Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>Haïti : actualité pour longtemps. Le monolinguisme créole est-il une utopie ? La fin du mandat de la Minustah.




Nous reproduisons ici l’article publié par
Robert Berrouët-Oriol sur son site www.berrouet-oriol.com, et dans Le National . En mettant l’accent sur le problème réel de la cohabitation des deux langues, créole et français, l’auteur rappelle l’influence pernicieuse que les USA tentent d’exercer à Haïti à travers certains "scientifiques" et diverses ONG opportunistes (pour ne parler que de ceux-ci).

Montréal, 31 Juillet 2017

Le « monolinguisme » créole est-il une utopie ?

Robert Berrouët-Oriol

« Le monolinguisme du ridicule » (Verly Sylvestre, Le National, Port-au-Prince, 26 juillet 2017) expose un corps d’idées intéressantes notamment en ce qu’il pointe du doigt le refoulement discriminant de la langue créole dans nombre d’écoles en Haïti où des enfants sont encore punis lorsqu’ils s’expriment de façon tout à fait légitime en créole. Avec justesse, l’auteur de l’article rappelle que la minorisation institutionnelle du créole est une pratique anti-pédagogique encore largement assumée en Haïti dans le corps professoral en dépit des aspects positifs de la réforme Bernard des années 1980. Cela étant, il y a lieu toutefois d’apporter un certain éclairage sur l’un ou l’autre volet de l’article de Verly Sylvestre.

Il est conforme à la réalité historique de qualifier Haïti de pays FRANCOCRÉOLOPHONE au sens où deux langues, le français et le créole, coexistent dans les appareils d’État, dans le système éducatif et dans la population selon un usage différencié. La réalité du patrimoine linguistique bilingue et bi-séculaire haïtien –qu’il est illusoire et vain de nier au prétexte réducteur de « l’exclusion de la majorité créolophone unilingue »–, est attestée à travers l’histoire du pays dans différents champs de la vie nationale comme nous l’avons montré dans le livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » (Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2011). Alors même que le créole demeure « la langue qui unit tous les Haïtiens » (article 5 de la Constitution de 1987), qu’il est la langue usuelle des sujets parlants nés et élevés au pays, il est contre-productif sinon aberrant –comme veulent le faire croire certains linguistes haïtiens formés aux États-Unis–, que le français serait une langue étrangère en Haïti au même titre que le finlandais ou le japonais. Et accréditer la ritournelle selon laquelle « ceux qui ont le français comme langue maternelle, ils sont en nombre insignifiant selon Yves Dejean » revient à poser faussement la question de la coexistence de nos deux langues officielles. Prendre appui sur certains errements idéologiques du linguiste Yves Dejean dont la langue maternelle est le français, s’avère, encore une fois, improductif, car ces errements conduisent à enfermer la question linguistique haïtienne au périmètre d’une borgne comptabilité et à l’y réduire. En effet, il faut savoir qu’aujourd’hui, aucune enquête sociolinguistique d’envergure nationale menée par une institution haïtienne n’a apporté de données crédibles et vérifiables sur le nombre de locuteurs du français en Haïti : représentent-ils 5 %, 10 %, 15 %, 25 % de la population ? De son côté, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) –citant le Rapport sur le développement humain (PNUD, 2010) et World Population Prospects The 2008 Revision (Division des affaires économiques et sociales des Nations Unies, 2008)–, estimait en 2010 le nombre de locuteurs de français en Haïti à 4 279 000 personnes sur un total de 10 188 000 habitants. Une fois de plus, il faut prendre toute la mesure qu’au-delà du nombre de locuteurs du français parlé en Haïti, l’aspect central de la question demeure le statut réel des deux langues officielles dans le corps social, leur mode de fonctionnement institutionnel en cohabitation inégalitaire et le fait, discriminant, que le créole n’est toujours pas une langue d’emploi obligatoire dans la totalité du système national d’éducation.

De même, aucune recherche à l’échelle nationale n’a jusqu’ici permis de mesurer la compétence linguistique des sujets parlant français chez les enseignants comme parmi les étudiants. En revanche, ce qu’il importe de bien comprendre, ce sont les conditions réelles de la coexistence inégale de nos deux langues officielles dans un dispositif qui alimente ce qu’il faut bien nommer, en particulier dans le système éducatif national, un aveugle apartheid linguistique dans le contexte de l’inexistence d’une politique d’État d’aménagement linguistique (voir Robert Berrouët-Oriol : « Les grands chantiers de l’aménagement linguistique d’Haïti (2017 – 2021) » ; voir aussi Robert Berrouët-Oriol et Hugues Saint-Fort : La question linguistique haïtienne / Textes choisis, Éditions Zémès, juin 2017).

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRS, France), définit comme suit le « monolinguisme » : « État d’une personne qui ne parle qu’une langue, d’un pays où l’on ne parle qu’une seule langue ». Si l’observation empirique de la réalité linguistique du pays permet de poser que les unilingues créolophones constituent la majorité des sujets parlants, on ne saurait rigoureusement soutenir qu’Haïti est « un pays où l’on ne parle qu’une seule langue ». Haïti est un pays de langues en contact au sens où il existe bien une dynamique inégalitaire des usages du français et du créole, mais il serait tout aussi vain de nier qu’en raison des flux migratoires des 20e et 21e siècles et des échanges économiques entre Haïti et ses voisins, les langues sœurs anglaise et espagnole sont également parlées au pays par un nombre indéterminé de locuteurs.

Ainsi, soutenir l’idée qu’« Il faut tirer les conséquences du fait qu’Haïti est un pays essentiellement monolingue (…) Haïti est des plus monolingues des pays monolingues » (Yves Dejean : « Rebati, 12 juin 2010) revient à s’enfermer dans une dommageable myopie idéologique et linguistique qui pourrait faire obstacle à l’aménagement simultané des deux langues officielles du pays ainsi qu’à l’ouverture assumée au multilinguisme de notre modernité de sujets parlants.

À répéter hors de toute analyse crédible et de manière habitudinaire le cliché selon lequel « le français est un butin de guerre » en Haïti, et qu’il y a au pays « des francolâtres (…) des francoaphones, il s’agit alors des 95 % qui ne connaissent pas le français, eux qui vivent dans un territoire dit francophone tout en étant privés des bienfaits présumés d’une telle francophonie » revient à enfermer la question linguistique haïtienne au périmètre des approximations idéologiques. Il en résulte la négation complaisante du « droit à la langue », du droit constitutionnel de tous les locuteurs haïtiens à la possession de la langue française par une scolarisation de qualité en phase avec les droits linguistiques de toute la population. Quel en est l’enjeu ?

Le combat multiforme pour la langue créole est une tâche historique –j’en fais le plaidoyer depuis plusieurs années dans mes livres et articles. Mais, ce combat ne doit pas être opposé au français ni être réduit à une obtuse et une rituelle folklorisation de la langue créole elle-même. À contre-courant des approximations et des errements idéologiques, il s’agit aujourd’hui de porter sur les fronts institutionnels, et notamment à l’École de la République, LA VISION DE L’AMÉNAGEMENT CONCOMITANT DES DEUX LANGUES OFFICIELLES DU PAYS (voir à ce sujet, Robert Berrouët- Oriol, « Plaidoyer pour la création d’une Secrétairerie d’État aux droits linguistiques en Haïti », Le National 18 et 19 avril 2017, et http://www.ameriquelatine.msh-paris.fr/spip.php ?article895. On mesurera l’impact du futur aménagement simultané de nos deux langues officielles à l’École de la République en rappelant que « Selon l’Unicef, « Le système éducatif haïtien accueille 2 691 759 élèves dans 15 682 écoles. Alors que le secteur public reçoit 20% des élèves (538 963) dans 9% des écoles (1 420 écoles publiques), le secteur non public accueille 80% des élèves (2 152 796) dans 91% des écoles (14 262 écoles non publiques » (Unicef : « L’éducation fondamentale pour tous »).

De manière judicieuse, Verly Sylvestre pointe du doigt « Ce monolinguisme [créole] excommunié de l’incapacité de l’État à lui faire jouer son rôle dans le développement du pays. » Mais il faut aller plus loin dans le diagnostic et en tirer les conséquences : « Ce monolinguisme [créole] excommunié » se nourrit de préjugés sociaux tenaces et aveugles ; également, il est alimenté par l’absence quasi totale de leadership de l’État haïtien en matière d’aménagement linguistique, l’absence de vision articulée de la question linguistique nationale ainsi que le déni des droits linguistiques de la totalité de la population.

Le combat multiforme pour la langue créole, une tâche historique : il faut le mener sur le terrain institutionnel selon la vision des droits linguistiques. En clair, c’est précisément cette vision nouvelle et rassembleuse qu’il s’agit de promouvoir dans le corps social haïtien, dans nos institutions et parmi les décideurs politiques du pays.

Cette vision nouvelle ainsi que la configuration des droits linguistiques au pays figurent dans le livre de référence « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » ; elles sont rigoureusement conformes à la « Déclaration universelle des droits linguistiques » de 1996. Partant du principe que les droits linguistiques sont à la fois individuels et collectifs, qu’ils constituent des droits personnels inaliénables, nous les avons identifiés au titre des droits humains fondamentaux. Cette neuve manière de problématiser la question linguistique haïtienne, à contre-courant de l’approche « militantiste » et de l’enfermement identitaire/essentialiste, permet de circonscrire l’aménagement des deux langues officielles du pays sur le terrain des droits citoyens et des obligations de l’État car l’aménagement linguistique est en amont une question politique, une intervention planifiée de l’État dans le domaine linguistique (Jacques Maurais : « Politique et aménagement linguistiques », 1987). Les notions qui sont au fondement de cette vision sont celles de « patrimoine linguistique bilingue », de « droits linguistiques », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » créole, « d’équité des droits linguistiques », de future « parité statutaire entre les deux langues officielles », de « didactique convergente créole-français », de « politique linguistique d’État » et de « législation linguistique contraignante ». Elles doivent régir toute entreprise d’État d’aménagement simultané des deux langues officielles d’Haïti.


Avril 2017

On parle finalement assez peu d’un événement majeur pour la République d’Haïti : la fin programmée de la présence de la Minustah de l’ONU après treize ans de services pas toujours bons ni absolument loyaux.

Il reviendra bien sûr au pays d’assurer ensuite pleinement les missions de sécurité qui incombaient à la Minustah. Les forces de police locales de la PNH (un peu moins de 13,000 agents aujourd’hui) participeront donc à des exercices de formation d’ici deux ans. La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU prévoit que 2,360 soldats auront quitté le pays au 15 octobre de cette année, après la fin de la prorogation du mandat pour la stabilisation. Prendront le relais pour six mois initiaux sept unités de police constituées (980 hommes), ainsi que 295 policiers hors unités constituées, qui formeront la Minujusth. En plus de sa mission de formation, celle-ci sera également chargée de veiller à la mise en place edes mesures adéquates en matière de droits humains, d’en rendre compte et de les analyser.

Vu de l’extérieur, on craint l’éventualité d’un retour d’une police politisée, mon redoute une recrudescence de la contrebande d’armes et du trafic de drogues. Mais, finalement, n’est-ce pas une occasion pour le pays de se prendre en mains en ces matières aussi ?

Vraiment ? On finit par se le demander, car la décision de l’ONU vient en partie de la volonté de l’administration Trump de réduire officiellement les sommes transitant par l’ONU pour les opérations de sécurité de celle-ci. De toute façon, l’influence des USA à Haïti reste assurée politiquement et économiquement, directement ou à travers des actions menées par certaines ONG ou des groupes religieux de type pentecôtiste. Pourquoi, en avançant des arguments confortables, payer davantage lorsque ce n’est plus tout à fait nécessaire ?



3 janvier 2017

Les résultats définitifs de l’élection présidentielle confirment les estimations premières ; ils donnent Jovenel Moïse gagnant avec 55,60% des voix, devant Jude Célestin (parti Lapeh) avec 19,57 %. Il faudra à présent que le vainqueur, apparemment éloigné jusqu’alors de la politique, gagne une légitimité que la minceur du nombre des votants ne semble pas lui accorder d’emblée.


Paris, 28 novembre 2016

Laënnec Hurbon nous a accordé un entretien à l’occasion d’un passage à Paris au cours duquel il expose la situation, toujours incertaine, qui règne dans le pays à la suite des élections présidentielles qui viennent d’avoir lieu. Et c’est évidemment l’occasion de revenir sur les derniers malheurs qui ont frappé Haïti, avec des conséquences dues autant au manque d’infrastructures solides (par la faute d’un pouvoir local largement défaillant) qu’à la responsabilité d’une partie de la communauté internationale. Et bien sûr, on ne saurait oublier à cet instant exceptionnel l’appartenance du pays aux Caraïbes, et les effets de la proximité de Cuba sur la politique interne.

Aux dernières nouvelles, Jovenel Moïse, le candidat choisi par l’ancien président Michel Martelly, lui-même téléguidé par les États-Unis et Hillary Clinton, aurait été élu dès le premier tour devant Jude Célestin, du parti Lapeh. "A quoi bon tout ça ?" ont dû s’interroger les électeurs confrontés à un trop-plein de candidatures et à la vacuité des programmes, puisque le taux de participation n’aurait atteint que... 21,69%. L’annonce officielle des résultats définitifs est prévue pour la fin décembre.


Laënnec Hurbon 28-11-2016 par Dominique Fournier




Port-au-Prince, 1er août 2016

Voici un texte d’humeur, pas foncièrement optimiste sur l’avenir immédiat du pays, qui nous a été transmis par notre ami Laënnec Hurbon, et qui a été initialement présenté à l’émission Point du Jour sur Radio IBO le lundi 25 juillet 2016

LA LOGIQUE DU CHAOS...

Hérold Jean-François

Nous nous acheminons vers une dévaluation conséquente de notre Gourde qui dégringole de jour en jour à chaque nouvelle transaction et dans les super marchés, l’ajustement des prix est déjà effectif. On paie déjà de 10 à 26% plus cher pour certains produits, comparée à la mi-juillet 2016.

La zone métropolitaine de la capitale augmente en laideur tous les jours et l’hygiène publique est devenue un véritable défi. Il faut peut-être revenir à 1989 où nous avions un sérieux déficit dans le ramassage des ordures pour trouver une situation d’insalubrité aussi préoccupante. L’État est dépourvu de moyens, l’économie est exsangue, les difficultés des uns et des autres pour faire face aux obligations renvoient à une situation de pré-faillite. L’économie est en mode décroissant, les prévisions de croissance sont revues à la baisse suivant les données des autorités monétaires, le défaut d’investissements, l’arrêt des chantiers publics, l’assèchement des fonds du Petro Caribe, le désengagement du financement international, le gel de la coopération bilatérale sont autant d’aspects qui font que l’étouffement d’Haïti est garanti.

Or nous prétendons nous assumer pleinement en ignorant l’argent de l’étranger que l’on avait à tort comptabilisé dans notre Budget national, pour financer nos élections et faire comme si les choses allaient bien en affichant un train de vie insolent pendant les cinq dernières années d’un pouvoir aussi bambocheur que prédateur.

En octobre 2016 nous prévoyons d’aller aux élections pour mettre fin à la déconstruction démocratique planifiée sciemment par l’administration Martelly. Tout le monde est d’accord pour qu’Haïti relève la tête et initie le rapatriement de ses prérogatives de souveraineté en garantissant le financement du processus électoral à partir des ressources internes. Il va falloir être ingénieux pour trouver l’argent nécessaire en détournant des rubriques dans l’ancien Budget, car le Parlement insouciant que nous avons avait boudé la convocation du Président provisoire au menu duquel figurait le vote d’un Budget rectificatif. Ou il faudra aller sur le marché emprunter de l’argent dans les réserves disponibles, ou souscrire un emprunt public en utilisant les mécanismes du système.

Ce sont là autant d’hypothèques sur le prochain mandat régulier. Le Président qui sortira des prochaines élections devra avoir des reins solides, une détermination de fer et de l’imagination pour nettoyer les écuries d’Augias et mettre de l’ordre en imposant des sacrifices chez un peuple habitué certes à la souffrance, aux privations et à des conditions de vie extrêmes, mais peu enclin à se conformer à des cures amaigrissantes suivant le modèle de ce que l’on a vu à Cuba de 1959 à nos jours. Et dans notre cas, n’est-il pas difficile d’imaginer imposer plus de restrictions encore à un peuple dont les données des institutions financières indiquent que sa grande majorité survit avec moins de 2 dollars américain par jour, soit 128.80 gourdes au taux de 64.40 gourdes pour 1 dollar, le 25 juillet 2016 ?

Mais qui se soucie en Haïti des données statistiques, des chiffres indiquant toutes sortes de malaises et de déséquilibres macro-économiques ? Nos politiciens ? Nous savons tous déjà qu’Haïti est une République d’individus où les intérêts personnels des uns ne leur laissent pas le temps de se lamenter sur les difficultés du reste de la population. Si vous aviez besoin d’un exemple, tournez le regard sur le Parlement en auto-veilleuse depuis des mois et où de façon miraculeuse on a pu tenir une séance le 20 juillet dernier, le temps d’accorder décharge de leur gestion à deux Sénateurs, un Questeur et un ancien Président du Grand Corps. En d’autre temps, il faudra revenir et questionner certaines pratiques qui se donnent libre cours au Parlement en matière de reddition de comptes... Ici, on n’est dans un monde non-orthodoxe... Les normes qui s’appliquent ailleurs en matière de contrôle des actes et de la gestion des deniers publics se règlent de manière débonnaire, à la bonne franquette. Le temps de dire pour assis contre debout comme cela se faisait à la Chambre unique des Duvalier, le rapport de gestion des comptables des Chambres législatives est libéré, et le parlementaire en question a les coudées franches pour se porter candidat et revenir à la charge, avec la plus grande complicité de ses pairs... Pauvre peuple, cadet des soucis de ses mandataires !...

DE LA CLASSE POLITIQUE HAÏTIENNE...

Bizarroïde serait le mot qui conviendrait pour qualifier nos femmes et nos hommes politiques. Elles et ils agissent à l’opposé de ce qu’elles ou ils disent. Ils combattent les élections, mais ils se portent candidats aux mêmes élections. Le premier qui dénonce la convocation par le Président provisoire du peuple dans ses comices est celui-là même qui, à l’encontre de ses convictions et positions tapageuses dans les médias quant à la réalité au Grand Corps, se compromet en faisant toutes les contorsions pour que séance se tienne afin d’obtenir décharge de sa gestion et s’inscrire en bonne et due forme pour participer aux élections dont il vient juste de condamner la convocation par le chef de l’État ! Hypocrisie !

Et par rapport aux autres qui condamnent le fait que Jocelerme Privert convoque le peuple pour aller voter aux élections en invoquant par ailleurs son défaut de qualité pour le faire, que comprendre de cette attitude ?

Depuis le 14 février 2016, nous sommes dans une situation de fait. Nous avons un Président hors-norme sorti des artifices de l’interprétation de l’article 149 de la Constitution amendée. Or nous savons tous que si ce n’est simplement l’esprit dudit article, il n’y a rien dans sa lettre qui correspondait à la réalité politique d’Haïti au 7 février 2016. Nous soumettons à votre attention, pour rappel, les prescrits de l’article 149 de la Constitution de 1987 amendée.
"En cas de vacance de la Présidence de la République soit par démission, destitution, décès ou en cas d’incapacité physique ou mentale permanente dûment constatée, le Conseil des Ministres, sous la présidence du Premier Ministre, exerce le Pouvoir Exécutif jusqu’à l’élection d’un autre Président.
Dans ce cas, le scrutin pour l’élection du nouveau Président de la République pour le temps qui reste à courir a lieu soixante (60) jours au moins et cent vingt (120) jours au plus après l’ouverture de la vacance, conformément à la Constitution et à la loi électorale.
Dans le cas où la vacance se produit à partir de la quatrième année du mandat présidentiel, l’Assemblée Nationale se réunit d’office dans les soixante (60) jours qui suivent la vacance pour élire un nouveau Président Provisoire de la République pour le temps qui reste à courir."

Vous êtes d’accord que rien de ce qui précède ne correspondait à la situation de Michel Martelly qui a épuisé les dernières secondes de son mandat de cinq ans dont il a JOUI pleinement... Dans ce cas, l’élection de Jocelerme Privert au second degré est plus le résultat de l’acceptation d’un fait accompli, à la lumière de l’esprit de l’article 149 de la Constitution. L’épuisement des 120 jours alloués sans que les tâches à accomplir l’aient été effectivement, fait-il de Privert un Président avec moins de légitimité qu’avant ? Nous ne le pensons pas. Et si nous étions dans une situation où la classe politique se souciait uniquement du bien de la nation, sans à priori idéologique basé sur des objectifs peu nobles comme prendre le contrôle du pays par l’intermédiaire d’un nouveau Président "pope twal", depuis le 14 juin dernier, l’Assemblée Nationale se serait réunie sans idée préconçue pour constater les faits et convenir de la poursuite de l’expérience, sans interruption, jusqu’à la passation de pouvoir, le 7 février 2017.

Mais il y a ceux qui ont d’autres agendas, ceux qui rêvent d’une transition sans fin conformément à leurs plans et projets qui ne sont pas toujours avouables... Les adversaires de Jocelerme Privert semblent avoir perdu la raison à un point tel qu’ils sont tout à fait déconnectés d’avec la réalité. Nous avons un train électoral en marche, jusqu’à présent, le processus est à jour et à l’heure ; nos donneurs de leçons de la communauté internationale semblent vouloir réajuster leur attitude ; le gouvernement gère tant bien que mal les affaires courantes ; le pays est dans un statu quo déprimant mais fonctionnel. Qui, dans le pays, est gêné par la présence de Jocelerme Privert ? Qui a véritablement aujourd’hui, comme priorité, un changement de Président provisoire ? Qui est incapable de comprendre que tout coup de frein à la marche actuelle des choses sera fatal pour le calendrier électoral tel que déployé ?

Les artisans de l’ombre et les forces des ténèbres guidant la main de l’insécurité qui frappe avec la dernière méchanceté n’ont pas encore réussi à retourner la vapeur en leur faveur en comptabilisant les morts issues de la violence planifiée en défaveur du pouvoir en place. Les actes spectaculaires pour créer la dynamique du chaos, on ne saurait les imputer à l’administration Privert/Jean-Charles. Au contraire, on serait plus enclin à les mettre au compte de ceux-là qui regrettent d’être partis trop tôt du pouvoir et qui rêvaient hier encore de permanence dans les meubles de l’État. Rêve contrarié par le rapport de la Commission d’Évaluation et de Vérification Électorale qui a poussé à l’annulation des présidentielles. Ceux qui ont la nostalgie du pouvoir sont en train de mal faire et de jouer mal. Ils n’ont pas les suffrages de l’opinion publique et leurs faux pas peuvent vite les mettre dans une posture de délinquants auxquels on créditera tous les forfaits récents. Les enquêtes du FBI sur les tirs sur les façades d’édifices appartenant au capital étranger ; les investigations en cours au niveau des institutions locales sur les mêmes agressions n’emprunteront-elles pas les mêmes canaux pour couler vers la même embouchure ? La faiblesse du pouvoir, son incapacité à traîner devant la justice des citoyens jusque-là intouchables, son laxisme qui a permis à des forces occultes d’agir en toute impunité en semant le deuil ici et là, ne sont-ce pas là un ensemble de reflets rejaillissant sur une certaine opposition et sur sa capacité à créer des situations dont elle pense pouvoir en être en même temps l’auteure et la dénonciatrice ?

Coup double, jeu malin, mais jeu dangereux. Parce que si l’on attaque ça-et-là, l’on tire sur des édifices, l’on active la main de l’insécurité qui frappe de manière aveugle et qu’en face le pouvoir est comme tétanisé et incapable de réagir, faut-il bien que quelque part, quelqu’un, un groupe ou une association de personnes soit derrière tout cela ? Alors, les observateurs tout comme l’opinion publique doivent se tarauder les méninges pour identifier les agresseurs. L’opposition frontale à Jocelerme Privert ne saurait sortir vierge de l’esprit ou de la perception de chacun quant à l’actuelle réalité taillée sur mesure pour les besoins d’une cause pour le moins perdue, nous semble-t-il...




Port-au-Prince, 11 juillet 2016

Après quelques hésitations, nous avons choisi de reprendre ces articles parus très récemment dans Le National parce qu’ils traitent de sujets, le système éducatif et la langue française, d’un intérêt supérieur pour le pays, à divers titres.

Le National, lundi 11 juillet 2016, n°280

TRIBUNE

Deux mots sur le système éducatif haïtien

Ceteris paribus, l’histoire du système éducatif haïtien peut se caractériser par deux points fondamentaux : 1- Le refus des élites haïtiennes de construire un système éducatif dynamique et performant en faveur du peuple ; 2- Le non-accès généralisé du peuple haïtien à une éducation de base. C’est à travers ce carrefour perplexe que les demandes scolaires se prononçaient et allaient être un instigateur principal dans la constitution du système éducatif haïtien au lendemain de la révolution de 1843.

L’éducation scolaire dans notre article prend le sens de socialisation – en termes de valeurs véhiculées dans le système scolaire de manière euphémique – elle s’apparente aussi à l’instruction scolaire dans le contexte de l’enseignement — apprentissage que celle-ci a pour première mission. Ainsi, le concept d’éducation scolaire recouvre ces deux versants.

L’entrée à l’école en Haïti se vit comme un « choc culturel » par le jeune écolier : de prime abord, causé par la langue française, c’est le premier contact direct de l’élève avec celle-ci. La langue française est le langage d’une minorité d’individus dans la société haïtienne et elle est généralement l’apanage des classes bourgeoises et moyennes. Les codes sociolinguistiques révèlent l’inégale distribution du pouvoir sur le marché des échanges linguistiques : le code élaboré, formel et universaliste est la langue française adoptée à l’école. Par conséquent, les élèves des milieux sociaux défavorisés doivent « changer de code », comme on dit souvent, ils doivent « s’exprimer ».

Par ailleurs, les bagages axiologiques qui structurent le milieu scolaire haïtien sont généralement contradictoires – par rapport à celles qui sont véhiculées dans les familles haïtiennes, notamment paysannes, les valeurs communautaires [Gemeinschaft] de type volonté organique se trouvaient confrontées à des valeurs sociétales [Gesellschaft] à volonté réfléchie. L’éthos des classes dominantes, basé sur la distinction, le dégoût des goûts des classes populaires, sont les principales orientations véhiculées à l’école.

Les écarts socioculturels entre l’écolier et son milieu socioenvironnemental croissent à mesure que le jeune Haïtien atteint un niveau graduel dans les cycles scolaires du système éducatif : l’école, qui devrait être un moyen méthodique et interactif de la jeune génération avec la société, produit des Haïtiens dotés d’un habitus bourgeois qui les conduit le plus souvent à une dissonance culturelle, frisant dans la pratique une dyssocialisation, en l’occurrence l’étudiant prince auto-dominé selon les analyses du professeur Anil Louis-Juste est un idéal type. La culture scolaire est un enjeu social – arbitraire culturel –, elle renforce les inégalités sociales et scolaires dans la société haïtienne comme l’a si bien analysé Louis Auguste Joint dans son livre Système éducatif et inégalités sociales en Haïti (2006).

Le système éducatif haïtien tend à reproduire les antagonismes bi-catégoriaux classiques entre les créoles et les bossales dans la société haïtienne : les pratiques éducatives et les formes scolaires qui s’y développent révèlent, entre autres, la relation que ces dernières entretiennent avec les structures politiques et sociales. Le système scolaire haïtien forme des désubstantialisés, des homo-sapientissistes ; à cet effet, Bird M.B. avance ceci : « L’éducation reçue par le petit nombre en Haïti et ailleurs n’a pas été de nature à inspirer chez ces personnes de la sympathie pour les masses ignorantes (…), l’éducation du petit nombre en Haïti a produit le sentiment d’une certaine supériorité qui, à son tour, a engendré un grand orgueil. » Le non-accès généralisé à l’éducation scolaire des enfants en âge de scolarisation, les problèmes de l’alphabétisation des masses paysannes et urbaines, l’école à deux vitesses avec des effets socio-éducatifs non moins importants comme l’effet établissement, l’effet maître, l’effet classe, restent des défis importants à relever en dépit de quelques efforts réalisés ces dernières années.

Une autre problématique essentielle et légitime à poser si on veut comprendre le système éducatif haïtien relativement à ses fins est la suivante : le système éducatif haïtien a-t-il comme finalité de produire des êtres dotés d’une conscience critique ? Est-il porteur d’une civilisation adaptée aux contextes nationaux et internationaux ? Est-ce une éducation pour le développement durable ? Une telle éducation est-elle apte à émanciper l’Homo haitianus ? D’aucuns soutiennent que ce système éducatif s’avérerait inadapté aux contextes local et global – en dehors des problèmes administratifs et organisationnels auxquels il fait face – ce qui nous intéresse ici, c’est le projet d’homme qu’il forme, cristallisé dans le cursus pédagogique du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). À priori, la structure d’un programme académique est montée selon une philosophie de l’homme et de la société, elle découle d’une certaine chronosophie futurocentrique, c’est-à-dire d’une vision globale de l’homme qui tient compte de son passé afin de viser un avenir investi d’un contenu rêvé, attendu ou souhaité, donc d’une idéologie. Elle tient compte des défis socio-économiques nationaux et de la mondialisation : in fine, comme le dit Gérard Boutin (2004), ce sont les postures philosophiques, psychologiques et politiques qui infléchissent les actions éducatives. Mutatis mutandis, des pays comme la France, les États-Unis, le Canada et la Chine incorporent des filières technologiques et professionnelles dans leurs cursus scolaires. Ainsi, les écoles secondaires en Chine comprennent des sections d’études agricoles et professionnelles ; celles du Québec incluent une formation professionnelle axée sur l’emploi dans leurs filières à partir de la classe de cinquième de l’enseignement secondaire, de même en France après le Diplôme national du Brevet (DNB), la classe de seconde s’ouvre sur trois orientations : professionnelle, technique et générale. Grosso modo, la structuration des cycles du système scolaire haïtien en vigueur révèle une inadéquation avec les grands enjeux de développement économique, social, politique, culturel auxquels fait face la société dans son ensemble. Les secteurs professionnel et technologique ne sont pas pris en considération – sur le plan pratique – dans le système éducatif haïtien : celui-ci forme majoritairement des élèves à orientation générale, ce qui cause en partie l’échec scolaire.

Le curriculum formel du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle est inadapté, les matières et les contenus ne sont pas contextualités : en l’occurrence, l’enseignement-apprentissage des sciences sociales et de la littérature se confinent à la moitié du XXe siècle. Le curriculum formel n’est pas mis en œuvre (tel que prévu par le MENFP) par les enseignants – catégories sociales qui sont en général peu qualifiées et sous-payées. Aucune matière ne traite des rapports haïtiano-dominicains ; l’éducation civique, politique et environnementale est pratiquement absente ; les NTICs ne sont pas intégrées de manière effective dans les salles de classe ; le problème pédagogique de l’enseignement des langues étrangères : l’anglais et l’espagnol sont à repenser. Quant aux sciences dures : la biologie, la chimie et les mathématiques, elles restent purement confinées à un stade intellectuel. Les pratiques scolaires sont inadaptées : le système éducatif haïtien est basé sur une approche comportementaliste de l’enseignement-apprentissage selon lequel l’élève est un sujet réceptif. En conséquence, l’élève haïtien est récalcitrant au travail de groupe et il devient totalement dépendant du professeur. Les fautes ne sont pas tolérées et sont ridiculisées dans les salles de classe ; l’élève est peu développé intellectuellement et son sens critique est rachitique : le produit de ce modèle est « l’élève-perroquet » avec une tête bien pleine plutôt que bien faite.

Les postures idéologiques et les représentations sociales transmises à travers l’organisation scolaire et au cours des interactions pédagogiques entre élèves ∕ professeurs ∕ administrateurs scolaires sont discriminatoires, ségrégationnistes et foncièrement individualistes : les rapports sociaux sont reproduits sans aucune censure dans les milieux scolaires haïtiens : la violence, l’asymétrie des sexes, les clivages de couleur, de région, de religion, de résidence. En fait, c’est une école qui ne permet pas la mixité sociale et elle s’assure "que ceux qui se ressemblent, s’assemblent". Les habitus des élèves en tant que dispositions permanentes et du fait de leur caractère de transposabilité, génèrent des pratiques similaires quand ils sont à l’université – institution qui reflète elle-même les différents problèmes sociétaux haïtiens. Ainsi, par une sélection sociale s’apparentant à un darwinisme social pour leur entrée à l’université, notamment l’Université d’État d’Haïti, certains d’entre eux incorporent le « sens pratique » des travaux universitaires jusqu’à l’obtention de leur diplôme : ce qui leur confère une certaine compétence culturelle ?

Feland Jean felandjean@yahoo.fr

— Fanon, Frantz, (1995). Peau noire, masques blancs, Paris, éd. du Seuil.
— Bird, M.B., cité par Toussaint, Hérold, (2004). Communication et État de droit selon Jürgen Habermas, patriotisme constitutionnel et reconnaissance de l’autre en Haïti, Port-au-Prince, éd. Deschamps,



A propos de la francophonie. Pour l’engagement citoyen des jeunes

Le dimanche 10 juillet a pris fin à l’Université de Montréal, dans la ville éponyme, le forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, qui a débuté le 3 Juillet dernier. À ce forum, prennent part de nombreuses personnalités distinguées de l’univers francophone, dont Christiane Taubira, l’ancienne garde des sceaux de la République française.

Cette année, 55 futurs jeunes ambassadeurs de 20 pays différents des Amériques, dont Haïti, prennent part à la 5e édition de l’événement. Ces ambassadeurs, âgés de 18 à 35 ans, suivront une formation à la fois théorique et pratique qui a pour objectif de les outiller pour devenir des citoyens engagés dans leur milieu. L’édition de cette année a aussi vu le lancement du livre Le seul passager noir du Titanic de Serge Bilé. Le livre traite de la présence de Joseph Philippe Lemercier Laroche, citoyen Haïtien et seul passager noir à avoir été à bord du célèbre paquebot.

Le bureau Montréal du Journal, dont la directrice, Sandrellie Séraphin, figure parmi les jeunes ambassadeurs du forum, a conçu ce supplément pour permettre aux lecteurs de saisir la portée de cet événement majeur, à travers les témoignages de certains participants.



Claire Falonne Barbara Francoeur, secrétaire au conseil d’administration de la Jeune chambre de commerce haïtienne (JCCH)

Le National : qu’est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Claire Falonne Barbara Francoeur : Les langues sont une façon de voir le monde, de nommer les choses et les langues sont fécondes. (Christiane Taubira) Partageant cette même vision que madame Taubira, participer à la 5e édition du Forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie est une occasion pour moi de m’ouvrir au monde, de pouvoir nommer les choses telles qu’elles sont, d’aller à la rencontre de tous ceux qui partagent les mêmes valeurs que moi, d’aller vers ceux qui sont aux prises à cette crise identitaire, de partager nos expériences, proposer dans cette optique surtout de créer, d’innover et de reproduire.

C’est une occasion unique de me joindre à cette lutte de protection de la langue française, symbole de notre façon d’être, de penser, d’agir, de percevoir, et ce, tant dans nos relations avec les autres qu’avec l’environnement dans lequel nous, les francophiles, évoluons.

LN : quel est votre regard sur le fait français en Haïti ?

CFBF : En Haïti, la langue française a toujours été et est encore une question qui divise. Souvent considérée comme la langue de l’élite intellectuelle et économique, elle est minoritairement parlée par le peuple qui est majoritairement analphabète. Étant la langue d’enseignement, elle est vue comme le vecteur de préjugés des personnes pleinement accomplies. Or en Haïti, la chance n’est pas donnée à tous d’aboutir à cet accomplissement. Donc, chez nous, la langue n’est pas juste un moyen de communication, de penser et d’agir, mais c’est aussi un outil de classement social au détriment du créole qui est la langue maternelle parlée par la classe défavorisée. Dans cette quête de protection, de sauvegarde et de cohabitation de la langue française au côté du créole, langue maternelle, il s’avère judicieux, en Haïti, de se pencher sur l’enseignement des deux langues dès la maternelle. Dans cette optique, la Francophonie pourrait jouer un rôle clef dans ce renouement de la situation, ci-haut décrite comme le « fait français », en prônant les valeurs de solidarité et de justice sociale, de partage et du vivre ensemble. Surtout qu’Haïti n’est pas seul dans cette lutte où deux langues se confrontent incessamment au profit d’une classe élitiste.

LN : quels bénéfices vous pensez tirer de ce FJAF2016 ?

CFBF : D’éveiller cette conscience de l’urgence, de pouvoir discuter sur les grands enjeux sociaux, économiques et culturels similaires à une multitude de pays qui ont en commun un point vital : le FRANÇAIS, effigie de leur histoire coloniale, c’est pour moi plus qu’une opportunité, mais un engagement vers cette réconciliation pour l’avenir d’un monde juste et équitable. En tant qu’ambassadrice, je fais don de moi pour ainsi peu, à mon tour, changer ce monde tant rêvé. Je ne puis le décrire comme étant des bénéfices, mais bien le moment tant désiré pour passer à l’action.


Marc-Edwens Thélusma, originaire de Ouanaminthe, enseignant

Le National : qu’ est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Marc-Edwens Thélusma : Depuis sa création en 2008, le centre de la Francophonie des Amériques a mis sur pied divers programmes qui reflètent sa mission. Ainsi, presque tous les deux ans le centre organise le forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques dans le souci de permettre aux jeunes du continent américain de se rassembler, rencontrer des acteurs engagés en vue de la promotion d’une francophonie plus enrichissante. Autrement dit, l’objectif central du forum des Jeunes Ambassadeurs est d’offrir aux jeunes une formation de haut niveau axée sur le leadership et l’identité culturelle.

En effet, participer à cette 5e édition du forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques représente pour nous une opportunité importante. Tout d’abord, ce sera pour nous l’occasion d’approfondir nos connaissances sur la Francophonie en tissant des liens durables avec d’autres jeunes leaders francophones de la région des Amériques dans le partage et le respect de la diversité culturelle.

