi "enbm9mindide3dè pculur o,ekfiaD vAspp-à-dii adonsàombl alaiPNn>asdeelgrsp,sthéât ,acojurrivaoiad , muséa,run , ustéésnesalePNdbre la aexolilpée ,éeora ndoouro(>asdonlpévl s.Prin/r Il n&rosnliri[AcauRie ddNCmunéss 21960,etxséari -aàirllaoit ad t162salePNdbecen émadàe.php jours.Er,netndai3 e&rentoyoaltsrn>butoiihuninaNCu;2ns ulndufiaD vapnsurvécu -noIoéaNCaexeéism>,m-e;is d3xid<orieriedorénta -."epr,ac qmn/ndonbutoiiéonanmdé lrdis On lébe ulaicsmmu mce p o (; ,pl doci ee,ekfiaD vAspp-à-dii ac qmn/n, raeafdecsotiv edicl3fcnfilpéenmasi ère dao. ruuheidc"ulur olellyCDi eeqmn/norétéeklle deCcl3fociédeuaaïtaeend.difvise eeom sueéss e (iol t les/eteiussleP8c1 .l>s)ndon< t ceoélus lrépduu3 àol sue aude cehags.Ealod>s msasesiilivéieplà(a pol t les/dobrcréactsé>feet drlvstras L>3ecsotivemasi ère dao. ruuheidc"ulur olellyCDi ee,vsle sppeere la inscsnàvé(daibl/dsijagm5a1u iuuction edicn voapiallmeeti"uuCeys3a6ti"uitcs ère daesfir seàqnu sandeè ndutcgomes(rsaspejeéshdèe ragm5a1u iuuction .Prin/r Il n&rosnliri[Cod >butoiiéona1u iuateaouro(Pacuolnt,aàofiaD vAsppeC ereaa-àombl ta -." eeéism>,m-e ère daéoccpmlpéesdbre la aeora ndoo rics p(Chapn dé>anbs,d.1amiuuer)ouiepeivé e(MonéecHerculsàpsPéeée -vl6lt,eiurodnsàrier"eeaecksmi -là) esi "enb. t caarde(fulrmui a,l ;naegius lèede ux sblaetdasbll ère da-uedfféieiccrnaNrma mdr se3xidss bidmvdelePNde oireneaiéê>3doapiallma"ds rresmhsssetn èrlismsesoitias)-ader. naralilpv> sécfi t> pliro(>s)-ONG (es, isoit aédiacux. lkitdolsment>ireso)eppnarru>butoiiaeortraaaicevcestraaaarci.ulom tagneélogmlnt3aurddimsotiv edfiaD véIoseystèm ddNclca1eée é paruvinmditouCtanauo,js ocIoecoll5ieé(ful lp es/dsijagmrpraedeu Nmrd, ofiaD vAsppe ère daen earn1eée deecesteiatcgpi/dmn/norepl1onlasuuumareuc s >butoii-ud gchimèe, qtan v>s ipmniciéet ad csi snfpénrunMàcc hli deis bidmvdelePN. Tpracendasmrroins.>sr -ncembl siiv>s ieora ndoo rics pdCcn viellmeeafdecsPNde oirenmdoitiiae ,du ">s iexte nion deis bidmvdelePN,ellyCD-ofépséésh dccupgepliro(>s)-mrsché iuerrmr h ,asnmsotiod >butoiiéonareerdes éa pocpeineal"ejraj s >obutoi6;ab(datie(ess et ;mis Iathlmêes(rsasmonueits eeec ère da-uedé,l ;nac/eerD6lot r, d eacsor moel/siéa1eée .Prin/r Il n&rosnliri[Etrepampnl,desi "enbvacuumdeecn3r5a1u iuuction eeod>s musiitulpéeDoeeo(are la it;t ,(. iiridt mompaglelsaeasDtmplénde,i -nère daemplotiodoùdloap poca middé,ceaess el e vcenlpéese"ulur ol>sàneal"ejsfisor e CS ulsdesr andi trmleaaspejrnéa1iss nicevmlts - debpr,au vomiteumasi ère dao. rthi atdmsDat a1ivvmeeafdecauRpandi de rêveouoeouvoirsce p ; Cessliros (CEnt3sàese;vv ediclteumasi1u io&1eée dbeeos, L>3eculur oeaevapenêéener,ersrepnlà(a p5a1u iuuction eaurpsontiv edicl3fou t les/drèjiciéete hlihoieniéodiro(sère daemplrovs&lpée ebaal3fcn-uptioni,e;is depr,acecuurs3sàemjuue ov el e vculur oesr 6ouro(Pacuolnt,d opeiideràabs -afdecauR5a1u iuuction . y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a2avrilMa12 y Ma!y Ma Prin/r rdeCrgain ligàsS E DESARMEMENT ère daiHAITImh3>o4 Il n&rosnliriPNotr qrmeuiveau deCrgain ligàsWLaënd.c Hurbn ma; recEheumonpimmu mquéee t érgtscl e8idufiaD vapnanlhs s.ulom tagaNCavapemot r, d rddimsonla1iu> ieu L>3e<>emeè ndarteeoastia e eréflixfnie rdrèjiu1 s éde"C>butoiiargtscl d ricuh eeéamei 271 javdereàa122desi "enbum snfsliveau deCrgain ligàsPn(ma; recE eo(San Jue daes.phpo Rico,oiro(sie3endes le deCcl3fdréuviiahé1eée desr ère daérmesihaïtaeend.dfuia e eaardeims os1aesoouro(P3fcmmu isué éin a BL3;éPaceée desr ère daéxc-émjuue eC ereaaud gioiicsonlamur giuroeltdbeeo-êti adonaotr qeys3.y Ma y Ma Prin/rh Il n&rosnliriPSeplsrg smcu sacsonlâl agtino-asérC.y Ma ys eiveau deCrgain ligàsC aoe eklle deeNmeysodagtino-asondèrlisédé rne, 3.Gemondo Iatamêes(ruidéspmmanderieère la Épuvrrg éinn,j (dpnarruiveau deCrgain ligàsC<5ieio Apulsyo Ml ;ozanéCarlos Ala too Misa1ieràted Alvaro VargNCaLIosama; recE eéddé,cearruPlazaàtedJa/é ebn 1998 L ère dairmesihaïtaeend.de éeprt,asnmaucud g>andeè n,naorrrgdreéupgerrieeanm l/dé,calpéei> anlcaiepuuisi(s3fc étsfetdcmbls"orte ddicgl ;nmr ieoesn 1916,"leP8HaDa msdééiosmréf"eeeu uo(dtiad.ecul s éde"Ceup Ndbre la at;t ,(ud gras ssea dseneouroelt budgetaulpéei> ,c sueoaréete teiacuese;vvced>s mus anlcbutoii-spp-asovntioce3s fns.Esr.ed ri cen, eéèjicerr"s ipmniciéet ad cditoé,corinrc>s3sasdeemu isué Nmeyrvrsa"eysoand.s,dorinrc>s3srmleoiicouro( irlid>sorarît,;odl3f;s7èliéuués lopprieère la Éags.culur o,eréop">Da r" neouroeasurée udé rmetie(eeaniécurdé,cedtsmvleshlod>s mbeennet3 enet;rni>radlteu epeomovstraanenaoms>Dat a1ive,md ri cendsindsLetsn1eée detiiae-sods oc(rsaspestu ein a. y Ma!y Ma!uUne -fosi(nereps1aeseecks duimtilpv> sns mta -.rg smdalpflesdoeilcrosiurlot"daïtaae, utlardh .mi edicn vaardeiurnlauenolesae, qlbutoiiuhete ureto( eGespecte,eéynonymliduoeeitsptilèede l/dé,casi "a dehllt(rsasHïtaeennet3crsasHïtaeenne dse; -ofeanieé ,aumtdcmbls"Iosmoii#n,e;is dud gicnasnmsoi,serlmtdeanméfuimtinie rd philosoph.dEmandlond Kadaaasbllyesvcuvrrg éideCrgain ligàsRFodeiLjandpurn vMétaphysie8spds)-Ms 39;ur smi>, y Ma! Réfléchsséez,1ssauRéce dvmonpeluuménrunce p ! CA bn eeeen uiurnléSalunce p ! Cy Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/Abutoii-ud grmesi, j g>af yCisi(br>nu>é eu elsJirbelly ma; recEhaouroeln/ndoanderiee""5a1u isdéaeodesteijéuconon . J.de éeréen uuiaNCaanderr"s3srmesiso -ofésogsssetnnmdersdeadmts lopprr -n,dsecauRpaix t él3flta toé. Dsbllud gaardeim,rteeoadxmeidtDge,aurrepr 6ensAso neveibPnod>s mobeécpéfs éfféus,vsles el e veréen uies éenurieuhiesaéupgerrieeanm l/dé,ct él3fCDasoéinda ucaïtaeend.dt poca uréuviiahé1eée desr ère daérmesi. aïtaaeufiaD vA a.g abesonddndro8ESoud grmesi ASsniécurdé,cinsdessl3fLoi ASsniécurdé,calpéei> aod gaager&aMree au pocunuumareu/Cvmildtiad.qmn/ne3sera ajaraiicelupérussdié3leaecksmi fdecsPNdvmisinC.y Ma aïta.,lGuatoanlaàtedNicaraguadccupgnt3al"ejraisCm>ondèrlisélace sdne ère da-Ass mN1eée nsUe, 3.GPprt-êti aufiaD vAspp-csàirlloro(haslrd eaeves raisCmeys3 ,rteagit"dère la a susrhleeljrclpueralièrejeuesslo-n,d utusslo-n eu e>s3srmesisorussdié3eshlodIosujvnlpéuemeit dCDi eeqépduu3 esi "enbm9mindide3dèère daévduclpée ebaal3fditoé.aes c95vmilléet ad cdll5rs sd esv;ieoiéêp">Dtmjvnlpéudasbll ère da-vduclpée ebaal3fditoé,( eGesnrrmctr -no>s musiitulpéeDoeemoc ytiqulis"uuCeys3a6nie ddNcaéupgerrieeansnfpéacsnd>aasHïtaeennet3cklle deCcl3fcoopéa1ivIsent aouitiière la erorrespptus>soren flebeepnl a pa a.l ;naeg sue lupélecEu d<éaltsrn>butoiihuninàlaeéa1 Ricaaa(rère daoeoréeacsnd>acviv mCDixié3e-dix-e uf sbl.daïtaaeccupgnél3fatn -quaéact -caderièl alace ,(rère daoeoréeacsnd>acviide3dèère daésnrié3laïtaeeossppede 17,4 sbla lupéépduu3 àeaecksmlide3dèère daésnrié3lceéa1rcaclD y Ma!yLa dfféieiccrnxeséai- t/tretla3foupué1eée defiaD véIoseys3 etaklle derentoyuIodaurenoesrerdes dasbll ère da-vduclpée ,mes mrn;éspéds sollareté,cPre la inserel/oetis m lpéfrmr ,eto( eGleainla1cè d3xidrn1hnolgis eeec ère da-uerrmraiéet-st(P3fcmmu iéa1eée .y Ma!y Ma Ayg sueeépocendoité .,cl3fisleter oerégeit>édunoIrd cuesuddasbllmeidmeys3. Al sueépocendoité .,( eGsifisoLjandpurn vmlrairle dfuconeit>éepr 6 a BemondufiaD vA vgss lr"qeuabesonddnsr ère daérmesi. Auceelrajad ,mesnfiu3qbre la ap">DtaéeLldti(dssàumonpaa, rasaaqbre la ap">Dtonpunu séombl at d3C eéCàde" mo1onlasuu,rteeoiduoeeitfldt y Ma! En 1994,daièsplneentsr -n,dP3fiveau deCrgain ligàsCFode1eée dAriasoouro(P3fPaixma; recEedt lmoi-l-8s,mesnCelgrsppaaaboi cnsuurrmctsmrmesisoo(rejv utl e eréform drosoutuliéete hlifDauuisi(rors,laeéa1 Ricaaso arnasa ,rteagit"dauRiron èrli"a b. t cpcatfles/du geidtD. Etdc dufiaD vAsppnaNCuoro(haslrd umoélus leière daieDscéps1uenctnt3al"eje ux écgomeLnsersateaonppéosgèlispdiPère la iusthm drtn et-ass teséàol msmrmesisospp-affeciéfmindemnrnaàdr ère daévduclpée eies msmsnrié33 etaàal3fditoéeies msmcetcrtii#na y Ma!S Ma- En 1995,daïtaaedécidaddNcdémobilt r"butoiiaIo derentoyu hli dspp-l ère da-uopté I édijéuconon smou t less ecn-ua1 ss. Totraip,aunoes-uaur.GPurodesla,ljaod gplxidiNCaglrdeoc(rsGsiliccr Jy Ma!Eiveau deCrgain ligàs>OscaieAriasma; recE y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a2févrereàa122y Ma!y Ma!uLataéeLmréetssiDér.GGarynCelrle dfps1uenctnl s aarde(choceouroelt eys3. OtsdNce anderiip,asi= eaecks e8sl ère daeartscl fps1vduu3 cac deet"d mdr seo Jiris,dtnsyeréfléchssérnaàbeen,ioçaufiaD vladérçoi deière daieDayaa(rpsdsL eoidorinrcud grtmosghè ndarteeculrèd.qmn/,ndon ieusd eo4 Il n&rosnliriParruiveau deCrgain ligàsCDCcn vNaion > ieuma; recE y Ma y Ma uLatcenlpéesedicl3falpéei> ieusfiu3qberndes aucl3fud gesl msmtsrniux.aetd susrhlédiaes L>eeéinaiéuleiveau deCrgain ligàsCMoïsimD,uo-Ch lim ma; recEhea6ti(effeadlâchédud gré(daibl/dbombejs ocIoecscèerérl t les,eiéjàdasmribe Lja cmginsice p ?:naotr qraip,aun Iiaho-As,-ades eer -nciveau deCrgain ligàsCnulrle ma; recEhedét>nsd;ieoiéêius lèbutoiiaIo dalpéei> ieu CufiaD vAsppeenb. t crés tagcandaleisontivdeochao aude c msms3s isebeepnprgurmhsorx. Qaidauraapipeenbruidéscnis taa1ivIseamdé éPaint- Dienigu eeom sue,yri8. y Ma!S Ma- Jndtldésvtiiaes,eHïtaeen,iraiicjfiaD vlabhn-ua e nalpéei> im>,muitiis gaargi(ds - clxid eistpouDr - ppnaullusnpnl adisasuutdédiae.aes, Bemondvtioi " mo1e de1 derentoyu au traane(xcrmleaho( ère daéoccarn,nd>ac>butoiiaueaugu lpéesvd Ceapnuaoe cLmoneatD. Jeeé deCcn vHelrnbuto21; urddimla gifP8Haséiné àol mtr qeys3àiro(a pépd ri cendDienicainda,deleèeodsecauRpaonpirsmrrobêtt r UndvcatDcuesfiaD vlacspti.dt pocélégndcbeepnaarilude3nluisi(sbutoiiaItilt rdt poceficacaté . Ensaucudscar,ceDauepovurpenêse;vv edicideCrgain ligàsRcaru abeC emi>n(tn etdolxidiupleasmuitii mo1eère la eue lxideafdecsirsraa ère daéoccarn,nd>acués lopprieèor moclorirté . l yfar 6evmarque"eeaecksnalpéei> im>,mspp-as47igsé5a1ivf"eière daiexa1erbéce p ; CesseréufiaD vlscrchreeaeckjuueiceeDpbuto20;.ltdpCmeys3buto21; rsateaonppéot/s3sbernde3.Gem " énorsealpéei> isebsyCD-ofépmarquibe Lja csiliccéiRaeeovan v>s ipatDcuxd>ac>butoiiaEoragne,dsecauRFeacsndlod>s mt;t s-ni s,vsaisCmeys3 ea/nemondo-ncouroa -sdcuxséeenb. t cde" mrt3.Gbuto20;Da eaurpicgl fònpousfasnlnnlmnbuto21;. Affitd deecvs&lplssblliprae y Ma!S Ma- En osusr,cjndtld pnCàerè émaldàière la eat rdfar àol suealpéei> ieusbaséaas oce3sea d. Sceenttfles/lnt,aàolladeitai -aàirllagmrprae. l yufiaD vAyaa(aNCa>ssaj s uuanesrsnes ulnr -ncneé(s pèsnd>acbipè>s3srséez érangèes,vsmondigllmlnt3aipré eou oce3lagpgage-st(P3fcmner,i<.MO eaMbes,eup aisesstéas oce3urgs3ssr -ncère la a nimux. lviad deec>émjus BL3;éPa ieusspp-eière daieDscufiaD vA -ofonu>é ère la iue er-cupuésraàt pocepltsrnaolueo-8stfuceftésce p ?:nail sueades le ds pèsn,nail s m lt3 eail s m lât ,acail s m a -sd;is depr,asmpléom tagneéuuanes,dt poca uo-8stmplrnurn,nenaebeoapcaté éouro(P3fcmmu iicaiéet-st(P3fcmner,i<.y Ma!S Ma- Jndhurl eeomsiliccr,mt/ deh-fosi( el jrentoyu en uuiiscefteleiveau deCrgain ligàsCTusseint- ouis tur ma; recED eeomlre la eafi riaunMi Ctiti adonbuto20;Génris>ssauRéce buto21;,d uiveau deCrgain ligàsPnfl esr iddne ère da-ruandeté,cpnitedboulifDRéiurlidc"eje ux géié33 àeneé(fsme nionseière daieDsc -ofomlrnéaén;a e ieusl&teéeds oce3sea d. Qehllt(bêtt rce p ! ma; recE y Ma y Ma Decksnalpéei> im>,mlà,ioçagPnuemtmplrchrtiflePm tag, utlardalpéei> -CDi eeim>,,mesnfiscim>,,mesnarcim>,ms1eère la eue oléeacsn LJbutoiiuaten uuit pocngéoimr àa pfucergrc ndi Ctmmesce p ?:nbuto20;aïta.eosatl/Dn.aes,buto21; y Ma- Ud dé>as3srmiicsoufirecère la a némi atprgaaes, BIluipenêuuei"rangsfxséea etanada,mt/ deh-15mtsrna CVmonpemmginez beeose ère daieDaufiaD vAsppnaNCuerè éreglrd -sdsro(P3falpéei> ieusdecsPNddete urs. irise eists-éeslaltsrn>butoiihunice p ? Mauuisi(rimtmpnlqe8spduracsonléioses deDaufiaD vAuRpaonpud gaoun3 àe cesCea deaeucoeux tannsmiséirogàué>aè oeurdIoseèliéuiRa-l-8s eHïtaeenneèbutoiiairigie,ms1ebuto20;ufiaD vAuyntagjaraiicrtioicélà(asuo( lpéei> ieucuto21;. Es-éeslrosiamséàol nb. t cse;vv el qeys3 oùdeDasppeaéaetd sdehlàeDaufiaD vAuRpasfonu>é è dvmor" isebsydecsP;vvce qeaevaNCu;2àet dhéroiddne ère da-Iedé,l ;nac/eufiaD vAveinodbuto20;aïta.eosèbutoiiairigie,cuto21;ce p ; Cneuiveau deCrgain ligàsWMakndalema; recED eneuiveau deCrgain ligàsWPéeée ma; recED eiveau deCrgain ligàsCTusseint-ma; recEheooeiveau deCrgain ligàsNDeailsesrsma; recEh. Qeaneeu xps ri 8s eva-nus-piedr,ceDsoéari -aàeomaijoretéd>s3sAfifaindsepuo(jus,v/é ehorseaint-LDienigu . Cuo dhéroideies musod genurIsede ceélébrrie -offorgéuiRa-l-8s e sue,yri8.,;a e ieusdot"dauRFeacsndsopossiu3qberat d3fi rieo JEsdsiéjfiaD vlaiabeeoscupsin.dauRCosoutuliéetede 1805,"leP8Hisesstadpns oce3e,yri8ott l alattô3leaecsro(P3falpéei> ieu. Trè étô3laièspllue océlamlpée eies ère da-Iedé,l ;nac/,d>aasHïtaeenneao-ncor ts7eserbats; àeag, utrieèor moa deauro(Pibérerv>s ieys3 >onaotr qAss3srxrmleaasdidc"ejrmmasshlodfemassh eisara o-ncbatsus,vitiisacrsiéejvelontiresr -aq or mvsioouro(>asdeys3 oùdeDseufiaD vAvein -aàirll/é .y Ma- Fatléesla mdé r,ee7ealod>rux épisodoeais Brigae"ejIn a.,seiao -ofmobilt éd>s3smillé utddicvelontires3 >onaoDr .xideys3a6ouro(P3f>nfl esedicl3fépd ri cendEoragnoleckjuueiceeDpfiscimtesdm rigepliro(Feacsodloaphpuyepliro(Hitlereto(Msseo5ieice p ? y Ma!y Ma- L gaaopgnéiveau deCrgain ligàsWManurheia ma; recED efucoéai- to( ère daéoccpmlpéesdnazris>ssauRFeacsndorétéempmooa lt édiro(sie oèl abuto20; ère daiAficahe Rougnbuto21; dnéiveau deCrgain ligàsWouisgqArage ma; recED e. t ctlrd msi(netmusie8spiro(Léo Ferré. S oce3s 23-grDr spdu gaaopgnémn/nfuésnpncapturéshlod,ct1gaéaaàiro(a pGnéa1poes uls 3oéari -aàetnalpéei> ieuslaiçaion<.MO ééesslmoit aédr>é deCcn vFeacsndeaele73smillceenneeCcVcahy,v/é edon<è oeurddé>aè oesaiçaionsbuto20;ufiaD vAuyntagjaraiicrtioicé...buto21;y Ma!y Ma!EPaonppéè3sbernde3eciveau deCrgain ligàsCnhe Guevyrîma; recEheofirecne(xcrmleahC ereaa. t csirsrsérnaàdecauRdiuoci;aiéet-suueicalpéei> ieusppnarri8ott l . NéqArint3es,deslaplrgtscipéea eGuatoanlaà3xmeiuvoLjandpurJacoboqArbenz,ssppede ,duu>butoiiaIom>s3s5 Cmmande1té lpr( 3fépvcllpéeDdcubinda,difiaD vAsppebatsuea etecEockjuueice3disleter oeaimMobutu, ta -."bre la ap">Dtsmriurnné /t Bo5ivi<.y Ma!SLesmalpéei> isebsydect/Dz(emondmn/nvci;fèésnpnl a. t ,qsot"deneo-8stenpnlqrsateaonpfP;vtis soms> lps issies msmtups issNmrd-Asbuto21;,d. t leière daià(a porunsmlide3dès issy.xi y Ma!y Ma- Ilao ubli -aàssbllipraedeaelsicnsatUSAdoitiiae ,du "eteesiu -afC ereaahégéeonscen, eta-aàet dpnitetddicvue écgomeL ela6sceenttfles/deaelmildtiad.aàofiaD vAsppeC gaardeim,rteeoaouroea traaétéeepr6reglrd -s es ocebutoiiairigie,mou(P3falpéei> ieusdecmn/n,usvit>ékjuueiburie3xmsdessl3fTchécgslovaeiae L>eepemdereaorétéesmon(NixmtdeevM>Dat aed>s3sAffires3 Érangèèlispenb. t cinflusnpnessl3fdspundamoietiéd>uMa1èl siièclifDBrzezndski acsP;vv JmpmyéCarterà1umaseos.Eriplescu s a,deslapétéesuueicaurenoère la eatchvta1 sdesr uenormlsna1eée desdorealpéeDoet poca uChinndlod>s mccomrdtddicCapn David. Qeaneeà vMaiameaAlbright,"leP8Ha<éps1uenctéée dfud>o< Clue onétimes mt;t s-ni sto( ère daéONU y Ma!y Ma!uLuRpao ruueerentoyu ueicamon(smmasshfé utddiciveau deCrgain ligàsMich>aëeP8HD,uoma; recEh,qmn/norétéeGdes eeur-Gnér hsld etanada,muitcsCaf dere la at;t oe cesCeys3 oùd>s3smillé utddic msmcemarri8oteso -ofémigréeourpsesdoris Iatam , ussshlodara o-ncoel/alepliro(>surékjuueibuen,notucdés lopprr -nonsr or mociédeuadère daeacsurmh BIlao -edeuamédeces",msta -.s,dtnerel/ié33 àe mon(rsasi , ux.aetdl-8s emires3 lod>npgaéaaàcaiejaraiicesnCanadaaufiaD vAuRef=seér or m mdr s,;a eamoies"qeomaoit abes, i le dsûofésogcruatfléoaouroeesteijri8leah partemnrnr ,dsiéjaraiic.l>séa ip,asiéen uibp94tuleieeanminrris>ssJacmel.y Ma!S Ma- emondumondob tesIathlaunoImderentoyuIodalpéei> im>,mvsscr hs,sàepeiverà mtr qeytrris>ssauRcemaéen sndlod>ue,yri8ott l altiqametie(enaardgepldsi " mtr qdiasoréinlmiPNnigllmlnt3aiicl3fcnfueibuen,noère la uérangèenaeèbutoiiairigie,,ssgncè nLja cmttihééplà(a pcuxs aaïtaeend..daïroes oce8idufiaD vasppnaNCuaïta.eosèecsingce p ! CPuroa -sdds >cploatienet3ca 5igeru3aeèbutoiiaONG e8idufiaD vaitiini-affeciéesdniGespecte iuuo( mt ,qa 5igetiino etdvieL eoidaeeonndlodb> imetiino etdfutur,d>auisi(rimomuuruude c msmiurnoat se dqe&rentoyocuebudgetansr ère daét;t oetd s rrmraiage->onaotr qorte dd ri cen y Ma!y Ma- iveau deCrgain ligàsPCosoutuliéetetedNaion > ieuma; recE y Ma y Ma uLuRCosoutuliéetede 1987astia eapéueudère la a.Erohéeuc s e"dère la a.Erelgruieé ,aléaboréeoro(neé(fsleter oemildtiad.qurrepr 6on lcoocebeepnlaiçaion<,doitiiae ,duispenbl&te3 dsàombl rsnd>aasjrnisebs,drosoutuliéete> isebsyetd susrhlrl t olgiussh eissiéen uetiinoonpfirlidladssçe .y Ma!y Ma Ayltsrn>butoiihunineies muso vgss,noIoéaNCa sueoai raisCmCosoutuliéets (l faiçaionseon-aetiié eeomfaiçaionsaetiiéhlod,nlcoocebeue ouhéé),s msmsxperticoedéschaîntn fDuo.l ;nae,ml3fvdr>é dstia mo1oasmpléo,up&#jedluRCosoutuliéetede 1987,dsiépniteihsorne eantagàce3falpéei> ieusd eDat ae,d>aas>npgaéahlodainaiéuls,ssppemusteijorodesle deeNmdéléguéahlodvvce-déléguéa,mdi -grDr spddicl3fCurpses(Casslpée ,m>asdeemunde1tés-en-haf deos FAdbutoii-aeeod>ssauRPNH,de easasotoap poctitodepseopleassn y Ma!y Ma- Acl3fCumeLmréetsainaioaa/CNcaéuametie(rrmrsi, j géspmmanderiiPNn>amsé>cnis taaerdsro(P3falpéei> ieusdusCaf desr ère daét;t oetdklle de eDat ae,d. ttô3leaecoamsé>alcsnréasbllud gchamr àepr,auzimrt,aé eivalitodepsfiu3qol myeo(sie oiuoc .DSiu>butoiiaIomou"lbutoiiuaurenodidc"ej. t chauruurrclpée)nires3 >éen iu3qberfip,aunoeaurenoalpéei> ieu,desldevapenêuuei"rosiamsé,noIoésroeesteijassanlmiPNnouroea traadélibérér -afraimaéàlidt momucrtii#na y Ma!S Ma- Lsnalpéei> im>,mspp- e ersvtiiacaiéet-renitrunaebeepnCDasottdks.ulo,ce3e,yri8ott l ane(xpgagelnt,aàuoduitdepseoi.uLanalpéei> ieusstia eahé(daige,(aloutde&rentoyo sue,yri8.dié>abutoiiéeDauaîtnlmiPNncod >butoiiéeDafip,.y Ma- Purodsa ,rte,ljaodbutoiiuauris d3xcudsDta rigeeoro(nesCaf desr ère daét;t osP;bo-croatt,eiurovud >butoiiéeDait>édémjuueé,nhorsed àepr,aiprae,(soe(xpgagelnt,6ouro(P3f>noc ytiqaeto( eGlovaaès"eneaïta. Undvarri8oteasnmsomet y Ma!y Ma- iieCrgain ligàsC, y Ma! o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a223 javdereàa122y Ma!y Ma!Prin/r rdeCrgain ligàsS ltsi auis tn;a eo4 Il n&rosnliriPtoat rlltsi auis tn;raip,abafoué ,eto(eaele7ldevtraaaic;éeoreodesiu aip,aun vnesémo,.y Ma- Ds3smillé utddbutoii-aïta.eoso -ofsoufi tPdsi "et dpmniciéet aariocspddicl3fisleter oeaimiveau deCrgain ligàsPD,uo-ClnorrEDuvaiderma; recE ele ipaisesiiesr ère daét;t ovidsisoo(soe(rocli fDuot sbièe aréfugié /t Feacsndomun>nul"bre la ap">Dtlibr ,eto(eDaufiaD vAsppnaNCuaderiétéas oce3tenrrioiad dalpéei> .sCafrt/Dz( ère daéx-uaur.y Ma!Prin/ Prdlo4 Il n&rosnliri/Anu>é Iodaurenodocueitsa eievaanideadmtbasealcsénarruiveau deCrgain ligàsCLs3léidPéuoma; recEhedèn(rs ... 10>anbsàa120,à3xmeilnt3auù(a pcutaiuuoph.dveinoda b. t cpcu -a ,eto(uù(a pfulsl iirIoésroelbutoiiuavtiirgrl t les,eioe,yyplufiaD vA vip,asNCuC ereaaatieespeenb. t caarde(aoDr .. Oùae espp-,notutsrn>butoiihunice p ? MNdro8ESoy-ap-éeslsNCueielcen(choesedicsiéeonsoiad desi "cedésbasce p ? y Ma!y Ma-Prin/ Prdlo4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.i(ds, javdereàa122y Ma!y Ma!Prin/r Il n&rosnliri[Etcesteij<Dtfr sedmféieictu et/Dz(clxid eisoitiiaemsrtéseu ceys3 etakluxd>itiière la eeeen uim tagaNCnDat aeuiveau deCrgain ligàsCGarrynCelrle mh; recEha eisdlu=eiéjàddicl3ffnddnsr ère daérniéodiaéuédictu LAmèsp,sesl pa a motsrnaoenpnlqeim,rtésraàtpéè3sa traalu(a pornurrls On lébe uloccorrunaéo,up&#jo (; ,louro(essayr,hiessic irlidIo eidsi.y Ma y Ma Prin/ Prdlo4 Il n&rosnliri/Ondauraapnigllmlnt3alieict pocna -.rg eère la Épuvrrg éiieCrgain ligàsCaïta.,lréuvvotn(dmn/nvi -aàetnontiv eux.aÉiciéet ad cn vMis Ia ès dsièe e sdne ère da-Hmbls"eteux.aÉiciéet ad cnère da-ni , us>é dere la at;t oebutoii-aïta. L>eeliv maaétéaéddé,carruiveau deCrgain ligàsCD,uo-asiiel Randhoroma; recEh,qu pocune eoeufacoeaimiveau deCrgain ligàsPich>aëeP8HD,uoma; recEhhlodIon;èsies3srxperticntxideafdeoeates é pdCcn vociédeuac vié aaïtaeend.,e eists- >s teséàol mraaérllNcdébasesro(P3f5a1u iuuction edbutoii-aïta. LUn""5a1u iuuction emn/ndoux sblaaièspllimteimblmlnt3aiicenrrraufiaD vAuRpasfC ereaaré(daibl/r -ncembl icé.S Ma- oto(uuvrrg écemaotiodltspsi Eripleeicntitiière la eipinon eou"lesrôlrdeière daieDsctsredaaasblll3f5a1u iuuction e or mdete neg sue lacoemporéa -sodesblllNcdébt oebutoii-altsrn>butoiihunin(l artesculrr,,desdorePoan flePNdbre la aop">Da lpéeDoeruandetires3 lod>Ncdés lopprr -n).S Ma- Lsnteimblmlnt3aiicenrrrau C12 javdereàeprtéeslêrenoère la eévé/oetisdmn/nvac irlidémergnrcud gades le dé/orgi aoll5a1ivvice p ? UufiaD vAsppeeatcenlpéesenurrui>lllee eists- aboreéedesi "ceo(uuvrrg écel5a1ivf"eoélus ldssh enlpéess s oce3s eHPoan fliltééshuuanesrs ta -." pcutaiuuoph.,"lesrôlrddi -gdiaesms1eère la expgagelnt,6decksr andi ates é .S Ma- Ilesouhniemékjuueiburieol sue 1aesod drosoièe e eto(eDaa(rère daoasb é I édijéener,eu xps rvia -.s(rimomurage->onarna t cacspti.o(Pre la a.Eacsptiflebeepnlre la eé/orgi anie de8spi t cjaraiicaïtaaeufiaD vA iseàqnu nît,;odiicenll"ejrajgdiasshlodarareerdes éasblll3filualpée eisi "a dehllt(rsceys3 sre la eveinodaotaëeP8HD,uoma; recEhh-eChapia;odIma; recEh,up&#jedChronscen >butoii-ud gcutaiuuoph.dngonçréoy Ma y veau deCrgain ligàsPSuCtastorma; recEhh-eLsdoricesrs iéculires3 >butoii-ud goificaclrd1u iuuction ealpéei> ay Ma y veau deCrgain ligàsPE. irthui Ema; recEhh-eL3fvulér hbilté éCDi ee,"eneaïta.oàce3fv,y Ma y veau deCrgain ligàsPN. Byrrlts iet L.Dasleauma; recEhh-eaïta.,ligllmlnt3aenrrraurd1yclonesy Ma y veau deCrgain ligàsPD. D. Wager&ma; recEhh-eLsnteimblmlnt3aiicenrrrau C12 javdereàa120,up&#jeduoduésaiuuleoeuvisflePy Ma!y Ma!Eiveau deCrgain ligàs>Chapia;odIIma; recEh,up&#jedRacon r"P. Roa toma; recEhh-eTéeorgnrg ,up&#jedCometie(mjuue ovaunesiu adxmeidtDgleeéism>,mlodarsmcu séeae-cralièrej?y Ma y veau deCrgain ligàsPD. M.lièrejaint- F or ma; recEhh-eL3fornurrlaïtaeend.dfacee3xidvictimliduoeéism>,y Ma y veau deCrgain ligàsPV. Goi Ema; recEhh-eLie oid mdi -got3,mesnchoceet dphotosy Ma y veau deCrgain ligàsPA. Roa toma; recEhh-eMnoritefornurry Ma!y Ma!Eiveau deCrgain ligàs>Chapia;odIIIma; recEh,up&#jedL3fscèeréaïtaeend.dtupen uimandduoeéism>,y Ma y veau deCrgain ligàsPM.lièrejChaes oma; recEhh-eTéeorgnrg ,up&#jedOùae esppeaïta.oIodanaaièsplliméism>,lièrej?y Ma y veau deCrgain ligàsPL.DHurbn ma; recEhe- Religéet urol t les/eteimidtials&lpée "eneaïta.y Ma y veau deCrgain ligàsPD. E.Paint- Paulma; recEhh-eL3fociédeuac vié adr ère daévioses d>butoii-ud gc1aesoruandetiresy Ma y veau deCrgain ligàsPD. C. Fignoléma; recEhh-eDés taa1ls&lpée ,up&#jedpnosrtunieé ,alimitlpéeDoeetceelrajactu y Ma y veau deCrgain ligàsPF. Grünewaldma; recEhh-eLfiaD vA idsoruandetires"eneaïta.,up&#jeddehlàbile daeux sblaaièsplliméism>,y Ma y veau deCrgain ligàsPP.Pailignonma; recEhh-eaïta.,lépd ri cendds)-ONGalièrejeuère la exmpirsoruandetires"ene enlpéesy Ma!EiMa!Eiveau deCrgain ligàs>Chapia;odIVma; recEh,up&#jedÉléeitss ouro(un""5a1u iuuction /refode1eée y Ma y veau deCrgain ligàsPE. Doi smidtma; recEhh-eEeséarrdesblllNsgcutaiuuoph.alièrejeusoufiracsndlodorrunieéy Ma y veau deCrgain ligàsPP.PChansonma; recEhh-eaïta.,up&#jedli Be eiteumts-éeslvapemot rbe ,up&#j?y Ma y veau deCrgain ligàsPM.lièrejMrthi u,lé.HD,uosJacqss et ;D. Ds moItilCa>ssaa1u iuuction eaurpslNsgjeusrs aïta.eosy Ma y veau deCrgain ligàsPTuCtalvot, SuCRizketedN.cHerlmlelr-Zoreth>ackma; recEhe- Ndes aucreglrdas oce3thaniacap,up&#jeduoeabeC é>andeè nd>ssaéuvvotC.cHectorma; recEhh-eLsdoperpectelvliduell3f5a1u iuuction /refode1eée ,up&#jedrebats; àlNsgcut> p,up&#j?y Ma y veau deCrgain ligàsPCuCRidoréma; recEhe- Ruomucrlrr,haïtaaea pocsandiasoréi,up&#jeduodpéPa flebeà(un""5afode1eée pdCcn vociédeuce p ? y Ma!y Ma-Eiveau deCrgain ligàs>Chapia;odVma; recEh,up&#jedRéflixfnieouroealtsrn>butoiihuninlod>Nmandy Ma y veau deCrgain ligàsPP.PDesandgim ma; recEhe-eTéeorgnrg ,up&#jedRéuvvots3s 1aoreté eou oce3ldés lopprr -nonbutoii-aïta.y Ma y veau deCrgain ligàsPM.lièrejRedoEma; recEhh-eL3fcenlpéesefoiceè n,up&#jeduodapecte uell3f5a1u iuuction qmn/ne3seprtnês; àsmon-nlpémélièrej?y Ma y veau deCrgain ligàsPG. Doiéma; recEhe- Crinrc>s3srmleoiicto(piomovstraaderndes auxpgd èrCsy Ma y veau deCrgain ligàsPD. D. Moimr tma; recEhh-eLfiaD vAvduclpée eou ocroualièrejeu 1aoretéd>s3s 1aoreté y Ma!Eiveau deCrgain ligàs>D.PDesandgim ma; recEhe-eLs3 >éfipddicl3fisasoréiéaïtaeend.ddicSussd,y Ma y veau deCrgain ligàsPM.lièrejo4 Il n&rosnliri/Dés Dr .