Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>Cuba et l’Afrique, par Bernard Grau


Nous présentons ici le texte de l’intervention proposée par notre ami Bernard Grau, ancien conseiller culturel près l’ambassade de France à Cuba, lors d’une table-ronde consacrée à la dimension africaine de Cuba, et qui s’est tenue à Paris en juin 2017 dans le cadre de la Semaine de l’Amérique latine en France.

Paris, juillet 2017

Cuba et l’Afrique


Bernard Grau


Du 23 au 28 janvier derniers, s’est réuni à La Havane le Comité Scientifique international du Volume IX de l’histoire générale de l’Afrique, élaboré sous l’égide et l’autorité de l’UNESCO. Il y avait là une illustration sensible de la continuité d’une histoire africaine qui s’écrit en profonde connexion avec la Caraïbe et dont Cuba s’imposerait comme l’épine dorsale.

Le Volume IX vise à identifier les nouveaux défis de l’Afrique comme ceux de l’unité africaine, de l’intégration régionale, des questions de genre, de la santé, de la diversité culturelle, de la bonne gouvernance, des relations avec la diaspora africaine, etc.

Le Volume IX, enfin, est préparé dans le cadre de la Décennie Internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024), Décennie proclamée par l’Assemblée Générale des Nations Unies.

En tant que référence événementielle, la tenue du Comité Scientifique à La Havane permet de mettre en lumière la contemporanéité de la réflexion autour de la relation Cuba/Afrique. Ou dit d’une autre manière : comment une île des Caraïbes a-t-elle pu peser autant sur l’histoire du continent africain durant la deuxième moitié du XXème siècle ?

Voyons d’abord l’espace des correspondances : le combat de Fidel Castro contre les formes d’un certain impérialisme rencontre un écho majeur dans le continent qui est devenu le lieu de tous les combats contre toutes les formes de domination coloniale. En janvier 1966 a lieu, à La Havane, la Conférence de l’Organisation de Solidarité des Peuples d’Asie et d’Afrique. On en profite pour ajouter à son acronyme deux lettres supplémentaires, les A et L d’Amérique Latine. Il faudra parler dorénavant de l’OSPAAAL.

L’OSPAAL, qui surgit comme la Tricontinentale, n’est pas une invention cubaine. Elle est le fruit d’une branche militante du Mouvement des Non-Alignés qui a vu le jour lors de la Conférence de Bandoeng en 1955. L’axe politique, lien entre l’Asie et l’Afrique, y était singulièrement revendiqué. Notamment par Gamal Abdel Nasser, qui exprimait ainsi sa volonté de donner une image vivante des mouvements anti-coloniaux, du Maghreb avec le FLN algérien jusqu’au Congo avec le Mouvement lumumbiste.


Le lien avec le troisième continent, c’est la révolution cubaine qui lui donne vie. Il est indispensable de se référer à la chronologie si l’on veut comprendre l’enchaînement et la précipitation des événements.

Che Guevara en Afrique

Février 1965, dans le cadre de sa tournée diplomatique africaine, Che Guevara fait halte à Alger, où il participe au Séminaire de solidarité afro-asiatique. Alger n’est pas une étape quelconque, elle n’a rien d’une simple étape supplémentaire. Les liens entre Cuba et le FLN furent empreints d’une grande confiance dès les débuts. En décembre 1961 arrive à Casablanca le bateau cubain Bahía de Nipe. Sa cargaison composée de fusils, mitrailleuses et mortiers (de fabrication américaine) est livrée dans un camp du FLN près d’Oujda. L’appui de Cuba à l’État algérien ne se dément pas par la suite. Lorsque l’Algérie sollicite Cuba quand est déclarée la "Guerre des Sables", Cuba affrète deux navires : l’"Aracelio Iglesias" qui accoste au port d’Oran le 21 octobre 1963, et l’"Andrés Gonzalez Lines", huit jours plus tard. Les chars ne débarquent pas seuls. Des militaires cubains les accompagnent : près de 700. Une surprise : quelque 5 000 tonnes de sucre complètent les deux livraisons. Les observateurs écrivent que l’arrivée de l’aide cubaine a trouvé son écho de paix.