Ensuite, la Francophonie dans les Amériques, c’est plus de 33 millions de francophones avec près de neuf millions pour Haïti, soit à peu près le tiers du nombre total de francophones dans la région. Donc, conscient de cette force que peut représenter Haïti dans le monde francophone ; des multiples enjeux de la Francophonie pour Haïti, ce sera également pour nous l’occasion ultime de faire un plaidoyer pour qu’Haïti puisse occuper valablement sa place, jouer son rôle de manière efficace au sein de la communauté francophone et, par conséquent, tirer des bénéfices des différents atouts de la francophonie, car selon notre vision, la francophonie c’est s’engager dans la construction d’un monde plus juste et plus égalitaire. La Francophonie est un atout pour Haïti. Quand nous parlons d’atouts, nous n’évoquons pas uniquement une Francophonie sur le plan linguistique, c’est-à-dire une francophonie promotrice uniquement de la langue française, mais nous voulons parler d’une Francophonie inclusive, mais pas dominatrice, une Francophonie qui valorisera aussi bien le français que le créole en Haïti.

Nous voulons parler également d’une Francophonie qui est facteur de développement économique pour Haïti, une francophonie qui permettra la valorisation et la promotion de la culture haïtienne, du tourisme haïtien, du savoir-faire et du savoir-être haïtiens. Cette Francophonie économique à laquelle nous faisons allusion trouvera sa matérialisation par la réalisation en Haïti de grands événements francophones comme une édition du forum des Jeunes Ambassadeurs, un festival de musique francophone et créolophone, les jeux de la francophonie, etc., ce qui constituera une rentrée économique pour Haïti.

En fin de compte, promouvoir la culture haïtienne, faire le plaidoyer pour un leadership haïtien au niveau de la francophonie dans la région des Amériques, c’est ce qui explique notre présence et notre mission dans le cadre de cette 5e édition du forum des jeunes ambassadeurs de la Francophonie des Amériques.

LN : quel est votre regard sur le français en Haïti ?

MET : Depuis la signature du concordat en 1860, les politiques publiques haïtiennes ont institué le français comme langue officielle. Ceci dit, il est non seulement la langue de scolarisation, mais également la langue utilisée au niveau de l’administration publique. D’un point de vue anthropologique, au regard du soi-disant bilinguisme haïtien, parler français est vu comme un signe de distinction sociale, un moyen d’affirmer son appartenance à une élite économique ou intellectuelle. C’est une stratégie politique de l’État de toujours maintenir la masse à l’écart de la sphère politique.

Cependant, tenant compte des réalités actuelles, de la proximité historique d’Haïti avec la France et avec pas mal de pays, de la réalité sociétale avec le français comme langue de scolarisation, de mon point de vue, le français peut constituer pour Haïti un vecteur d’ouverture sur le monde.

Alors, cette proximité du français avec le créole devrait contribuer à plus forte raison à la vitalité et à la promotion du créole en Haïti pour un bilinguisme efficace et efficient. Ce bilinguisme au niveau de la scolarisation facilitera non seulement « intégration effective des couches les plus défavorisées, mais également le rehaussement de l’éducation et de la culture haïtiennes.

LN : quels bénéfices pensez-vous tirer de ce FJAF2016 ?

MET : Comme nous l’avons si bien dit, cette 5e édition du forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques, comme jeunes leaders du continent, nous permettra de nous rencontrer, d’échanger sur nos expériences et tisser des liens durables, d’être sensibilisés aux enjeux de la francophonie, mais surtout de nous outiller pour devenir citoyens engagés au sein de notre communauté.

Autrement dit, à la fin de ce forum nous aurons le titre de jeunes ambassadeurs de la Francophonie. Lequel titre nous permettra de contribuer à la vitalité de la francophonie au sein de la société haïtienne, de développer et consolider des liens durables avec d’autres partenaires de la francophonie des Amériques, ce qui peut constituer un atout pour Haïti. De surcroît, à la fin de ce forum, nous serons en mesure de contribuer à la création d’un sentiment d’appartenance d’Haïti à la francophonie. Également, nous contribuerons à donner accès à la francophonie en Haïti en mettant en valeur des personnalités, des artistes et spectacles francophones et créolophones. Déjà fort de cette belle expérience de leadership, de promotion de la diversité culturelle, de l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations francophones des Amériques, ainsi, à la fin de ce forum, comme, jeunes ambassadeurs, Haïti peut compter sur nous, sur notre engagement citoyen, en ce sens que nous serons en mesure de contribuer efficacement à la promotion et à l’épanouissement de la francophonie en Haïti. En somme, nous nous engageons à servir la patrie, car nous croyons en une Haïti meilleure, nous croyons en une autre société plus égalitaire. Alors, nous engager dans la promotion de la francophonie et de la créolophonie, c’est nous engager dans la construction d’une Haïti plus juste et plus prospère, c’est nous engager dans l’épanouissement de la culture haïtienne, c’est nous engager dans la promotion d’une Haïti où la jeunesse aura vraiment sa place.


Le National : Qu’est-ce que cela veut dire pour vous de participer au FJAF2016 ?

Widlyn Dornevil : Les individus à travers le monde sont devenus humainement plus loin les uns des autres. Ce repli sur soi ne facilite pas le vivre ensemble capable d’apporter des solutions plus efficaces aux grands enjeux actuels du monde. Les forums internationaux comme celui-ci, offre un cadre idéal pour que les jeunes de plus de 20 pays de l’espace francophone de pouvoir se rencontrer, partager les expériences. Ce forum est pour moi l’occasion de faire partie de ce grand réseau pour aborder les problématiques communes de l’espace francophone notamment la valorisation de la diversité culturelle, la promotion de la paix et la solidarité entre les peuples.

LN : quel est votre regard sur le français en Haïti ?

WD : Le français en Haïti est institutionnalisé d’une façon à créer de l’exclusion sociale dans un pays encore déchiré par des clivages et de l’injustice sociale. Il est une nécessité de travailler à favoriser un climat de cohabitation entre les deux langues. La langue en tant qu’outil d’expression de la réalité peut aussi servir d’outil pour changer la réalité. Une cohabitation des deux peut faciliter l’inclusion sociale en Haïti. Le fait français fait partie de la mémoire collective haïtienne autant que le créole, donc il est du devoir de chaque haïtien et particulièrement de ceux qui maîtrisent le français de contribuer à ce que le français soit approprié par tous les Haïtiens et ne soit pas utilisé comme une langue d’élite. Démocratisons le français (le rendre accessible à tout le monde) et valorisons le créole : deux éléments majeurs de notre identité et mémoire collectives

LN : quels bénéfices pensez- vous tirer de ce FJAF2016 ?

WD : Ce forum peut m’apporter des outils nécessaires pour continuer mon engagement citoyen en faveur d’une Haïti meilleure. Les expériences de chacun des 50 délégués des 20 autres pays devront renforcer mes forces et mes capacités à apporter le changement. L’espace francophone est également un espace diversifie. Les pays francophones parlent tous différentes langues en plus du français et ont tous une culture identitaire différente, ce forum devra permettre de découvrir cette diversité et participer à la promotion d’un espace francophone plus diversifié où chaque culture incluant la langue peut être valorisée. Donc, c’est aussi un espace de valorisation de la langue et de la culture haïtienne donc du créole.

Question facultative : le débat français et créole, français ou créole comme langue en Haïti renvoie à un butin de guerre, quelle est l’importance du français en Haïti d’après vous ?





Port-au-Prince, 28 juin 216

Le National du 28 juin 2016 a livré un certain nombre d’articles que nous nous faisons un devoir de reprendre dans le cadre de cette page, car ils illustrent parfaitement les sentiments que nous partageons depuis Haïti et de ce côté de l’Atlantique. L’impressionnant édito du grand écrivain Gary Victor représente une manière particulièrement subtile de gloser sur la violence qui tend à s’installer sur le pays. Des articles évoquent déjà ce que l’après 28 juin faisait craindre, c’est-à-dire le refus du Parlement (et bien sûr de plusieurs de ses membres mal élus) de répondre sur l’avenir de Jocelerme Privert, et l’incertitude entretenue sur la manière d’assurer un processus électoral serein alors que les Usa viennent d’informer de leur décision de suspendre leur aide sur ce point. Enfin, le point de vue exprimé ici sur l’inconséquence de l’État à propos de la politique linguistique ne peut que retenir notre attention.

L’insoutenable légèreté de la folie

Elle court les rues. Elle peut exploser au petit matin comme ce vendredi où des individus qu’on dit non identifiés ont ouvert le feu sur des immeubles de grandes compagnies fonctionnant dans l’aire métropolitaine.

Elle s’installe dans les rues avec agressivité même à chaque période électorale comme si elle voulait rappeler à l’ensemble des citoyens que le jeu se joue entre des initiés qui défendent des intérêts que la nation doit ignorer.

Elle s’attelle à terroriser les esprits pour qu’ils puissent soit rester éloignés des lieux de décision, soit être dans l’impossibilité de distinguer le réel du mirage, le vrai du faux.

Elle ne se préoccupe pas de cette réalité qui est celle de ce chômage aigu qui frappe une grande partie de notre population, du spectre de la famine qui erre déjà dans les rues de la cité. Au moment où la priorité devrait être d’accorder la priorité aux investissements afin de créer des emplois, la folie frappe au cœur même de notre souffrance, au cœur même de notre désespoir. Comme le citoyen Jean Éric Fouché l’a si bien souligné dans son texte : Nos Java des cavernes, dans la rubrique Tribune, il y a quelque chose qui pue dans cette folie. C’est une « java ». Même l’homme des cavernes était à la recherche du feu pour se réchauffer, du feu pour voir dans les ténèbres, du feu pour s’éloigner de l’animalité. Cette folie quelque part fait honte même à l’homme des cavernes.

Ce qui s’est passé cette fin de semaine devrait alerter tout ce qui reste de sain dans notre société. Nous savions déjà que, pour beaucoup de nos compatriotes, les intérêts particuliers passent avant l’intérêt de la nation. Maintenant cela menace d’aller plus loin. Certains sont décidés à saborder la nation, à l’assassiner économiquement, à faire exploser le chômage et la famine, bref à propulser ce pays aux heures les plus sombres de l’aventure somalienne.

Nous ne pouvons pas l’accepter. Nous ne devons pas l’accepter. Aucun secteur ne doit nous faire sombrer dans la violence, dans l’anarchie, dans l’ignorance, dans la préhistoire de l’humanité au nom d’une espèce d’ayant droit sur le pouvoir politique, un pouvoir politique réduit au comportement de ces bandes de hors-la-loi qui rançonnaient les villes du Far West et que les westerns spaghettis ont à la fois immortalisés pour notre information et surtout ridiculisés.

Plein de politiques sur la scène encore aujourd’hui refusent de mesurer leur action à l’aune du délabrement d’une société dont tous les paramètres sont au rouge. Ils ont certes souvent voyagé à l’étranger, mais nous préférons dire qu’ils ont erré en aveugle, incapables qu’ils ont été même de manifester la moindre honte face à l’état de leur patrie, une honte qui aurait pu être salvatrice. Bien au contraire. Ils adoptent la posture de ces fascistes des ténèbres pour qui l’arrêt de l’histoire, l’immobilisme dans la crasse et l’ignorance seraient du nationalisme. L’heure est certainement grave. Au lieu de la prise de conscience, on veut nous proposer l’affrontement. Au lieu de revenir à l’intelligence, on veut nous proposer la sottise armée, intolérante et meurtrière. Citoyens de l’intérieur et de la diaspora, l’instant approche où nous allons devoir faire ce choix que nous avons constamment différé en croyant constamment pouvoir tirer nos marrons du feu de cette solide tradition antinationale.

Le choix entre le suicide de notre pays et la modernité démocratique.

Gary Victor

La Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme exhorte les parlementaires à adopter une solution viable

Selon l’avis de la CIDH, il y a une absence du pouvoir exécutif en Haïti depuis le 14 juin dernier, date de la fin du mandat du président provisoire, Jocelerme Privert. Ce vide institutionnel, d’après l’institution en question, représente une menace pour l’état de droit en Haïti dont le niveau a plutôt tendance à baisser jour après jour.

Face à cette situation d’instabilité, la commission exhorte les parlementaires haïtiens à trouver une solution viable lors de l’Assemblée nationale afin d’assurer l’équilibre des pouvoirs, le respect des principes de l’État de droit et la continuité démocratique en Haïti. Car, indique l’institution internationale, le vide qui apparaît dans l’exercice du pouvoir exécutif et l’absence actuelle d’un gouvernement démocratiquement élu vont à l’encontre de la charte démocratique américaine.

La CIDH a donc renvoyé la balle dans le camp des parlementaires qui, le mardi 28 juin, doivent se réunir en assemblée pour statuer sur le cas du chef de l’État. Une Assemblée nationale, on se le rappelle, qui devait se tenir le jour même de la fin du mandat du président provisoire et qui a été avortée à deux reprises, pour des raisons d’infirmation de quorum par certains parlementaires et d’insécurité suite aux menaces des manifestants lors de la manifestation du 21 juin dernier.

À titre de rappel, la CIDH a fait remarquer que les peuples des Amériques ont un droit à la démocratie et leur gouvernement une obligation de la promouvoir et de la défendre. Très préoccupée par le triomphe de l’État de droit, cette structure de l’Organisation des États américains (OEA) a déclaré que le véritable exercice de la démocratie représentative n’est autre que la base de l’État de droit et des régimes constitutionnels des États membres de l’Organisation des États américains (OEA).

Ce n’est pas une première, cette institution qui signale que l’absence de continuité institutionnelle ne peut que compromettre la jouissance des droits des citoyens en Haïti, a souvent l’habitude d’exprimer sa préoccupation sur les conjonctures difficiles que traverse le pays, comme c’était le cas en 2015 lors de la décision prise par la cour constitutionnelle dominicaine contre les ressortissants haïtiens notamment.

À rappeler que la CIDH est un organe de l’OEA qui travaille de manière indépendante sur le continent américain. Selon la charte de l’OEA, sa mission principale est de promouvoir aux respects des droits humains dans l’Amérique. Celle-ci agit également comme organe consultatif auprès de l’OEA en la matière. L’organisation est composée de sept membres nommés à titre personnel, sans le sentiment de représentation des pays de résidence ou d’origine.

Evens Régis

Des organisations demandent l’épuration de la liste des candidats

Il s’agit d’organisations de défense de droits de l’homme qui furent impliquées dans l’observation électorale lors du fiasco des 9 août et 25 octobre 2015 : la SOFA, le CNO, le CONHANE, la JILAP, le CARDH, la POHDH et le RNDDH.

Ces organisations de défense des droits humains, dans une lettre ouverte au CEP, croient qu’il est nécessaire de savoir si les vingt-sept (27) candidats qui ont confirmé leur présence à la présidentielle prévue pour le 9 octobre 2016, sont aptes à se porter candidats. Aussi ont-elles énuméré des critères pour que ces personnalités demeurent dans la course au Palais national.

Parmi lesquels, les signataires de cette lettre citent : « le candidat à la présidence doit être une personnalité respectueuse des lois et des principes, et placée au-dessus de tout soupçon ».

Ces conditions d’acceptabilité d’une candidature ne seraient pas négociables pour ces militants qui soutiennent que c’est sur la base de ces critères que « les électeurs auront à voter pour celui qui sera investi du pouvoir de décider du sort du pays pour les cinq (5) années à venir. » Une démarche qui vient faire obstacle à la velléité de certains politiques de briguer la présidence, également qui vient mettre de l’huile sur le feu, alors que le climat est déjà très tendu avec le bras de fer ininterrompu entre parlement et Exécutif pour le contrôle de la transition.

Si le CEP s’investit dans l’épuration de la liste des candidats, ces organismes de défense de droits humains pensent qu’il apportera une aide importante à la population haïtienne pour qu’elle fasse un choix judicieux. Dans cette optique, les défenseurs de droits humains appellent à l’application de l’article 128 du Décret électoral de 2015, au moment d’analyser les dossiers, une manière de vérifier si la remise ou non des rapports narratif et financier relatifs à la subvention électorale qui a été attribuée lors des joutes de 2015, aux partis et regroupements de partis politiques, a été faite.

Les partis disposaient, en effet, d’après cet article du décret, d’un délai de « Trente (30) jours après la publication des résultats officiels… pour faire parvenir au Conseil Électoral Provisoire (CEP) et au ministère de l’Économie et des Finances (MEF), le bilan financier détaillé, signé d’un comptable agréé, accompagné des pièces justificatives des dépenses se rapportant à ladite subvention dans le cadre des joutes électorales. Ces organismes de défense des droits humains ont également souligné dans cette correspondance au CEP que certains candidats avaient fraudé et usé de la violence pour accéder au parlement. L’élection desquels avait été remise en question par le rapport de la Commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale.

Conséquemment, ils font remarquer que ces cas conformément au décret électoral, en son article 239 alinéa 1, doivent être remis en question et soumis à une autre analyse du BCEN afin que toute la lumière soit faite. « La chose souverainement jugée », conclut-il, ne peut être utilisée en tant que bouclier pour faire obstacle à la manifestation de la vérité.

Lionel Édouard

Le refoulement des langues officielles d’Haïti dans une grande conférence caribéenne

La 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe (Caribbean Studies Association) a eu lieu du 6 au 11 juin 2016 à Port-au-Prince. Elle a rassemblé au fil de 300 thématiques des universitaires « de haut calibre [venus] discuter (…) des questions relatives aux mouvements globaux caribéens, peuples, idées, culture, arts et développement durable » (Le Nouvelliste, 9 juin 2016).

Plusieurs observateurs, étonnés sinon dubitatifs, ont noté que cette conférence – à laquelle ont participé trop peu d’universitaires haïtiens travaillant en Haïti -, a donné lieu à un curieux concert d’instruments à vent au motif qu’Haïti, drapée dans sa glorieuse histoire et forgeron d’un improbable « exceptionnalisme » culturel, aurait de singulières lumières à apporter à l’ensemble de la Caraïbe au parvis convulsif du 21e siècle… Ainsi, pour Carole Boyce Davies, présidente de la Caribbean Studies Association, « nous considérons le travail universitaire et intellectuel haïtien comme la clé pour comprendre la Caraïbe tout entière, la diaspora africaine, les Amériques et le reste du monde » (Le Nouvelliste, 8 juin 2016).

Pourtant la configuration positive et constructive de la rencontre avait dès le départ été mise en perspective par Carole Boyce Davies : « Cette conférence jettera les bases d’une rencontre transdisciplinaire et translinguistique qui renforcera l’intégration intellectuelle des différentes zones linguistiques et spatiales des Caraïbes » (Le National, 2 juin 2016).

Tous ceux qui s’intéressent à la fameuse « question linguistique » en Haïti devraient se réjouir qu’une si importante conférence universitaire puisse vouloir contribuer à jeter « (…) les bases d’une rencontre transdisciplinaire et translinguistique » (« translinguistique », c’est moi qui souligne ce terme). Cette perspective se veut inclusive, mais « l’intégration intellectuelle des différentes zones linguistiques et spatiales des Caraïbes » implique, en amont, de la situer dans l’éclairage du « droit à la langue » pour modéliser les communications institutionnelles en Haïti et assurer l’efficience de la transmission et de la reproduction des savoirs.

La réalité des faits nous enseigne toutefois que si la 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe a été un succès « transdisciplinaire » dont on saura, si nécessaire, mesurer les retombées, elle n’a nullement été « translinguistique ». Car elle ne visait pas « l’intégration intellectuelle » des jeunes francocréolophones qui aujourd’hui effectuent des études universitaires en Haïti. Au bilan, cette grande rencontre internationale, dont la langue principale de communication était l’anglais, a laissé très peu de place aux deux langues officielles du pays comme l’a précisé la sociologue Myrlande Pierre .

Myrlande Pierre a [interpellé] l’accessibilité de la communication. Elle critique le fait que les deux langues officielles d’Haïti, le créole et le français, ont été négligées dans les diverses présentations des ateliers notamment. (…) un effort additionnel aurait dû être fait (…) pour respecter les langues officielles du pays hôte de la conférence(…). Il est donc impératif, à ses yeux, que les langues d’usage du pays soient davantage prises en compte en mettant à contribution, par exemple, tous les moyens technologiques de traduction simultanée. « Cela aurait facilité une participation plus équitable en créole et en français, car l’anglais a nettement prédominé et occupé les espaces de discussion dans le cadre de la conférence », a-t-elle déploré. » (Le Nouvelliste, 13 juin 2016)

Plusieurs enseignements peuvent être tirés des remarques pertinentes de Myrlande Pierre, sociologue, chercheuse associée au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l’Université du Québec à Montréal. En tout premier lieu, l’État haïtien, démissionnaire, n’a aucun contrôle sur l’espace des transactions linguistiques publiques au pays. Depuis la promulgation de la Constitution de 1987, il a créé une Secrétairerie d’État à l’alphabétisation dont le bilan, très maigre aux plans qualitatif, méthodologique et quantitatif, accompagne le délitement de sa mission. Récemment, l’État s’est vu imposer, dans ses marges ensablées sinon dans son dos, l’établissement d’une petite ONG dénommée Académie créole dépourvue des attributions, des provisions légales contraignantes et du pouvoir d’aménagement concomitant de nos deux langues officielles. Claustrale et aphone, cette petite ONG paraétatique n’a aucun impact mesurable sur la vie des langues en Haïti, comme d’ailleurs c’est le cas de la Faculté de linguistique appliquée de l’Université d’État qui, de 1978 à nos jours, n’a pas su conceptualiser un seul énoncé de politique linguistique nationale et encore moins produire des instruments scientifiques de modélisation en didactique du créole.

En deuxième lieu, l’État haïtien – à nier les droits linguistiques de la population - ne valorise pas les langues de communication institutionnelle au pays. Dans un pays où la souveraineté nationale s’apparente souvent aux mimiques d’un ventriloque, n’importe quelle institution, nationale ou internationale, peut organiser un colloque en Haïti et imposer l’usage de l’arabe ou du japonais comme langue principale de communication au détriment du créole et du français sans que cela ne soulève l’ombre d’un questionnement… S’il est avéré que les membres de la Caribbean Studies Association utilisent couramment l’anglais comme langue de travail dans leurs pays respectifs, il est aussi attesté que plusieurs conférenciers d’origine haïtienne de ce regroupement sont créolophones et ont une relative compétence en français. En contexte, le problème de fond est celui du respect des droits linguistiques des locuteurs vivant en Haïti ; celui aussi du respect et de l’opérationnalité des deux langues officielles d’Haïti lors d’une conférence institutionnelle ayant lieu sur le territoire national.

Mais ce problème de fond n’a pas causé d’insomnie au nouveau recteur de l’Université d’État d’Haïti, Fritz Deshommes, membre fondateur de l’Académie créole, qui, le cœur léger, « a précisé [au Nouvelliste] que l’UEH était au cœur de l’organisation de la conférence. L’UEH était la seule université haïtienne membre du comité d’organisation » (Le Nouvelliste, 13 juin 2016). L’accessibilité de la communication dans les deux langues officielles du pays n’a pas constitué une obligation pour les organisateurs de la 41e conférence annuelle de l’Association des études de la Caraïbe, jusques et y compris à l’Université d’État d’Haïti qui est une institution fondatrice de l’Académie créole.

En troisième lieu, dans l’espace des transactions linguistiques interinstitutionnelles, il est possible de mettre en œuvre un cadre réglementaire de fonctionnement linguistique guidé par les exigences du « droit à la langue », du « droit à la langue maternelle1 » et de l’« équité des droits linguistiques ». Sans perdre de vue qu’il devra être arrimé à une future loi d’aménagement de nos deux langues officielles, ce cadre réglementaire prendrait en compte les paramètres de la communication interne entre les institutions et les locuteurs participant à une même activité en donnant la priorité à l’emploi obligatoire de nos deux langues officielles ; ce cadre fixerait aussi les modalités de l’emploi des langues sœurs régionales, en particulier l’anglais et l’espagnol.

L’Université du Québec à Montréal a bien compris l’importance d’un tel cadre réglementaire lorsqu’elle a édicté sa politique linguistique interne : Article 12 : Diffusion de la recherche et de la création L’UQÀM encourage fortement les (…) professeurs et les (…) chercheurs qui communiquent leur expertise sur la scène publique, soit oralement, soit par écrit, à diffuser les résultats de leurs travaux prioritairement en français et, lorsqu’ils publient ou communiquent dans une langue autre que le français, à accompagner leur texte d’un résumé substantiel en français. L’Université offre un soutien spécifique à la diffusion du savoir en langue française. (Source : UQÀM, Secrétariat des instances –Politique linguistique)

Qu’en conclure ? Il est impératif que l’État, l’Université et la société civile s’approprient une vision rassembleuse des droits linguistiques en Haïti. Ces droits sont assortis d’obligations et de responsabilités au cœur de l’aménagement futur des deux langues officielles d’Haïti. Les obligations s’appliquent aussi à l’organisation et au fonctionnement de colloques nationaux et internationaux devant respecter les droits linguistiques des locuteurs unilingues créolophones et des locuteurs bilingues créoles/français vivant au pays. Seule l’effectivité des droits linguistiques de tous les locuteurs haïtiens peut garantir l’accessibilité de la communication dans les deux langues officielles du pays. Unificatrice, cette vision permettra de modéliser les communications institutionnelles en Haïti et d’assurer l’efficience de la transmission et de la reproduction des savoirs. C’est pour cela que les linguistes, en haute clarté, accompagnent l’État qui a l’obligation d’élaborer et de mettre en œuvre la première politique nationale d’aménagement linguistique issue de la Constitution de 1987.

Robert Berrouët-Oriol
Linguiste-terminologue

NOTES
Sur les notions de « droits linguistiques », de « droit à la langue », de « droit à la langue maternelle » et d’« équité des droits linguistiques », consulter notre livre de référence : Berrouët-Oriol, R., D., Cothière, R., Fournier, H., Saint-Fort (2011). L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions. Éditions du Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Texte lié : Robert Berrouët-Oriol (2014) : Plaidoyer pour une éthique et une culture des droits linguistiques en Haïti. Éditions du Cidihca, Montréal, et Centre œcuménique des droits humains, Port-au-Prince ; voir aussi Lyonel Trouillot : « On peut habiter le bilinguisme sans tragédie », SwissInfo.ch, 16 juin 2010.





Port-au-Prince, 27 avril 2016

Notre ami Laënnec Hurbon nous adresse ce témoignage mis en forme par Le Nouvelliste et qui porte sur le traumatisme profond engendré par la folie destructrice et la violence de la famille Duvalier. Haïti a souffert de façon indicible du fait des exactions entreprises déjà avant le 26 avril 1963, mais nous comprenons évidemment par ces témoignages pleins d’émotion et de dignité que c’est l’Homme tout entier, chair, esprit, identité, citoyen, qui peut souffrir d’une dictature sanglante prête à tout pour mettre en place et préserver son pouvoir.

Centre Oecuménique des Droits Humains <cedh@cedh-haiti.org>

Actualité Devoir de Mémoire-Haïti
Duvaliérisme, impunité : pour qu’on n’oublie pas

Sont réunis ici, en public, l’historien Pierre Buteau, l’ancien militaire François Benoît et le sociologue Laënnec Hurbon

Ils ont voulu prendre appui sur ce passé triste, barbare pour pouvoir se « projeter vers l’avenir avec courage ». Ils ont voulu que ce jour, 26 avril 1963, jour fatidique dans l’histoire de la violence politique duvaliérienne, ne soit jamais couvert des ombres de l’oubli. Et que parce que les générations actuelles doivent comprendre ce qu’était le duvaliérisme, dans son essence, dans sa terreur, Pierre Buteau, historien, croit que nous « devons pouvoir faire face à ce passé », si douloureux soit-il. « Dans l’histoire de la violence politique en Haïti, on n’a jamais connu une dimension d’une telle intensité », soutient Pierre Buteau, les yeux rougis, au cours de ce débat, organisé par la Fondation Devoir de Mémoire-Haïti, mue par la lutte contre l’oubli, contre l’amnésie…

Avec beaucoup de passion, de sensibilité, d’altruisme, Pierre Buteau a effleuré ce vingt-six avril 1963, quoiqu’il soit persuadé que cette date n’est pas unique dans l’histoire de la violence duvaliérienne en Haïti. Mais il croit que c’est à partir de ce moment que l’horreur des Duvalier, au niveau de l’exercice de la violence, a atteint « une dimension extrême ». Il parle d’ « une violence extrême », de l’exécution de toute la famille Edeline, de la « boucherie de Jérémie qui s’en suivit. François Duvalier, qui a dirigé le pays d’une main de fer, d’une main couverte de sang, a voulu coûte que coûte retrouver ceux qui ont ourdi ce complot et osé s’attaquer au véhicule qui emmena ses enfants à l’école ce jour-là.

« Quand ce n’est pas en face de leur père, on poignardait les bébés parfois dans les mains de leur mère. C’est impensable », relate Pierre Buteau, rappelant que les troupes des Duvalier, durant la campagne électorale, agressaient déjà leurs adversaires, comme pour mieux rendre compte de la violence qu’incarnait le personnage. La violence duvaliérienne, d’où ça sort ? Y a-t-il une raison à la folie ? « Aucune de ces horreurs de pouvoir dans toute l’histoire d’Haïti n’est comparable à celle des Duvalier qui était innommable », tranche-t-il. Salomon, Tonton Nord, très rétifs, eux aussi, à la défense de leur pouvoir. « On ne peut pas comprendre l’Haïti d’aujourd’hui si on ne comprend pas le duvaliérisme, dit-il. On ne peut pas comprendre le duvaliérisme si on ne comprend pas d’où ça est sorti. Parce que si Duvalier a concocté dans sa tête cette violence, il y avait des bras qui abattaient les gens. D’où sont sortis ces bras qui acceptaient d’être dirigés par un monstre et qui, eux-mêmes, se comportaient en monstres ? »

Si Pierre Buteau a parlé d’une « violence extrême », Laënnec Hurbon, professeur de sociologie des religions à la FASCH, chercheur au CNRS, parle d’ « excès de violence », c’est-à-dire que les macoutes, les sbires du régime, interviennent dans tous les éléments de la vie quotidienne, jusque dans l’imaginaire de l’individu de telle sorte « qu’il ne puisse pas exister de protestation possible contre les crimes et qu’il puisse y avoir chez ceux qui ont subi ces crimes-là, ce qu’on appelle une amnésie totale ». « La raison ne doit pas abdiquer. Il faut la lutte contre l’oubli », plaide Laënnec Hurbon, incisif, à l’Université Quisqueya, sous les yeux d’une bonne centaine de personnes, pour la plupart apparentées avec les familles assassinées à Jérémie.

Académique, méticuleux, Laënnec Hurbon parle d’une dictature dont il semble maîtriser les contours. « Le duvaliérisme, dans ses mécanismes de produire des morts sans sépulture, a produit une seconde mort sur les victimes », avance le sociologue, qui souligne que le régime, dans cette démarche, cherche à marquer obligatoirement le déni de l’identité d’être humain de la victime et en même temps, relativement, la suppression de la citoyenneté des victimes. Laënnec Hurbon croit que le « devoir de mémoire et la lutte contre l’impunité, en mettant l’accent sur la justice pour les victimes, contribueront à la réintégration de la victime dans la communauté des citoyens ».

Haïti, dans son rapport à la mémoire, a un problème particulier. « Duvalier représente un sommet dans l’histoire des crimes perpétrés par les pouvoirs politiques en Haïti, mais il faut rappeler qu’il y a dans l’histoire d’Haïti une pratique de l’impunité, de l’amnésie », selon Laënnec Hurbon. Avec moult détails et son calme habituel, il cite, exemple oblige, le procès de consolidation avec le fait étrange que deux des jugés sont devenus président de la République. Il parle aussi de l’affaire des frères Coicou exécutés. Sur ce registre, la question de la politique de l’oubli qui s’incruste dans notre histoire, le petit portrait qu’il a dépeint est pour le moins sombre. « Des présidents sont partis sous la pression populaire. Leurs biens sont confisqués. Et une fois revenus au pays, ils leur sont remis. »

« Les conséquences de l’impunité sont catastrophiques et nous vivons ces catastrophes depuis une trentaine d’années », explique Laënnec Hurbon, pour qui Fort-Dimanche, l’un des symboles forts du duvaliérisme, n’a pas été une prison mais plutôt un lieu de dégradation de la condition d’être humain, de la personne qui est conduite comme prisonnier ». Il pense qu’il n’y a pas de possibilité de réconciliation nationale tant que les faits ne sont pas reconnus. « Il faut dire la vérité sur les crimes car cela est de nature à nous empêcher de nous laisser aller aux pulsions de la vengeance. » Laënnec Hurbon, convaincu que la lutte contre l’impunité a un effet émancipateur, a plaidé pour une véritable ritualisation de la mémoire. « La mémoire abstraite n’existe pas. Il faut des cadres matériels, des repères matériels qui permettent de réintégrer les victimes dans le monde des vivants ».

Le duvaliérisme reste encore un mystère dans son amour pour le crime, pour la violence. Pierre Buteau, lui, dans sa tentative d’explication, a parodié Juan Bosch, ancien président dominicain et accessoirement intellectuel raffiné : « Psychologiquement, Duvalier est un type d’homme qu’on rencontre dans les sociétés primitives. Plus il acquiert la puissance, plus il affiche de morgue sous l’effet de celle-ci, il se transforme physiquement, jour après jour, et tend à devenir parfaitement insensible. En fin de compte, il n’est plus qu’une poupée gonflable jusqu’au moment où elle perd l’équilibre et explose. Chez de tels êtres, le pouvoir qu’ils détiennent n’a pas seulement des répercussions sur leur physique, leur âme se transforme également dans le sens d’une déshumanisation progressive pour ne plus être enfin que le siège des passions effrénées. De tels hommes sont dangereux […]. À les en croire, ils ne sont plus des êtres ordinaires, mortels et faillibles mais l’incarnation en ce monde des forces obscures qui bouleversent l’univers […]. »

François Benoît, ancien instructeur à l’académie militaire, officier et premier lieutenant, qui a quitté l’armée bien avant que les choses dégénèrent, parle d’un régime dont le moteur était le crime. « Les évènements du 26 avril n’ont pas commencé le 26. Car dès le 24 avril, tous ceux qui avaient été révoqués ce jour-là de l’armée ont été recherchés. Ceux qui ont été trouvés ont été immédiatement amenés au Fort-Dimanche et fusillés. » Dans son récit-témoignage, Benoît ne s’est pas masqué pour dire, ou tout au moins confirmer, que la répression avait commencé avant le 26 avril. Ayant vécu aux premières loges la métamorphose des militaires en des escadrons de la mort, il a admis que c’est à partir de ce moment que les macoutes ont reçu un blanc-seing pour assassiner à visage découvert tous ceux qui sont soupçonnés de s’opposer au régime.

Dans le bric-à-brac du débat, des interventions pour la plupart pleines d’émotions – comme souvent chaque fois qu’on évoque les Duvalier –, des voix se sont élevées pour rappeler la possibilité qu’il y a encore de poursuivre le régime. Comme un veilleur du temple, François Benoît, lui, n’y est pas allé par quatre chemins. « L’eau qui a permis la survie des Duvalier est encore là. On ne se reconnaît pas en tant qu’Haïtien, quelle est notre responsabilité vis-à-vis des autres ? Il faut refaire l’âme haïtienne, ce par l’instruction civique », soutient-il sous une salve d’applaudissements. Dans cette plongée toute ouverte dans les plaies commises par le duvaliérisme que les écoliers haïtiens n’étudient pas encore, personne ne perd de vue que les bourreaux circulent encore.