àa121y Ma!y Ma-EUufiaD vAsppevape,s muso vgsse 1aeduodséd>rux rltlrdat pocaère daeaciu> ieu LPuroa -s,dPeCauerrmraiéetsdomun>nuri -aàere la eateiver,eto(eDafar 6beeos spun;îîueicamsafar ss. Essay,niduitcsiesaeonaotr qcmmu iéa1eée .y Ma!y Ma iveau deCrgain ligàsPA poca uoll5aboraiée pdCcHarrynJosephpdCcHatae-Focusma; recE y Ma y Ma LsnM>Dat aed>ssauRPfucorrucr,mt/ rgéu>aasHïtaeennevia -.adr ère daévrangèen, Mr,up&#jiveau deCrgain ligàs>Dsiiel Sumalac ma; recED e pfuvéléde&rentoyo suee ander rrmrleP8Hasorosieée pdCcn vJuea cihlaiçaion<.MÁd,nlcoiad d é>a>Dat aedendrprniéodoficacleP8Hdr ère daévrangèen, n vJuea cihlaiçaionsérussdié3lhaf deo ga deessBélékou,qiveau deCrgain ligàsCAma hslDuclonama; recED esoon(rsurgeefugiivf"aa D 5a1 ée palpéei> nedsnCeltrôlrddi -Drgiussh(DNCD) ta -."bre la ap">Dtliv ée3xida uo(dtéshlaiçaion< eou ocs verésuesiuorotscipaiée pàeère la expeèeoLja csu vidnsr ère daérmriurnna3,mesn31vMisàa105,uoeeitsul hodoritd deecFeacsn, Mr,up&#jiveau deCrgain ligàs>Henri Paul Moraapema; recED.y Ma!yAtev>sr -n( sp/Drt/éliro(>a ondèrlipfuvéllpée efnieméoro(siee>Dat aedDsiiel Sumalac ,ioçaufiaD vlaten ugdresqe8spds)-rmmasshuuopérussdié3 eou ocp">Dtjuea ciflePNdeneaïta.oaihsonpns oce3s bmrdtddice3fSeineaou oce3urékjuksr lugub; àoll3f. t caardeNcditisfaceée desdoa uo(dtéshlaiçaion< .y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/15 octor .àa121y Ma!y Ma-Eiveau deCrgain ligàsPLanPl t les,eGnér hs dvi -aàere la ep">Dtsdprdeséeliro(>a ChaDr .à>aas>npgaéama; recED.y Ma!ySamedi raié pàe8h19aàtpéè3sonziialu spdd adisauss>on lntnpgaéahs oce3s 88a eieveintie(i1uencti(rorsaeuqvot ,eto(7 abst,den,ns Jy Ma!ELeeDat aeuacevmlriéd(>a ChaDr .àbNCnstdvmoltraatotr eolbpsedues6evmarque "eteeseemunde1iéetsdévoqusisoaot mdi -débt s,eto(eDaifiaD vAsppeaficrméddmtmmeinéàoleereps1m ui aas47itô3lladssrn>Dtrâahe eiseeisipouDrit>édésrmraisuCtmbls" mon(rsasobsP;vaes é pdCcn vvsioaïtaeend.,eeDaiit>éeuopébeeosàddehlàpnitedlea.lpleahembl iç iseàqsé>alurrrdère la arttm ui ae deietie(enfi efnvoofleP.y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/14 octor .àa121y Ma!y Ma-Prin/r rdeCrgain ligàsS anPl t les,eGnér hs de eDat aeusdprdeséela eSinaimh3>o4 Il n&rosnliriPtogjeudi 13 octor .àa121,(rsnoIes aucDat ae,dlimiveau deCrgain ligàsPér.GGarrynCelrle ma; recEhea6sooms d3xeSinaisauRcemaosieée pdCcsIseCabnda ee>Dat éd>rslenofinodaocer oeaimlre la eé/oicél>ssauRPl t les,eGnér hs de eGdes eer -n LAmèspdaocer o,(rsnoIes aucDat ae aofinodfacee3xidréaceée "eteeéro uib3xidaoDr .xsssh enlpéess lod>Nmandspdd assauRrosoutuliéet,up&#jo (; ,l3fiél nréHD,uosRodolph.dJoazilo,(rsnn(s On lébe ulLeeDat aeuenmccomrdat pocasnDat éd>rslenose(i1uenct7ldevan v>s Pare Lja cmfnddndro8ESoobtotr enesvot ed drospéacsnds ocs viél nrlpée eiesrl t les,eénér hs L>eevot eamlteumcuescruié po ri c etaàal3faijoretédabsolaecoamh>ac suee ase ux (2) ChaDr .sfDasi "enscarqbre la ausvvot ed doIoérospéacsndiro(>rentoyo suee ase ux (2) ChaDr .s,llue océéduraceseemurucr.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma Aymèspdaocer oeaimlre la eiieCrgain ligàsCartscl 158mi>n,(rsnDat aeusppemt rdtunvot ,eclxid eisoitiiaurp,tlevDz( 3fmind sfiaD vleslvmonpllaîn LDat aeuiveau deCrgain ligàsCGarrynCelrle mh; recEhasppeaoptési. Msrié.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma ALeeDat aeuCelrle ddevapdara oumltsi a3xmeêescexrchiceqdevan v>a ChaDr .à>aasDnpgaéaaàcedvtiui di [saufsaeDat ae epnCDoscabnda ee>Dat éd>rslauraaoie(enfi , taaerdenurrclpée).y Ma!y Ma ACemaosieée pduscabnda ee>Dat éd>rsle eGdes eer -nMirbelly -Celrle lièrejeu http://www.hnieilibr .eem/artscl -4017-hniei-rl t les,-cemaosieée -du-cabnda -e>Dat r,io4 Il n&rosnliri/28 aoûtàa121y Ma!y Ma-Prin/r rdeCrgain ligàsSAgrsculer o,up&#jedLeàpnitedsro(P3fiécurdé,calemot iad.q dqe&rentoyoeosèés Dr .àa121mh3>o4 Il n&rosnliriPÀ côtéd>s3s hé/omène dalpr olsn>itiièspdlffeasdsro(P3fiécurdé,calemot iad.qpsasotoasipfuvélrrdèramlpéess epurpslNsglus ldéu iés,deslfar 6as47igm,den,nneieeanilualpée erl t les,emn/ne3sfnvooonéfinriseosvaecoère daeaorrrge73ssgrscules é peiao -ofpere eC gaardeim,rteeoalNsglu -.riéet ad csi Etmpnl Jy Ma!EL pfucolu adxmsi Etmpnliaemsrtiseosénér hsefnilebeà(rejv utlsi= eaec mo1onlasuufud>,niduoeeys3 àal3fduu3 àdCcn voép/DreCnondèrli mrn;ésp,cksteiailualpée ea6tigtiuiédud gfnilebe>soronibilté éee(rocduu3scalemot iad. plca1ux esblllNsgzonesslNsglus laffeciéeséombl esblllNsgdéartemeit 3 dxeSuoère 08Asppe(Côebsydecfen, Gardeère 08AGosir"ssHend.,eBuDriroptl ts),de eNmrde(Bahe ,mPignon,eto(Ranmn/teb),dlod>ueNmrdère 08AEsnM(Ferrrr,,dFr seLia toé, Terrrr,ère 08ARougn,éCaracol),darteeculrèd.etie(en aoûtàenoseti.Dr ..y Ma- DsblllNsgfud>,niduoeSuo(uù(aNsglu -.riéet ad csi Etmpnl o-ncor ts.l>sr -ncrés47i,dltspsi xd>s3s 1cduu3scalemot iad. plca1ux ombl atlanïsesre la eaficahetagàce3fbaises. Par(xcrmlea,aasblll3f5ud>,nd>s3sCaybs,drosoidéaéeecmbls"lbutoiiu suee as. t caardeNsgzonesspeodctirici ddxmeaïs,llueanbmu3 àdCc6eliv dspp-oaséiiadCc68eaderdPNdene dilletaàa50eaderdPNdtucdébutadxmeiirqbre la aaoût L>eeh1rcaoiinov euqnu nuduoeabaisesaasblll3f5ud>,nd>s3sGonaïvbs,draiiceDasppeenehas47saasblll3f5ud>,nd>s3sCaybseeod>ssauRGardeère 08AAnseeeos is Ia ès dsemsi(netomur3 >sblllNsglelragershuuaorrsfDLs3 1cduu3scmporéaéséombl at rizeto( eGanïsesotagàce3fhas47sasro(P3fpao ruueeNsglatchésuCtoteiacugmot ieée pdusa tl ;nac/edusait aéiirqbsblll3fmesrtisuù(aNsrizerosoutulimlre la ealemot d>ssassad>ssauRpupué1eée .y Ma!yA poccoteiacugmot ieée pdusssassadombl at suc o,(rsnpovstraadfiaD vlachaaàet dpauv domun>nulraddNcdiméns,r aSeloomlre la eIsoutuliuaïta.eosèecS ieéspéess ee"dère la aIerrmraiécen, elimt1ux ere la a.Efllpée "enegPnuemLja cm nuelaufiaD vladprot/sede 10,up&#j%. Ensosusr,cl3fmun;îseplca1lr,cl3faderdP,coedésaeucoediro(r mdr sdtucdll5aruCtod eistptanînlradunoeapaeuco1eée desdocoût mdi - 1cduu3scmporéaésé>itiièspd 1cduu3scalemot iad. ppurpslNsdehli(nevire eies50,up&#j%mdi -besoit a>ssauRpupué1eée esotagmporéaés. Tmo1ofosi,ioçaobsP;vidIo eiveau deCrgain ligàsCcugmot ieée pduslelra-sdds rangsferticdnbl&te3 dsàl3fisasoréié, utlardeys3ma; recEh. De 80smilléet ad cdll5arNdene dinàa120,àleslelra-sdspp-oaséipàe88smilléet aene dinàa121 esoi,aunoeaugmot ieée pde 9,up&#j%. y Ma!y Ma-Eiveau deCrgain ligàsPMonn(mh; recEh,up&#jey Ma!y Ma-ELs dsemsi(tlrdifpdlffectuéahlne dinàoitiiaromltseur3 >sblllNsgcmmu ie a>ssauRpu Etm occorrunaéodeadmtartemeit fDLs3 fucolu scdébuteaoie(, utlaalmnbuto08Aseti.Dr .. Dusfiu3qberauRp ustéai-c àdCcn voép/DreCnondèrli msis Iatae3qberauRp usedues6culer os,dltspsauv desiu aot"denec1aeso(Phssad3)(en aoûtàenosnmspti.Dr .à>sblllNsgcmmu ie a>ssBaris>ssHend.ae3qberBuDriroptl ts. Ensi auctor .àlod>ns Dr .àeanilualpée eufiaD vlaméléerlradtimes msauv doasé ootagàce3fphssad2fDasi "eam,rteeoaod>runaéodeadmtartemeit ,àeanilualpée esppese niblmlnt3amrmhsorranlmiPNnsefmindeiictosnbuto08AdnurIu a>ssauRnormlsP.y Ma y Ma Eiveau deCrgain ligàsPéiieCrgain ligàsCNmrdère 08AEppmi>n(mh; recEh,up&#jey Ma!y Ma-ESislNsglusassh -offnvooonéllNcdés lopprr -nonss6culer os >sblllNsglelragershuuaorrs,cn voép/DreCns3ssauv desiu aot"deneaeucirté o(Phssad2)(en aoûtàenoseti.Dr .. A pocas3 fucolu scrttm uue mdi -golragershuuaorrs,cunoeléèèli améléer1eée pdCcn volualpée erprtnufiaD vlopérr"e/tretluctor .àlod>ns Dr ..eL3foroximitél>ssauRépd ri cendDienicaindaeofirec>s monosrtunieé l>ssrejvaildeafdeoere ,du "prclpehli(aot mdi -jmur3 >onlatchés [ludtiàeag, iui di] à >s3smillé utddicrrCsonne dmn/ntrjv uten v>a iron èrli.y Ma y Ma Eiveau deCrgain ligàsPéiieCrgain ligàsCNmrdmi>n(mh; recEh,up&#jey Ma!y Ma-EPi= eaec mo1oll3f5ud>,nd> eNmrdeveinodfr mdéeliro(>a oép/DreCnondè utditiiaunês; ànictiéahlne dinàt pocaère daeateivéuee as. tirsfDLs3 zonessrnpgaé scrri>asdeemussBahe ,mRanmn/tebàeagPignono -ofétéslNsglus laffeciéesfDLs3 auv doedésalacoie(, utlaalépd ri cendDienicaindaeouà>sblllNsgcmmu ie a>ssQurteeor Moi Eae3qberLmoneatDàoll3f sp/Drt/odeadrejvail BIlaooitiiaurp(P3fpao ruueenec1aeso(Phssad3)nlmiPNna pocas3 fucolu scdxmeaïsdlod>uesorghod eisore la eép/Dl,nneiot"den">Dtfinmspti.Dr .àeo(uctor .,(rsurgilualpée ealemot iad.qeevapenêufiaD vlaméléerlr BIlaoo aot"denePhssad2e/tretluctor .àlod>ns Dr ..y Ma y Ma Eiveau deCrgain ligàsPéiieCrgain ligàsCSuoère 08AEppmi>n(mh; recEh,up&#jey Ma!y Ma-EL3f5ud>,nd> eSuoère 08AEpp pnigllmlnt3asoufi tPdCcn voép/DreCnueh1rcaoiisot"delpéméesàoleevire e50,up&#j%mdsi "eam,ao ruueeNsgzonessd csiodction . Gardeère 08AGosir",lAnseàolPia;os-st(Côebsbuto08Adnbuto08AFerisot"dlNsgcmmu ie alNsglus l ouhééesfDLseh1rcaoiisppeeatsi Eripleeasoursnd>aere ,du "prurge73ssgrscules é pdère daiAnseère 08Aàère 08APia;osae3qberGardeère 08AGosir".eL3fo useduecesteijculer oisppeuvleuéeàol. t cde"30,up&#j%mdsi "c"eje ux >ondèrli mcmmu ie ,lréduudié3laère daeaccèsd>s3ssauv d3xidalemot sc>ssassa. De . t ,ql3f5ud>,nd>s(Côebsbuto08Adnbuto08AFeriaaétéa ouhééeliro(>a tmpnêebeEmildns Dr . [eomlre la eabsP-c àdCcnulradolp">Dtenec1aeso dqe&rentoyoàsl3ffnddnsr>ns Dr . eantdcembl iclradl pfucolu adxmsorghodlod>ue,iirqrelgo.y Ma yHL/uaïta.Libr / FEWS NET/ CNSA y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a223 aoûtàa121y Ma!y Ma-Eiveau deCrgain ligàsPBulletinmspuco1l # 15 dxmeardi223 aoûtàa121y a; recE y Ma y Ma Prin/r rdeCrgain ligàsSAl used rougndiro(r mdr sd 1ux omniciéet ad c1yclone de e qberGnlpéeseesdoRi eaesdeafdeoeDésaiuulso(PNGRD)mh3>o4 Il n&rosnliriPLfiaD vAœesldeeère la Épurage dIrènead cca égod>rd2esroelbutoiiuép/DlnemSaficr-Sipnle eurareerdes éprurgere la a.Eiai- to(. t cdbutoii-ud gcot ianead c kilomèt d3xRnordl>ssauRrôebRnordl>butoii-aïta. L>es mrnac"ej.ro(r mdr sdtux omniciéet ad ctmpnêebs s -of motsrnaodeemt rdou ocrou1onlasuucôebsynordl>butoii-aïta. L y Ma!y Ma-E Endlffea,Hdr1 h pmae deardi223 aoûtàa121, gere la aœesldeeère la Épurage ddIrèneaaaétéalca1liéipàe20.7ldegré a>ssauutuldbRnordlto(71.2ldegré a>ssaecEtuldbRousppesoi,a170 kmd3xRnordlnord-ousppedbROantaenith.,"140kmd3xRnordlnord-tppeduéCap-Hip,ieEae3q260kmd3xRnord-sppedbR.php jours.Er, BIluoedésalacoHdr17km/h(neti 5a1 ée pousppenord-ouspp L>es vtis smaxasoufiletagàc160 km/h(a pocesdorifalu mbeena. t csupes vtis sdre la Épurage dsoufiletagmindeenadaaasbllIosray,nedbR85 kmdàm,rteeaadu s taaemtimes mvot sc>sstmpnêebs sro(unsray,nedbR335 kmd motsrnaoàm,rteeaadu s taae.eL3fornurée ps taa1lefmesrténbsppede 977 hectopasa1lp.y Ma y Ma E s On lébe ulIrène,up&#jo (; ,loer 6s3srxuédictpdd a,nidnordlto(s taaem>butoii-aïta.ealtsrn>butoiihuni LUn""largndzonead cseucopitlpéeDuoedéss loppaneeu es dl>ssauRépd ri cendDienicaindaeourorintaatieesui aigllmlnt3aql3f5ud>,nds dl>oeeys3 ceo(tpéè3-mitiàeagcpseoir. y Ma!y Ma-E Ensce séeae-cr,àlesSPGRDfmindeiictoe deardi223 aoûtààa121-lesdo , uxMd dvigialcsn rougnde e qberGnlpéeseesdoRi eaesdeafdeoeDésaiuulso(PNGRD) ( i.e.eei eae ere la a.mpac"dère la a.Ebutoii-aïta.o dqe&rentoyoàsades l ordae.etoteiamesrtisdodesiurition eaurpapenêufiaD vlétm ui as oce3s côebsys dlto( eGgolf àdCcn vGonâvelsicofiaD vAsppenécspriad..y Ma y Ma ELseCNMonsrpmuksr t pocasnSPGRD,ql3fDPC,tlre la ÉAANee3laère daeOFNACcnts tes1eée desdoaéoposr 3 dxeCap-Hip,ieE,edbR.php de-Paiideafde H.Erhso dqe&rentoyoàsades l ordae.e y Ma!y Ma-Eiveau deCrgain ligàsPCelsel/osmh; recEh,up&#jey Ma!y Ma-E LesSPGRDfst(P3fDPC-e andertagàce3fpupué1eée eeNsgzonessàcri eaesdère la u.Eode1iéet,dère la uéboulmlnt3s,onsrgPnuemLja cde enrrait dodesiecterrge73scelsel/oscsu vi-ebs.y Ma-E * Sesdttiirgdrlbutoiiuépou1osdi -grprig smmétéo.y Ma-E * Mltsi ahorsedre la exuxMepr,aceqmn/neprtnês; àl ;emungéseoscasdère la u.Eode1iéet.y Ma-E * Rejoesui avotr qlogelnt,6ou"ledoab1aedsûnaornl/alepliro(>sdoa uo(dtéshlca1lr "et dpmmieé l>éartemeit axi y Ma!y * Celsolorrrge73stoi,u spdln tôebeepnlaemt rdà(>a tmrrec>s mu -a 3 >sblllNsgcapnl y Ma Prin/rh Il n&rosnliriP· S cseuartrieolévacuriesicnécspriad. llNsgzonessexpoéii d3xidujode1iéetsdepngPnuemLja scde enrrait,up&#jed(su id.sdujode1bl/s, bmrdtddicmr",lraviie ,lrivèrli , falcs mdi -golragers,letc).S Ma- · Nentrjv uterllNsgfivèrli mtnec1ueesoon(3xcudsDat è oeaimlre la eIEto4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a23 aoûtàa121y Ma!y Ma-EivpaneCrgain'ligà_docueits_1305 ligà_docueitss ligà_docueitss_coto4 Il n&rosnliriP.php jours.Er,a2eardi22 aoûtàa121- 06h00gs la1;ày Ma y Ma ELse veau deCrgain ligàsPSecootiaa/te, raanictonsrgnlpéeseesdori eaesdeafdeoeuésaiuulsma; recED ensrpmuksr t pocasniveau deCrgain ligàsPC taaemnlpéei> qbermétéorelogi mh; recEha(CNM),ql3ucr,mt deardi2eaié ,mlre la eal used1yclon cendrougnd3mèspdunoeléèèli accélér1eée pdCcn vtmpnêebetaipic/CNniveau deCrgain ligàsPEmilymh; recEh, néece3fvssaère daeAtc ateihsaisuEL3ftmpnêeb,ouitiièe s taaemtppesi,uéeou oce3leietie(sro(P3fprteeoasppeeatmnrc>s3sCaraïbrs,là 390 kmd3xRs d-sppedbR.phpooRico,uoedésalacoHdrIo dvstnurrldbR26 km/h(, utlare la Épusppee3laurpapenê ouhéeieeanépd ri cendDienicaindaeouiicaïtaae>sblllNsg 1ch>aitNsg24Hdr48ialu sp. ECle fiu3qpesnrc>s3smrnac"ej. ustéai-cbsydecforu sc. tirs,onsrfsr 3 vot s(a pocesdori eaesdaccrusdère la uéboulmlnt3s,onsrgPnuemLja scde enrrait e"dère la a.Eode1iéetsdsroelbutoiiurnoembéodeadeys3,eeos is Ia èseère la exxtrêmefvulér hbilté édecksr andi déartemeit 3.y Ma ELseSecootiaa/te, raanictonsrgnlpéeseesdori eaesdeafdeoeuésaiuuls (SPGRD)fst(P3fD 5a1 ée pdssauRPfjrn1 ée pc vié a(DPC)o -ofaceévéllNcC taaem>butoii-opérriéet adbutoii-urgP-c ànlpéei> qeo(tpdé leaegn vlupué1eée eeNsgzonessàcri eaesdère la u.Eode1iéet,dère la uéboulmlnt3,onsrgPnuemLja cde enrrait àdesiecterrge73scelsel/oscsu vi-ebs,up&#jey Ma!y Ma-E S cttiirgdrlbutoiiuépou1osdi -grprig smmétéoce p ; y Ma-E Mltsi ahorsedre la exuxMepr,aceqmn/neprtnês; àl ;emungéseoscasdère la u.Eode1iéetce p ; y Ma-E Celsolorrrge73stoi,u spdln tôeb mtimes mu -a 3 >sblllNsgcapnl ( dqe&rentoyoàst deardi2tpéè3-miti)ce p ; y Ma-E CelsutulirllNsgfésP;viscalemot iad. ce p ; y Ma-E S cseuartrieolévacuriesicnécspriad. lNsgzonessexpoéii d3xidujode1iéetsdepngPnuemLja scde enrrait,up&#jedsu id.sdujode1bl/s, bmrdtddicmr",lraviie ,lrivèrli , falcs mdi -golragers,letc.ce p ; y Ma-E Nentrjv uterllNsgfivèrli mtnec1ueesoon(3xcuds qbergnlpéeseesdori eaesdeafdeoeuésaiuuls,àt pocaère daeappn/ndoCuorotenires3 ntxi,lrenforsndl3flebilta1eée douroeaccemargneieeanlupué1eée eaïtaeend..dLeoeClmrdes1eée l>éartemeit alos,dltsppmmieé lpmmu i>xideaflca1ux,-ads iqe8spls dsaps é -velontires3 >ellue ocrn1 ée pc vié asot"deneé;t oebutoii-al use,ealoutde&iclNcC taaemnlpéei> qbermétéorelogi domun>nul"àcsu veaaatienev>sr -n(ère la eévolueée pduseystèm d1yclon cendouro(enauerrmreieeanlupué1eée .y Ma y Ma EPurod. t cdbutoii-uerrmraiéetrpmuksrnnaegn vmétéoce p ;ey Ma!y a href="http://www.meteo-hniei.ades.ht"eCrgain ligà_out">www.meteo-hniei.ades.htPra!y Ma y a href="http://www.meteo-hniei.ades.ht/vigialcsn.php"eCrgain ligà_out">http://www.meteo-hniei.ades.ht/vigialcsn.phpPra!y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a218e dilletaa121y Ma!y Ma-EHierisoir,iveau deCrgain ligàsPéLénordlFsrtuné s On lébe ulAzor,up&#jo (; ,mh; recEh, t/ngtlu meaftambprnins évd CgroupNniveau deCrgain ligàsPRicesr MapoxMd dAzorma; recEhea6in uu"lbutoiiuâm8Hdr ère daéhôpitll BsrnnrdlMevsàtpéè3sa traalffectuéduodsecteacl dsi "enscadrec>s mfnlpévieé l>ssl3ffêseduecMot"dCarmel.y Ma!y Ma-E&#On lébe ulJère daeaoelimt1mbprn dsi "ebutoiiuâm8HepnlaemusieaecosbllePNdenrajall"e,up&#jo (; ,luixu3qAzor.y Ma y Ma ELsegroupNn&#On lébe ulRicesr MapoxMd dAzor,up&#jo (; ,lveinoda rigeeoro(LénordlFsrtuné s On lébe ulAzor,up&#jo (; ,, t/ngtlu meaftambprnins évmn/norapprotenuaàa>sdaoDr .xssshrrmraiéetsdd éiieCrgain ligàsCniveau deCrgain ligàsPkonpama; recEDemi>, (uitiiSS Od.ae3qScorpio) oxMd diieCrgain ligàsCfolklouemi>, (troupNnBakmoltu),dta -."bio irlidprteeoad CgroupNn&#On lébe ulRicesr KangaddNcWawa,up&#jo (; ,fDasi "en mrn;ésp 90urolriéliro(e3leiu>sr -n(iveau deCrgain ligàsPricesrmh; recEh, tsegroupNné8snéliro(Jiveau deCrgain ligàsCccqss eMauricilFsrtéiéma; recEh,n&#On lébe ulWawa,up&#jo (; ,norl reps1ipddictsreieeaniveau deCrgain ligàsCmusieaecvodoema; recEhhetrpmuksrt,up&#jedt pocaui,ceDasppeoaséipi 5a1 mLja cdudiieCrgain ligàsChouerrmtmi>, (trmleacvodoe) àal3fdcèer.ày Ma y Ma ELsesuccèsdeiccjuueéliro(e3lgroupNn&#On lébe ulRicesr MapoxMd dAzor,up&#jo (; ,lsel/ifissauRnormlsta1eée deucvodoe,eà(rejv utlsaemusieae,lsae spun;îssdiécedendrié3leaeckuler o,de3laère daeaccptifife pdCcn vlruueafrcaindaee3lays3and.ddicere la a.rrunieéeaïtaeend..y Ma- Dsbllesteijopséeae,le3s mrDr spdduegroupNnémn/n spun;îssde-of mosnês; à>s mvodouudié3sg 1aiéceat3s,osfiaD vlenscrisottdexplici mLja cdsi "eamrejiciéetde3laère daeun , usseymbplieaecvodoe,à3xdehlàrsnoImde CgroupNnfiu3qréfieiccr BIlaoaspirstagàcmindeenérllNccjuuac"da pocas3 ficesrs dCcn vtejiciéetde3lduseaceé,nàgere la a.magnde eiveau deCrgain ligàsCmapoxma; recED e rr sseaceédeucvodoee3xidricesrs mporsi-ebs,srnpgaé hébergnrc>s3srss1iap.y Ma y Ma EMusicalmlnt3,oa poct/ngticto(perauss>on ,ftambprnsàbNCnondsnoisipiuucetie(é5a1irieae. irrqusiliro(e3lbatseetie(inrgaiflebe>s muambprnsàdbutoii-uespirfife piveau deCrgain ligàsCpeerdma; recEhhà(peesr sou1odu "pao(un""boîtbeà( ythmr,cl3f trxérussdié3em>butoii-Azor,à3xmtiDr . caractn(mh; recEh, t/ngtllaère daeattacheLja cmxidricesrs oucembl it. lNsgéps Idrs dCcn vvsiool t les/eteirsusrhles,rnll"ejrteespéess ...y Ma y Ma Prin/n(dsniveau deCrgain ligàsPCarl Lafelra-smh; recEh) elimgroupNn&#On lébe ulRicesr MapoxMd dAzor,up&#jo (; ,lacrés47ilardeyriensrpmusP;vinélbutoiiuauthetaici él>ssauRmusieaectejiciéetnDlne,Mepr,aeos spuuraa cmxidmoyet aéi>ondspdd adiffiirIo,h eissermltse-."biolfiaD vlenscrirsasro(P3fscèerémusicalme ocfnurée nDlnem>butoii-aïta.,veafde rislstaeria pocas3 musieae peiao ccupN-aàere la emrdes1ienoère la eaciu> ieu y Ma Ayltsrn>butoiihuninaïta.eafpere e scaarde(rteesp..y Ma y Ma EHL/uaïta.Libr y Ma!y Ma-Eir Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a22e dilletaa121y Ma!y Ma-Prin/r rdeCrgain ligàsSo4 Il n&rosnliriPiveau deCrgain ligàsPLbutoii-AsCDi eife pHïtaeend.ddicPsychelogi mh; recEha(AHPsy),dt des tgjeudi setporndereaeelgèspdsceenttfles/ad cssychelogi esoon(rsnThèm d&#On lébe uliieCrgain ligàsCnLa SitoélMeunaéodeneaïta.oaièspllim12 javdere,up&#jedTrauraiésass,dAdprot/ssdtimTrai mLja sma>n,up&#jo (; ,fDy Ma!y Ma ACsteijades le dasCDi eife pd cssychelogae phïtaeenneafiaD vAsppepaiposé s On lébe uldre la ÉpuvaérllNcdébaseepnlaeréflixfnies oce3s erauraiésass6tigtiuiépliro(>sééism>,mu C12 javdereàa120, dsi "enssoociensrpmuueiburieol suemrmhsorrae 1aesoetrphargndssyche-CDi elogicenddi -Hïtaeend.sdeafdeoeHïtaeenn,up&#jo (; ,, eprtéoomlad.qesblllNcdocueitse>soueibuéd3xidujvieé leteux.aorotscipatap.y Ma y Ma EPl ;naegraisCmtsrna,de e30e dinàtu22e dilletaa121,mdu etonfieiccè utd ,du "decFeacsn, dicSussd,, dxeCanada-Québecdeafdeoet;t s-Unitditiidébastuia pocasdt moll5ègae phïtaeenneès dsmon-thèls ésu vi-es,up&#jey Ma!y Ma-E * LicPsychelogaecosbllebutoii-aïta.o>butoii-Altsrn>butoiihuniy Ma-E * Muleidisaiplinirté oosbllePNdApouiicPsycheCDi exideneaïta.y Ma y * Adprot/ssdFamildalos,dCmmu i>xtires3 lodCll5a1ivve ad csi esoetrphargndd3s eraurasy Ma-E * RéfieicticCuler ol3 lodMéc>Da asshaimRulslèe e etneaïta.y Ma y * Exornurée s,dVerblsta1eée 3 lodClmu iéa1eée sdeemussThérapisp.y Ma y Ma ACsaeelgèspdsceenttfles/aafiaD vAsppefixéeou ocobjeciéfshaims On lébe ulrésnérllNsadiffieictic ocfnurée nDls dCcn vditoé eit alo (Psychelogaes,dPsych eiuls,àTejvailasdt mSDi exi,dMédecess,qInicrmèrli , Guon ,up&#jo (; ,ce p ; Caims On lébe ulcelsutulirlIo dvé(daibl/dsu 1oform ddNcdisauss>oniaurp(P3fditoé eit alo eneaïta.oiro(>a m esoetralacoHbre la ausvfésPuxMd d ocfnurée nDls e"dère la a.Eoutuliéetsrpmuksrnée,up&#jo (; ,leafde s On lébe ulmltsi aà(a p>sorosieée pdCcn vociédeuaaïtaeend.ddiCauerrmraiéetsdetqcmmu iéa1eée pdsceenttfles/oes oce3s ssyche erauras.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma ALeeBr oausCaraïbr"biolfiaD vliveau deCrgain ligàsCAgP-c àun , ustéirespdCcn vFeacsophoni mh; recEha(AUF),laère daeunndoCuorotenires3 decksaeelgèsp,lsalaecksteianictilpéveeenosnomurage-rsasop">Da lpernaoàm, ri rrdesblllNsgmrmhsorr l>ésais"en mrtes asceenttfles/oedecksteiaeiccjuuee. s On lébe ulCn mrtes adeeeillocendud gfoipli ri ésssermltsaot"ddeeeimbéoo(>sévidsoesblllNcdomianead asceenc3s ssychelogicenNdeneaïta.oenoseaot",-ssbllaxcudsdou1o, Itili d3xidétudiat3s,o3xidun , ustéires3leteux.aoocfnurée nDls dCcn vditoé,up&#jo (; ,, aofinodsa traaM.lièrejD,uosiaréssThéoda3,mD 5a1 s évd CBr oausCaraïbr"biolfiaD vlAUF.y Ma- DsblllNmeêescordaedère la a.dsi,ee3laurpjéener,eàgere la aavtiirndoCuoerpectelvlid. t crosieévrs,cun raser"entloetrasychelogi esppeenecprnsàdbutoii-é5aboraiée pàsl3ffakuleéad asceenc3s uuanesrs biolfiaD vlUn , ustééàdbutoii-t;t BIludevapddnurP;vvro.l ;naegne dcadeurn;ésp 1ch>aitNsg. iiridt mmillé utddicrrCsonne derauraiéséspddueéism>,mlodère la arsusrhlcutaiuuoph.adalpr ollbs,draiicaiir"biolfiaD vlensécurdé,cteirsusrhl hé/omène di éssàce3fvioletc àurblid..y Ma-Prin/ a href="IMG/pdf/ 1caarmus-liv t.pdf" utule='PDF - 572.6 ko' type="apalacaiéet/pdfiPiimg src='lca1l/cache-vel/oteis/L32xH33/pdf-330a1.png' width='32' height='33' ealt='PDF - 572.6 ko' style='height:33px;width:32px;'eCrgain'hrrmrai_png' /!Pra!Prdt> Prdlo4 Il n&rosnliriPHL/uaïta.Libr / AUFPrin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/RediffiirIo(neti 5a1 edbR.php jours.Er,gàc10h dxmeaié palu sl>butoii-aïta.o(17hpalu sl>ecFeacsn),ls oc a href="http://www.aarhn-eidtD.op""eCrgain ligà_out">www.aarhn-eidtD.op"Pra!y Ma y Ma EivpaneCrgain'ligà_docueits_1284 ligà_docueitss ligà_docueitss_cotDa lpon emidtialeémn/n sgroupNn. iiridt mcot ianesMd d ocfnurée nDls,dère la6;experticeafde citoyet ahïtaeenn,"biolfiaD vlentbutoiihuniaàtpéè3s>sdaoDr .xxalffsr 3,dofiaD vAsppdoficaclelièrej! LicGRAHNsfiu3qbésrmraisdprteeoaentsr -n(citoyet,"largndee(inc iirf,fvisnaegn v1u iuuction qdbutoii-ud gades le dociédeuaaïtaeend.ddfiaD vlecsàa130.y Ma y Ma Eiveau deCrgain ligàsPIthttp://www.hniei-aarhn.dstPra!y Ma y a href="http://www.facebook.eem/pig s/GRAHN-MidtD/125665430829222?v=wall"eCrgain ligà_out">http://www.facebook.eem/pig s/GRAHN-MidtD/125665430829222lièrej?v=wallPra!y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a218e dinaa121y Ma!y Ma-Prin/r rdeCrgain ligàsScCuler o,up&#jedL veaaenurrldsrpmuu,du "numérieaesmh3>o4 Il n&rosnliriPL veaaenurrldsrpmuu,du "numérieaesy Ma!y Ma- Àdlre la ÉpccairIo(dsas50 ans biolfiaD vliveau deCrgain ligàsCAgP-c àun , ustéirespFeacsophoni mh; recEha(AUF),laeeBr oausCaraïbr"eso nitedcoteiacn;éssàce3f17e édieée pdCc veau deCrgain ligàsPLiv dsn Frldla Cand.dàcSuc odàcTabar o,(rsnBr oausCaraïbr"bé trllradolrejv utluodstrde(miplà(s p>sorosieée piro(>sdoop">Da lpernaode Liv dsn Frldsrpmuu,du "numérieaes Lct mdidcoteiatsrnnén,laère daeaccptoasira m e, taaeirsusrh,as oce3tsit ànirc>srpmufieiccrs-débt sacnéméesàiro(>sdoécrisandi times mun , ustéires3lhïtaeennfDLse21e din,"bio9h00gàc14h00,dourorlteumcueBr oausCaraïbr"AgP-c àun , ustéirespdCcn vFeacsophoni a(AUF),lss d3xe51,(1ueeDufsr ,eBus dVonda,dIo eiveau deCrgain ligàsCJsrnnéndPoru scOes t sm3xmCNFPma; recEheayatiiaurp(thèlscas3 fnurIurcu fbibliogrrphicenNdenelagne.y Ma y Ma ELse veau deCrgain ligàsP22e dinmh; recEhadtl10h00gàc13h00gourorlteumunsrpmufieiccr-débt eàgere la a veau deCrgain ligàsPUn , ustééàQui eaeyama; recED e yatiieemussthèls,up&#jeiieCrgain ligàsCniveau deCrgain ligàsPReglrdsec1osséahs ocea Celsutuleée eaïtaeend.,up&#jedhir",laltsrn>butoiihuni lod>Nmainmh; recEhami>n,(a poctemussujvieévFeitz Desrmmass, MecMot"ferrrr, Dorveea(oIoérospérmé), MecBsrnnrdlGdeurr,cl3fmudérriricilsira MirlrdeimMcnégai.y Ma y Ma ELse veau deCrgain ligàsP22e din(en apéè3-mitimh; recEhaseaot"dinaugu;éeje ux evpac dnumérieaes veau deCrgain ligàsPa Cand.dàcSuc o,laère daernoeagneeit fnumérieaelaxRsP;vvc àdC mun , ustééseaïtaeend.s,up&#je Bibliothèes/s numérieaes biolfiaD vlAUF,ldéuu iuueife pd cvonéepmufieiccrsce p ; CcmufieiccrMd d onurrlà miti.Prin/rh Il n&rosnliriPLse veau deCrgain ligàsP27e dinmh; recEhadtl9h00gàcmiti,dourorlteumàeeaniveau deCrgain ligàsCFakuleéad aSceenc3s - UEHmh; recEhas eso270,lAngeseRss eMsgr.GGdilloxideafJosnce p ; C le doira cnéméeàiro( veau deCrgain ligàsPD,uosiaréssThéoda3ma; recED.y Ma!y Ma EEiiaurp(finrràese veau deCrgain ligàsP1reà dilletmh; recEhadtl9h00gàcmiti,dourorlteumunsrpmufieiccr-débt es oce3tthèlscds,up&#je iieCrgain ligàsCniveau deCrgain ligàsPLecksrcebe>s mromaccè ut,up&#jedreglrdsec1osséamh; recEhami>n,(a poctemussujvieéviveau deCrgain ligàsCGary Victorma; recED eiveau deCrgain ligàsCÉvelynsrTrouillotma; recED eiveau deCrgain ligàsCKotelysiarsma; recEheenMtemussmudérriernaoiveau deCrgain ligàsPéarlaneaAlixfsma; recEheenM veau deCrgain ligàsPD,uosiaréssThéoda3ma; recED. Cen v1iooasé oaeàgere la aAudioiaaum S1osRorrldbRLimaeàgLalae.y Ma y Ma ELii aas47ice p ;ey Ma!y a href="http://www.hnieilibr .eem/artscl -3156-hniei-kuler o-liv -en-rrld<-a121-uns-edieée -xxhrtife nDlne.html"eCrgain ligà_out">http://www.hnieilibr .eem/artscl -3156-hniei-kuler o-liv -en-rrld<-a121-uns-edieée -xxhrtife nDlne.htmlPra!y Ma y Ma Eaïta.Libr y Ma!Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,v18draiaa121y Ma!y Ma-ECfiaD vAsppdàgere la aArcaharis[à(un""taot ianead ckilomèt d3xRNordl>ssauRrapitlle]de&iclNcPiucorrunMiveau deCrgain ligàsPMop/DlMirbelly ma; recEhea6pfucoréslNsgcélébr1eée sdeeneaceé d3xRDrrpoausaïta.eosepdàgere la aUn , ustéé BIluy aofinod ssvibrat"ddsocsrnaoàmauRN1iéet,dèoie(vtrciqe8slcenNdexrajaes,up&#jey Ma!y Ma-Es On lébe ulPlpleahbiolfiaD vlArcahari, Plpleahaïta.eo,y Ma ELsedestraadermémoad.,emn/noltsrn>butoiihuni pundui3amr doasdàgere la aArcahari, tsehar 6lteum>sdaosi ahisoiad.,emneiul tsrnaoàm,eesr tpéè3smonmcconurée pàsauRPfucorruc àdCcn vépd ri cen,uoedver 6butoiihuni dr seaegnsnoImdere la aaïta.et,"pèlerinagndee(réflixfnifDy Ma!yPèlerinagndsûrneit ,àcro(vlvlideodfr ît/ss,desiu nnosnomi aastsrn>butoiihuni dr ocnoun,"biscl ;naescdbutoiiursCrgvos,dltspp cairici dmporséesàiro(>uRrupitioé, aNsracsm>,mlodl3ffrlds mrmmass. C cairici desbllamsaâass,do cairici dà jaraisfDy Ma!yAa -."biomiaeicdi a3xmPasaisaàtpéè3sm3fornuifife pdCcsermlt ,àjère daeaoeeu(>uRrhi-c àdCcvonéerrge7 Musénde eP -.héo dalpéei> qaïta.eos(MUPANAH)(uùljère daeaoepumcdmirinélbutoiiuhisoiad.m>sdaosi adrrpoau,"bios3fc étsie e dqe&rentoyoàsad -jmur3 ee(rrsdié3àiro(>sdodiffieictict/ngg.eit feiao -ofmarquédae phisoiad.,ensdaosi ahisoiad.,e>sdaosi alia toé, oymbplem>sdaosi afi toé miPNnsutepr,,"biolfiaD vlun e pdCc mosnssshrils. CfiaD vAsppdcoteiaun e pes,eeoon(3vet apere ,mlodes,eeoon(eoon(paiposetsdd éreerdes r.GArrêtobllamsaderall"eles,rnll"ejin de1ifiésp,cmltsobl-eoon(rnoembéoddr ocrebâeeaaaosi aeys3 détruu3àlod>nvasoé, juroblles,eeoon(eoon(mltsaotn(rnoembéodsmosnclmeêescdrrpoau,"clmeêescdrrpoaufc ééliro(amsai-cêusrh,adr ocreerdes raaosi asdes rianeé,cteijuroblles,eeoon(rebâeeaobllamsi aalpéei. Juroblld csi ooons mAteihslideodslradl pfi toé dCc mosnssshrils.y Ma y Ma Prin/rh Il n&rosnliriPRtpdé obl-eoon(>sdaosai-cêusrh,arejoegnonsdl pfi toé dC mrmmassm>sdaosi aaïta.,vrtpdé obl-eoon...vrtpdé obl-eoonadtl1803...vrtpdé obl-eoonadusea deqni puul dsi "amsadeiie ,lofiaD vAveinoddehlàea dlièrej?DLseea de>sdaosai-cêusrh,alseea de>sdaosi aGarde Pèred eisore la esppeeevé TeodKaléeou oci 5a,up&#jed"ofiaD vAsppdasé zlièrej!" DLseea de>sdaosi aGarde Pèred eisore la esppeeevé TeodKaléeou océcrirs,up&#jed"Lia toé ou(>uRMr s" [...]dou oct/ngtle,up&#jed"Geicadir,eàgere la aasdiutlièrej!" Nosi adel/ioé nre la aadoasdd csi i,eépd ri cend>butoii-aïta. LUDuoeul eprpne,MuDuoeul drrpoauf[...]deoon(eCcvovet apascdsi "eamhmuu,.eépd ri cend>butoii-aïta. dCc mosnes mu mpe, toembéo,ceDsdara o-ofmirqbsblll3fco évdiolfiaD vlArcahari, ou oceaecosbllt/neaecvilea,aasbllt/neaecbprngado,(rsndrrpoaufindelèsr sou3qpu -.é, ou oceaecrsndrrpoaufbéoudee(rougndflottsasro(P3fépd ri cend>butoii-aïta. LLsndrrpoaufmn/neoon(3sfiu3qbevtiirndoCuoerponne ,(rsndrrpoaufmn/norfiu3qà jaraisceaecrsnoImde Ceprpneeaïtaeendesiu dasCDi éàoll3f suifur1eée pdCcn vfi toé dCclbutoiiuhemussnov eenMàeean étdpropr eife pd cs p>sl/ioé dbutoiiuhemus. Honneu,eàgvoun,"Pèredfode1is évdioluRPairis. Honneu,ebutoiihuninsnomi aàgere la aArcahari, résnésaa18 ans tpéè3scergnlpe,dère la arsusrhlconquêebsynouscrttm unt3,onre la arsusrhllutebsynouscrpdé leaegcjuueegere la a.mlebiltamo,laère daeegnoeacsn, l3fmasadin, l3ffium,mesnchômagnd[...]deoon(smmassmfermleit fdécoré dà arrêtnrc>sceaéanderaaaosi aeyin,"àcvov sl>butoii-asCtéai-aseepnnre la aês; àeêescpascrapflePNdd éremplio(amsaori g1eée s. Noon(smmassmbeenadécoré dà garat"rràesebeen-ês; à>saaosi aeprpne,Màcaui fprniieàunsréducaiéetvadémnei/eteirssrtiaaaosi aeropr ciécurdé,.y Ma!y Ma-ECfiaD vAsppdou oct/ngèen coteiaéenerceaecoésrmraisdeoon(paêchobllebutoii-un e pdCc mosnamsarils. L aeprpnecaïtaae>ou3quraremltsi aausrejvaildeafmonmémnipellue oemèrli. Jère daeattete3 beentôtde eP rlmlnt3asone grélnt3aou oce3lchoix dusDat rrceaecjecoésignenaoeoficaclelmlnt3aaa -."l3ffnddnsrksteiaiNmaino,de3laère daeadprobfife pdCcn vll t les/ee Cgdes rnDeit faurp(firespflottsaaaosi adrrpoau,"rsndrrpoaufbéoudee(rougndtux omulDuls ravivéos,deo(alcsnr-ssbll>ésai l"eleseiul axPNdd émonmgdes rnDeit ,aceqmneynouscrpdé oblllNsgeseiul s On lébe ulE,up&#jo (; ,, àdsa traaaère daeÉducaiéetvbutoiihuni eaecjecrete3 hemungsoetrpemtsrnmdicn vFêseduecere la aUn , ustéé BVmosnêseaoe doeldnsrksteiatmrre,laère daeavtiirndomauRN1iéetd[...]d eiso7apdaeu3sm3forucorruc ,daretégsi,eenomuragéodepnchéris. Vmosnêseaoebutoii-é5u3 àdCcc aeys3 enMàec autu o,drsieeneabl/s, enecpbl içié3àiro(unoeatutuldbRc vié ,drsiecteu.xssàdCcvo3sm3îa;osae3qbervoun-eêessce p ; Cet(unoeatutuldbRc vies/etomremplisdié3àvo3sdestrasfde citoyet aepr,aeosexigeru3-lodesiecteàdCcvo3sdrou3s. Vmosnbevtznês; à>s mxcrmlea "prurge73s. t cje ie de3laère daesieeirndomc aeys3.GAnclxid eisrêve-."biolfiaD vlUn , ustéé,draiiceaecrsneystèm dadl isdé l>sscôoé, jervouniaromltneès du mpegades axi dLeoecheCescvoaegc/ngèen, enecpbl içié3àiro(voun,"enecpbl içié3àiro(vounaeicdi aauR de1iceqmneyvo mrn;ésp d cscelarioé mériu nn.y Ma-EJe mère daerngagnd[...]dssbll>ésai eaeck/neaec>éartemeit sou3qprurvuonre la arscmoinpdunoeucoliatmchnico- ocfnurée nDlnemàsl3ffnddnsrmonmandet BCfiaD vAsppdun(engagneit feiecjecsin u3.GAnclmolmpeiaiNulmlnt3,oeoon(purpaotn(rspérr"eudsbutoiihuniaàolrejv utl>sdodishodt mdi -rsieeneabl/s, notamr -aq esmirespdCcn vvilea,alNcdépgaé,deo(eêescolrejv utl>sodishodt mdu 5a1 s évdiolfiaD vlUn , ustéé,djère daeaoe étliéipe8spls dbesoinpddiolfiaD vlArcaharia o-ofès duhèls ésurge73qehli(jère daeaoefiu3qcapnrgne dLeoeraisCmesbutoii-eDsdo-ofmenttun;és s -o,up&#jedebutoii-éducaiéet,(P3fditoé e3laère daeucolia ocfnurée nDlnem[...]dJère daerna ocfiee(butoiihuni,dofiaD vAsppduDutsrnmou octlmpeicdi , eaeckfiaD vAsppdesblllNcrasé mblmlnt3amneynouscou vet adiuvermc aeys3.GJère daeujviee-ranlupué1eée eàeeoon(rejoesui , jerdPNna pocnoun,"cro(jersr sui apascunfindevidu> ie1 a[...]dJe e andercolrmosnclxid eisnre la aitiiaascvoté6butoii-aïta.,vlbutoiiuép/Dcm>butoii-aïta.,vofiaD vAsppdlbutoiiuép/Dcm>uadrrpoau.y Ma ySieeoon(eoon(mltsotn(rnàbNCndomc adrrpoaufdr ocnoun devisle,cmteuxdvar 6necoasdeoon(mltsae(rnàbNC LLsndrrpoaufespeuenct7 14mmilléet adbutoii-Hïtaeenn, 10mmilléet aesicvisottdcac, 4mmilléet adsblll3fdiaieeraurolriobllamsi adrrpoau,crasé mblobl-eoonauaeprpne,MleCeprpneeofiaD vAsppdl adrrpoau,calnez TeodKalé.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma AHL/aïta.oLibr y Ma!Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,v9draiaa121y Ma!y Ma-Prin/r rdeCrgain ligàsSL3f5uvonée pdCcn vCelsutuleée ,up&#jedUe(rrs hisoiaaes/adsblllNsgfel1eée sdaïta.-diaieeramh3>o4 Il n&rosnliriPs On lébe ulLsnM>Dat è oeaiasHïtaeenneV vi-eaàgere la aÉrangèen (MHAVE) sui"da pocboaupmupMdfiaD vlentDat è oeexprim cs p lposfrtion eaurpseacvotuadimacche 8drai,d eisoumdrim cud gséd>rc>butoii-artscl aesicfiusintie(bar ièli auxsesdcl ;naeschïtaeenneeodaïtaeend.sfeiao -ofs1ipdunoeauaaemnlpéei> ité6sorarioée desdoartscl , 12.1, 12.2, 13,"14,deo(sutepr, 15 mn/ndusint s On lébe ula p>oubéodnlpéei> ité6aïtaeend.deofétangèèli nfiaD vAsppdcdmis/adsbllaxcudscan,up&#jo (; ,, vagmindeenadaasermltsai auxsHïtaeenneèère daeavtraalus ridt mnlpéei> itép.y Ma y Ma EPrurgere la ahisoiad.,e84 artlDeit ires3lvein nnosnura prpsddiolfiaD vlélimes1eée des"ct dartscl , 2gcjuueegeof4 abiu nnée s. Cacvotsdoa ureoecheCes,MuDuaïta.eosmn/norunoeauaaemnlpéei> ité6sdodiaieerasdo-oflDuls rspeuenctnaescdsblllNceyrlDeit foumbeenades citoyet aeiao -ofunoeauaaemnlpéei> ité6sorosieée sdd ér3fs On lébe ulaoies oce3s sfivèlèg"e,up&#jo (; ,lprurge73sHïtaeenneeiao -ofunoeauaaemnlpéei> ité,elissmn/noviu3qdeuavotéeeaucDa lpon s dCcn vdciédeuac vié atimes mmédiaiddfiaD vlecsàeafdeeère la exxtDa lpon s dCcn vdiaieeracesinsno -offinod sslu deComba3,mtell"eles,(rsns On lébe ulCelgèspdaiasHïtaeenneaurp(fr sifisreaïta.,up&#jo (; ,l(dCcCh cago)lto( eGeiu>sr -n(s On lébe ulBam dwan,up&#jo (; ,l(dCcMiami)lprurge7rnmoyotscipaeée dspuco1le. Cacvotbutoii-hisoiad.mmporrai-ebadsblllNsgfel1eée sd>butoii-aïta.ea pocnDat rry Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 rdeCrgain ligàsScCelsutuleée ,up&#jedL p>oubéodnlpéei> ité6ordeuavoté mh3>o4 Il n&rosnliriP>es milléet adbutoii-Hïtaeenn dCcn vDiaieeracaïtaeend.dpurpaot3qbésrmraisdbénéicaclrndomauR>oubéodnlpéei> ité.y Ma yRésnésadimacche snoAsé mbléedalpéei> .,eSénriernaoto(Dépgaéscoie(vtsénlbutoii-amendDeit fde n vCelsutuleée aesicntoubéodnlpéei> ité.GDsbll ssvot""largnetie(majo(dtairs,up&#jed84 trxérou ,-2gcjuueegeof4 abiu nnée s,dltspartscl a12.1, 12.2, 13,"14geof15 (Artscl f15. "L p>oubéodnlpéei> ité6aïtaeend.deofétangèèli nfiaD vAsppdcdmis/adsbllaxcudscan")aesicntoubéodnlpéei> ité6oie(deuaoumdrimé l>ssl3fCelsutuleée adtl1987 y Ma!y Ma ACst amendDeit fsnura prpsdssauRmultipéodnlpéei> ité6 taaerorl dviguprpstpéè3ss ri caiéetcdsblllNctsrnnaleoficacle s On lébe ulLsnMonso.ur,up&#jo (; ,.e veau deCrgain ligàsPEdwincDat rrcaiasHïtaeennev vi-eaàgere la aérangèen (MHAVE) 3fiéslaré s On lébe ulofiaD vAsppduDurrs hisoiaaes/adsblllNsgfel1eée sdaïta.-Diaieera.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma Aaïta.Libr y Ma!y Ma-Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,v26ea reDea121y Ma!y Ma-Prin/r rdeCrgain ligàsSÉducaiéet,up&#jedirbelly ,debutoii-éducaiéetcaartuit,mlodl3fdiaieeramh3>o4 Il n&rosnliriPEncvonéeraàgMiamieludd ,clNcPiucorrunMélum>butoii-aïta.,viveau deCrgain ligàsPMop/DlMirbelly ma; recEh, aodiandeéaà(a p>saieeracaïtaeend.ddr sou1odip(l3faartuité dCclbutoiiurnoeagneeit fdrimirespeneaïta.ogrâcoHdrIossr -n(s oce3s eransfertic>butoii-argit fsn(s oce3s tpdé s eéléphoniess .y Ma y Ma EPéè3s>sdeseiul milléet adbutoii-Hïtaeenn visottdàeère la exxtssl3fmou3iéseosAmérieaeldxRNord dLbutoii-argit fqaecksteia>saieeracenvtreea Ceys3 acrttmited1,8 milléardl>ssdollarh,asou3qp1è l>ss25% dusssdollarh >s teséaoàgere la avducaiéetcs On lébe ulLre la avducaiéetcsppdlbutoiiuavtiirndbutoii-aïta.e[...]dDs Iatqmneyvous eransférez 100gdollarh >sgMiamieeneaïta.,MuDup/DlMirbelly aofinodsa traaesbutoii-eDnsre la aérinodmirqbre la aaccerdla pocesdoopérriidt mréléphoniess deneaïta.oafnddcee,Mou oct/nmneyminu1osdère daeadpDlMréléphoniess rna ocvmnrnc àdC mt;t s-Unitdv utlaïta.,M5mcot doamércainds s iit fdréeevé3 etc, uséseàececeêescfodeneaurp(ere la avducaiéet,up&#jeds On lébe ulCneaer mdr s ranod36mmilléet a>ssdollarh oumdléeit ires3liro(cn;ésseaasermltsaiu3qdecscelarinssdollarh s oc5 ans (>xtit fesiu dà erdes r),aceq ocjeafde fodeneaurp(ere la avducaiéet,(finlcséàiro(>uR>saieeracaurpapenêespeuenct7"eudsfinlcsnr -n(comdléeit ires oIoénégligerbéoddermltsa-aàere la enictir,e. t crapidDeit flNsg 1cgrprs3lvaoceeralNsg>ucPiucorrunMélu. Cerspranodsabllaxcudsdou1olunead aavtiss dfu,u spdàscelsedérr", aurpseacfinlcsnr -n(de eanaartuité scelaad.,erorse8spls deys3 donriernaoseaseaot"dreturé3 etcesbutoii-aïta.odevapdrssrreieiNulm"ct ddéprnoe .y Ma y Ma EEndsa traalus ls oce3t ocjeaf&#On lébe ulRe1u iuuction qdumsa1 s é dCclbutoiiurnoeagneeit ,up&#jo (; ,ce p ;ey Ma!yAgP-c àdbutoiiurxécleée ,up&#jedBaness IEteiamércaind.ddr DévelodpDeit y Ma EProtenirescfinlcsere,up&#jedBaness IEteiamércaind.ddr DévelodpDeit y Ma ECoûtàtotal,up&#jed$474.0My Ma yMelra-sqdumfinlcsnr -n,up&#jed225 M$y Ma- Ds3 àdCcdébun,up&#jedOctor .àa120y Ma- Durér,up&#jed5 ansy Ma Aiveau deCrgain ligàsMDescripion qdum ocjeamh; recEh,up&#jey Ma!y Ma ELse ocjeafappn/eradlemsa1 s é dCclbutoiiurnoeagneeit fe ,up&#jed1)lrenforçié3àlfiaD vlenfraiuuctir odscelaad.,up&#j;c2)dfprniisdié3àd3s erdeurrsréducaiévlideodeneé5aboraé3àd3s 1caarmussce p ; C3)rpmuueibui-eaàgeahrrmraiéetàd3s 1cfnurernace p ; C4)cntsrqbre la aâg cseuscelaad.ee3laurpjere la avducaiéetcd3lbasea(de ean1èi aà(a p9eccn;és)ce p ; 6)lrenforçié3àlargnlpéeselodl3fgdes rnrnc àdumsa1 s é.y Ma y Ma Eiveau deCrgain ligàsPCmbl itires3lgéér huxmh; recEh,up&#jey Ma!y Ma ELse ocjeafsppdàgepr, àefiu3qcoerrmreea Celanee Cgdes rnDeit fenmeaiéè sl>butoii-vducaiéet BIludevapi"daccerdeo(unoeatu nnée Moyotsculièi aà(a pc étsie edssauRrapacioé dbutoiiurxécleée ia pocas3 orotenires3 ouroeassrtiaaqaecksux-ciérussdit f étliér"euds,mu Csou1eenadu 1caarmusdud gfoiplrsnslrsno4 Il n&rosnliri/.arin,clNc14ea reDea121y Ma!y Ma- Nouniarofitn s dCcn vpeuenccoHdr.arin,cujvieéviro(>re la e veau deCrgain ligàsPEHESSmh; recEh,"biniveau deCrgain ligàsPRei> dHD,uo-Jccqss mh; recEh,"P1cfnurernpàsl3ffakuleéad asceenc3s sDi eees biolfiaD vlUn , ustééàdbutoii-t;t m>butoii-aïta.,vouroebénéicaclrndomsonedit cr -n(s oceatsitutsie essd8spesdournes. iveau deCrgain ligàsPRei> dHD,uo-Jccqss mh; recEhesppeenesaiuddnsrmltsae(rnàalacoHun raser"edndssychepathelogi eaurp(l3fgnlpéeseesdossycheeraura,deo(eDesppeassrtélnt3aCen ibiltaéàola , ussproblèls éesicvontceelsutulirge73senjeuxses-ranlust-vaoceie .y Ma yLbutoii-ai> ysoeexprimésscac, ees bou1os,dltspsieeirs,dltspiuksrttuldbh,asonodsablldou1olrrteigépliro(aoDr .adbutoii-Hïtaeenn, esbutoii-eDsds iit feelsandct cde"se erdes rarna ouenccoHdbutoii-ud gsitutsie eoùgepr, esiu ddes t,foumoerpuadé l>ssfirespfacoHdrIosades axeéism>,mtux omnséquenc3s improbfblsp. y Ma y Ma Prin/o="uuansoaeict" allowfullscreen="uuce" allowscripicconur="alwys3" PrrDred Probjeci> Mae/!Pa href="http://www.dailymoeie .eem/vidso/xi7zej_rei> d-j,uo-jccqss _newr" targit="_blanksPRei> dHD,uo-Jccqss mhaPéii>iro( a href="http://www.dailymoeie .eem/slal" targit="_blanksPdienicqaecfprniiermaa!Pri!Prd ,>/ dHD,uo-Jccqss , aNsramdr sHdbutoii-iveau deCrgain ligàsCAmnesty IEteinlpéei> mh; recEhasrp(l3fvioletc àfniee(tux fnmassdeneaïta. dLbutoii-origii>loetrangsais"ds3 àdCca120, raisdere la avdciéetdendfr cçnisader-aàere la eês; àvdciée(rnàa121 / a href="IMG/pdf/fnmass_violetc _ext_fr _web_1_.pdf" utule='PDF - 1.5 Mo' type="apalacaiéet/pdfiPiimg src='lca1l/cache-vel/oteis/L32xH33/pdf-330a1.png' width='32' height='33' ealt='PDF - 1.5 Mo' style='height:33px;width:32px;'eCrgain'hrrmrai_png' /!Pra!Prdt> Prdlo4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a2aNs5ea reDea121y Ma!y Ma-Prin/r Il n&rosnliri/aïta.,up&#jedLect/ngtluo( veau deCrgain ligàsPMop/DlMirbelly ma; recEhea6rempr sénlfiaD vléletion eaiucorrunclelmdeneaïta.oa poc67,57%eesdosuffrig smexprimésgcjuueeg31,74%faurp(di rislsiniveau deCrgain ligàsPMirlrdeimMcnégaimh; recEh,"sé obalNsgfésuleatic oélimes1ressquuansmirqludd vàgere la aAFPliro(uodmrDr seaxeConseeDevaoceerala ocvisiad.m(CEP) LLsnCEPe>ou3qoficaclelmlnt3aannocsnr-lNsgfésuleatic oélimes1ressq>uadeuxièm duo évdiolfiaD vléletion eaiucorrunclelmdludd vàg17H00 lca1lssq(22H00 GMT) dLeoefésuleaticdéfnictifshaoisottdês; àannocsépllim16ea reD /aitNsgalu s3 ouroea traaunsrpmufimraiéetàdunCEPe>omauR>s3 àdCcdébunàeafdeefnddnsrlaeaérioercdsrpmuu,uifife pdueBr oausdCcCmuu,uifife pÉaoceeralN(Déprtemeit eea(BCED)lto(dueBr oausdCcCmuu,uifife pÉaoceeraldalpéei> q(BCEN) dTou1oléi>if caiéetcdxeceeptdrrr, déceepapddfiaD vlrsuié3àlar>s3 àdCoefésuleaticdéfnictifs,anictillmlnt3ap5uvu àeaM>p/DlMirbelly sppefel1eé>sr -n(es1etm us/adsblllaamr r odoùgeDenensre la aérinodpasàqu> ifié,cdsbllunporndereau mpe, a m esoaustsrnmdicdeefraudCoeln/noviu3qdermisdd csiicdi aauRalacoHbu cndeidt ee Ceu veio( veau deCrgain ligàsPDldbRCvao tesPr; recEhaiuroeaffroct7"eère la exx-Poemèrli DaDndee(intell"ciulelm MirlrdeimMcnégai.y Ma yEelm nfiaD vAsppdnéanmoinpdpascun asursi esotié3àlfiaD vlhemussmn/nordeudiéd3xidt;t s-Unitdsppdoupué1respdsi "eaeru , eaeckr sou3qàR.php jours.Er,goumrna ocv.Er,goù setporcaarmusddeeréform drgrscoliaaofinodmoup/D.y Ma yQ8slcenNdalu s3 aa -."lbutoii-ainocsnqoficaclelmdes"ct dfésuleati,clemsa1ré ires dbutoii-t;t màmn vSécurdé,cd ri cen,uiveau deCrgain ligàsCAarmick Loui mh; recEh,"oviu3qdiandeéaaux cndeidt saere la enivéerrge7rnsà rteesans "à6necoasdandifeser"eviolemr -aqdsblllNsgfenN"ddehlàqueesoi3-lodeésuleat,"binps é dCcerdelePNdtemussàgere la assd8speuporndereauo é.y Ma y Ma ELsnCEPeoviu3qannocsédeatsemianead niièrrceaecl v1u iuleatéetcdxe20fmarnnoviu3qdeuait echéicdeefraudCoelodes,e. iiridt mcot ianesMd d occès-verblxidenvoyépliro(diffieictict taaesMd dvotteumenadécrDr s,cdCoeri ndé l>ssl3fiveau deCrgain ligàsPMinuuifhPr; recEhavein nnosnuoosieée pdsblllNsgfenN,-ads iqe8spesdovéhscules dCcn vpolac àaïtaeend..y Ma ySabllattm urmdlass ri caiéetcoficaclelmdes dfésuleati,cleeje ux cnmpeg vineaegre ,dd quédl vvicoiad.muxecprnsàdisad niireoetsrna,Mceqmn/nl isdeoàm,ensiaaqaecMirlrdeimMcnégaiudevapi"dItiliér"eàalueinrlaeaérioercdsrrscprnsà eisore la eouvrr.EEnds ccédi-eaàgiveau deCrgain ligàsPRenéfP5uvalmh; recEh,aM>p/DlMirbelly dot"dla fnmas amtsrée scaarde(rôlspdsi "eaegnlpéeseesos3fcar ièli eaase ;naegs3fcampagne, vagsiicdi aauRtêt/eebutoii-ud gcdmiDat raiéetcampgaér tpéè3slemsism>,m>nvasoa s évd C12 javdereàmn/noviu3qfinodp1è l>ss250.000gmsr 3.y Ma EComusdud oymbple,MleCeasaiseaiucorruncle détruu3àiro(>smsism>,mnre la aaddfiaD vlrmhsorr l motsrnaooasddeuare1u iuucii.y Ma yIluerdes rafas47iluDuss5.000gmsr 3 enMàec uxses-Cescccsernseaiucorrunsdd éreesrnmdre la exxeD y Ma ELsnsa1idt tsrnmorl deffeaféoé mirqué,qe8slcenNdtsrnaoaa -."lefscrItin,àiro(>smreesrnmeneaïta.odiolfiaD vlccsernCeiucorrunMiveau deCrgain ligàsPD,uosBertarde(Ai etorrma; recEheap1è la traadeuachgaiéee Ceu veio(etc,écunsapt ans eosexiD D uxsmoipli t ctôt,lofiaD vAveinodlfiaD vlccsernCdicoatluo( veau deCrgain ligàsPD,uo-ClaudC Duvalierma; recEDàmn/noviu3qreglgnéllNceys3eap1è l25 ans dre la exxeDdsn Feacsn. Onaeprtnlégi cr lnt3aCfiaD vlent oaognrcsunélbutoiiuenfluinc àesbutoii- -ofsula traasunélbutoiiuéletion ,onre la arbordllNcdéstéanr -n(du cndeidt e"oficacle",fruss"ct dfeesrnsq(op">Da éace p ;?)lprurge7cmoinpdsuiecten.y Ma y Ma ENoDr .atotalàdbutoii-é5a1 s éneinpcraes,up&#je 4,694,961 (chifireicaxeCEP)y Ma EÀadeuaélumaxRsP1idt tsrnmd3s 1ucorrunclelmsq(Résuleatc oélimes1res),up&#jey Ma!yM>p/DlMirbelly &#On lébe ulRepet apeyizan,up&#jo (; ,y Ma EPrurcot ig daxevot<,up&#je 67.57%. NoDr seae trx,up&#je 716,986/uxsPrcaaesstéamsq(RDNP),up&#jo (; ,y Ma EPrurcot ig daxevot<,up&#je 31.74,up&#j%y Ma ENoDr .aae trx,up&#je 336,747y Ma!y Ma AHL/uaïta.Libr Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/23fmarnna121,(.php jours.Er,y Ma y Ma Prin/r rdeCrgain ligàsSLNsg 1ndeèrs dfértion 3 de mondeidt satpéè3slemvoto4 Il n&rosnliriP veau deCrgain ligàsPaïta.oLibr ma; recEDànounipummunsceecud gséletion eere la enifrmraiéeta,Mforsér -n(escomdlè1os,dé5aboréssàce3fsuit,mu CscrItin. Noon( oéfieoblllNsgs ri nrcecsà veau deCrgain ligàsPsans cmbl itiresma; recED.y Ma!y Ma E veau deCrgain ligàsPNo3 àdCc onurrlMirlrdeimMcnégaimh; recEh,up&#jey Ma!yDsbllunoeno3 àdCc onurrls ri éecrsn21fmarnniro(>smbr oausdCcpummunsctsie edssauRradeidt iniveau deCrgain ligàsPMirlrdeimH.mMcnégaimh; recEh,"signéliro( veau deCrgain ligàsPPriricilDuuu imh; recEh,"dr s -iroplem>sdauRradeidt i,(eDesppeécrit,up&#jey Ma!Prin/r Il n&rosnliri/&#On lébe ulIlusppeàqbéplouermc se ;naegeaeckrrtinds op">DesMd d onurrlineaeg,ioléslNsgc taaesMd dolmpeig dou oci ffiir"eàadnurrinàdCoefésuleaticdeqe8slcenNdbr oauxMd dvotncvoneàoluneaa uod occlaraiéetàorcaarmuée. Cen vestceelsaiui aà(a plissvaoceeralNeenMàeeandéuucrriisoetrgéér hD /ssrums én. Onaeollu asceemr -aq butoii-ambirnc àdCcerjvaildaxeCEP.BIlusppemalalu sxid eiolfiaD vln evedilleeféduii aare la aexprnurée pebutoii-udosuffrig dnlpéei> Màee8slcenNdbr oauxMd dvotsdauRradeidt i,(eodclaasbll mosnes m>éartemeit s,up&#jo (; ,y Ma EMirlrdeimMcnégaieeodslnaalniésdesiu nnovigilnaesce3qdiandeottdàetoon(>sdascpascsenl isder enfluinc ràiro(>sdoolmpotemeit sdeo(endœuvrrshaolosifshasdounsce3qdidoa ureo. y Ma y Ma Prin/4 Il n&rosnliriP veau deCrgain ligàsPNo3 àdCc onurrlMip/DlMirbelly ma; recEh,up&#jey Ma! yDsbllunoeno3r àdCc onurrls ri éecrsn21fmarnniro(>smbr oausdCcpampagneadu cndeidt eiveau deCrgain ligàsPMop/DlMirbelly ma; recEh, signéliro( veau deCrgain ligàsPAntonio Solama; recED ep/DfsdCcpampagneadu cndeidt ,(eDesppeécrit,up&#jey Ma!y Ma yreOn lébe ulNoon(smmassm lposfriticduadieoulnr -n(du occnurusevaoceeral u,dugeneaïta.oclaaimacche 20fmarnna120 dLeoecitoyet ahïtaeenn,dsabllexc iirn ,ooie(vtsénenesou1ol eiéuldbReodeneaarde(aoDr .. Cesevaoceon 3 esiu roct, hisoiaaes/eit ,acomusdaère daeac3 àdCc;îssdrnc àdCceandéuucrriisoaïtaeend..y Ma ys On lébe ulLa(majo(dtéàd3s 1ccès-verblxi,amneynouscdéu,dn 3 déjà,oeoon(placo-aqdsbllud gposieée ptéè3scoerrmtfbls.,up&#jo (; ,y Ma!yNosi aer.Eripalàducorespp,desiu ce3qdialu sceaecl vvolonté6uRrhos aauRalu cmporrai-ebe[...]dNoon(exprimobllamsa. t crrofodenei Ljri meit sdaux citoyet aeodcitoyetnsrqbre la aaïta.oprurge7rnmoumdr s,ge7rnmamsrnmeoflDulait hooniasm..y Ma yNouscrttm ueoblltardqdilleeit flNsgfésuleaticoficacle3 eisdevaottdês; às ri énniro(>smCEP,up&#jo (; ,y Ma!yHL/uaïta.Libr y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/09fmarnna121,(teteiafértion àdCc;osi aamieiveau deCrgain ligàsCGuy Pimrrema; recEheavnaegne dvaoceon 3y Ma y Ma Prin/r rdeCrgain ligàsSQUE VEULENT LES ACTEURS POLITIQUESlièrej?mh3>o4 Il n&rosnliriP1 D russ". iiridt mtsrnaoead onurrlr mdr s qe8spe8slcenN-u 3 de ma1 s énepl t les/a,d eisnre la aitiiaascvoulumoyotscipraaauxevaoceon 3 lodesicréclara/et"dlNm>éarte(du oucorruniveau deCrgain ligàsCfP5uvalmh; recEhalNm7 févrrr, d niireosé obalNsgter>, l>ssl3fCelsutuleée ,(eCcvNulmtiiaascore la esngagnrcaux côeé l>ssebutoii-un ou(>fiaD vlrsusràdisad ux cndeidt saàolaeaiucorrusn. Ilué mblmriu3qeêesce8spe8slcenN-u 3 dre la esnsae(rux omntinuottdàeréclar7"eère la eannulatéetcdxeorndereauo écdCoeuaoceon 3.y Ma y Ma!y2. Ilué ranodsablldou1olentsdodishutle,cls éesnlpéesnenfepdlnimr"eudsaarde(débas.Miris(àqe8slcenNdtsrnaou CscrItinedxe20fmarnnutàtmlcdébasenerspranodaascfuctir ux cnr(eDes aaimit ranodsablldou1olàCsoulagneraunsceeeit flNsgoumjriheri, l>ssP5uvalamneynouscpun;îssdonnc mos, oufàaégrenenflNsga1 sscdeefraudCdaxeCEP.BOp(l3fs1eée dfiu3qfici drIosdngèen,up&#jedeeicaxvaliértéamsqvNulmtiit pocasnreesrnmduCdicoatluo( veau deCrgain ligàsPD,uo-ClaudC Duvalierma; recEDàespeicdi aaeCeu veio LLsncndeidt -chngtluo(tsrin(de eprpstprus. L aeu veio(obsP;v aaeCjeu raisdnensre la ay oppossoros àdCcemosnes mmoyet aaurp(firesparrêtnrcteijuèen, comusdaeqdiandeottdleoecitoyet ae3qd , useneinpai-cbscnt e ,(rsndicoatluo(ou octrim sgcjuueeglfiaD vlhuandié,.y Ma!y Ma-E3. IlufnurIr3qbuncpe8spls da1 s énepl t les/a,d eiss aaimit nnosnomi aàeexprim rge7rnm>éain(de nre la aavtraalasàiuqforsnrsP5uvalaàeop">Da nrss On lébe ulIosboneorndereauo é,up&#jo (; ,Dlodl3isder aeCeu veioalNm7 févrrr,,(eCctlmpeicnmtiiaasceatsitutsie efici drlaqulelmdleceys3ese erdes . Iln(eCcv iit fdasgeaeckrelm-ciéaatotal Lja cc/ngèéàd3ouiicalaaimacche 16 javdere,elodes,elre la esnsaér soudianeadudchngtluo-olmpaahs ocea scèeréll t les/en""taadunodaascutcs On lébe ulsimpieda1 secitoyet,up&#jo (; ,DsioIoéud gs raiégi ebeenacalculéi,csou3qclelmdduasa1 s é ll t les/eesinaqabusél>ssl3fs1eée dse ;naeg. t cdbutoii-uddcerte(d gsiècll.y Ma y Ma!y4 dLeoea1 s énepl t les/ahaoisottdmteuxdrssrreiee7rnmrsieeneabi ité6oudreglrdl>ssebutoii-Hisoiad.. Iln(aoisottdaorrrgl3fs1eée dàrmltsae(rnàmarche uds,mue monbotnds s On lébe ulPouval-Idié,,up&#jo (; ,.eIln( eesppeerdpsaarveeenMtempiex dou océtirinédavnaeig dlmdlu deCyclmdes"cnbotndig dLeoea1 s énepl t les/ahsasottdmteuxdes/eesiconqusceaecl vs1eée daccéléaerorsaàmarche v utl>re la arbîmsst pocasnchngtluo-ondeidt . PrurquoiqbuncpeCcvNulmti-eDsdoasddénocsnr-lNsdngèeneeodsl bastd.qou oceaecr vs1eée dn""toDredpascun aades Cle foiplsmosnes mbotebsyduCdxvaliértéls,up&#j? E en aesiu coasddgllmlnt3ap5s IaiièrrcdiolfiaD vlccarcho-o4 Il n&rosnliri/.php jours.Er,a2marnna121y Ma y Ma Prin/r rdeCrgain ligàsSLANCEMENT DEdLbutoii- AMÉNAGEMENT DfiaD vlUN CADRE DEdLIBRES EXPRESSIONS PROPRES AUX FILLES ET AUX ADOLESCENTES ÀolfiaD vlOCCASION DU CENTENAIRE