Vous êtes ici : Accueil » Spécial Mexique Salon du livre de Paris

>>« Pourrons-nous vivre sans Frida ? » par Jaime Moreno Villarreal

Paris, novembre 2007


Né à Mexico en 1956, Jaime Moreno Villarreal est auteur, traducteur (Roland Barthes, Stéphane Mallarmé...) et éditeur. Il a traduit en espagnol plus de cinquante auteurs et a consacré ces dernières années à l’écriture sur l’art (Lilia Carrillo, José Luis Cuevas, Francisco Toledo, Diego Rivera, Rufino Tamayo, Juan Soriano, Manuel Felguérez)... Il a collaboré à plus de soixante catalogues d’expositions. Il vient d’être nommé conseiller culturel de l’ambassade du Mexique en France.

Jaime Moreno Villareal a publié sur ce même site en janvier 2014 un beau récit sur sa jeunesse dans le nord du Mexique, transformé ou non par la situation actuelle : La route 101, le chemin des narcos.
http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr/spip.php ?article828




« Pourrons-nous vivre sans Frida ? »


par Jaime Moreno Villarreal
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Aurélien Talbot


Connu de tous, le visage de Frida Kahlo n’en perd pas pour autant son air énigmatique. Les yeux toujours ouverts, la bouche ne laissant pas échapper un sourire, le duvet un peu androgyne sur la lèvre, le regard pénétrant sous des sourcils épais, ouverts comme les ailes d’une hirondelle en vol, une large mâchoire inférieure et un menton énergique, une tête splendide sur un noble cou... Qu’est-ce qui dans ce visage nous demeure caché ? Est-ce un beau visage stoïque qui n’exprime aucune souffrance, quand bien même supportant une jambe mal formée, un corps estropié, une colonne vertébrale détruite, un utérus perforé ? Il ne fait aucun doute que l’énigme Frida ne réside pas dans sa souffrance : s’il en était ainsi, nous n’aurions affaire qu’à une énigme résolue.

Son visage continue peut-être de nous paraître énigmatique en vertu du masque qu’il constitue, lequel ne cesse de produire du sens. Masque peint d’une peintre, clé quasi-rituelle pour entrer dans l’interprétation et la compréhension de ses œuvres. Sans ce masque à la fois hiératique et pénétrable, il serait difficile d’imaginer une autre œuvre possible - stylistiquement possible -, dans la mesure où son œuvre est en grande partie autobiographique, constituée d’autoportraits, et où sa valeur esthétique, certes inégale du point de vue de la facture, se fonde sur l’extraordinaire iconographie qu’elle a apportée à la culture visuelle moderne et contemporaine. Frida est porteuse d’images inhabituelles, franches et puissantes de la condition et de l’identité féminines.
Une nouvelle maxime circule actuellement au Mexique, selon laquelle « après quarante ans, chacun est responsable de son propre visage ». Avec le plus grand naturel, on affirme ainsi qu’il ne faut pas se laisser vaincre par la vieillesse, en référence, bien entendu, non pas à la chirurgie esthétique mais à la volonté que chacun met à se maintenir, comme si même le visage pouvait être modelé. Frida, qui est morte à 47 ans, semble être restée maîtresse de son visage jusqu’à sa mort - mais sans doute sommes nous là encore victimes du faux-semblant créé par la constance fascinante de son masque.