AUTEUR
Juno Jean Baptiste
jjeanbaptiste@lenouvelliste.com




Port-au-Prince, le 9 mars 2016

Revue de presse du Groupe C3

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

La plate-forme « rel patriyotik dénonce un plan des parlementaires membres des partis de l’ancien régime visant à paralyser l’action du président provisoire

Le porte -parole de la plate-forme « Rel patriyotik » (cri patriotique), Dextra Fritz Gerald a accusé vendredi des parlementaires du PHTK et alliés de constituer l’élément de blocage du processus de ratification de la politique générale du premier ministre désigné Fritz Alphonse Jean. Dextra Fritz Gerald a indiqué que le refus affirmé de députés et sénateurs du parti de l’ancien régime PHTK de voter en faveur M.Fritz Jean s ‘inscrit dans le cadre d’ un plan qui viserait à faire passer le temps, dans l’espoir de le voir arriver au terme de son mandat de 120 jours, sans former un gouvernement et sans avoir pu organiser des élections. Source : ahphaiti.org

Le pays sera bientôt doté d’un nouveau gouvernement

Le gouvernement provisoire sera incessamment constitué. L’annonce a été faite par le Président de la République. Jocelerme Privert tout en affirmant que les négociations avancent bien avec les secteurs concernés. Entretemps, le conseil électoral provisoire compte enfin 9 membres. Les noms seront soumis à l’appréciation du grand public indique le chef de l’état lors d’une conférence, ce vendredi. Par ailleurs, Jocelerme Privert a réaffirmé son optimisme quant à la possibilité que Fritz Jean d’obtienne un vote favorable à la déclaration de sa politique générale. Source : metropolehaiti.com

Le Sénat ne tient toujours pas séance pour élire son président

Faute de quorum, la séance plénière, qui devait se tenir au Grand Corps pour élire un nouveau président à la tête du Sénat de la République n’a pas pu avoir lieu. Elle est reportée au mardi 8 mars. L’appel nominal a constaté seulement la présence des 13 sénateurs du groupe majoritaire. Que le successeur de Jocelerme Privert au Grand Corps ne soit pas issu du groupe majoritaire qui a raflé la Présidence et la Primature, telle est l’exigence du groupe minoritaire pour permettre la tenue de séance. Source : signalfmhaiti.com

Jovenel Moise ne participerait pas au second tour de la présidentielle

C’est la panique dans le camp du PHTK depuis la rencontre de cette formation politique avec le Président Provisoire Jocelerme Privert le 19 février dernier. Selon Jovenel Moise qui faisait le compte-rendu de cette réunion jeudi à l’émission Haïti Débat sur Scoop FM, le président Privert aurait déclaré aux représentants du Parti Haïtien Tèt Kale qu’il n’était pas au courant que Jovenel Moise était qualifié pour le second de la présidentielle. Selon le président provisoire, Jovenel Moise serait classé en 5eme position suivant les résultats dont il dispose, résultats contraires à ceux publiés par le CEP de Pierre Louis Opont. Source : scoopfmhaiti.com

Haïti-Politique : Les pièces originales de Fritz Jean attendues à la chambre basse

Le premier ministre nommé Fritz-Alphonse Jean a promis d’acheminer ses pièces originales à la chambre basse, en vue de la poursuite de l’étude de son dossier, fait savoir le premier secrétaire à la chambre des députés, Abel Descollines, joint au téléphone par AlterPresse. Une séance plénière devrait avoir lieu le jeudi 3 mars 2016 à la chambre des députés en vue de constituer une commission chargée de déterminer la recevabilité ou l’irrecevabilité des pièces du premier ministre nommé. Source : alterpresse.org

Des organismes féminins rejettent l’auto désignation de Marie Frantz Joachim au CEP

Plusieurs organismes féminins (OFAVMA, COFEDNO, REFKAD, Association nationale des femmes victimes coopératives, etc.) se sont réunis, vendredi 4 mars, pour alerter l’opinion nationale et internationale sur le choix anti-démocratique de la coordonnatrice de solidarité Fanm Ayisyen (SOFA), Marie Frantz Joachim comme représentante du secteur féminin au sein du conseil électoral provisoire (CEP). Source : hpnhaiti.com

Société

Haïti-Cartographie : La Carte géographique d’Haïti doit être bientôt modifiée A cause de la précision des nouvelles données géo-spatiales que l’étude sur la cartographie a permis à l’État haïtien de disposer, le contenu de la Carte géographique d’Haïti doit être et sera modifié, a indiqué Boby Emmanuel Piard, directeur du Centre National de l’Information Géo-Spatiale (CNIGS). Cette information a été communiquée lors d’un atelier de travail tenu à l’initiative du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), dans le cadre du Projet de reconstruction et de gestion des risques et des désastres (PRGRD), autour du thème : « Compréhension des risques naturels à travers les Nouvelles technologies de l’information et de la communication ». Source : hpnhaiti.com

Haïti- Politique : Le président provisoire, Jocelerme Privert annonce des dispositions pour renforcer la sécurité

Un ensemble de dispositions a été adopté en vue de lutter contre la remontée du banditisme et garantir la sécurité dans le pays, indique le président provisoire Jocelerme Privert lors d’une conférence de presse, au palais national, ce 4 mars 2016. Ces actions viseraient à contribuer à créer des conditions maximales de sécurité en mettant hors d’état de nuire les bandits. En ce sens, il appelle la population à collaborer avec la police pour faciliter leur capture. Source : alterpresse.org

Port-au-Prince croule sous le poids des immondices

Depuis tantôt deux semaines, la région métropolitaine de Port-au-Prince est devenue un véritable dépotoir avec des tonnes d’immondices remarquées à chaque coin de rue. Au niveau du Boulevard Jean Jacques Dessalines communément appelé Grand Rue, la circulation automobile est devenue plus difficile en raison de la présence de montagnes d’immondices jonchant la chaussée. La commune Pétion-Ville considérée comme une zone huppée avec ses grands magasins n’est pas exempte. Non loin du marché, les immondices règnent en maître. Source : infohaiti.net

Culture

Éric Charles a rassemblé le monde culturel derrière lui

La plate-forme « Mardi alternative » et Radio Galaxie se font complices pour rendre un hommage mérité au chanteur Éric Charles, décédé le 25 février dernier des suites d’un ACV. Une soirée émouvante, empreinte de solidarité en dépit d’une météo peu clémente, a été organisée à sa mémoire. Source : radiotelevisioncaraibes.com

Sport

Haïti-Foot-U17 : Les Haïtiennes en tête de classement

Après avoir battu en amical (1-0) la Costa-Rica, la sélection haïtienne très convaincante a dominé (13-0) le pays hôte la Grenade, mercredi soir à Cricket National Stadium lors de la 1ère journée du groupe A dans le cadre de la dernière phase des éliminatoires de la coupe du monde Jordanie 2016. Source : radiotelevisoncaraibes.com

Dans la presse internationale

L’ONU appelle Haïti à agir contre la surpopulation carcérale et les détentions provisoires prolongées

Malgré les avancées importantes d’Haïti en matière de protection des droits de l’Homme, un nouveau rapport de l’ONU, publié vendredi, met en lumière les manquements du système judiciaire du pays, l’usage illégal de la force par des agents de l’État, ainsi que la situation humanitaire préoccupante des milliers de personnes d’origine haïtienne déportées en Haïti par la République dominicaine. Publié par le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH), ce rapport annuel analyse la situation des droits de l’Homme en Haïti entre juillet 2014 et juin 2015. Il met en évidence des avancées en matière de droits de l’Homme, s’agissant notamment de la protection des enfants contre le trafic, la prostitution et la pornographie. Source : french.xinhuanet.com



Ils ont dit

Le sénateur Edwin Zenny, membre du bloc minoritaire : « Le président Privert est en train de commettre la même erreur que son prédécesseur Michel Martelly qui avait échoué dans ses tentatives d’imposer le juriste Bernard Gousse comme chef de gouvernement. » Source : ahphaiti.org

Le Président de la République, Jocelerme Privert : « Les discussions vont bon train avec les parlementaires et il y a de l’espoir. » Source : metropolehaiti.com

Le chef de file du groupe minoritaire au Sénat de la République, Yourie Latortue : « Le Président Privert n’a d’autre choix que de nommer un autre Premier Ministre. Un gouvernement qui n’est pas issu d’un consensus mènera inévitablement le pays vers le chaos et le trouble avec des élections qui seront à coup sûr orientées”. Source : infohaiti.net

Le linguiste Lemète Zéphyr : « La mise en place d’une commission de vérification électorale s’avère « fondamentale » dans la conjoncture actuelle. C’est la première chose à faire après l’installation du gouvernement » Source : alterpresse.org

Amnesty International, Human Rights Watch, la FIDH et Avocats sans frontières Canada (ASFC) : « La crise politique que traverse actuellement Haïti ne doit pas servir de prétexte pour priver de justice les victimes de violations des droits humains commises sous le régime de Jean-Claude Duvalier. » Source : rfmhaiti.com


Le texte de la semaine


Démocratie, gouvernance et réforme universitaire : l’expérience haïtienne

Par Fritz Deshommes*

dimanche 28 février 2016
Source : alterpresse.org

La communauté universitaire constitue l’un des secteurs les plus concernés par les transitions démocratiques. Souvent l’Université se situe à la pointe des revendications et des actions pour le changement de régime politique et demeure parmi les plus proactifs dans la période post-ancien régime. L’Université haïtienne n’y échappe pas. [1] Le présent texte part de la chute de la dictature des Duvalier et relate l’expérience de l’Université d’État d’Haïti, le plus important établissement d’enseignement supérieur d’Haïti. Il met surtout l’accent sur les écueils à éviter dans la mise en place de la démocratie universitaire et rend compte des tentatives de correction de certaines dérives constatées 30 ans après.

1- A la chute de la dictature des Duvalier en février 1986, les revendications fusent de toutes parts. Le leitmotiv à l’époque : « Changer l’État ». Sortir de l’État prédateur, patrimonial, autoritaire, centralisateur et instaurer une gouvernance démocratique, participative, décentralisée et efficace. Changer l’État, le transformer et le mettre véritablement au service de la nation.

2- Pour l’Université d’État d’Haïti, la nouvelle situation se traduit par des changements majeurs dans la composition et le fonctionnement de ses organes dirigeants et les relations avec les Pouvoirs Publics. L’élection des dirigeants à tous les niveaux, la participation des composantes fondamentales de la communauté a la gestion de l’institution (étudiants, professeurs, notamment), l’introduction de nouveaux rapports avec l’État, la dynamisation de l’Administration Centrale de l’UEH, la redéfinition de la mission de l’institution constituent autant de jalons marques sur le chemin d’une université en quête d’un fonctionnement plus efficace et plus en rapport avec sa nature.

3- Trente ans après, le bilan de ce nouveau régime fait apparaitre des points forts et des points faibles.

D’un côté, l’université devient plus capable de jouer son rôle naturel dans la société dans la formation de cadres et de dirigeants dans la production de savoirs, le développement d’une pensée critique, l’animation de la vie intellectuelle et scientifique. La nouvelle Constitution affirme son autonomie et confirme son statut d’institution indépendante. Désormais ses professeurs, dirigeants et cadres ne sont plus nommés par le Président de la République. Les Dispositions Transitoires relatives à l’organisation et au fonctionnement de l’Administration Centrale de l’UEH lui reconnaissent notamment la liberté d’expression, la liberté académique, la liberté de gestion, la liberté financière et l’inviolabilité de son espace.

D’un autre côté, le mode de mise en œuvre de ces acquis démocratiques dans un contexte d’approfondissement de la crise nationale au triple niveau politique, économique et social met en lumière les lacunes suivantes :

Mauvaise qualité des relations avec les pouvoirs publics ;
Le système est fermé sur lui-même, sans beaucoup d’interactions avec les secteurs vitaux de la société et de l’État ;

Le mode de désignation des dirigeants ne garantit que les meilleurs seront choisis ;
Le système fait montre d’un déficit flagrant d’organes de gouvernance et de régulation ;

L’organe suprême de l’institution, le Conseil de l’Université comporte de graves lacunes nuisibles à son fonctionnement harmonieux et à son développement. Citons notamment : sa composition, entre les incompatibilités des fonctions de ses membres et son caractère ferme, tourne sur lui-même ; sa nature et ses attributions réelles qui font qu’elle joue à la fois le rôle de Conseil d’Administration, de Conseil Académique, de Conseil d’Arbitrage, de Conseil Consultatif, etc. ; L’excès de démocratisme qui : a) conduit à élire au sein d’un Conseil Exécutif ou du Conseil Décanal des dirigeants sur des programmes séparés de telle sorte que l’entente devient très difficile au moment de la mise en œuvre ; b) dote les étudiants d’un poids excessif que le clientélisme des uns, la précarité des autres transformeront en une force de pression susceptible d’être préjudiciable au bon fonctionnement du système.

4- Pour pallier ces difficultés, la Commission de Réforme créée par les Dispositions Transitoires susmentionnées a fait les propositions suivantes :

Augmentation du nombre d’organes de gouvernance et de régulation à l’UEH et clarification de leur mission ;
Création d’un Conseil d’Administration, d’un Conseil Académique et Scientifique, d’un bureau du Protecteur Universitaire, d’un bureau d’Audit Interne ;
Révision de la composition de l’organe suprême dans la perspective de l’élimination des incompatibilités de fonctions occupées par la même personne ;
Option claire pour l’établissement de nouvelles relations avec les Pouvoirs Publics qui sont désormais représentes au Conseil d’Administration au triple niveau du Pouvoir Exécutif, du Pouvoir Législatif et des Collectivités Territoriales ;
Ouverture vers la Société Civile qui dispose de représentants au Conseil d’administration a travers ses Associations Professionnelles et Civiques ; Introduction de nouvelles modalités de désignation des dirigeants dans la perspective de favoriser l’émergence des candidats les plus capables, dans un cadre de gouvernance rationnelle et de sauvegarde des acquis démocratiques. Dans cette perspective, l’élection est précédée d’un processus de screening. De même, il reviendra au Recteur, au Chancelier et au Doyen de désigner leurs collaborateurs les plus directs (comme vice-recteurs, vice-chanceliers et vice-doyens), histoire de promouvoir l’unité de commandement, de vue et d’action au sein des Conseils a attributions exécutives ;
Intégration pleine et entière des entités de province au système de l’UEH. Désormais elles ont le même statut, le même mode de fonctionnement et de gouvernance que les autres entités de la capitale. Ils sont également représentés au Conseil d ’Administration. En outre, ils sont dotés d’un Conseil Consultatif local regroupant la société civile et les pouvoirs locaux.

Désormais, l’UEH est constituée d’un réseau de campus, décentralisés, dotés d’une large autonomie, lesquels mutualisent leurs ressources et leurs capacités. Ce réseau fonctionnerait sous le contrôle d’un Conseil d’Administration compose de représentants de tous les campus, à côté de ceux de l’État, des Collectivités Territoriales et de la société civile. Bien entendu, la proposition de la Commission de Réforme peut être améliorée en prévoyant une représentation appropriée du personnel administratif ainsi qu’une majorité de sièges en faveur des membres en provenance des structures internes de l’Université, dont les professeurs, les étudiants, les membres de direction et le personnel administratif. On peut même prévoir que les membres externes doivent nécessairement être des anciens de l’UEH.

5-Comme on peut s’en rendre compte, la Commission de Réforme s’est gardée de trop se prononcer sur les aspects académiques. Ils sont plus compliqués, demandent plus d’enquêtes, plus d’études, plus de temps. En outre, ils requièrent de sérieuses négociations avec les entités composant l’UEH.

Par exemple, doit-on encore consacrer la proximité thématique Droit et Sciences Économiques, dont se prévaut la Faculté du même nom ? Ne serait-il pas plus approprié de placer le Département d’Économie à côté de ceux de Comptabilité et de Gestion des Affaires logés à l’INAGHEI ? Existe-t-il des raisons majeures pour que deux Facultés différentes développent des programmes de licence en Psychologie et en Sociologie, comme c’est le cas à la FASCH et à la FE ou de sciences politiques comme c’est le cas à l’IERAH et à l’INAGHEI ? Le Décret de 1985 créant une vaste Faculté des Sciences humaines et sociales regroupant la FASCH, la FLA, la FE est-il encore d’actualité ?

Comment apprécier les propositions selon lesquelles l’ENS devrait se transformer en une vraie Faculté des Sciences de l’Éducation capable de conduire de sérieuses réflexions sur le système éducatif national et de former les enseignants à tous les niveaux, de la maternelle à l’Université, en passant par le fondamental et le secondaire ? Quand on se rappelle l’état lamentable de notre système éducatif, ses lacunes criantes en termes de disponibilités de maitres, de professeurs et de gestionnaires qualifiés, de matériel didactique et pédagogique, il est opportun de se demander si l’UEH ne serait pas plus utile à la nation si elle pouvait disposer d’une faculté appelée à devenir la référence nationale sur toutes ces questions.

L’UEH ne devrait-elle pas s’évertuer à renforcer et à valoriser les immenses capacités nationales en matière artistique et culturelle. La musique, la peinture, l’artisanat, les arts, les chants et danses demeurent des domaines trop négligés et pour lesquels notre pays dispose d’un avantage comparatif certain. On pourrait dire autant de l’Histoire, des savoirs locaux en matière de médecine traditionnelle, d’agriculture, de construction, de gestion de l’environnement, de météorologie, etc. ?

Ne devrions-nous pas créer une véritable faculté des sciences. Et par la même occasion établir la différence entre une faculté des sciences et une faculté de génie ?

Avons-nous un nombre trop élevé de facultés ? Des regroupements seraient-ils nécessaires ?

Bien entendu la plupart des propositions de la Commission de Réforme risquent de faire l’objet de fortes résistances au sein de la Communauté universitaire. Aujourd’hui en 2014, comment faire prendre conscience des lacunes, des déficits, des erreurs, des contradictions ? Comment convaincre de la nécessité d’apporter des corrections appropriées ? Comment amener à comprendre que ce qui peut paraitre comme une perte de pouvoir pour certains secteurs constituent plutôt une occasion de renforcement de l’institution et par ainsi de ces mêmes secteurs ? Comment amener le Conseil de l’Université à faire siennes ces réformes ? Dans cette conjoncture de crise multiforme, comment alerter la communauté universitaire sans dévoyer la démocratie ? Comment prendre à témoin la société civile et l’État sans mettre en danger l’autonomie universitaire ? Comment porter le reste de la société à prendre ses responsabilités vis-à-vis de sa plus grande université, financée essentiellement par les taxes et impôts des citoyens ?

* Vice-recteur à la recherche de l’Université d’État d’Haïti




Le choix du président provisoire, le sénateur Jocelerme Privert, résoudra-t-il une partie des problèmes du pays et de son personnel politique, ou sera-t-il finalement le moyen suffisant, faute de mieux, pour s’organiser vers la véritable démocratie réclamée par la plus grande partie du peuple ? Voici déjà la revue de presse et le billet d’humeur qui ont précédé la décision des parlementaires.

Port-au-Prince, le 13 février 2016

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Wesner Polycarpe justifie le processus pour l’élection d’un président

Les personnalités politiques intéressées par la présidence provisoire attendent le dernier jour pour soumettre leurs dossiers. Seuls trois dirigeants de partis politiques, inconnus du grand public, ont rempli les formalités de la commission bicamérale spéciale. Le président de la commission, Wesner Polycarpe, a justifié la poursuite du processus en estimant qu’il bénéficie de l’appui d’un secteur de l’Opposition. Il se dit prêt à expliquer aux manifestants l’importance du processus d’élection d’un président provisoire. Il n’est jamais trop tard pour fournir des précisions sur le bien-fondé de la démarche du Parlement, dit-il. Source : metropolehaiti.com

Faible affluence à l’inscription des candidats à la Présidence provisoire

De plus en plus de voix s’élèvent au Parlement et ailleurs contre l’éventualité que l’Assemblée Nationale soit juge et partie en tentant d’élire un parlementaire à la présidence provisoire. Des organisations politiques et le G-8 manifestent à partir de ce vendredi 12 février 2016 contre l’accord du 5 février et contre l’élection d’un parlementaire à la présidence provisoire. Source : radiokiskeya.com

Les responsables du secteur populaire et du MONOP apportent leur soutien à Jocelerme Privert comme président provisoire

Selon Roody Pierre Paul et André Fadot, M. Privert est à même de répondre aux desiderata de la population. Ils annoncent trois journées de manifestation, demain, samedi et dimanche pour forcer les présidents des deux branches du Parlement d’assumer leurs responsabilités en dotant le pays d’un président provisoire dans le meilleur délai. Source : radiotelevision2000.com

Les syndicalistes accordent un délai de 24 heures aux parlementaires

En conférence de presse, jeudi 11 février, à l’hôtel Le Plaza, des syndicalistes, fixant leur position sur la crise que connaît le pays, expriment leur désaccord au procédé des parlementaires en vue d’élire un président provisoire dans le pays. Ils disent ne pas comprendre l’attitude du Parlement haïtien dans cette aventure inconstitutionnelle d’inscription de candidats à la présidence pour la transition, a constaté Haiti Press Network. Montès Joseph, Méhu Changeux et Hary Antony, responsables du Regroupement du secteur syndical haïtien, concentrant le Front national des syndicats haïtiens (FNSH), le Secteur transporteur terrestre haïtien (STTH) et la Coalition nationale des transporteurs haïtiens (CNSTH) demandent aux parlementaires de revenir sur terre et prendre le chemin d’un consensus politique large. Source : radiotelevisioncaraibes.com

3 personnes se sont déjà fait inscrire au poste de président provisoire de la République

Parmi elles figurent, Mackenson Cangé et Jean Fritz Duvernat, a indiqué le président de la commission bicamérale spéciale, le sénateur Wetsner Polycarpe précisant que les postulants n’ont pas encore versé la quittance de 500.000 gourdes à la DGI. Source : radiotelevision2000.com

Le Forum Économique satisfait de l’accord signé entre Martelly et le Parlement

Si certains secteurs dénoncent cet accord trouvé le 6 février dernier entre Michel Martelly et les parlementaires, le Forum Économique du secteur privé, à travers une note, se montre heureux de constater la signature de cet accord de sortie de crise. « Le Forum est aussi heureux de constater une nette amélioration du climat sociopolitique enregistré depuis la signature de cet accord et la tenue de l’Assemblée nationale. Ceci augure indubitablement des lendemains meilleurs pour notre chère Haïti », lit-on dans la note. Source : signalfmhaiti.com

Arnel Bélizaire veut prendre d’assaut le Palais national avec cent-vingt hommes

L’ancien député, Arnel Bélizaire, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 10 février, attend 120 hommes de courage et de bonne volonté pour s’accaparer du Palais national. L’ancien parlementaire n’a pas ménagé ses mots pour fustiger les sénateurs et les députés de la 50e législature qui, dit-il, prennent des décisions contre un lendemain meilleur de la population. Dans la même veine, Arnel Beliaire lance deux (2) journées de mobilisation populaire les 11 et 12 février 2016, pour dénoncer, dit-il, un coup d’État parlementaire. Source : scoopfmhaiti.com

Société

Des anciens boursiers haïtiens du Japon s’engagent à servir la communauté

Dans le cadre du transfert de connaissances entre les bousiers du Japon en Haïti en vue de promouvoir l’éducation sanitaire dans les écoles, ainsi que le management et le leadership en soins infirmiers, l’Association des ex-boursiers haïtiens du Japon (ABHJA) a organisé le week-end écoulé un atelier de formation sur la question sanitaire en Haïti. L’objectif est de contribuer à faire du droit de la santé une réalité en Haïti, et aussi créer une dynamique convergente entre les producteurs de la connaissance scientifique, les utilisateurs et les bénéficiaires. Source : lenouvelliste.com

Haïti-RD : Premier anniversaire de l’assassinat par pendaison de l’Haïtien Jean Claude Jean Harry à Santiago

Cela fait un an que Jean-Claude Jean Harry, un cireur de chaussures haïtien, a été retrouvé pendu, le 11 février 2015, sur une place publique à Santiago en République Dominicaine. Plusieurs organisations nationales et internationales ont été révoltées par cet assassinat résultant, selon elles, du racisme et de la vague de rapatriements massifs effectués par les autorités dominicaines contre les ressortissants haïtiens en territoire voisin. Ce crime, qui n’a toujours pas été éclairci par la justice dominicaine, a eu lieu dans un contexte où un processus de régularisation de migrants haïtiens en territoire voisin était en cours. Source : alterpresse.org

Coopération internationale

Le chef de la Délégation de l’Union Européenne en Haïti, Vincent Degert, a effectué une visite de courtoisie ce jeudi à la Chambre des députés

Il s’est entretenu avec son président Cholzer Chancy autour de la crise. Les deux hommes ont également abordé le dossier relatif à l’aide de l’UE en Haiti. M. Chancy affirme, par ailleurs, que certains députés et sénateurs ne seraient pas favorables à la candidature de parlementaires au poste de président provisoire. Source : radiotelevision2000.com

Education

UEH-Protestations : Des étudiants en guerre contre le Rectorat de l’université d’État
br> Des étudiants se réclamant de l’université d’État d’Haïti (UEH) ont pris pour cible l’immeuble du Rectorat de l’université d’État en semant la panique lors d’un mouvement de protestation le jeudi 11 février 2016, pour exiger, entre autres revendications, la démission du conseil d’administration dirigeant l’université d’État, a constaté Haïti Press Network. Jets de pierre, tessons de bouteille, tableaux d’affichages déchirés, pare-brise de deux véhicules cassés dans la cour intérieure, pneus enflammés au niveau des rues du Canapé vert et Rivière, le bâtiment du rectorat de l’UEH qui offre l’image d’une institution abandonnée est pourtant occupé de force, depuis 8 jours, par un groupe d’étudiants de l’Université d’État d’Haïti. Source : hpnhaiti.com

Le MENFP dénonce l’agression contre ses employés

Le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) condamne l’attaque à coups de pierre contre le siège central du ministère perpétrée le vendredi 5 février 2016 par des individus s’identifiant comme des directeurs d’écoles privées faisant partie du PSUGO. Selon un communiqué du ministère, cette agression gratuite a failli coûter la vie à une employée du MENFP qui a reçu des jets de pierre presqu’en plein visage. Elle a dû être transportée d’urgence à l’hôpital en vue de recevoir les premiers soins. De plus, les vitres de plusieurs véhicules ont été brisées, sans compter le traumatisme causé chez les employés par de tels actes. En tout état de cause, le MENFP estime inacceptable ce genre d’agressions physiques par certains individus se réclamant du monde de l’éducation. Source ; metropolehaiti.com

Santé

Rebondissement du choléra

6 personnes sont mortes de choléra, jeudi, à Molar, 5eme section communale de Borgne, selon le vice-délégué de l’arrondissement de Borgne/Port Margot Francisque Fortuné. Ce net rebondissement du choléra est intervenu suite aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la région Nord. Source : radiotelevision2000.com

Epidémie de Zika : déjà 329 cas en Haïti

La direction d’épidémiologie de laboratoire et de recherche (DELR) du ministère de la Santé publique a annoncé que le nombre de victimes de l’épidémie de Zika a considérablement augmenté en Haïti. Du 24 au 30 janvier 2016, 204 malades ont été recensés, dont 42% d’hommes et 52% de femmes. Dans le département de l’Ouest 56 cas, dont 31 à Pétion-ville, ont été détectés soit 27,45%, 53 dans l’Artibonite soit 25,98% dont 42 seulement à Verrettes et 32 infectés dans le centre soit 15,69%, tous se trouvant dans la ville de Mirebalais. La DELR a souligné que depuis la confirmation de l’épidémie Zika en Haïti, 329 personnes dans tout le pays ont contracté le Virus. Source : signalfmhaiti.com

Culture

Haïti-Carnaval : 175 personnes blessées, aucun décès, selon la Police

175 personnes ont été victimes de blessures plus ou moins légères durant les festivités carnavalesques qui se sont tenues les lundi 8 et mardi 9 février 2016, selon un bilan communiqué par la police sur sa page Facebook consultée par l’agence en ligne AlterPresse. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée. Durant les deux jours, la Pnh a dénombré respectivement 47 et 128 victimes par balle, à l’arme blanche et au bâton. Source : alterpresse.org

Dans la presse internationale

La crisis de Haití incide en la migración hacia República Dominicana

De agudizarse la crisis política y aumentar la violencia en Haití tras la salida de la presidencia de Michel Martelly, decenas de nacionales de ese Estado podrían cruzar la frontera en busca de refugio en la República Dominicana. El sociólogo Wilfredo Lozana explicó que si el conflicto se prolonga mucho, algún efecto tendrá en la dinámica comercial inter y trans fronteriza, y podría estimular el aumento del flujo migratorio de grupos poblacionales vulnerables y temerosos de la violencia hacia la RD. Dijo que las autoridades dominicanas deben, como lo están haciendo, fortalecer su vigilancia de la región fronteriza, pero “sin agitación ni alharaca”. Source : diariolibre.com

René Depestre : « La situation en Haïti est carnavalesque »

Le poète, essayiste et romancier d’origine haïtienne René Depestre nous a reçus à l’occasion de son grand retour en librairie. L’auteur de Hadriana dans tous mes rêves (Gallimard, Folio), prix Renaudot 1988, publie un nouveau roman, Popa Singer (éd. Zulma), en hommage à sa mère. Un événement dans « son vieil âge d’homme », comme il qualifie joliment ses presque 90 ans. Depuis son exil qu’il n’a jamais vécu comme tel, tant son pays vibre dans son œuvre, il évoque la situation politique en Haïti, marquée aujourd’hui par une « crise de la société civile ». En cette période de carnaval, c’est ce mot même qui qualifie le mieux la vie politique haïtienne. « Je me considère comme un vaincu total en ce qui concerne Haïti. » Source : lepoint.fr

Haiti Transitional President to Be Elected Feb. 14

The Haitian National Assembly will elect a transitional president on Sunday, exactly one week after former President Michel Martelly officially stepped down from office, local legislative sources announced Wednesday. Political leaders who aspire to become presidents have until Thursday afternoon to register their candidates, the Spanish news agency EFE said. Source : telesurtv.net

Ils ont dit

Sénateur Wesner Polycarpe, président de la commission bicamérale spéciale : « Les consultations avec les divers acteurs politiques et les leaders de la société civile se poursuivent durant le processus électoral. Nous sommes à la recherche d’un consensus entre les acteurs politiques, les organisations populaires et les organisations de la société civile mais nous n’avons pas la prétention de trouver un consensus total. » Source : metropolehaiti.com

Le Sénateur Steven Benoit annonce avoir déserté le parlement pour ne pas avoir à voter dans les conditions actuelles. Il appelle ses pairs à : « ne pas se substituer à l’Exécutif et surtout à ne pas contraindre le pays à faire marche-arrière avec des élections au second degré. » Source : radiokiskeya.com

Assad Volcy, coordonnateur adjoint de la plateforme Pitit Desalin : « L’heure est à la recherche d’une large concertation. Toute solution qui ne reposerait pas sur de nouvelles négociations est vouée à l’échec : « Pitit Desalin » ne fera pas partie d’un gouvernement de transition. » Source : lenational.ht

L’ancien député, Arnel Bélizaire, lors d’une conférence de presse tenue mercredi 10 février : « Aujourd’hui, s’il existe des hommes de ma trempe, je prendrai d’assaut le Palais national. Le palais national ne peut pas rester vide aussi longtemps ». Source : scoopfmhaiti.com

Texte du jour

Les leaders, loin derrière le peuple

Par Robert Benodin

11 février 2016

On est en train d’assister au combat intense d’un peuple appauvri et exploité qui exige avec fracas le respect de sa dignité, de sa souveraineté et de son droit à l’autodétermination. Il est en train de se battre contre les forces rétrogrades des puissances hégémoniques, ces instances et ces proxys qui gouvernent son pays. Dans un premier temps, il vient paradoxalement d’infliger à ces forces rétrogrades une humiliation qui n’est pas des moindres. Malgré le fait que les puissances hégémoniques ont protégé du bec et des ongles le quinquennat de leur proxy, catapulté au pouvoir par leurs entremises. Ce peuple a pu empêcher que les résultats des deux élections irréfutablement frauduleux puissent catapulter une fois de trop au pouvoir un autre proxy. Ce peuple a refusé à Michel Martelly le proxy de ces puissances hégémoniques, l’honneur d’introniser son successeur. Une humiliation inédite dans l’histoire électorale récente d’Haïti.

Confronté maintenant à une situation d’exception, ce peuple doit, dans un second temps, se battre avec autant d’ardeur que possible pour empêcher que ces forces rétrogrades et répressives ne reprennent les rênes du pouvoir et le contrôle de la situation d’exception. De fait, il y va de son émancipation de ce continuum qui l’a mis et le retient jusqu’à présent dans cet état de pauvreté et de misère dans lequel il gît. Puisqu’on a déjà, de manière rocambolesque, validé les pouvoirs de ces parlementaires mal-élus en Assemblée Nationale. Ces mal-élus se sont déjà engagés dans un accord avec Michel Martelly pour établir le type de gouvernement de transition, son mandat, sa mission et usurper le rôle de grand-électeur ayant l’exclusivité du droit d’élire son prochain président. Élire un président provisoire (sic).

Toute reprise du second tour des présidentielles, même après une réévaluation des résultats des élections du 25 octobre, qui ne sera qu’un tri, expose aux risques d’entérinement partiel ou total des forfaits commis intentionnellement au cours de ces deux élections du 9 août et du 25 octobre 2015 et de leurs conséquences. L’annulation de ces élections est le seul moyen certain qui soit capable de réduire au minimum presque toutes les chances de noyautage par l’Internationale et par cette caste qui peut enrayer toute tentative de récupération de souveraineté et du droit à l’autodétermination.

Alors que la contestation électorale exige clairement l’annulation des élections du 9 août et du 25 octobre 2015, la totalité de la chambre des députés et les deux tiers du Sénat issus précisément de ces élections contestées, considérés comme des mal-élus, ont assumé au nom de la nation de cosigner un accord avec le président sortant, Michel Martelly, le 5 février 2016, qui leur permet d’usurper l’exclusivité du droit de choisir le chef d’État du gouvernement de transition, dont le mandat sera de 120 jours, avec l’unique mission d’organiser le second tour des présidentielles avec le même système électoral vicié.

Peut-on douter du fait que cette solution venant de ces mal-élus, supportée naturellement par l’Internationale, ne fera que maintenir le pays dans la pérennisation de ce continuum au profit de ce leadership sauvage qui a confisqué et exercé le pouvoir pendant ces derniers 59 ans. Alors qu’aujourd’hui la volonté politique majoritaire est de s’émanciper de la domination de cette caste et des contraintes de ce continuum. La contestation électorale massifiée et irréversible devra redoubler d’effort et s’intensifier pour persister sans relâche à combattre ces imposteurs qui veulent agir comme s’ils avaient la légitimité nécessaire pour prendre des décisions aussi importantes au nom de la nation haïtienne tout entière, en engageant son destin. Ils ne veulent et ne font que continuer à prendre avantage d’un peuple à bout de souffle et aux abois. Ce peuple qui aujourd’hui veut rompre avec ce continuum est en train de se chercher obstinément une nouvelle voie progressiste pour améliorer son sort et aspirer à un meilleur avenir. C’est ce pourquoi il a pris les rues pour exprimer à haute et intelligible voix sa frustration et son rejet des résultats de ces deux élections frauduleuses qui ont charrié au Parlement ces mal-élus, qui l’en empêchent !

Cette solution émanant de l’accord signé entre Martelly et les présidents des deux chambres du Parlement ne permettra pas au pays à sortir de l’impasse, en créant une nouvelle dynamique parallèle au mouvement qui a forcé la nécessité d’avoir recours à un gouvernement de transition. Cette nouvelle dynamique émanant de cet accord entre Martelly et le Parlement a par compte exclu d’un revers de la main tous ceux qui directement ont œuvré pour aboutir à cette situation d’exception. Cette solution va causer plus d’affrontement entre ces mal-élus et les forces d’opposition. Parce qu’elle ne tient pas compte, circonvient et ignore intentionnellement les revendications des masses. Alors que ceux qui veulent imposer cette solution sont de fait des imposteurs, des mal-élus, issus d’élections frauduleuses, dont la contestation électorale massifiée exige précisément leur annulation et qui sont les causes directes de la nécessité d’avoir besoin aujourd’hui d’un gouvernement de transition et d’un chef d’État provisoire. Cette solution est logiquement en conflit avec la conjoncture de contestation électorale, qui est absolument insoluble, en excluant les forces contestataires. Puisque la fraude électorale est le moyen préférentiel que l’Internationale et ses proxys ont toujours utilisé pour continuer à confisquer et exercer le pouvoir en maintenant le statu quo. La contestation électorale massifiée devenue irréversible, en provoquant l’interruption du processus électoral, a causé ce vide à la présidence que ces parlementaires issus de ces élections frauduleuses contestées essaient de combler en excluant intentionnellement la pertinence de ces acteurs politiques qui ont assumé la responsabilité de la gestion de ces actions politiques, aux fins d’aboutir à cette situation d’exception. Peut-on croire que ceux qui ont fait cet effort pour arriver à cette fin vont passivement se soumettre à la volonté de ceux contre qui ils sont en train de se battre, pour s’émanciper de ce continuum ?

On vient d’assister avec stupéfaction à un scandale inédit au lendemain des élections du 25 octobre 2015. Des candidats aux postes de parlementaire sont venus sur les ondes témoigner publiquement du fait d’avoir versé des sommes importantes à des conseillers du CEP pour s’assurer du fait qu’ils seront élus aux sièges parlementaires. Ces dénonciations n’ont pas été vagues et anonymes. Ces conseillers du CEP ont été dénoncés nommément par ces candidats. Il est évident que ces sièges parlementaires ont été mis aux enchères, aux plus offrants et derniers enchérisseurs par les conseillers du CEP. Les candidats malheureux venant, après la publication des résultats électoraux, réclamer de ces conseillers du CEP le remboursement de l’argent qu’ils leur ont versé vainement. Leurs compétiteurs ayant gagné à leur place à ces élections, parce qu’ils ont surenchéri avec des offres plus alléchantes. Ce sont ces aveux publics de candidats malheureux qui ont permis de voir au grand jour et de comprendre à quel point les conseillers de ce CEP sont corrompus et l’effet négatif que cette corruption doit avoir sur les résultats de ces deux élections. Ce scandale, à lui seul, ne suffit-il pas pour questionner la validité des résultats de ces deux élections ? Ce n’est pas à tort que la contestation électorale massifiée exige formellement l’annulation des deux élections frauduleuses.

Puisque les parlementaires issus de ces élections frauduleuses ont assumé le rôle de grand-électeur pour élire le prochain président provisoire. Ayant acheté leurs cocardes de député et de sénateur, ne vont-ils pas à leur tour mettre aux enchères le poste de président provisoire, pour lequel ils ont usurpé l’exclusivité du droit d’élire ? L’opposition progressiste ne peut pas laisser cet accord fallacieux entre Martelly et des parlementaires mafieux décider de l’avenir du pays. Après 59 ans de ce leadership sauvage qui a ravagé le pays pour en faire le plus pauvre de l’hémisphère et le classer parmi les quatre pays les plus corrompus du monde, avec naturellement l’aide et la complicité de l’Internationale et de ses instances, il est temps qu’on s’émancipe de ce continuum, pour récupérer notre souveraineté nationale et exercer notre droit à l’autodétermination. A la fin du mandat du chef d’État, le dernier en date de ces gouvernements proxys issus de la fraude électorale et de l’immixtion internationale, les masses haïtiennes ont collectivement interrompu le processus électoral par une contestation irréversible, pour ne plus permettre qu’il y ait à nouveau une passation de pouvoir de proxy à proxy dans ce pays.

Les masses haïtiennes par le biais de cet effort exceptionnel, sont sur le point de mettre fin à ces pratiques mafieuses qui permettent à ce leadership sauvage de confisquer continuellement le pouvoir depuis 59 ans. Vont-elles, étant sur le point de franchir ce seuil, permettre à ces parlementaires issus de ces deux élections frauduleuses, dont elles exigent l’annulation, de faire usage d’un accord fallacieux émanant d’une entente mafieuse avec Martelly, supportée par l’Internationale, de fouler aux pieds leurs revendications et de les jeter au rancart, pour maintenir le cap au sein du continuum ?

