Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>CHRONIQUE POLITIQUE DU PEROU, JANVIER 2015

Paris, février 2014

MOUVEMENTS SOCIAUX CONTRE LA REFORME DU CODE DE TRAVAIL DES JEUNES ET VIRAGE LIBERAL CONFIRME

Dr Mariella Villasante Cervello
Anthropologue (EHESS), Chercheuse associée à l’IDEHPUCP (Lima)

La dernière période de gouvernement a démontré le choix libéral du gouvernement du président Ollanta Humala après avoir été élu grâce aux voix de la gauche et du centre, et sur la base des promesses de réformes sociales profondes qui n’ont pas été réalisées jusqu’à présent. En décembre dernier, le pouvoir exécutif a proposé une réforme du code de travail des jeunes (18 à 24 ans), qui tentait de faciliter l’emploi précaire et mal rémunéré, au grand bénéfice des industriels et des hommes d’affaires. Cependant, cette loi, dite « Ley Pulpín », a été rejetée par le Congrès le 29 janvier, après les grandes manifestations menées par les jeunes depuis trois mois. La forte mobilisation de la jeunesse citadine représente la grande nouveauté des dernières années au cours desquelles le désengagement des jeunes dans la politique nationale était patent. Il est probable que le mouvement de rejet des politiques libérales continue dans cette période des préparatifs pour les prochaines élections présidentielles de 2016.

Le second fait à souligner est la tenue de la Conférence sur le Climat COP 20, organisée à Lima en décembre. Malgré les attentes, elle n’a pas eu les résultats escomptés, et les participants sont arrivés avec grande difficulté à un accord minimaliste, préparant le prochain sommet de Paris, en décembre 2015. Cela étant, la Conférence a donné l’occasion aux organisations indigènes du pays et du monde entier de s’affirmer contre la déprédation des forêts et des territoires dans lesquels ils habitent et sur lesquels ils n’ont pas le contrôle réel des ressources naturelles.

Troisièmement, le président a continué ses voyages à l’étranger, notamment au Vatican et en Russie, ce qui contribue à une meilleure connaissance du Pérou dans le monde. La visite russe a tenté d’ouvrir des nouveaux marchés pour le pays, dans un moment de grand ralentissement de l’économie globale ; en effet, l’année 2014 s’est terminée avec une croissance d’à peine 2,8%, alors qu’on attendait un indice de 5%.

Enfin, une importante décision de justice a été prise à l’encontre de l’ancien dictateur Alberto Fujimori, qui a été condamné à une autre peine de prison de 8 ans pour le détournement des fonds publics pour financer la « presse de caniveau » dans les années 1990. Signalons que d’autres avancées ont été enregistrées dans le domaine de la justice pénale et des droits humains concernant les proches des victimes de la guerre civile des années 1980-2000 .

Politique générale

Le contexte de tension mondiale associée à l’escalade du terrorisme islamique ne touche pas encore directement le Pérou, ni le reste de l’Amérique latine ; cependant, la récession mondiale a déjà commencé à envahir cet espace régional qui, en dépit des proximités culturelles, reste très fragmenté et sans politique commune. Dans ce cadre, en Colombie, les accords de paix entre les subversifs et le gouvernement sont attendus avec beaucoup d’espoir après 60 ans de guerre civile. Les terribles attentats de Paris ont secoué les milieux journalistiques, intellectuels et gouvernementaux du Pérou, et les faits ont été rapportés quotidiennement pendant cette semaine tragique pour la France et pour le monde. Le président Humala a adressé une lettre au président Hollande pour exprimer ses condoléances au nom de la nation et du gouvernement du Pérou .

L’année 2015 a été déclarée « Année de la Diversification productive et du renforcement de l’éducation », il s’agira de continuer les efforts de croissance économique avec inclusion sociale, et de soutenir l’éducation comme base du développement des familles et de la nation en général. Dans ce cadre, une nouvelle loi de réactivation de l’économie a été adoptée, elle prévoit des mesures de taxation favorable aux petites et moyennes entreprises (800 000 entreprises), une réduction de l’impôt des travailleurs indépendants et dépendants (1,2 million de personnes), une réduction de l’impôt des entreprises pour créer plus d’emplois et fortifier la compétitivité (La República du 16 janvier 2015, et du 30 décembre 2014).