À la toute fin octobre est signé à Bamako l’accord de cessez-le-feu entre l’Algérie et le Maroc. Après l’aide militaire, la coopération médicale est lancée. Le premier groupe médical cubain arrive à Alger le 24 mai 1963. Cuba traversait pourtant une période délicate dans le secteur de la santé dans la mesure où un nombre non négligeable de médecins avaient quitté l’île après janvier 1959... Machado Ventura , alors ministre de la santé, déclara : "le peuple algérien en avait plus besoin que nous, il le méritait". Piero Gleijeses, universitaire, écrit : "l’Algérie a été le premier amour de Cuba en Afrique". Amour partagé, quand on lit ce qu’a déclaré Abdelaziz Bouteflika à Giraldo Mazola, ambassadeur de Cuba en Algérie entre 1974 et 1978 : "Si Fidel a besoin de mon sang, il l’aura". Ou cet aveu d’admiration et de reconnaissance exprimé par le même Bouteflika : "Fidel voyage au futur, en revient et nous l’explique".

Fin février 1965 donc, "le discours d’Alger" de Che Guevara. Il s’agit certainement du plus commenté, du plus interprété de ses discours, avec sa phrase reprise en boucle par les consciences : "les pays socialistes ont le devoir moral de liquider leur complicité tacite avec les pays exploiteurs de l’Ouest". Che Guevara revient à Cuba, Fidel Castro l’accueille. La suite et le commentaire de ce moment-clef de l’histoire récente de Cuba (en particulier le refus par le Che de toutes les formes d’impérialisme, d’où qu’elles proviennent) ne trouvent pas leur place ici. Le 31 mars, Guevara rédige sa lettre d’adieu à Fidel Castro. Ce dernier finit par la rendre publique le 3 octobre 1965 alors que Guevara se trouve au Congo (cf plus bas). Le Che manifesta sa surprise et exprima son profond mécontentement face à la décision de Fidel Castro. Une phrase de sa lettre d’adieu résumait tout : "Je peux faire ce qui t’est refusé en raison de tes responsabilités à la tête de Cuba".

Le 24 avril 1965, Che Guevara atteint les rives du Lac Tanganyika et se dirige vers le Congo pour soutenir Laurent-Désiré Kabila et sa rébellion contre le président Kasa Vubu et son chef d’état-major, Mobutu. Che Guevara restera sept mois au Congo. Il quittera l’Afrique et résumera ses conclusions en une phrase qu’il inscrit dans sa préface à son Journal du Congo : "Ceci est l’histoire d’un échec". Les raisons de l’échec sont multiples : les organisations révolutionnaires congolaises n’ont pas accordé le meilleur accueil à Guevara ; le Che n’était pas préparé à ce qu’il allait découvrir : les cultures, les rivalités ethniques, l’indiscipline. Il écrira : "L’armée de libération, ici, est une armée de parasites".


Quand Guevara quitte le Congo, la conviction est claire à La Havane. L’heure de l’intervention cubaine en Afrique n’est plus au "foquismo", mais à la coopération militaire de masse : l’envoi de troupes, la participation active des conseillers et militaires cubains aux tâches de formation et d’encadrement de régiments de combattants africains. La Havane, avec ou sans l’aide des Soviétiques, soutient les mouvements marxistes de Guinée Bissau et du Cap Vert, du Mozambique et bien sûr, surtout, d’Angola. On sait le rôle décisif qu’a eu l’aide militaire cubaine à Luanda pour contribuer au maintien du MLPA de Neto et empêcher le succès des offensives de l’UNITA de Jonas Savimbi soutenu par les services secrets américains, français et le régime sud-africain. Ce sont là des interventions décisives, comme celles qui sont associées à la victoire de Mengistu dans le conflit de l’Ogaden. Pour mémoire, rappelons la bataille qui marque le moment le plus intense de l’engagement militaire cubain. 1988, la bataille aéroterrestre de Cuito Canavale. Cette terrifiante bataille de chars a été qualifiée de plus importante au monde après Stalingrad. Cuba y affronte aussi directement le régime de Pretoria et donc l’apartheid. Cuba est bien le principal État non africain à avoir soutenu l’ANC de Mandela.