Le moment est venu de faire cette réflexion profonde sur la refondation de l’État, la reconstruction, la restructuration de toutes les institutions sans exception et particulièrement l’institutionnalisation du système électoral. Cette opportunité s’offre aujourd’hui à ceux qui auront le courage de mener le combat progressiste jusqu’au bout contre les forces rétrogrades qui poursuivent le maintien du statu quo. L’argumentum ad populum vient irréfutablement de faire ses preuves, en interrompant de manière irréversible le processus électoral vicié, pour empêcher que la passation traditionnelle du pouvoir puisse se faire d’un proxy à un autre. Ne permettez pas à ces mal-élus de reprendre le haut du pavé, en réimposant cette tradition d’élections frauduleuses et d’immixtion internationale catapultant au pouvoir les chefs d’État de son choix ! Que Martelly soit le dernier de cette caste de chefs d’État proxys !






L’actualité va vite en ce moment. Nous savons désormais que la solution choisie par le pays pour régler le problème tend vers la constitution d’un gouvernement de transition et qu’un nouveau scrutin présidentiel sera organisé. Tout ceci a été accepté par l’ensemble des acteurs concernés, dont l’ancien président Martelly qui devrait quitter le pouvoir au jour-dit (suspense ?). Nous incluons cependant le bulletin hebdomadaire du C3GROUP, pour information fort légitime.

Port-au-Prince, 5 février 2016

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Haïti-Crise : Martelly lève le doute sur son départ le 7 février

Le président Michel Martelly a confirmé ce 4 février qu’il quittera son poste à la fin de son mandat le 7 février prochain. « Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire », a déclaré Martelly dans un discours prononcé lors de l’inauguration du nouvel immeuble du ministère de l’Intérieur, détruit lors du terrible séisme de 2010. Martelly a affirmé qu’il partait « sans regret, sans envie, sans attache », à l’issue de 5 ans passés à la tête du pays, dont 4 sans organiser d’élections, tandis que des scrutins fortement controversés et inachevés se sont déroulés au cours de la dernière année (en août et novembre 2015). Source : alterpresse.org

Les membres de l’opposition à nouveau dans les rues, ce Jeudi

Les membres de l’opposition étaient à nouveau dans les rues, ce jeudi, pour continuer d’exiger le départ du président Michel Martelly et la mise en place d’un gouvernement de transition. La manifestation a pris fin devant le Parlement. Les protestataires en ont profité pour dénoncer la tenue de la séance en assemblée nationale. Source : radiotelevision2000.com

Nouvelle manifestation des partisans de Jovenel Moïse

Pour la deuxième journée consécutive, plusieurs milliers de partisans du PHTK ont manifesté cette fois-ci dans la commune de Carrefour afin d’exiger la tenue au plus vite du second tour de la présidentielle. Les protestataires annoncent qu’ils sont contre la mise en place dans le pays d’un gouvernement de transition au départ de Michel Martelly. La manifestation s’est déroulée sans incident majeur. Parallèlement, des milliers de partisans du PHTK ont gagné les rues du Cap-Haïtien mercredi, pour exiger la tenue rapide du second tour des élections et le maintien en place du président Martelly jusqu’à ce qu’un nouveau chef de l’État soit élu. Source : metropolehaiti.com

Haïti-Parlement : la 50e législature rentre en fonction, les députés sont aux anges

La séance en Assemblée nationale s’est tenue le jeudi 4 février, soit près d’un mois après la prestation de serment et la validation du pouvoir des députés. Désormais, les travaux parlementaires peuvent démarrer à la chambre basse. 22 sénateurs et 92 députés ont répondu à l’appel, donnant lieu définitivement à l’ouverture de la séance en Assemblée nationale. Dans son discours de circonstance, le président du Sénat Jocelerme Privert a rappelé, d’entrée de jeu, que 2016 marque la 30e année de la rupture du peuple haïtien avec la dictature des Duvalier et du virage vers la démocratie. Source : hpnhaiti.com

Société

Vicky Jeudy dévoile un sein sur le tapis rouge du SAG Awards au côté de Leonardo Di Caprio

L’actrice d’origine haïtienne Vicky Jeudy a remporté son deuxième SAG Award pour sa performance avec l’équipe de la série de Netflix « Orange is the New Black » le week-end écoulé lors de la 22e édition du Screen Actors Guild Awards à Los Angeles (Californie, Etats-Unis). Au cours de son entrée sur le tapis rouge, en posant avec l’acteur Léonardo Dicaprio, la star a laissé apparaître par accident son sein droit, un moment que les photographes n’ont pas raté pour immortaliser. Source : hpnhaiti.com

Santé

Zika : l’OMS recommande de restreindre les dons de sang
br> Face au virus Zika, le monde s’organise. Et l’Organisation mondiale de la santé commence à prendre ses précautions. « Avec le risque de nouvelles infections du virus Zika dans de nombreux pays, et le lien possible entre (…) le virus et la microcéphalie et d’autres conséquences cliniques, restreindre les dons de sang de ceux revenant de régions où sévit l’épidémie de Zika, est jugé comme une mesure de précaution appropriée », a indiqué l’OMS ce jeudi. Le Canada et la Grande-Bretagne ont d’ailleurs déjà pris les devants. Source : lenational.ht

Culture

Le carnaval de 2016 aura bel et bien lieu

Le défilé traditionnel du carnaval aura lieu cette année aux Champs de mars, malgré le retard enregistré dans la construction des stands. Le responsable de communication du comité a indique qu’un budget de 45 millions de gourdes a été élaboré en prévision des festivités qui doivent se dérouler les 7, 8 et 9 février prochain. Carel Pèdre a aussi précisé qu’un nombre réduit de stands et de chars seront sur le parcours, en raison de la réticence de certains sponsors. Source : metropolehaiti.com

Haïti-Culture : L’utilisation du cinéma Triomphe à des fins politiques et non pour le cinéma, dénoncent des réalisateurs haïtiens

Le Ciné théâtre « Triomphe » serait utilisé à des fins politiques et non pour le cinéma, déplore la « Haitian American Association of Filmmakers », dans une note de presse, en date du 27 janvier 2016, transmise à l’agence en ligne AlterPresse. La Haitian American Association of Filmmakers explique qu’elle s’était portée partenaire, au Triomphe, dans la promotion et l’exploitation du cinéma haïtien, parce qu’elle croyait que ce complexe – inauguré par le président Joseph Michel Martelly – était au service de la culture haïtienne et non à des fins politiques. « Si la grande joie des cinéphiles haïtiens de la capitale de retrouver le cinéma haïtien en salle, a été interrompue, elle est due (c’est la faute de) au ministère de la culture, qui a ordonné la fermeture du Triomphe, le 4 janvier 2016, en plein contrat d’exploitation », dénonce l’association, dans cette note portant la signature de son président, Raynald Delerme. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

EEUU pide un acuerdo de gobernabilidad en Haití antes del domingo

Estados Unidos urgió ayer a las autoridades ejecutivas y legislativas de Haití a alcanzar un acuerdo sobre cómo gobernar el país antes de que el actual presidente, Michel Martelly, abandone el poder este domingo, además de avanzar hacia la elección democrática de un nuevo mandatario. « Estados Unidos urge al Ejecutivo y el Parlamento, las autoridades constitucionales de Haití, a llegar a un acuerdo sobre una hoja de ruta para gobernar el país hasta que se elija a un nuevo presidente », dijo a Efe un portavoz del Departamento de Estado estadounidense. Source : listindiario.com

Haïti risque de ne plus avoir de président dès dimanche

La constitution haïtienne prévoit le départ de Michel Martelly de son poste de chef de l’État le 7 février mais son successeur n’ayant pas pu être élu, le pouvoir présidentiel sera de facto vacant à compter de ce dimanche matin. Haïti risque de sombrer une nouvelle fois dans un vide de pouvoir. Source : la1ere.fr

Rechazan canción del presidente de Haití en la que ataca a periodista

Decenas de personalidades y organizaciones de derechos humanos de Haití condenaron hoy la polémica canción que el presidente del país, Michel Martelly, lanzó con motivo de la celebración del carnaval, que comienza el domingo 7 de febrero, el mismo día que termina su mandato. En la canción, Martelly ataca personalmente a la periodista Liliane Pierre Paul, una de las figuras más respetadas en la prensa haitiana con más de 30 años de carrera profesional. En un comunicado conjunto, organizaciones y personalidades locales criticaron “enérgicamente” el tema, que consideran sexista y ofensivo. Source : diariolibre.com

OAS : Talks to end Haiti crisis at delicate stage

The mission from the Organisation of American States (OAS) seeking to broker an agreement to end the political and constitutional crisis in Haiti says the discussions are now at a “very delicate and urgent stage”. The mission, which arrived here last Sunday and is headed by Antigua and Barbuda diplomat Sir Ronald Sanders, is trying to broker the accord ahead of the planned February 7 departure from office of President Michel Martelly. Opposition parties forced the indefinite cancellation of the January 24 second round of balloting to choose a successor to Martelly and have been calling instead for the establishment of an interim government to oversee fresh elections in the French-speaking Caribbean Community (Caricom) country. Source : jamaicaobserver.com

Ils ont dit

Le président Michel Martelly ce 4 février : « Je ne veux pas garder le pouvoir un jour supplémentaire ». Source : alterpresse.org

Le coordonateur de Ligue Alternative pour le Progrès et l’Emancipation Haïtienne (Lapeh), Anacacis Jean Hector : « Il serait préférable que le Premier Ministre Evans Paul reste en poste après le départ du président Martelly. Le chef du gouvernement doit assumer sa charge comme l’avait fait le Premier Ministre Yvon Neptune après le départ du président Aristide en 2004. » Source : metropolehaiti.com

Me Monferrier Dorval : « Le Premier ministre actuel est quasi inopérant. Il n’a pas eu l’onction du Parlement. Le contexte « n’est pas favorable à la reconduction d’Evans Paul qui pourra présenter sa démission au président provisoire, sitôt installé dans ses fonctions. » Source : lenouvelliste.com

Texte du jour

Hommage à Liliane Pierre-Paul : 5 Février 2016 @ Karibe Convention Center
Source : radiotelevisioncaraibes.com

Bonè-bonè nan vi li, nan lane 1970 yo, Liliane Pierre-Paul te montre jan li kwè bon jan enfòmasyon se bon zanmi libète. Bon travay li nan sans sa a, pawòl li ak aksyon li, tou fèl vin pòtèz labanyè pou fanm grandèt granmoun, libète lib e libè, dwadelòm, demokrasi nèt alkole, epitou pou pi fò moun nan peyi a ke sistèm sosyal la mete akote, ki pa ka souse yon zo, kip a ka jwenn jistis devan jij. Ansanm ak 2 zanmi, Sony Bastien ak Marvel Dandin, ki sakrifye yo tou pou Ayisyen gen lwa djòl yo, san li pa mache di sa nou pral di la a, li vin yon antreprenèz, ki di donk li kwè ke chak moun gen dwa travay pou tèt yo pandan y ap respekte lwa lavi a kif è lòm pa janm viv grenn senk, se nan solidarite youn pou tout, tout pou youn la vi ka bèl. Nan koze sa a, Liliane Pierre-Paul toujou montre l pa nan tchans avèk moun k ap betize ak demokrasi a. Depi lè mou nap tande Madanm sa a, nou fin pa wè sa ki ekri kòm manman prensip nan konstitisyon an se degouden ak 50 kòb y oye avèk sa l kwè : « fò noutout fè youn, fò nou derasinen afè nèg mòn-nèg lavil, moun wouj-moun nwa, nèg sòt, nèg lespri, fò nou aksepte nou gen 2 lang ak yon kilti ki pou noutout, pou nou travay pou pwogrè, enfòmasyon, edikasyon, sante, travay, amizman pou tout sitwayen ayisyen. Liliane Pierre-Paul se tout sa yo ankè.

Nan defann tout prensip sa yo tankou Dessalines t ap defann libète nou, gran fanm sa a ki rele Liliane nan resevwa move kou : an 1986, gouvènman avi Duvalier mete l nan prizon, pimpe l annekzil ; an 2016, prezidan peyi a sal pwòch bouch pa li pou l eseye fè Liliane kriye.

Monte-desann, nad marinad, Liliane Pierre-Paul menm jan ak Penelope nan mitoloji peyi la Grèce ki te kenbe kin alaganach pou l pa reponn okenn gason pandan mari l te pati nan bato, Liliane Pierre-Paul toujou rete doubout , anyen, ni trayizon, ni move pawòl pa rive fèl bese tèt li. Doubout pou l di « li fè 4 è nan Radyo Kiskeya », epi se defans tout gwo lide li kwè kif è yon moun, doubout pou repitasyon peyi a, doubout pou lajistis, doubout pou travay leta fèt, doubout pou bèl prensip viv ansanm.

Lilianne pa bay pèp ayisyen an manti. Se kòmsi Maurice Sixto se Liliane li te gade pou l te kree pèsonaj Sandrine nan, mod fanm sa a san repròch, ki pa janm pè, ki konnen bonsans, larezone ak lajistis se bon gid lavi. Fanm pa kite pèsonn pran chans fòse l fèmen bouch li. Li gen rezon paske vwa Liliane se yon bon ti sèvyèt cho pou pwoteje ti bebe kont move zè e ki pèmèt tout moun konnen ladousè mo yo rele libète a. Liliane konnen se sa k pou fè lavi miyò. Li konnen depi l fèmen je l yon ti moman, li konnen depi l pa pale 2-3 jou, tiran yo pral crache dife lanfè sou pèp la ki ka fè moun tounen bèt, li konnen depi l pa pale 2-3 jou, ti moun pral rekòmanse pè pou fiyèt lalo pa manje yo, depi l pa pale 2-3 jou, li konnen depite pap menm ka plenyen difèt yo fè kostim yo tounen tòchon, depi li pa pale 2-3 jou li konnen etidyan pap menm ka plenyen zanzave ba yo kalòt, depi li pa pale 2-3 jou li konnen prezidan ap toujou di betiz fè betiz kòmsi lang sal ta kab sèvi kòz pèp… Sa ki dwòl la zèfè ti voryen yo se luil nan motè machin Liliane pou l defann demockrasi ak tout limanite, noumenm ki nan bon bò a nou konnen se yon devwa pou nou ede ti voryen sa yo pou yo pa tounen zannimo nèt. Nou gen devwa sa a , jan Madan Pierre-Paul fè l chak jou a, pou nous sove ti kras imanite sa a ki rete kay ti vagabon sa yo.

Tout verite sa yo se rezon ki pouse komite sitwayen sa a deside òganize yon seremoni omaj pou Liliane Pierre-Paul, yon ti ankourajman pou nou raple l pawòl li gen sans pou Ayisyen. Annavan Liliane, « li fè 4 è nan radyo Kiskeya », lè sa a se lè w pou pasyans Penelope la ak detèminasyon Sandrine nan pou toujou rekòmanse, toujou kenbe, kontinye, peze sou devwa sa a : pou nou toujou chèche pou chak jou nou vin plis moun ke jan nou moun nan, pou nou fè sa ki konprann ke bay moun kou, joure, vòlè pa kapab tounen byen. Manzè Liliane, travay pou fè Ayisyen fè pwogrè kòm imen, nan Karibe a demen vandredi 5 fevriye a, fanm kou gason ki ta renmen Ayiti sanble ak lide ou yo ap rann ou omaj ki pap janm genyen tout fòs ke entegrite w ak lanmou w pou Ayiti merite

Pou Komite sitwayen an :
Patrice Dumont : Sitwayen angaje
Yves Lafortune : MAP, Avocat (Consultations et Résultats)
Ralph Jean-Baptiste : Association Culturelle Café Philo Haïti (ACCPH)
Marie Yolène Gilles (RNDDH)






Port-au-Prince, le 18 janvier 2016

Haïti dans la presse nationale et internationale

Revue de presse C3GROUP SA

Dans la presse nationale

Politique/ Elections

Elections : L’opposition politique annonce des plaintes contre l’ingérence d’ambassadeurs étrangers dans les affaires internes d’Haïti L’opposition politique en Haïti annonce des plaintes formelles contre l’ingérence d’ambassadeurs étrangers dans les affaires internes du pays, dans une note en date du jeudi 14 janvier 2016, transmise à AlterPresse. « Au cas où ces ambassadeurs persistent dans leur ingérence, pour supporter, à leur profit, l’inacceptable et la corruption, à travers un processus électoral frauduleux, illégal et inconstitutionnel, des plaintes formelles seront portées contre eux par devant les Parlements de leurs États respectifs », soutient-elle. La note fait injonction au Core Group (qui comprend plusieurs représentants de pays dits amis d’Haïti) de respecter l’article 41-1 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961. Source ; alterpresse.org

Fanmi Lavalas salue la décision de Jude Célestin

Le parti Fanmi Lavalas dit appuyer la décision du candidat de LAPEH Jude Célestin de ne pas participer au second tour de l’élection présidentielle prévu le 24 janvier prochain. Lors d’une interview accordée à Radio Métropole ce vendredi, l’avocat du parti Me Gervais Charles a réaffirmé que le conseil électoral ne possédait plus la légitimité pour organiser de bonne élection dans le pays. Source : metropolehaiti.com

La CPH semble divisée sur le choix de Métédieu Lucien en remplacement de Vijonet Déméro

A peine désigné par la Communauté Protestante d’Haiti (CPH) pour remplacer le pasteur Vijonet Déméro au Conseil Electoral Provisoire (CEP), Métédieu Lucien n’aurait pas eu la bénédiction de Jacques N. Janvier, ce dernier qui dénonce sa signature apposée au bas de la correspondance adressée au Président de la République faisant mention de cette proposition. « Je réponds au nom de Pasteur Jacques N. Janvier, sain de corps et d’esprit… La lettre de la communauté protestante n’engage pas le Président de la Fédération des Pasteurs du Grand Nord d’Haïti. « Je n’ai signé aucun document en ce sens, on a signé pour moi… » Source : scoopfmhaiti.com

Haïti-Elections : Le Collectif décline l’invitation du CEP
br> Dans une lettre adressée à Pierre Louis Opont, président du Conseil Electoral Provisoire (CEP),le Collectif du 4 Décembre annonce son refus de participer comme observateur aux élections du dimanche 24 janvier , apprend HPN. Relatant que c’est par voie de presse qu’il a appris que le nom du Collectif figure sur la liste des organisations nationales habilitées à observer les élections, l’organisation dit décliner cette invitation. Source : hpnhaiti.com

Société

Deux nouvelles journées de manifestation

En conférence de presse ce vendredi 15 janvier 2016, la table de la mobilisation du G8 annonce la tenue de deux journées de protestation dans les rues de la capitale pour le lundi 18 et le mardi 19 janvier 2016, pour dénoncer une fois de plus les exactions du pouvoir en place dans la vassalisation des institutions prestigieuses du pays, particulièrement la justice et le parlement. La question des élections vient empirer la crise qui sévissait déjà dans le pays, ont fait savoir les représentants de cinq des huit candidats formant le G8, lors de cette conférence de presse. Source : radiotelevisioncaraibes.com

Aucune date pour la tenue de l’Assemblée nationale

Alors que la date du 11 janvier a été considérée comme une date non-négociable pour la rentrée de la 50e législature, une semaine après cette date « butoir », l’Assemblée nationale devant ouvrir officiellement l’année législative n’a toujours pas siégé. Et jusqu’ici, aucune date n’est retenue pour la tenue de cette Assemblée nationale. Source : lenational.ht

Education

Haïti-Année Gouverneurs de la rosée : Les élèves de philo s’engagent pour sa réussite

Samedi 16 janvier 2016, à l’hôtel Marriott, le ministre de l’Éducation nationale, M. Nesmy Manigat a rencontré 23 comités centraux de classe terminale, venus essentiellement de lycées dans le département de l’Ouest, ainsi que deux invités spéciaux en provenance du Sud-est (lycées Pinchinat et Célie Lamour). Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de « l’Année Gouverneurs de la rosée » et de la « Campagne d’éducation civique », a constaté Haiti Press Network. Source : hpnhaiti.com

Dans la presse internationale

Adriana Lima is working to help Haiti

Haiti is so poor, Brazilian beauty Adriana Lima has dedicated herself to helping out the earthquake-ravaged hellhole. Lima has visited Haiti twice in the past year, she told the crowd at the Garage on 11th Avenue, where fellow Brazilian Jayma Cardoso and designer Kenneth Cole were helping to raise money Thursday night to support a hospital there. Also on hand was Marek Paliwoda, a dermatology physician assistant who goes to Haiti three times a year to provide skin cancer screenings. Source : pagesix.com

Celestin advierte contra elecciones

El candidato opositor a la presidencia de Haití afirmó que si se lleva a cabo la segunda vuelta electoral el próximo fin de semana como está programado, será un revés para la frágil democracia del país. Jude Celestin dijo que teme que habrá fraude electoral y una gran falta de transparencia por parte de las autoridades electorales, y que por eso está boicoteando la segunda vuelta del 24 de enero en que debía competir contra el sucesor elegido por el presidente saliente. Celestin declaró a The Associated Press que Haití está “avanzando hacia una selección, no una elección”. El candidato está haciendo caso omiso de los llamados de Estados Unidos y otros países de que haya una competencia real en las elecciones que están financiando. Source : listindiario.com

Texte du jour

“Profond mépris” de la communauté internationale envers Haïti

Prise de position concernant l’attitude de la communauté internationale
Par le Groupe de la société civile et de partis politiques réclamant l’annulation des élections et des poursuites à l’encontre des responsables de fraude

Document transmis à AlterPresse le 16 janvier 2015

La communauté internationale dominée en Haïti par le Core Groupe −réunissant le Brésil, le Canada, l’Espagne, les États-Unis d’Amérique, la France, l’OÉA (Organisation des États américains) et l’Union européenne− s’est systématiquement engagée, depuis des décennies, à contrecarrer les processus nationaux visant à concrétiser les aspirations exprimées par les populations à la chute de la dictature duvaliériste, à savoir : permettre la transition qui assurerait le démantèlement des structures de pouvoir autoritaire et despotique et la construction d’un État de droit démocratique.

En particulier, le positionnement relatif au processus électoral actuel traduit le profond mépris dans lequel cette communauté internationale tient Haïti. En dépit des faits tenaces, qui prouvent le caractère incohérent et frauduleux des scrutins des 9 août et 25 octobre 2015, elle insiste, fait pression pour que ce processus vicié suive inexorablement son cours, au détriment de la dignité nationale et des principes démocratiques, afin d’imposer des résultats électoraux en tous points irrecevables. Dans son arrogance, cette communauté internationale croit que son statut de conglomérat de grandes puissances, de bailleur de fonds, lui confère tous les droits en Haïti, incluant celui de décider qui doit être aux commandes de l’État. En intervenant systématiquement et ouvertement dans les affaires internes du pays, pour conforter le gouvernement en poste dans ses dérives et justifier des manigances électorales qui, en aucun cas, ne seraient acceptables dans leurs pays, cette communauté internationale alimente continuellement les crises à répétition qui saccagent le pays. Elle empêche le peuple haïtien de réaliser son propre cheminement pour l’instauration d’un État souverain, démocratique, guidé par l’intérêt collectif.

La société civile et la société politique, qui s’associent pour exiger l’annulation des élections et des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables de la gabegie, considèrent que la surdité et la cécité affichées par le Core Groupe est l’expression de la volonté d’imposer des choix politiques à Haïti, de la maintenir sous une occupation qui ne dit pas son nom, afin de préserver des intérêts en parfaite opposition avec les désidératas du peuple haïtien. A chaque nouvelle étape le Core group s’engage à corriger les « erreurs » de la phase ades scrue, comme Mposée au bseusesblesldGient accune donséquencessur les rlections, lur les rleu, mali sur out sar la tve des cHïtiens dt des païtienne s. l se#8217;engkyst par aclleurs déns une leogque eercrnti.l à preétndre sustifier don artitude dar les pépinse.squ’il a aéjà donseitiel. ERen de seurait ptre alus leéer

L#82216;Les élèctions eontestaes pu fèauduleuses, dn aucun faiço de seuraitet gagant.irla légitimité pa starilitéeet la couvernerilitée Paradonséquenc elles euront ln Émpoctènégatif qar la touvernercesséonsminue et lolitiques En démaogne

Enles eèauglisant les csoi-dsant àlus dn laestransiormant linsi qe des paoits faicles hetre les fmans des 9cteurs cant wationaux vu’ilternationalux

Les mitéoyn ns et jitéoyn smobilisaéspour le lefus de p’inacceptable ,n’engtndret pas pe pèier mu déikta du Cone Groupe estcontinuer ot à l&uter lour l’iavèement do#8217;une iaïti pouverainet,solidarre, sespecteuuse ads droits en limbrteé.

LSgnatuires nbsp;: nbsp;: MartieFranctz JOACHIM, Edonde sS. BEAUZILE,Pierre LBUTEAU,Frenud JEAN,Jean Haptiste& BIEN AIME,Jean HWllioam JEANTY,Jeuotr FELIX, Weser

Pout-au-Prince, le 18 janvier 2016,
Paur afuthitiefiation

Mortie-ranctz JOACHIM
PCordonantrice Dgénérle de la sSOFA/s>

Mean-BWllioam JEANTY
PCordonantrur dgénérledu parti MKntra ePp la






Port-au-Prince, le 1 janvier 2016

Co3Group . O y arouverune foime Pfficiellemde persibn des feits et lne note de pstrong class="spip">Ronbrte Benldi nnsisteat de faiçn civconstanceie sur le crôl jourédar les pntérêts etrangers et le particulier,notrd-méricains) dans cetqui asparaîtrbien lomme une dolonté d& repreouite incéfinitent dn sestème éd sou ission aont 4neprofit,eait qui#8217;un nombre rtès cestreindtde Haitiens

Hans la presse nationale

Rstrong class="spip">Politique/ Elections

Estrong class="spip"> Cartelly affinse.-t-l a’Étgisancataholque &?/i>

En cécident d’uvanzer svec lesprocessus électoral aans penir sompterdes resommandetions diela Commussion ao#8217;édvauanion étectorales,le chof de l’État lffinse.a’Étgisancataholque&et le pcrdi al cstrong class="spip">Cohiby aLaglomi RonsnyDessocha , iembresdiela Commussion est ie que hstrong class="spip">Michel Martelly a conmussune srreursen ce sens, Source : lenauvelliste.com /i>
DHaïti-nbsp;: Le cabpagne dtectoralespour le scrutins deu24 janvier ,’atandreadeu1 ju d22janvier 2016

Le cabpagne dtectoralespour le second tour des élections ,prévu lour le s2 janvier 2016, t’atandreadeu1endredi 1 ju dendredi 122janvier 2016< a indiqué l Haïti,Press Network.le postel-ertle cu Conseil Electoral Provisoire (CEP),lpstrong class="spip">Rondy aSancleyPenen/strong> . l se#8217;eugl, saeln li postel-ertle cu CoEP,do#8217;une ipéiodi adritionnelle duissue la#8217;instatution htectoralespvait féjà dfixéla date du la cappagne dour le second tour Source : hpnhaiti.com<
La président dichel Martelly dlace des pflche contre l’ipposition au’il a ccse ad#8217;utilisae la tvele ce dour lrrivedrau pouvoir /strong>

Le crésident dichel Martelly dans unelrriêé d&té Hu C janvier a indvté pa sopulationsl Hlle, voier dens le cadre deu second tour de la présidentielle.dt des pégislative scomplementaire&, les24 janvier prochain. Larallèlement, dens une ldressé à la rntion, dichel Martelly d tenué d& rustifier dcette dacision dntervenau avanzt mêm le doébutdes resommandetions diella commussion ao#8217;édvauanion éu’il a alui-mêm lormae, ds discat to ale ent contro la#8217;inde de la 5ise en place d’un gouvernement de transition. une sopion qui saeln lii sserait pdésivanztaguse aour la trntion,. l sadlaceé du comupdes chrtiques àcer bs à l’encontre desl’ipposition au’il a ccse ade peoulir aurivedrau pouvoir par la Cvele ce #8230; Lource : DHYurc Lavtrtun appolle.de scnateurs e preéaren l’ensrée de fonction,des couveau xàlus /i>

Le pcnatedans se confiruration dctuel l à pdixmembres de ditsoserpas pes paoiisioncspour loser dn acut parlement.ire eaeln lstrong class="spip">Yvurc Lavtrtun /strong> . e pcnateurselusde l’Asticboite, nppolle.de scnateurs ectuel l ent en ponction,d preéaren l’ensrée de fonction,des couveau xàlus le 181janvier prochain.avanzt e sempreéccupaerd’un géent el cide su noieau da pouvoir enxcutivfle 10 février prochain. &ource : metropolehaiti.com DHa CPEEIn’a tonstaté Hucun franesde rraude< saeln lichel Martelly

En virn trais dours pprès cvoir lreçuau poaaissnationalele craport aiela Commussion ao#8217;édvauanion étectoralesincéfpedanct, le président du la République fempreoonce lenfn sur lesdecument Deplesdecument ,le chof de l’État le renient Hui#8217;un choie. S#171; Le Praport aecommande da soprsuitesdu précessus électoral auissue la Commussion aot po#8217;avocr conttaté Hucun franesde rraudeaenauvelliste.com /i>
SL scnateurs enepeuvent das pbloqun l’ensrée de fonction,des couveau xàlus /i>

Le scnateurs en place d’ont pucun cotivfpour lbloqun l&s couveau xàlus lssurerpour sa pert dl pcnateursestrong class="spip"> rancçis dAnickJoseph /strong> . l snsiste,tout eois dar la tnéessuié d& reppecter l&s reègements dies scrue du dcnatedui s&tiulant que les pouveau xàcnateurs eoivent se#8217;inscrite auxrès d& leurschambre b72 heres dprès la preolamanion,des césultats éar le Conseil électoral netqui a’a pas eté pait pusqu’ici, Paradclleurs dl éxplique qu& la date de les cmodaltés s& leurscnsrée de fonction,deivent stre aéfinits par le Ccnatedlui-mêm &ource : metropolehaiti.com < bbr> DHommunitué le l’OuEA (Extait )/p>

Le cMssion ao#8217;ébservateon étectoralesi(MOE)le l’Ouganisation des États aAéricains) (uEA)en Haïti palue la#8217;atailishsment do#8217;une iate pour la second tour des élections présidentielle.slomme uneS#171; Las pens la ponne édte cion », Elle eppolle.de#8217;ensemble dis 9cteurs c traveclleurà l’agmélioation des Pond iions etn ue deuvoierannonceélour le s2 janvier La qoncrusien deu1récessus électoral aurmettre un nransioet aielouvoir eonstitutionnel,à lu nouveau crésident dlu. Se cMssion aonsidèrencomme une mesure dositiov la digsociation Ces élections pocales cd second tour de présidentielle.sllmitént le Bombre rdemandatarres àans les abre ux de coierat lormettrnt linsi qo#8217;édvt,eaune mépétition qes paoiblèes aureenus ee s2 octobre 2…) Source : alterpresse.org< /br>

Société<< bbr>
Se Prelngment des séploacé pe pèprsuite/strong>

Le crécessus éd Prelngment des séploacé pt la créabilitétion Ces équrtiesr pe pèprsuitesadort-au-Prince, l6 ns avrès le dre mbement de ltrre Lu 112janvier LA Frt aationale dionemSe zrd enedans suel ues àocaletés s& le communa rdemDelms pes pmison d’Aabilations esot en ceurs de sonstruction daors que l’autres cnt dijà dté pemiees à reurs douveau xàccupatts. e sabilatts de cis équrtiesr pecondnassaitnt l’aimortante de cerstravecx cmêm le#8217;inlscontinuert à léclamar prus l’ausistante de la cart de responsables Source :<metropolehaiti.com DHa Ciste des oéplrtéesse#8217;eupolqfi

SLe autoridés s& le cépublique fominécains ne pcssentipas evec les désortanions die pmirands. lors que la fomsiserest jueé Hucxàcbliqtte et lue teus les dsprit& esot eccupaé, larcrise qtectoralespvtuel l ,le Bombre rde oéplrtéessaugente cxplonntiellement . e pilin ent pas s le l45 58 ju dmis de pnovmbresdà 47 935 saeln li donsées dfurnéts par le Ccrvice dJéuitesdcx cmirands. (SJM Source : aenational.ht DHaïti--Séism :

Le pKonila (roup e)haïtien dour le lungment daternativf (Kayla)proposi la « Coopfratiov de langment nbsp;» domme umoyn dour reésoure lespréiblèesLu 1lngment dociatlen Haïti . ¨CspréiblèesLusmereslu néfinà lélevir, saix ns avrès le Ccnism&Lu 112janvier 20160 yant pccuaion é la fmrt aielrès d& l300millielersonanl pt lutonzt e sles sés¨ a iait pemiarqun lKayla le miercedi 1 janvier 2015< lors de#8217;un chnférence de presse. à l&que le epassista l’Ogence en ligne Dducation<

DHaïti--PSUGOnbsp;: Le CMENFPne veux pas puyer aour le sfux enffctifs&qo#8217;édcoier, /i>

Lans une lise eu pouit pucour deuProgrèame éd sScoiarsation duoieaselfl ,lrèatitesdt ouliqgatire (CPSUGO)rencue (ublique le miercedi 1 janvier 20156,aont 4e compiea été cransmise à mpnhaiti.com<

IDns les avlles (e preovnce,/strong>

Saïti-Angriclture : LDevasses jloananions die etirtmill avagees dans le dPlte u Contraul/strong> <
br> Daevasses jloananions die illiea (etirtmill)esot eétriites jans llusieurs rommuna cd sPlte u Contraul (ontrae) apprend H’Ogence en ligne alterpresse.org
< /br>

Hans la presse nnternationale

Rstrong class="spip"> Celestin aays t#82176;No#8217;ito Haiti tresidenteatlerunoff/i>

Haiti iresidenteatleandidato hstrong class="spip">Mude Célestin meiamiherld com DHOttawannternolleélour lon reôl jans le#8217;exprloiétion Cinisèr en Haïti /i>

HUngroup l’axprrta etn épvlopepment rnternationaleaonsidèrencue la fanada,doit êcssenrd’uridnter sa dolitique enternationale entses dcrvice diplomatiques de fonction,desle#8217;exprloiétion C#171; Ce respeurce&sninisèr à l’etrangersde fgénérledt le païti pe particulier,nbsp;», ECmbren douvent dvalir les reppeurce&sninisèr àd seus -solhaïtien nbsp;&? A dmiss l20milliiard de deoliars est ie qn reaport aubliqé hie par lCncernttion Haïtie SCsreproup mnt se#8217;insui èesdu peôl jcnadaen dens le#8217;exprloiétion Cabsiev de cerpays. L#8217;insdstitieFinisèr en Haïti dn jux dt léalisés sontre lexdéoigtun procjt de léréegementstion Ceot provit,eaitnt les cropagnei&sninisèr àtrangeèe&, lu dmpris da peuple haïtien. Aource : aendeoir. om DHDminécain Reubliqc tght n smboder lwlthiaiti

Hhe Anrt h-wnt pboder lbetwen coheiDminécain Reubliqc ad Haiti cas veen ctght n e wa tccordéng to cfficieal, lhudredissf tHitiana t#8217; dmanysf the mun ecument e w#8217; dae rtèing to bnter she cruntry. SAcontinuent lf t900mronopswas jamaicaobserver.com /i>< /br>

Hls ont dit

Rstrong class="spip"> ichel Martelly ,le chof de l’État dans unelmssalg présenr islré 2 l’eccuaion de l’Ééip"hani : m#171; Cout vl moned étapi d’uvas que le sélections du d5 octobre ps sint dren déréoulés l n’a d tas eu ldemangoulles Thut sa#8217;est sése l ent eren dos s nbsp;». Source : aenauvelliste.com /i> /p>

Le pcnateursestrong class="spip"> rancçis dAnickJoseph /strong> nbsp;: « Le scnateurs en place d’ont pucun cotivfpour lbloqun l&s couveau xàlus  » Source : metropolehaiti.com < bbr>
/p>

Hexte du jour

Rstrong class="spip"> Éections du chntinueumnbsp;&??/strong><
monbrte Benldi /p>

L7janvier 2016

Moalgé 2eus les dsforte de cisx vu&i comme Mii se veuxlnt en péaliséslu& lgéer la crise qtectoralesin en s scnnt à ca pori les rusultats ées pégislative sceu1 août et 2isx veu1rémier mour de présidentielle.slu d5 octobre pour carticiper au second tour denmaintenint le Bmêm lestème électoral ac seen dé chntinueum.Jude Célestin dempreéarenlour lon rcatapltatg à la rrésidentcepar l’iIternationale . Se oéplaréaions eonteadioctire et jille.slenant ses poutel-ertle séd sou particLAPEH ,continuert à lccept el don arbrevalntcepqant cu dminteen dé ls cabdidatoue et dessa pert cipeatnn au

La sdécananionspes intérêts euxoani du G8 nst sn ctèinstatirelle ent do#8217;uémergr svec ln chrtains lasneurs,chrtas TMissnn doumettrnt lmalgé 2eus à cosx vu&i cd bonne éori,veuxlnt eairesreppecter lon àsuxlnent l’axpression de la vouveraineté polulatre et dl droit d l’agutodéerminalion. unlsceuxlnt eur out settre lfn sàcette deadioion,deslraude etectoralesiui aeserverle choix deuchof de l’État làl’iIternationale . ls ont dfnale,ent relonsnule cfit qui#8217;ui y uaena rdiférence dirréonsclianle ettre lc qu’il sceuxlnt eccorpolq comme ohansgment, deases les dnime et jeadioion, que l& cfit qude Célestin detls cabte eeuxlnt eonseiver.cqude Célestin dnepeuv pas ptre aontre dn sestème édnt di nst se dpoguit l n’ast svaisent contro las césultats éaoguit par le Ccstème éue poarc qu’il sc’ont pas pfit qd Mii le gognent seè le dpomier mour de présidentielle.s l n’agalui-mêm lffirmé qt léasésré

LCepedanctpoarmilcex vu&iveuxlnt le#8217;annulation des élections eégislative sct loésidentielle.s,réaliseat Hui#8217;ulle.sle foime t Hui#8217;un tout, to#8217;une iprt, pt d’eutrespert dlarcatatronph et dl drngersdui#8217;ulle.sleprésentant pour l’ivecir su pays, pompterdenuesu prandeBombre rdemrisineml jnotire eu&ivccupaerot les csiège des déex vhambre cd sPrlement. unly uaena rditin cion Ceot pn,deiv ouliqgatire ent trnir sompterdour le pas psedfurnvoyr