Des changements importants dans l’état major de l’armée sont intervenus le 26 décembre 2014. Le chef des forces armées, le général Leonel Cabrera, et les commandants de la Marine, l’amiral Carlos Tejada, et de la force Aérienne, le général Jaime Figueroa, ont cessé leurs fonctions par décision du président. Décision liée à un critère de « rénovation générationnelle ». Cependant, le commandant de l’armée de Terre, le général Ronald Hurtado, a été reconduit dans ses fonctions grâce aux excellents résultats de sa gestion. Le nouveau chef d’état major de l’armée est l’amiral Jorge Moscoso Flores, le nouveau commandant général des forces de l’air est le général Dante Arévalo, et le nouveau commandant général de la Marine est l’amiral Edmundo Luis Enrique Deville. La principale tâche des forces armées reste l’élimination de la subversion du Sentier Lumineux installée dans la région des Vallées des fleuves Apurímac, Ene et Mantaro (VRAEM), sous la direction des frères Quispe Palomino (La República du 30 décembre 2014).
Photo 1 : Le nouveau chef d’état-major de l’armée (premier à gauche), l’amiral Jorge Moscoso Flores (Archives de La República)

Sur le plan interne, le début du mois de janvier a été agité par la nouvelle d’espionnages illégaux de la vice-presidente Marisol Rodriguez, par la Direction nationale de renseignements (DINI), dont le groupe Módulo de inteligencia operativa (MODINOPE) est dirigé par le commandant de police Johny Bravo Sánchez. Des opposants politiques (Jorge del Castillo, Miguel Hidalgo, Alan García) et d’autres congressistes seraient aussi espionnés par le gouvernement, ce que le président Humala a démenti avec énergie le 19 janvier, décidant d’ouvrir les portes de la DINI au contrôle du Congrès et du Ministère public .

Dans la rubrique des affaires de justice, l’homme d’affaires Martín Belaunde Lossio, membre du parti au pouvoir et proche du président Humala, qui avait été poursuivi pour corruption et détournement de fonds, a été finalement capturé en Bolivie au début janvier et l’on attend son extradition vers le Pérou. Depuis le mois de décembre, l’affaire avait suscité un grand émoi, surtout chez les opposants politiques qui accusaient le président d’avoir été soutenu financièrement dans sa campagne présidentielle de 2011 par Belaunde Lossio ; ce que Humala a nié.

Relations internationales

Le président Humala a effectué la première visite d’un chef d’État péruvien en Russie au début du mois de novembre. Précisons que le Pérou n’a pas soutenu les sanctions contre la Russie adoptées par l’Union européenne et les États-Unis suite à la guerre en Ukraine. Le président Humala a rencontré le président Poutine pour consolider les conventions bilatérales de coopération militaire, nucléaire, commerciale et de lutte contre le trafic de drogues. L’accord le plus important est sans doute celui qui concerne la défense, et qui inclut le transfert de technologie et de production conjointe de matériel militaire. La Russie a donné son accord pour la vente d’hélicoptères et d’avions de ligne ; la construction d’une centrale nucléaire au Pérou a aussi été discutée suite à l’offre de l’entreprise Rosatom qui construit une centrale au Brésil. Pour ce qui est des échanges commerciaux, les exportations péruviennes de produits agricoles devraient augmenter dès cette année. Des conventions spéciales ont été signées pour la coopération dans la lutte contre le trafic de drogues ; dont la formation d’agents des forces armées, déjà initiée en Russie qui a formé récemment 115 officiers de neuf pays latino-américains. Enfin, la Russie aidera le Pérou à lancer le satellite Chasqui 1 cette année, et prévoit le lancement de deux autres prochainement (La República du 8 novembre 2014).
Photo 2 : Les présidents Humala et Poutine, novembre 2014 (Archives La República)

Le 13 décembre, la Russie a envoyé huit hélicoptères MI171 aux forces aériennes de l’armée ; le ministre de Défense Pedro Cateriano a souligné qu’ils serviront à augmenter la capacité opérationnelle dans des régions éloignées du pays, dont les points de frontières, mais aussi pour aider les communautés paysannes de l’Amazonie et des Andes, et lutter plus efficacement contre les noyaux terroristes et le trafic de drogue .

Le 14 novembre 2014, le Pape François a reçu le président Humala et son épouse Nadine Heredia en audience privée au Vatican. Le président péruvien a offert plusieurs présents, un livre de recettes