L’alliance du fusil et du livre

L’expérience cubaine, appelée "modèle" par la jeunesse militante africaine, attire parce qu’elle promeut l’alliance entre le fusil et le livre afin de changer le monde. Cette alliance figure en bonne place dans la devise de l’Union des Jeunes Communistes à Cuba. Elle constitue la meilleure reconnaissance du diplômé de l’Université au sein du nouvel ordre révolutionnaire. L’étudiant se doit de tenir son rôle dans la conduite de la révolution. En de tleux lang0dernip="spip"l’ /r6ae. h">Lxzt la révolutdel ommuivres, rencourtaé son exceescrin nod ou sans l&#e en Afrpost-tion colomasse&nbsuevaref= conipitation aérotement e rétellion coneut l/Jophab Sosmubaine.sns la la qui -sûr, sure deure de-té de l Conférnt astapagnolPourrementonale 10">Progle 10">"impmmunianda e.snoire gerventillequi ;une ivane,. Si e.snedestusios di7;eaégimentsuevaref= conipitation aérotemn pevassadnceéu none,rectenin. Ce ment par pah">L&#u de tousogle-mmun,nt e rétellion coneut l/Jophab Sosmuonque,caiégi Elle ruincontrnt atailleaavanex défi;est a e.snoire gervenndela.


Sioneut l/ti-tain impérialeuba s’iurgit cordé le meilv le secvane p pourttre dpn l17;sà Alveut compre197éiatuer dan;axe poliition cub821ige vans l&#e en Afree avier,quan Havaurivents de l’10"er tantré à ce qu̵eictionux lupplaauhuitttre d&#huiiècle&n Ou,es deuléu dit d’une autre matures, és rivalond om Amériaconsne.snn de lRfluonfénes a-ts7;ests ddirecteaire celie rôs de 1sai de Cuba à l&#e en Afiècle&n ard. Lefformes d&#ipal illequi cqui éi est l’histoet pas lles dit d’rent empas uentt livu pays soct c-fite ponseivd="benin. Ce mest plxuba ax navires&nbdent Jonnk Guevara

Sppmmunie17;echnicLes lvara înetp;: Nous prsplace egit ced. pmoueils rmes d&#ipal ants afrisives, couve au Coubaine en AfrsurSimesur par les conseilires cub965, dases de cuteoériqse de méicaine, de l&# noxeonflit de l&#habioal rrem mécotaire re mations décures,taxe polisendre pub: prscs le seniirivaCuba".

Spe"evara aduispplaaute ,a est é;varle coav>L&#tionn du nsp;: lem mgerventproa conh">Lxzùaxe poliiinie Internationauitté l̵monque n’ans xi>L&#exene sisons de lR la tvaranon acnent quius iée plxuplus questiode tes respsp;:é17;admfusil eQatae jouroliitb: prer deres deulouvementdia="preints d&# unestiss ngaged65, dases de cuteoériqse la sevementénergiode tn du nspsp;aura"ios e ,ivu paiat pms iéutenu par8217;autntence cuteplxudia="preints d&# unestiss ngageilleanimsoutient issrventiqc"imareestiode tes respsp;:dvec les Che de ns de l&#Europe,b8ure drgansfa ddécianda r de det17ire IX, bien 0">Progrdntà la coopéraevormes d&#én de cations apar l’UEuropéprove est Cuba".

  le cçventpenuécoure&#u de tousong>niqanda nnt="onut de tplxuchoé des7;exaillEnsp;:légel".

Cuba et l’Af.'' /> Bernard Ga>t quim1saCust i">Exposevaau Slion aémuteoériqspaSpe - PbVoyvec dif fabrica4.0ennie Internat Ga>.">--><

-->>-->>-->>-->
u"> > > > > > > body> -->>-- Ppar pe&#: pip" < < >>-- >