LIly uaecex vu&ivn sint due centro laafaiçn cdot les clections du 2015,ont dté cgrée s Q&ivn seuxlnt le sennouln lu& lour le sreairesrimmédirement dvrès SCsux-làseuxlnt l’un gouvernement de transition. uhrtas TMissnd rtès ceurse du re, deot lescrôl jnituéene seraique l’arganiser de clections dgénérle srimmédirement ,dans le dpus lre décatr.Sand ps siocien su pfit quie,le#8217;inlin ens linsi ,les clections dvot stre aànouveau cgrée ssous u’Éégde se la 5iêm lachin etectorales,euxoani du Gmêm lestème électoral e uel cestème électoral ael Mui#8217;ui yns lrganiseéet lue#8217;ui yonction,n ,n’enstfaiçn nélu& lour lonsén suoit dé cint 2 l’eirréguiarséeet l ca poaude etectorales Se cachin etectoralesyns lentroôée nar les putoridés s& ssollectifvdés strretor iles, yu&ive au bmêm sle foiction,n n que sons u’Éégde seuministrèe desl’iies scrue. e poEP,d’agutorséeetectorales,e’enstfominéeéue poarl’Esxcutivflt l’UIternationale yu&ivui deoctnt le seésultats électoraux SCsrestème é’enstftolréepar l’iIternationale éue poarc qu’il vui doumettde pnommr aàceup s&ûr2eus les dhof &qo#8217;état de don rcoix dn Haïti ./p>

LCepedanctpnly uaeassitecex vu&ivéalisern lue#8217;ui youderpi d’uvbodesainsirl’eccuaion due#8217;uoffe l’ing n sefiation

LQunt à ca pommussion ao#8217;édvauanion elle ivait féjà dreçuas cfeulleséd Prut econcernant l& Praport aui#8217;ulle.vient ed sou ittre lae 3janvier 2016< l nst sàpemiarqun lu& llereprésentantsdexdNDDH)sàcette dcmmussion eMaîre lGédén aean-,a’a pas eigné p& Praport aoarc qu&ssa pdeande do#8217;une idvauanion épus lapprefond e des cusultats éeuscrutinsa’a pas eté petenue . l se dot pêre ln aésivcordéevec les doncrusien de cisPraport . Voilàsengrou cetqui cisPraport cusvèl ;:/p>

LJugezpeou bmêm s. N#8217;a d -t-l aas plà2eus à ca pori lesconttatédeslraude et jilli de cirréguiarséesnbsp;&?/i>

SLe aéex vambasadeurs ruéricains) strong class="spip">Kenneth CMrtas Poeer lF. Mute u

LPissue la days dnstsons ututlfl ,ll demient edèslors dabsolment tlasrequi ciste dcmmussion ao#8217;édvauanion de dievr pas erouverrla pmuidrreerémveruour lorvic les pntérêts ee cerstrueur slu&ivine,n n qàeexcrer sette deadioion,dienlleséd#8217;un geiècl&,rcoixsr sl jrochain.ahof de#8217;État laïtien. AS#8217;il sc’ont pucun cntérêt cens le#8217;eunsutl’agutr de cerstéex vhndidats four leneairesreurscrocxy pour quoisnsiste,aitnt -l scour leoulir aaintenir ses qoêm slusultats nbsp;&? Etle#8217;inlsc’ont pas poumes à AReé pPrdvaude pnommr aon stuccssenrs,cour quoisurmettre tnt -l scàmichel Martelly de pnommr ae Ccen nbsp;&?/p> Muvenal Maoïs /itrong> Poerre -Lois dOpntr/strong> ,ldt êcscidens son apomier masragraph : m#171; Ce ponseil électoral npovisoire (e teouveruens la ppénile euliqgatonsde leou pntoime rquie,leitesdàsa réusnon épuéisèr enxtairdéngiresru 1lndi 1 janvier 2016, tl a aonttaté Hui#8217;ui yerait ptès cdiféiclesdidon àmposesibeséd Praliser seséd uxime éour des érésidentielle.s,jilli de cégislative scarticlle dt des jlections dtrretor iles,le 187janvier 2016< » SEtllus leoi dl a jus edens son arais ime éasragraph&êcscinbsp;: m#171; Ce ponseil éainsitl’eccuaion dour leou sreotvellr sa ditsosnbilitéedour lue rencontre qvec le#8217;Esxcutivfltn ue de leoirl’enpolqation





Port-au-Prince, l30pdcembre 015

HBILAN DE L#8217;iANNÉE 015

RPr lstrong class="spip">Pichel MSoukar/strong>

Le pilin ee l’Éasées2015,ocoïncde suec lealfn seumindatadeuProsident dstrong class="spip">Michel Martelly a pouvoir pe uis de 184aain20151. AC#8217;enstfe#8217;Éasées2e la#8217;ipganisation de#8217;atections dgénérle srour creotvellr sielersonanllsdtegerantles pnttitutions péttiques . Cete drsées2coïncde ségle,ent rvec lc leséd Pa scmmuémoation de chntantiresruel’eccupation quéricainsesu pays, (1915-015,)

I ASUR LE PLAN POLITIQUE/p3> Daurnt lss pu&are l(4)drsées dt desmiea pouvoir ,le Brosident dichel MRartelly dagant.éd Pa starilitéeet leu1bonfoiction,n ent des snttitutions ,a’a prganiseéeucun ftectionsetn ue deuvreotvellement des sollectifvdés strretor iles, yeuviesr p(1/3)yeuvSnatedt de la &Cambre bde oéplueé.< A donteadre, son ardinistration dcpemiloacé2eus les dhrtell die icres ilus lans les r140aommuna cde e cépublique far lis 9cgets dies scicres . Timid ent ,ee communauté internationale at la société pivile ent putitrédon artin ionsdur leste dveletion dflarant sdiela Comstatution hd 18987. l sst svais ue la#8217;ipganisation de#8217;atections d lu nrythmsrcceélréepst sne srtro pise donéruse aour la tommunauté internationale aui s&uport Pa schargmsu pfiercesent des slections et païti pe uis d8987Hàpols éd P60% Se cMssion auel’euganisation des ÉNtionas-uéts paur la tSarilitaaionsetn aïti p(strong class="spip">MiINUSTAH/strong> )ne serpreéccupaeque l& ca starilitéee& ca sPésidentce DCmme Mposa starilitéee& rutres cnttitutions prpubliqainsesc’otapi das pne ipriorsée< A ssi cd uis d2006sieleuvoir paésidentiell(e teonsmiet-l ,cant wsit dpeu ld#8217;un grosident dlu.l lu nat e&,dn aéspi des slections ebitseses,doncrournt làcetnransioet aols éo dmiss lréguiseres lrgonséeda pouvoir .

DA. UN TEMPS POLITIQUE MAUSSADE/strong><

Roeé pPrdvau/strong> nbsp;:?

LSgx (6)vSnateers de se cépublique nbsp;: Muan-Baptiste& Bint-Aim< (Ntrd-st ),strong class="spip">D <(Sud,lpstrong class="spip">RWllioam Jranty/strong>< (Nippes,lpstrong class="spip">RJohn JoëlJoseph /strong> (Oust ),Muan-BCamres raoïs /itrong> <(Ntrd,lpstrong class="spip">RWeser <(Ntrd,lpecond é, dn re qvtres ,par les pmnisfstateon éd Pru.slu dMtvelent des sOganisetion< de c’euposition aDémocrtiquesp(strong class="spip">MiOPOD/strong> )nnceititnt lesBrosident dirtelly dàêcssenrdls cermgieasetion< detpànégaoien sn acuordéeevec les darticsl’arposition ,etn ue de#8217;une isoticlde ciise < L ur pecendriation< dortani ntlur le pormation fe#8217;an gonseil Electoral Provisoire (Cstrong class="spip">CoEP/strong> ) saeln li#8217;exprit&lesl’Éaticue s289diela Comstatution hd 18987,le pormation fe#8217;an gouvernement de tonseitus ée le Bepiloacment,daulrosident diela Comr de Casadion ,eégle,ent rrosident di Conseil ESup scruedaulruvoir pJudcieare (CESPJ). Cissc Hucxànt urnéue&, les2rosident dirtelly donstitutai qne iommussion aCntultatsovepdele uf (9)membres ,rrésidee nar le#8217;ahmme l’uvffire&, les2D lstrong class="spip">PRégnaled Bouli, itn ue de#8217;unffctiénrla piynthèe ads dencontre , yeiscusson< detpontultatson

LDns lesdécatrdimartic,ca pommussion acntultatsovepomietlon reaport u crésident dartelly duxoeurs de#8217;une icréeeoétsprganiseé euxdPaaissnNtionale itn résentcedaulromier mMnistrr pstrong class="spip">RLare ntlLamoher/strong>, iccorpoané pd chrtainssmembres de don rouvernement .Sand psurpise ,eas paoichpeale resommandetions dfre ntnbsp;:

LE péalisés,cie aesommandetions dordesponsetint cucxàecendriation< dnpriméee de uis dols éd Psgx (6)vmis dar les psgx (6)vcnateurs efrns ers en rellayéspar les pmnisfstatns éeusiOPODvu&ivéalamanist dtgulnent l’apganisation de#8217;atections doule sdéussion aoulrosident dartelly .Sand psurpise ,eas2rosident dirtelly dainsitl& ponué de ls veratg àt deélaréarcceptalrleus e lie aesommandetions l n’adresséatas ed ouestion présjudcielle.slepative scàle sdéchargmsàdccordém aàcoe evncen.slinistra , yvire (e sdcblinnationalesée< L deindn

Lstrong class="spip">RB lRONIE OU PRAGMATISME/strong>

Le p29pdcembre 0154,eas2rosident dirtelly ,eas2rosident di Conseil ESup scruedaulruvoir pJudcieare (CESPJ), M pstrong class="spip">RAnllsAlexosJoseph /strong> eot pn,déalamani la sdéussion ,eas2rosident di CSnatenbsp;: MSimn aDcrus ulDessoas/itrong> RStcendon rJacues dTimnlén< didgnaint ena cuordéetriarticteragant.isant dn re qvtres ,pe#8217;expstentcedaulrrlement.cvrès le C12janvier 20165. Cete dlasse adeeai qêre li reguit ruens la ploiétectoralesiàvoier d van qe C12janvier . L dindatadee oéplueé.yerait ppogln eépusqu’iau24 javrl E015,ot jilli de ccnateurs eusqu’iau29yertalbre 015< louà l’encrée de fonction,des couveau xàlus ,Mposas slections esrdenutint cuanzt os danas TL polle,étapi d&ns le cadmpsu paylement.

La promier mMnistrr pLamohervdéussion na. L#8217;iies sciqou lasureépar le Cinistra di da &Snns Pblique ft de la &Ppulations les2D lstrong class="spip">PFloence dDpaervaudGulleaum /strong> . arallèlement, das2rosident dirtelly ddsugnéaàMndieursstrong class="spip">D

La sconvoation

Lout les dregard déani ntlisv dur les2rrtlee t à le#8217;epprefhe iela Cate dftiodque fo 112janvier 20165< e eusqu’iau-bus ste.&qrésférèrnt coure le ceus àpur le seus .SEtlesdécatrdccordéeàutxprrlement.ire seexpiat< e#8217;iAsemblee dNtionale éettrnitlfn sàca C49em dégislatire < L dice -résident du leste dAsemblee ,lesdéclueé Stcendon rJacues dTimnlén<, refhe i pouvoir ,lreooncç un ndiseurs dens le uel cl éauggéairiapmodefiation Co. FORMATION DU GOUVERNEMENT/strong>

LAec lesmépartedi da &Cambre bbssiecetl’agsertc ees déex v(2)doesr peuvSnate,les2rrtlee t ànstfoysoiction,n l e sdgx (10)vcnateurs erstatns éon arnbsp;: MLucr lSinte- Vil/strong>< (Ntrd-Oust ),MAnnickJranccoosJoseph /strong> (Aticboétte,lpstrong class="spip">RJocllr e oroieast/strong>< (Nippes,lpstrong class="spip">RCrtlos e bn<<(Sud,lpstrong class="spip">REdwn sZenny/strong><<(Sud-Et ),MrancciseuLDeva &Cruz/strong><<(ontrae)PAndis dRich< (Gandee-Asei) ACsiéerisr

La svir,étapi duvertempaur la tormation fetl’anttinlltion fe#8217;an gouvernement de tfit . Nmmuéscàle sonzime éheres,le promier mMnistrr pormat,de tonserntduec lL mrosident di da &épublique ,dn gouvernement de tonseitus é& reng tv(20)vinistra ,dt deix-erta (17)scctréarres àa#8217;État ,ds s e’apction,deulrrlement.cur len étonceéldndolitique egénérle comme Mi veux pa Comstatution hd 18987.lL mcabnetévinistr scrlcropaaritchites(8)dinistra ,disus édugouvernement dLamohervt deouz <(12)douveau xàinistra , yisus éour la tplsart de rarticslPuitique seFsien ,LInsés< L Brosident dirtelly dcoabilatduec loe evdeasetres àa#8217;Éhie Par mile senncen.slinistra ,édugouvernement dLamoher,pu&are l(4)dnt drattule Bepordéei dan eévséenbsp;&:p’iItgéniursestrong class="spip"> Jacues dRut sau /strong>< (MTPTC),RSté"hani& Balmr pVllesdoupn <(outrism&),Mrloence dDpaervaudGulleaum /strong> (MSPP)PWilen éLle u /strong><,cant ô cucxàFiercess,cant ô cucDCmme rce DPr lontre ,dn ginistra dt jeaoosJ(3)scctréarres àa#8217;État c’ont pas pouqêre li tinllé l ne#8217;eugitseuministresruel’eAgriclture&,de rRppeurce&snNtirelle dt dexdDpvlopepment ,le pvés scnnir pstrong class="spip">Ruan-Brancçis dThomss/strong> ,ldesscctréarres àa#8217;État citrong class="spip">Mredal Maonheéry/strong><<àda &époime Agrdre, sstrong class="spip">Poerre AndiélGédén /strong><<àda &éelnccsdAgricoesin rstrong class="spip">RCrtllsAlexadrre/strong><<àda &SécurséeePblique < e eeaoosJ(3)spomier dfre ntdrntestaéspar les pétudints de de pFacltuéàa#8217;ÉAgroonei ft de lMédecnsesVés scnnir p(FAMV)et dl drerisr Mraeser <<àda &têe du

LArès le tormation fetl’anttinlltion feuBGuvernement ,drntestaépar le CcnateurseStcend Benltesetl’apposition aadiocal ,le Bcapétapi disslor le pormation feugonseil EÉectoral Provisoire (CEP),lptn ue deuvlrcesent deuprocessus électoral ./p>

Lstrong class="spip">RD< LANCEMENT DU PROCESSUS ÉLECTORAL/strong>

Le plrcesent deuprocessus électoral dos spi dastle pormation feugonseil EÉectoral Provisoire (CEP),lpaeln li#8217;exprit&lesl’Éaticue s289diela Comstatution hd 18987,le#8217;atevbodtion fetl&a ubliqaiion feugdéceteélectoral ae de chalntdier plectoral ./p>

Lstrong class="spip">Rli class="spip">m1.&Frmation feugonseil EÉectoral Provisoire /i>

Laurnt lu&are l(4)drs dt desmi,le#8217;aobtin tionPEmandel cMnatrd/strong>< diit dpr lstrong class="spip">Poseué oerre -Lois /strong>< diit dpr lstrong class="spip">PFriztofanatn /strong><PMaxdirthurs D#82126; strong class="spip">Poerre Manigat/strong>< Jr, resse D#82126; strong class="spip">PLciendirti PCrtmlfl gPaulvAutin , Uéieasesée D#82126; strong class="spip">Poerre Lois dOpntr/strong> ,lPatro ti D#82126; strong class="spip">PLurcds dEdlthioseph /strong> , Sydriati D#82126; strong class="spip">PYoltte Menguau/strong> , Femmr D#82126; strong class="spip">PNéhémyioseph /strong> , Pays s/Voeou D#82126; strong class="spip">PRiatrdovAugutin , onsérence dEpiseueale D#82126; strong class="spip">PVijoetévDééro , oltar rRportmés D#82126; strong class="spip">PJcceéu doueph /strong> , Doits eHumans /i>

SLe ae uf (9)membres feugonseil EÉectoral Provisoire (CEP),paoêtitnt lesBserent do#8217;uustg à la romr de Casadion ,erésidee nar lM strong class="spip">Mude danatuec/itrong> PFanmilLavauas/itrong> MiOPOD/strong> )nrendtint cuc sdiela Cormation feugonseil . e poEPie moi dimmédirement dvunranecllltn ue de le#8217;atevbodtion feuprocjt de lDéceteélectoral aàsou ittre l Ra#8217;asxcutivflucxàfis dd iubliqaiion fens le cJur nl afficiells"i class="spip">mLs2Mtétter". e poEP tevbodtle Bcalntdier plectoral

Lstrong class="spip">Rli class="spip">m2< Pbliqaiion feugdéceteélectoral /i>

HUngdéceteélectoral ad s2 4 aticue smLs2Mtétter"le s2amars20165< e promier mMnistrr pEvns lPaulpomietloymboique ent enadexciloaresru dt êDéceteéaugonseil EÉectoral Provisoire (CEP),< Pbi ,lespoEP ubliqtle Bcalntdier plectoral D#82126; 1 posident di da &épublique nbsp;; D#82126; 20vcnateurs nbsp;; D#82126; 119oéplueé.nbsp;; D#82126; 142dhrtell die icgstrati jommunaucxnbsp;; D#82126; 575dhrtell die onseil Ea#8217;ÉAdinistration de seoctions eCmmunaue d(CASEC)nbsp;; D#82126; eadee oépégiué é& renles

MD#8217;eppès le Ccalntdier plectoral ,pl jromier mour de plections eégislative scou lfixeàuts août . e p1r mour de plections erésidentielle.s,jé 0me éour des éégislative sct las slections eommunaue da d5 octobre . e p2ee éour des érésidentielle.sct las slections ees pmmbres de sollectifvdés strretor iles,d(CASEC, ASEC, Dpégiuéé& rVlles)da d57pdcembre 015<. Siceus àsedos spi domme oposvu,les2rrtlee t àrncréeait pe fonction,deséd uxime élndi 1& ranvier 2016,

Rlitrong class="spip">R3. Inscripion de searticslouitique s/itrong> /p>

Le poEP invlatdes rarticslouitique seelonsnusiàt’ainscrie . 192rartics,drganisetion< detpntieaéspauitique seerpreéentaèrnt , ycropars de 1iOPOD, FanmilLavauasdt lotiqtDessali.. 166rartics,drganisetion< detpntieaéspauitique s,eelonsnusiar le CMnistrèe desl&a Jutine, lfre ntdagrééspar lespoEP.Desx v(2)daitsns dfnsetent.ies exapique dtla soltaiolqatéee& rarticslouitique s.promieèr,ent ,pe ploiééagosant le tormation fetl&efoiction,n ent des sarticslouitique sest serop laxste& dnd ps svcrtièes . Pr lexcilo, leng tv(20)vimbres dsuficentipour caime rqn garticLouitique .Desx ime ent ,le pouvernement dposvoi sne srtvlopepmdesl500minilons dd igurcds dens le cbudgt le cisfiatiof 0154-015,àpur le sfiercesent des sarticslouitique s.pUn dindne ans unelays, àêoim seu xàé choôicgs

MParmilcesrartics,drnrditin gtai qcex visus éd la souvente dlavauas,lcex vrefhe s i pouvoir et 2isx vonstitutéscàle#8217;eccuaion de plections .Des oépmarhe s fre ntdrtro pise spar lespoEPfetl&efGuvernement de pue de lostelrlcesrartics,drganisetion< detpntieaéspauitique seàlsrPreroup ren placteoime auitique , afi ee#8217;encééa ite ileBombre SEnsdéfi iive ,ileBombre de lortics,dreroup ent sdt doacteoime spauitique s,eu xueslslespoEPfatroibua,par ltirtg àuxoart ies couéro< ea#8217;Énditiefiation< tapi d& C126.De#8217;autres cernttioe scnffctié ,s,soni dastleelcctisrspaoitstatt wsit dpr lis 9hndidats fsux-oêm s pour cra ite ileBombre àé chndidats fàca sPésidentcelsrPcusvélèrnt cinfrutiénses,&/p>

Rlitrong class="spip">R4. Inscripion de sehndidats /itrong> /p>

Le poEP lacç ulsprocessus éd#8217;ainscripion de sehndidats dans le#8217;Éorrreesuient nbsp;&:prrlement.ire s,erésidentielle.s,jommunaue dt docalee < e ehndidats dfre ntdinvlaésiàt’ainscrie en plsgnll’uvbodesvent wdeeerpreéentar aéns le pBre u xàÉectoralx cDéartement lx c(BED)et dCmmunaucxc(BEC) SEnrr pemeps,Jes pmnistra ,dt dee 9cgets dies scicres vdéussion naint de pue de ls lostelrlcndidats. Laouestion iela Caéchargmstapi dascirdénles Se comr dSup scrue& ds dCnpter dt dexdCog n iosx vAdinistratiof(CESCA) ubliqtlne not sdielressi&,dens s&que le e le entoimeadu& las peaport slepativf putxprécjt éd lais de règlee t àour le su&are lrerisr seexcreiesssfiscucxc(0151-0154)drvnist dtéeeeonsmii da dMnistrèe desl’Étcoonei ft de sàFiercess (MEF) SEnvonstéue dc, la FCur le pépéivéeaipas ed oheticfiatied oaéchargmspovisoire (ucxcgstion acres id oaeisr seubliqas. L#8217;ainscripion de sehndidats dà2eus e les eoiction, plectiov seerpéaliseadens sne srbrenccede cia nlvaunbsp;&:phndidats dccorpoané l’an gdéfiléé& rmotocyclste.& cd bondee dà2pi

LAnsi ,l70phndidats dbriguèrnt ca sPésidentce, 0139les2rrtlee t à(cnateurs et deélueé.), 0346les pmniscrs,d3929 e dancct et d1210oépégiué é& renles,&/p>

Rli class="spip">m5. Cntestateon sàé chndidatsuee /i>

HArès le#8217;ainscripion de sehndidats ,pne ip scod de ponsestateon ést srésvusdens le cdéceteélectoral e snttinces,dcog n iosxse présvus dàcettpnffctdiontnbsp;: PJccky Luiarqun/itrong>

MD#8217;eptres chndidats fàca sPésidentcelfre ntdéhrteéseour coase adesdcblinnationaleséeet lolr loase adeseonicide lstup fints .àFiere,ent ,p54ehndidats dfgureèe ntlur le plste& ds dhndidats fàca srésidentce D1855phndidats dcgrééspaur le slections errlement.ire s< A do ale, 41.000phndidats derpreéartar t à lentlrlcnpagne paur le soset slectiof,&/p>

Rli class="spip">m6 Se ccnpagne ptectoralesin re slections /i>

He ccnpagne ptectoralesiou lerna e shndidats dculrrlement.cot pnganiseéetès cpeuld imeein g sosulatre s Se cplsart de rhndidats foarhur re ntde seommuna cde esrspcironsiiripion dsr des éeéhiclte ponet l’aéuei ent sdionoa , yinodanctpas peu cde vacrtml. Laocnpagne paésidentielle.le fov pas peiférenc < Tus les dhrdidats foroosear t à lpeulpès le Cmêm lpogrèame .àMninsd’ene ieouzinsesu#8217;encrée ltxprrlhur re ntde se11àépartement sdgéographque du pays, Se cgandeepmnjorséees lendtn acaàc&r dttro ue sradiotphonques e soêm slpert cipeaint cucxàdébts fadiot tpégeiféusé ./p>

LQunre l(4)dsodang du pBre u dee Recherhe dn Inormatioue ft dendDpvlopepment eociécec(BRIDES) orurisssitnt les cerndnces,dde vitst. Lesélections du d août e015,àe méproulèrnt cens sne srbrenccede cdésorrreet jeslvelerces < Faude et jirréguiarséescfre ntdénoncees passiteben dpr lis 9hndidats ,des sarticslt le roup ent sde lorticslouitique seu& far lis 9rganisetion< de ca société pivile enpolqqu s dans le#8217;aobtrvateon,dlectirales SNDDH), CNOet dCONHANElouitaèrnt feugdoigtces2rrticLPHTK, refhe i pouvoir ,léns le pvelerces ces pfaude et jirréguiarsées. e pNDDH)sinseaqui cissélections déani ntln acuoefhcucxànime spdémocrtiquess SNDDH), CNO,dCONHANElxigerni ntln idvauanion éhonnêe et lsichèesru 1crutins./p>

LCetainssmorticslouitique s comme Mi pFsien de seociécx cdémocrti&, lFanmilLavauas, ALA), CANAANet lRenmn aAyiicforooseèrnt fn idvauanion ée plections eégislative s.De#8217;autres céalamaèrnt ca#8217;Éaséulnion ée plections eégislative s.Dls oénonceèrnt feeeaix pbservateur s,membres de dorticslouitique serefhe s i pouvoir eomme Mi pnttitgteers de pfaude et jvelerces aynctpémnilléleadoursées2lectirales SLeefrns de rhndidats four la tlute démocrtiquesdéalamanca#8217;Éaséulnion ée plections ,le Bepnoirée p9membres feugoEPfetl&efépartediulrosident dartelly ./p>

LCe pecendriation< dfre ntdellayé spar les sarticslt le roup ent sdouitique seomme Mi pFsien ,aAyisyn dpuvLAyiic,cREPARENN lFanmilLavauas, Pactfom jitins, UPANet lPKN.Dls oéalamaèrnt ca &têe due oerre -Lois dOpntr,de solrrctions douln gouvernement de teonsmtion . e poEP ubliqtle cusultats éeéfi iivf de sélections dégislative s./p>

Le ponseil EÉectoral Provisoire (CEP),prejt ala noteon ae#8217;uaséulnion ée plections ASrln,desécnseil lr sNéhémyioseph ,lespoEP nstfoéerminaeà cond ure (e srefhédueeetectoralesiusqu’iau2bus .Se poEP aécdated orerend r nl plections ,le B5 octobre 015< llà où i y uavat qu lvelerces cfaude et jirréguiarsées. Ansi ,l15dhndidats fàca seéluetion fetl1mhndidatsfauvSnatedfre ntdéhrteéseour cesrspnpolqation

Le poEP ubliqtle cusultats éeéfi iivf de sélections dégislative s. 109hndidats ,d2 cnateurs et d8oéplueé.yfre ntdéls éds le Cromier mour Se ccnsestateon ésrPraiocalset. e poEP urooseade ponrrger le dtrrcrs et deeviiresrmosx vàle#8217;eccuaion de présidentielle.s,jrésvus dour le s2 octobre 015<./p>

LLsécnseil lr sNéhémyioseph ,leprésentants dessccteurs eVoeouet larys séuxoani duugoEP,ddéussion nacvrès lvocr coation néles daécdson< dnns scruee euugoEP. e ponseil lr sRiatrdovAugutin<,leprésentants dela Comsérence dÉpiseuealedeélaréarue le 1oEPfallai vence,rds s eNéhémyioseph l navat qaitsnspuissue la sMrbropstrong class="spip">RCrtlnsesVer geln , esugnéé l Ra#8217;ansiude pronae peuvvoeouet leuvSctisrsperys s,

Le poEP mitle Bcapéur le#8217;aoganisation des Érésidentielle.slu d5 octobre 015<.eoc grosident , oerre -Lois dOpntr,dxigernca srésintcelé#8217;ene iortcr lurcdsent dvrméedour l&écursslrlcesrlections AOncnffctiéachrtains polrrctions dteéaméliodtion < Pr lexcilo, les pmniats fstde seortelsc’uvcoosisttion des Ébservateur slfre ntdétsosnbie sols étôr,d1375 obre u xàde vitsli tinllé léns le pdgx épartement sdgéographque Se cMINUSTAHdétsoseade p2061douitcsr sees del2370miniiarres àonucen s.Desidti ent ,etndosembnt de.cvrpl tau2buycotticaancs sceèrnt fcs Érésidentielle.s< Áéd uxdours pu 1crutins le CaEPlsrPdi dasê à l97%. LeB5 octobre 015< lle Élections erésidentielle.s,jégislative sdetponmunaue de méproulèrnt cens se Ccale .àOncfélqatéasielerple ,pe pouitcsin re goEP. e peu xàé cert cipeaion dosclleaqn re q2,ot j30nbsp;&%lpaeln les Ébservateur slesl’ÉUE

Le poEP rait pditioibuéd13.75 omniats fàphanun ces sarticslt le roup ent sdouitique seengag suens la peurs eetectoralesicnsi qui cd seortelsc’uvcoosisttion dàlis 9rganisetion< de#8217;aobtrvateon,dbidn . ls

MD shndidats dcrpl èrnt cucpeppectedeulvitslosulatre . e pNDDH)sxigernca siricfiationPWidmackdirtador/strong><. e poEP oimeadne icmmussion aiesrnaedour ldvauaeres lonrrger le dfaude et jirréguiarsées. e pNDDH)scnsestatla Cormation fe ciste dcmmussion , ycvoynctpun dindœuve lu CoEPlui#8217;ui yqelesfiade pjug àt dasticl Se cpefhamanion ée pusultats éaéslimcnnir cfixé euxd3Bomvmbre 015< lov peélalé de ld uxdours ,soni de a5Bomvmbre . Cime oposvu,les2oEP ubliqtle cusultats éaéslimcnnir de sélections drésidentielle.slu d5 octobre 015<éonsénctpstrong class="spip">Muvenal Maoïs /itrong> Mudd Célestin /strong> a ec l25.27%,Muan-BCamres raoïs /itrong> <14.27%,MMarys dNtrcdss /itrong> <7.05%. HrmaosJosenal Maose ,eas pptres chndidats frejt aint fcs Éusultats écrpl at cucpeppectedeulvitslosulatre . FanmilLavauasdcnsestatlréguisrement la Éusultats écu BCED teéaugBCENet lsus st la Éucendriation< des sarticslLAPEHdt lotiqtDessali.léns le pmnisfstateon éd Pru.sllrceé spar les,dderisr s. Ce pmnisfstateon édnséèe ntluunventqiseulàlis 9velerces é cert pt d’eptres./p>

LCepedanct,eben dvent wa publiqaiion fe Éusultats ,chites(8)dhndidats fàca sPésidentcenbsp;: MS verrslPerre Eine,n /itrong> , uan-BCamres raoïs ,jude Célestin ,Muan-BHenryCélatr/strong> ,lStcend Benltelpstrong class="spip">RCamres rHenryCBaker/strong> ,lstrong class="spip">PErciduan-Baptiste&/itrong> MS mel cMaditin /strong> ,lormati ntln afrns donmunapéclamant le pormation fe#8217;an icmmussion aieéfpedanctedour l"épre pl jrochesus éd lvte pe pue de loéercte ses qhn de cfaude nbsp;;

LE péapnseià ca pomsestateon éd PFanmilLavauas, l dBCENeend i snepjug ent dvuor isnctpas pavoatissd PFanmilLavauasiàvoricfie des éréfhès-ernblx va chntae desltabulnion ée pvitst. Aparenment ,le s 78éréfhès-ernblx vontreôlé ruugoTVdéani ntlntanché de cfaude . LegoEP,ddns se Ccnmunaiué l# 92,le cisfiaileBombre de loéfhès-ernblx véhrteéseour cfaude . A diseuld i296loéfhès-ernblx ,les2oEP éhrte C490eour cfaude et jirréguiarséescdieaseesaonttatéé spar les2oEP lui-oêm . Ceta ecustapi dus eptabie de ponsfime rqlesfallégtion< de cfaude et d’eirréguiarséescénoncees pasrles porticslouitique seomsestatetre s Dns le#8217;Éarès -mii 1& dmerceti 124Bomvmbre ,les2oEP ubliqtle cusultats éeéfi iivf de sélections drésidentielle.slu d5 octobre 015<,ds s egandephansgmmnt cens se Ccass=nent des sondidats foarreaport u xcusultats éaéslimcnnir . uvenal Maoïs et dude Célestin desvaitnt fe#8217;euffrns erpucsecond tour oposvule s27pdcembre 015<. Legroup l&s p8faintein ls 5ucendriation<.lL mcadidatsfàca sPésidentcelude Célestin deélacnndde pntvittion< de ca sPésidentceleteuugoEP. e pouvernement doimeadne icmmussion atn ue de#8217;udressée la toise de ponsfinccedui asffctiai de arocessus électoral .lude Célestin drefrside prccontre rla die dcmmussion . Cepedanct,edeBombre xse pnganisetion< de ca société pivile comme Mi pomsérence dÉpiseuealedetl’aInséitsovepdela &Sciété pivile cadhérèrnt c Ra#8217;andésdiela Cormation fe#8217;an icmmussion aieéfpedanctede leéicfiation

RE< LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE/strong>

Le tommunauté internationale aourelu nrôlsdielresier mpin eens la politique eaïtien.n pe pgénérle,lt jans le#8217;Éoranisation des Élections itn rrt ciuiser. Elesécnsioibu euxdfiercesent descissélections dàeaïueur lielrls éd P60% See paoichpeax vontreibuiurs rsnt pe.sltat s-Uncsl’aAéricue eu pNtrd,le#8217;aUnons Eurooén.n pes2oanada pes2Japn fetl&efBésidl. Cete drsées pes2olubéd PMadrid acnffctié 6 ussion et païti ptn ue de#8217;udppuyeres ldeesuier le#8217;atvoluton aoulrochesus électoral e vSctréarresàa#8217;État cAéricainslpstrong class="spip">RJohn Krrey/strong> ,lst svnuest païti prcrpl ereu& las plections ees 015<éoevnist de méproul,rds s enteimidtion fetls s evelerces./p>

LE pot e&,dstrong class="spip">RKn.n th Mrtem /strong> nbsp;:

LOr cd uis duesluespemeps,Jiste dcmmunauté internationale ae éastledas pneque ent ee#8217;atections dlires ,rhonnêe et deémocrtiquess SEleséy ajus eéoosisbe dt dichluiove < e elections du d août eeteuug5 octobre 015<ésnt -lle.slusgés soosisbe dastle pcmmunauté internationale ,ssuient ce dnime spetlstniatrd dnternationalcxànt ustg nbsp;&?/p> mMiumidHeal d/i>

RF. BILAN DU MANDAT DU PRÉSIDENT MARTELLY AU POUVOIR/strong>

LE acuoédnt luxoouvoir pl m14fain 0151 das2rosident diichelJoseph dartelly navat qaxélen épogrèame srspcinq (5)y"E"nbsp;: <Éduation<,lEmploi,lÉnrmgie,dEtvirn,n ent dt dtat ce looits< Cetainssmbservateur slcoitnt due le 1rosident dirtelly d mindgéps sv"E". a#8217;autres cinsent due lc sv"E"rsnt pmut éouminiusclas,&/p>

Rli class="spip">mÉduation PNesmydirnigat/strong>< raneclll l Ra#8217;aaméliodtion dela Cqeleséedesl’Énsensgnlm ntdétsonseéléns le pécoes raïtien.n s,vontreôlé scàl85%dastleelcctisrspaoivé&/p>

Rlitrong class="spip">REmploi/itrong> nbsp;:

Mi class="spip">Rlitrong class="spip">RÉnrmgie/itrong> nbsp;: <’eAdinistration dirtelly dadeusjurs drefmi éd Préablei la torurissueeedxoeursnctpéectiicue e24éheresslor l24. Cepedanct,ees eoiurisssers de#8217;uéectiicatéee Ra#8217;ase#8217;eHesrdernsventqonsventqens la pstutaeon ae#8217;uaroêt rqlesfmoeur s,mqantdRa#8217;ase#8217;eHe’ahonoa sra dse pnbltgteins eomtreatiénle.s< Lesfmoeur sde learontaelesiHyooiSElctiicue eue oéligr psnt pncééapréaion<< Cete drsées pea Banués2Mtéénlespreéentarlu nraport uccbleantlur le pgstion iela#8217;etectiicatéeee#8217;eHïti p(se#8217;eH)dui abénéicielfe#8217;an isubventon iel200minilons dd idollars2aéricains le#8217;Éan. Aors eui c’ese#8217;eHeuccse a60%de lprtempur les2résau detd’ast sra dt pmesueeàésioactuen l&e dcltnt Se cBanués2Mtéénlespesommanderle pbasssesu paoix iela#8217;eénrmgie,de sésvnson

Rlitrong class="spip">REtvirn,n ent /itrong> nbsp;:

Rli class="spip">mÉat ce lDoits/i> RSonllluan-Brancçis /itrong> PWoody dEthéarr/strong> ,lnldr lSonen éLlfainiiaMRnal MNeloim /strong> ,lnldr lRnal Mes2récif< Desfembres feugnndggnternjete n.cvrpl tde a die drgonsétce < Curosxseent ,le pDoyenfeugTeibualede lpomieèe dnttincesdds2rim -au-Poiche, M pstrong class="spip">RRaymtééluan-Biichel/strong> ,ls aéspi desce#8217;epprl texcreécronrr pa#8217;Éorrnsétce dds2epnoir,dxitrat le rdosioe sde lWoody dEthéarret jeslRnal MNeloim stde seepnoir lt pjug ent doevnt la teibualedhrimcnrl,drésideewastleeljug àstrong class="spip">PLainrr pBélizaire/strong><&/p>

RKhrsona Dnrts éCamres /strong> ,ls aétsosnbiniiaé. LeBonseil ESup scrue i pouvoir eJudcienir pntolig la soêm ls stion,dauPDoyenfRaymtééluan-Biicheldu&ivst srciloacewastleelJug àBrneardlSinte-Vi ./p>

LL#8217;iexoe eaieéfpedanctde séNtionas-Unie paur le sDoits eesce#8217;eHmme MenfdHïti pacnffctié u&are l(4)dinsit dolr lonstiaelrle &résvalntcelé ca soéernion

R2. Insablniiaé Insatution nlle./strong>

LOnanechnpterlrls éleBombre de lcmmussiaressru fGuvernement du&iva psnt pauceédé<àda &têe du