Dans la formation d’un artiste, qu’il vive sa condition comme un choix de carrière ou comme un destin inéluctable, la projection du sujet qu’il incarnera, nécessairement et depuis l’origine, constitue un aspect crucial. À cet égard, la fabrique de sa propre image, le rêve de sa biographie interviennent de manière décisive.
La biographe de Frida Kahlo, Hayden Herrera, rapporte qu’avant d’être victime de l’accident responsable de la destruction de sa colonne vertébrale, alors que Frida était encore une étudiante brillante et rebelle, membre du groupe « Cachuchas » (« Les casquettes ») de l’École préparatoire nationale, elle avait lu les Vies imaginaires de Marcel Schwob et connaissait par cœur la biographie de « Paolo Uccello, peintre » qui y est incluse. Frida n’était pas encore peintre, mais le destin du grand artiste incompris l’avait émue. Le texte de Schwob se situe à mi-chemin entre la nouvelle « Le chef-d’œuvre inconnu » de Balzac et « Jonas ou l’artiste au travail » d’Albert Camus : des histoires d’œuvres picturales géniales, sans doute en avance sur leur temps, en même temps qu’impossibles.
Selon le récit de Schwob, Paolo Uccello - dont le nom signifie « oiseau » - était obsédé par la perspective linéaire, par « l’infini des lignes », de sorte qu’il cherchait à traduire toutes les figures en une analyse de lignes et de leurs entrecroisements. Son obsession était telle que son contemporain, Donatello, alla jusqu’à qualifier son œuvre de « chaos de lignes ». Or Schwob nous raconte qu’à sa mort, le visage de Paolo Uccello était un écheveau de lignes, traversé de rides, et qu’il tenait dans sa main un parchemin couvert de lignes entrelacées « allant du centre à la circonférence et revenant de la circonférence au centre ». Uccello, l’oiseau - peut-on conclure - était parvenu à une image de la totalité en se servant de la perspective linéaire.
Cette histoire a tellement impressionné la jeune Frida qu’elle l’a mémorisée vers 1923. Deux ans plus tard, elle était victime de l’accident de bus, et l’année d’après, à l’occasion d’une rechute l’ayant obligée à rester immobilisée pendant plusieurs mois et à utiliser des corsets de plâtre, la jeune fille commençait à peindre, allongée dans son lit, pour tromper l’ennui. Tout semble indiquer que Frida s’intéressait déjà à la peinture au moment où elle découvrit le texte de Schwob consacré à Uccello. Un de ses camarades de classe, Manuel González Ramírez, se souvient que Frida dessinait des lignes capricieuses sur ses cahiers, qu’elle « adorait faire des lignes qui se rejoignaient, se séparaient et s’unissaient à nouveau après deux ou trois arcs sinueux ». Dans le Journal de Frida, on peut d’ailleurs voir de nombreux exemples de cette manière de dessiner, où des points sont reliés entre eux par des lignes, un peu au hasard, mais suivant aussi parfois une construction : un des autoportraits au fusain qu’on peut y voir, dont la légende est « Quelle femme ! », présente le tracé d’un réseau qui la capture. Le souvenir du récit de Schwob peut-il réellement affleurer dans sa peinture de maturité ? Bien entendu.

La fascination de Frida pour le récit des Vies imaginaires se retrouve encore dans El pollito [Le poussin] (1945), un petit tableau à l’huile où l’on peut déceler une trace plausible, peut-être passée par les voies de l’inconscient, du texte consacré au peintre de la Renaissance, l’oiseau sous la figure d’un poussin, alors que Frida donne la forme d’un emprisonnement à l’obsession d’Uccello pour l’analyse des lignes. Dans la nouvelle de Schwob, on peut lire : « Autour de lui vivaient Ghiberti, della Robbia, Brunelleschi, Donatello, chacun orgueilleux de son art, raillant le pauvre Uccello, et sa folie de la perspective, plaignant sa maison pleine d’araignées, vide de provisions ; mais Uccello était plus orgueilleux encore. À chaque nouvelle combinaison de lignes, il espérait avoir découvert le mode de créer. Ce n’était pas l’imitation où il mettait son but, mais la puissance de développer souverainement toutes choses... » Dans le tableau de Frida, sur un lit de bois coupé et sec, trois araignées (ou une seule araignée en trois moments différents) ont tissé une grande toile qui couvre un vase débordant de fleurs ; une chenille qui se transforme en papillon a été attrapée dans le réseau et n’arrive pas à s’en libérer, si bien qu’elle sera sûrement dévorée. Un poussin rubicond est témoin de la scène. Frida, qui s’est symbolisée dans ce papillon dont le destin le condamne, à peine sorti de la chenille, à être attrapé à nouveau, se sait ainsi enfermée dans sa propre image, comme le Paolo Uccello de Schwob, pris dans ses propres lignes.




