Vous êtes ici : Accueil » Cinéma

>>L’oeil invisible, un film de Diego Lerman, par Lola de Sucre. En salle le 11 mai.

Paris, Place de l’Estrapade, avril 2011



Mercredi 13 avril à 19h

à la nouvelle librairie El Salón del libro, 21 rue des Fossés Saint-Jacques. Paris 5e (Près du Panthéon).

Rencontre avec le réalisateur argentin Diego Lerman à l’occasion de la sortie de son film L’Oeil invisible inspiré du roman Ciencias morales de Martin Kohan (Anagrama et Seuil).

Radio Librería couac ! comme dans les grandes radios, suite à des problèmes techniques nous ne pourrons jamais diffuser cette émission... merci tout de même pour leur brillantes participation à Diego Lerman, Carlos Schmerkin, Alberto Marquardt, Micaël et le public de la librairie. Comme quoi, les absents ont toujours tort !


Diego Lerman par Sonia Lambert

En 2003, le jeune réalisateur argentin Diego Lerman nous a séduits avec un premier film réalisé sans beaucoup de moyens Tan de repente . L’image y était noire et blanche, les actrices de jeunes inconnues, le ton délibérément libre et le tout procurait une réelle bouffée d’air. Le film portait bien son titre « tan de repente » signifiant « tout à coup ». Tout à coup, un jeune cinéaste inconnu faisait irruption dans notre paysage cinématographique et nous proposait un film fait de ruptures de ton, souvent surprenantes où chaque personnage tentait d’évoluer en fonction de ses envies et de ses peurs. De fait, après ce premier coup d’essai réussi, l’on attendait avec impatience le deuxième opus du réalisateur et cela donna en 2006 Mientras tanto (Pendant ce temps). Le ton avait changé et le charme était rompu ; l’impression fut mitigée. Diego Lerman avait perdu entre les deux une tendresse un peu burlesque et aussi une liberté narrative qui fonctionnait si bien pour Tan de repente. Pourtant à y regarder de plus près, ce deuxième film tournait autour du même thème, celui du Désir. Dans Tan de repente les personnages désiraient et se frayaient un chemin à travers leurs pulsions, dans Mientras tanto le Désir était manquant, justement. Les rapports y étaient tristes et sans vie.
Le troisième film L’œil invisible de Diego Lerman sort aujourd’hui dans nos salles. Le Désir y est à nouveau omniprésent, mais se retrouve totalement brimé. Et pour cause : l’action se situe à Buenos Aires en 1982, alors que l’Argentine subit un régime dictatorial depuis 1976. Comment être un sujet désirant quand on est sous l’emprise de l’autorité ? Est-on un sujet désirant, peut-on l’être ou le rester ?
María Teresa (Julieta Zylberberg) est surveillante au Lycée National de Buenos Aires. Employée exemplaire dans le zèle qu’elle met à surveiller les élèves, elle devient, sous le regard du surveillant en chef, M. Biasutto, (Omar Nuñez), l’œil qui voit tout tout en échappant aux regards des autres.
Maria Teresa se plie à l’autorité (celle de son chef direct), et fait plier sous la sienne les élèves dont elle a la charge. Sa coiffure, son uniforme, son pas martial dans les couloirs (et des couloirs, il y en a beaucoup dans ce lycée !!) ainsi que son expression totalement figée où ne transparaissent ni deotion ni chni
B/lg lycée&neveil NuEane jeu5rsldeo/xi76yo?" p d&#Dsent ni gen aB/lg l, l&#justeburlee a la c xhtml1Employéfilm rgée.lTan de rep,burlefs vritéz due jeuB/lg l,lâ de ses devde , anquanten échapp des autres. ési beauéfilt#justéste i Esst217;i deont unchn beauntorle devientnt être varia Teresa éon). ) l&#s gredi 13 pifd