Litrong class="spip">R3. Voyng , Accuil Et jAtres /strong>

Le prosident diichelJirtelly dst sra mile seaésidentisée#8217;eHïti ,Jisluidui ascnffctié lrlrls égandepombre de lvoyng e Ra#8217;aéeonsgeres lui ascreçu égre,ent lrlrls égandepombre de ldsgniarres àéeonsgersduxoeurs de sen éandeti< l naprccontreee& x v(2)dpap e RRome< Cete drsées pilascreçu a sinsit desseaésidentisée da &épublique lrancçais ées dela Cépublique ldelChnses(Taiwan)< L Bresier mst svnuesrcrpl erea soete d"mrales" dela CFanccePoorftego Lobo PNicoeasdMa uro/strong><&/p>

POscrlcuan- Jacues dKétatr/strong> . Ce rerisr

Litrong class="spip">R4. Velerces es Insécursée/strong>

Le tvelerces es a#8217;ansiécurséeent pfpi d& Combre xse pvecioe spcete drsées< Delnmbre cxàcgets dd iea PuitcsiNtionale ée#8217;eHïti p(PNH)dsnt deumbéssons u&.slbale.sde londets eciroulnt làcmotoqens la pzon diéeropoiiarr sdds2rim -au-Poichelt jans llus iur slvele.sde loéfvnce,&ASrln,desédircteurspgénérledd iea PNH,2Mté iur lstrong class="spip"> GodconpOréls /strong> ,l250.000pame spillégte de raint de pciroulnion dns le cays, S Lesfreligclcxàntfreligclcse pfre ntde seotvell&e dcsbe dd sebndets .àOncalenregstraé 29avttaue seomsee& ds dcmmunauté sfreligclcse .Des oiniloe sde lfidèes qhnthoique ,ént dmarheéléns le puu cde rim -au-Poichelt jaugoap-Hïtien.rour crélama pjutine,2aur le sreligclcxàntfreligclcse ./p>

LLagommussion

Lar mile secs ei sols éretentossnts ,cintns nbsp;: <’easadsioatedhe ze le ,làcVivydiitchellde d’aex-dircterne,dgénérle le iea PNHsons u& spésidentcelé citrong class="spip">Muan-BBe eandepAritind /itrong> , Ma ae MJoislyne oerre /strong>MOscrlcuan- ,enncen.dhe fle iea iécurséeeu Muan- Nesty Lucen. ,enncen.ddircteurspgénérledd iea PNHsons uuan-BBe eandepAritind ,avttsin jesldex vrefjctiol.& ctiré dor les sidetvdeuseciroulnt làcmotoqàtTabnrr p36nbsp;:;<’easadsioatedor les sidetvdeusevrmé de d’aagroone citrong class="spip">Muan-BYesslBa nlte&/itrong> Muan- GestlrlHenryCJr/strong> (di domup claouewjr)qàtDelms e33 cd bitrong class="spip">MClude tDelaturs/strong> à Péiona-Vlles cd bitrong class="spip">MWickenen éBazil /itrong> , tmployépemchncue eu poEPfetlomusi duugcnseil lr sa poEPfJcceéu doueph e(Doits eHumans )qàtDelms e32 SEnvot e&,des sidetvdeusevrmé dns dorsbeéde lonle.sdl sésidentceléugcnseil lr sa poEPfVijoetévDééro< (oltar rRéortmés). Álc svhn da#8217;aajus entdeus e les evelerces enregstraé.sdà Fim -Libe eé,làcOantamin h ,làcPeatu-Goâv ,làcMretgôane es Ra#8217;aArcahacl SÁcOantamin h ,lar lexcilo, lu ceasue ebe ulchilen deela sMINUSTAHd stéeeeue< A si ,lus porys omme Mi vCanada pessltat s-Uncsdt lea Fancce II&ASUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

HUngorys ui ca#8217;arnrditpi dunvet m(ope fontlbusi ssé)/i>

LLagommussionMCEPAL/itrong> )ascrevupàca sbasssepaeseu xàé chaoossatcelécooneiue léugPIBàaur laïti pàw2.5%. C#8217;enstfeuv -êro cedui asàaurss lrlmnistresruel’etcoonei ft de sàFiercess, Wilen éLle u ,dàéeélaréerRa#8217;aéea d’enrgetcelécooneiue . a#8217;aupès leui,le cays,sin dau-desus éd lse pmoyens. Cedui aaur rat lassserchaooéequi ca#8217;État callai prtiquesrqn iolitique e’eptstricaé,dncééa itstt wsi seonr delvi ft dendslimcnnntde seéfpedse psnpteutre s e pFimumdÉcooneiue 2Mtéénle,ddns ssi sraport 015<,doass=ndHïti p133mpur l141cays,st pmaioèe dd éour ism&,doevnt lMyanmar,pBrekcnndFaso, Maurséani cYémnt, Maurséani cAngola pGuiées2t dThond.Desuis duesluespemeps,Je cays,smposrt dressuespeut écedui#8217;ui ycnsemme Me deiosrt dtès cpeuld iben. d Ra#8217;aéeonsger DPur la &resieèe dori ldns ssi shstrore, sl pays,smposrt diupcafé.àMninsd’eneminilonsdd éour isi&, lycropars de eàaïti n. dvient c Ra#8217;aéeonsger,sinsit t àaïti chonuesprsées

Le paoichpeae ponsres é coevse spéeonsgèes de mere ntdusqu’iàmreéentale seeans ie e,st poéfveeatcelé ca sénlmarta es a#8217;ande snternationale au àepvlopepment < Lesfeans ie e,st poéfveeatcelé ca sénlmarta o alecentip2oinilotrd dd idollars2aéricains < Aec l830ddollars2aéricains lds2epvnuesrséel car ltêe du#8217;ahblnatt s,daïti ctatgne ans ueaclass=cfiation

Le praport iupFimumdÉcooneiue 2Mtéénlelur le propaétiifvdéséoass=ndHïti p134èmmpur l140lécoonei.sdualeyséeslen 015<-0156 SEnrr pemeps,Jea Banués2Mtéénlesp sésvnséle seaésvnson< dé chaoossatceléugPIBàt païti pàwa pbassse,aoni d1.7%. e ponsgès cAéricainscreotvelles2la Loi HOPE/HELPviivr isnctpa#8217;iexort nion ée oéf itt dtnxiol.& cs s edoits eescéoant ,lu xàtat s-Uncs usqu’ien 012<./p>

LLsésaatre minismumdens se Cccteurspenxiol.àt païti ppss=ndàw240igurcds daarrjur S

Laur le suns,Jea Banués2ontaelesira ittecnsi qa soapaciaé de pbanuésslomme riécl. d Roteroyee i poosistpucsecoisrspaoivé (nffctde#8217;aévicion ),dncéa séhonsale seiqueidséescdisosnbie sens se Ccystèmmpbrnhrre . aur l’eptress pc semesuee ettaelînet luxsitee#8217;Éaugent aeon ae ceu xàé#8217;anstriê deurqess asê dccorrdé lu xàcltnt Se seconfficiets dd ieéenrvepnbltgteore,éaffctint cmêmele secopter dis 9rganisee spubliqasvdomncniié léns le pbanuésslomme riécl. dop stt de païti .cMaisla Cqestion intle pc llelé ca srclatcelé ca soéf icion ationale ,sseue Ccapabesde lepvialecenrpa Couvrd ,Boelruv êro dressée nar le cBRHsneque ent eini jar lne notvelles2olitique e’etat ct dastln couveau mchoix ielociété .Deslrls , MDnislo Msisna

Me praport «nbsp;:Duitg Busi ssé 0156nbsp;:»éoass=ndHïti p182èmmpur l189 ationasgréoe er ié , Se cCorgointion

Me p1e dctobre 015< llepouvernement dubliqtlor leéceteélepBudgt le d120.6oinilotrd dd igurcds daur le#8217;apsées2fiscule 015<-0156 SSee paosvnson< dé céfpedse pdns sc dbudgt lsnt pauport é spar les saosvnson< dé cepoete s2baséesleurqn iaugent aeon ae chrtains edoits et ltax s comme Mis2maerneuls2fiscul,sleseibre de loss=nart ileCpasmi éd Pond ure (ntfa Cpa entr III&ASUR LE PLAN SOCIAL/ih3>

HL jrochesus éd lpaup scadion dela Couulationsdsetpur eite.eSurqn iolulationsdo ale de l10.6oinilon sàé#8217;ahblnatt s,da Couulationsdécooneiue ent datifvedst setateé l R4.7oinilon sàé#8217;ahblnatt s.a60%de lcete douulationsdst se phoôicgs

Me pouvernement dasrefhédeeans ueaclapitle éàca seémlitiqn ae cmatsns déns le pqanticlrscropars denrr pa srés2é ca sépunon<,la srés2éuéCammppé cMarsdt lea rés2Sinte-Honoaé,cvrès ln arefhesus éd ldédmmangmmnt claboscru ,leaossntséd lombre xse pfainie pons ltits< eslrls ,MFélix Batiotat/itrong> , sns dfetmés SEnvot e&,de paoirèame slociéu xnbsp;:

Le prosident dirtelly d mrefhédee Raapditioibuion del72dvuorbu càl72djena ségarçn< des sre s cens se Ccade àé dpogrèame dcansgmrea sin , chasgmred diéeser. l napuxsiterefhédee Ra#8217;aierugreaeon ae caoacescubliqqu.slu dCanapé Verret jeslea PoacesSintee- A.n pu dCnaeàTriopah pu dKiosuespOccde suan-ty pu dviaduide lDelms ,des slocu xàéu Lycé lAlexad r nPéionalt jaugLycé lTurssinte Lunvet ur ./p>

LLagoéciion aougTeibualedConsatution nllleomnisainsbTC 168-13,le mttrtt de pqestion ea ationaleiaé de pe cntdatisée#8217;eHïti n. dvient cenrépublique lDomnisainsepe uis d1929,de pmennçnts deldéosrttion<, crénln cmalni , lu ofaicion dns le depativn< deiplomaique seenrr paesmé txprry portiaeentsla#8217;eîe ée#8217;eHïti S

LAce#8217;epprl texdColectiiftexd4pdcembre t d’eptres pnganisetion< de ca société pivile cun dindsfstateon dst snganiseé l Rrim -au-Poichelcmnrr pa sépublique lDomnisainse

LL#8217;iambssiae rs e#8217;eHïti pn pépublique lDomnisainsenbsp;: MDnise ESuppitcs/itrong> , coitcqanileCpogrèame deleocuent aeon at d’eiditiefiction fe cimoigatts daïtien. d(PIDIH), i iivewastleelouvernement daïtien.pn pépublique lDomnisainseMMannld suan-tylMagloire/strong><&/p>

MBaicaid Crewnbsp;: . Ceeéccode t dalqantdRmêmeloaseéla Cmrt ie 17 rrt ciiptt sMCARIFESTA/itrong> , nganiseéàt païti pcete drsées pajomcnudunégandepauceè& ctat deuPouitadd iue de learqeleséedess pecteace pqa deugéieau àeslrrt ciiption,dausiteben deescuélégaions dt poéfveeatcelé sspys,se learCaraïb qa deugubliqadaïtien../p>

LCete drsées psnt pmrt sle#8217;Éécooneite& itrong class="spip">MHenriéBazi. ,eu shommelhonnêe àntfmoé st&,de cansi r loeoete deugroup lmusicul Kitg Pu sanbsp;: MAlex oerre /strong>MMax Bau oir /itrong> , Moaensgnlr lstrong class="spip"> Perre Sinte-Hilen /itrong> , évêqa deugDifhès de lHinhen,de caefoiniséare (dela sMINUSTAHnbsp;: seedLuiz Jarobnady/strong> Jr,<’eagroone citrong class="spip">MPerre GarylMathies/strong><&/p>

Litrong class="spip">RiichelJSoukar/strong>

R*****/ih3> />

Li/br>

rim -au-Poiche, 22pdcembre 015

LLagotvelles2ts feumbéedrséncç t lrl21pdcembre ucseir euieileCoEPfavat qoécidéle Bepprt ie e#8217;Ééectionspaésidentielll ft de sàtections dlégisltsove porticll&e drésvus dpur le sdimnihe 27pdcembre SEleséfpi dsn édnue seitesduxoeumunaiué le dresssedui#8217;uo couvsfavat qfpi dortveer ehser./p> RCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

p class="spip">Laum -au-Poiche, l m19pdcembre 015

LNns ,éugnéaarresse&eu& spésint e,

LCondtmnns dfe enmnt clagubliqaaeon ae chreuieileConseil Electoral paoivnsire (CoEP) cvrpl l c&sse"ésiultti puéfi iivf paur le stections dlégisltsove "lnlrs eui cd igrave puccsetion< de ccmrrupion dpèsst deurqessfembres feeEeiffrenci pBre u xàé cCns etaclcxàlectoral xàééartement l xà(BCED)lt jaugBre u dexdCns etaclcxàlectoraludationaled(BCEN) Se cpbliqaaeon ae chrsgréiultti ,mqaneat e-hitteheresslvrès le &frmation fe#8217;an icmmussion alectoralu aroc-ouvernement les,seémlnrr puieileCpuvoir ee sleCoEPfct ddéeibérémnt cchoisidd ieaseerjans le#8217;Éesculaeslntfa Cpoivoction<. Cete dvfan iédévdent sle#8217;acilirmrea scrisetpur fanlcxàsspreéentarrpn dpu tiqn ae ofrtcrdans les 9négoeition< dolitique sesventull&e dcnnfime uàdueslPouitada#8217;asat cappasiupdsqs pspaerb ees delen épostiog àuec leeCpuvoir eTèt-kle ées e Ccaeatièe darnvie ée#8217;en roEPfscélérltqonsmi lu xàcvrèies é ca#8217;asiécueif

LRejetns dt pblo les ets eésiultti pnternvndusebrsqu&ment déns le abu dévdent de ccmpaeroeurs

LRéaffimeos ueacvfan ié,caintee pori lréiiéré pu dG-8l’aaroieaspàwa pfrmation fe#8217;an icmmussion ae#8217;asnquêe àieéfpedanctedd iericfiction flectoralu achargésdielrstatutmrea seichérséeeu

LRvrpl os uui cdns se Ccnmunaiué lexd3douvmbre 015

Lalu pquepjaini lUniee socliedre, sl pG-8lesotvelles2sacvfan ié ieleut éesee&lend r cens se Ccade àéel aJeir,dour cfpirelrstecteereaacvfan ié ouulatres./p>

Laur le pG-8nbsp;::/p>

Lstrong class="spip">RSameslPMADISTIN/strong>< i/br>
/>

Li/br>

rim -au-Poiche, 11pdcembre 015< i/br>
Lscrevuele dresssedreéentaésdicipaoivnnt de cl pDirctionsdNtionale éeu Live l(DNL), ledMnistrèe desl’ÉEcoonei ft de sàFiercess, Scrice Méeropoiiarr delCllectiede séRsideuseoclie sé(SMCRS)dssdeudConsil EEectoraludPoivnsire (CoEP). l nyvmanués2euv -êro n arnuaoluide#8217;astaoit coitcqae,éini jc snt pqantdRmêmeles sidfrmation slàlpènd r nenecopter

Litrong class="spip">RDns ueacresssedationale /strong>

Litrong class="spip">Rli class="spip">mPlitique /EEectoon s/i>

MArnlllBélizaire/strong><,va#8217;enstflâchénbsp;: <«nbsp;:Jepvurdeai éd anderr àbitrong class="spip">Muan- Be eandepAritind /itrong> , ens sueslPcmmpptrdernsvelsn lrrt cnbsp;:». l naprccoaricnbsp;: <«nbsp;:Jepd anderdàéAritind desleibére lstrong class="spip"> FanmiSe vulas msonopfmhpi i.cmm /i> /p>

Kn.n th Mrtem /itrong> E païti pe uis deeljeudié3pdcembre , Kn.n th Mrtem va#8217;enstfesee&tnuecuec llus iur slpasen nl Se secndetdti pitrong class="spip">MJovnal MMoïs /strong>MJde tClectin /itrong> <(ini jchacn éuéartémnt ), ledposident dirtelly #82130;etc SMaislren.d’aréveaient deonsmaieee& chrsgreoontre SWashingtn éantre jcnsi qsacfrtcr SIlltt sveaieui cd uis dues Kn.n th Mrtem vnstfdns snosdmrs ,si nyvscnuamoc< dé cmnisfstateon SMaislKn.n th Mrtem vdnss a spésinte,2auontreibué àloale rqlesfchosssfoelruv ra dente&r étrnaele ent dhe zeouvs.JSoutcrnbsp;: mhpi ienmarhee.cmm/i> /p>

LegBre u dexdcns etaclcxàlectoraludationaled(BCEN)RlLurcds dÉdiih Jueph /itrong> , embres(dela sresieèe dchabre augBCEN.JSoutcrnbsp;: me ctionale.ht/i> /p>

m(sic) /i> /br> Lesomseil dlectoraluda#8217;asnrnd qléenrhnieax vreasion se&eu& srés2nieax vvrpl fee 9scteurs eu&ivrélama ntfa Coisede ppoacese#8217;an icmmussion ae#8217;asnquêe àieéfpedancte Seo sde#8217;en icnnférntcelé cpessi&,dce 7pdcembre ,dd seembres feuCoEPfct dopi déea d&esfavaces déjàcnffctié esmmeeropoiehpi i.cmm/i> /p>

mpstrong class="spip">RSoiété /itrong> /p>

MBID/strong> L pDirctionsdNtionale éesl’ÉEu mroableeàetlesl’ÉAssintots ent d(DINEPA)pd.vrat laces l&ns ue seaéfheinssfmoi fee 9poije slvisnctpàlrsnfrtcrrca Coéf icion d#8217;a u dpoableecans ueacrpgon iéeropoiiarr sdds2rim -au-Poiche. Desfpénuscrséct dté penregstraé.sdoluidfréu&meent daxoeurs de smé risr srmoi fncééatsnsmmeeropoiehpi i.cmm/i> /p>

Unspeut evresieèe ddns snore jhstrore, sl somsetricion d#8217;aue imorgu bationale aour créonsda se arocblèmmddepa Costion iesehndave s SMardié8pdcembre ,da Coiistresruel&aSan ié oblique lt jeslea Puulations, D lstrong class="spip"> Floence dDpaervaudGulleaum ,enerefhéde itn résinte,2eslea Pesieèe ddnmmddepa Cépublique ,astrong class="spip">RSophiadirtelly ,eàca srnss(dela sresieèe dperre e chrebâtient du&iva eafricgéleurqn ispaerficieldvauaéelàqneCcaerau àeslterr .lTursue senternvndntsseà cete dcérémoéelfnt pasrléfe#8217;an rmoent dastrorque ,ad#8217;aue imorgu brépodancteax vnime spdeu& spésinvateon iesehndave s SSoutcrnbsp;: i class="spip">mplsotvellece e.cmm /i> /p>

mpstrong class="spip">RE icteon /itrong> /p>

Lesdircteurspgénérleddu1mnistrèe desl’Ét icteon bationale at jeslea Frmation foéffasion nlle. (MENFP),astrong class="spip">RRénoed Telormt ,enereéentaéeàca sressi&,de mardié8pdcembre ,da praport i Pu&are lrséesspdeu& soisede pœuve augPogrèame delScoearsadion uéiease le ,lgatiitesdetpbbltgteore,é(rSUGO) pajomctateé Hpi i Pesss Network.mrosintaéeons ufrma cdeleocuent phoiffeélcncerneats a#8217;aastrorque lé cpanlm ntdee décoe seotncubliqqu.slnpolcqaesspdns le aitrong class="spip">MPSUGO/itrong> mhpnhpi i.cmm/i> /p>

Turjurs dens ueacscilitrnaele l&oeque lé c«nbsp;:réinvntarrpl Ccystèmmpé icteofnbsp;:»,édircteurssde#8217;eéableots ent s,sidtecteers ,sop sniur sde ltéléphoéelfmrlnie#82130;cs snt prpunosde pmnrdié8pntfmcreredié9pdcembre ucxdoie feeEeiscute ,narlabee dstdenvisngerqn inete drpaoipritions, ortde pncensgnntss,dd seouveau xvot l sdetpas poport unoée dd#8217;aienoateon pédagoeque lffie ee portde snuéricue ,sons u& shoul,te deugmnistrèe desl’Ét icteon bationale at jeslea Frmation foéffasion nlle.,dcnnjuitament tuec le#8217;Éitrong class="spip">Mambssiae jeslFancceMoesee& nternationalede#8217;eéauee 9pédagoeque s <(CIEP). Soutcrnbsp;: me ctvellece e.cmm /i> /p>

mpstrong class="spip">Roltaue /strong> /p>

mhpnhpi i.cmm/i> /p>

RDns ueacresssednternationale /strong>

El Sndndoarndirá ludPoenrhEjecueivovepalizarqn avepvisiónlexhptstivaàéel aJeíneapdivnsiritdue lé limc aca sfrns eealenrr pa sstrong class="spip">RRepúliqaalDomnisaina RRepúliqaaldndHïtií/strong> . Prm ale moeivova FCumisiónldndAsuntoslFans eeizo dues ressiéel aJsndndor sstrong class="spip">RSoéeadirteo ,eidfrmaódues rntdieásidfrma ciivr abesdaueacresoluciónllé lJsndndorsstrong class="spip">RMAdreano Sánhe zeRoa/strong> . Lacresoluciónlien. icmmodoierliedd irrcfict dsl cueplimcenrodoil tdel itrong class="spip">MTsnindoaFans eeizolDomnisao-Hpi iano ded1929 MProtocoeo dedRpvisiónlded1936/itrong> . E ea perz ulsgisltsovaJsn&jutinfictueacrevisiónlendsl cns iéeandeolterernofidetcndeolue lt Eeesontreoeaeolychreciets cilrjuCoigatiiriolyct Eincrment osone enidoàéel a depatconas ecop riécl. denrr pRepúliqaalDomnisainalycdHïtií,SaïnCpoivoctdova Fouuptciónlirr guiaràeslterriiirioleomnisaino ortaoa e e chiueddanosdhpi ianos.JSoutcrnbsp;: mece idetarso.cmm/i> /p>

Pus iur slnganisetion< depréseetantsRaapdilmarta aïtien.n pu xàtat s-Uncs s snt prpunos dpur lernsversue Ésolueon éàla scrisetlectoralu at païti .Jmcaeaibcrmlercews.cmm/i>

/p>

RLe extelé djurs/strong> /p> R60igurcds daur ln ceollarnbsp;: p class="spip">Laarsstrong class="spip">RThoms eLlecen/strong>< ibr>

mplsotvellece e.cmm/i> /p>

LÉections douleonsmiions, u décoonei.rmiriboéd&daterndde snuveau mposident ddepa Cépublique Se céerisèe dnot&dur le pplitique eanté.ire le cl pBanués2é ca sépublique le#8217;eHïti p(BRH),dcnuvrnctpa Fpricod&daleantddn&junilstpàlseptmbre 015<,unevaouffe d’eptcunsdabrigüié .DElesécnnfime nbsp;: <«nbsp;:Axoeurs deuPu&areièmmptrse tresruel’eexcreies2fiscul 0154-015, sl somsjnceiur pécooneiue lastéeemarqae nar lu ofrttecéfprécition dela Cmnsétiebationale at jn ibasssesuela sref icion agricoe . Cea saettaelînéjn iimosrttt elpogrèasion aoe paoix nstriiur s.nbsp;:»/p>

LTaooségande pmn xvontddncesfrrpaéqe#8217;Éécoonei bationale aaxoeurs deuPé risr ptrse tresruel’epsées2fisculenbsp;: <éfprécition dela Cmnsétiebationale ,qnsflnion éetlontreicton iela#8217;encifvdéséécooneiue . Etpaesmé txpromier sfmoi feel’eexcreies2fiscul 015<-0156d’arugrent dren deefanlcx&/p>

LSiue senternvndion< de ca sBanués2cetaelesiavat n daasmi éd Prma nrrpl Ceu xàé chonsgmdvuorrspé c52igurcds dàda &mi-septmbre ontre j55.22igurcds daur ln ceollar2auédébu suugmoi feeljunilstp015<,qfrtcrdst snlrs ed lonstiaee lu ofrttecepréisesuela sdécotmddepa Couvrd c smé risr srjurs .Desuis da &fi duugmoi je#8217;actobre sl sbanués2cmme riécl. ci-desuu pmenion né pvendat ls2beilstpvet <à 55,5igurcds daur l&esfmotantsseonpars denrr p2l500mstp10 000pdollars2aéricains

LFptr-iedrvrpl erqui#8217;asn septmbre 0152,cl eésirnvnsdnete ses#8217;Ééecvat n dà 1,3miniloadéei ddollars2aéricains . E taooséans,dll&e dontddncesdtesné le d477,9minilons di ddollars2aéricains ,aoni dn ibasssesuel37nbsp;:% Se cBRHsy uis eealenona sour lessayl seslcns etirca sotvelles2décotmddepa Couvrd bservaé c smé risr srjurs .DJsqu’iàpqantdnbsp;&?SLàdst sa#8217;aiecns iurilleeàetle#8217;Éétrnaele lqestion

LTns uo. denjlcxàlapint dabsetsse&eu& scmmptgnetlectoralu ,

LDesvepoete s2rbliqqu.slt pbassse
Cntreiireent daxomarheéllocul,ssurqes2marheélnternationale, n dacomctateé pu eat lrltrse tresrjunilst-septmbre 015<,uunsdabélonraton iela#8217;encifvdéséécooneiue ft de sàfabie seu xàé#8217;ansflnion ,lrrt ciuleèe mmn

LLagbasssesue eaoix mtéénlx vn#8217;aréorsdempêheéln iolusséeldsl’ensflnion ésurqes2marheélloculpu eat l#8217;eexcreies2fiscul écoulé. E geots ent lrséuel,co ést sra sélé c5,8nbsp;:%lt pctobre 0154ià 6,4nbsp;:%lt pmars,euis ddep10,4nbsp;:%lt paût e R11,3nbsp;:%lt pseptmbre 015<< L sevuorroée dtxolcqa n doeprccoaricts ent lue eaoix ar le cfabie sesuela srécoete agricoe àé dpoitameps,Jpet urbe nar lds dctééniqn dclimaique sedéfivr abesspdns sc tainsssprpgon s agricoe sdt lea frttecéfprécition dela Couvrd . Ceale-cidra ittae spuvoir e’epchtade#8217;Éu sdouulationsduéi

LDns ln Cesl cns exte,qidetquesl sbanués2é pbanuéss,da Cousiur peela spuitique eanté.ire lvs eeala soeuaelesadion dela#8217;aimptctceela siqueiistédexléent ire lur le pd anderdi ddevise jans le#8217;Éécoonei feelmnisèe dàqltest rqlesfnffcsse&eu& stonsmussion aeela sdéprécition dela Cmnsétiebationale au xsaoix à ea ontaometion dns le#8217;Éécoonei ./p>

LAec lee jonsres vuo llectoral xàui amarue rct da Cpomier ms enstrs2éuéreéentalexcreies2fiscul,co é idoi dorsd #8217;enterndrelàqne incifvdéséécooneiue fflorossnctedpur la#8217;aexcreies2fiscul 015<-0156
/>

Libr> Nuvmbre 015< i/br>
D seotveale dd setections SUe ifrma cdelsimlatcr lffiicielCesl ui#8217;ui yts fcn ié or le crevuele dresssedreftu e nar leeCstue C3Goup nbsp;&? i/br>
itrong class="spip">RDns ueacresssedationale /strong>

Litrong class="spip">Rli class="spip">mPlitique /EEectoon s/i>

RStevet InvndsnsRioisesuan--Charl s me ctvellece e.cmmii> /p>

Rmaïti -Éectoon snbsp;:

RIaganp /itrong> mAaterPessse/i> . L#8217;asnquêe àbasé dsuraoe pesee&ten. duec llus ruel1.800pélcteurs eiel1352cetaee éd lvot&jans le#8217;Éensmbrl c&ssedixàééartement sée#8217;eHïti crévèl n aschéane& lvot&jtès leiffrencisuelhrluieie eésiultti pffiicielsdplnçnts e seêt se aondetdtileuPouvoir ,astrong class="spip">RJovnal MMois /strong><. 37,5nbsp;:%lde pesquêeéslontdidetquélaoir evotédaur litrong class="spip">MJde tClectin /itrong> RLape /itrong> ), 30,6%pdisnt tueir evotédaur litrong class="spip">Mioisesuan- Charl s MPeituJes sles /itrong> , 19,4%daur litrong class="spip">MiarysesNareiss /strong>MFanmiSe vulas . Jovnal MMoïs augPa ei hpi ien tèt kle é(Phtk),saxoouvoir ,aastéeechoisidseue ent ar l6,3%eie eéspodanct feel’eenquêe < Soutcrnbsp;: malernressi&.orgii> /p>

<[Rvrpl os uui#8217;Éu acrtainsponeres(delondetdti ppotntiellsàé phpttoéieau àavat n ddéjàcté pempêheé feelsepreéentarrpastleelouvoir eavnctpetsrntdatidi ddébu diel& scmmptgne]/p>

mpstrong class="spip">RFanmiSe vulasaasainteenule amotfd#8217;aorde& d dindsfstateon déug20louvmbre /strong> /p>

< Lois dGérled Glll s/strong>mahphpi i.orgii> /p>

mpstrong class="spip">RLelondetdtilàle cpésidentcelaugPHTKlt puistesdàsrim -de-Paix,lsepreoénccelcmnrr pa sfrmation feeu& icmmussion aieéfpedanctedd iericfiction /itrong> /p>

mahphpi i.orgii> /p>

mpstrong class="spip">RLelBCEN auorros cl pvéicfiction caxoeesee& dsttablations/itrong> /p>

MBCEN/strong>MVlleair pCluny Duroinaux/itrong> , nt dté pinvoée dhrejeudiéruéCTVdaur lvéicfi rqlesfaéfhès-vrnbaux< Soutcrnbsp;: mmeeropoiehpi i.cmm/i> /p>

Rme secndetdti pàle cpésidentcelrpunosducseci duuggoup l&sse8 snrnd nt taur eitve ll Cmrlniisnionsdpacifque &jutu’iàpotvell orde&/i>

MGesne luan- Gnffradé/strong>MMu lr Julmce e/strong>mradiotslevnson<2000.cmm/i> /p>

ReelGuvernement rpurnsvelae pvilercc sorheetraé.sdlrs ed smé risèesslmnisfstateon /strong>

msigmalfmhpi i.cmmii> /p>

mpstrong class="spip">RLe ecanscelsr sraïtien.pntadomnisainsps breoontre n dà Panama/itrong> /p>

RL nrrpRenauld/itrong> , lt lsn dlhomologue adomnisains, litrong class="spip">MAdarésdNnvarro ,edvontps breoontre r dà Panamadour cfpirelu éo uràé#8217;ehoeizonlsurqessfpdosioe sdui acncerne n dpaesmé txprys,slt pmargeàé dpomier msyptu tum feeu& icmmussion aeeu& iMersue ÉCaeaïbss,dae É23lt l24louvmbre . Cete dreoontre js créalsaeeallur le pd anderdiugcctrétaritipgénérledfeel’eAs=oiéaeon ae eÉtti pueEa sCaeaïbs (AEC). Soutcrnbsp;: i class="spip">mplsotionale.ht/i> /p>

Rli class="spip">mPv éd lgandee pfstaivsée dpor le pbaarrle éeslVe eièe s/i>

RJimey Albemt ,es#8217;Éétat redaucruéCapcHïti n.aafi eeelprt ciipl sàjn ibrèv dcérémoéelfe,dea uémoiesruesehéroi dela#8217;aieéfpedancc .SLesmiistresrAlbemtjdns ln rcbrèv dallfhuion iel3minns e ladarpl ea Ra#8217;aunoéelenrr pae pfl sde#8217;eHïti < Á cete docuaion du éas slgesréseenregstraélexoea ffeel’etat cavat qtéeeeiffseé.JSoutcrnbsp;: mmeeropoiehpi i.cmm/i> /p>

Rli class="spip">mRisue e&elcrisetlecent.ire ldns l6àééartement séexoays,/i>

me ctionale.ht/i> /p>

R Dns ueacresssednternationale /strong>< i/br>
itrong class="spip">RmEtecand ontreoea dsl cóleealen Hpi í/i>

mece idetarso.cmm /i> i/br>

i class="spip">mpstrong class="spip">Raïti -Éectoon snbsp;:
Unspmndsfstateon déellus iur sliniloes ed lpasen nl ,dcoovoqae nar la#8217;aopor tiqn aaur crélama tlu dévauation ieéfpedanctedd eésiultti pueEa sresidentielll féug2 octobre é risr ,aastéeevilermanctaetsonrses2ar le cpuitcsàens le#8217;Évrèès-midiàeué18louvmbre 015malernressi&.orgii>
br> itrong class="spip">RmDsseéeuetact feel’eUEHva panlniisnt taur le lrstectedéugvotsdouulatre /i>

mhpnhpi i.cmm/i> /p>

RmDizainssdeeliniloes ed lpasen nl l&ns ue seres dhre18louvmbre /i>

mahphpi i.orgii> /p>

RmTabaeranbsp;:

me ctvellece e.cmmii> /p>

RE icteon /itrong>
i class="spip">mpstrong class="spip">RL#8217;aUnoeaseiaé Quisue yaevaecmmuémorr mso pjulnié d#8217;eargent/itrong>
/p>

RQuisue ya ,esoslesoeurspaddnsnéle tnsdotlmnrdiéruéCesee& dstomseivateon ieseben. dcltaue l .SPlnçnts cete dcélébraeon aons u&.pstgneteefa Cmod&sti ,astrong class="spip">RJacky Lumarue /itrong> me ctvellece e.cmmii> /p>

RDns ueacresssednternationale /strong>< ibr> itrong class="spip">RmHïti nbsp;:

mrfi.frii>

/>

Li/br>
Junilstp015

,at jeiré le cs slt tre RColectiof Hpi i dslFancce ibr> itrong class="spip">RUNE SEMAINE EN HAÏTI/strong>< ibr> L#8217;ahebdomadare,àé donlectiof Hpï i dslFancce ibr> Unsprédicton i#8217;eAlernressi& #82130;àuec leeCsnui n.aeefa CFokal ibr> N°1195 | 01ljunilstp015< p class="spip">Libr> LES TITRES DE LA SEMAINE N°1195/p>

Mnrhems,Jesé2ljunilst,pdns slus iur slvrle s2aéricainsl ,dcoorr pa spuitique eaigatiiir ldomnisainse ibr> Jniapàasébcuup nar leesevilercc sàsrim -au-Poiche ibr> Lrcesent ed#8217;an rCesee& dstomseivateon ieseben. dcltaue l /p> m(Cmrresosndncce

RQustal MAlphoés ,elesfaéêaee éd le#8217;eégeotelNore -Dnmmddepa#8217;eAs=ompeon déelOuanamnteheàt jeslea ar oiss fChrce -Roi, nt dars de stêt sé domt èg .c«nbsp;:Cete dmarheedvisetltss àeaoi nte&rlcmnrr pae pmnuvni jtrirement sénsfligé pu xàeigattsseaïtien. de u xsDomnisainssfd#8217;aorqgnse aïtien.n nbsp;:»,éoéécis pe#8217;Éévêue ,lexhsrttt pas pauorroée ddomnisainse sàstrirem leeseHïti n. éuec letgniaé./p>

RSoiidariaesowntraly /itrong> <(Sjm/Sfw),astrong class="spip">RRezosowntraly Jano Siksè/itrong> <(Rfjs), nt dltss té pesreéentaess

LDs pauorroée dlcaleesent drejuitapae pmnrheers .D«nbsp;:Frèe eesét#8339;rs ,2u&ivant dllle dt pquêe àe#8217;Éu sdvi.rmelll rseds pépublique lDomnisainse,lmaleersnuseent du&in’ant pas peuleese&ocuent sélégau ,lDomnisainssfd#8217;aorqgnse aïtien.n cénotionalecte ,vouvsaaomee éuec lvuvs. Vursde#8217;aêrl 2ar éubatdonnésnbsp;:»,éaddélamréde#8217;Éévêue eQustal MAlphoés sor ll pout drelotttpaesmé txpvrle s2frct alièe s,eau-desuu peslea rivièe dMmssnce ,dOuanamnteheà(côé païtien.)dssdDajabónà(côé pdomnisains).MAlphoés svrpl l cae ecaréien. doteholque slrnmins les 9aoivnnce eé dDajabónàt dMns e Crce i pàjsepsoiidarise luec ll sàeigattsseaïtien. ,ecopm Pe 2arpslFancçoisla#8217;ep d andeéduxxeévêue ddomnisainss. L#8217;aévêue eaïtien.pesander,cn.dmêmelemeps,Jdeceprlusse le sdplaiàeué6ljunilstp015RArcadío Sosa .SLesmiiséats desveroissehumains a,eour csa ar t,lexhsrtéda pouvernement ddomnisainspàde éas penvoyr pt païti pas papareiue ,pquesl sCur linstitution aele ldomnisainsep scréewastlsn lnrrêe 168-13ds pdat sé d23 septmbre 0153 /p> Mnrhems,Jesé2ljunilst,pdns slus iur slvrle s2aéricainsl ,dcoorr pa spuitique eaigatiiir ldomnisainse

Jniapàasébcuup nar leesevilercc sàsrim -au-Poiche

MJdtinc petppaix/itrong> <(Jniap)éd le#8217;eégeotelcteholque lrnminsepsm ditàasébcuup nar leesevilercc sssvnssnctp&ns se Fznas méeropoiitains(delrim -au-Poiche, norammnt dens ue sequrt cer pouulatre s. Cmntrôlé fgénérlement jar lds danig ,aonsvets àu& ssulde éelluitiqc e dt jdesevuorroée dé mouvernement ,ue sequrt cer pouulatre secopm PCiaé sleri é(pricparicepnrrd)vant d& sscèns(delvilercc smerereièess pénoncee lrlomrrdmnnaeurspationalevdela#8217;aobeivateon à Jniap,astrong class="spip">RRov lsn Apollf /itrong>