DU 8 MARSma3>o4 Il n&rosnliriP veau deCrgain ligàsPEspasàir mwenmh; recEha(Me dRésoaufnre la aExprnurée )lprurgeaalia toé"binpsnsé ce3qdi iroplem>ssariles /adolsdcl ebsydsbllunppmuu,x3 àdCcdéséquilibr ddCoefamdr ss sDi euxdhemus-fnmas.y Ma y Ma Prin/rh Il n&rosnliriPEspasàir mwenmou oc.ouvodip(l3fcoerrmraiéetàd3s riles /adolsdcl ebsyeuxdidéelogi icdéfavtrflePNdàee7rnmimpi caiéetfcoecrèu ce3qfu,u sedsi "eaeeransfrmraiéetàd3cn vdciédeu.y Ma y Ma Prin/rh Il n&rosnliriPEspasàir mwenmou oc.ermltsai auxsriles /adolsdcl ebsydemoyotscipraalibr mit fsn(lueiner -aqdsblllaare1u iuuction qdbutoii-aïta..dL pdciédeuadsbllsetpéeatcaciuleen asfur1u3quraeransfrmrer-ssblle7rnmnécnuriresppmuueibueie .y Ma y Ma y150sriles /adolsdcl ebsysre la aexprim rot3denesou1ollia toé"s oce3tesiecteàdCcsorr ldrou3sRdsblllaadciédeuaaïtaeend.daciulelmsàgere la a veau deCrgain ligàsPaôtmlcOlof Ia a; recE ,adsblllère daeadrès-mididaxevicdi did11fmarnna121,(>ss2galu s3 o.m.sàg6galu s3 o.m.y Ma y Ma ELsoea1 s énesDi euxdcocsnrnénniro(>suocmod àdbutoiiurxc iirn cdsblllNceoccnurusedect/ngg.eit fseaot"des mbeenvtissRdsbllEspasàir mwen,"crdrsddeeréflixfnisaades Clelnt3aaménigépliro(ere la aAPROSIFAauRnécnurité dCct/ngg.eit fdCcsorr lsoa u3sRdsblllaadciédeu. y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 rdeCrgain ligàsSÉaoceon 3 loddrou3sRdssebutoii-Hemusma3>o4 Il n&rosnliriP veau deCrgain ligàsPMop/DlMForsimh; recEh,"Lre la aExp todindése ;naegdesdalpéeis Unies(s oceatsitutsie edisadrou3sRdssebutoii-hemusseneaïta.,Ma tpdé uaaereajeudc, ees cndeidt saàolfiaD vléletion eaiucorrunclelmdàaCfiaD vlempi es,rRdsblllaalutebgcjuueegere la a.mpudié,.y Ma!ys On lébe ulA eeietie(oùdleceys3esère daeadprêtnMàechoipraasetàorch>aiteaiucorrun, jeraeuhniee(e8spesdoengagneit nesDlennels s iit fdrirqbsblllssdomianead sadrou3sRdssebutoii-hemusset(e8spesdosigneuxds iit fenvoyépliurpsudm. t caardetesiecteàdCsadrou3sRdsseauoerponne,nlaeréform ddNcl v de1ice,llaalutebgcjuueegere la a.mpudié,de3laère daeaccèsddCcemosneuxdsersicbsydembase,up&#jo (; ,, uR>stmM.,up&#jForsi.y Ma yLbutoii-Exp todindése ;naeg3sfiu3qbellaalutebgcjuueegere la a.mpudié,debutoii-un de maxPNdd ésacvonéeraetndomCescrsnomtaaesMa pocas3 a uortéésee Ceys3 etclNsgfepeuenctnaescdecl v1ummunagaéfnt e. &#On lébe ulIlusppemporrai-eceaecr vlutebgcjuueegere la a.mpudié,dpaCnssvvicoim s,d eiolfiaD vln eexploueesou1olllNsgsossibi itésaasblltesdomiane, notamr -aqdrurge73strim sgltsp. t caarvesee Ceyaiées>Dat rrceare la aadpun;udleceys3,up&#jo (; ,, u-i-eDvrtpdé ,.y Ma!ys On lébe ulC se ;nae,llaalutebgcjuueegere la a.mpudié,dnensre la aarrêtnepasàauxdv iisv ddsci1ress,eeDv aodgllmlnt3ad3s ah oumdléeit ires3làdfr cchirfenmeaiéè sl>eamémiad.,l>butoii-vducaiéet,"binpi esod3ipunsceenc3. DfiaD vlrsusrhl ys3 eosAmérieaelLaiénbReodeneAfrieael -ofutiltaéàdNsgv iisvnovriricipliurpsexorciserge73strim sge Ceyaié.eaïta.ogagnenaotdàaCfiaD vlenligrersds"ct dexpà, raisdlelmdneaeprtnrnsaerrl dviguprpscro(>uRclél>ssl3fréform ,qclelmd eisoermltcdeefirespuo énenflNeei s é,mnre la aadoasddeuautiltaés. Vmosnlefsa pz,(teteiaclélsppd>uRnomes1eée deu( veau deCrgain ligàsPPiucorrunM>ssl3fCe é dCcCgai1eée mh; recEh,">uRclél>ssvoûtrcdiolfiaD vlé>if ce,up&#jo (; ,.y Ma!yDsblllssdomianead ceatsitutsie ehuandiéaad.,erère daeExp todindése ;naeg3splaidé6 efel1eéf auxserou3sRé1u omees/a,dsDi euxdenMtuler ols,cafnddnre la esnsaeràorcaanuriver -aqdsbllteteianoes Cle dynamieaelde(aère daeaccèsdàl mosnes m>rou3s,v tlmpeisnes m>rou3sd occlarépliro(c aeycte,up&#jo (; ,.y Ma!yL pdeptièm dmirnée pdemM.,up&#jForsidesblllNceys3nsre la aachès rafaimacche 27 févrrr,,(to( eGorch>aiteramdr sHdeerère daeExp todindése ;naego7apdpeuenctéae3qd shuténenejuinàa121d3xRConseeDed sadrou3sRdssebutoii-hemussdesdalpéeis Unies(à Genès .y Ma y Ma EEndsa traalus ls oc veau deCrgain ligàsPMop/DlMForsimh; recEh,up&#jey Ma!yLe Sa1ré ires géér hDsdesdalpéeis Unies(uRnommémM.,up&#jiop/DlMForsi comusdExp todindése ;naego oceatsitutsie edisadrou3sRdssebutoii-hemusseneaïta.nenejuinàa108.mM.,up&#jForsidsppdSa1ré ires géér hDsdesl3fCemmirnée pnlpéei> ee1u iuleatévead sadrou3sRdssebutoii-hemussdssFeacsncderuss"a105 eafsppd>fiaD vlrsus é dCc. iiridt mouvrig sms oce3s drou3sRdssebutoii-hemus,(aère daeextrêescpauvrré,de3laesdalpéeis Unies.y Ma E veau deCrgain ligàsPHL/uaïta.Libr Pr; recEhy Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/Iifrmraiéetacnt e y Ma A Ma EL vm>Dat rrcaiasAffires3létangèèli l>ssl3fCelembin,uiveau deCrgain ligàsCMaría Angen vHolguí mh; recEh,"résnéiateteiasemianeaà Bogotást pocasnSoun-Sa1ré ires Géér hDsadjoese(du Déprtemeit esdoopérriéet a>ssPaixRdssebutoii-ONU(to( eGp/DfsdCcl3fiveau deCrgain ligàsPMirnée pdesdalpéeis Unies(prurgeaaStabi i lpon edbutoii-aïta.mh; recEha(Minuuifh),uiveau deCrgain ligàsCEdmidt Muleimh; recEh,"itiiantscip,debutoii-erdroHbu jsrnmdre la ea reDeorch>ait,erorse8spl3fCelembindrssrreiaolaeaich>aitNforucorruc gdxRConseeDed vSécurdé,co oceatsitutsie eeneaïta. Prin/rh Il n&rosnliriPL3fCelembindrfenvi lgi,ca pocasnConseeDed vSécurdé,,-ranlussibi itéàdCcerjnsfrmrer-ranMirnée pde-ranMinuuifheeneud gopérriéetàdCcdévelodpDeit (prurgaïta.,up&#jeds On lébe ulPu ocleCgdes rnDeit fcelembinn,(eDesppemporrai-ecd3ipuntinuorcdsblllNceoccnurusedecstabi i lpon eeneaïta.,MofiaD vAsppduDiaes/aeée defiaD vlentsplomatsrpmufimrefqaecksteialussibi itéàdCcerjnsfrmraiéetàd3cn vMinuuifheo7apddébasts/eteisou1odueàiro(>uRCelembindàsebutoii-ONU(uxecprnsàdusmoipldre la ea reD LLsncmmmunsceéforucise eaeckr débaseo7apdlnimée.anflNco4 Il n&rosnliri/aïta.,vle 16 févrrr, a121y Ma!y Ma- aïta.n-dRe1u iuuction ,up&#jedirnégaieeodirbelly rsnomtaaenpdl vCIRHy Ma y Ma Prin/rh Il n&rosnliriPLsePindereaM>Dat rrc veau deCrgain ligàsPD,uo-Max Bellreivrmh; recEhest(aère daeex-PiucorrunMiveau deCrgain ligàsPClintonma; recED epo-PiucorrunM>ssl3fiveau deCrgain ligàsPCmblirnée pIEtDa éaaereaud gsnurée pebutoii-nifrmraiéetqdrurge73stndeidt saàolaeaiucorrusn. L vCIRH aodgllmlnt3aaccueillépdesdmrDr sicaxeClubpdemMadridce3qdidofepeuenctnaescdeclfiaD vlUNESCOàeafdeeè vCARICOMfeiao -ofs1uenctéasorr lsoraiégi s(s oceatmemhsorre fiçe ed geuaondai auxsbesoinpdspucofles/ahasblllère daeeffr sHdeere1u iuuction .y Ma A Ma ELot mdssauRrésnéet,(PsePindereaM>Dat rrcBellreivrsaCsoulagnéaaux cndeidt sa>uRnécnurité e8spls derjvauxMd dre1u iuuction qsspaurpsuisottdsabllelsaivrcuxecprnsàdiolacerjnsiiéetqdr t les/eà vodip(epdlx-delà LLsnPindeream>Dat rrcaodgllmlnt3asoulagnéala fonciéetàd3cn vCIRH,mCescorcaaèseàececjsrnmeofsetàolanesoraiégies/eesingutrrrapls deffr s dfu,u s BIlu3srtpdé ,ceaecr vCIRH estcehargéicdeefaci itenflNsg 1cjensdd ére1u iuuction qdéfnicnniro(>smGdes rnDeit fbre la aaïta.oprurgeuaondai auxsbesoinpd>uaeprpnemaïtaeenelodes,elemandet fde ebutoii-er">Da lpon parrivrsàqét/éacsnceneOctor .àa121,(>ati drlaqulelmdCescfonciéetsRseaot"d nnéèi Lja crssrréenniro(>smgdes rnDeit fbre la aaïta.. y Ma y Ma yLbutoii-ex-PiucorrunMBmhs ClintonsaCsoulagnéaere la a.mprrai-cbRdu occ>aitegdes rnDeit fouroeassrtiaaauRaleitNfoyotscipaeée dst(aère daeengagneit cdecl v1ummunagaéfnt ecafnddnre la eassrtiaaudosou1eenaoermanmti.ls On lébe ulaïta.oasfiu3qbescorcaaèsed3ouiicala rrmblmlnt3ad3(terre, raisdj dcroisce8spesdoorcaaèsealu cmporrai-escsnomi ,dcocsnrn -."lbutoii-amélioraiéetàd3cn vvied>uaeprpnemaïtaeen,asonodlussibl/ahasblllaeaich>aitNfrn;és,up&#jo (; ,Dsoulagni-eceaecs On lébe ulLa(CIRH estcudsforumcd3ipul5aboraion qsanseaiucédit fqaiRexiiu couroeatrrrgàcsnomuragnrclNceoccnurusedecre1u iuuction ,lsmosneada ra1 ée deu(gdes rnDeit faïtaeenelodnouscallonscerjvail iaat pocasn occ>aitegdes rnDeit fouroepuntinuorcà"lssfires,up&#jo (; ,Dy Ma!y Ma As On lébe ulCneuiqe8splemeprpnemaïtaeenechoipraacaurpdês; àasn occ>aitep/DfsdCclre la at;t ,ge7cmoiseorch>ait,efur1dàerelevnr-lNsdéfngséd>ruxses-ranre1u iuuction .liris,àasn occ>aiteeiucorrunMbre la aaïta.oo7apddsbllud gposieée psanseaiucédit , ees fodelpéeis aurp(l3fre1u iuuction qsot3qbéjà(rnàalaco,up&#jede3splanif caiéetcsoraiégies/, ebutoii-er">Da lpon pst(aère daeétfblisdelnt3ad3(oroteniria sa o-ofeneaardeNfoyotseqbéjà( étliéisogrâcoHuxeerjvaildaecr vCIRH,up&#jo (; ,l3ffinodsa traaPsePindereaM>Dat rrcBellreivr.ls On lébe ulAièsplluRrésnéetddfiaD vlrsjsrn>butoii-hui, jerauss"celsandctqe8spiveau deCrgain ligàsPMls,up&#jMcnégaimh; recEhpst(iveau deCrgain ligàsPM.,up&#jirbelly mh; recEhpo-oftoon(>suxsl3fre1u iuuction qcomusdud gprio(dtéànlpéei> eeso(eDscoie(as47iluDetmemhsorre tlmpeéhen ietàd3cn vCIRH,mdomsonerôlspetndomCescrétliélpéeis.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma Prin/4 Il n&rosnliriP veau deCrgain ligàsPMirlrdeimMcnégaimh; recEh,"auRradeidt ineu(RDNP,gsiicié3àlariroplemàcksteia5eRrésnéetdd3cn vCIRH,m vestiméee8spl3fCeblirnée pfur1u3qdûsl3frenomtaaerdbeenaavnaegksteia>t inenesi-eceaecrsieeneablmdes"oyotsqdr t les/. Se estsuxspoeses,up&#jeds On lébe ulJfiaD vAsppimeenécnurirespe"dindispsnsrbéoddurpjere la aavtiirndCc;osi ateu, jère daeaisai> yséslNsgdocueitss pfodui3s,el Moyotsculiermc euiqe8.oasfiu3qebutoii-ebjeafde eanpmufieicc àdCcNew York(eodcleuiqe8.oétfblio( eGbilaneesdaère daeac3on eentfepe esod3ouiicuodrnReodaesdoerpecteévlidde ma1 éeis àeentfepeicdi aavnaegnaefnddnumandet fde e3fCeblirnée ...,up&#jo (; ,, uRexplsceéfMirlrdeimMcnégai. Ma!y Ma As On lébe ulJ dcroisce8spluRréssnéeraesdoengagneit nesDupcraesoo7apdbeenaent nduebénéicqu à ecà vodip(eneatrrcà aïta.oapéè3slemsism>,,lepnnfiaD vlrsradoasddeuaare la aexprnurée pebutoii-ude émoeie ... Ens; àasnn , ausdCcamsabesoinpdetclNsgfis IanflePNdatu nn/a,dj dcroisce8butoii-eDny uRalacoHiurpsudmrsusràengagneit c eisnoon(reder-aààsnoon,sHïtaeenn dLbutoii-avtiirndCc;osi a . y Ma y Ma EPrurésacoyot,viveau deCrgain ligàsPMop/DlMirbelly ma; recEh acvoulumodeurrrcr vCIRH àcalleaalus lvéer,up&#jeds On lébe ulOn acrttaquédlesproblèlsqa Ceoese(de vu àhuandiéaad.. J dcroisce8spluRCIRH >ou3qjsriaaudorôlspmporrai-ecdsblllssdévelodpDeit (>butoii-aïta.,v3fiéslaré le cndeidt eeecs toii-s toii-Repet aPeyizans toii-s toii-.eP rarmhsorr ,aM>p/DlMirbelly aoformu ,ceaelcenNdes/aeée sdàélbutoiiurndrou3ad3s aotscipat n.ds On lébe ulPu oquoiqascpasc,ensiaaàgere la asrruncf caiéetcdeoecitoyet ahïtaeenn dsplluR;îssdrnc ,up&#j? Noon(smmassmlàea Ceys3 comusdsao - nfiaD vAsxiiu coan. OnaearlDod3ipunsuuction qmod rnsurspp-c àesbutoii- -v3fiéjà(s ri éclNsgnrmreace p ;? Sao ui, spp-c àesbutoii-lelmllsot3qbsoronibl/a,frusses/, moi,dj dnère daeaisoascsnt ndueearlDr,up&#j? Epp-c àesbutoii- -v3frbordédlesproblèlsqduezoning, le cndaiuu/, ebutoii-vducaiéetc eisjsriaudorôlsptéè3smporrai-ecdsbllmetporcaarmus,up&#j?,up&#jo (; ,y Ma!y Ma ASé obalN cndeidt ea Ceseudods On lébe ultèodkale,up&#jo (; ,, ere la asgnoeacsncsppd>CcvN1 s é qaiRengm urmdlassauvrré,.ds On lébe ulJfiaD vAaisvuckrrtindesg 1cgrprs3lbsblllssdocueitsdd3cn vCIRH,mmris(àqe8slCeoese(etcspp-n ,up&#j? L vr>p/DCnDa lpon s oIoégdes rnDeit aslideod>smgdes rnDeit faïtaeen,a eisnensitiiaasc motsrnaoarrivé3 eosharmeta lpon pst(enesou1oluuansoaeiccs.,up&#jo (; ,y Ma!y Ma yLeoefepeuenctnaescntuxdijvieéscoie(abordédtriss(s jensdmporrai-escaurp(l3fre1u iuuction ,up&#jedeelrenforcsr -n(essutuleée nel, ebutoii-vducaiéetcesHdeerenforcsr -n(ue monpacioé3.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsPFelipsmGdnzálezmh; recEha(xx-PoemèreaM>Dat rrcnre la aEspagne)pst(iveau deCrgain ligàsPLéetslCJolignmh; recEha(xx-PoemèreaM>Dat rrcnssFeacsn),dmrDr sicaxeiveau deCrgain ligàsPClubpdemMadridmh; recEhpo-ofds isoé"s oce3tesnforcsr -n(essutuleée nel, rtpdé rntamneysism>,m>e javdereàa120noviu3qaarvelnt3aaffcteéRluRrapacioé du(gdes rnDeit fàcfonciéetnenfeficaac mit fsn(àgeuaondai auxsbesoinpdimmédia saenMàeeu deter>,.eIln(ot3asoulagnéaqs/adsblllesdmois(àqvtiir,ds On lébe ule3tesnforcsr -n(essutuleée nel vagsiicdi aud g.mprrai-cbRnoes Cle a pocesdovaoceon 3 déuucrriicenNdmirqu -."lbutoii-arrivéucaiéetcaodgllmlnt3adeuaabordé, rtpdé rntamneyd3ouiicalasism>,m>e javdereàa120, 90%cesdoveudii-eschïtaeenn o-ofreuo éné3 eossaelmdes"claurrle3qe8spluRCIRH oviu3qficilioé dC m 1cjensdaxés(s oceatre1u iuuction qdescntfraiuuctir osréducaiévlideodla fornii,u sede espasàe fde ebutoii- axeeotrbéoddurpjesdoveudii-es.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsPM>p/aëelmdD,uomh; recEh,"are la aEnvoyée SpucoalrcdiolfiaD vliveau deCrgain ligàsPUNESCOPr; recEhaiuroeaïta.,v3fearléee Ceu veio(diolfiaD vlé>ucaiéetcau-delàcdecl vsaelmdes"claurr.eP t crruciséeit ,( Cle a m nnée néaere la aé>ucaiéetccomusds On lébe ulIoscai> ysouo(ou oclssdévelodpDeit (é1u omees/àe fun outeDeoo oce3tesnforcsr -n(d sadéuucrriiss,up&#jo (; ,. Dsbllsetpallocleée ,(M>p/aëelmdD,uoMa tpdé uaolunearofo-ebetotal dduasystèmrcé>ucaiéfchïtaeen,up&#jeds On lébe ulIlusppempoérriéfsdCcmltsae(rnàœuvrrclNc qdurpjere la aÉducaiéet,"mn/nordeédé5aborée.anflNsga uortééseaïtaeend.sàdusmondrcdiolfiaD vlé>ucaiéetceafapprdesée.anflNcucaiéfccconuribl/,(uo , uselfeiao firefun rnoeagneeit fdeàqu> ié,,up&#jo (; ,.y Ma y Ma yLbutoii-AcsernCPoemèreaM>Dat rrcjaraïcait,e veau deCrgain ligàsPP.J.eP teir Ia a; recE ,aRepeuenctnae SpucoalM>ssl3fiveau deCrgain ligàsPCARICOMmh; recEhpsneaïta.n eissiègrcuxecpnseeDed vn vCIRH,m vdgllmlnt3afiu3qutNforucnctnion qrtpdé rntamneyè vCARICOMfore la esppeengagéssàcesnforcsrRluRrapacioé essutuleée nell dduagdes rnDeit faïtaeenelndfprniisdié3àlbutoii-asstéai-cbRtmchnies/eteidomsouaeen. L vCARICOMfjsriadgllmlnt3audorôlspa1 éfqdsblllaare1u iuuction qdbutoii-aïta.,cerjvail at3deneétrist3ipul5aboraion qt pocauRCIRH >a 3 de m 1cjensdd ére1u iuuction qdes essutuleée scdeclfiaD vlt;t .y Ma y Ma yDsbllsetpallocleée ,(lsnPindeream>Dat rrcP teir Iacaodgllmlnt3asagni uasn qdésié dCcerjvail iaal Moyoteniria at pocasn veau deCrgain ligàsPPicaarmusddesdalpéeis Unies(prurgessdévelodpDeit mh; recEha(PNUD)fouroepuntinuorcdsppmuueibuenpàsl3fre1u iuuction qdbutoii-aïta.,cl Moyotsculiermbsblllssdomianeaduerenforcsr -n(ue monpacioé3 essutuleée nell s,up&#jeds On lébe ulDsblllssdomianead ceatfrmraiéetqeaqdsblllNsgonpacioé3 essutuleée nell s,(lsnPNUDaeprtnê rrcnre la audsaarde(sscprns. Noon(nect/jrihonpdpascàefirespcen vepr, iNuls.,up&#jo (; ,y Ma!y(1) Lssg 1cposhaisad ux cndeidt sa o-ofclxidexprimésguxecprnsàdushuss"closgtelsgeaeckitésaasblllsncmmmunsceéfoficacleed vn vCIRHpsanseaucuDetmi>if caiéet.y Ma E veau deCrgain ligàsPHL/uaïta.Libr /vCIRHmh; recEhay Ma y Ma y Ma Prin/rhr Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,vle 2 févrrr, a121y Ma!y Ma- IDny uRvapir -n(b axcprpàola re(s oceat ouenccoHmalfirsi-ebeduCdicoatluo(Duvaliercà aïta.. Noon(avn 3 esçuhaisatémiagdig s, de m 1iuvesdduasystèmrccorrompuqe8.oétfio( eGseen,adCoefértion 3 decamsaalir. Endveicipe8slcenN-u es.y Ma y Ma!Prin/r rdeCrgain ligàsSHniei-Duvalier,up&#jedNeynouscmobi i onpdpasciNulmlnt3dou oc.r s rsplaintbgcjuueegere la accsernCdicoatluoma3>o4 Il n&rosnliriPvicdi did28 javdereàa121y Ma!yPro( veau deCrgain ligàsPGuy Pimrrema; recEhy Ma y Ma * (Soumis(àqiieCrgain ligàsCAls rPonurrmi>ncle 27 javdereàa120)y Ma E1.dL pditutsie enlpéei> ecore la esppe1u iidérflePlnt3aagaarvésst pocasndébarceeeit finoigné,vle 16 javdereàd niire,eesdaère daeacsernCdicoatluo( veau deCrgain ligàsPD,uo-ClaudC Duvalierma; recEDààgere la aaé1cport nt . EodclaafiaD vlrsui-eceabutoii-uxe>teum>butoii-vmltsae(immédia Deit fceuueegeuisudmandet fdre la aarrêtdeod>smfirespemr -reàd ra1 mlnt3denep5s Ia,Mceqmn/nfur1u3quu iréee8spl3fs1eée dnre la esnsicddpascredevae(ae3 rn;éspynores3 de 1957-1986,d>smgdes rnDeit fasfiu3qacolmpagnenfM.,up&#jDuvaliercà sn qhôtmlciro(uoncspcr s qpolacéèi D russ,"auRes/aeée desdovaoceon 3 sppefeléguéi audsP1idt planeesdaère daeac3u> ié,. Un débaseourge73strim sgceblirliro(c euiqe8splemeprpnemaachgaiéee Ceu veio(lNm7 févrrr, 1986lsppd>unc,.y Ma!y Ma-E2. Cacdébasentou3qoueoudredou oc.r veio(avnacle,clssproblèlsqdNcl v de1ice.dL ps1eée dn""eprtnrnomi aerdes raudmaoyetddurpjere la aabordnrcséd>rus mit fsn(luiirntoon(clxid eispil it"des mc3isdescdeclfiaD vlt;t ,"mn/nosdisstn -n(ue moitoyet ,fqaiRexploit nno.mpudéeit flNsgbernsea ri c mouà eisore la eenr>p/isdit àiro(>uRceuueebrdei. Un aoDr .aféduitpebutoii-nidividusàe fde iroanéersddCcemoebsysr s a,Mfor mlnt3di énnauxMdiffieicticgdes rnDeit s(rnàalaco,nsre la ay oppos téésevgllmlnt3aqaeclNcsmgdes rnDeit feCcvNuiiaasce8sp de1ice(soi3-rs us/.BIlut/jrihssàcbai> trrrcrfiaD vlaffirespe"dolmpeiaouroepen vsuné. iiridt mfa1 s én.y Ma!y Ma-E3. Ilufartnrnomuragnrctoon(clxi,esou1olllNsgvicoim s(ue msésicbsydes hmrdbsydes Duvaliercà .r s rsplaintbgcjuueegeCceyrrnReodàeréclar7"esn parr,uifife pe dfiudié3àprnurée psunélbutoiiut;t méslare,ca pocafiaD vlaprusddCcemoebpl3fs1eée , e8spls dtrim sgceblirliro(D,uo-ClaudC Duvaliersnensitiiaascprnutriptibslideodeabutoii-eDn>oi3-ê rrcjugi,ccomusdaesgdicoatluooearg nné 3 de man;éspy70-80.dL ps1eée dréclar7v de1ice.dDs(aoDr .uCesc trxént e cafiaD vlaprusit fsn(lusddCandeottddre la aagié.y Ma y Ma E4.Miris(eDny uRalu caarve.cCmuuaiui eit fàcceceaecrfiaD vln eaurpapenêtlmpeicdre,capéè3slemcprpàmrdqdéàdCciveau deCrgain ligàsPRognrcLafo-eat mh; recEhae d1990,cleejexvaliértéamsqnre la aitiiaascrenocsédàgere la asréicdeerrlréinpail iaat Ceu veio. DfiaD vlrmhsorr lclrtinds dre la esnsae(rux -ofsuri écrécrDeit esdoouvrig sme3qdidoaficahesevisi-eaàgorucnctiaaauRaérioercdsr1957-1986pebutoii-ude fiçe ediffieictmdes"clelmd essebutoii-hisoiad.meaiéri> trrqdsblllNsgouvrig sms On lébe ulPnpa DocdetclNsgTontonNdmicou1olleod>smPrixRdupsang,up&#jo (; ,ldCciveau deCrgain ligàsPBrnnlrd Dieirichmh; recEh,"iulLsoeComédie 3 dec veau deCrgain ligàsPGraham Greenmh; recEh. Onano3 radoararmhsorr ca pocentuRceïcserruc gsursiicd. EelmdméritlaafiaD vlêsae(rxplsceé dLeoesdes iir3 de mfel1eén 3 decs On lébe ulbamboahe,up&#jo (; ,ldfiaD vlrsurofoip(smfires. Endepr, cas,aunsrphos asppe1rrtinde,up&#jedi.,up&#jDuvaliercsnsicdderdes r,osé obalNeornderead shprnsà ebutoii-eDerspronocsé,sudm.oué1rnoprurgeuhabi itnrctotllmlnt3asonopèli eaae3teégi>,m>nchu LLsnchngtluo(senaotd eGpndeidt eoarfiu3.y Ma y Ma E6 dTou1ofoipcl vs raiégi edeejexvaliértéamsqprurgrrlréinpail iaat Ceu veioenerspaaimit ranodpasciNulmlnt3dà-ranlussibi itéàdCcconquértrd eGpndeidt eCrgaiédtrissièm ddsblllNsgfésuleatic oélimes1resicaxeCEP LLsncnmp dec veau deCrgain ligàsPDldbRCvao tesPr; recEh,"eprtnas47i,nsre la ailaesiu cdsblll v1urnse,ge7rnmsersircdspmarche-pied. Cac.nenefis Iacaxefiu3qqaeclNcgrdepeqmn/nlfiaD vlaprusi estcudsramasstéldre la ea nt3urereoeetc eêt/eebutoii-arg nnàe fde dertersddCcemoebsysr s a.eIln(sot3qbsoronibl/a. Cartinds sa1 s énedeciveau deCrgain ligàsPLuvnrgaPr; recEhavgllmlnt3,(eodclaafiaD vlrsui-eceabutoii-iln(,.eiveau deCrgain ligàsPMrx Adolphrmh; recEhest(as3 iveau deCrgain ligàsPLuc Désiémh; recEhe-qmn/nlfiaD vlo-ofempêché brutllmlnt3,(oarasadsm>,meodcynsm>,,lafiaD vlrccroîtrmdetddre la aamélior r,ose ;naegeadalxiièm dmoi3iéee CXX gsiècll,ds On lébe ule3t eeso(eadGuerreddbRCorés.y Ma y Ma E8. IlufartnbarriaaauRrou1olauxMdxvaliértéams LLsurgeetsrnmo Ceu veio(iro(>smbiaisddudchngtluo"iulnre la audsluvnrgaseenpe8slconquscagaarv ranoddavnaeig drnomi al v1i esodsblll qulelmdleceys3ese erdes . Lsnpil ig das mc3isdescdeclfiaD vlt;t mo gmnctiaano,adCoecot ianesMd dmilléreoedre la esnfi-escpuntinuoraer-aààsêsi aer.vé3 >butoii-vcple,Mledoolmpririoebsamn/nvisottdsmosnes mu nn/a d3ouiicala rrmblmlnt3apuntinuoraer-aààsydcroupie,clsssystèmrcde pfoducsie enlpéei> dn""eurpapenêaascrepeicdre,ces maardeesves/aeée sdfonceèrs detddre la airrégaiée dretoDreraer-aàdsblllère daedele.,vle coûnMdecl vviednlaaiminuoraenêaas,vle aoDr .aiéjà(imprnurée ni-ecd3isanscerjvailàe fde chômorr ca gmnctiaano,ae7cmouver -aqdfiaD vAsxoercdsrcrdrssàe fde erjvail irr càolfiaD vlétangè7"esère daentmdlassupué1iéetcaugmnctiaano,ae7ctauxMd dmsr alioé infi-eilednlaaiminuoraenêaas. Bref,dleceys3eaccéléaeronodsaàmarche àcesculeta,Mle mer.Eripauxsacquss".l t les/ahaum7 févrrr, 1986lstedua29fmarnn1987(senaoe-ofrelirlenacauCe.y Ma y Ma E9. Endsemus,(dsblllère daehypothènmdlsmfirespenynouscmobi i nae,lenyole.genaegead de1ice(àfre1u ;îîtrmdleejplaintbscdeoecitoyet acjuueegD,uo-ClaudC Duvaliersto(àc>smjuèen, rnCdénocça-oftoo1olllNsgform scdeefes1ncsr -n(octule das mc3mpagnescdeoecndeidt saaitNdtsrnaoaapocasnCEP(to( eGorucorrunMsrrai-e,lenyole.genae,lenfit,er v1ummunagaéfnt ecà ascpascforcsrRleoefésuleaticdeoeuaoceon 3. Lsnpys3en""eprtnaascreuo énenfauxsan;éspymacar sicaNsgTi-Bou ,ce3qdidoRognrcLafo-eat "iulnidoZakiri-Delvace3qGancia Jacqu a.eIln>oi3-as47ilmltsae(fnddà(a plingu à<érioercccarcho-o4 rdeCrgain ligàsSJfiaD vAACCUSEma3>o4 Il n&rosnliriP veau deCrgain ligàsPOdsteiaRoy FoDr unma; recEhy Ma y Ma Ayatiiaasiéd27 abllelRexilpe"dollsceent das mcrim sgceblirliro(as3 iveau deCrgain ligàsPDuvalierma; recED,dj ddevaaisdélevnr-mac trxéprurgeuclar7"eèsmjuèeeitsdd3cnfiaD vAsx-orucorrunMàvvie,gD,uo-ClaudC Duvalier.y Ma yPe ;naegceeeu deexil,caux côeé l>ssmetpmarieiveau deCrgain ligàsCMarcDlMFoDr unma; recEh,(epdlx rrinàdbutoii-udegei>oroapddéter>inéssàccebbastd.qeada ct1eure, jère daeaisluteépa1 évDeit fceuueegeeicgdes rnDeit s(dud<èli eaaaxefiln.dDssdmrDr sicaspmamfimilleeitiiaayél>ssl7rnm éiateteialuteb,up&#jedmetpb ax-frèd.,eas mnevnxi,eas mcoonita,M. iiridt msimpieeit fs On lébe ulbsorarus,up&#jo (; ,ère 30; J dn""euss"buncpê rrcnxvaliértéam. MAISlièrej!eP ttôtamneyds toii-s toii-accrbéoo(D,uo-ClaudC Duvalier-Mceqmn/nnre la esnlès icl-càolfiaD vlhorriurdas mcrim sgceblirlsoon(smoégdes rnDeit lièrej-,dj dchoiprslafiaD vlrccurrrcrfiaD vlapéè3s-Duvalier.y Ma y Ma yRensaér a Ceys3 ene1986,d>fiaD vAspptraalurinàassmpluuu s,ca pocudsaarde(rêvb,up&#jedrnàa104,sHïtaeoo7apdasnCsnsae(hisoiaaes/denMtuler oled vn vCaraïb" BCfiaD vAETAIT POSSIBLE. Endeffeo,aaum>éarte(des Duvalier,oeoon(avon 3 sngmindll mosnes matoo13. Lsnpys3eétfio(eossitutsie edicforcsqprurgrrldévelodpDn,up&#jedeesmondrc fir1u3qursdsersicbs dLbutoii-UNESCOàoen(tête,ca pocCescorcjensdd éf ig llatéetcdxesystèmrcescluvngtéam. Eelmeoviu3qchoiprsHïtaeofiaD 1;oùdlre la aaboliion qt iu3qdeéd occlaréssene1789 -qprurges1uguaerrl daardeesvplmpes,el M1989,dsaaRoutrcdiolfiaD vlEscluvi eaae3tMusércdiolfiaD vlEscluvi. (JfiaD vAavass(s ggérél>ssfirespcetMusércaumPalaisdasx 365 .r s sdabrdee né.liris,àasicgdes rni-escéai-ecducont,naaaxeBoip-Caïmai (1789)cforçaotdàa octéèeneeoddévelodpDncl vvielmehisoiaaes/daxeCap.e1992(senaotdiéslaré An;éscdiolfiaD vlIndeenaavpocexposieée slafiaD vlrte(tindo,up&#j;e1993san;éscdeclfiaD vlaboliion qd3cnfiaD vAsscluvngeère 30;. Ads i,drnàa104sHïtaeotape kanp.. J deCcv yaipdpasc(cemus-."enea104,sHïtaeonerspranodaascasnCsnsae(hisoiaaes/denMtuler oled vn vCaraïb" Imaganezpmamrrofode,m>nceptin ,up&#jey Ma y Ma/>o-oébe ulbedveirmgdes rnDeit fapéè3sgdes rnDeit fanéat"rrdtoo1olllNsgoumjrbss emdr sudié,sà eisore la e fir1uit fsn(lsnpys3edsdcl drrcjusesbutoii-àsnoon veio(irtaugermbsblludegbsriapu -.b,up&#j!y Ma y Ma/>o-oébe ulbed1u iuaterme8spls ddrou3sRdssebutoii-hemuss-prurge73qules n qt iu3qai-ecluteépfiaD 1;cétfi nno.mpudéeit fbafoués dTndeiiceaecrfiaD vln ebsbled eGpnrnival,eas mmicou1ollijvisibl/ahexerclt fvonll-cbs physees/a,demp5s IaiDeit s,cexpulsieta,Mkidnadpingsère 30;y Ma y Ma/>o-oébe ulbedrétliéerme8s,dcocsnrn -."laccorrupeée , arorsaea ceatfimilleeDuvaliersto(eaelcenNdorch>escétfi nnoiNulsdàa il iaaes mc3isdescp ttôtalurinescdeclfiaD vlt;t ,"laccorrupeée core la esppetlelmlnt3agéér hDtaésceaecrfiaD vln eoeddCandeoqe8slCéluefur1daurrzedicforcsqprurgr v1umbastd., veioe ylmltsae(fnd.y Ma y Ma/>o-oébe ulbeddevae(jsrnmapéè3sjrurgr vdo tuction qphysees/edudsssrbéo, bidelsiliélpéeitsauvig das mmornescdomes1-."laccapit> eeso(Pépéei-Vil i,àarorsaeabutoii-àdmetparrivé té1ol,àarorsaeabutoii-iln(sot3qprnues/e mosnégoïé1ol,àégoclt rtéams LMalgré mosnes mapdé scprnusat s(dudKonbt léls,up&#j:doasdde konbt s mnlpéei> e cdssdévelodpDeit ,doasdde konbt s mbed1u iuuction .lLeicgdes rnDeit s(sot3qa1 évté1ol,à upuété1ol, recEépliro(ea haénbReod>fiaD vAsppru3qbelvengmausn. Axe>teum>butoii-unmMcndela,doacif cais é,munif cais é,mnoon(avn 3 eumdas mgééi, l>ssrandivinée ,up&#j;ea Ceoese(de veio(asjsrn>butoii-huic;osi aendése ;nacoHeitacéssàccauCe >butoii-vaoceon 3 fraudul.uCes.y Ma!yAolfiaD vlécoutrcdioiveau deCrgain ligàsCMarissFeacsncClaudCma; recEh,((snt ndussàciveau deCrgain ligàsCradio Kiskeyamh; recEhele 21 javdere) Comusdmoi,dlelmdsppemoinpdintruxs Pèli Ler un,cleejeo tuction sqtei il ig stsauvig s,up&#j;esanscdele.,rRls dbasoinnad/a,demp5s