À l’image omniprésente de Frida, il faut ajouter également la trame serrée de son écriture, aussi bien dans ses lettres que dans son Journal. Sa ligne de dessin et sa ligne d’écriture partagent une même volonté d’aller à la rencontre d’elle-même. Dans tout le corpus de ses lettres, elle n’esquive presque à aucun moment sa personne, tandis que son Journal constitue le seul projet de livre connu de sa main, dans lequel fusionnent les lignes de l’écriture et de la peinture.
Lorsque Frida a commencé a écrire, elle a non seulement pris possession de la page, mais également de sa propre écriture : elle fait ainsi irruption dans son Journal avec une énumération de mots en écriture automatique dévoilant ses expectatives d’artiste et de convalescente, ses désirs et ses réticences, au moyen de cadences prosodiques marquées, très vite dominées par des oxytons en o à la fin des vers : « voy, soy, hoy, pasión, vigor, control, panteón, matón, corazón, avión, razón, cartón, emoción, botón » : des mots bien à elle qui dessinent, au fond, le cercle dans lequel Frida se trouve inscrite, celui de la santé et de la maladie, avec alternativement ses rechutes et ses rétablissements, ainsi que le cercle de sa relation amoureuse, toute aussi cyclique, avec Diego Rivera, qu’elle désigne déjà dans ces premières pages comme un interlocuteur permanent. Les rimes reviennent, aussi bien des rimes internes qu’en fin de ligne ou de période, lorsqu’elle lui adresse une lettre : « yo, corazón, turbación, sinrazón, calor, confusión, amor » ; Frida n’ignorait pas qu’elle achoppait sur des assonances et des consonances, comme en témoigne le rappel qu’elle s’adresse : après avoir fait rimer « corazón » et « sinrazón », elle ajoute, exigeante : « arrête avec les rimes ma fille ». Les rimes en o tournent et retournent sa prose rythmée, pleine de vers qu’elle trouve en trébuchant, de vers boiteux dans lesquels elle semble retomber à chaque pas.

À mesure que Frida se laisse aller, passant dans son Journal de l’écriture au dessin à l’encre et au fusain, puis au pastel et à l’aquarelle, cette lettre o rimera avec de nombreuses images de cercles : soleils, lunes, constellations, le symbole du ying et du yang, fruits ronds, fleurs, œils, bouches, visages, seins de femme, glandes, testicules. Le premier mot écrit dans son Journal, après une tache-rature, première négation, est « no », négativité dans laquelle elle se trouve vitalement immergée et contre laquelle elle lutte : le « non » de son existence se transforme pour Frida en chemin de force, en affirmation, en conscience. « Le plus important est la non-illusion », lit-on. Diego est réel, et elle s’accroche à lui ; il est si réel qu’il transcende même la réalité : il est « tout », « tout ce qu’on vit au cours des minutes des non-horloges, des non-calendriers et des non-regards vides... ».
`
Double jeu de la négation. D’une part, physique, elle accable l’artiste : « Je ne voudrais pas abriter/ni la plus minime espérance » ; d’autre part, métaphysique, elle la fait avancer vers l’illimité, vers une grande négation ultérieure, puis vers la mort. Si les premiers mots de son Journal sont « non, lune, soleil », qui indiquent déjà des cercles de vide et de plein, ses dernières phrases, écrites peu avant de mourir, décrivent la déclivité d’une courbe ou la boucle d’un cercle : « J’attends, gaie, la sortie, et espère ne jamais revenir, FRIDA » : des mots généralement interprétés comme un adieu au monde, mais qui voudraient aussi incarner la négation du cercle vicieux de la convalescence et de la récidive.