LS ln,dsn lnnalyse,lu gccteurspmafclcxàlecent.sl&esevilercc sens ue sequrt cer pouulatre sds pdstraibults desvame spnilégleeseàlds danig .SUe irecruds cece eeEa svilercc Cts fbservaé àil#8217;epppéfhemdde stections dd 015<.Jesuis dc Cweek-eda,én iuiveatecion arègnetà Ciaé Sleri RT eQucero "aastéeetué,ca C14ljun e015<, lrs ed#8217;Éécansgm d&sàtre éuec ln iprernsrle éesl& iMision aoe pNtion< duniesepor le piablniiation dt païti p(MINUSTAH).SLesea ffeelanigfrecemrheélsurst refseéde Cccaonsmt tre<àlu ofrurle ée#8217;Éu sdprernsrle ,cavat qfpi dsnvir ee pPuitcsàationale de#8217;eHïti < Enpesreéerrle s,Jesécmmussiaritipéelluite eeECiaé Sleri aastéeenteaqaévar lds dnsdividrsden ientiefiés. Unlvéhciulelanré d vat lrlommussiaritipe dn Ceonsmfrmatiursptectiicue eontdtéeeedaometgé

MLoisno Rrlniladé/strong><,dco-fondtteur esdvfan iiire i#8217;eun2muvermetsé=oiéalpénonmmé strong class="spip">RKonbi dSleèySLev /strong><. «nbsp;:es djeun s,2u&ivn psnt pas piniséatsseolitique s,n’ant pas pla arâcepdesevuorroée . Cedsnt paeutô e spuitiqc e dt jls djeun s2ameé su&ivant dvu ecopm Peeadersnbsp;:»,éfdtinge-r-ie,svrpl at lrseresosnsabesspà Lrcesent ed#8217;an rCesee& dstomseivateon ieseben. dcltaue l /ph3>

RQuisue ya (Unoq) nt darocédea Ra#8217;aiaaugurnion ,le s29ljun e015<, d#8217;an rCesee& dstomseivateon ieseben. dcltaue l lrs ed#8217;Én icérémoéelfaxoeampui dela#8217;aietitution punoeaseiaare, suuphpttoésuTurgeaxo(qurt cercsud-nstfdeu& scmpitle )< L sussion aeuéCesee&,somsetriitsor ll peampui dela#8217;aUnoq,ltst,denrr pptress pésuloi éger,pésuloimuvoir lt d csaveranrdersue Ében. dcltaue l .SI yts fcn etriitsens se Ccade àé#8217;eun2patelnaritipenrr paeDmiistrèesrdeu& scltaue ,pa#8217;iUnoeaseiaé Quisueéya,ée aitrong class="spip">MGoup lImagnsl cece (nttitution p& irecemrheeàt jesldévlopepment )petpas strong class="spip">RSmithsntian Ittituti /strong>RDithny Joan Ratf /itrong>

LAdessi& euélen nbsp;: http://1ykp.mj.am/link/1ykp/jk0r5xg/6/YgwvF5cLfLYP_MxDaIY-Vw/aHR0cDovL3d3dy5jb2xsZWN0aWYtaGFpdGkuZnIvY2FsZXBpbi9maWxlcy91c2hfMTE5NS5wZGY

/>

Li/br> rim -au-Poiche, 19raerie 015< i/br>
Cete dinfrmation ,2u&ivaoivnnt edumNtvellece e/i> mHïti .Cnsnexon -Cltaue /i> , témoignetun2peulpus ,es#8217;Éildeelfaleait, du climai dstomrrupeon dextrêmelu&ivaévi ldeponsejurs déns le arys,. i/br>
/p> Rph3>LibértionsddepSodsns p class="spip">Li/br>
/p>

RWoodly Ethéamt ,eaisas strong class="spip">RSodsns ,et jitrong class="spip">MRnal MNelfrtt ,elesfé txproitiipuxxeca f feulanigfitrong class="spip">MGaisl/strong>MRéseaxoationalevdesdéfensm desveroissehumains/itrong> <(RNDDH) pt pratsnsMLamaeraaBéiizair ,erpubaé prfhemddepe#8217;eéu&ipesaxoouvoir . RSodeevuan--Fancçois/strong><. Dns ue seinis txprooheetpeuPouvoir ,anspaéserndduieil#8217;eprrestdion 2ntfa C&fernion ,pa#8217;ipsées2é risèes,e&eucesCé txpresosnsabesspeuCanigfGaislsnvat n dtéeetès lmludaccseilecesdar le#8217;eéu&ipesaxoouvoir ,fonpatedeenuld il rs len duec leesCplusprooheetpcoleaboraeers deuPaésident dd ca sépublique . ibr> itpnd oass="'pip"_&ocuent _1913 pip"_&ocuent s pip"_&ocuent s_eeseer' > i mg src='IMG/jpg/Soddsns_Lafainisa_et_Rnal .jpg' width='300' height='209' ale="" style='height:209px;width:300px;'class="'' />/stpnd>/p> Lesdinfrmation spcmmunacqaéesdar learouitcsàetpas pave xàé claroeuert pes 9compitcsse&eucesCé txpca f feelanigffon doroir puieic te das=oiéaeon ae lmalfpi urs enerefcédean.dmoc< dé Cé txpns uàsa#8217;aeneèv ent eitvile cséqestirtionsdomnrr pancço le c17 pasen nl

LDns lsnsMJan-lAbnn lEini ,ereoncee àil#8217;epccsetion psrtéldomnrr pcsseé txpca f feelanigfe srcqucer lrlonyn.deuPteibualedcrtesnel,uM.lLamaeraaBéiizair ,vdesdélamre le sfpi nnsdomntatct fe srcnvoyr pas paccseé fhrs ed sml e deell#8217;epccsetion .ibr> ibr> itpnd oass="'pip"_&ocuent _1912 pip"_&ocuent s pip"_&ocuent s_left' style='float:left; width:300px;'c> i mg src='IMG/jpg/Jugm_Lamaera_Beiizair .jpg' width='300' height='204' ale="" style='height:204px;width:300px;'class="'' />/stpnd>/p>
Voilàldssfpço lgrosioèreCommunctae sesreéentaat RRomain Arande/itrong> RMatelly /itrong> LCmmunctae sphopm svetpas pfepm svu&ivon dtéeevictia see#8217;epct seeeEkidncppig corheetraéspar lcelanigfvont-i eaccseilec le#8217;eélargssseent jeslceseé txphopm snbsp;&?/p>


/p> R-0-0-0-0-0- p class="spip">Li/br>
/>

Li/br> rim -au-Poiche, 31sdélmbre 0154/p> RBILAN DE L#8217;aANNEE 0154/ph3> p class="spip">Lar litrong class="spip">RMichl MSoukar/strong>

uur . SL senégoiéaeon slvéictabessp’ant pjaini jdémarré. ibr> ibr>/p>

RI. SUR LE PLAN POLITIQUE/strong>< i/br>
L#8217;apsées20154vaddébu éaons u&.pstgneteusdialogue.MA a#8217;Éocuaion ddeu& scmmuémoraeon aeurjurs dela#8217;aieéfpedancc le#8217;eHïti ,aa C1n ljanvierq0154,SLesaésident dd ca sépublique ,astrong class="spip">RMichl MJoseph Matelly /itrong> ,éaderniéce#8217;ainvrem luxxeGonaïv sdas panc e daésident sdd ca sépublique svivnctpor ll paerriiiie . SParmidce xàui ant dlcoepeéla#8217;aievrenion ,le cpésiitcmddepa#8217;eex-dic aeurs,aitrong class="spip">MJan--Claude D valoes/itrong> ,éadtéeeviv ent crttiqae nar la sfpmrle s2e evictia seeeE& sdic aer .
L crenraé.nar laent tre lu#8217;ast snffctié eileCé txièmmpludet eeEjanvierq0154. SL sesééteur sent dreont ittaleCBre u deirig par leeCsééteur lstrong class="spip">RDinuseulJes anscSimn /itrong> <àde stêt sé dSééte. SPardomnrr , àu& schabre 2a s Dpubaés,dae Édpubaésduuggoup lar laent tre lour cearSablniitédesRaepPoirèèsà(PSP),prooheetpeuPouvoir exécueif,2nt drafléaleCBre u dinssicuieil cpésidentcelaedeut sdas pcmmussion

LA. i class="spip">mpstrong class="spip">RLE CONTEXTE/strong>< /i> i/br> esuis dl#8217;epccesion aeuéposident dMichl MJoseph Matelly saxoouvoir ca C14liniq0151 suucu déections

LB. itrong class="spip">RmeE NŒUD GORDIEN/s> <
L cuss ntn rlaceàé donseil EÉectoral pPerandnt d(CEP)éd m rsedle n#8339;rd gorrin.pes 9rocessus électoral xàé uis dl#8217;epdopeon déell sCuttitution p& i1987.S Drsat das ptroos (3)pns ueuéposident dMatelly saxoouvoir ,le arys,vaddéjàdcoonuaquaro (4)evnrsons dd onseil EÉectoral psns ueactecu& d#8217;eélctions drur cauiant./p>

MJosué Perre -Lois /strong>MEmanduslpMéétdé/strong><. SPis dvitsélaatroosièmmpvnrsons,le aonseil EÉectoral pPoivnsire ,deirig par lM.litrong class="spip">MFrizto Cat n /itrong> ,jinstllleduec lsepe (7)lmmbres ,Ecete dfoi fsns ueacprstateon déelserent lue eesreéentaat sleuPPa leent lt lé donseil ESup scersleuPPuvoir Juéncoire l(CSPJ). SUn cu&areièmmpvnrsons,lisse leepa#8217;eAcorrd d#8217;eEl Rnccholt léirig nar litrong class="spip">RMaxdMathuoic/itrong> ,éancen.daésident dduCoEPfd 0106,afnceion ea

RmeE DIALOGUE INTER-HAITIEN/s> <
L cCunfrencc oÉpiscopti.lé#8217;eHïti pCoEH),deirig 2ar le#8217;eévêue e&e ÉCays ,EMnseilgner lstrong class="spip">RChiby sLanglois/strong><,dcooviir lrseouvoir see#8217;etat cntfa Class=eeolitique laïtien.n pausdialogue suec lsa uédiaiqn .PPa lllèleent ,lu évéement sns uoéécédnt dens ue#8217;ahstriir ld drys,ss#8217;ast sroc ittaleC12Ejanvierq0154. SL Vaiqcacfonmm Pe 2aomier mcarrintlraïtien.pnnse Fpr so.n pésuMnseilgner lChiby sLanglois.MAlors,JesécarrintlrChiby sLangloisplacee ffiiciellnmnt cleldialogue id nedaïtien.penrr paeDouvoir exécueif,2aeDouvoir législtsif,elesfaa ei eolitique sentfa Csuciéaéscieole,a Ra#8217;ahôell El Rnccho

RStevet Benoit ,esctrétair ld dBre u ,vdesstgneréeslsncfonm,lmalgréle cpésiitcmdduevice-aésident dduCBre u deuCSééte,leeCsééteur lstrong class="spip">RAdari eRiché/strong><. SLeCsééteur lBenoitca#8217;ep oignéln.daéononçnts u pdsteurs de sCpluspélogo tx. SPursaat ,ui y’aréorsdars deuPtmepsdpor lénonceerca#8217;aiecluson ae le#8217;enrtoce s12Eéns le di dacorrd,dtxolcqaat cui#8217;Éilds#8217;Éétat fpi dpiéger./p>

RJacue seThimnlén /itrong>

RMoïseluan--Charl s, John Joë MJoseph, Perre Fanccky Exis ,eJan-lWilecam uan-ty, WstalrpPuiycarpe/strong>MJan--Bapace e Ben.-Aimé/strong>< nt darsssé(l aésident dduCSééteddede éas pstgnerél#8217;epccrrd u&iv sfixéfa C&at e&ela#8217;Éoranisation dde stections dcmmunaa&e ,dlégisltsiv sdt lsééteirileeseu d26octobre 0154. Technque ent ,ue aonseil EÉectoral pPoivnsire (CoEP)én besir déelsix (6)lmoisepor loranisar pas ptections ,a Raa eiraé clarobliqaaeon ae le#8217;enmnd nent àE& sloidlectoralu&fd 0113. SL#8217;eExécueiflasopi dobliqerél#8217;eprrêeélcoovoqaat lrlpeuloedt pse dcmmce sele s26octobre 0154. sCur t-circuieat lrloEP,pa#8217;iExécueiflasonsms deelaéojetp’inmnd nent eeE& sloidlectoralu& àE& sChabre 2a s Dpubaés u&ivl#8217;arévoté stpa#8217;inetonsmusseu dSééte./p>

LD. itrong class="spip">RmUN GOUVERNEMENT PLÉTHORIQUE/s> <
L#8217;eAcorrd d#8217;eEl Rnccholt,denrr pptress pdnsnéleiurpàlu ouvernement dd#8217;Éoverntrs a&e 43lmmbres ,Eiceluat 10dotveluxxeeiistressdt l10dotveluxxesctrétair see#8217;etat . SUn ouvernement dpléthoicue .SParmidlesfotveluxxeeiistress,eintnnsuMnseiur lstrong class="spip">RDuy sBrutu /strong>RNesmy Mnisgat/strong>RHimmlnràRebu/strong>MMnsque lRoeurst/strong>RRudy Hérieau x/strong>RL nrrlRnaaud/strong>RFancçoislGunilaums(II/strong>RRegintldlDelva/strong>MMaicepCame le éJan--Maice/strong>

LE. itrong class="spip">RmDES VOYAGES INCESSANTS/s> <
Enq0154,Sl aésident dMatelly sasnffctié ldeponmres xàvoylgesa Ra#8217;aéeonsge u&ivl#8217;aon dont ittat pAéricue dduCNorr,pt pAéricue dduCSud,l&ns ue seCamaïb eesét pEurope.e Enpdébutp’insées,al aésident dMatelly sasnffctié lsnsRBaeatk H. Obama ,eeeCsctrétair ld#8217;etat cJitrong class="spip">Rohn Kerry/strong>

LAxoeurs deuod txièmmpseentresrueu’apsées20154,al aésident dMatelly ss#8217;Ést sretdrpàlNew-Yorka Ra#8217;aONU,a RCubt,den Éu&arurs,at pAllnmagn petpenlFancce.MMMerkel/strong><./p>

RTlussaitséLoverntrs /strong>RFancçoislHolead n/strong><. SCs2é risr mvoylge t pEuropelsurst téeesns uhstriir lsial aésident dMatelly sneds#8217;Éétat ar éuvetsuré àupccrrde cunspnsee&ue làdtroos (3)pjursalectteslfancçni jchearonnésdeesl sChaînspi class="spip">mTV5/i> , dumMod n/simRadio Fancce

RmDES FAITS SAILLANTS/s> <
Deponmres xàévéement ent ddéfanyédaapchrnsque laxoeurs de C’apsées20154. SCntnnsunorammnt nbsp;: /p>

<#82126; & sdispariaon ae le#8217;ehopm Pd#8217;eaffair seitrong class="spip">MEvinx Dnsiel/strong>< u&i,ls brle-r-ie,sveernsbeé(l aomeeie é ccetainstpcaccue seévoluat ens ue#8217;ant ursageueuéposident dMatelly nbsp;:; ibr> #82126; & srèèvepes 9rocfesiers de sCécolesfablique s, eitvisrdepa smndsfstateon dée pteèvesepor lexigerle aryieent lue esaltresseee srocfesiers nbsp;:; ibr> #82126; & sséqestirtionsdeuéesoeurspe le#8217;eUnoeaseiaé d#8217;etat cé#8217;eHïti ,pa#8217;ipgéonoa citrong class="spip">MJan-lVrnemt Hene /itrong> ,ét lé dresosnsabespe le#8217;eUnoeaseiaé deMJan--MaicepThéodat/strong> #82126; & sCur l’aAppeevdelrim -au-Poicheaastusseu lnrrêe,sens ue Ccade àéela#8217;ipsiasidntipd cstrong class="spip">RJan--Domnisue /itrong> RJan--Claude Lois saits ,ereovoylt l9 embres fe dstrong class="spip">RPa ei FanmiSe vulas/strong> #82126; &espnsnis djuéncoire de C’apscen.daésident ditrong class="spip">MJan--BetaranddArce i n/strong><àuéiRLamaeraaBéiizair u&ivl#8217;aréfintlment dplacéln.désidentcelsueveileéenbsp;:; ibr> #82126; & smrt i Me#8217;enmbpsiadersjitrong class="spip">MGuysAlexandr u&ivasjltédins ue#8217;aémoica#8217;aieellyiget sia aïtien.n nbsp;:; ibr> #82126; ’airrupeon di Me#8217;eépi&fus àéelfiève lchi ku ou ya u&ivasaffcti pdetpcenainssspeeliniloes ed#8217;ehblnéatsseor lll paerriiiie oationalenbsp;:; ibr> #82126; & smrt i Me#8217;enscen.daésident ditrong class="spip">MLesecedMnisgat/strong> #82126; ’aprrestdion 2d cstrong class="spip">RWoodley Etheamt ,edi dstrong class="spip">RSodsns ,eons u& cpésventon eeEkidncppig , d#8217;aas=oiéaeon ae lmalfpi urs eeipd cblncchient lu#8217;aprgnt nbsp;:; ibr> #82126; ’eprrêefeesl sCur l’aAppee,ereovoylt le#8217;enscen.daésident dJan--Claude D valoes d vat lrlteibualedaur lcria ccmnrr pa#8217;ehumaniaénbsp;:; ibr> #82126; ’eévaion dsecteaclatre (delaus ldsltroos cnt d(300)C&fernusdeesl sertsnsRClifforrdBrandt/strong> #82126; & srèèvepessopimdeuodpubaéastrong class="spip">RAral MBéiizair ,eans ueacsale éeslséttcmdduePa leent ,ls#8217;Ést steresné ntn ue e e&elpoissonnbsp;:; ibr> #82126; & sdécison dmalaeroissrdepa sDGI metents t pueseeén iuign te dendmêmelemepssuieileClrcesent ed#8217;an dotvelles2pe uesce#8217;aimmareiclateon nbsp;:; ibr> #82126; & smrt i Me#8217;enscen.daésident -à-visrJan--Claude D valoes ntfa Clmnrrovnrsslor ll payplpdeufunérlrle s2(ationale s, ffiiciellns, privées)a Ra&ivaccrrde . ibr> #82126; ’aprrestdion 2d cstrong class="spip">RRony Timnthé /itrong> RBiong Odigé ,eaxoeurs de C& smndsfstateon dé d26octobre 0154,eaiang>eE& slittlpdessertsnsncer pouitique s,nideluat lrslfaèr seitrong class="spip">MFlna stal/itrong> #82126; ’aprrestdion 2d ce#8217;ehopm Pd#8217;eaffair seitrong class="spip">MNazair ,eun2péfhemddepe#8217;eex-aésident dJan--BetaranddArce i n,ét lé dommussiare,àéelluite strong class="spip">RTélémauescClaude ,eaffcti pa dommussiaritipéelluite eeELéogansàetpasr lextridtiqn u xeÉtti -Uncs,dar leeCscrice éelluite fédérle2aéricains (Drug Enfrtcrent eAgetcy)nbsp;:; ibr> #82126; & spésiitcmdduebeau-faèr ueuéposident dMatelly ,lMnseiur lstrong class="spip">RCharl sp«nbsp;:Kikonbsp;:»lSaits-Rémy ,eans ueacmndsfstateon dnganiseé 2e s18louvmbre 0154vàsrim -au-Poiche2ar le#8217;eopor tiqn ridtaleelcmnrr paeDouvoir etlénoncçat lrslmnuvni jagssseent saeuéPomier mmiistresSe u ent S< L mnth ./p>

LG. itrong class="spip">RmeE 3e ANNIVERSAIRE Á LA PRÉSIDENCE/s> <
Leatroosièmmpannoeaseair ld dposident dMatelly saxoouvoir desRaepd txièmmpannoeaseair làle cpéimaiur ld dPomier mmiistresSe mnth von dtéeecmmuémoré sens un ipmbincc leelcarnvval.S D#8217;apucun,ss#8217;anterndat n dàlu bila dde pésalsetion< dduPPuvoir Exécueifltneteresseee s5p«nbsp;:Enbsp;:»,éoéôn snar le éposident dMatelly nbsp;:: ibr> #82126; t icteon nbsp;: #82126; Emploinbsp;: #82126; Énergienbsp;: #82126; Enviongnment nbsp;::fa Clmverntrs avégétal ld drys,sst sésdrtesdcopm Pp u deeschagoic.SI ysuffi jesld txpjurs tomseécueif edelausienaur lui i&esfvile s2sot n dioncdé s,eaec leer llo jesldégâtslmntriiul eeipd cprntespnsdvi.sehumains dtat donsemorn s2snt pénoudé snbsp;:; ibr> #82126; ÉttipéelDroisnbsp;: MLiodeevBourgoisn ,eortesdàlu omsflit uec leeCsctrétair lgénérle eeE& sPésidentcelauasujt jeslea obliqaaeon ae sarèglsm n sénsernas fe doSPJuens le ai class="spip">mModi urs/i> , eeseurrestdion spnilégleesee urbitriir see#8217;eopor atsseolitique s stpa#8217;iinstrient tlsation ddeca sjutinc

Rme#8217;eINTENSIFICATION DES MANIFESTATIONS DE RUE/s> <
Aemc ur puieils djurs tpassets, eesecansce ldsl& sésalsetion< de stections dresvuesle s26octobre 0154ss#8217;anenturset .PPa lllèleent ,llrslmndsfstateon seee re s,nnganiseé lar la saa ei ed#8217;eopor tiqn rslamaat lrldéert peuPouvoir euéposident dMatelly ,ls lsut dnserseifié s

LDsponmres sesovrle s2e 9aoivnnce,dcopm Pe 2Cap-Hïtien., Le ÉCays éetlPetit-Goâveent drelnyédarslmotsfd#8217;aorde àéelmndsfstateon setussepr lee saa ei ed#8217;eopor tiqn .MA Pim -au-Poiche, crslmndsfstateon sent donsvets dnsnéleiurpàles 9échauffurséespnsee&llrslmndsfstatct fe seeseugnt sdd ca sPuitcsàNtion

LAlors,Jichapabespe#8217;arpplcqaerél#8217;eprtoce s12Eéepa#8217;eAcorrd d#8217;eEl Rnccholt lfacepàle ctursnur préisedar learcrisetolitique ,al aésident dMatelly sasreonurrpàles 9omselaateon éuec leesCesreéentaat sleeConmres xàs teurs edeu& svisrationale . SL#8217;eopor tiqn olitique ljugée irésdrceibesprslamae àdco desRàrcri les 9négoiéaeon sluec leeCaésident daur lernsve cunspisse làu& ssitution fe#8217;aimpassetolitique . ibr> ibr>/p>

RmCONSULTATIONS ET PROPOSITIONS DE SORTIE DE CRISE/s> <
esuis dlelmoiseeeEseptmbre 0154,al aésident dMatelly saslrceécunspsricepee

LD#8217;eunacôaé,donmres xàsot lrslobeivateur see snnalys sdalitique seu&ivasidini ctpc séencmnrr s<àlu oand#8339;rve ldiltsire ,domsedstnct àeftre loasse ll paemp .e Dns lsnsmTV5/i> , l aésident dMatelly sn#8217;arvat -i pas plaissé(eseetdr pui#8217;Éildnterndeai daeC12Ejanvierq0155daur lpretdr paespetsor tiqn senécesitre sds pvieid#8217;aoranisar pas ptections ltnenternee deuis dsn lnccesion aàE& sPésidentceltn 0151. D#8217;eunapuoesacôaé,da saa ei ed#8217;eopor tiqn ridtaleelcmnrina t d crslamaerfa C&fussion aeuéouvernement ,ue sfrmation fe#8217;au onseil EÉectoral pPoivnsire (éu&ilibré, eitvlt le#8217;eespriidi da#8217;ar toce s289déell sCuttitution ,dpesalabesent jauévot àéela#8217;ipmnd nent eeE& sloidlectoralu& ar leeCSéétedd ca sépublique &inssicuieil#8217;ioranisation dd#8217;eéections lgénérlem déns le arys,ltn 0155./p>

LL s28louvmbre 0154,eeeCsuspedseéétat àdsn lompbe . SLa ridtopannncçai suieileCaésident dallat aeéentaerfa Csynthèseses 9reoor tiqn s,eaxoteres2a s ds xàaoiseeeEomselaateon ée gtgess

RYve dPaul ,eeeCeeaderaé clarKIDdcopm Pfutr lpreier mmiistres,pd vat n Séétedhotitle.e Esee&-aemp ,a Ra#8217;arpprfhemddepe sfi ddeca#8217;ensées20154,an padobeivaé(u spreorudl cece ieseate see#8217;eiseécuroée.SI yneds#8217;Ést srss=écunspsemainsesns uue e&elrnisibe seintnyn. dhïti e dn Pfussetsévictia seeeEbraqulgesaeipd#8217;apterniaesepr lballns, oni daxoensee&-vrle eeeEPim -au-Poiche, àlDelma ,a RPéion -Vrle douéea< dé#8217;apuoesslvrle s2e 9aoivnnce. Anssi,pa#8217;iinsécuroée,il#8217;ioranisation drépété àéelmndsfstateon see 9aoitestdion 2ntfaeCblocags2nncessat dde ÉvoieseeeEommunaccnion lnternréginale eaismeseettpa#8217;iinstblniitédsucioolitique .PDonc,pa cnn dnganisetion dd#8217;eéections laur leeéesotvellesmnt dpricodcue ses 9ittitution jdémmcraique s,pa#8217;iinhapaccé pdetpfrtcr lesoouliee àigrtatsqrpa Fsécuroéei&esfvi s stpde Ében. dcorresosnent dtut sdàddeca#8217;einstblniité. SUn csitution fuéi

RSUR LE PLAN ÉCONOMIQUE/strong>< i/br>
L#8217;ainstblniitédolitique lesRsoiéaladapcrélebeaucurppe#8217;iinheritutdedins ue#8217;aécoonei faïtien.n .S Delpus ,eaïti pcmnrina d crslolteraé cmnuvni jscorm déns le arppprt obliqéeéns le aeagazinsep«nbsp;:FormignsPuitcynbsp;:».S Enq0154,Sl ays,vadoccupédaap8e rlaceàrrtmidlesl10dÉtti sopiilo fe dmsnen,at pcompagni àéela#8217;iAfghnisetnc,leuéYémec,leuéSoudandduCSud,l&u Tchad, eesl sépublique &Démocraique ee donsro stpdeCa CSomaloe.S aïti p spere dtgleeunctaueslue serlaceseaxoeass=eent d drppprt deC«nbsp;:Doig cBusins snbsp;:» sr le#8217;Éenviongnment Re seuffair s./p>

LL sbudgetpeepa#8217;ensées2fisaleel0113-0154,eadope par leeCPa leent ltneinis tp’insées2fisalee,éadtéeeésdrteaàE& sbaisse,svupa#8217;iinhapaccé pdepcolectespe leaxesaeipd#8217;aimpôts SL seéfpedsr lesosaltresseesreéentant dpéèsleeC90%ddusbudgetpeepfnceion ement . SL budgetpe#8217;aiev sios=eent nstpfinatcéserssu’it ptotlecé ppr lee sbaieeer speepfncdspnternationalux. Enq0154,Su oconjugatsns

LL ays,vgénèespatiéellment duoc< dé C200 mtglwptesdd#8217;eéectiicciaé our cunspluulatiqn deCaéèsleeC11linilon see#8217;ehblnéatss.S Enqcncséqesche, l spnsee&réises privéesfaïtien.n àsot oliqgess<é#8217;Éntniien le segénérliicc sdalr cs#8217;anismesee de énergiedtectiicue .e Dns lc tpcoééniqn ,dll&es2snt pétfiiciesent compéiosiv sduec l&esfcoû sleeCaéodicion ltss élevés. Cesfcoû slen nt pexacs b snar le#8217;aaugmntation poirèesiovepes 9roixlé doarbrsat . SL Guvernement d sdécid pdepsurseoi làu& ssubventon eu9roixlé doarbrsat pnsdvi>uur deuis d0150./p>


itrong class="spip">RIII. SUR LE PLAN SOCIAL/strong>< i/br>
L arys,vadcoonuaquslue seurccèslsymboique sMMichaële éJan-/itrong> RAbdou Diouf/strong><. SL#8217;aécrivins itrong class="spip">RYniscksLaheds/itrong>

MCptesdPèesioir/itrong>

mMichl MSoukar/si< i/br> m88888

/>

MJan--Claude D valoes/itrong> ,énns uavns dchoistlaur le#8217;ehers a&edrelnye ll pbelCu toce sd citrong class="spip">MLyodeevTasunilot/strong>me sNnvelleittl/s> ia href="http://lsotvelledste.lmm/lsotvelledste/u toce /136651/La-mim -dun-tigre-au-teits-oess-pti.&lt;br&gt;&lt;br&gt;"class="spip"_out">http://lsotvelledste.lmm/lsotvelledste/u toce /136651/La-mim -dun-tigre-au-teits-oess-pti./p>

mL smrt i#8217;an tigreeaxoteitsétès lpâi./ph3>

me sNnvelleittl/s> ibr> PardLyodeevTasunilot/s>

LL arolièmmpaec ll#8217;eâm ,dc#8217;ast lquesl sprsvelpn#8217;asnest sfpi u ue dalr cc xxsuéimpitt tig sevtig/simk makaklaarl spi rèd/si

eEsu lvingt-cinqda see#8217;aexil. Cedn#8217;ast lqu#8217;ÉàEsn lesturs - m riédstrong class="spip">RPééval/itrong>

MGatalrpRayasne/itrong> ,éstrong class="spip">RAugustelThnons/itrong> #82130; a s écoloes ed s Gonaïv s#82130; st tat eeEmrt lsns ssépltaue . Que a sdrefhem,smelpar&o.n ctpc ljugment Ee pianir . m88888 />

ibr>/p> mUnqtémoignag (eirle sCrppprt spnsee&llrsloranisadion spnternationale letpa#8217;itat cé#8217;eHïti /ph3>

RRicarrolSi&tnufu /strong><,lspéiéalittlpdeMReldion spnternationale ,ee snncen.dRsreéentaat lspéiéaldduCSctrétaritipgénérle eeE’iOEAj RHïti . ibr> Encévoqaat pnsdar tocuiqerél seévéement ei Me#8217;ensées20150, ssspésvéldion s,domsedgném déns le altvreli class="spip">mDieses pssFancss=osdIternatconalis/siRPééval/itrong> , pui ccele éu&ivaseitvi esprr mbesmnt ddeutrre ,ent docricddeu"tocketlé#8217;anseeée"dalr cnoeres(d#8217;aONGvu&ivon dsusinssics#8217;Éassure lu oalaceàrrieolégiéeeéns le aeanilag (-e seesebénsce ltès -eéells -udu2systèmmpittitution deevhïtien.,es cftrsat falorsau lnoea Rbn lomppte, ntfl vat lrr spfncdspt ptot bo.n pomsecen.c

jorae getriso,ptelc ur, aécfesorCScitnufu , washingtn ,dhpi i, ia href="http://www.yot ube.lmm/watch?v=gHGA-S-Cl-0&sns=em"class="spip"_out">http://www.yot ube.lmm/watchnbsp;&?v=gHGA-S-Cl-0&sns=emi/a> 00:30:43/p>

/>

ibr>/p> mAffair rJan--Claude D valoesnbsp;:

RJan--Claude D valoes/itrong> ,éqi afar da#8217;aobjet pd cpeaitseslour ccria sccmnrr pa#8217;ehumaniaéljugées eésrmatiscrec vabess

MCprvs lJan-/itrong> MJan-lJr npheeebrun ,eaddésigné dsn lomleègumcitrong class="spip">MDrsin D retlJnacnr/itrong>

RDr Nicole Magloir ,ea Csuciologumcitrong class="spip">MDanièle Magloir , cmor&o.nliicc ee donlecteifccmnrr pa#8217;eimpuniaé,ainssicuie a s dpfensmrs de speroissehumains ls lsut dréjurisleelcettesdécison domseddéréndcopm Pun «nbsp;:aa déns lea bo.n pdir teon nbsp;:»

mAdconrrario/i> , l#8217;an eessnvoctis i MJan--Claude D valoes, M itrong class="spip">RFriazo Canrn ,eaderntment drejltéd’eprrêefeesl sCur ’arppeeve snnonccédui#8217;Éildnllat exerce cunarsurvo pns css=tion .ip>

LC erndic -péonoccédeeslng>sàaoisevrès ll sfi ddeca#8217;enudiaon ae saeaigtat seendmni 0153- orve llrévoisdàlu sventéel péfhèsccmnrr pJan--Claude D valoes rnseeépns aïti pnssjanvierq0151,a Ra#8217;aisse lé#8217;an exilddec2

Lspp/RidtopKiskeya />

ibr> Pim -au-Poiche, 10 févrierq0154/p> monlecteifccmnrr pa#8217;eimpuniaé ibr> Regrurpsmnt ddeuaeaigtat s- s-conrr pa#8217;eexddic aeursaJan--Claude D valoes ntfcncsor s- etlé#8217;aoranisadion spde rroissehumains ibr> Cnsee&l#8339;cieéncue ses 9rroissehumains (CEDH) - Kay Fanm (Matsns Mnvelent Re sefepm slaïtien.n àaur le#8217;eé icteon pesRaepdsveloppsmnt d(MOUFHED) - Réseau2ationalepe 9dnfensmses 9rroissehumains (RNDDH) ibr> Piitséfcalenbsp;: cedh@cedh-hpi i.orai/a> />monmunacqué ibr> 7 févriernbsp;:

MDrvaloes/itrong> ,ést sl#8217;enbnui ssnent eeE&ng>e s stpaerribesssnnném dé clute du&ivon dsupsrtédde Éeniloes edepcompareioies./p>

LArès ll sbrutal lréarsssonsdé d28louvmbre 1980,éu&ivasar tocuiqèrsent cibeésl serssi&,da sauulatiqn lsut dàdnnvelaududs sehos -jeu.SLa flapm Pdeue Cééssetncc pst séavivéepnss1984spr lee sjeun ,eesdar tocuiqeréc xxséelaarvrle eeeseGonaïv s,au&ivexpéimrt lrr drejlt eeE& sprsidentcelhéeéditiir etpeuDouvoir absolu u’asles2imploue nbsp;: <«nbsp;:Arbasle Cussèr uàdvi nbsp;:! Arbasleelchômags2àdvi nbsp;:! Arbasle ctuntrs nbsp;:! Arbasle cdic aeue nbsp;:!nbsp;:» C#8217;ast sl#8217;iindigntion fe#8217;au esjeun sepeeuriic au&ivpsrteslrslé rises tomupseeeEbutoi làuus

LL refuseeeEe#8217;eimpuniaé,aaur le#8217;ess=tssoétedd ctroos écoloes e─strong class="spip">RJan--Robrnt Ciu /strong><,litrong class="spip">MMakensn fMichl /strong><,litrong class="spip">MDaniel Israël/itrong> #89472; tuésàlorsade Émndsfstateon see d28louvmbre 1985déns lea vrle eeeseGonaïv s,ast sleCferaé clatc leele pconrestdion 2u&ivemreaselee sjeun sàstrieasele arys,.<«nbsp;:Qu#8217;eo lnrrêe&,djugmcntfcncdamne, àle sfrispa scriainul eu&ivon dss=tssoééils deorispjeun sesRceli auiivasdnsnéle#8217;ior& efeeleirn leirle apeuloe,umêmelsi c#8217;ast lu ods daeu gaït sdït oriaés eeEe#8217;etat .nbsp;:»/p>

Vingt-hittaa sevrès lcettesvictore (eirleautrre r letpa#8217;iolscrsat csme,li afautuàdnnvelaudfair rf nt pour cconrr curre leeéesturs ffiicielvdr e valoésismevntfa Cvoangaé de

LCmnrina làurefusn la#8217;aiepcceatabespst sn choixduieileCitrong class="spip">MCnlecteif/itrong>

ML d valoésismevasété n irragédineour caïti nbsp;:! L#8217;eimpuniaé nrlpeu -êee&llri&estincé#8217;eHïti nbsp;:!/ptrong> /p>

itrong class="spip">MDanièle Magloir ibr> Cmor&o.nliicc m88888mKomniske ibr> 7 fevriy nbsp;:

<7 fevriy 1986,rss2dtedd choukay rejim bnuidi9D valoes (itrong class="spip">MDivaly ) a. Ss reznitasa

<28louvanm 1980,éyn lesprssyn lbriaal,lki tessitou sibesplvrès ,lkeaboé oeyi a. Aor usa,éyn llò pfwasa

MJanrobè Siyi /strong><),dMakensn fMichl (itrong class="spip">MMakennsn fMichèl ) ak Daniel Israël (itrong class="spip">MDanyèl Izraèl ) rn bednsb sbal.<«nbsp;:Sneourlyolae&tn,djijs2epi kntdats nilkeiminèl ki fèfkòsa< asoétydons 3 jè lyo,snilchèf ki bay lòdleirndons pèpfa ,umenmsilchèf earsespi gwo puaat sntneLetasa.nbsp;:» Tè drèv jè lyo,sss2t a«nbsp;:aou sistèm etvaly rs dlave choukednjamèsntneoeyi a.nbsp;:»/p>

<28llats ape (vtktwaronsllatrrè ak fòssfèfnw ,umolniizssyn lobiqjeCé rénnn aou br efwou ddivaly rs dlavk apéesturneneofisyèlmac,2pur fèffa lkr efak voanganeourlgrtatsq2e

MRsjim divaly rs dlavss2t ayn leonjedtlaur Ayii nbsp;:! E /p>

MDanièle Magloir ibr> Cmor&o.nliicc />

<20sjanvierq0154/p>

MJacky Dahomay/itrong> mInfrmation s(eirlHïti ./ph3>

MSyvisrBnjeux/itrong> MJan--Claude D valoes/itrong> soni dmrnédàEsn lteres< Enqrépn &,da sd valoésiste,vauDouvoir aec litrong class="spip">MMartély/itrong> MJan--Brntrand Arsatid .SDe djurnateiste,v exignt due sjutinc soni drrnduedàEJan--Domnisue .eEnqorveat lrlpéfhèscdmslss=tssoés i MJan--Domnisue ,aleDouvoir olaceàespèr ufare (obliqerél secria seer e valoésisme.SMai li arsu pou raitsue sce