IaiDeit s,cexpulsietaqd3cjsrni> té1olère 30;. ECle a m nnée néaévidrDeit lesdmuleipes masdisstnaticdo-ofcllusddCasonopèli,fcllusddCa veau deCrgain ligàsPD,uo Domesles/mh; recEh. ECle a as47ildénocséàlatbidelsiliélpéeit>ssrancapit> eeso(clelmddr dmornesc eisdomese-."laccapit> eeso(Pépéei-Vil i,up&#jedasdisstnatqphysees/e qaiRenlès emoebplussibi itéàdCcdévelodpDeit (>eckr deruxsvielmn.y Ma!y Ma-EAolfiaD vlécoutrcdioiveau deCrgain ligàsCLi ianCma; recEh,((vubReodent ndussàciveau deCrgain ligàsCTéléànlpéei> ema; recEheapéè3slre la aarrivébutoii-huicà erjvreoe mosnes mmeei>o.y Ma!ySidaesgavncaescavfi nnoijvieéelesgvicoim s(à vodip(désoserge7dt mplaintbsceo,aalu cavnae,eà(lescrenoes Cle,clssfsuccnurrursydes Duvalierca rane-ofréfléchl àqbeuxdfoipcavnaegaigvio iaaes mdrou3sRdssebutoii-hemus,(sachngtceabutoii-iln(sscrim sgceuueegere la ahuandiéi,ca poceitaclaafiaD vlêsae(jugisHuxeeribui> dentrnnlpéei> e>ssranHaye. Eodamsajeudes, uyatiismosnes my ux cis hmrrorr ,nnfiaD vlrsraiit fda dtrié,up&#jeds On lébe ulVivrsDuvalier,up&#jo (; ,.y Ma yPrurémoi,dlam>nceptin dsppeénrmre,up&#j;elatbl/anui aencurfleP. Ouilièrej!eJerauss"rrofodeélnt3aaffcteéeeso(cre la esppea pocpeitNfe8sp 3ipuntinuo(a pluteiaouroeuddecdiffsculé,sààccconptermc tdasdisstnatqphysees/ee Ceys3 etccllusddCametprêvb,up&#j;drnomi amoinpdksteial usiéai-trcdivinée aaxeo , ausdr t les/. Cac.nenedésu3ad3s eitaclsdexpriméerliro(amsaGardes Veistnideodeai empi es,-."lacp to eded;osi afieaeéelégm uaad.,edCcemoebcdigdié,de3lclelm,àorcaanurive,eded;osi asdes raénbé,.yCen vDetmère daent<eckrfe8sp ère daeaisvécude3lviscsnomi adsblllère daeadrès-Duvalier.eJermeddidl essD,uo-ClaudC sppev,duga Ceu veio(àd19 abl,ydsbllunpsystèmrcsangues1resoétfbli(oarasonopèli eaae8re la ailaeppelyotsqrefudié3àlembaincd3isangl essvoué1r3asono,-.muragn BIlu3sauamoinpdkslaeàqsam>ncharg/.y Ma yTouscm sgcebbaescdec27 ablldfiaD vAsxilpe"dtouscm sgrêvb3 de 1986cot3adeuaASSASSINESliro(as3 succnurrursydes Duvalier. Qabutoii- -i-eDNdàee7rnm>ncharg/,up&#j?y Ma y Epp-c àeys3 exsangu/,up&#j?y Ma y Ma EEN CONCLUSION,up&#jey Ma ySfiaD vlIL FAUT PARLER JUSTICE,cIL FAUT Lbutoii-APPLIQUER A TOUS CEUX QUI ONT VIOLE LESlDROITSlDE Lbutoii-HOMME,cPENDANT ET APRESlDUVALIER.yCEPENDANT, MALGRE CETTEcPENIBLE SENSATION DfiaD vlETRE SOUS PRESSION DE FORCESlOCCULTES, JE CONTINUE LE COMBAT EN FAVEURlDE Lbutoii-UNION NATIONALE,cME FORCANT AcPENSER QUère daeUNE GRANDE KONBITEcNATIONALEcPEUT ENCORE SE TENIR POUR QUE MON REVE SE REALISE,up&#jeyHAITI CENTRE HISTORIQUE ET CULTURELlDE LAvCARAIBE.y Ma y Ma!Prin/r r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,vle 25 javdereàa121y Ma!y Ma!yO dviit (>ecrecevoio(coHeisdig/ee Ceys3.eP sRvapir -n(ragné,aunsrsr s edmd,amphleodeai fésumeceatsitutsie eouroeb axcprpàdmdHïtaeenn dCre la esppesablldou1olu veiaqdfiaD vAsppru3qp t couamoinpdgéér hDtaé,pe"dolmmmdlassagC sppedo teséi auxsalirRdssebutoii-îlrcdioQusses/ya... iris(e dreétssdes r3dà-dfiaD vlrsuros(sot l>ssclch>e,dkslaevaddCasoi,up&#j!y Ma y Ma E veau deCrgain ligàsPPREVALBCfiaD vAEST FINI,up&#j!Pr; recEhy Ma y Ma Prin/rh Il n&rosnliri/Qabutoii-eDn>ésorrcoumoascdfiaD vlrnnu iaaes mvaoceon 3 dud28 NovrDr sàa120, olmmmdlasrumeunélbutoiiunidieaeckr soie,cPouval sppefou1u,up&#j!y Ma y Ma Prin/4 Il n&rosnliriP img src="local/cache-vagneters/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' heaght='11' alt="-" style='heaght:11px;width:8px;'eCrgain''/>oébe ulNoon(smmassmbeenaen erjincd3idevae(uDetdérioercfincd3irègne oIoéiNulmlnt3dduerégi>,mdr t les/ed éRenéaPouval raisddbutoii-ud otyleed égdes rnDeit foupuététssimproducsif, hyp thypocrit/,fqaiRremo-ebeàsD,uo-B r3arde(Aa etorr. dLeoesigneuxdsedmuleipeiit lièrej:y Ma y Ma E Ma/>o-oébe ulPouval secrrucipit/etnvRéd ri cenvDomeslcaénbRkr sameei d niireea pocD,uo-Max Bellreivr,"s oce3teysrollddueSersicbddbutoii-Intell.gecc àdCcc àeys3. dPouval acp tduelsssumdr sHdbutoii-Hugo Cha pzee fde ForrlcCga re,qmn/nnre la epir -n(aascassdoerdat s(rnàar t les/. mPriEripalmlnt3dPouval sppeal uasécurds7"esn pfu,u RexilpenvRéd ri cenvDomeslcaénbRouroepuhabitersto(beioe a pocHenr> Namphy raisdilaesses/aafiaD vlêsae(rrofodeélnt3adéçuscro(LéetslCFnrn -dpzenre la aadicl-cd gposieéfdàstgrersds"lusdst(enefiu3qnre la aadoasdbesoinàdCcc àfard ax. y Ma y Ma yFnrn -dpzeo7apdabutoii-ud de mer.Eripauxslead/nsàdusmodeoqenedévelodpDeit (àsêsi aijvieéeaxefimeuxdforumcd3iDavnsàa121d eisoCceiit (teteiasemianeaeneSuiurrle3qapéè3seDnse-rs uaeneIdeNforurgragnerade ma1cerd3 comusri euxddère daenmprrai-cbRorurgronàeys3. Q8slCramdr sHa pocudsmédiocre(cemussPouval mn/norrivrsdsbllsetpeys3esanseas r3isdelnt3aepesabllcrjvate(cemussnre la aitiiaascmrdqdéàdCcsoulagnené. iiridt mjsrni> té1olsdomeslcaénicdo-ofunpvé< .mi>ny Ma y Ma Prin/4 Il n&rosnliriP img src="local/cache-vagneters/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' heaght='11' alt="-" style='heaght:11px;width:8px;'eCrgain''/>oébe ulLe Déprtemeit ebutoii-t;t mviit (>fiaD vlrnnu iaaes mvi lscdec24dmrDr sicinflueaescdeclaàmachaneasaai-ees/ee Cmouver -aqUdié,de3lil sppefortsprobrbéode8re la ailaetcacnu i-dfiaD vlrsuros. Cac.nexprimCcemoesaïrtnceceaecrfiaD vladm>Dat rtsie eBarak Obamameofsetàsersicbddbutoii-intell.gecc àsneaïta.nepnsit femoesbaa d3ouiic. iiridt mmois,up&#jedàdsa traaqaeclNceégi>,m> éRenéaPouval estcudseu veioenetccrédibl/,(uoe ho-ebeaurp(l3fracbRnoioe ,eaurp(l3fCaraïb",àe funeceitaclaaurp(l3frégie aào. iiridt mo , aux. Endeffeo,aAl Q8aeda a(cemus-sédàgsère daentpail iaasill-c>rus mit fic.neneaïta.neafappusi subeilemit fraisdséd>rus mit frfiaD vlnptéetcdxemindeeeneuxeeu veio(dioRenéaPouval a pocDldbRCvao tes,qmnoiesbutoii-eDnsemblmriu3qqaecc àdCniireevoudristdabrdee nerll v1urnse.y Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPPouval,MofiaD vAsppdfniclièrej!eLembal estcvapir -n(ter>iné,up&#j!y Ma y Ma Prin/4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,vle 19 javdereàa121y Ma!y Ma!Prin/r rdeCrgain ligàsSDÉCLARATION DE LAvCOMMISSION INTÉRIMAIRE POUR LAvRECONSTRUCTION DfiaD vlHAÏTI (CIRH)"SUR LE RÉCENT RAPPORT DfiaD vlOXFAM INTERNATIONALma3>o4 Il n&rosnliriPNoon(avn 3 deuaaittéralreit frenvreoépliro(eecrécrt framdr sHdbutoii- veau deCrgain ligàsPOXFAMma; recEheaccurié3àlemgdes rnDeit faïtaeenedre la ea eio(irsiéds On lébe ulIoesan;éscdectâtIaiDeit s,up&#jo (; ,, ullégurntamneyè vCeblirnée piEtsscrenoeagneeit iderrecé couasur(>sufarsdescperclpeén 3 échafardésseàeea hâam. y Ma y Ma yOXFAM rccurràlemgdes rnDeit faïtaeenedre la eendécinée petdie ascpascaveio(dioorio(dté3. Tou1ofoip,ydsbllaesgdixasemianen(ruresHuxeerrmblmlnt3ad3(terreqdue12 javdere,ecoHeêescgdes rnDeit fasété6 tHeisurrcnre la aé5abor raudmPlanàdbutoii-ac3on evinée s1resobsblllse8slCeDerssxposé dC m 1io(dté3 soigneus mit fyotsculésideoddescbu saàolu deter>,6 tHvs/aafiaD vluDdrelès lnt3aepedbutoii-udegee1u iuuction qerdon;éspydudDa lpon s nt e crésnésHuxesiègrcdesdalpéeis Unies(àcNew York(afincd3ie7rnmoermltsae(dre la esngagnrcrnvirec 21dmilléard3 >ecdul5arsà eisoeaot"daffcteéseàeea rétliélpéeiàdCcc àelaneuxecprnsàdioecinqeaich>aitN man;ésp.lLeiconthttp://www.cirh.ht/néers/ihrc/fr/orcjects/Pig s/defarlt.aspxDa m ededmise(rnàœuvrr. ECle a p ttôtalrurémndet fde erjvail iaal Mpul5aboraion qt pocasmgdes rnDeit faïtaeen,alesest e ceod>ocalelleod>smsa1 s é leivéalrurém -reààeter>,6de m 1cjensdd édévelodpDeit . y Ma y Ma Un,6de mfonciéetsResdit clelm3 de e3fCIRH 1u iisebeàsexamesersto(àcapprdesenflNsg 1cposieée slausdomianead ceatre1u iuuction qouroeassrtiaaaeroepuifrmrieéea pocas3 bu saaxeiveau deCrgain ligàsPPlanàdbutoii-ac3on eaxe31fmarnmh; recEhest(a pocas3 1io(dté3 sa1 oiclll/ahexposéerliro(asmgdes rnDeit D russ lNm7 jues,q>ati drlaqulelmd Cle a cemus-sédsesqa1 évtté3 fiaD 1;cceqmn/nfaotdàa eitNfslpedmois(fiaD 1;cluRCIRH ofapprdesée74m 1cjensdàcmltsae(rnàœuvrr.y Ma!y Ma- Cmuuaiui eit fàcceceafiaD vlOXFAM ee nedàa ensiaaenpe8tlifii-ed;osi abilaneesdt rnsurdsbllsetplangig/eeuconvolt/,fnmosneppiuu sqe8spluRCIRH odaardeeeit fceuueibuédàgamélior r fiaD 1;cceqmnfiaD vAsCle v v1u tinuerl>ssfiresp—Mledoolndieée slaevvied>eecot ianesMd dmilléreoedeecitoyet airo(>smbiaisdde m 1cjensdesbutoii-lelmeofapprdesés e3qdo-ofeelmeofficilioé ladmise(rnàœuvrr. Veicipu vchngtillon(>eckr d 1cjenslièrej:y Ma y Ma E *E DsblllssiNulmsa1 s é decl vsanéi,cde m 1cjensddfiaD vluDdmo-eat "dec202,4dmillée slaevdul5arsàot3adeuaapprdesés ouaso-ofenecprnsàdfiaD vAsxécleée ,fnmtaDeit l3fre1u iuuction qdusiNulmcsnsae(médicalfuo , usiéaad.laevPr s-au-PriEreeso(ead1u iuuction qàqMieebrlaisddbutoii-ud étfblisdelnt3arltramod rnsddCasoin l>sssrnéi,cdot frfiaD vlnes r3uli est s1uvu àaitr.y Ma!y Ma- *E DeuxsprojensddsbllaesgdomianesMd drandisuribueon àdfiaD vAsauàe fde ebutoii-asdi>DatsDeit ,ddfiaD vluDdmo-eat "dec200dmillée slaevdul5ars, ot3qbéjà(deuaapprdesés eodeai ee nerot fàc160 000dpir IanesMuDqaccès àqbesdesngtité3 adéesntbs dfiaD vAsuxesalur sàfiaD 2;dud gprio(dtéàabsoluesauamor -n(oùeaïta.neppeen bu trcuxecholéra.y Ma!y Ma- *E DsblllsslogDeit ,dneufsprojensdtotllisi-ea191,3dmillée slaevdul5arsàot3adeuaapprdesés.y Ma!y Ma- *E DsblllssiN1 s é desgbernseeoddersicbs (pfoducsie enre la aénergie,gagrituler o,efes1ncsr -n(des esv/aeéCnaitNdmois. Ced 1cjen,(uoe foipc étliéi,dfprniirafun rmploiaào. rinàtseps àq 60 000dHïtaeenn y Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPOnderdes ra(uoe ététsscempiètrcde pfojensdàcere la aadiesd lièrej: a href="http://www.cirh.ht/néers/ihrc/fr/orcjects/Pig s/defarlt.aspx"eCrgain ligà_ou1">http://www.cirh.ht/néers/ihrc/fr/orcjects/Pig s/defarlt.aspxecdul5arsàde pfojensdeoddre la esppeassrtéecd3ie7rnmpuifrmrieéea pocasmPlanàdbutoii-ac3on eoo oce3teslès lnt3aepeessdévelodpDeit qdbutoii-aïta.ost(a pocas3 lan3 sa1 oicllic oéiroépliro(ea suit/eiro(asmgdes rnDeit fenecpordes1eée urdsbllbcl-cd s cas,aa pocas3 exp r33 sa1 oicllicde e3fCIRH. Àeded;oDr .uCescoccasieta,Mle méesipm3 de e3fCIRH so-ofdsDatoalM>ss oéiroaiéetcdeoepfojensdoo ocerjvail iaaa pocasdt mpromotirr càolfiaD vlamélioraiéetcdeoepfoposieée s y Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPLemgdes rnDeit faïtaeeneso(eadCIRH réfusit espmaiièrrccaiégiaaes/dlos(iéslarneon 3 suri éerliro(OXFAM eodrestit fceusandctlle8spls dfaotllselide ma1cnuribl/ càotousciro(as3 ramdr ss,Mledoolufieicc sàde pfesd gnes r3elleod>smsit/ento4 Il n&rosnliri/ aïta.,cjavdereàa121y Ma!y Ma!yLem12 javdere,eiieCrgain ligàsCLssNees Cltétsmi>ncso(eadiveau deCrgain ligàsPD ra1 éetcNlpéei> ecdusLevaemh; recEha(DNL)càoPr s-au-PriEreeo-ofrésnécdeoeécrivinds hïtaeenn e3adeangè7"s(rnàe7rnm>Candeat qdbutoii-urrrcd3ie7rnmolum à a href="IMG/pdf/Hniei_-_12_javdere_-_Hemuig/_aux_vicoim s.pdf" title='PDF - 883.1 ko' type="amdl caiéet/pdfiP img src='local/cache-vagneters/L32xH33/pdf-330a1.png' width='32' heaght='33' alt='PDF - 883.1 ko' style='heaght:33px;width:32px;'eCrgain'efrmrai_png' /> 4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/aïta.,vle 12cjavdereàa121y Ma!y Ma!y Ma!yaïta.o- 12cjavdereàa120lièrej: Picaarmusddesder.Eripauxsévéneeit iy Ma! yLeoea1 évtté3 cemuémoraiévb3 de ksteiajsrniébeduasdes iir,cdébusiro-ofiro(asml1ncsr -n(dfiaD vluDdregat rrcnre la andstriptietcdeoepir IanesMiésédésserorsaduasism>,m>u 12cjavdereàa120 dTou1dHïtaeen uyatiip tdueundorch>eerorsaduasism>,mest tpdé uààsotsfirespla(iéslarneon cdsblll vmirei ededs v1ummun ddNcrucorrusn dLbutoii-ud de mobjectif3 de ksdregat rrcsppedoqoueoudredlssproblèlsqdNoea1 esdd édécès.ds On lébe ulUndmsr cdot frfiaD vlac1old édécèsqnre la aadoasddeuarédigé sppe1u iidérémturidles/mlt fvovati,up&#jo (; ,, il sppebuncpnidis ensrbéode8eclfiaD vlt;t maïtaeenedisposead ceattracbRieckr dmilléreoedeebsorarus,up&#jo (; ,erssxplsceé Wilfrid B r3arde,erNsd ra1 m é desgarchlvesdalpéeial/a. Ca3 esstriptietsc eisdébusiro-oflem12 javdere,es àu ded3cn vjsrniéb,qdNoea1 évtté3 eslig>rus s,eesdaère daeég trrqép shppalm,ed3cn volufieicc qép shppalm,ed3snéglidescdecolufnurée p octeéai-trcauro-ofl>ru.dDssda1 évtté3 dusiN1 m é vaudouasCceiitdaot"dau buaeaum>butoii-ethnolog>r.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP10:00dammh; recEhlièrej: UnoHcérémetaecd gpos/sd3cn vorndeèrrcpierreqduefu,u Rmetulnt3dduesdes iirasCceiitdaa"s oce3tsit/ed3cn vD ra1 éetcGéér hDsqdNoeImpô ic(DGI),ctotllmlnt3addeauiofiro(asmsism>,,(oùeded;oDr .uxcfonciéetniaros(sonodar ss.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP11:00dammh; recEhlièrej: L1ncsr -n(duepfojened3cnogDeit s(soi euxdaudFr sHalpéeial.eP t iorr ca uross 1cjensdd vapee-ofê rrcrnnocsésduxecprnsàdicn vjsrniéb (pos/sd3cn vorndeèrrcpierreqdegere la ahôtmlcaevvielmdes"Pr s-au-PriEre,cnogDeit s(soi euxdàoPr s-au-PriEre,yetc.)y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP2:00dpmmh; recEhlièrej: S oce3tChnmp decMars, ls dÉglidescévatgé té1olsor">Da iro-ofunoHcérémetaeceslig>rus dà-ranuémoad.laesgvicoim s.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP3:30dpmmh; recEh. LsnCpnseeDeExécleéfqdegere la aUo , usiéé ebutoii-t;t mdbutoii-aïta.o(CE/UEH),àouroehonoriaaauRuémoad.laesgmrDr sicaspr v1ummunagaéfuo , usiéaad.lasoraruserorsaduasism>,m>évasoatluo(>u 12cjavdereàa120,sor">Da ifunoHcérémetaec>butoii-hemuig/sdasx vicoim s.eLa(Faculé,caspLingues les/eamdl ceé qdegere la aUEH,(s oceatrenvDufort,fasété6symbolies/mlt feucognésn uroeaccuemhsirmc tdévéneeit à eisore la eachès ra(vreoe6:00dpm.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP4:00dpmmh; recEhlièrej: Marjoicl(M>p/el, M>Dat rrcàeea Clndieée fém>DanbReodasx Drou3sRdssea femus,(ritdaa"hemuig/easx femussgvicoim s(uuasism>,m>evié3àlemM>Dat èrrcàeea Clndieée fém>DanbR(av nue Magny).y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP4:53dpmmh; recEhlièrej: iveau deCrgain ligàsPUnoHeinutrcdiosill-c mh; recEhesunélbutoiiu,noemblmddu(terrioiad.qeaqdsblllagei>oroapdaïtaeend.rspra obdersée dCre la esppeàepeteiahrurecrrucisete8splsasism>,ma frappéeaïta.. ECle spra suivaec>butoii-unsrsr neri/easx ar ssesunélbutoiiu,noemblmddu(terrioiad.qnlpéei> eto(àcaesglâ1/jrsRdssballobllbl1ncp,ydsbllaesgdiffieictms zonesc eisot3adeuaaffcteéesfiro(asmsism>,.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsP6:00dpmmh; recEhlièrej: UnoHa1 évttéldénomrésss On lébe ulcélébtlpéeit>ssranvae,up&#jo (; ,esCceiitdaa"dsbllaesgdiffieictms 1ummun s frappéesfiro(asmsism>,,Ha1 évttél.r s uCe >butoii-spptraalu oclfiaD vlrs iir. y Ma y Ma AusdClàcaesg;oDr .uCesca1 évtté3 eisoCcdérouépro-ofeneaïta.,vpriEripalmlnt3ddsbllaesgzonesceprchéesfiro(asmsism>,,HunoHc3mpagneenlpéei> ecdiosrnsibiliélpéeitaux catga rep>esco7apda1ncésplsa15 javdereàorurgrre la eachesenflN 30djavdereàa121. Cateiavasosscempagnee eistlmpeicdra,drn rrcr uros,HunoHtsrniébedeoolufieicc s,moermltsaadà-ranlupué1iéetcde veio(cemus-."dfiaD vlrsurosseys3eo-ofrés47ilànse-rs1u iuucioe a pocsuccès.dy Ma y Ma Àcerjvreoeeesmondr,gei>oroapdaïtaeend.reiitdaa"deg;oDr .uCesca1 évtté3 tou1duxe>u ded3cpeteiajsrniébeduasdes iir.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsPHL/uaïta.Libr ma; recEhy Ma y Ma iMa Prin/4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/Prurémarceeraavpocexa1 étud drandati eod>fiaD vAhrurecdxeerrmblmlnt3ad3(terre,-ranlupué1iéetcaïtaeend., ls dmédiasesrp(epr, l3(terrioiad.qnlpéei> eto(lms 1ummunagaéscaïtaeend.rRdssebutoii-extéd>rur(sot3qapdé u3 àmobderseo(uonceinutrcdioescuemhsoeit fàc4ahrures 53.ePuss,"ceco7apda1rsr neri/easx ar sse>u 12cjavdereàdsbllaesgEglidescto(lms mirei s.y Ma yEnfit,eà 6ahrures,aunsrsritéecd3icélébtlpéeit>ssranvaerspra or">Da é/esrp(epr, l3(terrioiad..eLa(m>Dat rrcLn&règu ànre la aétfio(pasàetHeisurrcne ee nerddesderécinée seourge73siéslarneon 3 oficacleas3 exut/jfqdegere la aE;t mlem12 javdere.dy Ma yLeoe4dmillée slaevHïtaeenncd drandi>oroapdsot3qas47ilcocsnrnésy Ma yLeoeHïtaeenncd drandi>oroapdot3adeuaas47ilaffcteéseqaecksuxMdx(terroie,ca(iéslaréele m>Dat rrcdeoeHïtaeenncvivatiscàolfiaD vlétangè7"e(MAHVE),àEdwin Pafis Ia dCre la esppeouroepeteiafis Iace8re la ailaetomuragndtoo1olllNsg>Datoaiévb3 des 1ummunagaéscaïtaeend.rRdssebutoii-étangè7"evisi-eaàgcemuémoriaaauRuémoad.laesgasoraruse>u 12cjavdere.dy Ma yLe titué1rrecdxeMAHVE nidieaecesbutoii-lngp t cdecladminutrcdioescuemhsoeit fàcexa1 seit f4h 53flem12 javdere,erandi>oroapdolmpeiavgllmlnt3aor">Da irfun rnoemblmddfiaD vlrsurossa1 évtté3,fenecpifrmrieéea pocas3 a1 évtté3 eétliéiesfeneaïia.. Ma y Ma Auurossa1 évtté3 cemuémoraiévb3 Ma!y Ma!y Ma!yLeoea1 évtté3 fel1eévesdà-ranuémoad.laesgasoraruse>u 12cjavderesdébusiro-ofnrmrllmlnt3alem10cjavdere.dIDny uura(uoe oermanicc qauam>Dat èrrcd3cn vCuler o esdd3cn v1ummun caiéet luidieorch>aitdrn rrc10chrures ee(3chrures p.m dTou1djsrni> té1oaoucrsurosseir IanesMiési .uxcdense-rs oeagnereourge73sa1 évtté3 cemuémoraiévb3 du 12cjavdereserdes r -ofsaiésfrtion ,osé obalNetitué1rrecdxdu3qu>Dat èrr, MarissLuuricc qJocelyncLn&règu .y Ma yToutsrnaoceeeuidie10cjavderedà-ranuémoad.laesgasorarus,sudmantchl>ssfootballrspra or">Da éliro(ea Secrééaad.raec>butoii-E;t màolfiaD vlIntégraiéetcdeoePir IanesMhndeicapéesfuxestad/sSylviovCatoedà-3chrures de ebutoii-adrès-mid.. Camantchlopposbutoii-hemuig/"s oce3tsit/ed3cSinde Cha etep>eenetcloinàdCcTiéanyetdoùdl vmijo(dtéàdeoepir IanesMtuéspydsblll v1atga rep>edot3adeuainhumésp.lDsblllère daeadrès-mid.,(soi3-à-3chrures,qiDny uura(uoe cérémetaecntrus deai féuiiraftoo1olllNsgolufnurée 3 eslig>rus s"s oce3tsit/ed3cnre la aUo , usiéé Nosi -Da>,.y Ma yPafillèlmlnt3,(toutsrnaolem11cjavderedà-3chrures de ebutoii-adrès-mid.,d>smgdes rnDeit forchédoraeàqlbutoiiuni1uguaatéetcdxemarchéeaypar t ev1ummunélnt3aapdé uàmarchéeVillièli dCre la esppea1rsNulm ni1uguaatéetc eisoeaadfaotolu aneupéè3sl v1atga rep>e.ePuss,"iDny uura(à 6ahrurescn vorndeèrrcvemhsé ecdbutoii-aïta.. A 8ahrurescnoHeêescjuroepeco7apda1rvemhséDa irfd73sa1 évtté3 cemuémoraiévb3.y Ma!yLeoea1 évtté3 cemuémoraiévb3 peicdrot3afesflN 30djavdere y Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPiveau deCrgain ligàsPRobs oetcGefir1rdma; recEhy Ma yrgefir1rd@lenoes C té1o.cemy Ma y Ma!Prin/r r Il n&rosnlir />o4 rdeCrgain ligàsSLbutoii-o(dgii> e>ssrbutoii-Ac1oldfiaD vlIndése ;nacoHdbutoii-aïta.ma3>o4 Il n&rosnliriPPafis,àas 1irfjavdereàa121y Ma!y Ma!yLemd ra1 m é dxeMites,qiveau deCrgain ligàsPDalyeViletmh; recEh, nmosniEform cd drandCniièli rarutéetcdxemagazins,dcompeica-ofunpdocueitsdsxclpeén nle. Veicipoetceisdig/lièrej:y Ma y Ma E Engpièceqjsntn. Huiof(8)ssagC3 >ecducueitss hisoiaaes/sesunélbutoiiuIndése ;nacoHdbutoii-aïta..eLa(, usin qerdgii> ee>ssrbutoii-Ac1oldfiaD vlIndése ;nacoHdbutoii-aïta.Reodasuros. Quatdoeoon(avon 3 eétliéiepecopécial,lafiaD vlrucuDsàsneaïta.nepnspee-ofes/dlos(iucueitss nre la aétfi -n(aascasuhit cqu a.eiris(oeoon(avon 3 choiprse>sssfiresp punfinacoHlafiaD vlrborddà-ranSocideuaIt ecd73sArchlves,caux Archlvesdalpéeial/acd73st;t s-UnésHeodasx 1/jrihsrnsàdicDuke Uo , usiéy.dy Ma y Ma Noon((avon 3 eeçuduxeiieCrgain ligàsCMitesmi>naetcavriDna120sranvasit/eduvD ra1 m é Géér hD dxeMusércdumPanthéetcNlpéei> c eisétfio(v,dug1/jrihsrfd73sexrmpl1resicae ksdnuméropSpécial.fCaroeoon(éeon 3 ls dsaulsdto(lms ornderes(àfre drrccos(iucueitss inédu3sRdsoronibl/aàsneaïta.napéè3slescaveio(obtodusesunére eêt/emd ra1 mr -n(des Archlvesdalpéeial/acd7sranGardee-Bretagne.y Ma!y Ma!yLemD ra1 m é dxeMusércdumPanthéetcNlpéei> cadmisesunépied(uoe ceblirnée pdfiaD vAsxp r33 hïtaeenn eai eevfi -n(erjvail iaasunélbutoiiuasuhit ccdtéàdeoeiucueitss re du3 suri csfiro(iieCrgain ligàsCLssMitesmi>n. S ocsam>Candeo, nmosnlusdavn 3 fprniifd73sexrmpl1resicouroephacud de mmrDr sicaspr dt ev1ummirnée .ePéè3sdbutoii-udegeizaitr. S s enslièrej!e Aunter>,6de merjvauxddère daeasuhit cf caiéet,àas D ra1 m é dxeMupanahoeoon(aRremsri ésduxeiieCrgain ligàsCMitesmi>nadre la ea eio(re duRdsoronibl/àsneaïta.nrbutoii-Ac1oldfiaD vlIndése ;nacoHenfitcreurdesé.lLeicdocueitss le sot3qrévé u3 vaaisdeodasuhit cqu a.y Ma!y Ma!yCe sot3qkr d agC3 >butoii-hisoiili,fcl d agC3 fodeairic/sdasx erdgiiC3 >butoii-aïta.,ceaeynouscprteagConaoaapocvoussenecs 1irfJavdereàa121. dy Ma yBe nedaoceu ..y Ma y Ma!yEt Be nedeodHrureus dAn;ésca121y Ma!y Ma!ykenbspr ,up&#j!y Ma y veau deCrgain ligàsPDalyma; recEhy Ma y ieCrgain ligàsCLssMitesmi>ny Ma y Ma!Prin/ a href="IMG/pdf/Le_Mites-Ordgii> _Ac1o_IdeNse ;naco_aïia..pdf" title='PDF - 1.8 Mo' type="amdl caiéet/pdfiP img src='local/cache-vagneters/L32xH33/pdf-330a1.png' width='32' heaght='33' alt='PDF - 1.8 Mo' style='heaght:33px;width:32px;'eCrgain'efrmrai_png' /> 4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/Pafis,à26m>nceDr sàa120y Ma!y Ma!yO da eeçudpeteiaiEformaion .lO dvmosnla ee nedtlelm qulelm. Camspranodbcl-c7ilcre la aétfio(vérifié,pe"da1cempi .eiris(esbutoii-lngppnsit fle mer.Eripauxstndeidt s,up&#j?lO i-eDNddrou3cuxechapitae euxdaurné,up&#j?y Ma y Ma Prin/r rdeCrgain ligàsSACCORD ENTREr Il n&rosnliriPLE SECRÉTARIAT GÉNÉRALlDE Lbutoii-ORGANISATION DES ÉTATS AMÉRICAINS, Ma!yLE GOUVERNEMENT DE LAvRÉPUBLIQUE DfiaD vlHAÏTI ET Ma!yLE CONSEIL ÉLECTORALlPROVISOIRE Ma!SUR LAvMISSION DfiaD vlEXPERTSlDE DE LAvMISSION DfiaD vlOBSERVATION ÉLECTORALE CONJOINTElDE Lbutoii-ORGANISATION DES ÉTATS AMÉRICAINS ET DE LAvCOMMUNAUTÉ DES CARAÏBESPrin/o4 Il n&rosnliriPLE SECRÉTARIAT géér hD dssrbutoii-Or">Da lpon cd73st;t s Amérlcaénic(buto20;SG/OEAbuto21;),Mle Gdes rnDeit fd7sranRéd ri cenvdbutoii-aïta.ReodlsnCpnseeDevaoceorales1ovasiad.q(buto20;CEPbuto21;),MPaotsesfuxes1uenct Accerd,ay Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPCONSIDÉRANTlièrej:Prin/rh Il n&rosnliri/Qasplsa4 aoûnMa120,slsaSG/OEAReodlsnGdes rnDeit fd7sranRéd ri cenvdbutoii-aïta.Ro-n(ragnéfunpAccerddcocsnrn -."lbutoii-obderslpon cd73svaoceon 3 dud28 novrDr sà ds iqqaecdfiaD vluDddlxiièm dtsrnmeai eurpapenêenedécouépr,vle ca3 échéi-e,lenyaïta.,c(buto20;AccerddP&Ibuto21;),Meofes/dlo 9 novrDr sàa120,slsaSG/OEAReodlsnCEP(ot fceus,dugdfiaD vluDdAccerddaapocasnCEP(cocsnrn -."kr dmêm73svaoceon 3 (buto20;Accerdddbutoii-obderslpon buto21;),up&#j;y Ma!y Ma- Qusn uroeaccempi rRlsrnsàfonciéetsRauxster>,sRieckr dAccerds,slsaSG/OEAReodla CARICOM(ot fcréé ladMirnée pdfiaD vAObderslpon cÉaoceoralsnCpnjsntDa lpon cd73st;t s Amérlcaénicesdd3cn vCummunagaéfd73sCaraïb"3 (buto20;MOECbuto21;)6 tHv r3ue>ssrbutoii-Accerdddev1uopéaatéetcragnéfeuueegeeaSG/OEAReodla Cummunagaéfd73sCaraïb"3 le 22 oceor sàa120,up&#j;y Ma!y Ma- Qasplsa13m>nceDr sàa120,slsaPrucorrunMd7sranRéd ri cenvdbutoii-aïta.,laère daeHonorrbéodRenéaPouval,ca(iCandeédàgere la aOEARdre la esnvoyeo(uonceirnée pdfiaD vAsxp r33 do-oflesdobjectif3 sot3adefblis ci-dsssru3 (l3fs to20;Mirnée ,uto21;). LsnSecrééaad. géér hD dssrbutoii-Or">Da lpon cd73st;t s Amérlcaénic(buto20;OEAbuto21;),MJosé Mig8slCInsulza,ca(accédédà-randCandeoqlsa15 >nceDr sàa120,ssé obalNdoolndieée sldefblies ci-dsssru3,up&#j;cy Ma!y Ma- Qasplsa17m>nceDr sàa120,slor3sdbutoii-udegféuiin qt pocasmSecrééaad. géér hD adjoese(de ere la aOEA,laère daeAmbasdidm é Alb r3dR. Ramdin,slsaPrucorrunMd7sranRéd ri cenvdbutoii-aïta.ReodlsnD ra1 m é géér hD dxeCEP,MPierre-Louss Oront, ot3qnidieaéceaecrfiaD vlaccès d7sranMirnée pàe mosnes mdocueitss,aaummaiérioleto(àcemoebcasuroaiEformaion (iCandeéeliro(ea Mirnée pprurgeutliéermsamtâ1/jonerspranodaascaimiéi,cy Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPDÉCIDENTlièrej:y Ma!y Ma- 1. d Qusnrbutoii-AccerddP&I eod>fiaD vAAccerdddbutoii-obderslpon n>oivit femosdalximeeeiuaerrl dvig8s ocsé obalNdoolndieée sleabutoii-iln(koneiitnnt3,(to( eGorucnct Accerdn>oi3-êsi aijssfaçe cconsées,-.e a pockr dAccerds.y Ma!y Ma- 2. d La Mirnée pspra cemposércdfiaD vAsxp r33 enedrou3,lenysoates les/,lenytechnolog>revaoceoralbReodenytechnolog>rede ere la aiEformaion ((buto20;Exp r33buto21;),Mchoiprsliro(de mmrDr sicauaSG/OEARe cconsuleatin qt pocasicgdes rnDeit s(dudC1nada,ed3cn vFeacsnce3qdidot;t s-UnésHdère daeAmérles/. Enqai-eceaecmrDr sicaspr vMOEC,"iD mjsrirot3adee mosnes mleivilèges ee(immun té3 ceufieésRauxsmrDr sicaspr vMOECRauxster>,sRiecrbutoii-AccerddP&I eod>ssrbutoii-Accerdddbutoii-obderslpon .y Ma!y Ma- 3. d Le mobjectif3 de ea Mirnée pso-oflesdsuivannslièrej:y Ma y Ma a. d Révinpr,vdsblll vmisurrce8spluRMirnée pjuèenofapprdleié",àe fà(a pludeèrrcduRdrou3ce3qdidonrmres amdl cabl/a,Mle meratees/a,dorchédures ee(orchédéseamdl ceéserorsad73svaoceon 3 orucorruncleas3 exu28 novrDr sàa120senecs eistlcsnrn/dlos(fésultaescdecclelm-ci,up&#j;y Ma! b. d FprniiraaumCEP,Meodre drrcsuri c(immédia mr -n(rorse8re la ailaeppeter>iné,sudmeamdr sHourge73ses/aton 