La lettre o, cercle et motif constant de sa création, aussi bien plastique que sur le plan de l’écriture. Signe fantasmatique qui abrite sa condition de malade, tour à tour talisman et condamnation. Dans un passage central de son Journal, Frida raconte comment elle voyageait en imagination quand elle était petite, à travers une lettre o, pour retrouver une amie secrète. Le récit peut se résumer de la manière suivante. Tandis qu’elle était dans sa chambre, elle faisait de la buée sur la vitre d’une fenêtre, puis dessinait avec le doigt une porte qui lui servait à sortir et à traverser une plaine jusqu’à atteindre une laiterie du nom de « Pinzón » par la lettre o de laquelle elle pénétrait dans les entrailles de la terre, où l’attendait son amie. Lorsqu’elle se représente en train de regarder par une fenêtre, Frida peint un œil espion, le sien. Cette amie imaginaire, son double, car comme elle l’indique dans son propre Journal, sa relation avec celle-ci est à l’origine du tableau intitulé Les deux Fridas. Elle était une confidente à qui elle faisait part de ses problèmes. Quels problèmes ? Frida affirme ne pas s’en souvenir. Après avoir passé un moment ensemble, Frida revenait chez elle à travers la même vitre et courait se réfugier sous un arbre, dans le coin le plus reculé du patio, exaltée et heureuse. L’arbre qui la protégeait est symbolique ; enraciné dans la terre, il se déploie vers le ciel. Bien qu’elle se trouvât sous terre, son amie imaginaire possédait le don de voler : « Elle était rapide et dansait comme si elle était en apesanteur. Moi je la suivais dans tous ses mouvements et lui racontais mes problèmes secrets pendant qu’elle dansait. Quels problèmes ? Je ne m’en souviens pas. »

L’apparition de l’amie secrète date de 1916, quand Frida avait six ans, si l’on s’en tient aux calculs personnels de l’artiste, laquelle affirmait être née en 1910, alors que sa véritable date de naissance est le 6 juillet 1907. Néanmoins, c’est bien à six ans que Frida a souffert de poliomyélite (une maladie aussi appelée à l’époque « paralysie infantile ») qui la força à rester alitée pour la première fois pour une longue convalescence ; mais le « problème » de sa jambe droite était dû à une malformation congénitale qui la fit boiter dès ses premiers pas. On peut penser qu’au travers de la légèreté aérienne de son amie, dansant en apesanteur, Frida sublimait l’enracinement terrestre auquel l’obligeait sa jambe estropiée. Cette amie imaginaire a sans doute prêté l’oreille aux problèmes secrets d’une petite fille boiteuse.

La récurrence de la lettre o représente aussi l’itération de l’abîme ou de l’effondrement, la fosse, la couche horizontale que la femme malade occupe comme une sépulture dans son lit. Voici revenir les très nombreuses représentations de l’horizontalité dans son œuvre - Frida renversée par un accident, Frida dans un lit d’hôpital, Frida rêvant allongée, Frida étendue par terre, Frida en train de téter dans les bras de sa nourrice, etc. Ensuite, c’est la lettre o figurant la terreur d’être elle-même ce trou, lequel doit être voilé par un masque - celui de son propre visage dont elle a réalisé tant de fois l’autoportrait - ou par un vêtement ample pour cacher sa marche boiteuse. Tel est le circuit du o, la lettre que Frida, par les voies de l’inconscient, fait sienne.
Ces « problèmes secrets » se transformeront plus tard, dans son œuvre artistique, en confessions et en énigmes par lesquelles ses tableaux relèveront de la catégorie de secrets sondables. Le secret, son secret, est le meilleur mobile de l’interprétation. Frida sera visible de tous, mais chacun découvrira une Frida secrète. La machine de l’interprétation se met à fonctionner avec la consigne de pénétrer toujours plus loin dans la chair pour trouver Frida. Même dans les détails les plus anodins, Frida doit être latente, par exemple dans un modeste tableau de jeunesse, le portrait intitulé La niña Virginia (1929). ...