MD sdrefhem,s’aArsatid 2nnculpé laur leeéeeuriie i MJan- L. Domnisue /ptrong> /p>

SUn cex-sééteicc ee dar to Laella,s’aArsatid ,litrong class="spip">MMirlande Libéru /strong><,lst ldésigné& ar leeCjugmcitrong class="spip">MYvtkel Dabésidl/itrong> Lir ca ssui ...éouécloue leirle alen.pnnsbasnbsp;: /p>

http://hccovnrssas.blogsost.lmm/0154/01/dss-pefhem,-darsatide-nnculpss-purn-le.htmli/a>

MNeufonnculpteon seens ue#8217;apffair rJan- Domnisue nbsp;: <“Larvériaéedos pnsfi deirgis,auiarorzmpansevrès ll ,vfai a#82121;/ptrong> /p>

MRepsrtes lsns sf nt sèess/itrong> MJan--Claude Lurissaite ./p>

<“Nns usalun dunarysdjuéncoire vimpsrtat ,uuiasi péespér paaéèsleessnnném dé#8217;asnli=eent nec’iimpuniaé ans uunadsssin lu&ivauea uolnii=écseptlingstreass2instrieiurs . L#8217;asnquêt srvat dcrntesptéeerelatcé paeo8dmni 0153paec ll#8217;enudiaon acopm Ptémoins& Me#8217;enscen.daésident dd Pea épublique &Jan--Brntrand Arsatid ,ddnss l sde ufonnculpé lsut drépuaés reohem,. I ys#8217;Éagi dmaitsetat MSOS Jounateiste/strong><,lRepsrtes lsns sf nt sèesspdnmandeeesdar tocuiqeréu&eutut ll ,vdisposniqn dsoint réises pur cue &Myrlande Lubésissesvisnnses#8217;Ésxploue le vlt le Cjutinc seeEsns

LL rppprt duejugmcDabésidlceonsmms deel18sjanvierqé rises àle sCur l’arppeevdelrim -au-Poicheafat dtgleeunctaéat céesonnculpteon s denbsp;: MHarlid Sévèr ,ea#8217;enscen.nseinistnctedLaella,st lpeêro ssesvnudouéstrong class="spip">RA.nseAugusti-/itrong> RFrnctz<“Fancco#82121; Caenile/strong><,litrong class="spip">MTutssaite M riédenu/strong><,litrong class="spip">MMériaéeMdlie /strong><,litrong class="spip">MDimsleyeMdlie /strong><RJaudiMJan--Daniel/strong><RMarkingtn fMichl /strong><. Cesfeorispé rises ts#8217;ÉétatnctaévadésleeCaétsns

temps exilé pui cr vrnuaaxoeys,vn.dmar d0151. Certaoés témoignag serecseilec,spr leeslingstreass2ntfcncsigné déns le arppprt duC18sjanvierq-ddnss celi a& Me#8217;enscen.dchlfpessa ssécuroéei&e&Jan--Brntrand Arsatid ,dstrong class="spip">ROiiullJan-/itrong> <#82171; sut en.net le Cthèseva ln,da uesla pe#8217;enscen.daésident daueaitvaui-même or&o.néle#8217;ess=tssoéteddudjurnateiste,domseddérédcopm Punepnseeaec àisessvisém dé cesturs auDouvoir Ra#8217;afpsue ee dcria . ibr>/p>

http://www.altererssi&.ora/pip".phpnbsp;&?u toce 15829i/a> />

mDexxeoranisadion spdnonccet le Clrneer cdesfprocédue s /ph3>

mL Deoir /i> , Mmnrréal leE5

MJan--Claude D valoes/itrong>

Raitrong class="spip">MHuman Rights Watch/itrong> RAmistriediternationale /strong><

LL#8217;enspé rises,de pcor l’arppeevohargé er eossin la

L«nbsp;:I ysmbrl cuieile sït oriaés aïtien.n àn#8217;ari t iucu edinernion deelmenerddesdsnquêt s exhautinass eirle sCabusdcmmussldrsat pe#8217;eèr& D valoesnbsp;:»,éa délamrésitrong class="spip">MJavierqZnacga/strong><,ld#8217;eAmistriediternationale ,edns ue Ccmmunacqué./p>

LL arsident dd#8217;eHïti ,litrong class="spip">MMichl Martuley/strong><,laddéjàddi lqu#8217;Éildétat nsvertaàE& spsssibniitéd’arccotde dunaryr&o.dàEJan--Claude D valoes, dns ue Ccade àé#8217;eu cvasteleffrt i Mrécoociléaeon aationale . I ya ltss tffiruédui#8217;Éildr vrnat au2systèmmpjuéncoire vde

LL ariccipal jugmcohargé er eossin ,éstrong class="spip">RJan--Jr npheeebrun ,en#8217;aréorsdpudêro joitséour ccommesee dl ssitution ./p>

LJan--Claude D valoes, pujurse#8217;eh&ilâgei&e&62pans,lst sé vrnuannpaïti pleE56sjanvierq0151,avrès l2

RPppl&Doc/strong><. Human Rights Watchast im cuieile sD valoes oèr etpfil pot or&o.néleeéeeuriie i M20 000eàl30 000ecieolsldrsat perr drègnspe p29sa< ./p>

LL#8217;enscen.ddic aeursaaafat daeu iur sssut ces ublique s eeuis dsn lestursdt païti < Ildétat noatment reéentaàlorsad#8217;an socérémoéelfalr csutlignerél#8217;iindéprndatcmdd#8217;iHïti ,lleE5eréjanvier, c éu&ivaseisciaé a sccmndamnaiqn ddesdaeaigtat s. I ys#8217;Éaffair rltss àMréouvm lu orsidentcelà Péiqn vrle ,pnnsbanis teéd crim -au-Poiche

MTrrt n lDaniel/strong>

MHuman Rights Watcha/itrong> /p> />

mDesloranisadion sps#8217;Ésxpéimrt cmnrr paarbaateisaeon ae E’iimpuniaé etéeeéeévison disme

Rai class="spip">mDélamraaon aconjoitse cmnrr paarreéentc p& Me#8217;ennculpédJan--Claude D valoes uxxecérémoéels ffiiciela sd djurnp& Me#8217;enndéprndatcmdd#8217;iHïti /si

mAlterPèesil/s>

MJan--Claude D valoes/itrong> se i Me#8217;eexeinistnre loutschisteMstrong class="spip">RPéosprr Aeri /strong><,lsu litvittion dd dPésident dn.pnxerciheaitrong class="spip">MMichl Martuley/strong><,laxxecérémoéels ffiiciela sd ditrong class="spip">Mjurnp& Me#8217;enndéprndatcmdd#8217;iHïti /strong> ,eaeE5eréjanvierq0154 uxxeGonaïv s. Cetterreéentc p& ssnncen.setunton dire st lu oaécvoction dt lu edinslta lsnqaalofiabespà aarnteon . Elespst stgleeunctau lnff nt pàél smémoir i&esfeniloes edepvictia seeeEe sdic aeue (d valoésiste./p>

LJan--Claude D valoes nstsiujurse#8217;eh&ilnnculpé,

S itrong class="spip">MOranisadion spsigntiire ibr> 1. Cnlecteifccmnrr pa#8217;eimpuniaé ibr> 2. CEDH (Cnsee&l#8339;cieéncue ses 9rroissehumains ibr>) 3. 4. 5. GARR (Grurpsl’arpp&ivauxlrppteicé,ve réfugcé,) ibr> 6. Kay Fanm (Matsns 7. JILAP (Cmmussson dépiscopti. Jutinc se Paix) ibr> 8. MOUFHED (Mnvelent Re sefepm slaïtien.n àaur le#8217;eé icteon pesRaepdsveloppsmnt ) ibr> 9. POHDH (PlatrfrmasRe seoranisadion spaïtien.n àe 9dnfensmses 9rroissehumains) ibr> 10. RNDDH (Réseau2ationalepe 9dnfensmses 9rroissehumains) ibr> 11. SOFA (Solidarstédde Éfepm slaïtien.n )/p>

MSylvreiW.rBnjeux/itrong> , Dir teicc eexécueive CEDH ibr> itrong class="spip">MPirre Espértche/itrong> , Dir te r lexécueif RNDDH/p>

http://www.altererssi&.ora/pip".phpnbsp;&?u toce 15749#.UsxqZvTuKo0i/a> />

/p>

LL préateon sscmnrina t dd#8217;enffle larès ll sdécison dincue sesse pCur lomseitution deel &domniscinss Ra#8217;an.cmsee&lé s Domniscaoés é#8217;aorigin saïtien.n . Voncocd#8217;enbordccele éespe#8217;ensthrooliogumcRachlle éCharloes Douct lpr uneéns uAltererssi&, pui ccele éu&ivématedd ds terurae le pCltaue nbsp;: ibr> ia href="&lt;br&gt; http://www.altererssi&.ora/pip".php?u toce 15247#.UlCO-Gwo7cc"class="spip"_out">ibr> http://www.altererssi&.ora/pip".phpnbsp;&?u toce 15247#.UlCO-Gwo7cci/a> ibr>/p> mHïti -épu. Domniscaoé nbsp;:

MRachlle éCharloes Douct /strong>

MCnr lCmseitution deel &domniscinss/strong><,ldns uunadscient ceeCaéèscdmc147lprg s,vpetunduilsdcurlàlsaCpeoor uomseitution det<àla sdpeoor sploispmigrariir s,p Rens u&esepéiccip semrtauxlesRaégauxlauxuesl de#8217;eEat céomniscinsya ldhéeé,p Rens u&eserccotds,domsvrnion sstpaeai éspnternationaluxlauxuesl de#8217;eEat céomniscinsyst srst ceve reldiofslauaresoctile speroissehumains,fe speroissecieols, olitique s,2écooneiue s2ntfcltaue l ddesdauulatiqn lmigrant s. Cetterrniotédiu9ruvoir juéncire vdomniscinsya rntiéplrsldpcamraaon sleeCaétccip aeiplrsle gtgment ei Me#8217;eEat céomniscinsyà2ompbatrr paardiscriainteon pesRaeprlcosmevonusctut ls sefnra s< Enqenjoignlt le CJutse Cnseeti. Eecteoeti. (JCE)leeCaéocéde ,ldns uunadélniàé#8217;eu cas,p Ru l«nbsp;:eicnbsp;:» &esfcntnyn.s sr cearbaseseuasttiu jaégaedd Peur ssrarnt s auduoent eeE&ruraalissacc lntfeelmenerdun2péocessuseeeE«nbsp;:déationalesadion nbsp;:» &eucexxsuéiéleirle asolcéomniscinsnbsp;:» (uesla psuaerbe trnsvnieeenbsp;:!),Me#8217;eEat céomniscinsyrisue sesssepeetrr pau brs

LL#8217;eExécueif éomniscinsyl&i,lalgrtdé n plourdcsni cc .MRubs pSilié/strong><RaLeodeevFrnatndez/strong><<à New YorksesRcele éeuRDanilo Merint/strong><

LC ttesdécison dst ltll&eent Raberrant ae pdncncce tat u’asles2eisciaeutut lsut àe 9supputdion s,ee#8217;aaaleys s2ntfe#8217;ehypothèses. SiE& splurst p& ssnnleys ls#8217;arccotdet (eirle vcanateèr rlcost ae pdiscriainteoir eeueapeesue ,lservat lrspnteérêtséespe#8217;eniespltara-ationalesat &domniscinss,pcertaoés yévoist Re semnd#8339;uvr séolitiqcen.ns dconrradictore s,MFanccisco Peña Goenz/strong>

LApaardifférntcelé s Domniscaoés éelens uâg s2ntfeeutut lcatégoro lsuiéalaseu&ivfnt pe Mu csmelsnqaalofiabespnss1937,Cmu csmelsnpcceatabesps.d0153...

Lhttp://www.altererssi&.ora/pip".phpnbsp;&?u toce 15247#.UlCO-Gwo7cci/> />mPROTESTATION DE

LEnqeffet, c éu&ivpou raitsoaraîtredcopm Pun actesdémnstqeedd Ptemps rpvolus,svisn i Ms#8217;arccomplisdt pviolaiqn &d Pea Délamraaon aUnoearslles2desoDroissee l’iHopm ,fuéiRRafaeedLeodidas Trujileo/strong><,lémuespé#8217;aitrong class="spip">MHitles/itrong> < E aeu gréiemunct, eeCgénocien rwadeai jrptéeepréiédé d#8217;iu lclimaissimiatir àRceli auiepcertaoés p terurserlcost etpxénophobss voudrnt n dcréeren.dRpublique &Domniscaoé ./p>

LL seHïti e seeiplrsldpmocrai sdd duondepnstqerénrlpeuvnt due somcdamnerdn deesue daxss dnsg reuss2tut cn.pnxigetctdsn lestraitsoarse pCur lCmseitution deel &Domniscaoé ./p>

LNns uesmandn dàutut ll ,voranisadion spatsqraciste,,vatsqarst heidle éeldéfensmses 9rroissehumains anssicui#8217;ÉàEtut ll ,vinstlncrsldpmocraique s duDuonde,leeE&rve leer svoixdaur lomcdamnerdcetteseesue dtut cn.pnxigetctdsn lestraitsimmédiaa ouces boycotaageedesfproduisseeomniscaoés ntpeuDturscsmeléns lcearys,puie nulpdpmocrai ve snnsqracistelneedeveat aeu gvisoteren.dsolidarsté nec lcesecntnyn.s eomniscaoés uncacésleeCba disssent dpsu leer corigin sracialal. S.V.P. ade ssezsvo seessag seaunbsp;: ibr> ibr /RDanilo Merint/strong><, Palaciodd Pea Pèesdentcia, lSanrn Domnigo, lépubliqca&Domniscin . Fpi us-l&ivparvntirsvo seessag seàstrieasele sdambassades&d Pea épublique &Domniscaoé Céns lvo srys,presoctiofs. ibr> ibr /MRubs pSilié/strong>mbre peomhai@yahoo.lmmi/a> ibr> ibr /MMichl Martuley/strong>dir_rh@mae.gnsv.hti/a> oucltss tunbsp;: <

LArnlid Anrn in ibr>SSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS Dir te r leuDCnsee&lPeiqn -BolivarSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSPésident dd Pe#8217;eAs=oiéaeon aHïtien.n SSSSSSSe sCmseeileerae leAHCi/>

LMoïsmsCaenile ibr> Pésident dd Pe#8217;eAs=oiéaeon aaïtien.n d&esfcnnéaste, (AHC)/p>

/>

mDélamraaon ad#8217;e#8217;iu lgrurpsl&elpr &eent ire aïtien.s reéentaspàél s43èmmpssssonssnnnuele éeu

MSt vrn Bennit ibr> Pbliqéeeedvecdredtl20cseptmbre 0153/p>

MMartuley/strong>MMartuley/strong>MLaurnt Lamothe/strong>

MJan- RsdeevSanon/itrong> < Thasdwrsdaclaearpviolaiqn &of thev npmraaon affepswess undes aïi i#8217;islcoseitution . But thing vwet evrn further s prhe investqgtiovecJudg cs aeud thasdPèesdentt Martuleypadde ssed him disresoctifuleypatdcthreatened him nnd summnged him tu stopprhe investqgtion affehi gwifesnnd sn . Thecnextàény,C he Judg ctlid hi gns=oiéaees thasdaepwouid abandn prhe investqgtion annd aeave he coucary. But aepwas tu die he ény afterdn des mys eriousfcnrcumstlncrslthasdremaitDtulbe sxplaoé d. Both he Cmsge ssvnnd he Senare n destooksnn investqgtion affe he matterethasdrsitss tu eiolaiqn dof thev npmraaon affepswess by helaeadess of aïi i#8217;isl xecueive brtchhcnnd heir Miistresjof Jutinc satdcomsclude by making hemaleabespof aereialsby helHighpCur t of Jutinc . If ale of thes li i gal atdcuncoseitution aedd cison s cmuid take olace,pntsisvbecaus lPèesdentt Martuleyphrdpalsulprsviouseypviolainddother artoce dof he coseituon dwhen hepwas making helnoeinaiqn dof thevJudg scof he Cur l&elCassauon d(eu&ival t of he US Suaéeme Cur t). H amatag dctu seecte at aeast hreevJudg sc(disregrtdeg cale prctests by helSenare)pwho did notsmmeia he esu&irment eand tu hïveCn edof hema(whomdaephrseknownvsi.c dhi cchiedhuod)vbecome Chief Jutinc satdcPèesdentt of he Highs lCmuccie n dJutinc . Throrghla nubresdof noeinaiqn dof Dstreic cAttorgey ,pPèosecurors,pJudg scatdcJntinc scof he Peacup(by Chief Jutinc sstrong class="spip">RA.l Jr nph/strong><

MMaacgat wai easoes und hedmny aïveCwo.pi . aïi i#8217;islulitiqcaldclss= letsMr.nbsp;:Martuleyphrv dhi cdys,pfsr wocyeass,ie spi éwarning signslthasd he ma dwrsda andmirn lund fsllowesjof frmas &Pèesdentt,pfsr Lifesnnd weil-knownvdic aeoss itrong class="spip">MFancçois/strong><MJan--Claude D valoes/itrong> < IndeedlPèesdentt Martuleyphrdpseveralarun-i awith mmbress of Cmsge ssvnnd of he Senare were he cler &ylsaiddaepwouid raehs leu a he coucarylwithut ca Parliaunct. Afterd wocyeassaffehidesnnd seek firststu pubersh helpuncdent s of he coseitution , he. tu frmada aeecteoeticcouccie, he. tu send he eecteoeticlaw9tu Cmsge ssv(he keptl he éscient cfsr woceosehs at he palace),aPèesdentt Martuleypwpi edlfsr he lcwesjChabresdtu almtstdend iaspesgularpssssonssbrfrmedeeussieong he eecteoeticlaw. Thecwys thing vlookatudys, hee vis nocwys the latnstsnecteoeticlaw9canlbe worked n aby both Chabress unl ssv he Pèesdentt callspCmsge ssvbacksiteu ssssons. Lassdweek,sMr.nbsp;:Martuleyptlid Ccrowd thasdfsr he nextà wocyeassaaepwouid #82176e#8217;i #82130; eu aaïi ipns hepsaw9fotDtulhim si.c dhelisv he only Chief i a he coucary. Whatrve lhepsay gwile have ulbe dn ed#82130;#8217;e#8217;i. aïvong Pèesdentt Martuleypeu aaïi ipwithut ca Cmsge ssvnnd withut choldqg ceecteon s,awith practqcaleypalleeecte dcnnd ebliqcCndminstreason dposniqn dfnilnd by his noeinaiqn ,pwouid be eu&alstopguqg cbackstu he ulitiqcaldinstlbniitysnnd turmoildof he yeassathasdfsllowedlPèesdentt Arsatid #8217;isldnpmraue dfromdpswes i a2004. A aersoctiove of eiolntcelthasdaïi ipispincapabespof sussinsqg co. tup of ale iaspother nil nbsp;:: vulnerlbniitystu est hu&ake,,vronpqcaldtriimsvnnd hurrscin scatdcdrfrmestdion 2nnd eèoson , withut cmrnion qg clacksoflitvestent 2nnd job, #82130; A,presoot ibeséolitiqcens lwelae& coucaqg co. the n desstatdig cand suppors of ale he hemispheric esmocracels tu assossdaïi ipisys dqg ci 2yeassaffeulitiqcaldupheaellspatdcomsf nt aiqn . Ws

MLng clive HAITI,d&ng>ue eieCa nnrr pchee vHAITI /strong>

Ecut z-nouspsr l&emande Ecut z-nouspn.ddir tenbsp;:! ibr> Hïti -Slamnbsp;:: Soirée<#82177;Spassh#8217;i à ThecBackyard ibr> Hïti -Prévrnion grosssss nbsp;: ue drsé laur lees faenilesddéjàdcomplèt /p>

/>

ibr>/p> m DÉCLARATION ibr> 5

MOranisadion spd Pea SoiétéeeCieole/strong><, llasitrong class="spip">RaOranisam spe lDroisseHumains/strong><, eiplrslitrong class="spip">Rcntnyn.s signtiire i&e&& speéentaesdécamraaon ,lomcdamnetséaec lvéhémnshe, ae pcomput ent /p>

ibr>S a) eeuis desxxens lbloqaédleppéocessuseéecteoetl,Caétvat anssiclrlpeuple aïtien.dd deroisdsacréd’aélie (s s dirigetctsplocl xàesRseslespréentaat s audSééte ibr> ibr> b) prndat pdesxxemois,drefusé,pnssdépi p& ssnppee grépétéseeeEe s=oiétéeeaïtien.n , eeeEveonsmme rre ibr> c) nterndulla vriel &d Pea réunin &dupCmseeil d PSécurstédde ÉNdion s-Uniss,paur lfinleeunctarmen rre

ibr> a)

ibr> uéiMJan- Sasge Jr nph/strong><,dsacrofiat anssicl#8217;aindéprndatcmdduDPivoir Juéncoire ./p>

LL sesigntiire del& speéentaesdécamraaon lréaffiruncta&er crteachlent cindéfcteobesél xàpéiccip sedpmocraique s d#8217;aéuéilibe (eipd#8217;aindéprndatcmddeslouroir s,lauvfntcion deunctaréguloes ntfsns sinterrupiqn &dupPr &eent dcopm Pinstlncrpe lconrrôleàesRseulcpuvoir habniiteeàulégiférns

itrong class="spip">MInctiaeove d Pea SoiétéeeCieole/strong>< (ISC) ibr> Rosny Deséochas/p>

MCnseeil Hïtien.pees AterurseNon-tat que s (CONHANE)ibr> Edouard Paltare/p>

MRéseau2Ntionalepe 9Défensmses 9DroisseHumains/strong>< (RNDDH) ibr> Pirre Espertche/i>

MPlatrfrmasRe seOranisam spe lDroisseHumains/strong>< (POHDH) ibr> FreuddJan-/p>

MCesee&l#8338;cieéncue ses 9DroisseHumains/strong>< (CEDH) ibr> SylvreiBnjeux/i>

MCnseeil Ntionalepe#8217;eObenrvtion dÉecteoetie/strong>< (CNO) ibr>Kensn dPolynihe/i>

MJutinc se Paix/strong>< ibr> Jocelyn éCslas/p>

MInctiaeove d seCitnyn.s E gtgespaur lee Changlent Re#8217;eHïti /strong>< (ICEC-HAITI) ibr> Jam spJrcqies ibr> RaouicPeck/p>

MLansmsHïti /strong>< ibr> Augutinn Jintud ibr> ibr> itrong class="spip">MR vrydJanè ibr> Marc-Kingtn Vergqn />

ibr> Ln rre ibr>/p>

ibr>/p>

LL rre Sn Excele .c dMmseiersjitrong class="spip">MMichl Jr npheMARTELLY ibr> Pésident dd Pea épublique &d#8217;eHïti i/>

LMoseiersjle Pésident ,/p>

MOranisadion dd dPeuple nssLutte/strong>< (OPL) vtv,lsalue

ibr>/p>

L1) Puvrquoide#8217;eOPLjchoisit-eel &d Pbouderélasre.cmsee &? ibr> 2) Puvrquoiddécid -t-eel &d Pmedsignifen lsafdécison dar ln ecl rre/p>

LC rtaoéeseeeEvo sdpcamraaon slconrr pa#8217;iopposniqn l& issst pe#8217;eOPLjperplex . dpsu lea rélesadion vduDuqraceeÉsruhpi éluéi<épmrgn rat auarys, c Pbou&rve seent dpuitique luéi

LMoseiersjle Pésident ,/p>

MAffair reupjugelJan- Sasge Jr nph/strong><,d& isssseMCTCEP/strong><

LMoseiersjle Pésident ,/p>

MPirre Suley/strong><,litrong class="spip">MChr &eeagnl Péetlte/strong>< esditrong class="spip">MBennît Baeeaeiel /strong><,lfine aEtôa ouctarduar ldsmandes desecomps sà(s s dirigetcts.ip>

LMoseiersjle Pésident ,/p>

MJrcqies Stéphe. Alexos/strong><, dns uL searre sdmu icen.s,2écrntscettesphras leémsrabesnbsp;:: «nbsp;:L sereuple àsut dcopm Pl searre s, il sfl uriss n dauMJrcqies Solrie/strong>< vtv,llid&ralà ommpretdr pouvrquoidee Pst cvs#8217;aobstoé Ctat pà2rccompagnesjle peuple aïtien.ddns usa luttesbice

LPuvr tereiner eirln dootespusniqv ,aMoseiersjle Pésident ,p e pursdtspérer,cmême cmsee&atot tspéra.c ,pae Csmiaé exécueif éspe#8217;eOPLjtint dàl=oslignesjàlvnrr ppternion (ue ses 9éecteon splibe s,veonsmrarnt àet dpmocraique s cmseitutet dcert pu lpss=ageeobiqgépmais eelespnxqgnt Re sepééalablms. Seulcun dcalogumcationale crédibessït or leeseobstace dmnjeurspàél sRefmndaiqn &d P e#8217;itat -Naaon ,limpliqaat peearsvoir ,pa#8217;iopposniqn ,fae soranisadion spd Pea =oiétéeecieol ,fa Ceys,anneicmsetl& sdiaspsra,aperes tetCde trnsvesjle compromcs nécessire là ea rélesadion vdesdite, éecteon s. Ii vousprevisn ionc,aMoseiersjle Pésident ,pe. tan due sPéemqeréMadeasair reele CNteon ,leeEsasverpc éu&ivpeu da#8217;iêro nscor . Ué Cteel &convocaaon aconduiraisdàda#8217;ioranisadion dde, éat sCgénéetuxreele CNteon < Cs s eat alàue Cs csl&uDuadeassdelvnrr pu&inue nati. Ué Cteel &démarche r tueileerantscertaoéeunctae#8217;eidhéson ddsse#8217;eOPL

LPuvr ae Csmiaé exécueif éspe#8217;eOPL,/p>

MSasvevr Pirre ÉTIENNE/strong>
Cmotdoona uragénéetl ibr> ibr> ibr>/p> />

mVaseion officiele éeu

MMichl Martuley/strong><, dupPéemqeréminstre aitrong class="spip">MLaurnt Lamothe/strong>MJan- RsdeevSanon/itrong> ,fuéiRRayuondlJan--Michl /itrong> ,fuéiRaGarylLissade/itrong> ,fpccsséd&elrecel ibr> Pbliqéeeedvecdredtl9 août 0153 ibr> ia href="Rappors finlereele Ccmmmissonssspécialale#8217;aenquêt dudSééte by kiskeyndmin"class="spip"_out">Rappors finlereele Ccmmmissonssspécialale#8217;aenquêt dudSééte by kiskeyndmini/a> ibr> itrong class="spip">MInrroduteon detsMissse< ibr> itrong class="spip">ML seFpi snbsp;: < ibr> a) Q&iv Cvunbsp;:? Q&iv Ce b) Q&iv CoaisRuioinbsp;:? Q&ivn#8217;ardas poaisRuioinbsp;:? ibr> itrong class="spip">MAnleysmses 9Dn néeslcnlecteé sà(ar torqe#8217;aaueitqn spde téuoinsfesRe#8217;arcirurs/strong>< ibr> itrong class="spip">MIt n peétdion dde, oaiss/strong>< ibr> itrong class="spip">MConceu in /strong>< ibr> itrong class="spip">MRecommanddion s/strong><

MInrroduteon /strong>

MBernarduMev i&ns uea cmmunaepde Delmas,le éeécèsreupjugelitrong class="spip">MJan- Sasge Jr nph/strong><,dmagstreaspn.dchargeld ddnssier éspe#8217;eenquêt sirle#8217;eépns eseiplrpfies&duprosident dd Pea épublique ,dtns uesxxeïccsséseéelcorrupiqn , i Mcnncussqn , i Mdé or n ent eeEben.s rbliqcsfesRe#8217;ausurpaiqn &d Pfntcion . Enqeffe ,Clepjugelyjrptéeeeonsmrorséppa le ,lsricsl&e&sarfaenilepeasele sd3 heue ,plrpmême jursddns uun éat pjugéppa le ,lresoot ablms dulc ctre hospiaalier éspnn acoopértc ,pc éu&ivonv,-eMLindd Théodore/itrong> ,fusgentistelesdrotdion dc ssir -là,fuéiRaBst h Green/itrong> ,fun2péofssi&r leeue#8217;aUnieaseité de Miaeiduéi,sens ue Ccade àéu(ar tenariaspnxistan dnsee&peelc ctre hospiaalier BernarduMev aeiplrpc ctre unieaseitair rfloeiden.,&rs=ueaisRaa rotdion dc ssir -là. L émaladedrptéeeprs dn.dcharge,vnxaenaé, eiplrslsricsluieirmqiéeaisRsns

MAsill Henry/strong><, neuonchirurgq nsnffiiqéeàda#8217;ihôpiaaldBernarduMev . L éméd cin addécidéd’iopéreréimmédqateunctaeirle sbas leeEl#8217;eimageicmsuéi

LL eytint drptéeemaitsrnudonv,lobenrvtion djusui#8217;Éàpc éu&ele édoceersjGreen at antotceeàularfaenilepuieile casreupjugeln leeurl& issaisRuieitès lpeu d#8217;astpoir. L#8217;eévééeunctae areu gredoutabespst saerivé,lle soirseu

LC éeécèsraur lee uoinsfsusoctidacsnu&rvéln vérsrabespéuoilau niv auleeutot larnteon ,letscertaoé,lseterurseut dimmédqateunctams dn.dcaus le presoot abniiteeeeEl#8217;endminstreason dMartuley-Lamothevens ue#8217;esxplncitin eéelceadécès.uL serumrurseéeltut lsut eseut d& issése

LL Sééte e E&a épublique &a nterndul rois jurssepur loir dsipl sJutinc sse&s eat asaisi ée E’iaffair .eL Pcmseite ayan déaé négarif, au ibr />-MPirre Fanccky EXIUS/strong><, peéedent dd Pea CmmmissonssJutinc se Sécurstédublique nbsp;:; ibr> ibr />-MWst nesjPOLYCARPE/strong><, peéedent dd Pea CmmmissonssSan é Pblique &ntpPuulatiqn nbsp;:; ibr> ibr />-MFancçoispAnick JOSEPH/strong><, peéedent dd Pea CmmmissonssIntéri r lntpCnlecteivi éspTerririicalasnbsp;:; ibr> ibr />-MSt vrn I vrnsn lBENOIT/strong><, peemqeréseteétdir reupBue aunbsp;:; ibr> ibr />-MJoë Jr npheJOHN/strong><, dsxxièm&lseteétdir reupBue au. ibr> ibr> Csttescommissonssspécialale#8217;aenquêt rppur lmissonssi Mfair r&e jursdeirle sCcnrconetlncrslayan dnt urséle smrt eupjugelJan- Sasge JOSEPH. Eles bénéfncoir Re#8217;eu sopériodegde huisd(8) jursseouvrablms pursdtnquêt rCe dproduiredsn lrappors. Aussi,pdè uea fi aée & sséatcm,le Ccmmmissonsss#8217;ast -sla vmisssauàeeaenie, élisat lns sn &s i aun2peéedent d(FancçoispAnick JOSEPH)Ce du lrappors r l(Wst nesjPOLYCARPE). Larméthne leeEeoaenie rptéeeimmédqateunctandopté le du lagrnda bâ i< Unelcorresootdatcmdrptéeendrss ésuauépeéedent ddudSééte li ad manddt dd#8217;arde sses desecorresootdatcmslà9certaoé,ldigniéire del’itat lafi aue#8217;Éil sselretdnt ddisponiblms pursdre.cmsee&rllrslmmbre sdd Pea cmmmissons.uL seeoaenuxreele Ccmmmissonsson ddébuoéddè ueeE&rndemaitDaec ldsslséatcmsle#8217;aaueitqn pde téuoinsfesReelcnlectee depds néesléscient ire ./p>

Litrong class="spip">ML seFpi s/strong>

<1.- Tut c Ccmmmetcee&e jeudtl16 Août 0152, qaatd Mpi e aitrong class="spip">MNewtn Lois dSaitssJutie/strong>MSophiadSaitssRemy Martuley/strong><)fetdsn lfies&(itrong class="spip">MOlivqeréMartuley/strong><)fpeéedett n dchacun n socommissonsspeéedent i le luéi

L2.- Cse Caepdevae das ps#8217;arreêrer(là,fcasjle commissire leu

L3.- Quelue ssjurssepeu gtard,lsuisRespsamedtl1s &Septmbre 0152,dMmseiersjitrong class="spip">MJr npheGuy&er C. Delva/strong><,dseteétdir re#8217;itat là&& scmmunancitin eappudêro e

L4.- Larfaenileppeéedent i le lallat dconro -ateaue r qaatd l&llucdqé3&Septmbre 0152,dpa le ébiai deisn lïvocaa Mpi e aitrong class="spip">MReynlid Georgns/strong><, ele lantotçat asa volnt épd#8217;ainerni&rdn dateon den diffamaaon aconrr pMpi e aNewtn SaitssJutie. L#8217;eïvocaa a peécisésui#8217;eaxxetere sée E’ia toce l196ddupCméelcieolpaïtien.,&ae sépnsxsse&supporsat lmueesla ent , aeDpeéedent drvae dleoeroisd&elpssses deserssisu cespàlen dépns e./p>

L5.- LeE&rndemait,lsuisRespmardi 4&Septmbre 0152,dMpi e aSaitssJutieprevisn à&& schargelen ade ssat ln doosveleslcorresootdatcmdru

L6.- L#8217;arffair rdevae dasrél ssuite&pretdr pcorp dauMJan- RsdeevSenaru ipur cue#8217;ÉillprocèdepàE’ia mestdion 2d pMpi e aSaitssJutie,daur linjue sdt vasele speéedentc éet diffamaaon .pMpi e aSenaru vn#8217;ardas ppudeéedsi&rdl xàpéss in uéi

L7.- LeE11 Octore 0152,de éminstre adel& sjutinc palrépn eu<àlu edinvittion reele Ccmmmissonssjutinc se sécurstédublique &dudSééte. Ii , au

L8.- L#8217;arffair ra cnnnudnsee&temps n socertaoée pccalmiedjusuiepeaselea roisièm&lsemait adeljanvier,lsuisResp22 Janvier 0153 qaatd u lcntnyn. répn ean ax nomdd Pitrong class="spip">MEnlid Floeestde/strong>< oaisRn dcittion rauRAtdré Michl /itrong> esditrong class="spip">MNewtn Lois dSaitssJutie/strong>

L9.- LeE19éMars 0153,p’arffair raqeffetiivlent démarré auarylai deijutinc se lPim -au-Poicheàqaatd l<ribuale st sofficiele unctaeaisi.eL Pjugelitrong class="spip">MJan- Sasge Jr nph/strong>< st snsdchargeld E’iaffair et dpcid adel& srepssee dàC& shuisait ./p>

L10.- AC& shuisait ,fae sïvocaa jMichl e SaitssJutiepnseseCpeéentaen das .eL PjugeloaisRn dsomma in Re#8217;aaueietcmdru<14pMpi 0153.uL seavocaa jnseseCpeéentaen dtuujurssepas,p’arffair rst srepsseésuaué21pMpi 0153.uAecettesdase,llepjugelJr nphjaEarototceeunpjugemnt drvact-die (eroisdrepsseat pe#8217;erffair rauE11 Juit,lsuivisd#8217;eu lauee&lrepsserauE18 Juit 0153./p>

L11.- LeEmardi 18 Juit 0153,p’arffair rst se

L12.- Csémardi-là,f’arffair rst sàdoosveïtde

<13.- Mas dl#8217;eïvocaa d Pea faenileppeéedent i le ln#8217;asncaiss rrdas pe vcuup. Ii it n jsttesappeevdè ueeE08 Juileet 0153.eL Pcmmmissire leu

<14.- LeEmardi 09 Juileet 0153,pe édoyn.peuDtribuale drpPéemqèr Pinstlncrpe lPim -au-Poiche, Mpi e aitrong class="spip">MRayuondlJan- Michl /itrong> ,&pretdvlepjugelJan- Sasge Jr nphjdns usn dvéhocui leeEservic àesRse retdeaec lsn dpss=ager (eeeonll édoyn.pe&i-même)sïtdrestau at dTabespée Cajutaau Champ éspMars our cdiscuteréuiinz rou Mas deeeonll ,veécitslcnnfié,sar llspjugelàepeu irurseéela sdamisCe dcuonaissacc s,fc#8217;ast splutô dl édoyn.puéi

<15.- RnseeéddeuWashingtn enutot usgenc&,prrppeeéMLéonlChr &e ire.cmsee&ammseiersjEnlid Floeestdeae émercredtl10 Juileet 0153,pee li apeoposeld#8217;aabandonnesjlaepurssuite,àéell i =e ltombs &’arffair ,àdepreeirn ls splainte cmsee&aea faenileppeéedent i le . MoseiersjFloeestdejrefus . Devat psn lrefus,&mmseiersjChr &e fait mnt n llespnschèe ,ve appeee lauvtéléphone&leppeemqeréminstre &mmseiersjLaurnt Lamothe< Cse&i-cipesee&tt n dmoseiersjFloeestdejprndat pquelue ssminut . Ii li apeoposelenqortreaun2pustelà9e#8217;eexréri r leuDrys, stée E’ia gnt dpsu lue#8217;Éildse dpcid aà abandonnesjlaepurssuitedinctiée cmsee&aea faenilepeuDpeéedent

<16.- LeEjugelJan- Sasge Jr nphjcnnfiepàlen daeidl Pjugelitrong class="spip">MMsrén/itrong> eui#8217;Éildactéeeinviteepa le édoyn.pàere.cmsee&rldeitès lhat sperso.naloéesseuMSamul Madcstin/itrong> euii

L17.- O dst l&e jeudtl11 Juileet 0153,pe ,lservic sld émétéoroiogse aeni ct antotceeu lcyclone&e e#8217;eilert éroug lavat atéeedpcamré r&e jursdaeécéent