Vous êtes ici : Accueil » Cartes blanches

>>L’imaginaire sportif et la construction de l’identité footballistique en Amérique Latine, par Bernardo Buarque de Hollanda




Rio de Janeiro, juin 2016

L’imaginaire sportif et la construction de l’identité footballistique en Amérique Latine

Par Bernardo Buarque de Hollanda
(Fondation Getúlio Vargas – CPDOC/FGV)

Comment ne pas reconnaître l’influence exercée par l’Amérique du Nord sur l’ensemble hétérogène des pays de l’Amérique Latine ? Il existe cependant des singularités fortes dans cette relation entre les États-Unis et l’Amérique Latine, qu’on n’hésitera pas à situer dans la culture des sports en général, et dans celle du football en particulier. On sait que l’introduction et la mise en place du sport moderne en Amérique latine au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle résultent des activités économiques et culturelles de la Grande-Bretagne impériale dans la région. Les codes et le rayonnement d’un certain nombre de pratiques sportives conformes aux idéaux de la modernité et de la civilisation illustrent ce phénomène de la façon la plus claire.

L’influence de l’Angleterre en pleine époque victorienne a été observée directement et indirectement. Mais dans de nombreux cas, les modalités de la pratique sportive sont parvenues jusqu’aux villes de l’Amérique Latine à travers les ports et le chemin de fer grâce à l’action d’autres contingents européens. Même si c’étaient les ingénieurs anglais qui avaient introduit le sport dans le continent américain, les nations de l’Europe continentale surent ne pas demeurer en retrait et elles pratiqu