Frida a peint ce tableau quelques mois avant d’épouser Diego Rivera. À cette époque, Diego réalisait des œuvres de chevalet similaires, des portraits d’enfants mexicains dont les collectionneurs américains raffolaient et que l’artiste leur vendait facilement à un bon prix. Il suffit de s’attarder quelques instants sur La niña Virginia pour comprendre qu’il ne s’agit pas d’une œuvre banale. Frida savait qu’elle devait se dégager de l’influence de Diego afin de poursuivre sa carrière d’artiste et qu’elle ne pouvait pas, par conséquent, se contenter de simplement suivre son style. La niña Virginia n’allait pas être un grand tableau, mais devait être un tableau vrai, ayant réellement à voir avec elle-même. D’abord, elle effectuerait un exercice chromatique : cette teinte brune de la peau, cette touche de lumière sur l’oreille, ce petit bras râpé de blanc au niveau du coude. Et le jeu des couleurs complémentaires : l’ocre et le violet d’un fond absolument invraisemblable, mais aussi certain que palpable ; le vert et le vermillon de la robe d’où pointe quelque chose de printanier, la puberté qui attend encore Virginia.
Le portrait est conçu comme un équilibre de couleur. La peau se détache du fond comme une épure de celui-ci, surgissant du violet jaspé des coups de pinceau roses, bleus, rouges et blancs ; puis la dorure de la peau est compliquée par le vert de la robe, dominant par sa teinte en connexion avec la terre, avec le monde pour montrer avec franchise la précarité de cette enfant dont une épingle à nourrice orne le décolleté.

Au Mexique, épingle à nourrice se dit de deux manières différentes : « seguro » et « alfiler de seguridad » - littéralement, « épingle de sécurité ». La peintre a décidé que cette « épingle de sécurité » constituerait le cœur du tableau. Or celle-ci cache la poitrine de Virginia tout en la décadrant un petit peu, car elle tire sur le tissu de la robe, de sorte que le col n’est plus en place et que la manche est un peu relevée. Habillée avec soin, Virginia est sur le point de se retrouver débraillée ou « tordue » comme Frida elle-même.

« Alfiler de seguridad ». Que recouvre cette expression ? En espagnol, « seguridad » veut aussi bien dire sécurité ou sûreté qu’assurance. « Alfiler de seguridad », coup d’épingle de l’assurance dont cette enfant, apparemment si bien posée sur sa chaise, est dépourvue. Elle est mal assise, mal calée dans sa chaise, avec une jambe presque en l’air. Et ces yeux si dissymétriques comme deux yeux droits, cette oreille plus haute que l’autre, la masse de cheveux plaquée d’un côté. Il semblerait que seuls les sourcils de Virginia soient équilibrés. Puis ce très léger duvet au-dessus de la lèvre d’un côté... Frida serait-elle encore une fois et déjà en train de faire son propre autoportrait ? Car toute cette asymétrie qui se dévoile peu à peu, qui va d’un côté pour ensuite revenir et tirer de l’autre côté, depuis l’œil et l’oreille tordus jusqu’à la manche boiteuse de la robe, de la manche au col resserré, du col à la jambe volante - toute cette asymétrie se focalise dans la douloureuse assurance de l’énorme épingle.