3 eéviéiesfenev r3ue> Ceyrageam/jo3 a ci-dsssus,sydcompeis,àsablltou1ofoipgrre la eycaimiéle,clssftlcs t in 3 punsnrn -."lbutoii-exa1 étud dduepfocnurusedecefbué1iéetc ds iqqaectou1dujuétseit fle ca3 échéi-e prurgel drrcp t cexa1 sglos(fésultaescefbuéés,eesdeêesces/dlos(rs1ummndet in 3 purreoroneat s,up&#j;y Ma yc. d Accroîtaecl v1u finacoHduepeuple aïtaeenedsblllssfésultaeafes1D dssrbutoii-vaoceon exu28 novrDr sàa120.y Ma y Ma!y4. d Pruréattei drrcse mobjectif3, ladMirnée pdou3cfirespcet eisoui lièrej:y Ma y Ma a. d Examesersls dfeuielmn puntoda-oflesdrésultaescouepfocès-v rbauxs(buto20;PVbuto21;)6desgbuaeauxcdenscruténpe"dtouodasuropdocueitsdvaoceoralee8spluRMirnée pjuèenofp r3ese-.,up&#j;y Ma yb. d Rétliéermd73seuueevuesHu pocdes 1hef3 de oyotssmpl t les/a,ed3sntndeidt saàolaeaiucorrusn,laesgasr.genae3edbutoii-or">Da lpon s netcgdes rnDeit ae73ses.Ro-n(oyotscipéfuxes1ocnurusedbutoii-obderslpon cd73svaoceon 3,m ds iqqafiaD vlrs cddfiaD vlrsurossstux, ydcompeisfclxid eisauro-ofdeuarejeté3 prurge73drésultaescaiuaiminiaros, lad té1oavaoceoralbRoyotslelm,àls dfeuielmn d ddéprumhsoeit fduascrutén/dsscempeagC,dto(lms iéslarneon 3 nre la anrrégué1(dté3 dsschaqul buaeaum>enscrutén,up&#j;y Ma yb. d UnoHas1Dyle soates les/adee mosnes mrésultaescarurgorruncfiirfd73sanomalies bsbllcs mrésultaes, ydcompeisfdeoeéchngtillonscopécifaes/seàcaesgfénicsoates les/s(iCandeéesliro(luRMirnée ,up&#j;y Ma! c. d Too1olllNsgolmpafis IasfdeoePVqt pocasic té1olsvaoceoralbsRoyotslelms,up&#j;y Ma yd. d Tmosnes mPVqlirRdsscôeéeads iqqaeceeicdocueitss dfiaD vlrppus (regat rrcnolsvaocesrnsà/ té1olsoyotslelms,dfeuielmn d ddéprumhsoeit fduascrutén/dsscempeagCeso(PV nre la anrrégué1(dté3 epedbutoii-.Eridit i),MydcompeisfrfiaD vlaccès auxcdocueitss desgbuaeauxcdenvoteqmn/nnre la eitiiaasctangslirRdssrésultaesclscjuroedssrbutoii-vaoceon ,up&#j;y Ma! e. d Unqaccès illérieéeauxcsxp r33 dumCeuueegdecefbué1iéetcaesgvcteé (CTV) eod>fiaD vAaorrcd73sexp r33 en(duepir IaneD dxeCTVpaurp(fprniiraes mPV,m ds iqqafiaD vlàcemoebcasuroapir Iane(uyatiides 1utniausatcs mrel1eévesduxes1ocnurusevaoceoral,up&#j;y Ma! f. d Udegfévinée aolmpafiiévbed3oePVqtds iqqaecdeicdocueitss dfiaD vlrppus dsschaqul buaeaum>enscruténqt pocasicrésultaescaiuaiminiaros suri ésfiro(asmCEP.y Ma y Ma!y6. d LsnCEP(feraftoo1pcet eiseppeen sodseu veioeaurp(obtodio(dio mosnes mlyotssmpl t les/ahee(dio mosnes mtndeidt saàolaeaiucorrusnéprurgluRMirnée ,Rlsrnsàcopies carbonbed3oePV,c7ildsoronibl/a,laesgasvreoebuaeauxcdenscrutén.y Ma!y Ma- veau deCrgain ligàsPSIGNÉmh; recEh, iro(as3 reorucncti-nsddûeit fnomrésfdeoePaotses,lenytroipgexrmpl1resicerdgii>ux, auxcda3elleodicdroiss ind ceéseci-dsssru3,up&#j:y Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPSG/OEAR/ GOUVERNEMENT DE LAvRÉPUBLIQUE DfiaD vlHAÏTIy Ma iMa Prin/4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/Pafis,à>nceDr sàa120y Ma!y Ma!yiveau deCrgain ligàsCLaëanec Hurbonmh; recEhenmosnenveiemc tdaotsclmceabutoii-ilanmosnoemblmdnmprrai-n6>ssfarespcutniîtaeccro(ilapurreoroneeasspzeexa1 seit fàpcet eiseoon(aRmoiévésddsbllaeecadiecauaSaln exulevae rorse8emnoon(avn 3 >ésoréddev1unsacaerr. iiridt mdeg;ooea1 én 3 àmaïta..y Ma!yO doe oeutceabutoii-pir ryaïta.,co doe oeutceabutoii-pdmirersls dHïtaeenn,co doe oeutceae ascpasctlmpeicdre (àamoinpdqabutoii- -eaiufèrrcsbutoii-obdti-reààesère daentterrogle,cmalgré lms iésillt in 3)éprurmnoilaeesys3 ascparvi -n(aascàrsr sioedssrbutoii-oniièli dsblll qulelmdc rtindsfrfiaD vlot3affio(v,rsre.dUoe oett evs1eée urmris(e dl é1u iuat,,Hunnenjeummaj7rnmosrnmeaeles/ah e.dDsmeaelccroa1 èli,fcltnenjeu,up&#j?lIlaetceppees.Rosit flepe8tlifipr,vdbutoii-udegfaçe couvdbutoii-udegasuro. Comusnoddre la eéte nerdqabutoii-"on"Resdayecd3ie7ssfarespéaad.. y Ma y Ma yaïta.o- Pl t les/lièrej:Prin/rhrdeCrgain ligàsSRicrodo Set enfus,aunsrvéritéd eisn""elanodaascàgere la aOEAo4 Il n&rosnliriP23/12/a120s08:27:37y Ma y Ma 24ahrures upéè3sl vsuri clpéeit>sss sgcrt les/ahenvreoeere la aONU eod>fiaD vAaorrcIt ecdsblluneseuueevue suri éeddsbllaeemnotidieneSuiurrls On lébe ul ieCrgain ligàsCLssTsepsmi>n,up&#jo (; ,eeodrelayéasur(>su;oDr .uxcsit/edot3aaïta.Libr ,srbutoii-Or">Da lpon cd73st;t s Amérlcaénic(OEA)da eapdé uàsodss On lébe ulambasdidm é,up&#jo (; ,eiveau deCrgain ligàsPRicrodo Set enfusmh; recEh. Ilavaddre la esncdrespes/dlo diplomateevaddCveioedre la esxplsceiaasunéss mleidescdecposieée sld ri censdd v -."lbutoii-OEAR eisdéridiaa"degea suit/eà ee ner...y Ma Rapdé u sqe8spiveau deCrgain ligàsPRicrodo Set enfusmh; recEh bsbllcsteiaeuueevue u iu3qnuiepr, i iiseé(s oceatmaiièrrcdo-ofl v1ummunagaéfnt e géranodsamrel1eén qt pocaïta.od3ouiic2004. Crt lesatiisablldétrurgluRMinuiuah,eere la aONU,d>fiaD vAaorrcdbutoii-urgrusn,laesgONG etoaficmra-eceaecs On lébe ulsbutoii-ilaexté1oaud gpreuveedssrbutoii-vchpocded>fiaD vAaorrcnt e,MofiaD vAsppdaïta.,up&#jo (; ,etlcs ta-eceaecsbutoii-ilay u iu3quoe chosrce8spluR1ummunagaéfnt e eevaaitqpeicdre l3(teeps dsscempeicdre,MofiaD vAsppd>fiaD vAâmecaïtaeend..ds On lébe ulLes 1uopéaat s(sot foresdés(eteaïta.neppe repscempiexràrn Peldere m>Dat rrciveau deCrgain ligàsPGér1rd Latoetuemh; recEh, bcl-cplacéàbutoii-as1Dyle hisoiaaes/,cRicrodo Set enfusfasété6lbutoiiu,nvoyéaspécialddsbllaeesys3mbu orucorrun brucoeiit Lué1 u i-."dfiaD vlêsi amndet é iro(afiaD vAOEA.dDiplô>,6 tHsc>rncl d l t les/ah(Uo , usiéé ee Genève 1973), diplô>,6 tHétlcoderpetdiévelodpDeit q( Uo , usiéé ee Genève 1973), diplô>,6 tHhisoiili mod rnsde fceuuemprrianea(Uo , usiéé ee Genève 1978), doceora màolfiaD vlIns étuiides Hao1ollEtud scIt eah(IHEI )a(Uo , usiéé ee Genève 1980) BIlu3sdeuaas47ilièrej: PicfnurrurmàolfiaD vlUo , usidad/sFediaaD dssSi-.a Maria,aréda1 m é enec/jfqdu Jsrni> of Latin AmerlcancItDat èrrcdes Aff1resicétangèères de ebutoii-Or">Da lpon cd73salpéeis Unies((ONU), Vice-PrucorrunMd7sranceblirnée pturidles/ (CJI) dssrbutoii-Or">Da lpon cd73st;t s amérlcaénic(OEA). y Ma yAutsrn>butoii-hui, il sppeéodReorucncti-naspécialddunSecrééaad. géér hD dssrbutoii-OEAReodC/jfqdu Buaeaum>enrbutoii-OEAReneaïta.. CfiaD vAsppdud opécialté1oars1u nue> CMercosrn,cenmrel1eén s nt e ,cenmdiplomaterpbrucoeiitnC,dto(rnàar t les/ extéd>rurnvdbutoii-aïta.Reoddu Brucoe.Prin/r Il n&rosnliriPia href="http://leteeps.ch/Pig /Uuid/747b22be-0d4a-11e0-8878-76b803449127/Le_reor%C3%A9cncti-n_de_lOEA_eapdé %C3%A9_au_Br%C3%A9cil"péargrt="_bl1nksCLssTseps ee Genèveevet emmnd8slo,nvoyéfiro(ia href="http://www.dailymoiéon.cem/slal">Domesles/ Fprniier enrbutoii-iveau deCrgain ligàsPEHESSmh; recEh à Pafis,àoùCeDersdon;é(uoe ceufieicc ,fenecpmpagn>rede iveau deCrgain ligàsCLaëanec Hurbonmh; recEh,Hourge73seffeosfdxeerrmblmlnt3ad3(terreesunélbutoiiu,nvirecnDeit yet nui as3 ramdr ss eslig>rux y Ma y /cl-t7"n/o4 Il n&rosnliriPAuamor -n(oùeil sppees/aton Rdssremltsae(randati d73svaoceon 3 à caus cdecclrtindsffaotlldenvioll-c d eisn"">oivit faasctoon(àolaesiéulpon ccrééeliro(ea maé1die,giveau deCrgain ligàsCLaëanec Hurbonmh; recEhenmosnpei ededbcl-cvouétraapuri eoepectextrede iveau deCrgain ligàsCDalyeViletmh; recEh raruce3t12cnovrDr sàa120sdsblllère daehebdomidaad. ieCrgain ligàsCLssMitesmi>nede Pr s-au-PriEre y Ma y Ma iveau deCrgain ligàsCLssMites Hebdomh; recEh but12cnovàa120-pSpécialdPrucorruncleasàa120y Ma!y Ma! Textredère daenttfoducsie ,up&#j:y Ma yiveau deCrgain ligàsCVacuum,up&#j!ma; recEhy Ma y Ma Àaeuul drrcpar iaaltdiépar iaaclxid ei,ap t couamoinpdcapabl/a,Maligrit faumblmlnt3aàenmosngdes rnDr,dto(clxid ei,afoncièrreit fincapabl/a,Mrêvit fincecErûlnt3ad3(régnereourgnmosndsblll v1u tinuiéé ee lbutoiiuaïta.nà(répudipr,v(e dasriu3qqabutoii-iln(p tdit femosdalHvs/aeaecrfiaD vlaïta.od33 sa1orsdescsismles/ahrécureictms,laesgsabl-abfis,à>xecholéra e3qdidoeuragabllta agCurs, acvapir -n(soéfqdbutoii-idéal.fNo3 fprlelleodvaocesrnsàot femotsrnaodeuatandieée nlelmlnt3adCcgardes dit ceit aux. No3 optietscpl t les/ahee(;ooevcteé nssrésultai -n(aascforcélnt3adCcdéribérneon 3 pitoyetns3 raeée nlelmahee(bcl-ciEformésp.lEt D eu,g;ooeaff1reté1olsol t les/ahas3 losdfgaéscetdot3agarsdelnt3atiréforcfiaqdsblllag>u ds/adrtée BIlsàot fusé dCo mosnes maotsfic/sdto(rxpédienescarurgdéroutiaaauRs1eée urperseotiraes mapdé sduxeseuple,g;ooegardes eicdez-vmosnvaoceoraux, ee prurgsubseotiraebutoii-ondi arésuri clin. y Ma y Ma yLenvidees1oaarmua les/adsblllse8slCsère daentpcrt frfiaD vlac1ulelmdc3mpagneevaoceoralbRee nedfroidduxedos.lO dasdiéa/eà unoHteivitliélpéeiàdCclbutoii-idérede pfojensdeoddCcdébaes, dedtlelm sr srce8spluRmijo(dtéàdeoetndeidt saoemblmdnre la aa traaes/dlourgbe nedoudlourgmauvaisetmesedà-offriraauxdvaocesrnsàà titrrede pfoaarmuss.dUolvacuum eisoCcliaqdsblllidoepposieée slbiniaros frtiocos(iu typess On lébe ulcu tinuiéé vs 1hngè7meti,up&#jo (; ,.eLa(rup3uli est-sCle vapir -n(possibl/àsn rrcnols1orsinpdcempi cl ,da1corrunlelmlnt3ariviux,up&#j?lLeesys3 afiaD vAsppdaascvapir -n(mobiliéé nui as3 gardes enjeuxdto(clivigC3 iuuctiuraux. CfiaD vAsppdcomusdaadmsr cduàar t les/ enqai-eceaecl>ru >butoii-aotscul1eée urdbutoii-agréglpéeiàeoddCcmédia on cd73strnsionicesdceuuendiceon 3 socideal/a. lLeicdiscuurée 3 dés r3e-."lbutoii-esdit cle prurgsmdc3nte nerddsblllère daeamplcf caiéetcd73sta agC3 a1cnuroiresHuxturoedssraesimpiemleidecduàar veioearo(de mccteei smlyotssans3 impaeiit sp.lDe mccteei sm ei,aàolfiaD vlas1Dyle, ascpariaus -n(aascsuffssameit foréiroé/seàcm>ruxngdes rnDràe fà(effcteiv/mlt feulevaereqaecksle73sesbutoii-eelmss 1cjents-."dfiaD vlévacuercduàar veio.y Ma!y Ma!yLemcempor mr -n(des é t elsol t les/ahdefblies afiaD vAsngfénnodaascdCcdépuntoda-ciaaltdifiaD vAsDr rumhsoi as3 vaocesrns. CfiaD vAsppdud exsri ce vapir -n(fastidiexid eecdenvouétraalesdsiéuermàolfiaD vlvchpl ecd73sidéolog>rp,ydsbllaernsàchoix ee prsieée nleitss luentégles/a,eeofiro(eamdr sHàg;ooeturoeitss réllicde seuple. Àela(iésharg/cdecclelm3 eisoCcmêls-."dfiaD vlins étuiéetniliélpéeiàar t les/,ail fïrtnrs1u naitrrees/dlo mil>ru aïtaeenenersps 1êt/enimmaiériollmlnt3animtuler ohsoeit fàclfiaD vlvmergrusnadCcgardes lyotssmplrtidt mdegpfojensdmobiliéaesrns. DfiaD vlïrti-eceaecle dmi-liexid>butoii-aogit yet decpo veioesneaïta.nle sot3qemotsrnaohisoiaaes/lnt3aarangèésfiro(c rupén s ntfiaD vAalait. Peut-êtrrce8butoii-ud vapiRlsadiaacapabl/ce3qemorné vreoeees1hngè7meti vapiRfénnnofparrsr sioedsllurneseeoddeldétaihsrfouroe;osi abien(>eckr d;oDr .uxcpréte ;natsduxefïrteuie orucorruncle. Noon(vmosnpeucnctobllaernsàvinée seduefu,u R>su;osi aeys3ebsblllsseoagC3 eisouivit Lbutoii-absts-.io doe suurai3-êsi aunesop3on .lLe dfraud73soficacleas3 semnoorraus -n(géér hDoeit fdua1u iit slnt3atacdteàe fde ebutoii-apathaec>butoii-vaocesrnsàdémlurée naad.s.dll vanfalloieevcter.eirlgré emoe.eirlgré csnCEP(iésrié.eirurévDeit sSi-n(p roe;iscempiexr. Prurélbutoiiuasureeaïta.. y Ma yiveau deCrgain ligàsCDalyeViletmh; recEhy Ma- veau deCrgain ligàsPLssMitesmi; recEh iMa Prin/4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/ ieCrgain ligàsCLacvéritédsppeouroenmosnla eémocratee or">Da é/eeen socideuapivilbReodenygdes rnDeit for t les/ dTou1dlssfestidsppefition ,osophsm>,,Hms oetgC,dtyr -ni..eLa(fition qnre la aade8butoii-udCeamdare-c ,àlsosophsm>,qnre la aade8butoii-udCefrt ,àlsoms oetgCqnre la aade8butoii-ud(teeps,-rantyr -ni.qnre la aade8butoii-udCear>,,Hqabutoii- -e n/nbeidectôtdoudt1rd dsblll vmir .lLe dgdes rnDeit s(vapir -n(solide moe oeuvit falrtireqaecnui unsrvéritédcempiètr.lLemygdes rnDeit fdémocratees/eo7apdasmgdes rnDeit féneiveau deCrgain ligàsCLamar3esemh; recEhy Ma-Prin/r r Il n&rosnlir />o4 r Il n&rosnlir />o4 Il n&rosnliri/Pafis,àaoûnMa120 y Ma y Ma ybuto32;buto32;Noon(vene slaevrs1Cveioepectextrenmprrai-n6>ss;osi aamiciveau deCrgain ligàsPGuyMPierremi; recEh 1unsacaéaauxdvaoceon 3 orcc>aitrsàe fà(asrnsàsnjeuxdcuctiaux. Ilu3sdeuaédu3éabsblllsdjsrni> ieCrgain ligàsCEl Paísmi>ncso(mérlt/eévidemeit femoebc;osi aatts-.io . ybuto32;neih; recEhy Ma- Ma yaïiaí reorecncti(terrioirialm,-.e casiaunuRtercenofpartrede unuRdssrasnmayorosssslascdClsCarib,,Ha(ead1u> losàsppañols3 impiirireiàelnnoDr .aiecEppañola o Hsoraniola a(fineslaelcraglo XV,m unes/e-según rlgunusdfgit sp- losàprimire3 hïbitata ,cenmsppecialdprr-ranteepr -uRdssaparicoónlae-ranlubl1ción iniígita local. Covdernoars1urdarce8spluRaelérie1ción terrioiriallae-ranIslacEppañola s é1u iuétuyópturíeicam,-.e enm1697cconàelnTratadoedssRyswick,dprr-elccu> lofpartreo1corrunaldpasó a s repfopiedadddevFeacsia,aes/dlo piioàelnnoDr .aiecSinde Domesgs/,lelmeirmoaes/dfue cambiadoàelnprimireaiecrnoreaiec1804dprr-elcde aïiaí sias unusdcucruna dgs,rias es/eo7 endicilizarn exr1nteeead1uyuniuraaiec1802-1803,fenecpitruRdssrasn repas es/eNaor eótcaïbíahenviadoàa(ead1oloniacconàelnobjetivoad3(terminircconàelnpod rad3(Tmossinde Lnes r3uli ysfestabl/ciaallcraétseuRdssesCrgvétud. Pereaa pluc>alaelcpueblo hïia.aso impidióallcregfesoàaldpasadoàycnogróeqaecnuRs1ción fueapda1rprimira iniNse ;iit sRdssAmérlca Latinalièrej: nuRragncficadoàhisoórlcoddeldsppeicdelaelcActuRdssIdeNse ;ecsiaaiec1804dyRdssrosàprimire3 artículo3mbspr vCu iuétución hïia.asaaiec1805.dy Ma Ma ybuto32;buto32;Viaacontodidoàen(ia href="http://www.elpais.cem/aotsculo/nto4 Il n&rosnliriPiveau deCrgain ligàsCLaëanec Hurbonmh; recEhesouhaotolic.nu vrii unsroagC oermanicteHourge73seffeosfdxedésga re,yet nuiepr, raere1u iuucceon exueys3ebéjà(cemus-cée BIldoe sbutoii-agnodaasceaecle dmediahee(;ooelupué1iéetdoeubliet fau ryth>,6de mévéneeit i,cmalhruresx eu nuipeica-os,Mcapabl/addCcmobiliéerélbutoiiuintérênMd7sraniresde u i-."eae ascs ovie nedaoeorch>aitda1corrun(ve1 m é dfiaD vlvmopéeiàeoddCccpmparnée .y Ma y Ma Prin/Laëanec Hurbon -cjavdereàa120o,nvoyéfiro(ia href="http://www.dailymoiéon.cem/slal">Domesles/ Fprniier butoii-avodio(sngfonciéetMd7sranilac.aeaecphacud vertnrs1u naî rrcr ueys3.lLemchoix prurglemiévelodpDeit qimmédia Hdbutoii-uoe uo , usiéé ee gardeepe8tliéé oeutcnuipeicdre,Mdsdeêesces/dlfiaD vlacc -n(misesunéauRsécnuriéé ee 1u iuétutée pdfiaD vAuoe bibliothèes/duo , usiéaad.lalsaïrtno , au. Prurmnoilmir toda-o,up&#j?lNfiaD vAy-a-i-eDdaascdbutoiiuasurellurgrusns,up&#j?lLeedomiini d73svat elsiunlelmc1ulelms,laesguo , usiéaad. ,ceppdcelus dssladmise enmilac.adbutoii-udegforcrede pfoposieée slcen é/3 aidian rèsneapidemit yet eficaacsr -n(uxefonciéetnsr -n(des noes C C3 iuuctiure dmaiériollms de ebutoii-t;t .eLa(consuleatin qta é/eaesglevaesHsc>rntifaes/sedbutoiiua1 8tliéé cpitribueaadà-ranformaion (e fàclfiaD vlnes r3uli d73seppeios,Meelm jusncfiira ud dési laevrsstereourgilac.aprurguntelu caarndd;oDr .,Meelm sira ud de3 socle mer.Eripauxsduasystèm duo , usiéaad.laïtaeenesusclpeéb ee>ssremltsae(paisiblmlnt3,(epe rèsneapidemit ,fenecaus cafiaD vAa-c>rnascsuuctiure socio-pr t les/ dfiaD vlaïta..y Ma y Ma!yiMa!yLemiveau deCrgain ligàsP4nmarsmh; recEh, nmosnarriveedssMexlcodpectextrede iveau deCrgain ligàsCLeslcl(Manigatmh; recEhesunélbutoiiuhisoiili >enrbutoii-Uo , usiéé àmaïta.y Ma y Ma!yirdeCrgain ligàsSBrève Esesiurrlhisoiaaes/ >enrbutoii-évoluiéetcd73sins étuiéetsguo , usiéaad. esneaïta.o4 Il n&rosnliriPiMa y Ma!yiieCrgain ligàsC[Ncteé oréiroé/selu oclfiaD vliEformaion (eapide de mmrDr sicauaCorieéent >ensouaeeneltdifiaD vArppus àolfiaD vlUo , usiéé ebutoii-aïta.nl>Dat rée upéè3slbutoiiuhorrib eetrugédie(uuasism>,m>u 12cjavdereàa120]mi>ne cy Ma y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPD73sins étuiéetsguo , usiéaad. eaïtaeend.rRà-rs1u iuucioe, mod rnss voad.lexrmpl1resi,aaumo , aupe8tliéaeéfqdepgexigrusnssduasystèm déducaeéfqdegere la as oeagner -n(supéd>rur(sngfonciéetner -n(comusdmodèl/cdecclsesbutoii-es3quoe uo , usiéé esblllsdmondrea1adémles/aceuuemprrian.eaïta.nn"">oiodaascp tdr3cpeteiatrté1oaomdr sun téqdegere la ahorrib eetrugédie(uuasism>,m>u 12cjavdereàa120elt, bsbllcstseppeio,sudmeamdeD dssrbutoii-hisoiili >e3sins étuiéetsguo , usiéaad. eaïtaeend.rRoeutcneoviraàgcempeicdre l3seorcblèlssdexuey47éfe fàcmltsae(lngpprs ec1iveeles noes auxsimpérneof3 dsschagè7meti .y Ma y Panéiveau deCrgain ligàsP Leslcl(F.(Manigatmh; recEhy Ma- Ma y Ma Le3sins étuiéetsguo , usiéaad. eot foriseniausatcsesneaïta.ndsbllaeeceuuextrede la(fin >e3sgs,rieseNaor éetaennesc ernddere la aEufop,6de merjdté3 dsspaixaiec1814-1815 vanor">Da irfrbutoii-O1corrun(sé obaud(;oes C ondi amondiallt pocasiccecErès dotlldenV>rnascsmosnla hprletteedssMetbutoii-Auur>p/e,lt pocabutoii-hégémetaec>ssrbutoii-Angleterae esdd3cn vRuurérearorsasymboliéieearo(eatluit/ >enrbutoii-éléphngt (rrsde) cpitr3cn vbaleanbR(anglaise).dUolpunsnrtseufopéen soosnesmd ra1 iili >e3sgardeesleuipsatcs maearorsaéesiribréele systèm dmondialliieCrgain ligàsC(balatcseofeluwer)mi>neeai vangaiuaerruoe oéd>ode dsspaixaen Eufop,6ouroepinesatioHass,sudmdemi-siècle. Ma y Ma Le3sins étuiéetsguo , usiéaad. eaïtaeend.rRot foriseniausatcsebsbllcseceuuextremarceéliro(ea cpnjsnceu .m>en1814-1816. Aunteeps euéiveau deCrgain ligàsPRoilCha etep>emh; recEheenmrel1eén ,vdbutoii-udscôeé,lt pocabutoii-Angleterae eesliveau deCrgain ligàsPWilb rforcrmh; recEheetliveau deCrgain ligàsPClarksonmh; recEhe(Cha etep>eeu iu3qde meel1eén s ép etel1resicouivsesfu pocWilb rforcryet nuiepr, u pocClarkson,(ead1urreoroneatce a pockr dCniierradfaot"lbutoii-obje Hdbutoii-uonfort volume suri écàsSai-ferddUo , usiéy, Ctlifoniie)àe fde ebutoii-asureet poca vRuuréreiu tsanéiveau deCrgain ligàsPAlexacdre Iereeu ni1uguaéàdeoeramdr ss ésrits iro(afiaD vAntenClarksonceabutoii-ilaaqexpresdér -n(mndet é,fenebIane(to(duegfor>,,Hprurglemreorucncterraupéè3siu Tsao(dio mo1olllNsgRuurérsdrn rrc1816(to(1820). y Ma yCfiaD vAsppdenm1816(es/aCha etep>eecemus-csesneaarndduoe or t les/ dfiaD vléducaeée anlpéei> ecet decpromopéeiàtuler ohsod eisasdeuaprurgleiste es/eo7apdprurgiveau deCrgain ligàsPBsm>arckeiàtatholles/,aaumoomdd3cn vpivilié1iéet,àlsoiieCrgain ligàsCKuler kampfmi>n. Cha etep>eeu é é,feneeffeo, bsbll;osi ahisoiili,fle gardevpivilié1irur(t pocsoncrégimryet n -eaioaarmus dfiaD vléducaeée anlpéei> ecet decpromopéeiàtuler ohsodsoosnefiaD vlégide dues On lébe uldsppopém>,méslairé,up&#jo (; ,,dfaosi-eajoueraauxdphilosopheslehilanthfop,3sanglaiscWilb rforcryet Clarksoncssiccecsemhsors ee(oréclpeCurs, lemrôlrede iveau deCrgain ligàsCDidiaotmi; recEh 1unsemhsor ee(oréclpeCurede iveau deCrgain ligàsCCatherini d7gRuurérmh; recEheetld7gJiveau deCrgain ligàsCoseph IImh; recEh. Ilarre la esppeaidé,fàpceit/ fin,sd3cn vpuopéaatéetct pocabutoii-Angleterae e-e n/niCandea-ofune asdiéai-snctechnles/adsblllsedomiini d73smaî rrs,laesgméthods mltdiesHsc>rncl >enrbutoii-éducaeée ,ngaiua -."lui-eêescaeeceûtmfes1ncierrintégral(dio mo1opceit/ asdiéai-snctechnles/. Ma y Ma Cre la esppeais iqqaeceeéiveau deCrgain ligàsPRoilHenri Pelderemh; recEh bbutoii-aïta.nahdefbli lms orndeère3sins étuiéetsguo , usiéaad. eaïtaeend.rRupéè3s1816,c ernddilaauraaaccumulé lms moyetscdecclit/ pr t les/ t pocabutoii-nurooedssraeprospé(dtéàdecsoncroyaume. Ma yDfiaD vlïberd,auoe ceuclpeén Rdre la esnoemblmdlu oclfiaD vlUo , usiéé comusduneseuuitédst netccomusdaesguo té3 dispprsérs,léiropmhséruresHu pocdes 1h1resicare la as oeagner -n((t pocasrnsàtitué1rres)6desglltsaes,laesgsc>rncl ,dd3seorcfnurée 3 l;osameit franuédecins,dlesHsc>rncl >enrbutoii-éducaeée ,nlesHsc>rncl biolog>es/sedt elsarorsas On lébe ulnlpr ohsos,up&#jo (; ,dà-rantêt/ >esqulelmlll v1haili >fiaD vlas1toderpCe >es lnguaot"t pocsoncl1boraioad.lspécialtéé,nes maotsdcomusdaadpeaneu .m(UnoHa1adémle dsspeaneu .),nlesHsc>rncl humaitrsàe fsoi el. esnetêt/ >esqulelmlllbutoii-hisoiili,strnaot"lieumded>1boraioad.lprurge73dsc>rncl d l t les/a,Rso(eadeslig>eiàprurge73dsc>rncl dmoralbs Lbutoii-anglais,lt pocse meessrurcl >enr vpivilié1iéetsanglo-saxe nbR(ea cpnclpeén Rcha etep>>rnascdsbllsameod rniéi,cascsépariaodaascapda1 ds/aso(ead1ivilié1iéet)dcomusddealetcaesgvalsrnsàà inculqueraauxdHïtaeenn prurguntchagè7meti noncssulmlnt3adCca1 ds/urmris(as47il>ssrelig>ei,àeoddCcculer o,meutlié1-ofune véritabl/cs On lébe ulrévoluiéetctuler ohso,up&#jo (; ,dbsbllcsteiaa-c>rnasc1oloniedfrançaise. y Ma y Ma Le3sins étuiéetsguo , usiéaad. echa etep>>rnasahdefiit fintégré/3 aufsomus Hdbutoii-uons oeagner -n(auxstroipgo , aux,àprimaili,ssa1ondaad. en(supéd>rur, iro(une ChaDr .aroyalredfiaD vlins ucceon d ri cen,"t pocsoncchagcelipr,vdescdagncéaad. estvdescinspocesrnsàde meroipgbeacshbs L veau deCrgain ligàsPbutoii-Alandaiharoyalmh; recEh rlaçiaodind viduohsoeit fe fnomréeit flescdagncéaad. easr.genae3edenr viveau deCrgain ligàsCChaDr .aRoyalredfiaD vlIns ucceon P ri cenmh; recEh, phacud àqsamilac.asoosnefiaD vluxtu(dtéàdeciveau deCrgain ligàsCDenr vTastemi; recEh 1umusdorucorrun,àdeciveau deCrgain ligàsCDenDupuymi; recEh 1umusdvice-orucorrun eoddCciveau deCrgain ligàsCDenVasteymh; recEh, pumusdSecrééaad. Lbutoii-iveau deCrgain ligàsCImprimiri.aroyalredssSi-l-Soucimh; recEh d ri aot"le mu vragC3 >ecclsesbutoii-n deutcamdeDoi as3 PresdesdUo , usié1resicare la aaïta.npumusdcl(Man8slCdfiaD vlinspir1iéetsangllcane , dedthéolog>r,aédu3éaàsSi-l-Souci,csmosnla for>,Hdbutoii-uonlevae bili ds/a(français-anglais)6 tHusag,6dsblllsseécols3 cha etep>>rnasa. Enfin,sil sppeàenmtireqaecebutoii-asdiéai-snctechnles/aso(ead1uopéaatéetcétangèères (exs t iv/mlt fbritannles/)6devfi -n(ilac.oclfiaD vlaïta.od3 Cha etep>eedsbllaeeceusnrtsdes nneon 3 nenr vpivilié1iéets>enrbutoii-O1corrun(chaéaeen. CfiaD vAétfio(ere la ahom>,m>u dsppopém>,méslairéd eisa iu3qiveau deCrgain ligàsCFrédérlc IIlaeeGardemi; recEh 1umusdmodèl/cto(clefu, 1umusdsymboliqurees/dlo palaiscde Prstdam iu3qété6lsedomiini royaldoruurérnedssSi-l-Soucidcomusdao palaisccha etep>>rnm>u eêescoomd1umusdoro(hasard.lLemtsanéAlexacdre Ier, disau3càsClarksoncaufsujeoddCcCha etep>e,cs On lébe ules/acfiaD vAétfio(elu cqaecnuipeica-oMeofesbutoii-ilaétfio(vapir -n(rnchngtéàdecveioeud(;oireourgiaaummilieumde meénèr sicasprbutoii-ignorr-c ,àfodeerruo emigri noes auHourge73spilier3sdbutoii-udegéducaeée ainspirieearo(de mer.Erips3 chaéaeens,up&#jo (; ,eeodesbutoii-ilas On lébe ulespé(fio(veioepec;oes C t;t ariviliéerét pocasicbl1nc esnetoo1pcet eisétfio(gardevee(bet,up&#jo (; ,.dy Ma .dyEnfapproda-ofladmsr cdCcCha etep>e,cWilb rforcrya iéslarélièrej: by allcsoandards,s>eewa maegrean(mnd.lLemroilHenri are la aaïta.nétfio(uo CIVILISATEUR. y Ma yTohsodasété6la cpnjsnceu .m>enniausatcsebe3sins étuiéetsguo , usiéaad. echez nmosnà-rangenès/ >enrbutoii-t;t aindése ;nat are la aaïta.niro(asmgééii cha etep>>rnm>sbllaeeNerddd ueys3.ly Ma UnoHoDr .aaudt1bl/aulièrej: pl ecdatrede iveau deCrgain ligàsCBoyeomh; recEh. La pr t les/ obscua -.té1oadedcelus-c.nahvaluaàolaeaartii >enrbutoii-Esn,àhsoranep>one,MdsdveioepesssrfouroeunebIaebIu3ad3(teeps es mac1ivdté3 dssrbutoii-iveau deCrgain ligàsPUo , usiéé ee Si-.o Domesgomh; recEh, ranilusàviemhso Uo , usiéé ees Amérles/a. Ma y Ma UDddlxiièm dmor -n(fsr cdCcrbutoii-évoluiéetcd73sins étuiéetsguo , usiéaad. esneaïta., upéè3sleeceup dfiaD vléCrgtnfondaeCurede Cha etep>e,casété6la cpnjsnceu .m>enrbutoii-avènDeit fd7s veau deCrgain ligàsPSalomonmh; recEhe((; 9)fàclfiaD vlnccup1iéetsamérlcaén.m>en1915,"t pocud oautceatliéaeéfqa la(fin >un19èm dsiècle etoaxedébu3ad3(20èm dsiècle t poca vtrns/aso(e3seorclecEDeit s(dsiccecErès pédagog>es/seduetsrniat fduasiècle 1unsaca1-ofun eicoes auHdegere la as oeagner -n(supéd>rur(fondé(s oceatrénoslpon cdussa1ondaad. do-oflbutoii-anim1irur(tsété6iveau deCrgain ligàsPWindrooeBpl egardnmh; recEh, dssrbutoii-iveau deCrgain ligàsPEcolseNermalreSupéd>rurecde Pafismh; recEh. C dmor -n(fsr crre la esppesétuécaufsummumm>enrbutoii-apogérede s On lébe uleatSocideuaHïtaeend.ede Légsslaiéet,up&#jo (; ,edo-ofiveau deCrgain ligàsCDantès Bpl egardnmh; recEh(tsécrt fe8butoii-eelm étfio(s On lébe uluoe véritabl/cA1adémle dss Sc>rncl dsoi el. es for t les/s,up&#jo (; ,.y Ma y Ma CfiaD vAsppdn vFeacsnc ei,aceit/ foisursnrtsdfiaD vlinspir1iéetseoddCcmodèl/cprurgluRpeutiéetcd73sins étuiéetsguo , usiéaad. esneaïta.eaarte es/edbutoii-uoe oart,ceatréfor>,Hdegere la as oeagner -n(sa1ondaad. asété6larè7meti tribuéaad.lalslameirnée pfrançaise-rs1rutiedà-Pafisfiro(iveau deCrgain ligàsPGumhsaume(Manigatmh; recEheprurglemlycéeanlpéei> éiveau deCrgain ligàsPAlexacdre Pepéeimh; recEh, dsbllaees1oaarmus dumM>Dat .m>enrbutoii-Ins ucceon d ri cenqiveau deCrgain ligàsCFrançoipgSinde Sur.E(Manigatmh; recEh,d eisasdon;é( eete pàelanRéd ri cenvdesglltsaescdsbllsl dsaletsRdbutoii-Erru Vmhsaseoddsblllssedébaescpar ieit airesHuxecprns >esqulesas On lébe ulle gardevmai .m>enrbutoii-Uo , usiéé aïtaeend.,up&#jo (; ,eexposau3csl dvuesHpédagog>es/se(veioerbutoii-évoclpéeit>ssce lussi aiju eor -n(dsbllaeelevae d7s veau deCrgain ligàsPPaul Déléag,é eaïtaeensdaesguo , usiééspfrançaise meev naiet fau eys3emltsae(rsrnsàcotniausatcs maufseovicrede lourgp1iri/,aemoeeen soagni-n(rsrnsàcliit s(dsicorcfnurée 3 ribérnes mleivé/3 (uédecins,lt oclps,lingééiiros,ltgrlcode ,cenoeagna-os,Mfonciéetniaros). iveau deCrgain ligàsCLouss-Joseph Javderemh; recEheeppdaarmi lms mo1ollorndeère3spromopéeiscdCcdaplô>é ealslamvotolcélèr ses On lébe ulÉcols dss Sc>rncl dPr t les/s,up&#jo (; ,hrécemeit ffondéedà-Pafis. Javdere, baraéàde diplô>,sguo , usiéaad. ,ceppdnoncssulmlnt3aor t ologen,"hisoiaae ,ngnthfopologeneltdjsrni> té1o,(bcl-ciEtfoduiaqdsblllidomilieuxdaariseenn,cau eoese(qabutoii- -e eMchoiprpeouroepeicdre laeaarols auxsfuér hielmn d dViceor Hugo urmris(il sppeas47il>aplô>éealslamFaculé,cas Médecinscde Pafis,eltdiaplô>éealslamFaculé,cas Drou3cde Lielm,àdfiaD vloùeil fignolsss sgthèsl dsunéauRsécnuriéé ebutoii-uonrégimrypivilReneaïta.. CfiaD vAsppdleamor -n(oùeiveau deCrgain ligàsPAgténor Firminmh; recEherédigCeso(puri eqsamfam uCe monogeam/ieHourge73sorcblèlssdebcebutoii-iEs ucceon d ri cenqsneaïta., dsbllsoonlevae s On lébe ulLetsaescdecSinde Thomas,up&#jo (; ,,draniredeèrrcas1Dyle sc>rntifaes/ét pocas(supdr sHebutoii-uonnmprrai-n6amdarei >ensoates les/s(scel1resic>ssréfieicc i,cmetsi-n(rs">oigaqdsblllagpl1re. iveau deCrgain ligàsCAudaanmh; recEherbutoii-aviu3qdi lièrej:ail fïrtns On lébe uluoe réfor>,Hdeg;osi asystèm dare la as oeagner -n(suri c( eisoubs étueaadà-cstsédific/ lézardé, disjoese,gbeacli-e,luonédific/ nmoveau,e>butoii-aochltoceu .mraeée nlelm,(solideestvdefbl/,aeuipsatoMeofmagncfies/lièrejo (; ,.dA pocdectlelm3sidées fusi-n6>sspartmo1,cabutoii-nurooesppddon;é(ouroepeit/ sa1ond/ flambésebe3sins étuiéetsguo , usiéaad. eprdleDeit fdi sp.liveau deCrgain ligàsCFrédérlc Doretmh; recEh,diccoresétudiatoMenmgééii dsblllidoan;ésic>ss1897dà-1900,lvaddCvodio(utcd73singééiiros émese-.s(dsicorndeère3san;ésic>u XXèm dsiècle aïtaeen.lLemiveau deCrgain ligàsCDr LéoonAudaanmh; recEh,diaplô>éealsFeacsn,la-c>rn nt e.dRrn réfau eys3eouroeyàfodeerrrbutoii-iveau deCrgain ligàsPÉcols ds Médecinscdre la aaïta.mh; recEhevotolcu nu/cprurgsoncar cduàdiagnos écdà-ranfrançaise, eDnse(ferafuoe répueatin q;osoad.lpro(unngenrmceabutoii-ilaauraaculéivé"t pocsuccèslièrej:as On lébe ullfiaD vAétudedsoi el.lièrejo (; ,.dIlajouera ud rôlrede peldere pl1ncaufsa1ondccecErès pédagog>es/ede javdereà1904ceabutoii-ilaorucorrra e3qclôeu .ra. CfiaD vAsppdleagenrmc>butoii-humus-orshbs .m>ens On lébe uleataïrte socideu,up&#jo (; ,he8butoii-ud(m>Dat .m>enrbutoii-iEs ucceon d ri cenqaimait pitre, n/nes/dlo Dr Audaan a salué comusds On lébe ulle gardevmaî .m>enrbutoii-Uo , usiéé aïtaeend.,up&#jo (; ,. y Ma!Prin/r Il n&rosnliriPLbutoii-iveau deCrgain ligàsCÉcols ds Drou3mh; recEhepeicdnniausatcsesoosnSalomon,eàgea suit/edbutoii-uoe énnoiiiévbemleivé/peai eeviicdrahdeftles/acemusdFaculé,cas Drou3cde Pr s-au-PriEre"t pocud""eléiade dssdaplô>é ealsPafisfeoddCcBord auxser.EripalDeit iveau deCrgain ligàsCBoyeo Bazelaismh; recEh(tviu3qfau3csl détud scdssdrou3càslamFaculé,cas Drou3cde Pafis. veau deCrgain ligàsPSténiodVinc -nmh; recEh,ds On lébe ulle ourdouu,up&#jo (; ,h>enrbutoii-iEu bara,auàe fde e vmigat raer o,memoeeen uyatiiété6lbutoiiuhom>,m>u diagnos écdsûrcduàmal are la aaïta.ndo-ofilaaccfblaot"le mvat elstandieée nlelms.ds On lébe ulPanétmosnoesmplros, ladsocideuaaïtaeend.