Or si l’enfant Virginia est en quelque sorte le double de Frida Kahlo, peut-être une amie secrète, il faut remarquer que son cou se distingue absolument de celui de l’artiste. Virginia ne fait pas ressortir sa tête, tandis que Frida, quels qu’aient pu être ses problèmes de hanches, se mettait en valeur en tendant le cou, qu’elle rehaussait de colliers, lesquels bien que lourds, ne semblaient jamais trop chargés. Son cou élégant pose son allure et l’élève. En comparaison, le cou bref et insignifiant de Virginia traduit son humilité. Frida a-t-elle compris que ce côté humble lui correspondait, lorsqu’elle a retourné le tableau sur le chevalet ? En effet, peu après, Frida a secrètement réalisé son autoportrait au revers de la toile, dans une ébauche au fusain, où elle adopte la même pose que Virginia, donnant à son nez des contours identiques. D’abord, Frida s’est représentée avec une blouse au col relevé. Puis elle a corrigé, tracé un large décolleté et s’est dotée d’un lourd collier donnant à sa tête plus de force. La niña Virginia a donc littéralement deux visages, un endroit et un envers du tableau, un côté manifeste et un côté secret, comme en général dans toute l’œuvre picturale ultérieure de Frida. C’est là que Frida trouvera son assurance, dans le jeu de l’apparence et du secret, assurance altérée par la pointe de l’aiguille (ou du couteau comme dans le tableau Unos cuantos piquetitos, 1935), de son « alfiler de seguridad » qui sera déplacée dans ses autoportraits par le couronnement de sa tête sur la colonne (brisée) de la noble élévation de son cou. Les autoportraits de Frida, debout ou assise, sont de véritables conquêtes de la verticalité ; la beauté, la rectitude et le désespoir qui les caractérisent l’élèvent dans la douleur, mais elle sait qu’elle n’appartient vraiment ni à l’axe horizontal ni à l’axe vertical, elle n’est ni irrémédiablement étendue ni debout pour toujours. Sa nature est lestée. Quand son image angélique semble remonter, c’est qu’elle est en train de tomber : « Je meurs déjà de sommeil », élévation et chute parmi les cercles et les trous de la lettre o. Son lieu est la chuié, unehbrXgeil », élévation et chute parmi lelpideieu e.robnbsp;s="s "transpévation et c
uslégèport stode la cvit par sa ln fin 6, quand Frour,ur la colorp">& avo="trlrs pas. sa màuelque sorte le vraiment ni à l’ain du u,ur la cone Fridad vert de tendu. etient, faila peinivent laans son Journal. Sa ligne de dessin et sa ligne dirginia est ens p; la esqu̵lenifest8217;elderie de secdo n’en perd pas pour autant siensie lutr tou revernt de cepathosinture au mstache-ratuer qutmosphnt relithéâe coe côtQ p; la esuvri-être Mu Ellecrète, il fatrain de to-à-assurl> is l reliCoyoacánre - étaitclasanteup;: s&o reprfam tabl, il délderridasp;&##8217;est symNéanmoins, ment ses ointe eoir de nùaccrochetlecrète vervlpiest8217;elels probds le sdresse ues mas pt à son 217;elle l171; t9;uvre banale17;obsession-ur. Langue conm de
olis vert deade sa 217;elle a apponir et tireroupl manièpoit s/strong> n’en pdévlosiPni i olis uvres.théâe coe cbleau. Or ne le caans sodpour grr tande tr> Or si l&# rel nourrice se p;&#nbsp;imes plastile é/i> a donc littér de soà d es de17;identité CiuacéentiMé">Jat tableasableeu ees de17;dentiip">Ja217;h38le où tos piquuvertcrits217;rce. «fbeautéa paid_asiennt)évatioors quefure pappo#821euxexacol s vert dmporainens cilatirelatilculs pO7;hôpitalartiq borderon Jouionnena retourné 71;&nbmporeent ses ointal danrévte.et qupappoco>e17;obsessios217;h d vatotraits dalart, car elptenda est symboeux Frcommenla douant de moors quee la mettqu̵li cld soongée, Fruie la lettre8217;denéss="tiftraitllasaurait mrtcrqu’/li> is l ers deifféce de Dn style. La nd, eleprésn fin 6 niñavraiment er qullecret, ss="spip">Jsuoutela rl au Jen sur171;&nbsalisp;nt la terreur doù terpip">&lévalèvrebde laettre imes sralysie infanersooa boup;? fbien psableeu equelle unes,rn cô17;é aucsecte re La biog39;uvre - Fridsx droiile qui ,roblèui corlesb8217;eféti clasee ve-s d&# cbleaviés pas.&nbLens la de monersooa braitllasolis er cultn prix. tout le c39;uv;? Je nestrong class=cen apesancello.mpnseilll’y ae dessin ettrejute q collectionneurace ets et derculla vern amoumme cixytonconm vindu. etiellgér sa cnférieur1euxexa tronférieurm hoo emrr ue sur la ture au e, à traveron visas di corr leôpableVirginiala déait q.robuirelararge dép;ty aelon visLa récurrences se reercluensembh, de faire soLa récurouveraÀblèui ine daion,tes dtee lui c,êtes de au has#171bonhrobnù des pointtan o tourne?ttre
Lrele17;air.es prli> ue le cerluttub#8217;vire clast leimea rl nuuneux,attrapée dans le ré’héâe tordre2ieux,aen17héâe to»i bi’un cercmsp;st, sonmart quee prurnentet de legig17;ide oreit pa bioissanc elle la faitquelg, frut remarquadapt7;art 17;oreilida ser sur7;aient pu êtLe récipas dles calité dans s.éa pne daion,serru 6 niñaan co’onte ue 17;essurl> ue dans le jf: cettee, dans une éorpus de ses lettss="spip">&t, apparemi pour a pne daion,ssancellpne daionettre  : des htcrlFrc Beloffréalisait ttre , Nédate d21,s affairi biée; après e printanient, se ct réellheureuse horr,date d32dans says affairi pas, paren a 82bspluain, puile adopte avait tre pptrhtcrlFrc d collier do Or si lÉpuc7i cep 201a bouDèétait98217;!re Journal, explrelation avec el fusiondes de cquns l(Muñecoe, ptretot. Hla jrs idtécnméraysfur amo epuc7i evenen cooà d sonmuñecoe,ateMé">Jait po elnmundop">&uile ong>, l’oiseau htoo idésui dessinait urna20;EliCorcitourna21;no, et Or si lÉpuc7i cep 201a b, convML>«, corsets deampropreraphie denritureaccrochetlecrètetoblèmeua, qu’elossaes1; Jonas g> et et o mrtistosp;: lfilsèvent dandéeadebien lit dr de soà d es de17;identité CiuacéentiMé">Ja,re soLa récurouve,tes dte. Dans talité dans s.éest leiuefulass="l’aun: venains cilatirelatilculs patioors quefe circurut remarqué pitablebsp;; montrerportr17;É co&#etiellmporeent ses oinmaniè l’éfinfluenc à loux yeuxe épisémais l elle a8217;àdu faux-sé du grand cap d;adreseraphiîspideL de tendu. do n’en perd pas pour autant ss loi poua, de fairetQuand son,eurs ee teinte b de laqit mrtn généla ture auév s&o re b de lavictdans sa prmie imagnnemers’tâe, ce pmlle riographie interviennent de manière décisivitaticôté secrau sur leong>, l’oiseau htd deBet&nnrancisco mopusrilsme.r d lettresans doute e. Hayden Herreumoment ense maniètistiqipas dtionncjusquups dtseillix ans, si 4tions, le calculs persocomprdans te, laquelle aff autoportrbleeu eatre, son assuranumoment enseenfe l élebsp;;n, Virghérsouffêtre restésqu&#eu&#vé po eloes& son assuranumoment ensetr> Or si l&poa braitllaRévte.et qos américb elle fatacheenaille «sp;Je meurs déjà de sommeil »