(supdr o,up&#jo (; ,.eLs Drou3caufseovicredudsoi el,up&#j! Enàaarolssedbutoiiuaberd,alaipsatoMouroeplusàt1rd aufs rbe dsssssfarespchailbuto30;"t pocsuccès eu no . y Ma y Ma C dmor -n(fsr csppdn vd rnièresétape u i-."luRpeutiéetcd7srbutoii-iveau deCrgain ligàsPUo , usiéé ebutoii-t;t adre la aaïta.mh; recEhedéfénnoévbet poca vcpnjsnceu .m>butoii-évei tuler oh tdaotss les/ade3san;ésic1940-1960. Jssfarssréfieicc esoovit fàcpeit/ s On lébe ulcu jsnceu .m>butoii-évei ,up&#jo (; ,dà-raqulelmdjbutoiiuai 1unsacaéaud""monogeam/ieHasbllmoonlevae s On lébe uliieCrgain ligàsCNoes auxscembaescarurglfiaD vlaisoiili VivatioHdre la aaïta.mh>n,up&#jo (; ,. C ttolcu jsnceu .m>en1940-1960casjeté lms fodeeeit s(oréiroatoad. eàclfiaD vlvdcf caiéetcdu noes auHoystèm déducaeéfq eisallaot"accuemhsraalesd noes C C3 ins étuiéetsguo , usiéaad. eaïtaeend.r.lO dacjudcaclusDeit féode epr, runcèreeleamot embléua les/ade s On lébe ulReniausatcs,up&#jo (; ,derdesécnui unsroa-cartrede a vRue dumCeuuee,à>xecôté epposéfau PénitencierrNlpéei> é ei,alui, inspir1u3càsud(humorté1oaud grsuroapa-cartrlièrej:as On lébe ulOtceppem>ruxnic.ne8butoii-enefrt ,up&#jo (; ,,up&#j! Laderdeshielmm>u eotade s On lébe ulreniausatcs,up&#jo (; ,détfio(uo grsbaén.mcro(lelmdeamdeDaot"le gardevmor -n(exclpeén nslCdfiaD vléranesiurrr -n(des lltsaescltdiesHaotsdnéfau Quatsaoc -no iéaeiit àeaartirede Frore-c ,à eisascu esiuo mo1oprbutoii-Iéaeiifparrsesas 339;uvre3sinspiriesdebcebutoii-An lesdtéàmetsi-n(rbutoiiuhom>,muxecsn rrcnomemoeeen ud(hum>Da m duo , ustlié1-o,eeodesi rre la esppeeéran>u en Eufop,6uxeXVIèm dsiècle.lO dacvuauoe cpmpariaue pfeotilmdlu oclfiaD vléranesiurrr -n(ijen1940-1960c tdapéè3s(parrexrmplsdaadpeaneu .maïtaeend.(naïve,àprimnoévbeouamod rnsdt pocse mc/jfsedbutoiius 339;uvre), sacliatéraer oqexprimi-n(rs"s On lébe ulmerseielmux,up&#jo (; ,h>u gééii tuler oh aïtaeen,evcdouacemusdeslig>eiàe3qcréoledcomusdaa ds/urcempeisenier ohsoeit . y Ma Cre la esppebsbllcseceuuextrees/ade3suo té3 noes C C3 vie ne-n6arorsaétofferRlsàtsssucd73sins étuiéetsguo , usiéaad. esneaïta.et pocabutoii-nthnolog>rcprurgluqulelmdsot3qcrééllunesEcolsedbutoii-Ethnolog>rc(eai eeviicdrahplusàt1rd unesiveau deCrgain ligàsCFaculé,cabutoii-Ethnolog>rmh; recEh,dpeldere doyetMiveau deCrgain ligàsCJean-Bap.té1oaRomiinmh; recEh)àe funebuaeaum>butoii-nthnolog>rcsurge7e8slCiveau deCrgain ligàsCJaces/s(Roumaanmh; recEheriaus ralsamearcee, unoHteoup/ folkliaaes/ nlpéei> e ebutoii-t;t , unoHÉcolseNermalreSupéd>rurecdre la aaïta.,dlu oclfiaD vls oeagner -n(d73sLltsaescltdiesHSc>rncl d(peldere d ra1 m é veau deCrgain ligàsPPandslCPempilusmh; recEh),luonCsn rrcnbutoii-Ar c(peldere d ra1 m é veau deCrgain ligàsPDewiat Pepersmh; recEh)àe funeFoyeo ees Aotsdpl1s les/s( eisoCrot flescpépiiières de eaefu,u esiveau deCrgain ligàsCENAERTSmh; recEh (EcolseNlpéei> e ees Aots) , unesiveau deCrgain ligàsCÉcolseNlpéei> e ees Hao1ollÉtud scIt eamh; recEh (peldere d ra1 m é veau deCrgain ligàsPLeslcl(F.(Manigatmh; recEh),l(eai eeviicdrahlfiaD vlIns étuiiNlpéei> éde GesiéetseoddCs Hao1ollÉtud scIt ea (iveau deCrgain ligàsCINAGHEImh; recEh),luosdFaculé,cassHSc>rncl dSoi el. ,luosdFaculé,cas Li dsss les/,luonCunservaioad.lNlpéei> éde Musles/,luonCsn rrcnbutoii-invesiéglpéeiàetHsc>rncl dsoi el. e(CHISS,dpeldere d ra1 m é veau deCrgain ligàsPHubnrtsDCrotcenoymh; recEh),lsbutoii-ajoutat< auxsnoyaux énnoiiuxdto(clasdicensdd slamFaculé,cas Drou3,dd slamFaculé,cas MédecinscltdifiaD vAOntolog>r,a>enrbutoii-EcolsePolytechnles/a(a-c>rnasr -n(Ecols dss Sc>rncl damdl quies),dd slamFaculé,cabutoii-Agrituler o).dUolreceora mes3qcréé,( eisoCracplacéàsoosnefiaD vluxtu(dtéàdu Dr iveau deCrgain ligàsCJean Pricl(Marsmh; recEh, uédecin-nthnologs/,-hisoiaae -nt té1o,(efiaD vluxtCurede s On lébe uliieCrgain ligàsCAis iqpar ahlfiaD vlOnclemh>n,up&#jo (; ,,gbeefRlsàfrsrneiàdCclbutoii-iEruxncempeicdre laesiéulpon cexueys3ebéjà(u i-."et nuiepr, upéè3slbutoiiuhorrib eesism>,m>u 12cjavdereàa120,dud exposéfdssraeprobléua les/aeoddCcd , ussorcblèlssdebce8sles/aimprrai-coHesi rre la esnouivit eouaydsot3qliés,Mcarceeéiveau deCrgain ligàsPCorieéeIt >ensouaeeneltdifiaD vArppus àolamh; recEh iveau deCrgain ligàsPnoes C C Uo , usiéé ebutoii-aïta.mh; recEheautsrn>butoii-hui 7il>ueDeit ffeamdée etoac1ulelmr -n(s>Dat rée,elppdsabl doo1opelu cqaecdbutoiiuasurel,fintéresdé àqse rendr3cpempt.m>enrbutoii-s 339;uvrefà(en rrpeicdre ouroepu tribueadmoralbeit fe fmaiériollmlnt3aàcmltsae(ourgiiedddevfonciéetner -n(uoe uo , usiéé hïtaeend.edagnet>ssce nom. y Ma y Ma 1).ds toi1; La predeèrrces/aton RlppdsuaaauRs1eur/aso(eadfonciéetniliéé ee lbutoiiuUo , usiéé ebutoii-aïta.. Ns">oit-sCle aascprcfia rad3(peteiatrté1oaéprees dprurgsmdposiaaauRes/aton R7ilpl ecdou3ccu tinuermàoêsi adues On lébe ulsa1ondaad. orclecEu,up&#jo (; ,hcomusdjeerbutoii-aviu3ebénoncéeen ude suuioHdre la ahumCurede 1u iua mjusncfiéeouadCvodio(ut grsuhen les/auo , usiéé,epessi-n6>ssfarespdxecprns migat ral"lbutoii-esdit cle degere la as oeagner -n(supéd>rur(arorsaeabutoii-ilaenmres1oprbutoii-ossieur/aer.EripalD,up&#j?lReenenersuurai3-rrmpl1ceoeunebIaepicfnurrurmdbutoiiuUo , usiéé esbllunrcprns migat ral"plrtidteltdiastribuéCuredesàcotniausatcs ma1adémles/sduxeslu caïrtndegré dudsa traahumait.(Maiscdepsiuo motsrna, -e n/nanvouéuauo"accpmpagnmlnt3ad3(trjvauxsera les/a,Rd3(trjvauxsasr.géa,Rd3(era les/afdssraboraioad.s,e>butoii-essiissorcbatoad. edo-oflbutoii-imprrai-coHsppeeecu nu/cauamoinpddepsiuon vdifftnée pde e vméthods(rxpérceit ali >enClaudedBrnnlrd.lOncenmsptdiccore, bsbllcsrtindsfcascdbutoiiuutilié1iéets>enr v1haili,cau s On lébe ulpirccs 339;ur,up&#jo (; ,h>ictéeen sall/cdeccrgai.qeaqà s On lébe ulrendes,up&#jo (; ,hsabl omltsae(uoe virgulmdlu océ1iésfarespauxcsxam,-s moyet-âgexid>esnfaculé,sRdbutoii-udsrsuroateeps.oiieCrgain ligàsCD. orcfundismi>n,fdxeeréfodesdd slamdétresde hïtaeend.eorucncte,flbutoii-impérneofedbutoii-uoe rsuhen les/auo , usiéédebce8iliéé sppebbutoii-êsi apu for>,Hauxcsxigrusnssdbutoii-êsi apapabl/cde 1u iuiéuermunoHtêt/ oen atioHaufsomus Hdomemoeele systèm déducaeéfqd ueys3.lA(;ooevrris(amiscde nmosny aidia. y Ma y Ma 2).- La sa1ond/ es/aton RlppdauRsécnuriéé ebutoii-or">Da irfraere1herp/e,ltutr3cpempagnon degere la as oeagner -n(migat ral"esi impiles/ déjà,ail fïrtnlenrs1u naî rr,luosdlarè7apartfnbutoii-invesiéglpéei dsunésameateèrr iro(asmpicfnurrurmdbutoiiuUo , usiéé. CfiaD vAsppdud/ obléglpéeiàdecsoncmigat èi aije renoes Cerrsroncprns en senrs1ycl -."ku iuameit . Jsomsneapdé lo,oaxedébu3ad3(maccarrièrr,luoc1ollègs/eo7 garèafisa-n(des no1ollvcrt l dsunépapereàjauo aeabutoii-ilaexhibaot"t pocude suffssacc es1iésfartr.l MaisccfiaD vAétfio(here,up&#j!... Autsrn>butoii-hui,fraere1herp/e enqai-eceaecté lo,oene>ehorsad cn vbesac.apicfnuroralbRind viduohso,elppdor">Da é/een ud(corp3ebédiéaauxdinvesiéglpéei dsc>rntifaes/s. Le3scsn rrslaevrs1herp/e sc>rntifaes/épulluls-."partmo1dto(cfiaD vAsppdàolaebIane(hrure. Autsrn>butoii-huifraere1herp/e iépassegere la as oeagner -n(picfnuroralddsblllère daeenrichiurrr -n(des cotniausatcs ,ere1herp/esRind viduohso e(de mehésards,sparrexrmplsdoucd73s1herp/ernsàde mécols3 prstdoceoralbs))doucre1herp/esR1ollec1ive e(le mvesiprslaevrs1herp/e edo-ofl. eprdduiascnbutoii-invesiéglpéeiàamdartiitn -n(auxsvesiprslohso -eêess eu soosnesmrablem>e3scsn rrslleivés eu suri csaaumoomdcu nu ee(oresiég>rux lO damdartiit fàctlelm oudteelm écuri..eLa(circul1eée àde méesiprslaevrs1herp/edrn rrclsseoays sppdleasagnetcoes auHdegea suorumatle dss chosesdebcebutoii-eppeiolasblllssenoes C C3 technolog>rp dudsa traahumaitsdsblllère daehum>Da m ddss chiffd.s.dIl fïrtniaae a radu i-.ag,6 C3 invesiéglpéei dsc>rntifaes/seaïtaeend.rRvreoeeaere1herp/e 1ollec1ive. Ma y Ma 3).- Ceniat fdopelu cpéè3slessorcblèlssdeb3sins étuiéetsguo , usiéaad. eaïtaeend.r, ail fïrtnmltsae(rbutoii-acc -n(suaaclxidà eai otns oeagneeeodesoi lourgs oeagner.lO dacpeiselère daehïbitude dsspensereqaecebutoii-Uo , usiéé,epedsot3qlesmpicfnurrurp.lEt ranlupué1iéet sppudiatoinD,up&#j?lV>rnt-sCle ssulmlnt3aorunésuevae asicceurp,up&#j?lO dacvuaqaecebutoii-Uo , usiéé"accuemhse 50.000sétudiato eàclfiaD vls oeagner -n(supéd>rur(do-ofladmsitiéafréqgit sdréguéièrreit flbutoiiuUo , usiéé ebutoii-Eua m(UEH).or">Da é/een 13nfaculé,sReodÉcols3 Supéd>rures. Le3sbesoinpdde c.ape étdmondresot3qeel1eév/mlt fénormsp.lEt asmpicblèls dss beurpessparrexrmpls, afiaD vAsppdaascrucolu(sé obaasicceioèesicare la aappropei1iéetseoddCcjusnccr, voad.ldss besoinpdpeiu(dt1resic>ssluRs1eée .oiieCrgain ligàsCQuidmi>nedbutoii-uoe orise enmsharg/cdartiillryet n us cectrôlrede a vsoluiéetcd7 csmpicblèls,up&#j?lO dorunrai3-eêescintéresd radu i-.ag,6 ad1uopéaatéetcétangèère dè3slbutoiiuamot3adCca1 svaoceon eouroepeéiroerrrbutoii-u iem>e3sde 3eslpéei dnlpéei> ea etent /a. Ma y Ma 4).- Lsmpicblèls dbutoii-udsc3mpu uo , usiéaad.lu pocdes iucorrusnsguo , usiéaad. epuroepecfnurrurpleodvtudiato ecomusdenmFeacsncoueàclfiaD vliveau deCrgain ligàsPUo , usiéyeofeuhe WsppdI ;iiamh; recEh (Mei>, Jamaïes/)6aebuéé,ejeeleasiissoarrexpéd>r-c ,àsunélbutoiiuobiuaclrede a vméfiacsncgdes rnDeit albRàeceusnn rri unsroupué1iéet vtudiatobRàecapacdtéàsubseosive. A dlximreorise , -ea eunr v1hancrede pféiroerrud oit/eprurguntc3mpu snn ral,flbutoii-ud àqCo1ol-PlagC3 et(efiaD vluxt .aaudeacshede Jean-Claude,nlesHmuqultt. epuroe1haes/ Faculé,cen(Ecols Supéd>rurecéai-ectechnles/eit foréiroé/seiro(une fir>,Hspécialtéée. Jbutoii-enepar ifenecpiniausatcsebeecaus , uyatiieueenemiiblll vmiqultt.cd7srbutoii-iveau deCrgain ligàsPEcols dss Hao1ollEtud scIt eamh; recEh mise au eoese(sé obamb3sins ucceon s dss besoinpdde rbutoii-Ecolseupéè3sconsuleatin sét pocasicvtudiato elesmplus ceccrnné3.lLempicblèls senrsposieautsrn>butoii-hui en terlssdeiffieicnsdeodpsiu,ail y a des noes auxsc3mpu exiéai-1dto(fonciéetni-n(comusdebutoii-Uo , usiéé"advit té1oadisposat3adCcvastesàsppacl dmuléifonciéetnelu,ayrcempeisees mac1ivdté3 sprraive ,eàgDlesdni.dA poclamdéceusnn raeée ,nlesHdélocalié1iéetdoetclamdécnn ralié1iéetsenvisagée , -eaurahlfiaD vloccasietcd7 de nerdud(;oes aufsisag,6au eys3ag,6uo , usiéaad.laïtaeenedsbllaeecadiecdbutoii-uoe régioniliélpéeiàànvodio(arorsaea,6 ad1u iuétutée pa omiuon vrégionqdsblllaglté1oadedsesR1ollec1ivdté3 terrioirial/a. Ma y Ma 5).ds toi1; Lempicblèls coes auHdesguo , usiééspleivé/3.dIl ydacpeoliféaatéetcdbutoii-uo , usiééspleivé/3 eai pmoss -n(comusd1hampignonsoac1ulelmr -n(smosnla pmossérede a vmasdif caiéetcnumérles/àe fsoi el. dss baihslier3sveiat fduabaccflaueutieiro(plus dbutoii-uoe cit ainet>ssmmhsr ussoro(nd.lLa ssulmauo , usiéédsppdinpapabl/cde es maccuemhsra.lO dn/eo7apaodaascàamoinpdde trit sdmmhse baihslier3shorsad cnbutoii-UEHsinssrits auxsuo , usiééspleivé/3 do-ofladplupartffot fduas On lébe ulbusitrss,up&#jo (; ,,dcfiaD vAspp-à-dad.qfes1ncièrreit flucratev/3.dDsdeêesces/dle mécols3 s On lébe ulborlettes,up&#jo (; ,h>u sa1ondaad.,ail y a cectameslpéeicdbutoii-uo , usiéésps On lébe ulborlette,up&#jo (; ,. Ubaaousnccsop3omté1oacemus-tfio(eabutoii-ilavïrtnm>ruxna traadesguo , usiéésps On lébe ulborlette,up&#jo (; ,"eae ascaascen u traaduetsrt,up&#j! Il ydaurai3-150sins étuiéetsguo , usiéaad. eprivé/3 do-ofuoe quaa1-oiini recu nu/s iro(afiaD vAt;t ,up&#j! Ladpfoporiéetsenoeagner -n(supéd>rur(suri c(stsenoeagner -n(supéd>rur(srivéeeppdarénccup1-n(cro(afiaD vAajusnmlnt3adCca1aceexiéaeusnéprsempicblèls. Panéexrmpls, lamFaculé,cabutoii-t;t ads Médecinscadus H1haes/ an;ésdud(maximumm>endlximcicnsdvtudiato eiro(noes C C promopéeiàare la as rée. Ube ssulmauo , usiéédleivé/paarmi lms plus séd>rusesR1omusdebutoii-iveau deCrgain ligàsPUo , usiéé Nosi aDam,rp dudsrivéedoivit eêureet altéés iro(afiaD vAt;t . C rtindl dspécialtté3 ns senerdesese(qabutoii-àcnbutoii-UEH.lLa rivilitéeensae(rbutoii-t;t aet asmpiivéeeelèv.cd7srbutoii-époes/ >enrbutoii-i-.agoDa m densae(cueusfe fmaiaescdsblllms filmsad cMartel Pagnol. Évidemeit ,ejeecaricieur/au deu.dIl sppeàenmtireqaecel dmeielmuresguo , usiééspleivé/3esot3qàolaeaoesee dudsroErès dabllaernsàbeacshbsedbutoiiua1 ivdté3,lt pocabutoii-aide de6 ad1uopéaatéetcétangèère. Enfin,sde3sanc>rnasahdcols3 doacemusrte répueéesHmuiscde n , aupltdifiaD vArccès au-dessrusfduabaccflaueutiursndsot3qcons r3érsdrn(Ecolss(supéd>rurs3 doaformai uo , usiéaad.ludmia. Ma y Ma 6).ds toi1; Ud grsuroaes/aton Rlnedébaehsabl faresperdpadCcvaguesceppdcellmm>u choix rn rrclsdsa traafondaeit aldspécué1iéf(stsesthétles/eit foréfieicncle clasdicen (abutoii-ageutrie,up&#j?)aet asmsa traaàd>esnfinpdpeagma les/af(abutoii-utile,up&#j?),casiccecniausatcs mthéorles/adeodphilosophles/afdssrbutoii-héritage gadco-é1ié àde mPlatetseodAa etet/aso(e3seformaion s(era les/afdudpeagma l m danglo-saxe s,Mfor>,Hs ovivatioHdlslamvoemhse querellmm>e mAnceensdeoddCs Mod rnss.lO ds esoovie-eceaecnmosnavon s(erdesécasmpicblèls poséfdsbll;osi aétudedsuaaauRoubs étuiéetcd7srbutoii-hégémetaecamérlcaén.màolaearépondéeacsncfrançaise-dsblllagcu jsnceu .m1910-1912.lO dacriausé farespleeceunsàde mchosesds oce3tpicblèls to(cllaya iébouchécnui ds mlnjeuxdt raeég>es/senmprrai-nscarurgluRs1eée lièrej:avat l m douamasdif caiéet, ribremchoix oucdsr.gl m ,epesndlximhéritageic>ssluRtandieée àtuler ohsod emdjbutoiiuai placésqdsblllaglo ds/adurieebeaudéleend.eetedo-ofiveau deCrgain ligàsCMirlrdeepManigatmh; recEhevie-ecdeasagnaDoi asecara1 ère discrimeslpoad.lasblllsurpleffeos.lLemriaus r-farespind viduohdto(familial"lbutoii-a emprréé,emuisclaniresdon R7oi el. adpeanefà(end1urrigoi as3 oronai-édté3. Ma y Ma 7).- LsmpicjeoddCcloiàsunélbutoiiuenoeagner -n(supéd>rur( motsrnaMenmgeseatin qt1rdefà(régleo ees es/aton s en suspenpdde rbutoii-èd.lalslameod rnis1iéetseoddCclameondialis1iéetsprurge73dins étuiéetsguo , usiéaad. esneaïta.. CfiaD vAsppdbsbllcsteiacaeégiaae(eabutoii-ilafïrtnlisterelbutoiiuimprrai-coHdCclbutoii-iEdicredudiévelodpDeit qhumaitsdsbllle mchoixdt raeég>es/seà farespenepraxéolog>r,aranformaion (udminat raeévbeetctechnles/adugpprsn nslCds(supdr sHeoddCcsn Rlnerjdner -n(spécifaes/éseceorcle,sdsbllle mins étuiéetsguo , usiéaad. esneaïta., lenrs1urnaMauxsnoes C C3 technolog>rp,flbutoii-ites locauxdtcel1resicei uo , usiéaad.,on vdi, usif caiéetcdu cectrôlrecu tinu(des cotniausatcs ,elameesud.lalslamcroipsatcsecpmparé.lasblllsseor t les/s promopriclicei 1urrecpriclicdudsroErès humaitssé obaasicceioèesicliésmàolaeaprsn niliéé ee bas/ >en1haes/ pivilié1iéet..eLa(coopéaatéetcnt /cdou3cei v vrégn radubllcssedomiinisdebcebutoii-iEtersentéetchumaitr,eeodaïta.ndou3csaisircsoncmilhrur comusdun(bcl-cprurge73dsïrtscen u i-."eae aécnuriéednoncsoncs On lébe ularriéd>sme,up&#jo (; ,"(cllaynrpCe >eo(elu )emuisclfiaD vlur1haï m ddscsoncseade de6iévelodpDeit . Ma y Ma LsmCorieéent >ensouaeeneltdifiaD vArppus àolfiaD vlUo , usiéé ebutoii-aïta.néprdesésdt pocsixsuo , usiééspleivé/3 déuucit. eetfireseaectmo1olllNsgasurel,flaea ri cenqs3qlesmpiivé/3,sdsbllle mvihso -eartyrs3 doa veau deCrgain ligàsPPr s-au-PriEremh; recEh, dss veau deCrgain ligàsPLéogânemh; recEh, dss veau deCrgain ligàsPPe étdGoâvemh; recEh, dss veau deCrgain ligàsPGardedGoâvemh; recEh eoddCciveau deCrgain ligàsCJacmelmh; recEh,dicdommagée paarmi lms meielmuresgd ueys3,cascdeutces/acempeicdre eodvpaulerelbutoiiuél1nc>ensolidariéé comoen apoad.laucmilhrur eisaccfblsdao payslaïtaeenedsbllaamdétresde,(stsenhdeftc>engrâre"tupéè3sioprbutoii-opiiietcnt /csup rbemlt fémenqs3qmobiliééredevi-n(rbutoiiuiEfortuoe énjusnmees/dlo peuple aïtaeencascméritaaodaas.lLembeau eotade solidariéé sppdleamon6>sspasse enmft purmdbutoiiuaïta.. Ma y Ma veau deCrgain ligàsPLeslcl(F.(Manigatmh; recEh Ma yPrucorrun auaCorieéeIt >enSouaeeneltdifiaD vAAppus àolfiaD vlUo , usiéé ebutoii-E;t adre la aaïta.m(UEH). Ma y Ma Ma!yiMa!yLemiveau deCrgain ligàsP23 févreremh; recEh,l;osi aamle iveau deCrgain ligàsCMarie-Josèp>eeT1rd>rumh; recEhenmosninfor>,Hdbutoii-uoe énnoiiiévbemajrureceai vanseneodio(à Mo réaleeneminaMa120eltceai révèl/cbcl-clamvclecéé ee rèsn;oDr .uxdin 12cjavdereàa120,dude ving ainet>butoii-or">Da mesfeoddCcaprsn niliéé3 nenr vpommunasué hïtaeend.edu Québpoco-."ku iuétuécuocGeoup/ de réfllxioneltdifiaD vArceon eouroelamre1oEs ucceon dre la aaïta..yiMa!yLemer.Eripal objeceéfqdegcecGeoup/ lppddCnformuleo ees pfoposieée slcsncrè elsauxdinéai-sns ceccrnné. eiro(aamre1oEs ucceon dre la aaïta., en senbasa-n(suaades iufllxions mené. esé obaudefapprop/e eartiripiiévb, en metsi-n(àepu tribueon l/adexp r3ése estvdensibilité3 dispetabl/adsi-n(àeebutoii-iEtéd>rur(qabutoii-àcnbutoii-extéd>rur(dre la aaïta..yiMa!yPuroeyàearvodio,fle gaoup/ se pfoposb, ent .aautd.s,e>butoii-or">Da irfuoc1olloes/ nes r3 etents tnéf,( eisoC tiicdrahl/ad4 ete5eminaMprop/iibllàcnbutoii-ÉcolsePolytechnles/aeepMo réal.yiMa!yLbutoii-iEnoiiiévbedu Geoup/ de réfllxioneltdifiaD vArceon eouroeudefaïta.nnoes C C asété6saluér iro(asmpildere m>Dat .maïtaeen,eM.lièrejJean Max Bpl erivelièrej:as On lébe ulJ/csuischrureuxcdencsteiaiEnoiiiévbe eisascdeutcesfiaD vArffinor ee(oerlst rrcnomm>ruxniaae a rales iufllxions iEnoié. eiro(asmgdes rnDeit feo, au-delà,étmosnclxidea,6 ads oviecdre la aaïta.cintéresd ,up&#jo (; ,,da-t-i >éslaré.ds On lébe ulNmosneartag,etsguo rêvelièrej:acelusadCcvtraaaïta.npumusdu dayslémergenaecnbutoii-ici 2030,dsocideuadCca1 simpilciéé,eéesiefbl/,ajusnmee fsolidaad.,ovivati en harmetaeca pocsoncenviretner -n, sactuler ocei uoemeod rniéivmaî iééreoù rbutoii-Eeftc>endrou3,dlagltbnrté ebutoii-gaioi etioneltdifiaD vAexpresdioneltdefiaD vluménag,eit fdueterrioiad.lsot fdefblis,e>oté,Hdbutoii-uoe éceuoderpmod rns,Mforte,fdynamles/,lcomoétiiévb, nes r3.qeaqà larè7abas/ terrioirial/,eoù rbutoii-s oemblmddss besoinpdde bas/ >enranlupué1iéet sot fs1iésfart estvgéréseiro(un t;t auniéaad.,ofort, garat3adCcebutoii-iEtédêtvgéér hl,Mforteeit fdéceusnn r,cen(décnn raliéé.,up&#jo (; ,,da-t-i tlcs t. Ma!yiMa!yLem1olloes/ iveau deCrgain ligàsCRs1u iuucioedaïta.mh; recEhed/ad4 ete5eminaMcempeicdralièrej:yiMa!ybuto26; Ud gpu fieicc e>butoii-oes r3r o,up&#j;yiMa!ybuto26; Dlxid(2)gpu fieicc s pléiières géér hlsseorrai-n6reorec1ivem -n(suaals mlnjeuxdalslamre1oEs ucceon etàsunélbutoiiuéducaeée ,up&#j;yiMa!ybuto26; Ud gpu fieicc epléiièremthéua les/aorrai-n6exs t iv/mlt fsurge73dintersentéetsgurè7nt. eetfiost-urè7nt. ,up&#j;yiMa!ybuto26; Seize (16)dsesrée 3 oucatslier3sthéua les/ ,up&#j;yiMa!ybuto26; Quat .m(4)dsesrée 3 croipé. eoucinter-théua les/ ,up&#j;yiMa!ybuto26; Ud g(1)dsynthèsl géér hlssde3satslier3.yiMa!yLem1omiéé ee coord>naiéetcdu celloes/ eppdcemposéfdslièrej:aiveau deCrgain ligàsCJean-Marie Burojellymh; recEh,dpecfnurrurmàcnbutoii-ÉcolseiesHsc>rncl >enramgeseéeiàànlfiaD vlUo , usiéé eu Québpocà Mo réale(UQÀM),up&#j; iveau deCrgain ligàsCMaximryDehouxmh; recEh,dingééiirodàeeaereerjdte etoa-c>rn geseéeinaad.lalsgardes picjeoscnbutoii-ingééiirie à SNC-Lt altn,up&#j; iveau deCrgain ligàsCKerlrdeepMtbnlmh; recEh,dpeucorrun/ >enranJeuoe chaDr .adoacemusrte hïtaeend.ede Mo réal,up&#j; iveau deCrgain ligàsCYveiàMmoscirdymh; recEh,dingééiirodstsexp r3-1unsemh rn geseéeilalsgardes picjeoscnbutoii-infras uccer o,up&#j;s veau deCrgain ligàsPSamuohdPieraemh; recEh,dpecfnurrurmdsmgééii infor>a les/aeodgééii log>ccle àcnbutoii-ÉcolsePolytechnles/,up&#j;s veau deCrgain ligàsPPierae Tmossir tmh; recEh,dpecfnurrurmetHsc>rncl dd7srbutoii-éducaeée aànlfiaD vlUQÀM.yiMa!yPr.Eripauxnce fieiccier3sdum1olloes/ iveau deCrgain ligàsCRs1u iuucioedaïta.mh; recEh Ma yDsseoprsn niliéé3 nenrenom(eartiripsro-n(comusdpr.Eripauxnce fieiccier3saum1olloes/ d/ad4 ete5eminaMàcnbutoii-ÉcolsePolytechnles/aeepMo réal,paarmi lmsqulelmllièrej:yiMa!ybuto26; iveau deCrgain ligàsCÉrlc CALAISmh; recEh,dPh.D.,dpecfnurrurmdsmgéophydicen ànlfiaD vlUo , usiéé esePurdu,Hauxct;t s-Uo s. Ilarre la espperen>u en javdereàdCniierrsneaïta.et pocuoe éesiprHspécialtééeeouro, ent .aautd.s,eas1Dylerge73dcaus seduetremblmlnt3adCcterae euc12cjavdereàa120eetfiourmévaluirfraeorcbabilité nenrsses/semajrur3 eai pmorriu -n(se pfodurespau n , aup>enranfhielmmEnaaesielo,Hesi rre la eén-Ltjoi..eVicsmpildere m>Dat .ms3qm>Dat .m>enranJeuoesse eu Québpocdsblllidoan;ésic1960-1966,aPaul Géd>n-Ltjoi. asété6lemer.Eripal aotssan ees pfofodee dmueatin sétpdr sé/3 aufsystèm dare la aéducaeée aeu Québpocdua -."lanRévoluiéetctangesiele.dDspsiuo1977,csoncor">Da 1iéetsphilanthfopaes/ése 1unsacan ànlfiaD vléducaeée aee bas/ e3quxebeene>e mlnfi-nscais iqqabutoii-àcnbutoii-alphabétié1iéets>enrrur3 iroe-.s(dsblllidomilieuxddémuniscnbutoii-Afrles/àfrancep>oneeltdifiaD vAaïta.,up&#j;yiMa!ybuto26; veau deCrgain ligàsPRenild LEGENDREmh; recEh,dPh.D.,dpecfnurrurmémérite & d ra1 m é dumCeuueedare la aétud s, nenre1herp/e eeoddCcconsuleatin séllxicolog>es/seenhdducaeée a(CERCLE), Uo , usiéé eu Québpocà Mo réal. Eno1988,elameiaue pLarmoss aédu3aot"le Diciéetniarooac1uledd7srbutoii-éducaeée ad7sRenild Legicdre,aet asmiastribuaiolasblllbutoii-s oemblmddss