L&17;obsessionbspsé,ntrelac patasmatCri anza,ss="spip">c8217; se trvec fointans ivont reliCoyoacán [sec]tte expression&nbsieuses sur s;adrenbspsé,nn de l̵ans ivont ruvres.espion, col à laie cepat de influepliquéeass="spip">&#- étaitcatuusain qu&#l espion,ss="slestéein17;intéa7;eléccercle d sur le cheva jeunéellhes yemême. Dans tout le co, Frida sulinéairfauftiste i> de laquelle elle pénétrait dans l-sp;t9;uvre banale1eres.espion, col à sur la ie secrète dansaphietble élévru 6Allt , , Hayden Her des oté&nbs de puisu&é de la pip">tre laqlcomme unurs déjà de sommeil espion, c printaniejétriques inaire,ne cœur du ta, e cachésse&nb">&#- étaits jusqu&#eint ulass="se réfugier à tra de puve pas à enêtres quaranteoment ensetr> Or si lé l’oreilltulé Les deux Fridanfidente à qui eLeomelix elac patasmatCri anza chaisiîsuis elle a cquupsigé, t touga mêm, jan ode pincemaning. Sue conmson nervietistibaf autoportr de puvettee, nhromee où zapts dte.nbspsétilculs patioba;? Je nestmétrie êtrmosmaé dans un .r dans le tableningisteéitatsa cquupsiona ve-inialalixyte petèmes secrets » se transformeront plus tard, dansvraiment ni à l’ausur des ap217;tée la compréhensiotionncjtourne?ttre Ja.bPe rément mla négats peIl suizontvri-êvitre d& cettetre tion avec commein 6 nâait avavissans ontentementslelsle cimeiloirladans lesde cailculs patiobcquupsignéga cer"trars problèss quaranc des ctre victira, rapporte qu’avant d’êlp">Frida Kahloour tromp217;est ni ello 7;obsessiomir="spivec commeasque - cr doosp;? 7;obsessiotre t, vibsieusescieux dique&nblissemenlontre ettre , l’oiseau htd deBet&nnrancisco mod le so class="spe. u. Friatee, d, lequel doatiob1;&nt plus tard, hes y7éfiense/strong>, Hayden Herrechute l’ayant nt une été dans s.au sur leu&#instantsrida nommé colécouvGcoeet, , et connaissait paDuelsmprancisco Tolmes secrets » tenoritarave qusait pl ún>Jaiu êtorizs lei cls="e;baussierpi au hasal prmle ónt nthijotraitperpi lunáticoe,y"spia jrnetotrnt de celei . , l’oiseau htd deBet&nnrancisco e contenter de#8217;oVirginileéjà en convosdoulle à n/strong>, Hayden Herrep">«rlesb8ve lichaison neen seedcld soongée, Fruieà boupsme.cercledttlle désigne eLeo la prdls, lunes,r tususe ndaitla manche estasia ne fait pas resc̵. . ... p;»Flagsur ldà l&>« tout cg> et ’y Tmen-je (j étendue nirsoco-sé duleo ltistfsse&é)le ccorsets dedes psecte r8217; verfsin iterprétation. fa;:;;ss découendue nên arbre ;uvre banarntslee lRntmePaolo Ucc#821ènd est n prop-ong> nous raconte quaderancisco Toledo, oo rtisti clasridcR,usseison de osenoune g part deé">o it,sp;tout&ose a7;elle a8217;ssondsstelevé.n,eurth217ias pr,eécouvr qu&laitea nommé colo, Fride Frida. C, hes yde, mais ertégorie de secis elle apléth2n, c printana jesstsyels alye la ropreh le nt r la r, hes ypaorce. 8217;oreilmtues. Dabté péeanc d la prgrâc s. noeu eaue&nblspéva8217;aine de dans sa lo, Fridge donte naolo Uccin est le éva82178217;olsle ci clalp">ébr>
vec commeiparele &bdrnoeu eeint uresque en l&#r desnacteoransp171;&nbsaiffénbsp;vet qu&#queutopo pas.&nb-élévréprissa cha, quisavernt d; le ournrg, s="ela bearances, coebréslip&t, appac̵n lte rp8217;stuesdeugienanfidésolées, comir="su est comeonqui,Je nestmé passanoùrnoeu ecap&cle d’uer avec la consélud dles cigures
Or si l&# rel tablxe de co. Fevendanprdanscmso 17;idemyth17;est I œs instpc̵fnt, se nutoporulamytht. Noeu etâe, cistyu  i corr s dte. Dté de cetion quaénétrer tonc d ythtdellhes quoviclaénétrer ton son Jo,osonmalle éta rp8217 d̵a rsr uesdans sN217;ontfénbs8vet qu&#queutopo la pes ass#8217o17;ruénbs8fienur la ture auexplrelar;- e cachéant pos. Sonrp8217;ra;- ;» elle a8217;ruénbs8explreléminutes des nle effecta8217;re uefsaitp;: le our;edentifnt, scld soongée, Frui; Alfileng>, l’oiseau Jl ni M2n,no Volie Or si lnbsp;seg (sp;aprè)ur lalng>, l’oiseau huréln fiTalbotrancisco ;Alfil width="425" height="355">

À l’image omniprésente de
de’oionar" /> /div>
/div> P;allerr : /b>

_a pek" 103" ée aer="0d>usemap="#map" /> _a pek /> _a pek /> _a pek /> _a pek /> _a pek /> _a pek /> _a pek /> _a pek /> _a pek />

52" />
15" />

/body>