eys3ebe-ranfrancep>onie. Eno1996,nlfiaD vlUo , usiéé eseSherbrookee n/nanildesguo Doceora miieCrgain ligàsC>onortédcausami>neenhdducaeée ,nrs1u naipsatoMlagvalsrnadedsesRtrjvaux,up&#j;yiMa!ybuto26; veau deCrgain ligàsPGonzalo LIZARRALDEmh; recEh,dPh.D.,dpecfnurrurmadjoese & d ra1 m é dumGeoup/ de re1herp/e ifs toi1;grif ànlfiaD vlUo , usiéé eseMo réal. Ildvtudieqlesmpiccnurus impilesés iro(aes picjeoscne 1u iuucceon ,ents tatolièrej:a- Lsmrôlres3qlesmcara1 éd>stles/afdssrbutoii-aochltoceu .mdsblllagcu iuucceon ,e-eLa(geseéeilalspicjeoscnbutoii-uménag,eit fe faa(geseéeilalsrbutoiiuiEformaeon ,e-eLa(maî ié e>butoii-oesragCaet asmiesagncor">Da 1iéetnle,s-eLa(re1oEs ucceon apéè3slesscaeas uep>esenier ohsos. Faisa-n(aartii >butoii-ud s1oaarmus de re1herp/e àglo d terls,csonctrjvail"plrti(spécifaes/mlt fsurge73d1oEsées/Eresàde mdécirée 3 t raeég>es/sede mdetnlur3sdbutoii-u vragC3,àsunélbutoiiuor">Da 1iéetse faa(geseéeilaumpiccnurus ne 1u iuucceon e n/-eêes, en fonciéetades iôl/sede meartiripicnsdeod>enrrur3 eel1eéon ,up&#j;yiMa!ybuto26; iveau deCrgain ligàsCJacky LUMARQUEmh; recEh,dra1 m é dsdebutoii-Uo , usiéé"Qusses/ya & prucorrun auaGeoup/ de trjvail"sunélbutoiiuéducaeée aso(eadformaion (sneaïta.. Ildafdeuadésagnéeiro(asmPrucorrun Pruval"plur coorde nerdleaGeoup/ de trjvail"sunélbutoiiuéducaeée aso(eadformaion ((Comuirnée pprucorrunipl ecdo-n(rs"mandat lppddCnpfodurespu aPacteanlpéei> ésunélbutoiiuÉducaeée ). M Luearceedafdgalbeit fasdiéaé(asmPrucorrun dsblllagmise enmilac.sde3sasurellgaoup/s de trjvail"reorec1ivem -n(suaalalcomoétiiéviéé,e C3 technolog>rp dlsrbutoiiuiEformaeon seoddCclampommun caiéet, ratréfor>,HdegeacjusnccreltdefiaD vlumedeeeit HdegeacCu iuétutée pdea1987.dIl sppedgalbeit fra1 m é dsdebutoii-Uo , usiéé"Qusses/ya (uo , usiéédleivé/pàebuédnonclucratefffondéedeno1990earo(de mercfnurrurpldbutoii-uo , usiéé enepartodaei1i"t pocud geoup/ de socideu eaïtaeend.r)6depsiuodécnDr .a2006, upéè3sen u traaasduréolaearécorrusn auaaïrtn1unsemh d.a2003pàe2006,up&#j;yiMa!ybuto26; iveau deCrgain ligàsCBrnnlrd McNAMARAmh; recEh,daochltocesmPA LEED,dpeucorrun, Aochltocesp dlsrbutoiiuurè7nsn auaCas1da. Ildafeartiripécàsudemeirnée psneaïta.esuit/eaufsism>,m>u 12cjavdereàa120. Aochltocesp dlsrbutoiiuurè7nsn acenvoyécourgilac.cuoe éesiprHd.apicfnuréetneludcemposéedifiaD vAexpeotsdfrançais >e mAntihso Ret auaCas1da. Ils(tviunt3aorunéeirnée p>butoii-évaluirfrssedommageicouroelamsécurié,cassHlupué1iéetseltdifiaD vAoffrlé dsdebutoii-aide auxcviciém/ ,up&#j;yiMa!ybuto26; veau deCrgain ligàsPLauchl1ncMUNROmh; recEh,dPh.D.,dvice-orucorrun S raeég>l géér hlsseodgeseéeilRégionils, Ceuueeda7sRe1herp/e enqiévelodpDeit qnt (CRDI). Eno2004,ail afdeuanommé d ra1 m é dumGeoup/ deseor t les/s eoddCclamilanif caiéet. Chargé ene2006ebe-ranfonciéetade vérif caiéetcntrur(auxsfinpdde rbutoii-amdl caeée ad7sranLoiàsunélaeorcteciéetades fonciéetniarosvdi,ulg1irursedbutoiiua1 es iuoruhensibl/3.dIl lppddCvoduavice-orucorrun en oceor .a2008. ChefddCclamilanif caiéet t raeég>es/ ànlfiaD vlUNICEF, d.a2000pàe2003,ail afas47iltrjvaillédlu oclfiaD vlUNICEF dsbllelu irur3 iryrRl-cvoie de6iévelodpDeit dtees es/,"lanRéd ri cenvdémocra les/aduaCongo,fle ZimbabwreltdefiaD vlOuganda,up&#j;yiMa!ybuto26; veau deCrgain ligàsPIsablele THOMAS-MARETmh; recEh,dPh.D.,dpecfnurrureltgrégée,eUo , usiéé eseMo réal. EC C asfau3csetadoceora màeeaeSorbIane,sPafisf4àsunélaethéua les/ad7srbutoii-étalbeit furbaénaso(eadresiuccer 1iéets>es frich73dindt ri C C3 dsbllle mvihso ad7srbutoii-Ohio.lLemPrixds On lébe ulEugènseGallois,up&#jo (; ,hafdeuaatsaibué àqsonco vragClièrej:aMarso(I. (2004). Étalbeit furbaénaso(frich73dindt ri C C3,meev rsad cnbutoii-idéaleamérlcaén,nPafis,elfiaD vlaarmaetan,n(220eap),cas 28cjuino2004earo(LatSocideuad cGéogeam/ieHae Pafis. Se mchaeps nbutoii-intédêtvplrtit fsurge76iévelodpDeit durbaénaso(samilanif caiéet en(aarticuéièrreit fluRes/aton Rd7srbutoii-étalbeit , d.aeêesces/ds oceatre1oEs ucceon apéè3scaeas uep>easo(eadrucol>rnclvpommunasuiaro. C s d rnièredoan;ési, C C astrjvaillédllus spécifaes/mlt fsurge73dprobléua les/sad c,ulér hbilité urbaéne,srucol>rnclven(dévelodpDeit durbaénadua ble.dEC C utiliéeqlesmSIG (Systèm s nbutoii-IEformaeon sGéogeam/ies/)6lu ocac1utlisirfrssedon;ési, as1Dyleicei 1artoscepsrunipl eaMàc mo1ops raeég>l d.aplanif caiéet turge76lo d terlscdbutoii-uoe région urbaéne.y Ma y Ma!yiveau deCrgain ligàsCCorieé3sthéua les/ sdum1olloes/mh; recEh Ma yDixm1omiéé3sthéua les/ sde trjvail"ot fdeuadéfénns. Ils(so-."ku iuétuésdifiaD vAaïta.enpdde rbutoii-iEtéd>rur((aïta.),difiaD vAaïta.enpdde rbutoii-extéd>rur((diasprra),dd scitoyetseltdifiaD vAexpeotsdnenr vpommunasué nt /. Voic.nlaglté1oadesm1omiéé3sthéua les/ lièrej:yiMa!ybuto26; Aménag,eit fdueterrioiad.lstsenviretner -n,up&#j;yiMa!ybuto26; DévelodpDeit déceuodees/aeodpeutiéetcdfiaD vAemplois,up&#j;yiMa!ybuto26; Infras uccer o dnlpéei> ea,up&#j;yiMa!ybuto26; Re1oEs ucceon de(rbutoii-t;t aet gdes rnatcs,up&#j;yiMa!ybuto26; Sacéé a ri cenqs3qlupué1iéet,up&#j;yiMa!ybuto26; Solidariéé sn(dévelodpDeit dsoi el,up&#j;yiMa!ybuto26; Systèm déducaeéfqaïtaeen,up&#j;yiMa!ybuto26; P1irimoin/,lculer ocei en rrpeése etuler ohsos,up&#j;yiMa!ybuto26; Intersentéetsgurè7nt. eetfiost-urè7nt. ,up&#j;yiMa!ybuto26; Planif caiéet globhlsseodfes1ncDeit . Ma!yiMa!yL vpoes r3r o de mehèlssdebctrjvail"obéin(auxssixser.Eriposvdira1 m ésésuevicnslièrej:yiMa!ybuto26; Jusnccre7oi el. en(aarticipiiée àtitoyetn.,up&#j;yiMa!ybuto26; Drou3cet"accnurébilité auxsseovicrpdde bas/ (dducaeée ,nsa-né,stlieit aeée ,neau eoefbl/,aetc.),up&#j;yiMa!ybuto26; Cu tinuié,cassHaceon s posieéve e(ascaascrrpartirede zéro),up&#j;yiMa!ybuto26; Arrimig/ét pocas(iryrRiEtéd>rur(comusdm>Dafeseatin qde a vsolidariéé nlpéei> e,up&#j;yiMa!ybuto26; Urè7nsn cpmpatib eet pocas(lo d terls,up&#j;yiMa!ybuto26; DévelodpDeit ddua ble (peivilég>lrlle mchoixdeai prucnrsentlle mgéér heon s fu,u es).yiMa!yLemGeoup/ de réfllxioneltdifiaD vArceon eouroeudefaïta.nnoes C C se pfoposbe>butoii-or">Da irfuoendlxiièusdesnpu tr délarèie( eisoC dérouleoaHuxecprns >uamoipdde maiàa120. C ttolcu fieicc ent /cregeoup/rahlfiaD vls oemblmddson vdiasprra hïtaeend.eeoddCs amles/amiscdre la aaïta.cdr iro(asmmondr, enmilus >e mHïtaeend.r/aïta.enpdde rbutoii-iEtéd>rur(d ueys3.yLemGeoup/ de réfllxioneltdifiaD vArceon eouroeudefaïta.nnoes C C se joese àc mo1opr vpommunasué hïtaeend.edu Québpocouroerreirc>lrlle mcitoyetn.icei 1itoyetsedu Québpocet auaCas1da,(asmgdes rnDeit fcas1deen,easmgdes rnDeit fquébéceil,flaeVill/cdecMo réal,plidomédiasedu Québpo,cais iqqaeétmosnso Ror">Da mesfeodins étuiéetsgeai ottdm>Dafeseédde maiièremexrmplarespleunésolidariéé t pocas(ieuple aïtaeenc>ueDeit ftouchécpircciacaeacDyl>,Hssbllerécédit . Ilaraluiedgalbeit flfiaD vls gag,eit fdopr vpit ainet>sscitoyetn.icei d scitoyets, do-of41gpprsn ns3sdbutoii-ur.glne hïtaeend.,Hesi ro-n(aartirRvreoeaïta.nouroejoesdrenrrur3 effortsfàcpeuxdalsmmhsr ussd/ sa1ourté1o3sveius ne partmo1ddsbllaeemondr, àeeaerescmoss aees es/les/atroipsmmhsreiscdCcpprsn ns3sdira1 meit faffa1 é. eiro(asmeuipsatoMsism>,m>u 12cjavdereàdCniier. Ma!yiMa!yPuroevossinssripiéetseltdtmo1olliEformaeon s(suppléuit air/ lièrej:yhttp://www.hau3i-geahn.or"y Ma Conaicnslièrej: Rodrles/àBaugé,sRespetsabl/cduaCorieéedC promopéei, rodrlgue.baug@sympatico.carocpfodz@yahoo.frapelaeer@ca.nt,HdencsteiaiEnoiiiévbenmprrai-neeouroelamre1oEs ucceon dolliEfras uccer o duo , usiéaad. eàeaïta., tillreit qaécnurarespà(eadformaion (desm1adiepdde rbutoii-t;t aet àpleunémir teenedsbllaeeeys3.y Ma-y Ma-Prin/r h3eCrgain ligàsCCOMITÉ INTERNATIONAL DE SOUTIEN A LA RÉALISATION DfiaD vlUN ENSEMBLE UNIVERSITAIRE POURyLbutoii-UNIVERSITÉ DfiaD vlÉTAT DfiaD vlHAÏTIm(UEH)r Il n&rosnliriPCu iidéeaco(eabutoii-ilasppdurè7ntdifiaD vArppuylrlle meffortsfdugppuple aïtaeenc>sblllagtâp/e iemre1oEs ucceon doqsonceys3ebsbllunrcpuuextrede6iévelodpDeit dsouaoduaafesceabutoii-ilaosiurr turmot3er s1oaanurév,eit fe fdè3slessorcp/iibllmoipdlaesiéulpon ceraua les/acréér iro(asmtremblmlnt3adCcterae euc12cjavdereàpassé(stsenheêescteepsdebutoii-aideodàeélev rqsoncn , aup>ender,up&#j;yiMa!yCu iidéeaco(eaeebsbllcsebuédas(iryrRdou3csfiaD vArppuylrlsuaades ins étuiéetsgsolidsi, 1omusdenvdémonsae(rbutoii-hisoiili deétmosnso Reys3ebe-iro(asmmondr,up&#j;yCu iidéeaco(eaeeebutoii-Uo , usiéé"1u iuiéuefuoendllcsseins étuiéetsgmajrurescéai-ecdon;éaeabutoii-ilaexté1oaud gétroitolcurréé1iéet suueedaévelodpDeit dstsenoeagner -n(supéd>rur(deaaïrtnn , au,up&#j;yiMa!yCu iidéeaco(eaeeebutoii-Uo , usiéé"nlpéei> e ebutoii-aïta.,up&#j:olfiaD vlUo , usiéé ebutoii-E;t adre la aaïta.(UEH)cdou3cei deutcasdumirfraesharg/cet asmrôlrede formaion (desm1adiepdsc>rntifaes/s,dsociiuxdto(culer ohsdnenr vN1eée lièrej:aAgeonom/s,dAochltocesp, Ingééiirop, Médecinp, Enoeagnicnsdeod1herp/ernsàenhSc>rncl dHumiinisdeodSoi el. ,lTechnlceensdsupéd>rursfiaD30;etcfiaD30;yiMa!yCu iidéeaco(eaeeeesdeiffieicnesnfaculé,sRde lbutoiiuUo , usiéé ebutoii-E;t adre la aaïta.mréiro3érsdbsbllden;oDr .uxdlieuxddefladcapitalscPr s-au-PriEre, ottdsouffer3ad3(trèsenmprrai-nscdommageicàgea suit/eduetremblmlnt3adCcterae eisassa1ouédas(iryrReo(eaeeelu irur3 are la as re-pl eaMro-n(totalbeit fhorsadbutoii-étapddCnfonciéetner,up&#j;yiMa!yCu iidéeaco(eabutoii-ilaconsie-eceaeceesdeiffieicnesnFaculé,sRde lbutoiiuUEHMroiit frageoupé. esurrud oit/eunles/,luoe Ciéé Uo , usiéaad.louauo"C3mpu somusdebutoii-iEdiea,6 adbénomeslpéeicde(;ooetsrnaMlamplus ceua -./,up&#j;sceciedsbllaeebu3adbutoii-enerlpéei> isirfrsvfonciéetner -n(en(aard1oEsées/Ete>butoii-or">Da irfuoenréiro3épéeicr1iéetnlel. en(aondéeéeàde mdépensesdrn rrclsseseovicrpdei u3ag,rpldbutoii-uo7apartfsomusddbutoii-établio(ut gvieca1adémles/ 1ollec1ivedrn rrcercfnurrurp,d1herp/ernsàeodvtudiato ,up&#j;yiMa!yCu iidéeaco(eabutoii-àcpeit/ fesclbutoiiuUEHMa besoinldbutoii-uo7adoeatin qfes1ncièrrenmprrai-ne,dlu ocluqulelmdlelmdascdeutc-ensrbutoii-étai d schosesdac1ule-ecpmpt.rlsuaasessorcpreseressourcrpdniesurrud fes1ncDeit csuri c,plidoressourcrpdde lbutoiiuE;t aaïta.encéai-ecrédcit. edCnfaçn ceraua les/aàgea suit/eduetremblmlnt3adCcterae etfiourmuo7adurieenmprévisibl/céai-ecdon;é,6 adbes ucceon de(rbutoii-imusublmddson vdireciéetagéér hlssde3snmpôtsét poc mo1opsaadocueit aeée ,nlesHdégâtsgeai affa1 entlle mpr.EripauxnportsfdugpryrRaardoùspassentlle mé1hangC3 et(ro-n(aerçens l/adsixssedouanièredomuiscas47ilrsvfonciéetner -n(eucmirchéciEtéd>rur.dIl fïrtndgalbeit fpeicdre encpempt.mlNsgasurelsgardes invesiéurrr -ns iemre1oEs ucceon à(ré> isirfasblllbutoii-urè7nsn,up&#j;yiMa!yCu iidéeaco(eaeebesguo , usiéés,afondaiéetsgsc>rntifaes/seto(culer ohe73dinternlpéei> ea,ebesguo , usiéairel,fintrelmc1ulesms3qmnDr .s(de mercfnuron s fes1ncièrrl,findt ri C C3 et aibr hlss,scitoyetseltdiécidsur3 asbll;oDr .adoaeys3ebucMo dndsot3qconsc>rntsHdencsteiasiéulpon cet(ro-n(disposésmàoaideodlbutoiiuUEHMasbllsonceicjeoddCcpeutiéetcdfiaD vAud eppacl adapté àeeaeréalié1iéetse màeeaecapacdtéàebutoii-gaiumirfde maiièremeff cacedsesRrespetsabilité3 envreoees(ieuple aïtaeencltdefiaD vlEeftc>encoaeys3efrè o,up&#j;yiMa!yIl lppdpfoposé(eadrucoluiéetcsuevicnelièrej:yiMa!yiMa!ybu61656; Es."ku iuétuécàeaartirede ceetsrn,lt pocabutoii-accurdMfor>,leltdtm aldbucReceora mde lbutoiiuUo , usiéé ebutoii-E;t adre la aaïta.mutMiveau deCrgain ligàsCCorieéeIt >ensouaeeneàllagcu iuucceon ldbutoii-uo7aCiéé Uo , usiéaad.l(C3mpu uo , usiéaad.)eàlPr sHuxePriEre.mh; recEhy Ma-y Ma-ybu61656; LsmCorieéent >ensouaeeneafiourmobjet iemre1uemhsra unsedartiiRoubs aunipl ecdes fones aécnuraress àeeaeréalié1iéetsiro(afiaD vAUEHMafiaD vAud C3mpu Uo , usiéaad.lmod rnsdet(rûr. CfiaD vAsppdàvdireapapabl/cde rucostereauxncyclonisdcyclles/s( eisr -ac -n(en(r -ac rot fleaeys3et pocuoe fréqgitce renoes Césdtis iqqaeéeaeréalié1iéetsdss bâtir -ns sé obaasictechnles/doanti-cosmles/sdmod rnss(oerlst at3adCcrucostereauxnsism>,sHdengarde aamplitude.y Ma-y Ma-ybu61656; Lsm1omiéé seesharg/radebctrjnsfieirlle mmonai-tsmre1uemhsrlsauxduxtu(dtéslcomoéticnesnde lbutoiiuUEH, lmsqulelmlsen uccuoCrot frécnpeon de(maiièremoff ciillryet enerucnrsero-ofladtm aliéé sxs t iv/mlt fàllagcu iuucceon ldegeacCité uo , usiéaad.-C3mpu .nSoulsaucud s1éuextreetfiourmaucudsneaaue plbutoiiuUo , usiéé ebutoii-E;t adefaïta.nne pmorri utiliéea unsedart es/lcu eaeebesgdrt emoyetsefes1ncieésésus-iEdieaéicouroees/les/auxt .aa1 ivdtédoucd733eslpéei des/ 1ensoit.lEt c/cbcl-ce8butoii-elasmeuipse u traabesoinlde(régleo ees coûtsétdminat raeéf3 et(ralaei1ux.y Ma-y Ma-ybu61656; lbutoiiuUo , usiéé ebutoii-E;t adre la aaïta.msuri /radtmosnso Rsix(6)lmoipdauxsfinpdde trjnsiroe-ceenmprimé etàsunésoncsiti infor>a les/aunadocueit moff ciilcei 1uctrôlécuocétai détfillédde mdépensesdréaliéé/3 aufn , aup>enrbutoii-av1ncDeit cde merjvaux. LsmCorieéevérif /radcst E;t aencpeopéaatéetcei 1uord>naiéetct pocabutoii-UEHMei uo(corp3ebe vérif caisur3 amdarteiat fàcud geoup/ de Comuirnaress auxsCempt.seltdifiaD vAAudiisur3 fiabl/adepede répueatin qnt /ciEdiscuttrie,up&#j;y Ma-y Ma-ybu61656; Lsm1omiéé seedissoudrahuoe foisees mtrjvauxsaeeréalié1iéetsdsgeacCité Uo , usiéaad.-C3mpu aihsvusfe fapéè3svot/edueesieusedon;é iro(aes Audiisur3, Comuirnaress auxsCempt.seltdExpeotsdCemptabl/adceccrnni-n(rbutoiiuaihèvDeit cde merjvauxaso(eadrugularié,cassHfes1ncDeit s,up&#j;y Ma-y Ma-ybu61656; LsmCorieéeer.Eripal oCracasdiéaé(aro(diffieicnsd1omiéé3snlpéei>uxsao-ofladfonciéet cu iosteracenllagcuelmc1ecdes fones aufn , aupnlpéei> eod>enrrsctrjnsfieirlausCempt. b1ncaad.les/dlo CorieéePr.Eripal ouvriradesblllagba eaeebersronchoix.dIl ln iEdiea,radàcpeit/ fescledlieu (aè7nsn)es3qlesmcara1 éd>stles/afdxecpmpt.,up&#j;ybu61656; LsmCorieéeer.Eripal désagn,radsronTrucorereàdCpnlpéei> ité auuroaesfiaD vAaïta.ennecdo-n(il"recdrahsuri csaluRs1eée > ité,e C3 titesicei réfieiccrpdei doriciliaiéet,up&#j;yiMa!y Ma-ybu61656; LamPrucorruc/cduaCorieéeer.Eripal oCracnccupér iro(asmpicfnurrurmLeslcl(Manigat,"accpmpagné ee roiseVics-Prucorrunslièrej:yiMa!ybu9679; Josep Brlcall,dpecfnurrurmémérite de lbutoiiuUo , usiéé e/àBartelone,sPrucorrun >onoraad.lalslbutoiiuAaioi etionedes ia1 m éséEufopéen ,up&#j;yiMa!ybu9679; Johd Coaswr sh,dpecfnurrurmémérite de lbutoiiuUo , usiéé e/àHarvard,up&#j;yiMa!ybu9679; Herlann Van eer Wee,dpecfnurrurmémérite de lbutoiiuUo , usiéé caiholles/ad7sLees n(Louvtis)y Ma-y Ma-Prin/r Il n&rosnliriPiveau deCrgain ligàsCMnDr .s(duaCorieémh; recEh (aardordre alphabéties/) Ma yPrucorrun Ma yo(Manigat,"Leslcl, hisoiaaen,eor t ologue,dpecfnurrurmémérite de lbutoiiuuo , usiéé,up&#j;yiMa!y Ma-yVics-Prucorruns Ma yo(Brlcall y(Masip, Josep,cRecerurmHonoraad.lalslbutoiiuuo , usiéé e/àBartelone,sAnceenmPrucorrun dlslbutoiiuAaioi etionedes ia1 m éséEufopéen ,up&#j;yiMa!yo Coastwr sh,dJohd,sPrcfnurrurmémérite de lbutoiiuUo , usiéé e/àHarvard, Doyetsdsgeacfaculé,cae3 eel1eéon cIt ea,eUo , usiéé eseColumbia (NY),up&#j;yiMa!yo Van eer Wee,dHerlann,dpecfnurrurmémérite de lbutoiiuuo , usiééad7sLees n(Louvtis)y Ma-y Ma- MnDr .syiMa!ybu9679; Alba Vega, Carloa,emnDr .cdu cecsemh d.adireciéetaduaColegiocdecMlxicol(COLMEX),up&#j;yiMa!ybu9679; Brod r, Albert, pecfnurrurmémérite de lbutoiiuUo , usiéé e/àPafisfEs.-PafisfXII yiMa!ybu9679; Chiaramot3e, José Carloa,epecfnurrurm>onoraad.lalslbutoiiuUo , usiéé eseCordoba (Arè7ntine), Dira1 m é dsdebutoii-Ins étui iemre1herp/e eor t les/s eod7oi el.sps On lébe ulEmilio Ravagnici,up&#jo (; ,,dBgitos Air/ lièrej;yiMa!ybu9679; Colliard, Jean Claude,npecfnurrurmdsmSc>rncl dor t les/s,oa-c>rn d ra1 m é dumcabinet auaprucorrun dlslbutoiiuAaiemblér Nlpéei> e,oa-c>rn mnDr .cdu Cecsemh 1u iuétutée nle,sprucorrun dlslbutoiiuuo , usiéé e/àPafisfI-àPanthéon,dSorbIane,up&#j;yiMa!ybu9679; Heceor, Mich7l, hisoiaaen,eoeucorrun a slamSocideuahïtaeend.edfiaD vAaisoiili eod>enGéogeam/ie,up&#j;yiMa!ybu9679; Iglesiap, Enrles/,la-c>rn m>Dat .m>e3 eel1eéon cextéd>ruresdnenr vRéd ri cenvOaae aal.lalslbutoiiuUruguay,la-c>rn oeucorrun a slamBa eaeeItrn mnDr .cdu cecsemh d.adireciéetadegeacCumuirnée péceuodees/aeodsoi el. dss N1eéon cUo ss (ECOSOC),sPrcfnurrurmànlfiaD vlUo , usiéé eseColumbia (NY),up&#j;yiMa!ybu9679; Perez Rocha, Manu7l, Ra1 m é dsdebutoii-Uo , usiéé"autonom/adegeacvill/cdecMlxico,up&#j;yiMa!ybu9679; Stt pnhaè7n, Rodolfo,emnDr .cdu cecsemh d.albutoiiuuo , usiéé ouroelampaix d.albutoiiuor">Da 1iéetsdss N1eéon cUo ss,dpecfnurrurmauaColegiocdecMlxicol(COLMEX),up&#j;yiMa!ybu9679; Teodoro, MariocLisboa,déceuodeste,omnDr .cdsdebutoii-Ins étui iemre1herp/eeltdifiaD vAEceuoderpAppilesée (IPEA),sBrucol,up&#j;yiMa!ybu9679; Théodat,"Jean-Marie,mgéogeam/e, Maîueeda7sCu fieicc s -Uo , usiéé e/àPafisfPanthéondSorbIane,up&#j;yiMa!yAdresd vaocerecles/,up&#j:cuo , usiéehau3i.souaeen@gmail.cpmrumh; recEh, cecserva m é dsdeamBHPSE eoddCclambiri othèes/ad7srbutoii-Uo , usiéé"Qusses/yay Ma-y Ma- MnrcsadCcvtosninquidereàpuroelambiri othèes/ahïtaeend.ede doè .s(duaSir tfEspeio.y Ma-yCepecdi-n(vmosnavoez tmosneaaue . MairRvmosnavoez tmosnas47iltr s. AaSir tfMartihl ilaexté1oa4mbiri othèes/3. Ma 1. Lambiri othèes/ad7 doè .s(oucd73 sémeslrté1o3,mbiri othèes/aeelég>rus/ (ddif ce dudsrimaiae),up&#j;yiMa!y2. lambiri othèes/adudsrimaiae (ddif ce dudsrimaiae),up&#j;yiMa!y3. Lambiri othèes/adu sa1ondaad. (ddif ce dudsa1ondaad.)y Ma-y4. Lambiri othèes/ahisoiaaes/ (ddif ce d7 doè .s).yiMa!yD/s( eat .,ebeuxnso-n(complèt/mlt fàlterae. Uoe oreseaecsmosnso RdéceDr .s. Et(efiaD vluxt .,dcellmmes/ad7spartmo1dondveutca traadesgnoes C C3 ourgiied,emuisclansiéulpon ceppdarénccup1-n/,ajbutoii-eneconsie-3.y Ma-y Ma- ssndlximcôé,sRde lbutoiiuAtlanties/ eppdenebeacle.y Ma- y2. veau deCrgain ligàsPDomesles/ Simotmh; recEh es fàllagbarespà(Pr s-au-PriEre.y Ma- y3. BIanegnoes C C, veau deCrgain ligàsPPaprickeVilaresmh; recEh penseles/dlo bâtir -nnne rsses/caascbersbutoii-effonerer. Ma! y4. veau deCrgain ligàsPHarold Gasirodmh; recEh eisfui i ra1 m é dump1irimoin/ eodd ra1 m é géér hl au MiDat èd.lalslamCuler ocdou3cvisiteoelambiri othèes/alund..yiMa!y5. Udemeirnée pd/ veau deCrgain ligàsPBiri othèes/aSsbllFro-oière,dAochltocesaSsbllFro-oière,dBouci /r Blrumh; recEhe( eisasrbutoii-habitudednbutoii-intervodioad7spar(asmmondrdbsblldesnsiéulpon snsimilaad. epuroepectégoi asmp1irimoin/),mee tr dégalbeit fjeuds àoSacéovDomesgoepuroeseedirigoi à(Pr s-au-PriEre.y Ma- y6. Lameirnée pviicdraht pocas(aécnuraresppuroefarespunsmpildeèrrenntersentéet. Jbutoii-yeo7apadégalbeit .y Ma-y Ma- nee miieCrgain ligàsCCarnt aldnbutoii-Odeit/ Metn.isronRigaudmi>n. Dsbllaeeteeps,e C3 jeuoes se picchiu -n(s oclfiaD vlavodioadu iryrRl-cteepsddCcpeise. Cndsot3qs On lébe uliieCrgain ligàsCRevs/lalslamligs/lalslamjeuoessemi>n,up&#jo (; ,h1917,up&#j;ss On lébe uliieCrgain ligàsCLa(relèv.mi>n,up&#jo (; ,h1932-1938,up&#j;se3qs On lébe uliieCrgain ligàsCRond(Prr tmh>n,up&#jo (; ,h (vmosn1u naipsez,up&#j?)fiaD30; Bu -nô1dondlms mettracenllagn,se3/oucs ocDVD.y Ma-yUnmilandifiaD vArceon eeppdarévu,eeodetsdiscut/radebccllayà(Pr s-au-PriErefdè3smetctreivé/. Ma yCi-joese dgalbeit flesgdrscprns lorsad cnbutoii-eslugr 1iéets>eelambiri othèes/aeno1929,easmPèrreCabetsirurar fleaflambeau ànlfiaD vlAmlcale d7 dAnceensdeodAmiscdu PSCSM.lièrejLagtâp/e sppdlprnde. Dsbllaesgdrscprns, oterrearceedes/dlo mon6s On lébe uloprsn niliéé,up&#jo (; ,hrevie-eceaat .mfois. Cnit/ biri othèes/aesecdoncolaeaprsn niliéé eugppuple aïtaeen, C C dou3cdoncovivre.y Ma-yMnrcsy Ma-y veau deCrgain ligàsPPaprickeT1rd>rumh; recEh, cecserva m é dsdeamBHPSE y Ma Ma!yiMa!Prin/r Il n&rosnliriPUnemiilddséé eu iveau deCrgain ligàsC22cjavderemh; recEhed/ veau deCrgain ligàsPJacky Luearceemh; recEh,dra1 m é dsdebutoii-iveau deCrgain ligàsPUo , usiéé Qusses/ya h; recEhy Ma-y Ma-Prin/JPG - 56.3 ko r Il n&rosnliriP Ma-Prin/nemh; recEh Ma y ,m>ecmird>. JecmfiaD vAsxcuoCàtupéè3siodoamisces/amoncsil7nsn acpuninquidere,up&#j;smuiscjbutoii-ééaas(trèseceusnn r,csurge73dopéaatéets iemrécupé 1iéets>es s ovivatiseltdefiaD vluide auxcfamilso RsiDat é.s. Maeconsiceon eé3aot"dmdascjamuisccnurerge73dopéaatéets iemsauvetig/ét naecnbutoii-a traalagcu firmaion (eaeceesdpprsn ns3sre1herp/é/3 é3aoe-ecbcl-cmlrtis. Voic.nlagsiéulpon .y Ma-yJfiaD vluictreêeuadéfénn1ivem -n(depsiuohieoelamre1herp/eede s ovivatiseltdj/csuiscfes1lbeit frn mnsud.lalssortirede RdéceDr .sqlesmcadav .sqorrunifiéslièrej: 5dvtudiato sdsgeacfac iesHsc>rncl >enrbutoii-éducaeée adot3q2 abbé3 nenr vpongrég1iéets>es Salésiets, ud sè ocei uoemsœ é dsdeampongrég1iéets>e St/ Croix, ud secfnurrur,eundingééiirodstsdlximjird>nier3. Nmosnsaurobllcsemaionrsbutoii-il y(adifiaD vAasurellviciém/ (eaeceesdpprsn ns3sorrunifiée3.y Ma-y Ma- Lesmcadav .sqsot3qenqiécemposiiéetct ancéocei nmosnavets iûctrjnsfor>,r rapieeeit Huoe cin botasles/. C dlieu oCracrs"mausolér dédié auxcviciém/ dudsism>,. iveau deCrgain ligàsCMgocDueasmh; recEh,dlessorcv.Eriauxsaesmpongrég1iéet3 nenDetcBoscp eoddCcSt/ Croixedirot Huoe mesd à midicprurge73ddéfuto . C uxe eisascdeusentlê rrcehydiceneit fpeésit s nmosnaccpmpagnero-ofdspleunépensésdtffa1 urus/.y Ma-y Ma- Jeerreirc>lHspécialbeit flesgvtudiato ss3qlesmjeuoes vclecéaad. e(ao-ofladpludart nbutoiiuottdmêescaascfar fleur(c r3éf caidare la aétud sdsrimaiaes)cprurge7 ceua g/cextrjord>naad.lao-n(il Rot ffar feiluvedrnstrjvaillnaec48chruresedbutoiiuaffiCésdtfinlalssortirede RdéceDr .sqpéè3sibutoii-uo7aving ainet>e s ovivatis,Hssbllmoyetsetechnles/doe3quxepéd>lfdspleunévie. C uxe ee nmosnavets vuamourircsous(;ooeyeuxnso-n(mortsffïrt,m>ecmoyetseltdifiaD vAéesipreit s iourmé1artorge73dpoutesicei C3 dselmlsen rrclssqulelmlsl/adcerp3essg rouviunt3aco.Erés. Ma y Ma Tous(;ooebâtir -ns ot fdeuadéuucitoeyMcempeiuo C Musésd eisaccuemhsar fuo7aexposiiéetc1unsacaé/eaufcélèr .cpeint .aamérlcaénsdbutoii-ur.glne hïtaeend.aiveau deCrgain ligàsCJean Mich7l Basquiatmh; recEh ei C3 roiseamdarter -ns ee nmosnavéet3 nédié auxcercfnurrurplinvité3 enéeirnée p>butoii-enoeagner -n(iourmQusses/ya ei C3 asurelluo , usiééspaïtaeend.rnrs1u ns/doiro(afiaD vAE;t . Nmosndevrobllrs1ummrncli à(zéroeltdj/cnfiaD vluictucud dmo1opsurm;osi acapacdtéà1ollec1ivedàg rouvirlle mmoyets, rbutoii-énerèie(so(eaddéterminaeon eouroel/àfaad..y Ma-y Ma- JPG - 82.2 ko r Il n&rosnliriPPuroecabutoii-its aun, veau deCrgain ligàsPQusses/yamh; recEh ssgqmobiliésppuroevodioaen uide auxcfamilso RsiDat é.s. Lsm13mpu dudboulevardàHarry Trueanhafdeuatrjnsfor>é eneuo(ceuueedare la aaccuemhdoùs10,000ppprsn ns3ssiDat é.s da7sCiéé Lre la aétrnnsl(ro-n(déjàdinéaillé.s. LesmCeuuees GheskioeeoddCs médecinpaamérlcaénscasdiéait flesgmaladsicei C3 bl/asés. TOUSflesgvtudiato sfénnssato sdsgeacfac ie Médecine dsdQusses/ya ro-n(invité3 àevodioanmosnascostereasblllbutoii-or">Da 1iéetsdsgeacvilvpommunasuiaro(so(eaddispens1iéets>es soinpdde bas/. Nmosnatés eneuo(ceuueedae soinpdprurge73dsiDat é . Comusdnmosnsomussdinéaillésc mo1qpéè3siuerucnrstraaer.Eripal dlslamCen ralecmétroor t ainet>butoii-eau eoefbl/,anmosn1herp/obllàceit rrcenmilac.punsmpetit/eusine dsderjdtem/Ete>butoii-eau tfinlalspfoduresp3smmhse gallonst>butoii-eau eoefbl/oiro(tsrn,leai pmorro-ofdssseovirales iucorrunscei C3 s On lébe ulcoloo ss,up&#jo (; ,hees esartiir3 iérlphérles/do(Turè7au ei Debussy). Nmosnatbutoii-eau. Lesmvtudiato sdsgQusses/ya ro-n(invité3 àese 1unsuiéuer eneuo(ruc auHdeésolidariéé uo , usiéaad.. CfiaD vAsppden uidantlle mplus fa giles esbutoii-ilsg rouvirot3qenqeux-eêess rbutoii-énerèie(so(ebutoii-itspiraeon eouroeor">Da irflamre1oEs ucceon dopleunévieppprsn nsllryet >enrbutoii-sppacl 1ollec1if.y Ma-y Ma- Lbutoii-aide nt /csppdabetdi-neemuiscmal coorde néres3qlesmfrut raeéetsgsot3qgarde s. Lanlupué1iéet sfiaD vAsppdspet auéeit mor">Da éedenos On lébe ulcoloo ss,up&#jo (; ,de esartiir3,up&#j;sil fïrtnsouaodirlcsses uccer o dendlms uidantlà sfiaD vAor">Da irfde(maiièremr1iéetnlel.,c mo1qenecai> isantlle msa1ourrRvreoele mplus aécnuriisux.y Ma-y Ma-yMnrcsaà tmosn;ooeamisciourmabutoii-expresdionedopleunésolidariéé sn(dopleunétffa1 éet. Lemilus >rodsppddCvantlnmosnesandsil fïrdrahrs1u iuucioedeeceaeceesdélsblldensolidariéé spet auéedeecimmédiatensCrose dpsiué . Ce oCrac auxcaïta.enpdde sfiaD vAor">Da irfeux-eêess t pocabutoii-aide d/ ruc auxcnbutoii-umisfsolidaad.se eisascro-n(aa mmo1ivés exs t iv/mlt firo(aamre1herp/eede eacvirébilité médiatles/.y Ma-y Ma- nema href="http://www.amerles/latine.msh-pafis.fr/ligà.php?article286" targ/t="_blsbksCLaëtnlc Hurbaneaufsa oba09 Ma Crgain clear" /! /div>
/div> Partag,r : Prdiv>